AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Dim 11 Mai - 21:53

Un Bel Après-Midi Au Bord De L'eau.
Il y des jours de grand bonheur où l'on ne peut pas se retenir de verser une larme.
Catherine & Constance

Laisser les enfants à la maison pour prendre un peu de temps pour m'occuper de moi-même, très peu pour moi. Je ne le faisais pas souvent et à vrai dire dès que je commençais à y penser, je cherchais toujours une excuse pour ne pas le faire. Aujourd'hui, je voulais me détendre à la campagne. Seule. Mais d'un coup un éclair me vint et je pensai que mes deux plus jeunes enfants Francis et Elizabeth apprécieraient un petit tour au bord du lac avec moi. A deux et cinq ans, on aime jouer avec l'eau non ? Je me décidai alors à partir seule avec mes deux enfants, laissant les autres à ma servante personnelle Georgia. Chaque fois que je partais et laissais derrière moi mes petits anges, cela me déchirait le cœur mais je savais bien qu'un jour ils devront se détacher complètement de leur mère. Je prenais soin de dire à Georgia comme à mon habitude : Nous revenons vers 17h. Prenez soin de ne pas oublier les leçons de William. Il doit revoir son français, c'est son professeur qui me l'a dit. Et veillez y bien ! Je sais qu'il a du mal avec les langues. Georgia m'écoutait que très peu parce qu'elle savait déjà tout de notre famille. Elle savait déjà que William n'aimait que très peu le français et j'espérais que pour une fois il puisse l'apprendre. Je m'éclipsais sans trop d'inquiétude. J'avais une totale confiance en Georgia. Les yeux fermés, je partais vers le lac à l'aide d'une voiture avec cocher.

Arrivée au lac, je me suis mise à scruter l'horizon. L'eau reflétait à merveille le soleil. Ses rayons tapaient intensément le sol. L'après-midi s'offrait à nous dans toute sa beauté. Assise dans l'herbe, j'observais Elizabeth se baigner alors que je jouais avec Francis. Il s'amusait avec le jouet que lui avait offert la princesse Elizabeth. Ma cousine avait un grand cœur en ce qui concerne mes enfants, je lui devais pour beaucoup mon confort actuel. Après une heure passée sur l'herbe, je me décidai à prendre Francis et à rejoindre sa sœur sur la berge. Cela faisait au moins un an que je n'avais pas trempé le pied dans ce lac. Je ne trempais jamais plus que les chevilles. C'est d'ailleurs pour cela que je mettais une jupe usée pour ces journées-là. Je m'amusais à jeter de l'eau à Francis pour qu'il découvre le plaisir des bains d'été. Il faisait de même et Elizabeth nous rejoignit peu de temps après.

Soudain je vois une silhouette connue mettre ses pieds à l'eau juste à côté des miens. Une femme élégante, brune, pas très richement vêtue, intrépide et courageuse face à l'eau. Le soleil floute ma vision mais je n'ai pas besoin de la voir pour la reconnaître. C'est surtout ce rire, doux et original, qui me rappela ma merveilleuse amie Constance. Merveilleuse c'est le bon mot. Je n'arrivais pas à décrire son action tellement elle a donné du temps pour moi et mes enfants. Cette femme avait toujours été là pour moi quand j'en avais besoin et ne m'avait jamais lâché. D'ailleurs depuis que mon mari est parti, elle est encore plus présente pour m'aider dans ma tâche de mère. Je suis sûre qu'elle ferait une mère formidable. On passait beaucoup de temps ensemble mais je ne lui avais pas dit que je venais ici aujourd'hui, à cette heure-ci. C'est incroyable comme le monde est petit ! Prenant Francis dans mes bras, je me dirigeais vers elle. Je ne pense pas qu'elle m'ait reconnue avec mon large chapeau et cette jupe déstructurée. Constance que faite-vous ici ? lui dis-je en souriant. Je ne savais pas que vous arriviez à prendre du temps pour vous en dehors de votre travail de serveuse. A vrai dire, j'essaie de faire de même mais regardez je suis toujours avec mes enfants. Je m'approchai d'elle pour pouvoir l'observer de plus près. Elizabeth nous rejoignit, reconnaissant Constance avec aisance.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Lun 19 Mai - 13:15

Une après midi au bord de l'eau.


Après de nombreuses années à respirer l’air pur de la campagne, Constance Bennet n’avait pas perdu l’habitude de voir les lieux naturels, comme un refuge. Loin de Londres, elle se sentait plus libre et plus heureuse que jamais. Sans contrainte, elle pourrait même, si elle le voulait, reprendre les chemins et continuer sa vie de nomade. La campagne était aussi son plan de fuite, si un jour son père la retrouvait, mais bien sûr, ça elle se gardait bien de le dire à quiconque. Elle aimait Londres, elle y avait ses habitudes, la petite Jane-Ann, le Flying Dutchman, Louis son protecteur et maintenant ce jeune homme qu’elle avait rencontré, un matin. La jeune femme n’essayait pas de trop penser à cette histoire, l’amour lui avait toujours fait peur. Depuis toujours, elle avait considéré, les jeunes hommes, comme de bons amis, mais là, il s’était passé quelque chose, un truc qui lui faisait comprendre, que cela ne serait pas pareil. Parfois elle avait envie de fuir, mais à d’autres moments elle voulait rester et le revoir. Maintenant, elle passait aussi beaucoup de temps à scruter ceux qui entraient dans la taverne, espérant souvent le voir passer la porte. Cette histoire, elle ne voulait pas y penser aujourd’hui, voilà pourquoi elle passa sa journée du dimanche, à la campagne, en compagnie de la petite Jane-Ann. Elles marchèrent côte à côte, joyeusement, telle une petite compagnie. Parfois elles s’arrêtaient pour cueillir les premières fleurs du printemps ou tout simplement pour observer le paysage. Elles avaient pris un petit pique-nique, pour pouvoir manger sous le soleil. Constance voulait conduire sa petite protégée, jusqu’à un lac qu’elle affectionnait particulièrement. Depuis qu’elle l’avait annoncé la semaine passée à Jane-Ann, la petite était vraiment impatiente de partager ce moment avec sa tutrice.
La petite compagnie arriva au lac un peu avant midi, en raison de leurs nombreux arrêts et c’est les pieds dans l’eau, qu’elles mangèrent des petites galettes et un peu de pain avec une tranche de lard. Après cela, elles s’amusèrent dans l’eau et se reposèrent au bord de l’eau. Ensuite, pour s’occuper, Jane-Ann décida d’aller chasser les grenouilles et les petits têtards dans l’eau. C’est alors que Catherine Carey arriva avec deux de ses enfants, dont la petite Elizabeth qui était sa filleule. La jeune serveuse accueillit la petite troupe avec joie, heureuse de revoir son amie.

« Catherine, je suis heureuse de revoir ! » S’exclama la jeune femme. « Et si, le dimanche, Louis me donne toujours ma journée, surtout depuis que j’ai la petite Jane-Ann. » Répondit-elle. « Jane-Ann vient dire bonjour à Catherine et les enfants ! » Cria-t-elle à l’intention de la fillette, qui était toujours dans l’eau.

La petite arriva en courant et déposa un baiser sur la joue de Catherine, puis elle entraîna à sa suite, ses enfants, laissant les deux jeunes femmes tranquilles. Constance entraîna alors la mère de famille au bord de l’eau, où elles s’installèrent, non loin des enfants pour les surveiller.

« Au moins, ils seront tous occupés, l’eau est pleine de petites bêtes. » Souriait la jeune femme. « Alors tout va bien pour toi ? Il y a bien longtemps que je n’ai pas eu de tes nouvelles. » Questionna Constance, toujours aussi soucieuse de la situation délicate, dans laquelle Catherine se trouvait, elle qui était seule, avec toute sa troupe d’enfant, cela ne devait pas être facile tous les jours. Catherine était une vraie mère courage et un exemple, pour toutes les femmes de ce pays.





    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Mar 20 Mai - 7:10

Un Bel Après-Midi Au Bord De L'eau.
Il y des jours de grand bonheur où l'on ne peut pas se retenir de verser une larme.
Catherine & Constance

J'aimais voir mes enfants heureux. C'est la chose pour laquelle je me battais tous les jours. En voyant Elizabeth contente de retrouver Jane-Ann, la fille de Constance, je me pris de mignonnerie à les regarder jouer ensemble sur la berge. Je pensais déjà à quand elles seraient grandes et qu'elles continueraient toujours de se voir. Oui je pense déjà à ça mais mon premier va déjà avoir 13 ans, ce qui me remplit de joie mais ce qui me rappelle surtout les bons moments comme celui-ci passé à apprécier le monde. Je sais que l'enfance n'est pas éternelle mais je serais heureuse de pouvoir la garder plus longtemps. J'étais très admirative de Constance. Elle savait jongler entre son travail de serveuse et sa famille. Moi je donnais déjà tout à ma famille, il me serait impossible de travailler ou de redevenir dame de cour. Il m'a fallu du temps pour les oublier et passer à autre chose pour me consacrer entièrement aux miens.

Je suis très heureuse que tu arrives à trouver du temps pour ta famille. C'est très important.

Je ne me prenais pas pour une mère parfaite mais mes dix enfants m'en faisaient déjà voir de toutes les couleurs et mon expérience de mère était la seule chose sur laquelle on venait me demander conseil. La plupart des femmes m'admiraient pour tout cette sueur donnée à mes enfants mais je ne demandais pas la gloire. J'avais choisi d'avoir beaucoup d'enfants (ce dont j'ai toujours rêvé d'ailleurs) alors je me devais d'être à leur hauteur.

C'est vraiment un pur hasard que l'on se retrouve ici. Ce matin nous sommes allées à l'église et cet après-midi on se baigne. J'ai laissé les autres à la nourrice pour trois heures. Qu'est-ce que vous avez fait avec Jane-Ann ?

Je ne tenais pas à jour un journal rempli des sorties de mes amis mais j'aimais bien savoir ce qu'ils faisaient. Cela me donnait surtout des envies pour occuper mes enfants lorsque leurs maîtres ne viennent pas à la maison. L'éducation avant tout pour moi mais le plaisir et le jeux sont tout aussi importants. J'espère qu'ils me revaudront ça une fois âgée. Nous regardions ensemble nos enfants en scrutant l'horizon, les pieds dans l'eau pour profiter aussi de notre belle journée de soleil. C'est alors que Constance me questionna. Je mis un petit temps pour répondre parce que cette question ne me laissait pas indifférente. Mon mari me manquait. Il n'y avait pas une journée sans que je pense à lui. Son absence était dure à gérer que ce soit pour mes enfants ou moi. Je me sentais plus fragile lorsqu'il n'était pas là. Je me sentais surtout morte d'inquiétude puisque ces lettres prenaient beaucoup de temps à m'arriver. J'avais peur pour lui mais ça je ne le montrais pas.

J'arrive à m'occuper tu vois ! Francis me manque beaucoup et parfois ce n'est pas facile pour les enfants mais on fait avec.

Ne voulant pas trop m'attarder sur ma vie, je me mis à poser des questions sur celle de Constance. Elle avait raison : cela faisait bien longtemps que nous nous étions pas vu. J'avais envie de rattraper cela parce que Constance était une de mes plus proches amies et qu'elle m'aidait dans ma tâche sans avoir besoin de le faire.

Et toi, comment ça se passe à la taverne ? Toujours autant de client ? Je t'ai vu l'autre fois avec un homme aux cheveux longs, tu aurais retrouvé l'amour ? J'en serais très heureuse pour toi !

N'étant pas mariée, Constance se devait de trouver l'amour. Une histoire d'amour vraie, un peu comme la mienne. J'espère qu'elle trouvera vite son bonheur que l'on puisse festoyer dignement ça lors d'un mariage.
© Grey WIND.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Lun 26 Mai - 20:42

Une après midi au bord de l'eau.


Constance Bennet n’avait rien d’une mère, elle se voyait plus comme une grande sœur pour la petite Jane-Ann, puisque pour rien au monde, elle ne voudrait remplacer sa mère, qui était morte il y a peu. La fillette et la jeune femme étaient très liées, si bien qu’elles s’aidaient mutuellement à s’accrocher à la vie. Constance avait été une présence bienfaisante pour la petite fille, qui était parvenue à surmonter la mort de sa chère mère. Désormais, elles étaient toutes les deux orphelines et la vie les avait lié pour qu’elles puissent faire un bout de chemin ensemble. La jeune serveuse ne sentait pas la fibre maternelle, elle ne savait même pas si un jour, elle pourrait devenir mère ou si cela lui plairait. Elle adorait les enfants, mais ils appartenaient à d’autres, pas à elle. En plus, pour faire des enfants, elle devait rencontrer le père et pour le moment, il n’était toujours pas entré dans sa vie. Catherine était une mère accomplie et désormais elle élevait seule ses enfants, sa petite troupe était amusante et on voyait bien qu’elle était une bonne mère. Ses enfants étaient tous adorables, d’ailleurs, on pouvait le voir actuellement, ils avaient vite accueillis la petite Jane-Ann dans leur cercle, comme si elle était une autre sœur. Cela faisait du bien à la petite orpheline de voir d’autres enfants, elle qui avait été seule avec sa mère, trouvait en compagnie de cette joyeuse troupe, d’autres sources d’amusement. Catherine lui avoua, qu’elle se trouvait ici par hasard et qu’au matin, elle s’était rendue à l’église, puis cette après-midi elle avait décidé de se baigne. Ses autres enfants, quant à eux se trouvaient en compagnie de leur nourrice, ce qui laissait, à leur mère, un petit moment de repos. La mère de famille demanda ensuite à Constance, ce qu’elle et sa petite compagne avaient fait jusqu’à maintenant.

« Avec Jane-Ann, nous sommes parties de bon matin, pour manger au bord de l’eau. Je voulais lui montrer autre chose que Londres, elle n’est pratiquement jamais allée à la campagne et là, c’était une bonne occasion. En tout cas, je suis vraiment heureuse de te trouver ici. » Souriait la jeune femme, heureuse de voir cette journée se dérouler sous d’aussi bonnes hospices.

Vivre loin d’un être que l’on aimait, c’était la chose la plus dure que l’on pouvait connaître. Constance se souvenait encore du jour où sa mère était morte, après une longue maladie. Elle avait petit à petit perdue ses forces, jusqu’au jour où elle n’était plus parvenue à se tenir debout. La jolie serveuse se souviendrait toujours du sourire de cette maman qu’elle avait tant aimé. Même si elle n’avait pas de portrait d’elle, son visage était gravé à jamais dans sa mémoire et dans son cœur. Elle savait que leur séparation n’était qu’un au revoir, un jour, elle la retrouverait et elles pourraient se retrouver comme avant, au Paradis. Elle avait aussi perdu son père, depuis de nombreuses années, mais cela, c’était une autre histoire. Elle comprenait donc Catherine, qui souffrait du départ de son mari Francis, elle, elle était restée là, seule en compagnie de ses enfants. Eux aussi devaient souffrir du départ de leur père. Il ne se passait pas un jour, sans que la jeune femme n’ait une pensée pour cette famille.

« Est-ce que tu as des nouvelles de Francis ? Pense-t-il revenir bientôt ? » Demanda Constance à son amie.

Par la suite, elle eut la surprise d’entendre une question pour le moins surprenante de la part de son amie. Comme d’habitude, elle lui demande comment ça se passait à la taverne, mais ensuite, elle lui parla du mystérieux jeune homme, Arthur, que la mère de famille avait aperçu en sa compagnie. Sans pouvoir se retenir, Constance rougit comme une jeune fille, qui venait de rencontrer son premier amour. Bien vite, elle se reprit, mais il était sûrement déjà très tard.

« Oui tout se passe bien et les client affluent toujours autant, ce qui est bon pour les affaires. » Commença la jeune femme hésitante. « Ohhh non… Euh… Cet homme est juste une connaissance, il est venu par hasard à la taverne et on a simplement bavardé. » Répondit Constance, d’une voix hésitante et perturbée.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Jeu 12 Juin - 13:29

Un Bel Après-Midi Au Bord De L'eau.
Il y des jours de grand bonheur où l'on ne peut pas se retenir de verser une larme.
Catherine & Constance

Constance avait presque mon âge mais sa liberté me rappelait ma douce adolescence, celle que j'avais passé à vouloir être mère. Maintenant que j'avais réalisé mon rêve, je rêvais de temps en temps à la liberté que j'aurais si je n'avais pas eu toute cette belle petite famille. Même si les enfants étaient mon plus grand rêve, la vie était parfois dure avec eux, surtout depuis que Francis était en Europe. Je me suis retrouvée seule à les élever et voulant bien faire je me mêlais de tout : leur éducation, leurs loisirs, leurs sorties ... Je n'avais plus de temps pour moi alors rencontrer une amie en ce beau jour d'été était un beau cadeau. Même si cela ne se voyait pas, Francis me manquait. Je faisais tout pour que personne ne s'en aperçoive mais sa présence dans le lit conjugale me manquait. Sa chaleur et sa présence masculine me manquait quand je m'endormais seule le soir face à une place vide. Parfois je dormais avec un ou deux de mes enfants les nuits d'orage mais ce n'était pas pareil. Et je dois avouer que les caresses de Francis me manquent. Même les enfants me posent des questions sur leur père et son voyage mais les réponses tardent toujours à arriver. Je lui écris toutes les semaines. Je ne peux pas faire plus que ça mais ce n'est pas l'envie qui me manque. Constance a bien de la chance de ne pas être mariée, elle n'a pas à faire tout ça.

Je pense que ma journée aurait été bien morne si je ne t'avais pas trouvée ici. Le destin fait bien les choses.

C'était malheureusement bien vrai. J'avais du mal à dire que je voyais peu de monde depuis que Francis était parti. C'était surtout lui qui connaissait du monde. De plus, il faut que je m'occupe des enfants, ce qui ne me laisse pas de temps pour des petites entrevues amicales. Je me sentais bien avec Constance. Je n'avais même pas pensé à venir la voir au Flying Dutchman pour lui proposer de passer à la maison. J'étais tellement occupée que tout me sortait de l'esprit.

Francis ne reviendra pas avant l'été. Il n'en sait pas plus pour l'instant mais il est bien logé et nourri. Il va très bien mais nous lui manquons. Il nous manque aussi d'ailleurs et écrire une lettre par semaine c'est trop peu mais nous n'avons pas trop le choix.

Ce fut un plaisir de voir que Francis manquait aussi à Constance. La famille de cœur est pour moi aussi importante que la vraie famille. D'ailleurs Francis devrait se faire un plaisir de savoir que Constance pense à lui. Il l'apprécie beaucoup. Je sais qu'il travaille dur sur le continent, qu'il passe ses journées avec les intendants des rois à expliquer la position de l'Angleterre sur divers sujets qui intéressent les souverains. Je suis sûre qu'il excelle là-dedans et qu'il pourrait convaincre n'importe qui avec son franc-parler. « Ohhh non… Euh… Cet homme est juste une connaissance, il est venu par hasard à la taverne et on a simplement bavardé. » Je savais Constance un peu fleur bleue et assez désirable pour très vite trouver un homme. Se marier n'était pas sa priorité mais je la taquinais sur le sujet. J'avais envie de me retrouver à 17 ans, pas encore mariée et avec l'avenir devant elle. Constance, je la voyais un peu comme une de mes filles parfois, pour certaines choses. Je suis sûre que ses enfants seront d'une grande beauté.

Je suis contente que tu fasses des rencontres. J'espère que tu trouveras un homme attentionné avec toi comme Francis l'a été avec moi. Tu n'es pas obligé d'être pressée pour le mariage, trouve un homme honnête c'est tout ce que je te demande.

Voyant le soleil tourné, je m'assis sur l'herbe et pris mon panier pour en sortir la tarte aux abricots que j'avais faite le matin même. Il m'arrivait de cuisiner des tartes pour mes enfants mais en ce moment j'avais du mal à trouver le temps. J'avais tout prévu pour que les enfants puissent se rassasier de leurs efforts.

Elizabeth, Francis, venez manger s'il vous plait !

Bien sûr en coupant la tarte, je me tournai vers Constance pour lui demander par pure politesse mais aussi parce que j'avais assez de morceaux de tartes pour tout le monde :

J'en ai assez pour toi et Jane-Ann si vous en voulez. Je l'ai faite ce midi. C'est une tarte aux abricots, j'adorais ça étant enfant.
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Mer 18 Juin - 21:35

Une après midi au bord de l'eau.


Catherine Carey était une excellente amie, une jeune femme qui était apparue sur son chemin, à un moment où Constance ne s’y attendait pas. Toujours fugueuse à cette époque, elle avait rencontré par hasard la famille Carey et les deux femmes s’étaient vite rapprochées. Pendant un temps, elle était restée auprès de la famille aidant au mieux pour rembourser sa dette, puis, comme à son habitude, la jeune femme avait dû dire au revoir à la famille. Constance avait continué son chemin, non sans repasser par moment, chez les Carey-Knollys. Revoir Catherine était toujours un réel plaisir, surtout quand ces rencontres étaient le fruit du hasard.
Rencontrer Catherine ne pouvait que rendre cette après-midi plus belle, sa petite Jane-Ann allait avoir deux compagnons de jeu rien que pour elle et elle-même allait pouvoir papoter avec son amie, sans se soucier de rien. Constance avait toujours été une boule de bonne humeur, celle-ci se communiquait à n’importe qui et durant cette après-midi, il était certain, qu’il n’y aurait aucune discorde.

« Cette journée ne pouvait pas être plus belle, quel heureux hasard tout de même. » Souriait la jeune femme.

Constance en apprit alors un peu plus sur Francis, le mari de Catherine, qui était parti en exil, pour fuir Mary Tudor. La jeune femme savait à quel point cette situation peinée son amie, qui devait se débrouiller seule, avec ses nombreux enfants à gérer. L’homme dans son malheur avait pourtant eu de la chance, il était nourri et logé, ce qui était une chance, surtout dans un pays inconnu. Les enfants devaient trouver ça dur de ne plus voir leur père. La jeune femme se souvenait du jour où elle avait perdu sa mère. A ce moment-là, elle avait cru qu’on lui arraché une partie de son cœur. La deuxième fois où ça lui est arrivé, ce fut quand elle découvrit toute la vérité à propos de son père et qu’elle partit, sans plus revoir personne. Constance connaissait la valeur de la famille, elle savait à quel point cela pouvait être dur de se trouver loin de l’être aimé, mais Catherine était forte et pour sa famille, elle serait capable de tout supporter. Son cœur était celui d’une lionne et pour Constance, son amie était un véritable modèle.

« Peut-être devrais-tu penser à l’éventualité de le rejoindre ? Je ne sais pas s’il y a de la place pour toute votre famille là-bas, mais ton mari te manque énormément, de même qu’il manque à ses enfants. » Disait la jeune femme.

Catherine savait déjà pour Arthur Wayne, à croire que son amie avait des yeux et des oreilles partout. A propos de cela, Constance était assez confuse, elle ne voulait pas trop en dire à son amie, après tout, elle ne voulait pas voir cette rencontre comme une relation amoureuse. Même si son cœur battait un petit peu plus quand Arthur était là, elle ne voulait pas tomber amoureuse, tout changement dans sa vie lui faisait terriblement peur, si bien qu’elle préférait nier toute évidence.

« Oh tu sais, ce n’est qu’une rencontre comme cela, Arthur travaille à la garde royale, il n’a pas beaucoup de temps pour ce genre de chose et moi non plus, j’ai mon travail et Jane-Ann maintenant. » Souriait Constance, tout en niant toujours les faits.

Les deux jeunes femmes s’installèrent sur l’herbe verte et Catherine sortit de son panier une délicieuse tarte. La mère de famille a toujours été un cordon bleu, que cela soit pour les repas et les desserts. Quand son amie l’invita à manger un bout avec elle et les enfants, Constance en fut d’autant plus heureuse, qu’elle n’avait pas mangé une si bonne tarte depuis un moment.

« Oh Cat c’est vraiment gentil de ta part, je me souviens encore de tes si délicieuses tartes et j’en rêve encore certaine nuit !
» Riait la jeune femme de bon cœur, tout en accueillant Jane-Ann à ses côtés. Les enfants étaient tout essoufflés, mais aussi très heureux de pouvoir jouer ensemble.







    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Jeu 3 Juil - 6:09

Un Bel Après-Midi Au Bord De L'eau.
Il y des jours de grand bonheur où l'on ne peut pas se retenir de verser une larme.
Catherine & Constance

J'avais des sentiments très forts pour ma famille mais je n'osais jamais prendre du temps pour moi, ce qui m'aurait été plus que bénéfique. Les rencontres entre amis se faisaient de plus en plus rare à cause de nos obligations respectives. Et je restais seule chez moi à m'occuper de mes enfants. Heureusement que j'ai ma servante Georgia parce qu'avec mes deux bras je n'arrive pas à contenter tout le monde. Parfois, la nuit dans mon lit, je me rappelais de ma jeunesse et de ma vie sociale bien remplie. Depuis le mariage, je vis parfois comme dans une cage dorée. Je ne dois pas me plaindre, je ne meurs pas de faim et j'ai un toit. Pareil pour ma famille d'ailleurs alors pourquoi se plaindre ? Ce moment passé avec Constance me rappelait à quel point elle m'avait manqué. Et aussi à quel point Francis me manquait. Je n'osais pas lui parler de ma détresse face à mon lit vide. Non pas qu'elle ne comprenait pas mais je trouvais mon problème futile par rapport à tous ceux qu'elle devait avoir. Alors quand elle me parlait de Francis, je me fermais mais lui répondais en toute franchise.

J'aimerais tellement aller le rejoindre mais mes enfants auront du mal à faire le voyage. Je pense surtout aux petits comme Elizabeth ou Francis jr. C'est un long voyage et voyager tous ensemble coûterait beaucoup de temps et d'argent. Même si tu peux bien penser que ce n'est pas l'envie qui me manque.

Francis était surement mieux où il était. Je préfère le voir comme ça. Nous n'avons jamais parlé ensemble de son envie de partir lorsque Mary Tudor est arrivée au pouvoir. C'était déjà très réfléchi dans sa tête, je n'ai rien eu à dire. Mais je crois qu'il n'en a pas mesuré les conséquences pour sa famille et c'est pour cela que parfois je lui en veux de nous avoir laissé tomber. Surtout dans des moments cruciaux comme la naissance d'Elizabeth. Je pleure souvent de son départ. Je ne dois rien montrer aux enfants mais je sais qu'ils font pareil. Je ne sais pas quoi leur dire puisque personne ne sait quand il va rentrer. Et les journées passent sans lui. Les enfants grandissent et leur père n'est pas là pour voir leur beaux progrès. Je pense que des yeux paternels pourraient les rendre encore plus fier d'eux. Le temps passent à une vitesse folle et c'est maintenant que je m'en rends vraiment compte.

Je sais que tu sais ce que c'est que de perdre un être cher et je ne souhaite pas te rappeler de douloureux souvenirs avec le voyage de Francis. Pour ne rien te cacher c'est très dur.

Je me refuse de pleurer en public alors quand je sens que ça vient, je passe à autre chose. Notamment à ce jeune homme qui lui fait des avances. Je serais très heureuse qu'elle trouve un équilibre amoureux et surtout avec un jeune homme qui l'aime. C'est mieux avec quelqu'un qu'on aime. Et je voyais qu'elle avait le rouge aux joues quand elle parlait de lui. Elle aurait donc des sentiments pour lui alors ?

Je comprends que tu n'es pas le temps mais ce serait bien que tu te l'accordes ce temps. Un homme comme lui ne repasse pas deux fois dans une vie alors réfléchis bien. Et ça te ferait du bien de vivre une histoire d'amour non ? Et il est mignon !

Je savais qu'une bonne tarte faisait toujours plaisir et sans me vanter on me disait souvent que les miennes étaient très bonnes. Et j'aimais les faire donc tout le monde était content. J'en servie une part pour chacun sur une assiette avec une petite cuillère. Elizabeth mangeait encore peu alors je partageais un peu la mienne. Francis était déjà un peu gourmand et je le laissais manger de bon cœur. Jane-Ann avait l'air de bien aimer aussi.

Alors elle est bonne cette tarte ? Tu vois quand c'est fait avec amour on voit bien la différence.

En ce jour d'été, installée sur l'herbe, j'étais heureuse de manger une part de tarte avec une amie de longue date. Comme quoi même après toutes ces années, l'amitié ne se déroge pas ...
© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  Ven 11 Juil - 11:32

Une après midi au bord de l'eau.


Partir tout abandonner pour rejoindre son mari et ses enfants. Constance ne pouvait que comprendre les envies de son amie Catherine après l’avoir vu partager de tendres moments avec sa famille et son époux. Catherine et Francis étaient liés par un amour éternel, une connexion s’était créée en eux, si bien que la séparation ne pouvait qu’être très difficile. Les enfants devaient réclamer chaque soirs leur père et les plus petits devaient avoir beaucoup de mal à se rappeler de son visage. Même si le règne de Mary Tudor apportait beaucoup de bien au royaume, il avait aussi séparé des familles, comme celle de Catherine. Cette situation attristée toujours Constance, surtout que la mère de famille ne se plaignait jamais et élevait ses enfants avec beaucoup de courage. Toutes les mères devraient prendre exemple sur Catherine Knollys ça c’était indéniable. Constance croyait en Catherine, elle savait que cette mère courage parviendrait à protéger ses enfants contre l’adversité, qu’elle parviendrait à les éduquer correctement, même sens leur père. La mère de famille avait toutes les chances pour y parvenir et Dieu était plus que jamais derrière elle. En entendant la confession de son amie, Constance lui prit la main, pour lui insuffler un peu plus de courage. Même si la petite Jane-Ann était désormais dans sa vie, elle serait toujours là pour Catherine et comme les enfants s’entendaient si bien, elle pourrait lui rendre, très souvent, visite et pourquoi pas pour lui présenter Arthur. Même si rien n’était précis avec le jeune homme, la jolie serveuse aimerait beaucoup le présenter à son amie, juste pour qu’elle lui dise ce qu’elle pensait de lui.

« Oui je comprends, mais si un jour tu as l’occasion de partir, vas retrouver ton mari, les couples ne doivent pas être séparés, surtout le vôtre. » Disait Constance avec un petit sourire aux lèvres. « Et si tu as besoin, je suis là, tu peux m’envoyer une missive et j’arriverai, même si je ne sais pas bien lire, Louis le sait, il pourra me le dire. A n’importe quel moment, tu peux faire appel à moi. » Souriait la jeune femme pour mieux réconforter son amie.

Pour ce qui était de sa propre histoire, Constance ne savait pas si elle devait laisser une chance à Arthur Wayne ou bien tout abandonné. Pour le moment, elle ne connaissait pas encore bien le jeune homme, il s’était peu révélé jusqu’à maintenant, mais il partageait beaucoup de point commun avec elle, ce qui les avait rapproché dans leurs conversations. Le soldat voulait même l’invité à diner et la jeune femme avait accepté avec joie, heureuse de pouvoir le revoir. Les hommes lui avaient toujours porté de l’intérêt, mais le jolie brune avait toujours eu beaucoup de mal à admettre qu’elle était prête à passer le cap et surtout qu’elle pouvait être prête pour fonder une famille. La présence de Jane-Ann avait remis beaucoup de chose en cause, puisque la petite et elle formaient une famille recomposée.

« Oui tu as sans doute raison. Nous devons diner ensemble, mais ça m’inquiète, je n’ai pas l’habitude de tout cela. Surtout qu’il y a la petite dans ma vie, il doit pouvoir nous accepter toutes les deux. » Avoua la serveuse.
En effet avoir un enfant dans sa vie pouvait bien vite compliquer une relation. Est-ce que Jane-Ann sera prête à accepter Arthur ? Est-ce que lui voudra de cette enfant à charge ? Pour le moment il y avait beaucoup de questions en suspens, beaucoup de doutes, mais d’ici quelques semaines, la jeune femme en aurait les réponses. Pour le moment, ils dégustaient tous la délicieuse tarte de Catherine, savourant ce moment, puisqu’il n’y en avait pas beaucoup dans une vie.

« Oh que oui, je comprends mieux pourquoi Francis t’a épousé tout de suite, tu es une excellente cuisinière. Cependant, il y a un inconvénient à tout cela, Jane-Ann va vouloir que je lui en fasse plus souvent. » Riait Constance de bon cœur.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine  
Revenir en haut Aller en bas
Un bel après-midi au bord de l'eau ♦ Constance & Catherine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» TG5 ₪ après midi au bord du Lake Havasu
» Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: