AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  Mer 5 Fév - 10:57

L'hiver est un long chemin vers le printemps.

C'est dans les moments de grande détresse que l'on voit qui sont nos amis ... ou non.
Gerolama & Mary

Je ne me rappelais plus d'où je venais. Cette neige longeant le sol et ce froid glacial était une première pour moi. En Italie, ce n'est pas souvent qu'autant de neige tombe en une soirée. Février. Cela faisait au moins six mois que je me trouvais en Angleterre à cause des idées de grandeurs de mon mari, six mois que j'avais peur chaque jour que l'on me retrouve. La prière ne me sert plus maintenant. Je dois me débrouiller seule et décider moi-même pour le bonheur de cet être qui grandit dans mon ventre. J'avais pris la calèche très tôt ce matin en direction de Withe Swan, le manoir de Mary Lelièvre, la fille du Roi François Ier. La France et le duché de Parme ont toujours eu de bonnes relations et notre alliance ne peut qu’accroître le pouvoir de mon mari Pier. La France me fait rêver mais elle est bien trop proche de mon Italie natale pour que je puisse m'y cacher. Mademoiselle Lelièvre je l'ai rencontré à une réception organisée par François Ier pour le nouveau duc de Parme, mon mari. A l'époque il avait rusé de charme pour plaire au roi, moi j'avais été subjuguée par tant de dorures et de beautés française. Moi qui était devenue duchesse presque par hasard, tout cela me semblait trop superficiel mais aussi très alléchant.
Ce fut la première personne à laquelle j'ai pensé lorsque je su que je m'enfuirais de chez moi. Il me fallait une protectrice, quelqu'un qui compatirait avec ma situation et ne me traiterait pas de sorcière ou autre insulte violente que je n'ose plus prononcer. Je ne peux pas vivre avec mon amant pour éviter tout soupçon mais qu'est ce que j'aimerais. J'aimerais me blottir tous les soirs dans ces bras et m'endormir à côté de lui mais je ne peux pas. J'ai alors écris une lettre à Mary, lui demandant si elle pouvait me recevoir pour parler de tout cela. Je sais qu'elle ne veut pas qu'on la surveille et qu'elle préfère choisir elle-même qui peut entrer chez elle. Le jour où j'ai reçu sa lettre, cela m'a rempli de joie. J'ai d'ailleurs acheté de suite un voyage en calèche pour le Suffolk. Ce jour là, j'étais très excitée. Lorsque j’aperçus la demeure, je me souviens de la beauté de l'architecture anglaise. Je l'avais un peu oublié. Tout cela m'émerveillais au plus haut point. J'avais envie de vivre ici, dans cet endroit, avec une femme qui ne pouvait que me comprendre.
La calèche s'arrêta devant l'entrée de la battisse et je dus encore une fois me présenter aux gardes. "Je suis la duchesse Parme. Mademoiselle Lelièvre m'a demandé de venir. C'est écrit sur cette lettre". Et je tends encore une fois cette preuve de véracité de mon propos. On ne me croit jamais facilement mais avec une lettre, je peux qu'être crue au mot près. "Vous pouvez entrer madame". Quelle joie de pouvoir se faire ouvrir les portes d'un domaine plein de mystères qui ne demandent qu'à être découverts. J'entrai, déterminée à voir mon amie, dont le visage était désormais oublié depuis notre dernière rencontre. "Souhaitez-vous que je prévienne mademoiselle ?" Le garde m'avais violemment sorti de mes pensés. "Oui, bien sûr". Il me dirigea vers la salle de réception et là j'attendus des minutes qui me paraissaient des heures. Va t-elle me reconnaître ? Va t-elle être compatissante avec moi ? Tout se bousculait dans ma tête mais je préférais regarder la décoration pour ne pas me laisser prendre par mes sentiments.
C'est ainsi que je l'ai revu. Magnifique, étincelante, rayonnante. Une beauté parfaite face à moi, qui avait emprunté une robe pour aujourd’hui. Je me souvenais d'elle en réalité. Cette fraîcheur presque juvénile je ne pouvais pas l'oublié. Je luis souris et m'avança vers elle tout en déclamant : " Mes hommages mademoiselle Lelièvre. Comment vous portez vous ? Et votre famille ? C'est avec une grande joie que j'ai répondu présente à votre invitation". Je n'arrivais pas encore à défaire ce sourire figé sur mon visage mais je savais que mes sentiments partiraient au fil de mon entretient avec elle. Je la regardais, brillamment maîtresse de son domaine à elle, à elle seule. Une femme détachée de la suprématie des hommes . Une femme que j'aimerais être.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  Ven 7 Fév - 13:19

L'hiver est un long chemin vers le printemps


Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges. ⊹ Il y a quelques jours, Mary Lelièvre, demie soeur du Roi de France: Henri II, avait reçu une lettre d'une vieille connaissance: Gerolama Orsini. Celle ci avait fuit sa demeure et cherchait une protection. Quand elle avait lu cette lettre, Mary avait été surprise. Elle avait rencontré Gerolama il y a un peu plus d'un an, la petite paysanne était devenue une Duchesse de sang royal et elle participait à sa première "apparition publique" après l'annonce du Roi faite à la Cour et au monde présentant Mary Anne Lelièvre comme étant fille du Roi François Ier, demie soeur du Roi Henri II et Duchesse royale de Lyon.

Mary participait donc à cette soirée non pas en tant que servante mais en tant que noble et c'était là qu'elle avait rencontrée la Duchesse de Parme: Gerolama Orsini ainsi que son époux. Cette jeune femme devenue Duchesse "par hasard" selon ses propres dires ignorait tout du passé de paysanne de Mary ce qui apporta une touche de fraicheur dans ce monde où certains nobles avaient une grande difficulté à considérer la française comme la soeur de leur souverain et comme Gerolama était devenue Duchesse sans le vouloir, elles s'étaient rapprochées. Cependant, elles s'étaient perdues de vue après la réception et n'avaient pas vraiment essayé de reprendre contact…Et maintenant, cette lettre…
Sans attendre, Mary avait prit du papier et sa plume avec un peu d'encre et avait écrit une missive dans laquelle elle invitait Gerolama Orsini, Duchesse de Parme, a venir passer quelques jours à White Swan.


Et nous y voilà! Mary était dans ses appartements assise à sa coiffeuse pendant qu'une servante coiffait sa longue chevelure brune. Le plus grand changement quand elle est passée de simple servante à Duchesse, en dehors de sa toilette, a été dans ses cheveux! Elle se souvenait bien du temps où sa chevelure était indomptable et n'arrêtait pas de boucler! Elle avait le plus grand mal à se faire ses chignons chaque matins avant de partir travailler! Puis elle avait eu accès à tout ses produits de beauté qu'elle voyait sur les coiffeuses des courtisanes, au château de Blois, sans jamais pouvoir les sentir à pleins poumons et, encore moins, les toucher! A partir du moment où le Roi l'a anoblie, tout ceci lui appartenait de droit et, aujourd'hui, sa chevelure était longue et lisse, sauf au niveau des pointes. Mary leva les yeux de son livre au moment où la servante épinglait la dernière pince à ses cheveux et où elle sortait un discret petit diadème que Mary portait, généralement, pour recevoir. Au moment où ce "couvre chef" entra en contact avec la chevelure de sa propriétaire, son majordome entra dans ses appartements, après avoir frappé, et dit:


Votre Grace, la Duchesse de Parme est arrivée!

Dit il en faisant une légère révérence protocolaire. Une fois le diadème mit en place sans risque de tomber, elle se tourna vers l'homme et le remercia avant de se lever pendant qu'elle lissait sa robe. Elle congédia sa servante avant de sortir de sa chambre et se dirigea, d'un pas rapide mais gracieux, vers sa salle de réception où on avait fait patienter Gerolama. Quand elle arriva, son invitée regardait les peintures murales printanières du mur. Pour donner un air joyeux à sa salle de réception, elle l'avait fait décorée sur le thème des quatres saisons et le résultat des artisans avaient été à la hauteur (et même plus) de ses espérances. Elle se racla la gorge pour attirer l'attention de son invitée. Celle ci se tourna vers elle et dit:

" Mes hommages mademoiselle Lelièvre. Comment vous portez vous ? Et votre famille ? C'est avec une grande joie que j'ai répondu présente à votre invitation".


Mary sourit et dit: Je vous souhaite la bienvenue à White Swan, Madame la Duchesse, je me porte très bien et ma famille…Du peu de nouvelles que j'en ai, je dirais qu'elle va bien Elle s'approcha d'elle même de la Duchesse de Parme pour lui faire la bise. Après tout, elles étaient amies! Elle rajouta: Vu ce que j'ai lu dans votre lettre, je ne pouvais pas ne pas vous inviter Elle se tourna vers son majordome: Avez vous déjà mit les bagages de la Duchesse dans ses appartements? Le majordome, encore avec sa révérence: Les serviteurs s'y emploient votre Grace mais je vais vérifier! Puis il parti après que Mary l'aie remercié. Mary regarda vers la porte d'entrée pour être sure de bien la voir se refermée et être sure d'être seule avec Gerolama. Elle souri en voyant que c'était le cas et dit: Vous devez être épuisée mon amie! Que diriez vous de vous dégourdir les jambes au parc? Vous me raconterez toute l'histoire en paix! Tout en présentant son bras.



© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  Lun 7 Avr - 19:44

L'hiver est un long chemin vers le printemps.

C'est dans les moments de grande détresse que l'on voit qui sont nos amis ... ou non.
Gerolama & Mary

Il y avait longtemps que je n'avais pas vu un château d'une telle beauté, et surtout une femme d'une telle indépendance. Je ne me sentais pas indépendante. J'avais quitté mari et enfants pour Londres, pour vivre avec mon amant dans une ville où je serais plus libre de mes choix mais je ne me sentais pas libre pour autant. J'avais troqué ma liberté fantasque avec Pier à Parme contre une liberté un peu nuancée avec Archibald puisque je partageais sa vie, une vie qui ne m'était pas uniquement consacrée. C'est en voyant Mary, dans ce château, à cette heure-ci précisément, que je me mis à penser à ma vie, ce terrain glissant, qui devrait basculer un jour ou l'autre soit du bon côté soit du mauvais. Je voulais être comme elle, libre de choisir ce que je veux, libre de pouvoir faire ce que je veux et surtout libre d'avoir à ne rendre de comptes à personne.
Les femmes sont mes plus proches alliées. Elles me comprennent, me conseillent et me dirigent dans cette terre anglaise qui m'est encore inconnue. J'aime leur présence, leur charme, leur patience et leur délicatesse. Les petites anglaises sont de vraies poupées dont l'âme est bercée de révolution. J'ai pu le voir lors de la mort de leur reine Jane Grey. Je me suis mise à vouloir comme elles d'autres choses, des choses auxquelles je n'avais pas pensé avant. Avant l'Angleterre. Qu'est-ce que j'aurais fait si j'étais restée en Italie ? Qu'est-ce que je serais devenue ? Personne ne peux le savoir. J'ai surtout fait des choix. Pas forcément les bons certes, mais ce sont des choix et ce sont eux qui m'ont conduis ici.
Quelle magnifique demeure vous avez Mademoiselle ! Bijou de famille n'est-ce pas ? Des domaines comme ça, on doit les compter sur le bout du doigt dans votre pays ! J'étais époustouflée par la grandeur et la richesse de la demeure d'une femme aussi indépendante que Mary. J'étais aussi très heureuse pour elle. En regardant les détails des fauteuils, je me mis à rêver un instant de ma vie ici. Mais ceci attendra. Je suis très touchée que vous ayez accepter de me revoir et surtout de la délicatesse avec laquelle vous m'acceptez dans votre humble demeure. D'ailleurs j'ai quelque chose pour vous ... Je sortis de ma bourse un petit paquet que j'avais soigneusement gardé sur moi pendant tout le voyage. J'avais préféré le garder sur moi pour ne pas le perdre ni le casser. C'était un collier collier venant d'Italie, fait par mon bijoutier préféré. Il contenait trois saphir entourés de diamants. J'en étais même jalouse. Pourtant j'avais trouvé de quoi l'emballer avec soin pour lui faire la surprise. Et ce fut une surprise d'après son visage. J'étais très contente que mon cadeau lui plaise. A vrai dire, entre femme, j'aurais bien pensé qu'un bijou de cette élégance pourrait plaire à mon hôte.
Elle me prit le bras et nous nous dirigeâmes vers le parc. Un endroit merveilleux, rehaussé par ce soleil. J'avais bien envie de profiter du beau temps. Vous avez eu raison de n’emmener dans votre parc. Le domaine y est merveilleux sous le soleil. Nous marchions ensemble sous les arbres lorsque je commençai à vouloir raconter mes péripéties : Pour tout vous dire, cela fait trois mois que je suis en Angleterre. Je m'y plais vraiment. J'y ai rencontré des gens formidables et très attentionnés envers la pauvre petite italienne que je suis. J'ai eu du mal à quitter mon pays mais maintenant que je regrette de moins en moins. Je n'osais pas lui parler de la raison exacte de ma venue. Elle le saurait tôt ou tard aujourd'hui mais pour l'instant je préférais repousser ce moment. Je ne sais pas comment elle réagirait quand elle l'apprendrait. Ce sont des histoires personnelles.

© Grey WIND.


PS : Correction ok Wink 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  Dim 27 Avr - 15:06

: L'hiver est un long chemin vers le printemps


Le Printemps est venu! Comment? Nul ne l'a su… ⊹ Elle souri à son invitée quand elle arriva à sa hauteur. Aussitôt, Gerolama la complimenta sur le domaine de White Swan: Quelle magnifique demeure vous avez Mademoiselle ! Bijou de famille n'est-ce pas ? Des domaines comme ça, on doit les compter sur le bout du doigt dans votre pays ! Mary eu une petite moue avant de dire: Non, pas du tout! Je l'ai acheté quand j'ai voulu quitter Whitehall Palace pour avoir plus de liberté ! Sa vie à la Cour lui revint en mémoire. Les gardes postés à la porte de ses appartements la nuit. Les gardes sur ses talons dans les couloirs, dans la bibliothèque, dans les luxurieux jardins. Elle étouffait et la Duchesse de Lyon ne ressentait aucuns regrets à être devenue la châtelaine de White Swan. Cela avait été difficile car qui voudrait vendre un domaine de cette qualité à une française? Et, pourtant, elle avait bataillé bec et ongle pour l'avoir et elle n'avait pas pu réprimer sa joie quand un messager est venu lui annoncer qu'elle en était la propriétaire légitime! Elle prit une pause avant de dire: Quoiqu'il en soit, j'espère que vous vous plairez ici! Restez autant de temps que vous le souhaitez! Je suis très touchée que vous ayez accepter de me revoir et surtout de la délicatesse avec laquelle vous m'acceptez dans votre humble demeure. D'ailleurs j'ai quelque chose pour vous ...L'italienne sorti de sa bourse un petit paquet que Mary recueilli dans ses mains. Elle enleva la fine cordelette en tissu pour l'ouvrir et plongea sa main dans ce petit récipient. Elle écarquilla les yeux en voyant la beauté de cette parure. C'était un collier en or, argent et lapis lazuli avec trois gros saphirs entourés de diamants finement ciselés.C'est sublime! Je ne sais pas quoi dire Elle retira son collier, tout simple, de son cou et le tendu à une de ses domestiques en lui demandant de le remettre dans sa boite à bijoux avant de, sans attendre, mettre son cadeau autour de son cou. Il y avait un petit miroir accroché à un des murs et elle s'approcha pour voir ce que cela donnait. Merci beaucoup! Il est parfait Finalement, Mary prit le bras de son invitée pour la conduire jusqu'au jardin pour être tranquilles. Un serviteur arriva pour leur poser des manteaux bien chauds sur leurs épaules avant que les deux jeunes femmes se dirigent d'un pas décidé et léger vers l'extérieur. Il faisait froid mais le soleil réchauffait l'atmosphère. Vous avez eu raison de n’emmener dans votre parc. Le domaine y est merveilleux sous le soleil. Elles marchèrent entre les arbres de la propriété pendant que Gerolama lui raconté sa vie depuis qu'elles s'étaient séparées après cette réception où elle s'était présentée au monde comme fille et demie soeur de Roi Pour tout vous dire, cela fait trois mois que je suis en Angleterre. Je m'y plais vraiment. J'y ai rencontré des gens formidables et très attentionnés envers la pauvre petite italienne que je suis. J'ai eu du mal à quitter mon pays mais maintenant que je regrette de moins en moins. Mary lui souri et dit: Et moi, je suis ravie que vous ayez pensé à moi! Cela faisait longtemps qu'on ne s'était pas vue pourtant… Elle prit une pause avant de dire: En tout cas, je ne serais que trop vous remercier de m'avoir fréquentée sans me juger…Si vous saviez comment on m'a traitée dans mon propre pays! Les insultes et les brimades étaient toujours collés dans sa chair. Elle ne pouvait pas les oublier et encore moins les pardonner. De plus en plus, elle espérait que son demi frère de Roi lui permette de rester en Angleterre. Si seulement un anglais voulait bien lui mettre la bague au doigt. Mais elle craignait qu'on l'épouse que pour son argent… Les deux femmes se dirigèrent vers la partie anglaise du jardin. Bientôt, elles virent le petit lac aux cygnes au loin. Il faut que je vous montre quelque choseLa Duchesse de Lyon prit le poignet de la Duchesse de Parme pour se diriger vers un petit renfoncement dans un buisson à côté d'un paroi rocheuse. Elles s'enfoncèrent dans le renfoncement de feuilles et Mary se tourna à sa gauche pour faire face à un paroi rocheuse couverte de plantes grimpantes. Elle lâcha le poignet de sa noble invitée avant de se servir de sa maint droite pour tirer, comme un rideau, les plantes révélants l'entrée d'une grotte. Elle fit un signe: Après vous! Son invitée allait être surprise. Cette grotte était aménagée comme une pièce mais en moins luxueux. Il y avait même une petite source d'eau tout à faite potable mais le liquide était encore gelé. Il y avait un petit banc en pierre couvert de tissus et de fourrures ainsi que de petites tables et chaises. C'est là que venait Mary quand elle avait envie d'être tranquille.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  Lun 5 Mai - 8:38

L'hiver est un long chemin vers le printemps.

C'est dans les moments de grande détresse que l'on voit qui sont nos amis ... ou non.
Gerolama & Mary

J'avais comme l'impression de retrouver une vieille amie alors que nous nous étions très peu fréquentées. J'aimais la compagnie de Mary et pourtant je sentais que cette compagnie m'avait manqué. Les retrouvailles étaient très fortes pour moi mais je n'arrivais pas à montrer mes sentiments. Je ne faisais que des courbettes de mots. Le temps me semblait être arrêté lorsque j'étais là, avec elle, en Angleterre. Si vous me l'aviez dit avant, je ne l'aurais jamais cru. Une belle demeure comme celle-ci ! Vous avez dû y mettre le prix et cela en valait la peine : c'est un ravissement pour les yeux. Je me sentais comme étrangère dans un manoir de cette prestance. J'avais tout quitté pour venir ici et malheureusement il y avait eu des moments où je dormais à même le sol. Des dorures comme celles-ci, je n'en voyais pas souvent. Nous sommes vraiment petits par rapport à ce que nous créons.

J'étais très heureuse que le collier lui plaise. C'était une des rares choses que j'avais fait passer aux frontières quand je me suis enfuie. Je voulais le garder pour elle coûte que coûte et par chance je n'ai pas dû le vendre avant de la revoir. Il était très beau et j'avais les yeux qui brillaient rien que de le voir. Je la savais soigneuse et j'espère qu'elle le portera autant qu'elle le peut. Les temps ne me permettent plus de porter de si beaux bijoux. J'aurais dû réfléchir avant de me lancer dans cette aventure. Si seulement, j'avais pris le temps...

En nous promenant dans le parc de White Swan, je me laissais aller au vent. Je prenais le temps de déguster chaque parole de Mary. Ses remerciements ne faisaient que battre mon cœur de plus en plus fort. Je n'avais pas commis de faute en venant ici. Je ne voulais que lui rendre sa générosité : C'est tout à fait normal ! J'ai pensé à vous parce que vous m'aviez bien plu à ce dîner en France et j'avais eu toujours l'envie de vous revoir. L'Angleterre est plus éloignée déjà mais sachant que je passais par là, je voulais vous rendre visite. Après tout, je pense que si je n'étais pas là, nous ne nous serions pas revues. Sa dernière phrase me choqua. Pourquoi les gens l'auraient traitée ainsi. Je sais que l'homme peut être une ordure mais de là à dénigrer une femme aussi généreuse et sympathique que Mary, je ne comprends pas. Les gens n'ont aucune compassion pour les autres. Ils ne font qu'assouvir leur propre bonheur. Je ne comprends pas pourquoi les gens ont été ignobles avec vous. Vous ne le méritez pas, je le sais très bien. Qu'est-ce qu'ils vous reprochaient exactement ? Ne vous en faite pas, je ne vous laisserais pas tomber. Je sais que quand on est une femme, on a besoin de soutien. Le réconfort n'était pas ma première qualité mais je me sentais à l'aise à parler avec Mary de ses problèmes et des miens. Entre femmes, on doit se soutenir parce que ce ne sont pas les hommes qui vont nous aider. J'espère que les anglais la traite mieux que les français et que ces jours ici sont plus paisibles qu'en France. Son statut d'enfant illégitime du roi ne doit pas aider non plus. Moi aussi je suis une enfant illégitime aux yeux de dieu mais quand le pape a des enfants, dieu ne peut que le pardonner.

Et puis il y a eu une sorte de grotte, un endroit recouvert de pierre et entourant une cascade d'eau pure. Je n'avais jamais connu d'endroit pareil avant aujourd'hui et le fait que Mary veuille me le faire partager me remplissait de joie. Je sentais que cet endroit avait une saveur particulière pour elle. Il y avait là de la décoration, rien de luxueux, mais assez pour pouvoir s’asseoir et regarder l'eau en paix. Je ne pensais que vous ayez des recoins aussi beaux dans votre jardin, dis-je bouche bée, ne sachant vraiment quoi dire à la vue d'une telle beauté. L'eau était encore gelée mais c'était ça qui faisait tout son charme. Le temps semblait arrêté dans cette pièce. Puis-je m'asseoir ? demandais-je. Je n'osais rien toucher tellement cet endroit me fascinait. Je pense que je demanderais à chaque fois avant de faire quelque chose. C'est l'endroit qui me donnait envie de me confier à Mary, l'endroit qui m'inspirait pour lui dire tout ce que j'avais sur le cœur. C'est alors que je me surpris à lancer : J'ai un amant Mary. Personne ne le sais puisque nous vivons caché. En réalité je me suis enfuie d'Italie pour pouvoir vivre mon bonheur avec lui. Pourquoi Mary ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi j'avais lâché mes pensées comme ça, sans prendre le temps de détourner la conversation. Cette révélation pouvait me faire renvoyer chez moi ! Les secondes qui suivirent furent longues pour moi. J'attendais sa réponse comme on peut attendre le Graal et j'aurais tout donné pour qu'elle la donne vite. J'espère que vous comprendrez. Et sur ce, je me tus, ne sachant que dire mais surtout ne voulant pas la brusquer dans son élan de parole.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  Lun 7 Juil - 14:28

L'HIVER EST UN LONG CHEMIN VERS LE PRINTEMPS


Les fleurs du printemps sont les rêves de l'hiver racontés, le matin, à la table des anges. ⊹ Si vous me l'aviez dit avant, je ne l'aurais jamais cru. Une belle demeure comme celle-ci ! Vous avez dû y mettre le prix et cela en valait la peine : c'est un ravissement pour les yeux. Mary souri avant de répondre: Les travaux ont été la partie amusante. C'est avoir ce domaine qui a été le plus difficile pour moi Elle prit une pause: En tant que femme et française, les anciens propriétaires n'ont pas été faciles à convaincre mais, au final, j'ai du leur faire une bonne impression… Elle souri En tout cas merci pour vos compliments, Gerolama Dire que, dans d'autres circonstances, les deux Duchesses n'auraient jamais pu devenir amies… Mary a beau être née dans un palais, elle avait grandi en paysanne avant de trouver un travail de domestique où, comme par miracle, s'était retrouvée avec le titre de Duchesse! Si son demi frère ne l'avait pas reconnue, elle aurait vécu le reste de son existence dans la pauvreté…

Les deux femmes allèrent se balader dans le parc attenant au château du domaine White Swan. Elles déambulèrent comme des amies que le temps et la distance n'avaient jamais séparées. Mary remercia la Duchesse de Parme de la considération qu'elle lui avait offerte le jour de leur rencontre. Après tout, elles avaient été Duchesses par erreur.
C'est tout à fait normal ! J'ai pensé à vous parce que vous m'aviez bien plu à ce dîner en France et j'avais eu toujours l'envie de vous revoir. L'Angleterre est plus éloignée déjà mais sachant que je passais par là, je voulais vous rendre visite. Après tout, je pense que si je n'étais pas là, nous ne nous serions pas revues. Mary offrit un sourire à la Duchesse. Elles s'étaient toujours soutenues et qu'importe le nombre de jours, de mois, d'années et la distance qui les avaient séparées. Elles avaient fait le serment silencieux de toujours être là une pour l'autre.. Les gens n'ont aucune compassion pour les autres. Ils ne font qu'assouvir leur propre bonheur. Je ne comprends pas pourquoi les gens ont été ignobles avec vous. Vous ne le méritez pas, je le sais très bien. Qu'est-ce qu'ils vous reprochaient exactement ? Ne vous en faite pas, je ne vous laisserais pas tomber. Je sais que quand on est une femme, on a besoin de soutien. Mary soupira avant de dire: je ne sais pas…Être la fille d'une simple bourgeoise anoblie puis devenue paysanne suite à sa disgrâce ne doit pas aider. Mais ma mère est…Etait quelqu'un de formidable…Elle m'a toujours aimée et ne m'a jamais tenue responsable de sa situation et n'a jamais pensé que sa vie aurait été plus facile si je n'avais pas été là. Son amour pour mon père, le Roi François… J'avoue ignorer si ma mère l'a réellement aimée un jour mais ce que je sais c'est que ma mère était sa meilleure amie et sa confidente. Il y avait de l'affection et rien ne pourra jamais leur retirer ce passé ensemble… Elle prit une pause: ma vie est, certes, plus paisible ici qu'en France mais c'est aussi ici, dans ce domaine, que j'ai appris que…Ma mère avait rendu son dernier soupir. Quelques temps après m'être installée à White Swan, j'ai reçu du courrier…M'annonçant son décès… Elle serait morte de maladie mais je dois vous avouer que je n'y crois pas… Les dires d'Elizabeth Tudor comme quoi sa mère aurait été empoisonné lui tournaient sans cesse en tête...Après tout, une bourgeoise devenue favorite du Roi en un tour de main, ça attire les jalousies. Regarder ce que Anne de Pisseleu lui a fait! Ma mère était innocente! Et quand sa fille a eu ce qui lui revenait de droit par son statut de fille de Roi, comme on ne pouvait pas m'attendre, on lui a fait payé. Ma mère a été assassiné. J'en suis convaincue mais je n'ai pas de pistes pour le prouver!

Mary s'excusa de la tournure qu'avait prise leur conversation avant de l'emmener dans son petit coin secret. Une grotte aménagée comme une pièce d'intérieur. Je ne pensais que vous ayez des recoins aussi beaux dans votre jardin Son amie poursuivi: Puis-je m'asseoir ?Elle montra le banc en signe d'accord avant d'aller rejoindre celle ci sur le meuble. Elle montra la petite ouverture dans la paroi de la grotte: Regardez! Ceci permet de voir à l'extérieur sans être vue! J'ai un amant Mary. Personne ne le sais puisque nous vivons caché. En réalité je me suis enfuie d'Italie pour pouvoir vivre mon bonheur avec lui. Choquée, surprise par les dires de la Duchesse de Parme, le visage de la Duchesse de Lyon se tourna d'un bloc vers l'italienne. J'espère que vous comprendrez. Gerolama se tût sachant qu'elle avait probablement choquée son amie française en disant ça du but en blanc. Mais Mary su que ses dires étaient du à une trop grosse pression…Il fallait que ça sorte et la fille illégitime de François Ier, Roi des rois, ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. Elle prit son temps pour trouver les bons mots et dit: J'ai appris quelque chose en devenant aristocrate ou, plutôt, en le redevenant. Une chose qui ne m'a pas plue mais il fallait bien que j'apprenne à vivre avec… Le fait étant que les mariages étaient tous, pour la plupart en tout cas, arrangés. Que les époux ne se connaissaient pas et ne s'aimaient pas avant le jour de leur union… Mais, sachant que j'allais certainement être une des prochaines sur la liste à cause de mon statut de fille et soeur de Roi, je m'en suis accommodée et j'ai gardé mes ressentiments vis à vis de cette pratique pour moi… Dieu merci, mon demi frère n'a pas encore trouvé d'époux pour moi et je profite du peu de liberté qu'il me reste avant qu'il m'annonce m'avoir promise à quelqu'un Elle mit ses mains sur celles, tremblantes, de l'italienne et dit, d'une voix douce: Je sais que vous avez été aussi soumise à ce genre d'épousailles. Vous auriez pu vous laisser abattre mais vous vous êtes battues en trouvant l'amour…Peu de femmes peuvent se vanter en avoir fait de même. Il vous a fallu du courage pour avouer à cet homme que vous l'aimiez et encore plus pour partir avec lui et fuir tout ce que vous connaissiez Elle souri: Alors non, je ne vous juge pas et oui, je vous comprends. Vous avez tout mon soutient! Elle conclu en disant: Si jamais votre mari découvre que vous êtes ici avec moi, comptez sur moi pour vous protégez! Personne ne pénètre chez moi sans invitations, ça vous le savez déjà! Dit elle sur le ton de l'humourMais, si par malheur, il arrive à entrer; venez vous réfugiez ici et je me chargerais de lui apprendre qu'on entre pas chez une Demoiselle sans y être convié! Dit elle avec un petit clin d'oeil.


© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary  
Revenir en haut Aller en bas
L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary
» Un bien long chemin...
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Un long chemin
» Ici, un long chemin débute [Wolf Rain]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: