AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
♕ Mon nombre de messages est : 901 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1383 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 28/02/2012

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Dim 9 Fév - 21:50


Fire and blood.



12 février 1554 - Jour Sanglant. Jour funeste. Jane Grey savait que tôt ou tard cela arriverait, qu'elle finirait par monter sur l'échafaud, que ce serait son tour. Et pourtant rien ne présageait, les jours sanglants de février ... Mary Tudor était prête à épargner Jane Grey - l’ambassadeur du Saint-Empire romain germanique était chargé d'annoncer la nouvelle à Charles Quint, mais il n'en fut rien. La rébellion protestante dirigée par Thomas Wyatt scelle le destin du mariage de Mary Tudor avec le prince d'Espagne, Philippe de Habsbourg. Les protestants souhaitent, néanmoins, voir revenir sur le trône la « reine de neuf jours » parmi ses partisans on retrouve son propre père Henry Grey. Les conseillers de Mary lui suggèrent alors d'étouffer dans l’œuf ce soulèvement politique avant que la situation devienne ingérable, la Reine signe alors les ordres d'exécutions de Jane Grey, et de son mari Guilford Dudley. Puis, ce sera le tour d'Henry Grey de se faire exécuter pour haute trahison envers la couronne anglaise à cause de sa participation à la tentative de renversement de Mary Tudor orchestrée par Thomas Wyatt, à l'annonce du mariage. Famille de martyre. Famille brisée. Le temps des procès et des exécutions à sonner.

¤¤¤

Les jours sanglants de février, vous êtes là à la Tour de Londres, vous êtes venus nombreux tous pour voir la tête de la reine neuf jours tombée. Partisan ou non, vous vous êtes tous donnés rendez-vous c'est l’événement à ne pas rater. Cependant les hostilités ne s'ouvrent pas sur Jane Grey mais sur son mari pour torturer la reine déchue afin d'accroître un peu plus son malheur et son désespoir. Guilford Dudley emprisonné en même temps que Jane, fut escorté le premier par des gardes à Tower Hill. Dans quelques instants, il allait être exécuté en public et en premier. Il monta sur l'estrade, posa sa tête sur le billot et prononça ses derniers mots « Priez pour moi ! » il ferma les yeux et le coup de hache tomba sur sa nuque. Dans l'assemblée, certains prétendront l'avoir vu pleurer d'autre au contraire diront qu'il est mort courageusement les yeux secs, qu'avez-vous vu ? Guilford, émotif ? ou Guilford, courageux ? Jane était là, dans sa tour, voyant le corps par la fenêtre de sa cellule cette dernière se mit à crier « Oh, Guilford, Guilford ! ». Compatirez-vous à sa peine ? A sa douleur ? Ou bien au contraire... elle n'a que ce qu'elle mérite...

Et de un.

Bientôt ce serait le tour de Jane... puis de son père... Ils devaient être épargné mais les choses ont été précipitées et la reine fut obligée de prendre de lourdes décisions... Le sang coule sur l'échafaud, la tête de Guilford Dudley git sur le sol... Jane sent son heure arrivée, elle sait qu'elle sera la prochaine et vous, vous n'attendez que ça.



INFORMATIONS ♣
Vous avez jusqu'au 23 février 2014 pour répondre, vous serez relancés quelques jours avant le lancement du second tour. Une première exécution a eut lieu, dites-nous vos réactions, votre avis, votre ressenti. Vous êtes nombreux, essayez d'éviter les groupes, d'être à côté et de discutailler What a Face (oui ça existe) ensemble.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 10 Fév - 18:11





Fire and Blood
Mini Event

Le jour qu’elle avait espéré ne voir jamais venir était malheureusement là. La rébellion protestante avait accéléré le destin de Jane Grey, de son mari et de son père. La petite Katherine Grey avait le ventre nouait depuis que l’annonce de la date était tombée. Comment allait-elle affronté cette épreuve ? La jeune fille passa une très mauvaise nuit, ses songes étaient hantés par des cauchemars. Et quand l’aube arriva, une larme discrète roula sur sa joue pâle. Elle s’habilla tout en étant l’ombre d’elle-même. Katty avait peur, horriblement peur de voir la tête de sa sœur tombé, de voir son père s’effondrer. Et même s’il n’était pas encore mort, elle allait porter des vêtements noirs en signe de deuil. Elle laissa ses longs cheveux blonds détachés, libres.

Le chemin menant à la Tour de Londres lui parut à la fois interminable et à la fois beaucoup trop rapide. Ses jambes tremblaient et la jeune Grey retenait ses larmes avec difficulté sachant pertinemment quel spectacle l’attendait. Katherine aurait pu ne pas se rendre mais elle voulait voir une dernière fois ses visages familiers qu’elle chérissait plus que tout. Un dernier adieu et inconsciemment un acte de soutien à la cause protestante. Elle soutenait sa sœur et son père, elle les soutiendrait toujours. Peu importe la religion qu’elle doit pratiquer pour rester en vie, Katty soutenait sa famille. Elle n’en voulait pas à Thomas Wyatt qui, avec sa rébellion avait accéléré le sort des Grey de la Tour. Les protestants étaient traités comme des hérétiques alors qu’ils ne l’étaient pas, ils possédaient juste une vision différente.

Elle arriva enfin sur le lieu d’exécution. La foule se pressait pouvoir le spectacle. Certains allaient être content de voir ces têtes tombés et d’autres n’étaient là que pour un ultime adieu. Comme la jeune Katherine. Elle allait dire adieu à une partie de sa famille. La jeune fille se demandait comment elle allait pouvoir faire, comment tenir et ne pas craquer. Ne pas montrer sa faiblesse face à cela. Mais son petit cœur d’enfant hurlait de peur et de douleur. Katty n’avait que treize ans, pouvait-elle se permettre de se comporter comme telle envers sa famille ? Elle se sentait faible aujourd’hui, elle aurait voulu à ce moment-là, être forte comme Mary. Mais Katherine n’était pas Mary, elle était sensible et douce.

Le premier qui passa fut son beau-frère, Guildford. A sa vue, la jeune fille sentit sa gorge se serrer. C’était encore plus dur que dans ses cauchemars. Le voir sur l’estrade, la tête posé sur le billot. Ses derniers mots provoquèrent un sentiment de détresse en Katherine. Oui, elle allait prier pour lui, pour Jane et pour son père. La douce enfant avait passé ses deux derniers jours à prier pour eux et continuerait même après leur mort. Katty vit la hache descendre comme au ralenti pour aller s’abattre sur le coup de son beau-frère. Il n’était plus. Elle ferma les yeux et se mordit violemment la lèvre inférieure pour réprimer un sanglot et les larmes qui montaient. Il venait de partir en homme courageux. Qu’importe ce que pouvait-dire la foule pour Katherine. Guildford n’avait pas pleuré, non ce n’était pas son style. Il était mort en homme fort.

Est-ce que Jane avait vu cela de sa cellule ? Si oui, Katherine ne pouvait imaginer la douleur que sa sœur pouvait ressentir. Une chose malheureusement était certaine, la douleur que ressentait la jolie blonde allait s’accroître lors de la prochaine exécution. Que ce soit son père ou Jane, la douleur serait la même. Forte, puissante, dévastatrice pour la jeune enfant. Son deuil venait de commencer et il n’allait pas s’arrêter rapidement. Katherine rouvrit les yeux péniblement mais ne put regarder l’estrade où le gisait le corps s’en vie de son bien aimé beau-frère.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

La séduction a un visage
avatar
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 154 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 10 Fév - 22:01
MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood.


La pitié du bourreau consiste à frapper d'un coup sûr.
Ernst Jünger
Dès qu'elle avait entendu parler de l'exécution de la Reine de Neuf jours et de son époux, Lorena avait insisté pour sortir y assister. Après tout, il suffisait qu'elle rentre tôt pour s'apprêter et pour ne pas être trop fatiguée pour recevoir les clients.
C'est ainsi qu'après une traversée de Londres, la perle exotique du Red Lantern se retrouva à la Tour de Londres et marcha jusqu'à Tower Hill où allait se dérouler l'exécution de l'ancienne jeune Reine et de son époux. Une fois arrivée, elle tenta de trouver une place convenable mais la place déjà bien remplie ne lui donnait pas tache facile. Finalement, elle se trouva un petit coin légèrement surélevé et observa. D'abord le silence complet, Lorena aurait presque pu entendre l'esprits des malheureux exécutés ici. Entendait elle Anne Boleyn, Katherine Howard ou d'autres exécutés? Elle ne serait dire mais elle penchait plus sur son imagination un peu trop débordante et l'angoisse de voir les têtes tombées. Oui, elle avait voulu venir mais voir quelqu'un mourir n'était pas un spectacle plaisant.
Soudain, il eu un mouvement de foule et Lorena tourna sa tête vers un coin de la place où allait se dérouler l'exécution. De là où elle était, la prostituée remarqua Guilford Dudley, l'époux de Jane Grey, arriver lourdement escorté. Comme si il allait fuir! Lorena s'installa de manière à ne pas rater une miette de l'exécution.

On fit monter l'ancien Prince consort et monta sur l'estrade où était posé le billot. Une fois monté, il posa sa tête sur celui ci et prononça ses dernières paroles. Sa voix ne trembla pas. Il avait accepté la mort. Mais était ce les paroles d'un condamné qui s'était résigné et à expier ses crimes ou était ce parce qu'il ne méritait pas sa mort et qu'il savait que ceux qui allaient les tuer, lui et sa femme, allait payer?

Lorena était dans son esprit quand l'épée trancha l'air vivement pour s'écraser sur la nuque de Dudley et sur le bois du billot. La rousse espagnole sursauta légèrement. Le sang avait coulé. Et il coulera encore aujourd'hui. Lorena, contractée, laissa ses épaules tombées en se forçant à se détendre. D'abord choquée, les yeux de la perle exotique du bordel reprirent une certaine froideur. Elle connaissait la cruauté qu'on pouvait avoir envers les membres de sa propre famille…Elle en avait été la cruelle victime!


© Grey WIND.


Dernière édition par Avaline P. Clives le Lun 17 Fév - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Famille Royale
avatar
♕ Métier : Lady Katherine Grey ♕ Age : 16 années ♕ Religion : Protestants ♕ L'avatar a été fait par : zuz, tumblr & .TITANIUMWAY ♕ Mon nombre de messages est : 531 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 32 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 05/10/2013 ♕ Mon pseudo web est : Eris

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Dim 16 Fév - 16:55
fire and blood
le peuple ∞ anne
C'était une fraîche journée d'hiver, somme toute ordinaire par certains côtés, mais également d'une importance cruciale pour tous les catholiques et les protestants d'Angleterre. Aujourd'hui se déroulait l'exécution Guilford Dudley et de Jane Grey. Un jour sanglant et pourtant nombreuses étaient les personnes qui l'avaient attendu avec impatience, notamment la reine et bien entendu Anne Somerset. La jeune fille venait d'assister à la décapitation du mari de la reine aux neufs jours et tremblait encore d'une joie palpable et d'une peur toute singulière. Située au premier rang, elle avait vu de près l'exécution et son visage possédait quelques goûtes de sang qui avait giclées de la personne de Guilford. Le sombre liquide rouge faisait un bruit étrange, comme une légère pluie, lorsqu'il tombait sur le sol humide. Anne se sentait libérée face à cette menace définitivement éradiquée. Un soulagement pour elle, car son frère n'aurait plus aucune raison de demeurer fidèle aux anglicans. Pourtant, voir cette tête, les yeux vitreux et cependant toujours vivants lui donnait la chair de poule. Mais elle ne recula pas, ni ne s'en alla. Elle était ici et elle allait y rester.

On emmena le corps et la tête ailleurs, la Somerset ne vit pas exactement où et ne se posa même pas la question. Pour elle, cette histoire était finie et il ne restait plus que Jane et son traître de père à éliminer pour que le pays redevienne enfin en paix. Une illusion naïve, car même si on coupait la mauvaise plante à la racine, il en restait toujours les graines. Or, Anne était intimement convaincue que ces meurtres en faveur à la véritable foi mettraient un terme à toutes ces guerres. La douleur d'une famille n'était rien comparativement à la douleur d'un pays. Et ça la jeune lady le savait pas dessus tout. Elle ne put tout de même s'empêcher de penser à la jeune fille de son âge, dans la tour, attendant son heure, le corps sans vie de son mari sous les yeux. Cela devait être la plus horrible chose qu'il ne lui soit jamais arrivée. Mais ne l'avait-elle pas méritée au fond ? Anne était déchirée entre ces deux sentiments et préférait entendre la voix de la raison qui lui disait que si la jolie Jane allait être décapité, c'est que Dieu en avait décidé ainsi.

Le cœur battant d’excitation et d'impatience, Anne attendit avec curiosité l'apparition de la reine aux neuf jours. En effet, elle ne l'avait encore jamais vu et ne savait pas à quoi s'attendre, si ce n'est à une jeune fille de son âge, maigre et fatiguée. Sûrement l'avait-on nourrie avec du pain et du fromage. Quelque chose de peu nourrissant et à la fois qui lui aurait permis de tenir jusqu'à aujourd'hui. Or, peut-être que ce n'était pas l'image que se faisait la jeune lady de Jane Grey qui allait apparaître sur l'estrade en en bois, mais un tout autre songe. En mieux ou en pire là était la question. Mais il était évident que la reine Mary avait trop de cœur pour laisser dépérir ainsi une adolescente. Anne secoua doucement sa tête. Elle, elle n'aurait pas hésiter à la faire mourir de faim pour mettre à ses pieds tous les protestants d'Angleterre.

Code by Silver Lungs


Dernière édition par Anne Somerset le Mer 12 Mar - 12:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Noblesse Anglaise
avatar
♕ Métier : Dame de la Cour, Mécène et Comploteuse. ♕ Age : 26 ans. ♕ Religion : Protestants. ♕ L'avatar a été fait par : Maquizz ♕ Mon nombre de messages est : 284 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 17/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : Menthe. ♕ Mes autres visages : Thomas Howard

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mer 19 Fév - 17:20
♠ Fire and Blood ♠

God Save The Queen by Thomas Wander & Harald Kloser on Grooveshark

Quelle n’avait été la surprise de Guildford Dudley en voyant débarquer Sir Henry Sidney dans sa cellule ce matin du 12 février 1554 ! Pendant une fraction de seconde, son visage s’était éclairé, animé d’un espoir nouveau à la pensée que son beau-frère était venu lui annoncer le pardon de la reine Mary. Et puis, il avait fini par remarquer les vêtements sombres d’Henry—signe de deuil à venir—juste avant que ce dernier ne s’efface pour laisser entrer à leur tour la duchesse douairière de Northumberland, Jane Dudley, et Mary Sidney, respectivement mère et sœur du condamné. Les larmes s’étaient mêlées aux ultimes embrassades tandis que Guildford recevait tour à tour les dernières paroles des deux femmes. Vêtue de noir comme sa mère et son époux, Mary affichait une mine pâle, presque fantomatique. A l’annonce de la condamnation de son frère, son monde, qu’elle avait eu tant de mal à reconstruire après la mort de son père, s’était à nouveau écroulé. Alors qu’elle croyait entrevoir un espoir pour Guildford, le nom de ce dernier s’affichait à présent sur la liste du bourreau. Si Mary ne s’était trouvée auprès de son frère en cet instant, elle aurait juré que tout ceci n’était qu’un cauchemar. Assurément, Guildford ne pouvait être exécuté. Il était si jeune, si innocent, et surtout incapable de fomenter quelque complot contre la souveraine ! Hélas, les récents troubles causés par Wyatt avait rendu Mary Tudor plus que suspicieuse à l’égard de Jane Grey et de son époux. Une deuxième révolte comme celle qu’elle avait essuyée pourrait cette fois lui nuire, d’où la nécessité de se débarrasser du jeune couple. C’était du moins ce qu’Henry Sidney avait expliqué à son épouse, tout en pesant ses mots.

L’équation était simple, mais les inconnus n’en étaient tout simplement pas pour Mary Sidney. Le ‘roi consort’ qu’on allait exécuter était son frère, et la reine de neuf jours, sa belle-sœur. Elle ne connaissait pas personnellement Henry Grey, mais il lui était facile de ressentir la douleur que sa mort causerait à ses filles et à son épouse. Cela faisait plusieurs mois que son propre père avait rejoint son Créateur en passant par l’échafaud, et la douleur de sa perte était toujours présente.

‘Jane n’a pas voulu me voir hier,’ avoua Guildford dans un sanglot.
‘Je sais, elle m’a dit qu’elle ne voulait pas te faire de peine. Elle te retrouvera de l’autre… de l’autre côté,’ répondit Mary avec la même émotion. ‘Elle t’embrasse fort en… attendant.’

Quelques minutes passèrent encore, plongeant encore plus les Dudley dans la tristesse et le désespoir de cet ultime adieu. On pria à genoux sur le sol, puis vint le moment où Henry Sidney signifia discrètement à son épouse qu’il était temps de partir. Mary serra une toute dernière fois Guildford entre ses bras, lui murmurant au passage quelques paroles de réconfort pour le tranquilliser, tentant vainement d’y croire elle-même, puis quitta la cellule en prenant délicatement sa mère par le bras pour la soutenir, tandis qu’Henry faisait de même de l’autre côté. Lorsque tous trois rejoignirent la foule qui se trouvait déjà là, Mary sécha discrètement ses larmes—elle ne voulait pas que Guildford la voit ainsi au moment de mourir—et se mit à chercher des yeux ses frères.

‘J’ai parlé au bourreau’ lui glissa à l’oreille Henry, toujours aussi prompt à user des euphémismes. ‘Parler au bourreau’ était ici une façon diplomate de signifier qu’il avait glissé une bourse bien remplie dans les mains de l’exécuteur, afin que celui-ci remplisse sa tâche rapidement et proprement.

Enfin, la garde amena Guildford sur l’échafaud. L’horrible scénario vécu par John Dudley allait à présent se répéter sur son plus jeune fils. ‘Priez pour moi’ cria une dernière fois le jeune homme à la foule. Puis comme son père l’année précédente, il posa sa tête sur le billot. Le bourreau abattit sa hache et mit fin à la vie du pauvre Guildford Dudley. Mary avait fermé les yeux, serrant fort la main de son époux et soutenant comme elle le pouvait sa mère. La clameur autour d’elle lui fit savoir que son frère était mort. Rouvrant les yeux, elle aperçut le visage de Lady Dudley ravagé par la tristesse et le désespoir. ‘Mon tout petit, mon tout petit…’ ne cessait-elle de répéter. ‘Il est avec père, mère, il est… il est au paradis à présent’ s’efforça de répondre Mary. D’un regard, elle pria Henry de reconduire sa mère au carrosse qui les avait amenés à la Tour. Et lorsque son époux lui demanda si elle allait les rejoindre, elle murmura, encore fébrile : ‘je… je reste ici. Pour… pour voir Jane.’


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Ven 21 Fév - 14:49

Pauvre petite fleur.


Jane Stuart n’avait pas eu le choix, elle ne voulait pas voir ces exécutions, mais son époux a insisté pour qu’elle l’accompagne. Avec la révolte, la brune aurait voulu quitter l’Angleterre et rejoindre sa paisible Edimbourg et ses Highlands. Elle avait quitté en même temps qu’Archibald sa demeure londonienne, la mort dans l’âme, craignant ce qu’elle allait voir. Jane avait déjà vu des personnes mourir, mais jamais de cette manière, jamais avec autant de violence. En plus Jane Grey et Guildford Dudley, les deux condamnés étaient si jeunes. Cela peinée la jeune femme, qui se désolait de devoir assister à un tel évènement. Elle ne connaissait pas les deux jeunes gens, mais leur destin, lui faisait pitié, elle plaignait beaucoup les familles, qui allaient devoir subir ces pertes. Jane avait préféré s’habiller pour ce moment, de blanc en noir, elle portait une robe blanche discrète, dont les motifs floraux étaient brodés de fil noir. En raison de l’hiver, elle portait des fourrures noires de renard. Elle ne voulait en rien une tenue tapageuse, par respect pour les futurs défunts. Sur le chemin ses mains tremblaient tant elle était anxieuse. Elle se trouvait aux côtés de son mari, tentant de faire tout pour fuir ses regards, elle ne voulait surtout pas qu’Archibald, voit sa peur, elle passerait encore pour une femme faible. Le véhicule arrive bien trop vite à la Tour de Londres et son imposante muraille. Cet endroit lui donnait des frissons dans le dos. Combien de personne avait-elle périe dans ces murs ? Henry VIII y avait fait décapiter deux de ses épouses et maintenant une autre reine allait périr, une jeune fille, à peine sortie de l’enfance. Le sang ne cessait de couler sur l’Angleterre et rien ne semblait calmer la fièvre qui était survenue par la révolte Wyatt.
Une fois le véhicule arrêté, la jeune femme descendit et elle prit le bras de son époux, tout en le suivant jusqu’à la foule qui s’était amassée autour de l’estrade. Elle y était presque et bientôt elle allait devoir assister à la mise à mort de deux innocents. Jane savait, qu’elle devrait parler de cet évènement à Marie de Guise dans sa dernière lettre, mais comment allait-elle réagir face aux derniers évènements de l’Angleterre ? Bientôt Archibald finit par la quitter la laissant seule, autour de nombreux inconnus. Jane scruta la foule, en quête de visages connus, mais elle ne vit que des personnes en pleurs et des curieux bien trop impatient s de voir les deux personnes mourir. Il y eut alors un immense brouhaha et le premier condamné arriva, c’était l’homme, Guildford Dudley. Il y avait des cris de haine, de soutiens, le pire allé venir. Le prisonnier put dire quelques mots et Jane vit les Dudley se soutenir, face à cette tragédie. Puis le bourreau finit par arriver, il n’attendit pas longtemps pour faire sa besogne. En quelques minutes la tête était décollée de son corps. Jane avait tourné la tête à la dernière minute, n’osant pas regarder cet horrible spectacle. Cependant, elle ne put s’empêcher de regarder la tête qui était montrée à la foule. Aussitôt, elle ressentit quelques nausées, mais elle ne vomie pas. Elle ne voulait pas rester toute seule. Dès qu’elle vit son amie Anne, Jane joua de ses coudes, pour se rapprocher d’elle, au moins, elle allait pouvoir avoir plus de courage, en compagnie de la jeune fille.

« Anne ! Je suis si contente de voir un visage connu, Archibald m’a laissé là toute seule, je n’ai aucun moyen de repartir. » Disait la jeune femme, tout en rejoignant son amie anglaise.




Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Ven 21 Fév - 17:40
Fire and blood


Tandis que Thomas parcourrait du regard la place qui se tenait presque accolé à la Tour de Londres, où nombre de personnes étaient assemblés pour voir le sort funeste réservé à la Reine de « neuf jours », à son époux et à son père, une étrange sensation parcourra son être tout entier. Cette même sensation de froid qu'il avait ressentit lorsqu'il avait attendu, enfermé dans la Tour de Londres, le regard rivé sur la cour grâce à une fenêtre, l'exécution de son frère Edmond. Il avait longuement hésité à venir, car il ne se croyait pas capable de pouvoir contempler l'effondrement de celle que son défunt frère avait tant voulu voir sur le trône d'Angleterre, et qu'il avait aidé. Oui...il avait hésité, mais craignant que son absence ne soit remarquée par la Reine, et qu'elle vienne à penser qu'il prenait en quelque sorte pitié à la cause de Jane Grey, il s'était abstenu de manquer ce sordide événement. Aussi se trouvait-il là, debout parmi les nobles qui désiraient voir la tête de cette ancienne Reine tomber, le dos parcouru de frissons glacés.

Soudainement, les murmures provoqués par la foule cessèrent, ne laissant qu'un profond silence dans les airs : Guilford Dudley, l'époux de Jane venait de faire son entré, escorté par plusieurs gardes jusqu'à cette dite place qui se trouvait être sa fin. Lorsque ce dernier vint à placer sa tête sur le billot, la gorge de Thomas vint à se serrer, car il avait l'impression d'être revenu quelques mois auparavant, mais au lieu de Guilford, se trouvait Edmond. En effet, il n'avait pu s'empêcher de leur trouver une ressemblance, même si ce n'était qu'une infime ressemblance. Oui...il avait le sentiment de revoir l'exécution de son aîné. Triste sentiment que voilà, car il lui fallait toute sa concentration pour retenir les larmes qui désiraient tant s'échapper, et sur ses joues rouler. Il ne pouvait pleurer. Il ne pouvait risquer d'être repéré et ainsi d'être mis dans la même position que ce pauvre Dudley.

« Priez pour moi ! » Ces paroles, ces derniers mots, lui glacèrent le sang dans ses veines, car ce n'était pas la voix de Guilford qui était parvenue à ses oreilles, mais une voix transformée qui se rapprochait douloureusement de celle d'Edmond. C'était vraiment comme s'il revivait le terrible moment qui l'avait brisé, amputé d'une partie de son âme, car cette dernière partie s'en était allée avec son frère. Il voulait partir. Il désirait fuir. Et ainsi laisser libre cour aux tourments qui rongeaient son être tout entier, mais il ne lui suffisait pas de le vouloir, pour le pouvoir. Il était bloqué. Condamné à voir la hache du bourreau frapper et ainsi apporter la mort autour d'elle. « Oh, Guilford, Guilford ! » A ces mots, la vue de Thomas sembla comme se brouiller et sans même faire attention, il porta la main à sa poitrine, à son cœur. C'était comme si entendre la souffrance de Jane Grey dans la voix de cette dernière, était parvenue à le frapper violemment en plein cœur.

Il se sentait mal, terriblement mal, et pendant plusieurs secondes, il resta ainsi, la main sur son cœur, la bouche légèrement ouverte, les yeux clos. Mais ce n'était malheureusement que la première exécution et il lui en restait encore deux à supporter. Deux qu'il savait d'avance déchireraient son âme, comme s'il s'agissait de ses proches, car il connaissait Jane par le biais de son défunt frère, et il connaissait le père de cette dernière par les biais des paroles de sa petite protégée Mary à son sujet. Reprenant ses esprits, Thomas reposa sa main le long de son corps et tenta d'arborer une expression neutre, même si, au fond de lui, son cœur s'était à nouveau brisé...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Ven 21 Fév - 20:49

Fire & Blood

L’exécution d'une reine un peu particulière.
Gerolama & Autres

Il y a du monde rassemblé sur cette place. Que font-ils ? Qu'attendent-ils ? Le jour s'était levé très tôt pour voir la mort d'une des personnes les plus importante du pays. Je ne comprenais rien. Pourquoi tuer une reine ? Qu'avait-elle fait pour être aussi mal aimée ? De quel droit le peuple juge sa propre reine ? Je savais que sur cette place allait se jouer une page de l'histoire du pays et moi, la duchesse de Parme, l'étrangère entachée de ses péchés, j'allais voir de mes propres yeux, le changement le plus radical du pays. Cela faisait au moins deux mois que j'étais en Angleterre mais je ne me serais jamais permise de juger la reine d'un pays qui m'a accueilli chaleureusement. Je me considère étrangère à la politique d'un pays qui n'est pas le mien mais les événements intéressaient. Pour en arriver à un aussi haut degrés de violence, il a bien dû se passer quelque chose.

Ce matin, je m'étais rendu en ville incognito pour pouvoir acheter des vêtements à mon futur bébé. Je ne sortais plus qu'avec une longue cape cachant mes yeux pour ne pas être reconnue. La population ne me fait pas peur, bien au contraire, mais c'est surtout que je me sais suivie et que je ne sais pas si celui qui me recherche est dans le pays ou pas. Le noir me va si bien aussi. Moi la duchesse, je suis obligée de faire mes achats accompagnée d'uniquement un garde et sans mon amant bien sur. Je dois encore me cacher pour le voir. Même si je sais que l'attente sera longue, il faudra encore m'armer de patience pour apparaître fièrement à son bras. Ce rêve est pourtant si loin ... Mes pas sur les pavés encore mouillés de la veille sont aussi doux que la brise. Je tourne et me retourne pour trouver une personne qui maîtrise l'art de la couture mais rien ne vient. Soit ils ne sont pas assez qualifiés à mon goût, soit ils ne me plaisent pas. C'est alors que je suis poussée par mon garde, me montrant cette place ou allait se tenir une exécution. Curieuse comme je me connais, je n'hésite pas à suivre d'un pas déterminé les courtisans qui accourent de toute la ville. On parle, on crie, on sourit, on pleure, cela dépend de l'amour ou du mépris que l'on ressent pour la reine et son mari.

Soudain le silence se fait. Un homme dont j'apprends le nom sur les lèvres d'un voisin fait son entrée. Guilford Dudley. Cet homme doit être respecté pour qu'on se taise à se point devant lui. Et puis je l'ai vu s'agenouiller avec courage. Je ne le connaissais pas mais cet homme m'a rappelé mon mari, resté en Italie. Lui aussi avait été courageux et déterminé pour prendre le duché de Parme. Face à tous, il avait combattu et régnait aujourd'hui en maître sur le plus grand duché d'Italie. A genou devant son peuple, j'ai assisté à la première exécution de ma vie. Contrairement à ce que j'avais pensé, je n'ai pas ressenti la moindre émotion devant cet inconnu dont la vie venait d'être prise d'une main de fer. La peur dans laquelle je vivais quotidiennement m'avait éloignée de la réalité et de mes sentiments de femme. Avant j'étais la petite princesse italienne fragile, maintenant j'étais devenu une femme forte adoptée des Anglais. J'avais développé toute sorte de subterfuge pour échapper aux hommes de mon mari. S'il fallait tuer, je tuerais et ça sans rancune. Cet homme était physiquement attachant mais il devait bien l'avoir cherché pour se trouver là. En ce jour de février, j'étais du côté du peuple. Je devenais anglaise à part entière et prenait sans en avoir conscience part au conflit en me mettant dans le clan des catholiques. Ce spectacle ne pouvait que laisser place à une nouvelle ère bien meilleure.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Sam 22 Fév - 0:55
Le temps des larmes ou des rayonnements de joie va bientôt sonner. En effet, le pays de la Rose va verser du sang. Des têtes vont tomber, celle de Jane en particulier. Oh c’est un jour funeste pour l’Angleterre. Pourquoi ce pays a-t-il assassiné ces têtes royales ? Je pense à la mère d’Elizabeth Tudor, ma princesse, celle que je considère comme ma sœur. Pauvre enfant qui n’a jamais connu sa mère. C’est si injuste de retirer la vie d’une mère ou d’un enfant … Les Rois ont-ils un cœur pour sacrifier ceci ? Pourquoi ? Comment peut-t-on vivre sans sa mère ou son enfant ? C’est si difficile … Je pense de nouveau à Elizabeth, elle est forte et admirable. Sera-t-elle Reine ? Je l’espère, je prie en secret pour qu’elle le soit. Un jour … Mais quand ? On ne peut pas renverser Mary ou je ne peux pas agir contre elle. Il faut que je fasse quelque chose en évitant de me retrouver à la potence. Mais si c’est le cas, je mourrais pour avoir trahi Jane. Et, je la rejoindrais ainsi que mes chers enfants que je n’ai connu … Ou les membres de ma famille comme mon cher père. Oh Papa …

J’arrive avec mon époux sur le lieu d’exécution, je suis vête d’une robe sans valeur, une robe simple, je ne voulais pas d’une robe magnifique, ce qui aurait pu choquer les endeuillés mais une robe simple. il y a une masse près de ce funeste lieu. Je regarde la scène, je ne sais quoi faire. Pourquoi suis-je venue ? Pourquoi j’ai écouté mon mari ? Si seulement … Je n’avais pas rien fait lors de la trahison de Jane. Peut-être serait-elle en vie ? Je ne sais pas. Je ne sais quoi penser, je suis perdue. Tellement perdue … Je regarde la masse, je devrais chercher une personne qui pourrait m’aider dans cette détresse sans comprendre que je peux trahir la Reine. Oh mais qui ? La cour est remplie de vipères … Et, de renards. Je me demande si cette Catherine, cette duchesse sera là. Je me rappelle du moment qu’on avait partagé enfin notre discussion … Je vois une tête blonde pas très loin de moi. Thomas … Mon premier amour. Je me rapproche de lui, échappant à mon époux, je suis à ses cotées quand l’époux de mon ancienne meilleure amie meurt sur nos yeux. Je regarde ce spectacle odieux et horrible. Des larmes vont me couler aux yeux, je le sens. Encore plus quand Jane sera exécutée.

Je ferme les yeux et je repense à cette époque bénie de Dieu, de cette époque où j’étais heureuse. Cette époque qui n’était autre que l’adolescence et les jeunes années de ma vie d’adulte. Oh, je me rappellerais toujours de cette poésie, celle qu’on m’avait dédiée, c’était un sonnet d’Henry Howard. Je me rappelle des Reines d’Angleterre. Des reines ayant des destins différents, celle qui m’a le plus marqué c’est Catherine Parr, la dernière Reine du Roi. Douce Reine … J’ouvre les yeux après ces belles pensées du passé. Je jette un regard vers Thomas. Il est toujours là quand il le faut. Mais le regarder plus longtemps pourrait être dangereux. Que faire ? Restez ici ou me retirer ? Je me mordille les lèvres tellement fort que je sens le goût acariâtre du sang. Si seulement, l’exécution de Jane pouvait être reportée … Si seulement, il pleuvait ou si seulement un incendie se déclarait. Si seulement, on pouvait la sauver … Or, les dés ont été lancés et le mécanisme est enclenché. Peut-on défaire ceci ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 24 Fév - 5:42
Il se remémorait tant de souvenirs. Les deux petits frères courraient à un moment dans les herbes hautes et parsemées de fleurs du territoire leur appartenant. Ils riaient à en pleurer. Ils étaient si heureux. À un autre moment, les deux frères lisaient : ils étudiaient pour devenir tel leur père le souhaitait de véritables et fort Dudley. Robert Dudley revit Guildford Dudley beau, grand et si sage en comparaison aux autres membres de la famille. Il le revoyait au bras de Jane Grey celle qui aurait dû être reine plus de neuf jours. Robert avait toujours été plus proche de son petit frère. Avec Ambrose même, ils pouvaient galoper des heures dans la lande anglaise.

Mais il ouvrit les yeux sur un tout autre spectacle. Le ciel était gris et on pouvait méprendre la neige fondante en gadoue. L’humidité dans l’air laissait, parfois, la sensation de frisson courir en votre dos. Ceci n’empêchait pas Tower Hill au pied de la Tour de Londres de se couvrir de gens. Des braves gens parfois innocents même tout comme des soldats. Ceux-ci veillaient au grain évidemment, mais pourquoi vouloir s’échapper lorsque tout espoir était perdu ? Avec John et Ambrose, il formait une ligne au premier rang de l’échafaud. Les mines des frères étaient sérieuses voir en colère et peut-être même vengeresses. Certes, la tristesse restait immense. Elle tâchait uniquement de ne point se montrer.

Le regard plaqué sur Guildford, son plus proche frère en âge ne perçut plus rien d’autre lorsque cette hache s’abattit. « Je prie pour toi mon frère comme je l’ai toujours fait depuis juillet. Sois fort, tu es un Dudley. Va retrouver Père. » Il murmurait ces paroles et malgré un petit sursaut et cet affreux haut-le-cœur, le jeune Lord tenu le coup. Néanmoins, sa bouche tremblait. Il se forçait à ne pas rejeter de larmes, mais il n’y arrivait plus maintenant.

- Tu as été fort Guildford … Maintenant, reposes-en paix.

Marmonna-t-il avec difficulté sa voix cassée par les sanglots. En un réflexe, Robert Dudley attrapa le médaillon qu’il portait au cou. Il le sera très fort comme si cela lui donnerait du courage. La réponse était évidente comme la personne qui le lui avait offert. Subitement, Lady Dudley leur mère à tous avait certainement voulu embrasser ses fils restant avant de retourner à son carrosse comme lui conseilla sa fille. Déboussolé, Robert se fit enlacé tendrement par les bras de sa mère en troisième. Il fut le dernier, mais eut l’impression d’y rester si longtemps. Après un moment, elle se recula et tendrement essuya les larmes perlant sur ses joues.

- Robert … S’il te plaît, restes en vie.

Supliait-elle son fils avec tout l’amour qu’une mère pouvait donner à ses enfants. Il était maintenant le plus jeune, mais cette marque d’affection en cette journée funeste ne le rebuta nullement. Lady Dudley mit alors la main sur le médaillon toujours dans le poing droit du jeune Lord.

- Mère … ? N'en dites rien … Je vous en conjure.

Murmura-t-il à voix très basse alors que sa mère vit le visage caché par le métal du médaillon. Elle sourit et acquiesça du chef. Cette vision semblait lui redonner un peu de courage, d’espoir. Elle ne dirait rien parce que cette possible union politique pourrait peut-être sauver le nom Dudley.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
♕ Mon nombre de messages est : 901 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1383 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 28/02/2012

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Dim 2 Mar - 23:02


Fire and blood.



Le sang coule sur l'échafaud, la tête de Guilford Dudley git sur le sol... Katherine Grey est présente, la gorge serrait à la vue du corps sans vie de Guilford. Avaline P. Clives est là aussi, par curiosité car l'exécution de Jane Grey est un événement très attendu pour tout Londres. Anne Somerset, aux premières loges était soulagée par cette première exécution, au premier rang elle avait pu tout voir. Mary Sydney pu voir Guildford avant son exécution, lui glissant quelques mots, les derniers pour son frère. Elle était accompagnée d'Henry Sydney, l'émotion était là quelques mois à peine après la mort du père cette dernière. Famille déchirée. Brisée. Robert Dudley murmura quelques mots lorsque la hache trancha la nuque de son frère, il n'y avait pas de mot pour traduire la douleur que pouvait ressentir cette famille. Jane Stuart représentait l'Ecosse, lors de cette exécution, elle ne tarda pas à rejoindre Anne pour avoir un peu de soutien face à ce spectacle qui ne manqua pas de lui donner quelques nausées. Thomas N. Hertford est ici, la main sur le coeur, un faux visage neutre il est plus touché que ce qui transparait de lui. Discrétement, échappant à son époux Elizabeth Clinton se rapproche de son premier amour Thomas, les larmes coulent sur son visage elle redoute la mort de Jane. Notre petite italienne, Gerolama Orsini a été embarquée malgré elle voir ce spectacle Londonien, ne comprenant pas tout mais se rangeant du côté des catholiques avait-elle vraiment le choix ?

¤¤¤

Jane écrivit avant de mourir « Mon père, bien qu'il ait plu à Dieu de faire hâter ma mort par vos agissements, - alors que vous eussiez dû plutôt mettre tout en œuvre pour prolonger ma vie, - cependant j'accepte patiemment mon sort, et j'adresse à Dieu de plus sincères remerciements pour trancher le fil de mes misérables jours...»

La pauvre petite usurpatrice était presque perdue dans le cortège, de deux cents hommes de la garde, qui l'accompagnait au lieu du supplice. Le regard fixé sur le livre de prières qu'elle tenait à la main, Jane marchait vers l'échafaud parmi ses femmes, toutes en grand deuil et qui fondant en larmes. La jeune femme dit adieu à ses dames d'honneur. Cet adieu fut déchirant. Avec courage elle monta les quelques marches qui conduisaient à la plate-forme fatale et elle se tenait debout là. Elle était si pitoyablement jeune que le peuple, d'une seule voix, poussa un cri de compassion. Mais avec sérénité elle leur fit face.

« Bonne gens », dit-elle, « Je suis venue ici pour mourir, car un arrêt m'a condamnée au supplice. Mon crime contre Sa Majesté la Reine n'est autre que d'avoir cédé à la pression exercée sur moi ; cela est qualifié aujourd'hui de trahison, mais cette trahison je ne l'ai jamais voulue. Pour mon malheur, j'ai suivi les conseils de personnes que je croyais mieux placées que moi pour savoir ce que je devais faire, car je suis peu au courant des lois et encore moins des droits de succession au trône. Le rôle que j'ai joué à l'encontre des droits de la reine était illégal. Mais, en ce qui concerne ma responsabilité et ma volonté d'agir de la sorte pour mon propre avantage, devant Dieu, bonnes gens qui m'écoutez, je vous déclare que je suis innocente et que mes mains sont pures. »

Avec calme, elle prend ensuite l'assemblée à témoin qu'elle meurt en vraie chrétienne et demande à tous de prier pour elle. Le moment fatal est arrivé. Jane commence à dégrafer le col de sa robe. Le bourreau voyant que le deux femmes de la princesse sont trop bouleversées pour être d'aucun secours, offre à Jane de l'aider. Derrière la hideuse étoffe rouge se cache sans doute un coeur compatissant, car le pauvre diable s'agenouille et demande à la princesse de lui pardonner l'acte que son devoir lui commande d'accomplir. Mais la jeune femme, bien qu'elle déclare lui pardonner "de grand cœur", ne pardonne pas aussi aisément à la mort aux doigts crochus et prie celui qui la représente de ne pas la toucher. Se tournant vers ses femmes, elle les conjure de contrôler leur émotion. Puis, avec l'aide de leurs doigts tremblants, elle enlève sa robe... la même robe qu'elle portée lors de son jugement.

Il faut encore supporter une attente horrible. Elle s'agenouille devant le billot et attache un mouchoir autour de ses yeux, l'heure hideuse d'une morte imminente et cruelle a sonné.
« Je vous supplie de faire vite» dit-elle au bourreau « Me trancherez-vous la tête avant que je la pose sur le billot ?
- Non, Madame
répondit-il.
- Que dois-je faire ? Où est-ce ? » Murmure-t-elle, cherchant à tâtons le bloc de bois. On l'aide à placer sa tête. « Seigneur, soupira-t-elle je remets mon âme entre tes mains. » Le bourreau abat ensuite sa hache sur le cou de Jane, séparant son corps de sa tête, puis il saisit cette dernière par les cheveux et s'écrie : « Périssent ainsi les ennemis de toute reine. C'est la tête d'une traîtresse ! »

Et de deux.

INFORMATIONS ♣
Vous avez jusqu'au 16 mars 2014 pour répondre, une seconde exécution a eut lieu, dites-nous vos réactions, votre avis, votre ressenti. Essayez d'éviter les groupes, d'être à côté et de discutailler What a Face (oui ça existe) ensemble.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 3 Mar - 22:28
La foule est dense et pourtant je me trouve dans un recoin engloutie par la marée humaine excitée et énervée de l'événement qui arrive dans peu de temps. Je me sens mal, j'ai froid, j'ai chaud et mon cœur se serre quand je songe à la raison de ma présence ici même. L'exécution de mon beau frère et de ma belle sœur. Guildford Dudley et Jane Grey. Par mon mariage avec Robert, ils restent des membres de ma famille et leur sort prochain me tord l'estomac. J'ai envie de m'enfuir mais mes pieds m'immobilisent et m'empêchent d'avancer plus. Alors je reste là ou je suis entre un tonneau et une arcade d'une maison de pierre. J'observe la scène au loin et je vois mon beau frère grimper sur le piédestal et poser sa terre sur le billot de bois. Juste avant, il crie "priez pour moi". Je finis par joindre ses paroles à mes pensées et me met à prier de toute mes forces en espérant qu'un miracle puisse se produire. Je ferme les yeux et joins mes doigts tant je veux que sa mort soit regardée. Mais le bruit sourd d'un choc, la clameur de la foule me fait ouvrir les yeux. Je dois accepter la réalité: Guildford est mort. Ça en est fini pour lui. Je vois au loin ce corps sans tête et ce qui sembla être la plus partie de son corps, sur le bois du piédestal. Pauvre Guildford, je l'ai toujours bien apprécié mais voilà qu'il n'est plus. Je songe à Robert, il doit certainement être dans sa cellule alors je reste tétanisée sur place tandis que j'essuie mes yeux avec un mouchoir en tissu.

Ce sera bientôt le tour de Jane Grey: la reine de neuf jours. Je regrette qu'elle n'ait pu faire plus de règne mais c'est ainsi, les Tudor auront été plus forts. J'observe soudain la foule en attendant que Jane arrive face à son destin. Et il me semble apercevoir une tête familière. Non, ce n'est pas possible... Je ne peux y croire...

" Robert...? "

Je chuchote son prénom presque effrayée à l'idée de le savoir ici. Mais cette fois, mes jambes se décident à fonctionne toutes seules et je me dirige alors vers ce petit groupe de personnes ou il me semble avoir vu mon mari. Au fur et à mesure que je marche, j'essaye de ne pas faire attention à la foule, me faufile entre plusieurs personnes jusqu'à ce que j'arrive à hauteur de ce groupe. Mon mari s'y trouve ainsi que ma belle sœur Mary et son mari. Et puis, il y a la mère de Robert qui est effondrée. Pauvre femme... Après avoir perdu son mari, voilà qu'elle perd son enfant. Le destin est parfois bien cruel et la vieille dame masque son chagrin dans les bras de son fils Robert. Il ne m'a pas aperçu encore car il est tout aussi effondré. Alors je salue timidement d'un signe de tête et agrémenté d'un sourire triste, Mary Sidney, avant de sentir mes yeux se remplirent de larmes face à tant d'émotions. Ces dernières finissent par couler tout à fait quand la reine déchue se met à parler pour la dernière. Puis, elle se place comme pour Guildford l'a fait. Au même endroit ou son mari a perdu la vie, je la vois poser sa tête. Et je ne peux voir davantage alors je ferme les yeux jusqu'à ce que résonne ce même bruit sourd d'une hache s'abattant sur la nuque d'une victime.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mer 5 Mar - 14:00

La nouvelle s'était rependue comme une traînée de poudre pour tout ceux qui portaient Jane Grey dans leur cœur. On devait s'y attendre, tout cela ne pouvait que se finir tragiquement et même si je ne suis pas officiellement du côté des protestants je suis assez touchée par ses exécutions. Le sang n'a jamais été une chose que j'aimais voir et mon mari allait m'imposer d'assister à ces exécutions. Il était si affligé que ça me faisait presque de la peine de le voir comme ça, mais je suis trop contrariée pour aller le consoler, de plus il savait aussi que ça pouvait arriver. Nous nous sommes encore disputés ce matin au sujet de la tenue que je devrais porter. Selon lui je devais porter du noir parce que nous sommes sensé soutenir les protestants, mais selon moi si je porte du noir aujourd'hui je risque fort d'attirer l'attention et je n'en ai aucune envie. Je veux seulement que l'on se fonde dans la masse et que l'on attire pas l’œil de la reine.

C'est donc vêtue d'une robe pourpre que je me suis vêtue, ne prêtant pas attention à l'expression outrée de mon époux. Il y avait du monde et ce n'était pas si étonnant. Tout le monde ou presque aime les exécutions. La première tête à tombée fut celle de Guilford et j'aurais mille fois préférer être ailleurs qu'ici voir tout ce sang qui coule n'est pas mon activité favorite. J'aurais presque envie de détourner l’œil, mais mon époux comprendrait que je suis mal à l'aise et je ne dois jamais lui montrer mes faiblesses. Lui semble tellement affligé et malheureux qu'il me fait vraiment de la peine. Lorsque vient le tour de Jane Grey je ne peux m'empêcher de l'observer pleinement et de me dire qu'elle ne méritait pas tant de haine, son discours m'a convaincue, bien que je sois totalement pour Mary, cette dernière aurait pu lui laisser une chance, mais le pouvoir semble plus important que la vie. Je ne peux supporter une autre tête qui tombe, mais suis forcée de regarder la scène. Je ferme les yeux en voyant la hache s'abattre me demandant si les autres femmes à côté de moi apprécient vraiment ce spectacle où si elles font aussi semblant. J'aurais mille fois préférer pouvoir m'évader et rester loin de toute cette agitation qui me soulève le cœur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 10 Mar - 19:49
Perdre les gens qu’on aime est une tragédie, perdre Jane Grey est une de mes tragédies. Cette mort sera terrible. Moins terrible que perdre des enfants certes, mais terrible. Je vois Jane entourée de gardes qui l’amènent vers la Mort. Pauvre Jane. Pourrais-je voir sa décapitation ? Pourrais-je le supporter ? Il est difficile. Je regarde Thomas. Ce dernier pourrait m’aider à apaiser ma douleur, ce trou béant de ma poitrine. Comment ? Sans doute avec des douces paroles … Il trouve toujours les bons mots pour consoler les âmes en peine. Je serre fort mes poings. J’essaye de rester forte. La reine ne doit rien savoir sur ce que je ressens … Je me demande ce que fait mon époux, regardes-t-il cette scène avec plaisir ou dégout ? Pourquoi m’a-t-il dissuadé de changer de clan ? Ma tête sans doute. Mais cela n’explique pas son comportement plutôt distant avec moi … Aimes-t-il une autre ? Préfères t-il une vraie femme ? Une dame pour lui donner des fils ? Je ferme les yeux, rien qu’un instant. Oh si seulement, je pouvais rencontrer le véritable amour. L’amour qui changerait ma vie, celui qui me permettrait de redevenir une femme joyeuse et non une femme terne. Un amour qui saurait me rendre heureuse. Pas un amour éphémère mais un véritable amour. Je croyais que mon mariage était un mariage d’amour mais peut-être c’est que des illusions. Pourquoi me suis-je mariée à Edward ? Est-ce pour renouveler une nouvelle vie après la perte de mes enfants et mon ancien époux ? Surtout qu’Edward n’est plus un jouvenceau mais un homme d’un âge mur. Je pense que j’avais besoin de confort, quelqu’un sur qui je pouvais compter. Suis-je un monstre ? Où est passée la jouvencelle aimant les chevaliers ? J’ai changé à la cour, suis-je devenue une vipère semant le vice ? Je ne suis plus une colombe, aussi douce. Non, j’ai changé. J’ouvre les yeux, Jane est sur l’estrade. Je la regarde et je baisse mon regard. M’a-t-elle vue ? Je l’ignore. Oh Jane, saches que je n’ai jamais voulu ta mort. Jamais. Je voulais que tu vives. Ma pauvre Jane. Tu es si jeune pour mourir. Tu n’étais pas censée mourir maintenant, non, ce sont les vieillards qui doivent mourir. Or, je ne suis rien. Ce n’est pas moi qui décide la vie d’un homme ou d’une femme, c’est le Roi et Dieu. Je respire doucement, j’écoute les paroles de Jane. Je tente d’éviter de pleurer. Non, je ne dois pas pleurer. Je ne dois pas pleurer. Elle pose sa tête sur le billot. Je regarde Thomas, j’aurais aimé qu’il prenne ma main et qu’il la serre pour me rassurer. Et, Jane … Jane n’est plus de ce monde. Je vois sa tête dans les mains de ce boucher. Je me sens défaillir. Quand ces exécutions vont prendre fin ? Quand ? A la mort de cette Reine, assoiffée de sang ? Peut-être. Je regarde le ciel, et j’ai une certitude qui vient en moi. Jane est au Paradis. Reine sur Terre et princesse du Paradis. Aujourd’hui est un jour noir pour l’Angleterre … Une Reine décapitée, une reine si jeune. Que va-t-il se passer par la suite ?
Revenir en haut Aller en bas

La Famille Royale
avatar
♕ Métier : Lady Katherine Grey ♕ Age : 16 années ♕ Religion : Protestants ♕ L'avatar a été fait par : zuz, tumblr & .TITANIUMWAY ♕ Mon nombre de messages est : 531 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 32 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 05/10/2013 ♕ Mon pseudo web est : Eris

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mer 12 Mar - 12:34
fire and blood
le peuple ∞ anne
La décapitation de Guilford Dudley avait plongée Anne dans une euphorie toute particulière. Elle était à la fois dégoûtée de voir ce sang couler goutte par goutte sur le sol atteignant ainsi petit à petit ses chausses et en même temps, terriblement soulagée et heureuse de voir ce traître enfin mort. Cette occasion n'aurait pas pu être de meilleur augure pour le règne de la reine Mary et pour le retour de la foi catholique. Les protestants allaient perdre leur bien aimée reine aux neufs jours et se rebelleraient sans doute, mais la souveraine serait assez forte pour les repousser dans leurs tanières, Anne en était persuadée. Malheureusement, l'autre fille d'Henry VIII paraissait dévouée tout entière à la cause hérétique et l'enfermer dans un château loin de la cour ne suffisait pas. A croire que cette gangrène ne s'en irait jamais de l'Angleterre et de l'Europe. La Somerset maudissait la bâtarde Elizabeth, Jane Grey et tous les hommes qui leur étaient soumis. Elle aurait rasé tout le pays si cela aurait été possible pour les voir disparaître pour toujours et à jamais de la surface de la Terre. Or, seul Dieu avait ce pouvoir et Anne était très loin de l'être !

Les mains tremblantes, un sourire illuminant son visage aux formes encore enfantines, la jeune fille attendit avec impatience l'arrivée de Jane Grey. Mais, alors qu'elle se concentrait sur l'estrade et sur le bourreau, une main vint agripper son bras. Anne se retourna en sursautant, se demandant qui cela pourrait bien être. Elle n'attendait personne, sa soeur était bien trop occupée avec son nouvel amant et son frère devait se morfondre de l'exécution de la traîtresse. Cependant, son sourire s'élargit quand elle vit sa nouvelle amie Jane. Celle-ci avait l'air totalement dégoûté et peut-être même terrifié, or la jeune lady ne s'en aperçut pas. Elle la prit dans ses bras et la serra avec affection. Quand elle se recula, Anne agrippa la main de l'Ecossaise avec excitation.

« Oh Jane ! Quelle surprise de vous voir ici-même ! Votre mari a dû vous perdre avec toute la foule présente dans un si petit lieu ! Je suis sûre que nous allons le retrouver. »

Puis, le moment si attendu arriva et Jane Grey monta sur l'estrade avec beaucoup de courage. Le peuple compatissait à son sort et ses dames de compagnie pleuraient de tout leur saoul. Il est vrai que l'usurpatrice était encore bien jeune pour mourir, mais dans la vie c'était la loi du plus fort qui l'emportait et malheureusement pour elle, elle n'était qu'une faible jeune fille de seize ans. Anne ne ressentait aucun sentiment sympathique à son égard et tandis que la foule était en larmes, elle, elle trépignait d'impatience à l'idée de voir finalement ce problème se résoudre. Et il se résolut quelques minutes plus tard. Lorsque la tête de Jane se détacha de son corps, un « Hourra ! » s'éleva dans la foule.

« N'est-ce pas excitant Jane, de voir enfin cette traîtresse mourir ? Mais dites-moi, vous êtes extrêmement pâle ! Seriez-vous malade ? »

La Somerset se tourna vers son amie et au même moment son regard se posa sur une femme pour qui elle ressentait une grande peur et qu'elle n'appréciait guère : Elizabeth Clinton.

« Vous voyez cette femme blonde là-bas ? C'est une sorcière Jane, j'en suis persuadée ! Elle me fait horriblement peur. »

Les yeux écarquillés d'effroi, elle sentit le regard de la dite Elizabeth sur elle et dans un sursaut, lui tourna le dos.

« Croyez-vous qu'elle puisse nous jeter un sort ? » chuchota-t-elle à Jane.

Code by Silver Lungs


Dernière édition par Anne Somerset le Ven 4 Avr - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mer 12 Mar - 18:44





Fire and Blood
Mini Event

La douce enfant se remet doucement de la mort de Guildford. La petite Katherine n’était malheureusement pas au bout de ses peines. Jane arriva entouré de nombreux gardes. La petite blonde sentit les larmes montés mais tenta de contrôler ses émotions. Ses yeux ne quittaient pas sa sœur. Katty était terrifiée du spectacle qui l’attendait. Et les paroles de Jane ne l’aidèrent pas. Elle était si courageuse, et elle semblait s’être préparée à son sort. Elle se tenait là droite et fière. Sa sœur était si forte. La jeune fille contemplait la scène avec tristesse. Les larmes commençaient à couler sans qu’elle ne s’en rende compte. Mais après tout, elle avait le droit de pleurer sa famille, sa sœur.

L'L’exécution parut durée une éternité. Le bourreau, les dames d’honneur de sa sœur tout semblait se dérouler au ralentit. Ses joues étaient trempées de larme avant même que sa sœur n’ait quitté ce monde. Et lorsque le bourreau leva sa lame, Katherine détourna le regard ne pouvant voir cette mort. C’était trop dure, il ne fallait pas qu’elle tombe dans les pommes. Le bruit de la hache s’abattant sur le cou de la pauvre reine de neuf jours.« Jane…oh Jane… » Souffla entre deux sanglots l’enfant.

Les larmes l’enfant redoublèrent, ne pouvant plus contrôler sa tristesse. Deux membres de sa famille étaient tombés. Combien encore devait-il en faire tomber ? Combien de temps encore ce morbide spectacle allait-il durée ?

La blondinette releva les yeux lorsque le bourreau annonça tout haut que ce qui s’opposait à la reine périrait de la même façon et Jane était une traitresse. Le regard triste de Katty s’assombrit. Sa sœur n’était point une traitresse. Sa sœur était une femme forte, courageuse, loyale. Ce n’était pas une traitresse. Voir sa défunte sœur traitée de la sorte, la faisait souffrir. Mais sa douleur n’était pas terminée. Il restait son père, son pauvre père qui avait eu le malheur de soutenir son enfant, sa chair, son sang tout comme parent le ferait. Mais visiblement la Reine n’était pas de cet avis, et il allait payer le prix fort d’avoir soutenu sa fille. Son père allait mourir et elle allait assister à cela également. Une chose était sûre, cette journée n’allait pas la laisser indifférente et cela allait la marquer.

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mer 12 Mar - 22:56

Pauvre petite fleur.


Le monde n’était pas que fait de princes et de princesse heureuses. Il y avait des reines, des jeunes filles en fleur et des hommes innocents, qui finissaient par perdre la vie. Ce sang révulsait la jolie Jane Stuart, elle qui était une personne de palais, elle n’avait jamais assisté à une exécution et cette première lui faisait peur, puisque le jeune homme qui venait de mourir était innocent. Le comportement de la belle écossaise contrastait beaucoup avec celui de son amie Anne, qu’elle venait de rejoindre pour se rassurer. L’anglaise semblait très enjouée, même beaucoup trop au goût de Jane, dans une pareil situation. Certes les personnes qui étaient mise à mort étaient les ennemis de l’Angleterre, mais pourquoi tant de haine ? Jane Grey n’était qu’une jeune fille de dix-neuf ans, Guildford Dudley ne devait pas être plus âgé. Les mains tremblantes, elle vit Jane Grey monter sur l’estrade et voir le sang de son mari coulant encore sur le sol. En cet instant, l’écossaise essayait d’imaginer ce qui pouvait se passer dans la tête de cette reine de neuf jours. Même si la jeune fille était l’ennemie, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir pitié d’elle. Son cœur battait à la chamade, la brune chercha du regard son mari, elle ne le voyait pas. Etait-il avec sa maîtresse ? Sa vie n’était que souffrance avec tout cela. Jamais Archibald ne l’aimerait, puisqu’il s’était entiché d’une italienne. Quand elle l’avait découvert, Jane n’avait pas cru qu’elle s’en sortirait. Si seulement, elle avait quelqu’un, avec qui se raccrochait, elle trouverait son existence bien plus supportable. Jane voulait un enfant et elle priait pour que Dieu lui accorde cette bénédiction. Anne sembla voir son malaise, mais aussitôt Jane feignit que tout allait bien. La jeune femme ne voulait pas montrer ses faiblesses même face à une amie.

« Non tout vas bien, c’est la première fois que je vois une exécution, je n’imaginais pas cela ainsi. » Répondit-elle avec un faux sourire sur les lèvres

Alors que Jane Grey prononçait ses dernières paroles, Anne lui montra une femme blonde, qu’elle disait être une sorcière. Les yeux de l’écossaise se posèrent sur la dame, qu’elle trouvait en effet, très étrange, avec un regard qui n’augurait rien de bon. Est-ce que son amie avait raison ? Jane était vraiment intriguée, si bien qu’elle en oublia presque la tragédie à laquelle elle assistait, mais aussi ses mésaventures avec son mari.

« Son regard est malfaisant ! Mais je ne pense pas qu’elle nous jettera un sort, sinon elle finirait au buché. Il y a beaucoup trop de témoins. » Disait la jeune femme pour rassurer Anne qui ne semblait pas rassurée en présence de cette femme. Il valait mieux ne pas regarder cette femme que tout le monde connaissait comme étant Elizabeth Clinton. Jane lui tourna d’ailleurs vite le dos, on ne sait jamais, il fallait se méfier des sorcières. Elle avait déjà beaucoup de peines dans sa vie, elle ne voulait pas en rajouter d’autres. Elle jeta un dernier regard vers cette femme et au moment où elle la regarda, elle entendit un bruit de hache. Jane ferma les yeux, elle venait de comprendre, Jane Grey était morte. Elle ramena son regard vers l’estrade, pour découvrir le bourreau montrer la tête de la jeune fille à tous. C’était répugnant ! Est-ce que Mary Stuart aurait subi ce sort, si on ne l’avait pas envoyé en France ? Dieu était cruel avec ses reines et cette tragédie montrait bien que personne n’était en sécurité.




Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 17 Mar - 4:01
Jane Grey fit son entrée. Dès lors, Lady Dudley s’éclipsa telle sa fille le lui proposa alors que John et Ambrose firent de même. Alors que les soldats resserraient les rangs de la première rangée – avec raison – Robert Dudley se retourna vers l’échafaud. Le jeune Lord discuta avec Jane. Elle était une jeune femme innocente telle la sœur de son amie Henry, Anne Stafford, mais Jane était beaucoup plus néanmoins. Une femme réaliste et intelligente que ses paroles firent titiller la gorge de notre jeune Lord Dudley.

Déglutissant, il savait les gens nommés par Jane Grey furent sa propre famille ses frères, ses sœurs et son père. Que la faute le revenait de droit et par courage Jane Grey démontrait la vérité à tous. Les livres d’histoire la dépeigneront comme une femme forte munie d’un cœur pur et compatissant. Une large culpabilité se forma en un réflexe dans le cœur du jeune Lord, mais elle n’en serait pas aussi forte pour le forcer à vouloir être sur le billot à la place de Jane Grey.

- J’ai pêché … Jane, puisses-tu reposer en paix …

Marmonna-t-il la tête basse confus tant ses pensées le déboussolèrent. On avait commis des erreurs profondes et ce fut lorsqu’il releva la tête qu’il comprit. Sa bouche fermée serrée, son regard sérieux Robert Dudley vit le destin que leurs erreurs apportèrent. Certes, il était plus cruel encore de savoir ceci que la reine le savait aussi, car elle fit exécuter l’innocence de la trahison et non les véritables instigateurs. Les jambes du jeune Lord tremblaient. Il trouvait hideux le geôlier montrant sa prise à tous et ces applaudissements, ses cris de joies lui firent lever le cœur.

C’est alors que dans ce brouhaha, Robert Dudley entendit une toute petite voix. Il la connaissait par cœur cependant et tournant son regard vers la droite, il la vie : Amy Robstart jeune femme innocente et vulnérable dans toute cette histoire. Subitement, Robert Dudley eut peur que la cruauté de la reine Mary Tudor aille jusqu’à faire exécuter Amy pour le faire souffrir.

- A … Amy.

Ces mots furent presque coincés dans sa gorge, mais il fut si heureux d’avoir enfin une bonne raison de détourner le regard du spectacle horrible sur ses devants. On fit un pas pour l’en empêcher, mais lorsqu’on remarqua le mouvement de réconfort du jeune Lord vers Amy Robstart, on ne l’en arrêta pas.

- Elle n’est plus en prison maintenant. Elle repose en paix … Libre.

Tenta-t-il de prononcer ces mots malgré son affreuse mine qui, pour une fois, laisser dépeindre des émotions tangibles. Il enlaça son épouse ses bras l’enveloppant jusque dans le dos.

- Merci Amy d’être là.

Murmura-t-il tout simplement.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mar 18 Mar - 0:45
Toujours en train de me faire remarquer, j’arrivais en retard avec ma robe noire qui tourbillonnait derrière moi au rythme de mes pas. La tête de Guildford gisait déjà sur le sol alors que j’arrivais, essayant de me frayer un chemin parmi la foule. Cet événement avait attiré beaucoup de monde, pas étonnant, la mort de Jane Grey était un événement incontournable. J’avais du mal à compatir envers la tristesse que pouvait ressentir Jane Grey en ce moment même. Un agneau jetait aux loups. Ses proches avaient joué, s’étaient crus plus malin que la Reine, en personne et maintenant, les conséquences tombaient en même temps que cette hache macabre qui s’abattait sur leurs cous, les uns après les autres ils tombaient. Les uns après les autres, ils mouraient. C’était malheureux. Tragique. Les familles Grey et Dudley étaient des familles brisées, jamais ils ne pourraient se remettre de ces jours sanglants de février, jamais… Mais dans chaque histoire, chacun a sa part de malheur. Son fardeau à porter. Sa croix à trainer. Le monde n’acceptait pas les faiblesses. L’amour était une preuve de faiblesse. Parmi la foule, j’avais du mal à voir des têtes que je reconnaissais, vers qui je pouvais me tourner, tout le monde était absorbé par le spectacle sanglant sous leurs yeux. Certains pleuraient… la famille probablement, d’autres jubilaient. Qu’est-ce-que je faisais là ? Rien, je me montrais, je sortais. Les événements sous mes yeux ? Je n’en avais que faire, j’étais là car je devais être là pour voir de mes propres yeux la mort de la reine de neufs jours. J’arrivais à tant d’ailleurs. J’aperçus Thomas et Elizabeth, je me précipitais prés d’eux

« Thomas, vous avez mauvaise mine très cher. La vue du sang ne vous réussit guère. » Je tendais un mouchoir à Elizabeth qui avait l’air très émus, se mordillant les lèvres jusqu’à se faire saigner. Mes yeux vagabondaient, scrutant les différentes têtes. Je m’arrêtais sur Gerolama qui ne m’avait pas dit qu’elle assisterait à la mort de Jane Grey. « Gerolama, par ici. » criais-je un peu fort avec des signes de la main pour que la belle italienne me rejoigne. On me foudroya du regard, je m’en moquais pas mal. Vermine.

Le moment tant attendu était enfin arrivé. Jane. Elle fit un discours à la fois naïf et sincère, digne d’un oiseau tombait du nid, d’un œuf cassé dés la naissance. Je m’abstenais de tous commentaires, ce n’était pas le moment même si j’avais des remarques sur le bout des lèvres. Elizabeth n’allait pas très bien, et au moins pour elle je respectais cet instant de silence même si rester silencieuse n’était pas ce que je savais faire de mieux. Oui, avec le temps j’étais devenue une femme indépendante malgré le fait que je restais sous la coupe de mon époux j’avais pris quelques habitudes (mauvaises habitudes) mais si agréables. Je me débrouillerais toujours pour que rien ni personne n’est quelque chose à me reprocher, je faisais en sorte d’être supérieure également pour ne pas me faire écraser tel un petit insecte. Le bourreau proposa à Jane de dégrafer sa robe…

« Un bourreau avec un cœur ! »

Je m’arrêtais là pour laisser le bénéfice du doute à mes amis, approuvais-je cela ? Ou non ? Bien sur que non, il était faible, comment un cœur compatissant pouvait-il se cacher derrière l’étoffe rouge de la mort ? C’était inconcevable. Je me contenais lorsque la tête de Jane se détacha de son corps, j’avais envie d’exploser littéralement, de sautiller de partout. Tout le monde pleurait la perte de l’usurpatrice. J’étais la seule qui semblait heureuse à cette idée, même si j’étais protestante à la base, aujourd’hui j’étais catholique et dans ce monde il valait mieux être catholique qu’autre chose. Je soutenais la Reine, uniquement par intérêt mais je la soutenais. Aujourd’hui, était un jour de fête pour nous tous mais peu le comprenait. J’eus aucunes larmes qui me montèrent aux yeux. J’eus aucunes tristesses. Je me contenais car je voyais Elizabeth fort affectée et Thomas également. J’avais un cœur de pierre, d’artichaut. Assurément… Mais Jane ne serait pas morte si la révolte n’avait pas eut lieu, même si la victoire de la Reine a un moment donné était compromise les rebelles auraient du penser aux conséquences de leurs actes. La Reine avait bien fait d’accepter l’exécution des Greys, si elle voulait regner et assoir son pouvoir elle devait se montrer forte, intransigeante et pour cela un seul moyen était possible : la mort de ses ennemis.

« Elle est peut-être mieux là où elle est à présent, qu’en prison, vous savez Elizabeth. » dis-je d’une voix douce pour rassurer ma meilleure amie. Nous ne le serons jamais de toute manière si elle était mieux en prison ou bien dans l’au-delà…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Sam 22 Mar - 18:03
Fire and blood


La mort planait dans les airs, semblant vouloir enserrer toutes les personnes présentes de ses mains gelées. Certaines personnes ne ressentaient pas ce froid mordant qui trônait tout autour d'eux et qui cherchait à leur faire ressentir que la mort était proche, toute proche, et que rien ni personne ne pourrait l'arrêter. Mais d'autres n'étaient pas aussi chanceux que ces personnes qui ne ressentaient pas cette mort toute proche de leur âme. En effet, il y en avait parmi les personnes présentes qui la ressentaient et qui voulaient plus qu'autre chose s'en débarrasser pour pouvoir comme avant apprécier la chaleur du jour. Parmi ces dernières personnes, se trouvait Thomas, qui n'avait pu s'empêcher de se sentir mal lorsque la tête de Guilford avait roulé sur le sol après que la hache du bourreau se soit écrasée sur sa nuque. En effet, il s'était sentit mal, bien trop mal en vérité, et avait dû rester quelques instants immobile, la main sur sa poitrine pour que disparaisse la douleur que lui avait provoqué cette première exécution. Il est vrai que Thomas avait toujours été plus attiré par les mots que par le sang, mais ce n'était pas tant à cause du sang qui tâchait désormais l'échafaud que la souffrance était apparue, non...C'était plutôt parce que cette exécution ressemblait à s'y méprendre à celle de son aîné. Aussi y avait-il de quoi se sentir on ne peut plus mal intérieurement.

Alors que Thomas avait le regard fixé sur l'échafaud où s'était tantôt trouvé Guilford et que son esprit vagabonder au fin fond de ses sombres pensées, une femme vint à s'approcher. Femme qu'il ne remarqua seulement lorsque cette dernière s'adressa à lui et qu'il reconnu presque aussitôt. Il s'agissait de Héléna Sheridan, la soeur aînée de la femme qui n'avait de cesse de le détester. « Thomas, vous avez mauvaise mine très cher. La vue du sang ne vous réussit guère. » En tournant son visage vers cette dernière, il prit connaissance du fait qu'Elizabeth Clinton se tenait à ses côtés et il s'en voulu presque aussitôt de ne pas l'avoir remarqué plus tôt. Il faut croire que les exécutions ont le don de couper d'une certaine manière les personnes la regardant, du monde réelle. Car à dire vrai, lors de la première exécution, Thomas avait cru se trouver dans une bulle. Bulle où nul son ne venait à le déranger si ce n'est les propos tragiques qui s'échappaient des lèvres des condamnés...Oui...Il avait été dans une bulle jusqu'à présent. Revenant à la réalité, il plongea son regard dans celui d'Héléna et lui répondit. « Il faut croire que contrairement aux grands chevaliers, je n'ai guère pris l'habitude de voir du sang ainsi couler et encore moins de pouvoir le regarder sans broncher. D'où la mauvaise mine que vous avez pu remarquer. » Il posa ensuite son regard sur Elizabeth et lui adressa un sourire rassurant, désireux de voir s'échapper la douleur dans ses yeux, même s'il savait que ce n'était pas là chose facile. Autant pour elle que pour lui, puisqu'ils étaient tous deux affectés par ces exécutions.

« Gerolama, par ici. » En entendant le prénom de la femme que Thomas n'appréciait en aucune façon, l'ayant trouvé désagréable dès leur première rencontre, ce dernier se crispa, ne voulant pas que Gerolama vienne par ici. Même s'il se doutait bien qu'au vu de l'appelle d'Héléna il ne pourrait pas échapper à la venue de la belle italienne. Oh ! Comme il avait d'autant plus envie de fuir que tantôt. Fuir ces horribles exécutions. Fuir ces gens qui appréciaient de voir couler le sang. Fuir une italienne qui ne saurait tarder à venir. Oui...Fuir...Mais il ne le fit pas, il resta sur place, replongeant son regard sur la scène qui se déroulait sous ses yeux. « Un bourreau avec un coeur ! » En entendant ces mots, Thomas ne pu s'empêcher de rire de dérision, puis exprima les raisons de cet étrange rire, qui entendu par de mauvaises oreilles pourrait être très mal pris. « Un bourreau avec un coeur... » Il accentua bien ce dernier mot, y mettant toute l'ironie dont il pouvait faire preuve. « Cela ne puis exister, ou alors ce n'est pas un bourreau, mais seulement un remplaçant. » Il secoua alors la tête comme pour montrer qu'il trouvait cela pathétique. Pour lui, un bourreau ne pouvait avoir un coeur, si ce n'est que ce dernier soit complètement gelé. En effet, il haïssait les bourreaux depuis l'été. Certes, il ne les avait jamais vraiment appréciés, trouvant leur métier affreux, car il fallait alors avoir un coeur de pierre, mais depuis la mort de son frère, sa haine à leur égard s'était faite vive. Dans chaque regard de ces derniers, il voyait celui qui avait abattu la hache sur la nuque de son frère...

Soudainement, cette dite hache tomba, frappant avec violence la nuque de Jane et alors, sa tête se détacha de son corps, roulant sur le sol comme celle de son époux avec elle. Extérieurement, Thomas avait le visage impassible, cherchant à imiter l'attitude de tous ces nobles qui l'entouraient, après tout, mieux valait ne pas attirer l'attention sur lui à cause d'une trop grande sensibilité à la mort de Jane. Mais bien qu'extérieurement il était ainsi, intérieurement, il hurlait, désireux de tout faire exploser, car cette jeune femme n'avait en aucune manière méritée cette fin, et ce même si elle était considérée comme une traitresse aux yeux de la plupart des anglais. « Elle est peut-être mieux là où elle est à présent, qu'en prison, vous savez Elizabeth. » A ces mots, Thomas hocha la tête, pour montrer qu'il approuvait ses dires : elle ne pouvait être que mieux loin d'ici, loin de cette souffrance, loin de cette haine. D'autant plus que là où elle se trouvait désormais, il devait y avoir son époux, Guilford auquel cas elle devait être bien mieux avec lui, qu'avec ces anglais. En murmurant, Thomas vint à dire. « Tout doit être mieux qu'ici... » Il ne comptait pas dire cette phrase à qui que ce soit, si ce n'est qu'à lui-même, car ainsi sa sorte d'affirmation semblait être renforcée dans son esprit. Partout mais pas ici...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Dim 23 Mar - 9:47

Fire & Blood

L’exécution d'une reine un peu particulière.
Gerolama & Autres

Une tête de reine roulant sur le sol piteux de la place devant la Tour de Londres, voici un spectacle que je n'avais jamais vu et que l'on ne fait pas dans notre pays. Le plus tragique n'est pas la mort pour moi mais le fait que ce soit tout un peuple qui condamne une reine. Les derniers de cette reine déchue résonnaient dans ma tête. J’imaginais très bien ce qui pourrais m'arriver à moi, ainsi qu'à mon mari. Surtout à mon mari. C'est lui qui, envahie par son désir de pouvoir, a organisé un coup d'état et a réussi à se hisser à la tête du duché de Parme et de Plaisance. Il ne fallait pas y penser. Ici je suis protégée de la foudre de mon mari. Personne ne se doute ne serait-ce qu'un instant que je suis là dans la foule, moi la duchesse, moi la femme à la tête du plus grand duché d'Italie. Je savais les temps dures dans ce pays mais je ne pensais pas que cela se finirait comme ça. Et si malheureusement ce n'était que le commencement ?

J'eu la soudaine impression que l'on m'appelait. Cela me fit sortir de mes pensées. Qui pourrait me reconnaître dans cette foule de sujets plus irascibles les uns que les autres. Je préférais me terrer que de répondre mais en tournant la tête je m’aperçus que la personne qui m'appelait était Miss Sheridan. La vue de cette femme me rassura. Je préférai la rejoindre. Je me sentais en sécurité avec elle, surtout dans des moments de tension comme celui-là. Je me faufilai entre les cris et les mains levées. Bonjour Miss Sherdian. Mais qu'est-ce qui se passe ici ? Je ne comprends pas tous ces mécontentements envers cette femme ? Je comprenais un peu en fait mais lors de nos rencontre Miss Sheridan ne m'avais jamais parlé d'un tel climat dans son pays. Le moment où la reine parla me fit trembler. De peur, de complaisance, je n'en savais rien.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas

La séduction a un visage
avatar
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 154 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Dim 23 Mar - 12:29
Fire and blood.


La pitié du bourreau consiste à frapper d'un coup sûr.
Ernst Jünger
La cruauté que certaines personnes sont capable de faire "au nom du pouvoir" était sans nom. Mary Tudor avait ordonné l'exécution de deux membres de sa famille. Guilford Dudley venait d'être exécuté. Mais cela ne surprenait pas Lorena. Après tout, cette femme qui avait fait serment de la protéger en épousant son père ne l'avait elle pas trahie? Lorena et Katerina étaient sensées être mère et fille par mariage et cela n'a pas empêché cette dernière de persécutée la première pour une simple raison de jalousie… Alors si on est capable de harceler quelqu'un parce qu'on en est jaloux que se passerait il si c'était pour le pouvoir? Lorena en avait la réponse juste sous ses yeux.

Le reste du corps de l'ancien Prince Consort d'Angleterre venait d'être évacuée. Du coin de l'oreille, Lorena cru entendre une voix de femme au loin qui se lamentait sur le sort du Dudley. Etait ce Jane Grey?

Bientôt, un nouveau brouhaha se fait entendre et de là où elle était, elle cru voir un cortège entourant une jeune femme que Lorena reconnue comme celle que les catholiques surnommaient comme "l'usurpatrice". Elle marchait dignement en direction de l'échafaud où, au pied de celui ci, elle dit adieu à ses Dames avant de monter seule vers la mort. La jeunesse de la condamnée fit pousser un cri d'effroi et de compassion à la foule. Lorena, elle, restait muette. Elle avait été déjà témoin de la cruauté des Hommes.


« Bonne gens », dit-elle, « Je suis venue ici pour mourir, car un arrêt m'a condamnée au supplice. Mon crime contre Sa Majesté la Reine n'est autre que d'avoir cédé à la pression exercée sur moi ; cela est qualifié aujourd'hui de trahison, mais cette trahison je ne l'ai jamais voulue. Pour mon malheur, j'ai suivi les conseils de personnes que je croyais mieux placées que moi pour savoir ce que je devais faire, car je suis peu au courant des lois et encore moins des droits de succession au trône. Le rôle que j'ai joué à l'encontre des droits de la reine était illégal. Mais, en ce qui concerne ma responsabilité et ma volonté d'agir de la sorte pour mon propre avantage, devant Dieu, bonnes gens qui m'écoutez, je vous déclare que je suis innocente et que mes mains sont pures. »

Cette jeune fille qui n'était pas encore une femme et qui n'aura jamais le temps de le devenir n'avait été qu'un instrument dans les mains de personne sans scrupule. Encore jeune, Jane Grey aurait pu être malléable à souhait et, ainsi, devenir une arme fabriquée sur mesure. Elle ne connaissait rien à la politique et n'a jamais souhaitée devenir Reine. Lorena pourrait la prendre.

Jane grey est aidée pour enlever sa robe par ses dames de compagnie aux doigts tremblants avant de s'agenouiller en face du billot et de bander ses yeux. Elle voit la Reine de neuf jours échanger quelques mots avec son bourreau avant d'installer sa tête sur le bloc en bois. Très vite, le bourreau frappa d'un coup sec sa hache sur le cou de la malheureuse. Il en sait la tête séparée du corps et présenta à la foule:


« Périssent ainsi les ennemis de toute reine. C'est la tête d'une traîtresse ! »


Une enfant venait de mourir de la pire des façons qu'il soit. La cruauté n'avait plus aucunes limites. Au moins, n'aura t'elle plus à souffrir d'être enfermée dans cet endroit lugubre qu'est la Tour de Londres! Oui, Lorena est née catholique mais elle ne pouvait cautionner le fait qu'on puisse commettre de tels actes au nom de la foi. De loin, elle entendu une voix et dirigea son regard vers Geroloma Orsini. Elle reconnu sans mal cette femme venue la trouver pour l'aider à conserver son amant… Mais Lorena ne fit rien. Il était préférable pour la Duchesse de Parme que personne ne sache qu'elle fréquentait une prostituée.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Lun 24 Mar - 20:51

La main accrochée à celle de Katherine, Mary Grey peinait à respirer. Son souffle était sifflant, sa voix rauque lorsqu'elle se laissait aller à ouvrir la bouche, tout son corps tremblait. Elle affichait la mine pâle des âmes tourmentées et sans repos, et la seule note de couleur sur son visage venait de ses yeux rougis par les larmes. Elle avait le visage d'un cadavre, d'autant plus blanc qu'elle était entièrement vêtue de noir. Pour une fois, elle n'avait pas rechigné à porter une robe, elle n'avait même pas fait attention à ce qu'elle enfilait. Ses suivantes avaient dû l'habiller comme on habillait une poupée, tant elle était incapable de bouger. Elle n'entendait plus rien, elle ne comprenait plus rien, comme si son esprit s'était bloqué aux premiers mots que lui avaient dit sa mère en la réveillant ce matin.

Sa mère qui la réveillait ? Sa mère qui était venue, elle, la chercher ? La fillette avait seulement eu le temps de comprendre que pour que Frances Brandon accomplisse un tel geste, quelque chose n'allait pas rond. Jusqu'à ce que la nouvelle tombe avec le fracas d'une hache : "la Reine a pris sa décision. Ils vont mourir."

Et là, tout s'était figé.

Le moment qu'elle avait redouté, qu'elle avait vu venir pour le voir finalement s'éloigner vers Noël, était revenu avec d'autant plus de force que cette fois-ci, c'était la bonne. Par "ils", la fillette n'avait pas eu besoin d'un dessin pour comprendre de qui il s'agissait. Sa soeur, son père, ses beaux-frères. A peine comprit elle que seul Guildford, l'époux de Jane, était condamné. Le mal était déjà fait. Elle avait déambulé comme un fantôme dans Whitehall, incapable de comprendre ce qui se disait autour d'elle, de voir le monde autour d'elle. Le monde n'existait pas, n'existait plus. Un monde sans son père, sans sa soeur, n'en était pas un.

Tout était noir.

De sa chambre aux lieux les plus fréquentés du palais, et de ces mêmes lieux à la Tour de Londres, Mary n'eut aucune réaction. Sa mère ou Katherine avaient-elles essayé de lui parler ? Elle ne les avaient même pas entendues. Elle ne savait même pas qu'elles étaient là. Ses yeux clairs regardaient la verte pelouse de la Tour sans vraiment la voir. Ici étaient mortes Anne Boleyn, Katherine Howard. Ici allait mourir Jane. Elle eut sa première réaction de la matinée, à savoir celle de glisser sa main glacée dans celle, non moins glacée, de Katherine, comme si enfin elle se rendait compte de sa présence. Le temps avait cessé de couler. Le monde de tourner. Une supplique se fit entendre, une jeune femme qui pleurait, qui appelait. Etait-ce Jane ?

Mary battit des paupières et réintégra le moment présent suffisament tôt pour voir son beau-frère Guildford monter sur l'échafaud. Il parla, mais que disait-il ? Elle n'était pas encore assez présente pour que ses paroles atteignent son esprit. Alors qu'il se mettait à genoux, une main se plaqua devant ses yeux. Puis une voix, juste derrière elle, qu'elle connaissait bien.

"Ne regarde pas, Mary", souffla Frances Brandon avant de resserrer sa prise sur l'enfant.

Mary n'eut même pas le temps de se dégager. Un sifflement, un grand coup, la main de sa mère se crispa et, lentement, s'éloigna. A nouveau, la fillette battit des paupières, et vit l'horrible spectacle de la tête de Guildford séparée de son corps, dans une mare de sang. Elle eut un haut le coeur, mais le pire restait à venir.

Jane.

Un cri de compassion secoua la foule, un sanglot à peine dissimulé secoua Mary. Sa soeur était là, sa grande soeur, sa Reine. Jamais elle ne lui avait semblé aussi frêle, et pourtant aussi digne et forte. Lorsqu'elle monta à son tour, suivant les pas de feu son époux, lorsqu'elle regarda la foule et parla, Mary eut l'impression que c'était à elle qu'elle s'adressait tout particulièrement. Pouvait-elle la voir ? Les voir, elle, Katherine, et leur mère, les trois seules Grey qui seraient encore debout à la prochaine heure ? Pouvait-elle sentir leur désespoir, leur déchirure ? Pouvait-elle entendre leurs pleurs et leurs prières ? Les tremblements de Mary disparurent progressivement alors que les mots de son aînée emplissaient l'espace. L'enfant se redressa alors que derrière elle, Frances Brandon semblait au bord de l'évanouissement.

Jane se recula, échangea quelques mots avec le bourreau, et lorsque l'homme lui demanda pardon, quelqu'un dans la foule s'écria spontanément qu'il avait un coeur. Mary eut un rire sardonique sans même le vouloir. Quel genre de coeur pouvait avoir un homme capable de trancher la tête d'une jeune fille de seize ans ? Un coeur noir, aussi noir que la suie, pourri jusqu'au centre, aussi dur que de la pierre, si tant était que coeur il y avait. Jane s'agenouilla à son tour, le bourreau leva sa hache. Cette fois-ci, nulle main vint dissimuler les évènements à Mary. Elle retint son souffle alors que la hache s'abattait sur la nuque de celle qui, dans une autre vie, pas encore si éloignée, avait été sa soeur.

Elle vit tout, et sentit son coeur cesser de battre.

Pour mieux reprendre sa course lorsque le bourreau, le soi-disant homme de coeur, attrappa la tête de Jane pour la brandir à la foule.

" - Périssent ainsi les ennemis de toute reine. C'est la tête d'une traîtresse !
- Monstre,"
siffla Mary entre ses dents, "monstre, monstre, ordure, vermine répugnante, va mourir en Enfer."

Mary se pressa contre sa soeur, entourant sa taille de ses bras, comme pour la protéger. De quoi ? Du pire. Non, le pire n'était pas passé. Il restait encore leur père.


Dernière édition par Mary Grey le Lun 14 Avr - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
♕ Mon nombre de messages est : 901 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1383 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 28/02/2012

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Mer 26 Mar - 1:13


Fire and blood.



Amy Robsart rejoins sa famille faisant un signe de tête et un petit sourire à Mary Sydney qui fond en larme. Amy sait la fin de Jane plus que proche... les Dudley sont brisés. Scindés en plusieurs morceaux. Robert est déboussolé, il essaie de se réconforter en se disant que Jane est mieux là où elle est à présent, elle est libre désormais... Rose, toujours aussi rebelle et sauvage, elle devait porter une robe noire là voilà vêtue d'une robe pourpre. Même si elle fait acte de présence la belle aurait préféré être ailleurs. Elizabeth Clinton est perdu dans ses pensées, bouleversée par les événements. Anne avait du mal à la vue de ce spectacle, néanmoins Jane Stuart semblait être encore plus mal qu'elle. Elizabeth était au cœur de leur parole, sorcière ? sort ? Anne Somerset se réjouissait de la mort de Jane Grey. Auprès d'Elizabeth, ces fidèles amis Héléna et Thomas sont là, Héléna se donnant en spectacle, n'hésitant pas à un seul instant à crier pour que la belle italienne Gerolama la rejoigne. Une situation amusante qui la faisait jubiler. Thomas quant à lui cachait mal sa tristesse, son désaroi face à la situation de l'Angleterre, la venue de Gérolama... rien ne lui souriait. Gérolama quant à elle, perdue et ne comprenant pas ce qu'il se passait rejoignit son amie Héléna, l'ambiance va être tendue entre eux. Avalines ne cautionnait pas les actes de la Reine, agissant de manière futée en évitant une humiliation à la Duchesse de Parme. Comme quoi parmi la foule, deux camps se formaient. Deux opinions diverses.Katherine... il n'y avait pas de mot pour découvrir ce que Katherine ressentait à ce précis, aucun. Elle perdait tout, le sang de la moitié de sa famille allait couler, avait déjà coulé. Cela la marquerait à jamais. Mary était là proche de sa sœur, blottie contre elle, jurant après le bourreau, le traitant de monstre, de vermine répugnante.Un silence pesant se mit en place après les mots de Mary. On lui pardonnerait après-tout ce n'était qu'une enfant révoltée et indomptable.

La famille Grey n'était pas au bout de ses peines... après Guildford... après Jane... venait le tour d'Henry Grey, le père de ces demoiselles. Accusée de trahison, ayant pactisé avec l'ennemi pendant la révolte. Il en payait le prix. Même rituel. Même message de pardon. Il monta sur l'échafaud. Là où sa fille était morte quelques jours plus tôt... Il lança un dernier regard à sa femme, à ses deux filles, à la foule. Il se savait coupable, il avait parié sur le mauvais cheval, il pensait duper la Reine mais elle s'est révélée être une meilleure joueuse que lui. Frances pu le sauver une première fois de l'exécution, mais pas deux... Sous ses yeux, elle voyait la hache s'abattre sur la nuque de son époux. La tête roula quelques mètres sur le sol. Le bourreau la saisit violemment par les cheveux, la montrant à tous en signe d'exemple. Toutes rebellions seraient réprimées, toutes tentatives de révolutions seraient maîtrisées. Marie la Sanglante naissait... et ce n'était que le début...

Et de trois.

INFORMATIONS ♣
Vous avez jusqu'au 7 avril 2014 pour répondre, une troisième exécution a eut lieu, dites-nous vos réactions, votre avis, votre ressenti. Vous serez relancer le jeudi 3 avril, c'est l'avant-dernier tour. Le final est aux petits oignons vous verrez What a Face Essayez d'éviter les groupes, d'être à côté et de discutailler What a Face (oui ça existe) ensemble.

ATTENTION : En réalité, l'exécution d'Henry Grey se passe quelques jours plus tard. Nous ne suivions, exceptionnellement, pas l'histoire nous ne pouvons pas nous permettre de faire un mini event pour chaque exécution du coup, on a fait d'une pierre trois coups. Pour permettre une continuité dans vos RP et ne pas casser l'action. Vous abordez cela de la manière que vous voulez, nous vous conseillons de faire comme si c'était juste après. Veuillez nous excusez par avance pour ce petit désagrément.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org

Invité

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit Sam 29 Mar - 15:14
Un rayon de soleil pouvait-il apparaître après la pénombre ? Sans doute, je ne le crois pas pour le moment. Je me tourne et je vois avec surprise Héléna, ma meilleure amie. Je lui adresse un petit sourire timide. Trop occupée par la mort du tendre de Jane. Celle que j’avais connu à la cour, celle que j’ai trahi, oh Jane, me pardonneras-tu un jour ? Je ne le saurais jamais. Ma chère Héléna me donne un mouchoir, je lui remercie et je me taponne les yeux discrètement. Thomas me sourit, je lui rends ce sourire. Jane arrive, je regarde la scène sans rien dire. Je baisse mon regard, je ne souhaite pas que mes yeux croisent celui de Jane. Non, je ne pourrais pas voir son regard. Jane prononce un discours, j’évite de pleurer. Elle posa sa tête sur le billot, je regarde Thomas, cherchant un appuie émotionnelle pour éviter de pleurer et de m’effondrer. Je m’isole dans une bulle, une tour d’ivoire mais la réalité me rattrape. Jane est morte. Elle s’est éteinte … Elle était si jeune, si pure. Elle est une rose qu’on a arrachait car on pensait qu’elle était une mauvaise herbe. Je prends une profonde inspiration et je regarde Héléna, je pris conscience que Gerolama est ici avec nous. Je lui adresse un sourire amical teinté de tristesse.

Héléna - Elle est peut-être mieux là où elle est à présent, qu’en prison, vous savez Elizabeth.
Elizabeth- Vous avez raison …

Je regarde Thomas, c’est la première que nous voyions depuis l’accident de décembre, nous avions écris des lettres. Je ne sais pas comment réagir face à lui mais il est certain que lui et moi, nous allons devoir parler de cette affaire, de ce baiser que nous avons échangé. Oui, nous devons le faire. Mais quand ? Pas aujourd’hui, le temps d’aujourd’hui nous devons être forts. Que va-t-il se passer maintenant ? D’autres têtes vont tomber ? Lesquelles ? Les nôtres ? L’Angleterre n’est plus comme avant.

Le père de Jane est mort. Mort de la même manière que sa famille. Les Grey sont détruits maintenant. Plus personne ne pourront se rebeller contre la Reine, non ? Je ne le pense pas. La Reine a gagné, son règne commence mal, surtout à cause de ces exécutions. La pire était celle de Jane, comment une Reine pourrait tuer sa propre cousine ? Son sang. Je n’ai plus rien à rajouter. Je pense à cette famille Grey, détruite. Elle ne pourra plus vivre comme avant. Que faire maintenant ? Rien, ne rien faire pour le moment. Il est temps de retrouver nos anciennes vies après cette exécution. Que va-t-il se passer maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood. ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» ❧ MINI-EVENT n°4 ♣ fire and blood.
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !
» [Mini-event]Les Jishin Kaizokudan débarquent!!!
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [Mini-Event] L'amende est le fruit de l'amandier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: