AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Sam 2 Aoû - 10:59
Arthur & Constance



Par cette soirée de printemps, Arthur traversait les rues de Londres afin de se rendre au lieu du rendez vous qu’il avait attendu si impatiemment depuis que celui-ci était fixé ; son rendez vous avec la belle Constance Benett, serveuse au Flying Dutchman. Des petites gouttes de pluies s’écrasaient sur les pavés, mais ce n’était rien comparé à ce qu’un londonien connaissait de la vraie pluie, la véritable douche qui s’abattaient parfois sur la ville.

Sa mère, Mary-Ann était enchantée d’apprendre qu’Arthur avait, suite à sa dernière rencontre avec la jeune fille, décidait de la revoir. Le jeune homme avait été rendre visite à sa mère au RedLantern, lui faisait d’abord part de son mécontentement concernant la ruse qu’elle avait utilisé pour le pousser à se rendre au Flying Dutchman. En effet, celle-ci lui avait assuré que la jeune fille en question, Constance, était au courant de ce rendez vous alors qu’en vérité, Arthur avait risqué d’avoir l’air complètement stupide en entrant dans la taverne de si bon matin pour attendre quelqu’un qui n’était autre, en vérité, que la serveuse du lieu. Mais ce détail passé, le jeune soldat avait été forcé d’avouer à sa mère que la jeune fille lui plaisait et qu’il lui avait proposé un autre rendez vous.

Arthur avait longtemps hésité à la tenue qu’il serait séant de porter. Depuis qu’il était soldat, à vrai dire, il ne se promenait partout, même en dehors de ses heures de service, qu’en vêtements de la garde royale, sa précieuse épée accrochée au niveau de la ceinture. Les femmes adorent les hommes en armures, disaient-on sans cesse dans la garde royale. C’était sans doute vrai. Depuis qu’il était soldat, Arthur attirait bien plus les regards de la gente féminine qu’autrefois. Cependant, était il mieux de se rendre à ce rendez vous dans ses vêtements de travail qui avait visiblement, un grand pouvoir de séduction, ou dans une tenue plus appropriée, qui serait peut-être justement appréciée pour l’effort qu’elle représentait ? Le jeune homme s’était finalement décidé à opter pour une tenue plus appropriée, histoire de ne pas donner l’impression d’être venu au rendez vous en « touriste », sans y accorder d’intérêt réel. Il portait une chemise en lin de couleur blanche et au dessus de celle-ci, un veston qu’il avait acheté pour l’occasion. Celui-ci était du même marron que son pantalon, simple mais élégant, surplombé par des boutons couleurs or.

Arthur approchait enfin de l’auberge Majestic Rose, où Constance avait choisi de dîner. Enfin. Il avait passé la journée entière, à la Tour de Londres, à s’imaginer comment se déroulerait ce rendez-vous. Il ne connaissait presque pas Constance, il est vrai, et pourtant, elle lui avait indéniablement manqué. Il avait beaucoup pensé à elle, chaque jour. En sa compagnie, il se sentait bien. Il aimait l’écouter parler, la regarder sourire…Et le temps qui s’était écoulé depuis leur dernière rencontre lui avait paru une éternité. Depuis la dernière fois, une chose avait d’ailleurs changé. Il ne travaillait plus à Whitehall mais à la Tour de Londres, où il avait été chargé de surveiller la princesse Elizabeth Tudor. Peut-être que cela intéresserait Constance car après tout, il s’agissait d’une personnalité importante…

Le jeune soldat entra dans l’auberge, un bouquet de roses roses à la main. Il portait également un petit paquet. La propriétaire de l’auberge s’avança vers lui pour l’acceuillir et Arthur la salua, souhaitant faire bonne impression auprès des amis de Constance, ignorant bien sur que le couple qui tenait cette auberge était en réalité de fervents protestants.

- Vous devez être Arthur Wayne, c’est cela ?, lui demanda la femme.
- Oui, c’est cela. Et vous êtes l’amie de Constance ?
- Melody O’Neil, lui répondit elle. Je vous en prie, installez vous.

Arthur prit donc place à une table pour deux, déposant soigneusement les fleurs sur la table ainsi que le mystérieux paquet, en attendant l’arrivée de sa belle serveuse.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Lun 11 Aoû - 22:22

Second rendez-vous.


Elle n’avait pas les plus beaux atours pour être parfaite et avoir l’air d’une ravissante jeune femme. Elle n’avait pas les bijoux pour sublimer son décolleter, ni ses cheveux, cependant, Constance se trouvait très ravissante ce soir, et à voir la mine réjouie de la petite Jane-Ann, elle ne devait pas ressembler à la serveuse de tous les jours. Elle avait fait beaucoup d’efforts ce soir, pour plaire au beau soldat avec qui elle allait diner. Elle avait revêtu une robe du dimanche, d’une ravissante couleur bleu et avec l’aide de Jane-Ann, elle était partie cueillir des fleurs, pour pouvoir s’en faire des sortes de bijoux. Elle avait ainsi agrémenté ses cheveux d’une sorte de broche de fleurs et autour de son poignée, elle avait une rose rouge, qu’elle avait noué avec un ruban. Elle était charmante et prête pour ce second rendez-vous. Depuis qu’Arthur Wayne l’avait invité, suite à leur première rencontre au Flying Dutchman, Constance n’avait cessé de penser à lui. Se trouvant vraiment déraisonnable, surtout qu’elle connaissait à peine le jeune homme. Cependant, de ce qu’elle avait pu apprendre de lui, elle voyait un homme courageux, un vrai chevalier servant. N’importe quelle jeune femme rêverait de se trouver à son bras et pourtant, c’était elle qui l’avait rencontré et c’était à nouveau elle qui allait avoir la chance de pouvoir passer la soirée avec lui. Constance se demandait bien comment cette soirée allait se dérouler, de quoi ils allaient bien pouvoir discuter, de leur travail ? De leur famille ? De leur passé ? La jeune femme craignait un peu certaines questions que le jeune homme pourrait lui poser, de peur de devoir lui mentir. Elle voulait être sincère avec Arthur Wayne, mais serait-elle un jour capable de lui révéler le fait que son père exécute des gens et aussi qu’elle a survécu durant plusieurs années en volant ? Elle n’était pas certaine de pouvoir lui dire un jour, de peur que ce passé énorme l’image que le jeune homme pouvait bien se faire d’elle.
Une fois qu’elle eut donnée quelques recommandations de bonnes conduites à la petite Jane-Ann, Constance lui déposa un baiser sur le front et partit vers son rendez-vous. Le Majestic Rose n’était qu’à quelques rues de la taverne et elle se retrouva rapidement devant la devanture, le cœur battant à la chamade. Jamais, elle n’avait ressenti ça pour quelqu’un, elle qui ne se voyait pas être avec un homme, allait au-devant d’un rendez-vous, avec un soldat de la Garde Royale. A peine eut elle franchit le pas de la porte, que Melody O’Neill, arriva vers elle, lui murmurant quelque chose par rapport à un beau soldat, ce qui fit rougir la jolie serveuse. Amusée, la gérante de l’auberge lui montra la table où se trouvait Arthur, qui n’était pas habillé en soldat, mais en simple homme. Cette attention fit beaucoup plaisir à Constance, qui rejoignit assez nerveusement la table où se trouvait son compagnon de la soirée. Derrière elle, Melody scrutait ses moindres gestes, heureuse de voir enfin son amie retrouver un jeune homme plus que charmant. Sur la table, Constance pouvait apercevoir un bouquet de fleur et un mystérieux paquet, ce qui fit redoubler ses rougissements. Nom de Dieu, qu’elle se sentait idiote de perdre ainsi ses moyens.

« Bonsoir Arthur. » Disait-elle pour montrer sa présence au jeune homme. « J’espère que je ne vous ais pas trop fait attendre ? » Ajouta la jeune femme de peur d’être trop en retard. A moins que cela soit le soldat qui soit arrivé en avance. Un peu gauche, elle s’avança vers lui, le sourire aux lèvres, bien qu’elle soit assez nerveuse de vivre son premier vrai rendez-vous avec un homme qui lui plaisait déjà beaucoup.





    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Sam 16 Aoû - 20:21
Arthur & Constance


Arthur était perdu dans ses pensées, à imaginer comment Constance serait habillée ce soir et de quoi ils discuteraient à deux, quand elle arriva finalement.

« Bonsoir Arthur. », dit elle.

Le jeune soldat se retourna pour lui faire face. Elle était vêtue d’une robe bleue qui lui allait à merveille et avait trouvé dans les fleurs un moyen d’accessoiriser sa tenue. C’était véritablement réussi car cela lui allait à merveille…Elle était tellement magnifique avec ces fleurs dans ses cheveux qui mettait en valeur ses boucles brunes…

« J’espère que je ne vous ais pas trop fait attendre ? », demanda-t-elle, ce qui le fit sortir de ses pensées.

« Non…Enfin…Vous attendre ne me dérange pas. », répondit il, un peu nerveux. Il était heureux de la revoir et craignait de faire des faux pas. Le jeune soldat se leva immédiatement après avoir dit cela, faisant face à sa belle serveuse. « Vous êtes ravissante. » , déclara-t-il, la regardant dans les yeux.

Il resta un moment comme cela, à la regarder simplement, contemplant sa beauté, avant de finalement lui tendre le bouquet de fleurs, en oubliant même de la saluer dignement. Maintenant que Constance était devenue réellement importante pour lui, et qu’il ne désirait pas la perdre, il était un plus nerveux que la dernière fois qu’il l’avait vu ou il n’avait montré que de l’assurance, tout en simplicité. Après tout, ce n’est qu’après l’avoir quitté qu’il s’était rendu compte qu’il l’appréciait vraiment, surpris de se reprendre à penser à elle si souvent…

« Elle sont pour vous. », annonça-t-il. « Elles s’accordent plutôt bien avec votre tenue, je trouve »

Il lui tendit alors le bouquet de roses et lui laissa le temps de les regarder avant d’aller se placer derrière la chaise qui lui était réservée pour la tirer vers lui, lui permettant de s’asseoir.

« Je vous en prie, asseyez vous. », lui dit il. En face de cette chaise, à table, se trouvait le paquet que le soldat avait amené. Une fois, sa belle serveuse assise, il ajouta :

« Je tenais à vous offrir quelque chose, comme vous m’avez offert votre aide après que j’ai été blessé à la bataille contre le traître Wyatt et je…Et bien, j’éspère que ça vous plaira même si ce n’est pas vraiment grand-chose. Et il y a aussi quelque chose pour la petite fille dont vous m’avez parlé. Jane-Ann, c’est bien cela ? », demanda Arthur en allant retrouver sa place, en face de Constance.

Le paquet renfermait en fait, tout d’abord à l’intention de Constance, une broche en argent dans une petite boite délicate représentant une rose et sa tige sertie d’épines. Il l’avait achetée chez le bijoutier, spécialement pour Constance. Le jeune soldat n’avait pas encore les moyens d’acquérir un collier ou un bracelet, mais une broche en argent, c’était tout à fait dans son budget. Il faut dire qu’il ne dépensait pratiquement rien pour lui. Son armure et ses armes étaient fournis par le palais et constituait les seuls accessoires dont il avait besoin pour s’adonner à sa passion des entrainements avec ses collègues. Il était logé à la Tour et ne payait pas de loyer. Et même lorsqu’il se rendait au RedLantern et passer la nuit avec Blanche, il ne payait qu’un quart du prix, étant donné que sa mère était secrétement la propriétaire des lieux. En fait, Arthur ne payait que ses vêtements et sa nourriture, et il n’achetait pratiquement jamais de vêtements, se contentant du stricte nécessaire et de ses habits de soldats. Le jeune homme n’avait pas besoin d’argent pour être heureux, en revanche, il était ravi de pouvoir faire plaisir à Constance en lui offrant l’un ou l’autre cadeaux. D’ailleurs, la femme qu’il épouserait serait gâtée de ce côté-là et n’aurait guère à travailler elle aussi.
Mais la broche en argent, qui se trouvait dans une petite boite écarlate, n’était donc pas le seul présent qui se trouvait dans le paquet. Arthur avait en fait, par hasard, eut l’occasion de dénicher quelque chose pour la petite Jane-Ann, dont Constance lui avait parlé. Il se trouvait qu’Arthur aie fait la rencontre d’une petite fille de haute noblesse à la cour, qui contrairement aux autres filles de haute noblesse, préférait jouer au soldat qu’à la poupée. Mary Grey, la fille de Jane Grey, avec qui Arthur discutait parfois ésperant pouvoir l’aider à se remettre sur la voie du catholicisme, avait donné l’une de ses poupées inutiles à Arthur lui disant qu’il n’avait qu’à l’offrir à Jane-Ann. Le jeune homme avait trouvé le conseil intéressant et avait décidé de le suivre. La petite Jane Ann n’avait probablement jamais vu un jouet comme celui là. Seules les nobles et les très riches commerçants pouvaient offrir cela à leurs filles car il s’agissait de jouets de qualités. Arthur ne contait cependant pas mentir à Constance et lui dire qu’il avait pu acquérir cela de ses propres moyens. Il contait lui dire la vérité, à savoir que c’était par hasard qu’il s’était retrouvé en possession de ceci, et qu’il avait ensuite pensé à Jane-Ann. Dans tout les cas, cela ne pourrait faire que plaisir à la petite, et mieux encore, à Constance.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Ven 22 Aoû - 23:07

Second rendez-vous.


Elle était simple, naturelle et toute sa tenue transpirait ces traits de caractère. Constance ne voulait pas être une jeune femme superficielle, elle n’en avait plus l’âge, et elle préférait nettement être ce qu’elle savait être le mieux, une personne souriante, amusante et parfois maladroite. Ce fut ainsi, qu’elle se présenta auprès d’Arthur Wayne, souriante, heureuse de pouvoir le retrouver, surtout depuis leur première rencontre. Elle n’avait cessé de penser à lui, se demandant à quoi ressemblerait ce rendez-vous et surtout comment le jeune homme se présenterait à elle. La jolie serveuse avait même eu peur qu’Arthur ne se présenta pas à leur rendez-vous, mais il était là. Constance avait hésité avant de s’avancer vers lui, mais la présence de Melody l’encouragea. Elle ne savait pas si Arthur connaissait le lieu, mais si ce n’était pas le cas, elle était heureuse de pouvoir lui faire connaître, surtout que les époux O’Neil étaient des gens plus que charmants.
Elle le salua et il le fit en retour, tous les deux un peu gauche, tous les deux timides de se retrouver ainsi en tête à tête. Constance n’avait eu que très peu de rendez-vous avec des jeunes hommes, celui-ci serait son premier dans une petite auberge. Avec politesse, il lui répondit que ça ne le dérangeait pas de l’attendre. Il se leva, lui faisant face. La jolie serveuse sentit ses joues rougir un peu plus, se sentant comme une jeune demoiselle qui venait de se faire aborder par son premier galant. Un bouquet de fleur l’attendait, Constance en rougit d’autant plus et se cacha derrière lui pour humer les senteurs que dégageaient les fleurs. Tout cela était merveilleux, comme dans les histoires de jeunes filles, Arthur était vraiment un chevalier servant, son chevalier.

« Merci Arthur, ces fleurs sont tout simplement magnifique. » Tout en souriant, le jeune homme se positionna derrière elle et lui tira sa chaise, pour qu’elle s’y installe. « Quelle galanterie ! » Elle sourit amusée et s’assit sur la chaise. Elle ancra son regard dans celui d’Arthur, mais bien vite coupa le contact, alors que ses joues rougissaient à nouveau, elle se concentra à nouveau sur les fleurs, dont elle caressa les pétales. Aussitôt Melody arriva vers eux et proposa à Constance de mettre le bouquet dans l’eau pour éviter que les fleurs se fanent. Son amie devait les espionner, mais la jolie serveuse ne la blâma pas et la remercia pour son attention. Quand elle disparut, Arthur continua de lui parler et il lui offrit un autre cadeau, enfin deux, un pour elle et un pour la petite Jane-Ann. Avec ce cadeau, il voulait la remercier pour l’aide qu’elle lui avait apporté durant la révolte Wyatt. Constance était émue et sans avoir ouvert les cadeaux, remercia le jeune homme.
« Vous n’auriez pas dû, surtout que je n’ai pas servi à grand-chose ce jour-là, je dois le reconnaître. » Elle n’osait pas ouvrir la petite boîte, mais face aux regards insistant du soldat, elle la prit. Ses mains tremblaient et quand elle vit ce qu’il y avait à l’intérieur, elle en fut totalement bouleversée. Quelques larmes apparurent même sur son visage, elle n’avait jamais rien vu quelque chose de si beau. Tout ceci était même trop beau pour elle, trop précieux.
« C’est trop beau pour moi Arthur, je ne peux accepter, je ne mérite pas tant. » Elle s’essuya le coin des yeux, pour ne pas faire penser au jeune homme qu’elle était peinée, non c’était tout le contraire. Elle n’avait jamais eu les moyens de s’offrir une si belle broche, de même que son père n’avait jamais pu offrir un si beau bijou à sa mère, faute de moyen. Après avoir admiré la beauté de la broche, elle admira la poupée, que le soldat avait dénichée pour Jane-Ann. La petite n’avait jamais rien eu de si beau et n’en aurait probablement jamais eu si Arthur Wayne n’était pas passé par là. L’objet devait coûter cher, très cher même, si bien qu’elle se sentait confuse devant tant d’attention. Quelques larmes coulèrent à nouveau et elle s’excusa auprès du jeune homme pour cela.

« Excusez-moi, je dois vous paraître idiote, mais je n’ai rien vu de si beau et je ne pense pas mériter tout cela. » Elle souriait modestement, ne voulant pas décevoir le beau soldat.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Lun 25 Aoû - 10:49
Arthur & Constance




Constance la remercia pour les roses quand Arthur les lui offrit et eut un sourire amusé lorsqu’il se positionna derrière elle et tira la chaise qui lui était destinée pour qu’elle puisse s’asseoir.

« Quelle galanterie ! », s’exclama –t-elle. Le soldat aurait pu répondre quelque chose, mais il ne trouva rien. Il se contenta donc de sourire à son interlocutrice, la regardant, avant d’aller s’asseoir à son tour.

Arthur avait toujours été un garçon au comportement admirable avec la gente féminine. Il tenait cela son éducation, sa mère ayant toujours défendu un certain féminisme et son père étant très respectueux de son épouse et n’ayant jamais donné une image qui défendait le machisme, qui pourtant, était si courant dans leur société, à ses quatre fils. Contrairement aux autres garçons, Arthur pensait pas à séduire les femmes à la première occasion et rester lui-même en présence de celles-ci. Sa gentillesse envers elles, sa politesse, son caractère altruiste, n’étaient pas des choses qu’il interprétait pour plaire. C’était dans sa personnalité à lui. Quelques jeunes filles devaient bien avoir été séduite par cela quand il était adolescent et pourtant Arthur était, à côté de ses frères Charles et Edmond, Thomas étant trop jeune, celui qui avait le moins de succès auprès d’elle. Pourquoi ? Et bien pour la simple et bonne raison qu’étant plus jeune, le soldat ne prenait pas d’initiative et remarquait tout simplement pas quand il plaisait à une femme. Et puis, à l’époque, il parlait encore moins qu’aujourd’hui. Ses réponses étaient très souvent brèves et cela pouvait passer pour un manque d’intérêt vis-à-vis de la personne qui lui parlait, ce qui n’était pourtant pas forcément le cas. Mais pour beaucoup de gens, le silence est quelque chose de pesant et de désagréable, et certaines femmes sont intimidées par celui-ci alors…Ca pouvait être un problème.
Elle semblait plus timide qu’à leur première rencontre et il remarqua qu’elle rougissait un peu. Le soldat trouvait cela adorable, et à vrai dire, cela l’aidait à reprendre davantage de confiance en lui. N’était ce pas après tout, la preuve qu’il lui plaisait un minimum ?
La jolie serveuse remercia Arthur avant même d’avoir ouvert le cadeau.

« Vous n’auriez pas dû, surtout que je n’ai pas servi à grand-chose ce jour-là, je dois le reconnaître. », dit-elle. Il est vrai que c’était surtout Anna qui avait soigné Arthur ce jour là, et depuis d’ailleurs, Arthur était devenu un très bon ami de l’apothicaire. Il était très reconnaissant envers elle mais cependant, elle demeurait une amie, et rien de plus. Alors que Constance…Arthur commençait à éprouver de réels sentiments pour Constance, et c’était en fait surtout pour cela qu’il tenait à lui faire plaisir. Sa reconnaissance, bien que réelle, n’était qu’un prétexte pour le faire, en vérité.
« Vous êtes venue à moi avec l’intention de m’aider. Si vous n’étiez pas venue, avec votre amie Anna, je serais retourné me battre malgré tout. Dieu seul sait ce qui se serait produit ensuite. », répondit Arthur. Il la regardait avec insistance afin qu’elle ouvre le présent. Il avait prévu qu’elle serait sans doute étonnée et qu’elle dirait peut-être modestement, qu’elle ne pouvait accepter un cadeau comme celui là, oui. Seulement, il n’avait pas prévu de la voir si boulversée. Elle en avait même les larmes aux yeux…
« C’est trop beau pour moi Arthur, je ne peux accepter, je ne mérite pas tant. », déclara-t-elle, émue.

« Au contraire, vous méritez bien plus que cela. », répondit-il. Il le pensait. Il voyait bien que pour une femme qui comme elle, ne connaissait qu’une vie très modeste, son présent était trop difficile à accepter ainsi. Il était né homme du peuple, il est vrai, mais contrairement à Constance, il été né parmi les chanceux du peuple anglais, les gens de la bourgeoisie. Ce n’est que plus tard dans sa vie qu’il connut véritablement une vie très modeste. Et puis, ce n'était rien en comparaison avec ce que Constance avait traversé. Il avait, depuis la dernière fois, interrogé sa mère au sujet de la serveuse, et elle lui avait expliqué comment elle l'avait rencontrée. Dehors, dans le froid, par un terrible hiver...

« Ecoutez, il ne faut pas que vous vous sentiez gênée…Cela me fait très plaisir, sincèrement. Si vous l’aimez et que vous la portez, j’en serais très honoré. », répondit-il. Il désirait lui prendre la main, mais il n'osait pas. D'ailleurs, c'était trop tôt, et ce n'était pas le moment. Il ne désirait surtout pas tout gâcher par un geste inconvenant. « Quant au présent que j’ai apporté pour Jane-Ann, je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas moi qui l’est acheté. C’est un jouet fait par le fournisseur de la cour de la Reine. En fait, j’ai rencontré une petite fille à Whitehall, qui n’a absolument aucun intérêt pour les poupées et qui prétend vouloir devenir soldat. Il eut un léger rire.« Par un concours de circonstances, elle me l’a donnée. Vous savez, les petites filles de la cour ont des dizaines de jouets de cette qualité, parfois plus. J’imagine que pour elle, surtout pour elle d’ailleurs, qui ne rêve que d’épée et d’armure, cette poupée n’avait pas beaucoup de valeur. Mais voilà, comme je n’ai pas d’enfant, j’ai pensé à votre pupille. Je ne l’ai peut-être jamais rencontrée mais je me suis dit que cela lui ferait plaisir et qu’elle l’apprécierait sans doute bien plus que les enfants nobles qui sont parfois vraiment très gâtés. »



Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Dim 31 Aoû - 13:37

Second rendez-vous.


Des cadeaux. Dans les milieux modestes, les petits enfants n’en avaient presque jamais. Parfois ils recevaient un petit pain fourré pour Noël, une poupée de chiffon, ou encore une nouvelle tenue, mais les cadeaux n’avaient jamais été du ressort des petites familles. Constance avait déjà eu de ces poupées et comme son père était assez doué pour les travaux manuels, il lui avait déjà réalisé quelques jouets en bois, des merveilles qui avaient peuplé toute son enfance, avec des histoires de féérie ou de simples jeux guerriers. Mais là, c’était différent, Arthur Wayne n’était pas son père, mais un jeune homme, qui avait commencé à lui faire la cour. Des fleurs, et là ces cadeaux. Constance réalisait enfin l’importance que sa relation avec le soldat pouvait avoir. Elle rougissait et devenait bien plus timide, alors que ce n’était pas du tout son genre. Des hommes, elle en avait déjà croisé sur son chemin, elle avait vingt-six ans et même si c’était la première fois qu’elle avait réellement un rendez-vous dans une auberge, elle en avait rencontré, pour d’autres occasions. Il y avait même James, mais en ce qui le concernait, Constance avait toujours ressenti pour lui une profonde amitié. Là, ce n’était pas la même chose, son cœur battait à la chamade en présence du soldat, elle se sentait heureuse avec lui, et pourtant, cela n’était que la troisième fois qu’elle le voyait. Quand elle vit ces cadeaux, elle en avait presque eu les larmes aux yeux, surtout face à la poupée, pour la petite Jane-Ann, l’enfant n’avait jamais eu de si belles choses.
Leur première rencontre, Constance ne l’oubliait pas, la révolte de Thomas Wyatt l’avait beaucoup marqué et surtout elle se souvenait encore du sang qui recouvrait le jeune homme. Anna avait pu le sauver, d’ailleurs la jeune femme s’inquiétait, elle n’avait plus de nouvelles de son amie depuis. Heureusement, il en était ressorti sain et sauf, peut-être pas sans marque, mais il était vivant et ça, c’était ce qui comptait le plus au monde.

« Oui, vous n’attendiez qu’une chose, repartir dans la bataille, alors que ça aurait pu coûter votre vie. » Déclara la jeune femme, prenant un air plus que sérieux. Elle ne voulait pas qu’Arthur court à nouveau de tels risques, elle ne voulait pas qu’il quitte brusquement sa vie, comme beaucoup de personne. « D’ailleurs, vous venez d’évoquer Anna, je m’inquiète beaucoup pour elle, je n’ai plus eu de ses nouvelles, sa boutique est fermée et ses voisins n’en savent pas plus. » Elle était soucieuse pour Anna, craignant qu’elle n’ait fuis ou qu’elle ait disparu tragiquement.
Ces cadeaux, elle savait qu’elle ne les méritait pas et pour cause, elle n’avait rien fait ce jour-là, c’était Anna qui méritait tous les honneurs. Constance tenta de protester à nouveau, les yeux rivés sur la magnifique broche que l’homme lui avait offerte, mais il reprit la parole. Pour la broche, il la rassura, lui disant que la voir la porter, lui ferait plus que jamais plaisir et en ce qui concernait la poupée, l’homme lui avoua qu’elle venait d’une petite fille de la cour, qui ne rêvait que d’épée, elle avait donc donné cette poupée au soldat, qui n’ayant pas d’enfants, avait pensé à Jane-Ann. Constance sourit en entendant cela et se rassura, si l’homme pouvait être content, en la voyant accepter ces cadeaux, elle ne devait que les prendre.

« Je vous remercie Arthur, je n’ai jamais eu de si beaux cadeaux. » Elle souriait et prit la broche qu’elle ajusta sur sa robe. Le bijou avait un bel effet sur le sobre vêtement, durant quelques instants, Constance avait le sentiment d’être comme toutes ces femmes riches. « Pour vous remercier, accepteriez-vous un déjeuner, avec Jane-Ann et moi ? Il fait beau en ce moment et nous avons l’habitude de quitter la ville le dimanche, pour déjeuner à la campagne. Ce n’est pas grand-chose en comparaison de ces si belles choses, mais je serai très heureuse que vous soyez présents. » Elle souriait timidement, espérant bien voir le jeune homme accepter sa proposition.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Ven 5 Sep - 18:32
Arthur & Constance



Arthur ne put que sourire quand finalement Constance accepta le cadeau en le remerciant, et lui fit en honneur en attachant déjà la broche à sa robe.

« Pour vous remercier, accepteriez-vous un déjeuner, avec Jane-Ann et moi ? Il fait beau en ce moment et nous avons l’habitude de quitter la ville le dimanche, pour déjeuner à la campagne. Ce n’est pas grand-chose en comparaison de ces si belles choses, mais je serai très heureuse que vous soyez présents. » , demanda-t-elle.

Le soldat acquiesça d’un signe de tête.

« Je vous remercie de cette invitation, j’en serais ravi. », répondit il avec un sourire sincère. Il allait donc avoir l’occasion de rencontrer Jane-Ann, dont Constance lui avait tant parlé. Si celle-ci l’invitait en compagnie de la petite, cela signifiait forcément qu’il lui plaisait et si la petite fille l’aimait bien, Constance l’apprécierait sans doute encore plus. Bon, il fallait avouer qu’Arthur n’avait aucune expérience avec les enfants, surtout quand il s’agissait de filles. Il n’avait eu aucune sœurs, que des frères. Mais il n’y avait aucune raison pour que Jane-Ann ne l’apprécie pas. Surtout avec le présent qu’il venait de lui faire. Oh, ça n’était pas son but de l’acheter, il l’avait fait de bon cœur. Mais tout de même, elle aurait sans doute du mal à ne pas l’apprécier après cela, il fallait bien se l’avouer.

« Je préviendrais mon collègue pour pouvoir me libérer. », dit Arthur. Il faudrait en effet qu’il annonce à Mark qu’il souhaitait prendre une journée entière de repos le dimanche, de sorte à ce que celui-ci ne prévoit rien. En contrepartie, il surveillerait la princesse toute la journée du samedi. Mark n’y verrait sans doute pas d’inconvénients. Arthur ne prenait pratiquement jamais de jour de repos, et était un véritable modèle dans son travail. Investi, sérieux, efficace. De plus, Mark et Arthur s’entendaient très bien. Les deux hommes se confiaient beaucoup l’un à l’autre. Le jeune soldat avait trouvé en lui une sorte de frère de cœur. Mark lui rappellait parfois Charles, son aîné, décédé en mai 1547. Quand il apprendrait pourquoi Arthur désirait prendre sa journée, il ne pourrait que le soutenir.

Mais en disant cela, le garde royal se rendit compte qu’il n’avait pas encore eu l’occasion d’annoncer à Constance que depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, il avait changé de poste.
« J’y pense, je ne vous l’ai pas encore dit…J’ai obtenu une promotion après la bataille contre Wyatt. Je travaille maintenant à la Tour, pour une durée indéterminée. Je surveille la princesse Elizabeth. », expliqua-t-il, alors qu'on leur servait à chacun un verre de vin.

Une promotion…Une promotion empoisonnée surtout. Mais Arthur savait pourquoi on l’avait choisi. On lui faisait confiance plus qu’à n’importe quel autre garde royal de son grade. Gardiner savait qu’il pouvait compter sur lui et il fallait quelqu’un de confiance pour surveiller la princesse jour et nuit sérieusement et respecter les ordres à la lettre. Gardiner savait qu’Arthur ne se laisserait pas manipuler par cette jeune fille à l’allure si innocente. Pourtant, en toute honnêteté, le garde royal avait failli tomber dans le piège. Malgré sa foi, malgré son obéissance et son admiration envers la reine, il avait douté, longtemps de la culpabilité de la princesse. Lorsqu’elle lui avait demandé de lui permettre de sortir, il s’était même senti coupable de devoir refuser, au début, et avait presque manqué d’accepter et de l’aider à respirer un peu d’air frais. Mais il avait ensuite vu clair dans son jeu. Il se demandait même si elle n’était pas une sorcière, comme l’on disait que sa mère l’avait été. La peur l’habitait quand il pensait à l’avenir de l’Angleterre si Elizabeth Tudor restait l’héritière légitime de la reine Mary. Il avait eu de la pitié pour elle. Il avait esperé que la reine n’en vienne pas jusqu’à exécuter sa propre sœur. Mais maintenant…Il se demandait simplement quand est ce qu’elle se déciderait à le faire. Même s’il continuait à se contenter d’obéir aux ordres et tâchait de ne pas montrer sa pensée dans son travail, gardant un visage neutre et un air sérieux, il pensait désormais que la princesse qu’il surveillait était un danger. Que Dieu protège leur Reine…


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Dim 14 Sep - 12:08

Second rendez-vous.


Inviter Arthur était la moindre des choses, il lui avait offert de si beaux cadeaux, des cadeaux que jamais elle n’aurait pu s’offrir, même en économisant une dizaine d’année son salaire. L’argent ne l’intéressait pas et ne l’intéresserait jamais, elle avait toujours aimé les choses simples de la vie, ses parents lui avaient instruits de belles valeurs, comme le travail, le partage et l’amour de son prochain. L’argent n’était pas pour elle un instrument du bonheur, juste un moyen d’améliorer le quotidien. Arthur venait de lui offrir quelque chose d’inestimable pour une simple personne comme elle, mais ce qui la touchait le plus, c’était le fait qu’il lui avait acheté quelque chose. Ce geste était beau et lui touchait le cœur plus que de raison. Avec cette invitation, ils allaient pouvoir se revoir et Constance attendait avec impatience de pouvoir présenter le jeune homme à sa petite pupille, surtout qu’elle avait été aussi gâtée par Arthur. D’autres rendez-vous, la jolie serveuse du Flying Dutchman voyait une nouvelle existence se profiler, elle rêvait même d’une vie aux côtés du beau garde royal. Dans son malheur, elle avait beaucoup de chance maintenant et peut-être même que plus tard, ils pourront construire une famille.

« Mais pas de cadeaux ! C’est moi qui vous invite. » Elle souriait, heureuse de pouvoir partager ce moment avec lui.

Alors qu’on leurs servait du vin, Arthur lui apprit qu’il avait reçu une promotion juste après la bataille qui conclut la révolte Wyatt. Le jeune homme était maintenant chargé de la garde de la princesse Elizabeth, qui se trouvait depuis quelques temps à la Tour de Londres. Constance était ravie pour le jeune homme, dont le courage et la bravoure avait été récompense.

« Nous devons fêter ça alors ! Vous le méritez tellement Arthur, cela prouve que la reine a remarqué vos exploits. » La jeune femme leva son verre, tout comme le soldat et ils firent doucement cliquer leurs verres. « A votre réussite Arthur. » Elle souriait, toujours de bonne humeur. Constance voyait toujours le positif dans tout. Son caractère était ainsi et cela ne changerait sûrement jamais. « Vous avez donc rencontré la princesse ? Elle est comment ? » Ses yeux brillaient de curiosité, elle qui avait eu la chance de voir une fois la reine, pour la petite Jane-Ann, désirait vraiment en apprendre plus sur sa sœur. Il y avait tellement de rumeurs qui circulaient sur Elizabeth Tudor, qu’à force, elle ne savait plus qui croire, ni même se faire une réelle idée sur cette princesse. Maintenant, elle savait qu’elle pouvait faire confiance en Arthur Wayne, il était un homme d’honneur, un jeune homme qui en plus travaillait pour la reine, lui au moins, lui raconterait la vérité.
Alors qu’ils étaient dans leur conversation, Melody O’Neil arriva pour prendre leurs commandes, Constance savait de suite, ce qu’elle voulait et elle conseilla Arthur qui ne connaissait pas encore l’endroit.

« Je vous conseille soit de prendre la tourte au rognon, Melody l’a fait elle-même, elle est vraiment délicieuse, ou le ragout. » Elle se tourna alors vers Melody pour lui dire ce qu’elle désirait. « Je vais prendre la tour, tu la cuisines comme personne à Londres. » Elles se mirent à rire avec l’aubergiste, Melody lui disant qu’elle ne devrait pas vanter ainsi sa cuisine et Constance renchérissant. Elle avait bien fait de venir ici, avec Arthur, ils allaient passer une excellente soirée.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Dim 21 Sep - 14:08
Arthur & Constance



« Nous devons fêter ça alors ! Vous le méritez tellement Arthur, cela prouve que la reine a remarqué vos exploits. »
Certes, cela prouvait que sa bravoure avait été remarquée, et plus encore, cela prouvait que Gardiner avait réellement confiance en lui, même si pourtant, il avait failli se laisser prendre au piège de la pitié en ce qui concernait la princesse. Cependant, fêter l’obtention de ce poste…Aujourd’hui plus que jamais, cela paraissait totalement dénué de sens. Les derniers événements l’avaient bouleversés. Les paroles de la rousse résonnaient encore dans sa tête tel un avertissement contre lequel il ne pouvait agir, à moins d’y signer son arrêt de mort. Maudit soit le jour où il était entré à la Tour escortant la princesse Elizabeth Tudor…

« A votre réussite Arthur. »

Il se força cependant à sourire et leva son verre à son tour.

« Merci. »

Il n’avait parlé de sa conversation avec Elizabeth Tudor à personne, et n’avait pas non plus confié ses inquiétudes à son sujet à qui que ce soit. On le prendrait pour un fou. Même Mark ne comprendrait pas. Ils étaient tous aveuglés. Elle ensorcelait tout le monde avec ses faux sourire bienveillant. Ils l’aimaient tous et ça ne la rendait que plus dangereuse encore.
Il ne voulait pas inquiéter Constance avec des visions si obscures de ce qu’il risquait d’arriver à l’Angleterre si Elizabeth Tudor montait sur le trône. A quoi cela servirait il, à part à lui faire peur sans qu’elle ne puisse rien y changer ? Et puis, il ne voulait pas non plus qu’elle le prenne pour un fou ou pour un monstre sans pitié. Il ne pouvait donc se confier à cœur ouvert sur ce sujet, même à elle, car il était hors de question qu’il brise ses chances avec sa jolie serveuse par la faute de la fille d’Ann Boleyn.

«Vous avez donc rencontré la princesse ? Elle est comment ? »
La fameuse question. Arthur voyait bien la curiosité dans les yeux de Constance. Les princesses, les reines, les rois…Ca faisait toujours un peu rêver les gens du commun.

« Elle a des longs cheveux roux. On peut dire qu'elle est belle, mais pas aussi belle que vous. », commença-t-il, sérieux. Il ne se rendit même pas compte immédiatement du compliment qu'il venait de faire, car il parlait en toute sincérité. Quand, il le remarqua, avec quelques secondes de décalage, il adressa un léger sourire à Constance. D’un côté, l’envie le tiraillait d’ajouter qu’elle était dangereuse pour que Constance n’admire pas une telle sorcière et soit mise en garde. De l’autre, il ne désirait pas plomber l’ambiance. « Quand je l’ai conduite à la Tour, beaucoup de gens étaient venus la soutenir. Elle arrive à se faire apprécier malgré les faits qui lui sont reprochés. Peu de gens voient qu’elle n’est pas la jeune fille innocente qu’elle parait être. Mais bon, je me contente de faire mon travail et mon devoir. On m’a donné comme mission de la surveiller et de la protéger, alors c’est ce que je fais.», répondit il. Il n’avait pas voulu mentir à Constance, il avait donc essayé de lui faire comprendre qu’Elizabeth Tudor n’était pas à ses yeux une femme digne d’admiration. Cependant, il n’avait pas non plus été capable de lui dévoiler la vérité absolue et les fondements réels de ses pensées. C’était trop risqué.
Constance lui donna ensuite quelques conseils sur le menu à choisir. Arthur n’était pas difficile en ce qui concernait la nourriture, il n’eut donc aucune peine à lui faire confiance et à demander la même chose.

« Je vais suivre Constance, je vais prendre la même chose. », dit il donc à l’intention de l’aubergiste. Une fois celle-ci repartie, Arthur plongea son regard dans les yeux marron de la serveuse. Il aimait l’écouter parler et désirer en apprendre plus sur elle, mieux la connaitre, mais il ne savait quelles questions poser, de peur d’être indiscret. Alors, il attendrait calmement qu'elle prenne la parole. De toute évidence, un petit silence dans une conversation n'avait jamais dérangé le garçon peu bavard et d'un naturel sérieux qu'avait toujours été Arthur...


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Ven 3 Oct - 21:59

Second rendez-vous.


Toute à sa joie, Constance ne remarqua pas le trouble d’Arthur, elle était heureuse pour lui, contente que la reine ait pu le remarquer, au point de lui donner une promotion. Pour elle, le jeune homme devait être heureux, surtout qu’il s’était battu pour pouvoir obtenir un jour cette place si enviée. Surveiller un membre de la famille royale ne pouvait être que l’ouverture d’une porte, vers de nouveaux horizons. C’était une chance pour lui. Elle qui appartenait au petit peuple aimait ce genre de chose, pas les guerres, ni les morts, mais la vie de la famille royale, elle aimait sa reine, comme elle avait aimé son frère avant, puis son père, même si eux, c’était éloigné de la religion catholique. Même si elle était de cette dernière religion, la jeune femme suivrait toujours son souverain, elle avait un grand sens patriotique, elle aimait son pays et jamais elle ne dénigrerait son roi ou sa reine. D’ailleurs, elle n’avait jamais réellement compris, pourquoi de nombreux anglais s’étaient opposés au mariage de la reine avec le prince Philippe de Habsbourg. Si c’était le souhait de la reine, il ne pouvait pas être mauvais, surtout que d'après les rumeurs, le prince était un homme plus que charmant, catholique et très cultivé. Il ferait un bon roi, c’était certain. En plus, si Dieu le voulait, ils pourraient même avoir de beaux petits princes et de belles petites princesses.
Constance avait posé une question à Arthur, elle voulait savoir comment était la princesse, puisqu’elle ne l’avait jamais réellement vue, si ce n’est de loin. Le jeune homme évoqua le fait qu’elle était rousse et aussitôt la jeune femme renchérit.

« Comme notre roi Henry, ma mère me disait toujours qu’il avait une chevelure de feu. » Souriait la jeune femme, toujours aussi enjouée.
Elle stoppa ses paroles et écouta la suite, découvrant que son soldat avait une opinion bien arrêtée pour la princesse, selon lui, elle n’était pas innocente et pourtant, bientôt, elle allait sortir de la Tour d’après les rumeurs. Ainsi, elle aurait bien complotée contre la reine ? Constance ne savait pas quoi penser de tout cela, puisque pour elle jamais une personne pouvait comploter contre sa propre sœur. Son propre trouble s’effaça rapidement, pour reprendre un léger sourire, elle ne voulait pas croire en ce côté mauvais de la princesse Elizabeth, même si elle ne la connaissait pas, elle se disait qu’elle était l’héritière de la reine, elle n’avait donc pas à comploter contre elle.
« Je ne peux pas croire qu’il y ait que du mauvais en cette personne. Il y a du bon en n’importe qui, parfois il est effacé, mais si on creuse un peu, on finit toujours par en trouver. » Elle exposait sa philosophie au jeune soldat, se dévoilant un peu plus à l’homme, avec qui elle se sentait réellement en confiance.
Ils passèrent commande et Arthur choisit de prendre l’exemple de Constance, qui connaissait très bien la maison des O’Neil. Elle avait eu le loisir de goûter à tous les petits plats de Melody et elle avait ses préférés, comme la tourte. Après cela, ils se regardèrent longuement, avant qu’un silence s’installe entre eux. Constance avait peur qu’un malaise se creuse, mais peut-être que l’homme était moins bavard, contrairement à elle. N’aimant pas ce silence, elle entra dans le vif du sujet, vers des questions plus personnelles.

« Il est étonnant que je ne vous ais pas vu auparavant, d’où venez-vous Arthur ? » Depuis leur seconde rencontre, elle n’avait qu’une envie apprendre un peu plus sur le jeune homme. Elle voulait savoir s’il avait de la famille, des proches, des amis et aussi les connaître plus tard, si leur relation venait à se développer.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mer 22 Oct - 12:54
Arthur & Constance



« Je ne peux pas croire qu’il y ait que du mauvais en cette personne. Il y a du bon en n’importe qui, parfois il est effacé, mais si on creuse un peu, on finit toujours par en trouver. », répondit Constance au sujet de la princesse.

Arthur s’attendait parfaitement à ce genre de réponse de la part de la serveuse, qui n’était pas du genre à juger les gens facilement. D’ailleurs, le soldat pensait qu’elle avait raison. En effet, il y a toujours du bon en n’importe qui. La princesse Elizabeth Tudor n’était pas cruelle mais l’hérésie avait grandi en elle et l’hérésie, ce n’était pas une bonne chose pour l’Angleterre. Les hérétiques croyaient sans aucun doute qu’il était dans le bon. Dans l’esprit de chacun d’entre eux, défendre leur religion était quelque chose d’héroïque. Sauf que cela ne l’était pas, et Arthur en était persuadée. Alors, que la princesse Elizabeth n’est pas que des défauts, oui, sans aucun doute. Seulement, il espérait ne jamais la voir sur le trône, car malgré les qualités qu’elle pouvait avoir, elle les mettrait au service de l’hérésie, et ça, c’était le pire des pêchés.

« Vous avez tout à fait raison, il y a une part de bon et de mauvais en n’importe qui. Mais en tout cas, je ne lui fais pas pleinement confiance, et je me réjouis plutôt de voir la reine Mary garder le trône, c’est ce que je veux dire… », répondit Arthur. Il était inutile d’inquiéter davantage Constance ou d’exprimer pleinement son avis si complexe qui d’ailleurs, était trop bouleversant pour être décrit par des mots. De toute évidence, le soldat ne pouvait rien faire contre la situation, si ce n’est comme tout le monde, attendre de voir comment les choses se passeraient…

Après qu’ils eurent fait leurs choix concernant les plats, Constance ne tarda pas à briser le petit silence qui s’était installé, interrogeant Arthur sur ses origines. Une question que le jeune homme aurait vraiment préféré éviter. Il devrait mentir pour y répondre et l’idée de mentir à Constance ne lui plaisait pas…Pourtant, il l’avait déjà fait. Il mentait à tout le monde, chaque fois qu’il prononçait son nom. Arthur Wayne. Il était né portant un autre nom. L’identité sous laquelle il se présentait aujourd’hui, c’était aussi lui, mais c’était sa nouvelle vie, son nouveau départ, depuis son retour à Londres. Cela avait été une nécessité de s’attribuer un autre nom, et d’ailleurs, il n’avait même plus l’impression de mentir en se présentant ainsi. Cependant, décrire ses origines, son histoire…Ca, c’était son passé, pas sa nouvelle vie et son avenir. Et son passé, c’était Arthur Paton. Alors ce qu’il raconterait sur le passé d' Arthur Wayne, ce ne pouvaient être que des inventions, une vie qu’il n’avait pas vécue. Et quand il devait raconter le passé qu’il avait du transformer pour correspondre à sa nouvelle identité, il ressentait le poids du mensonge…

« Je suis né à Bristol. », commença-t-il. « C’est une grande ville, mais plus petite que Londres. J’avais deux frères. » Premier mensonge. Arthur avait préféré, dans l’histoire du passé qu’il avait été contraint de s’inventer, éviter trop de ressemblances avec l’histoire de Mary-Ann. Deux frères plutôt que trois. Il avait supprimé de l’histoire d’Arthur Wayne, le frère mort pendu sur une place publique. Ce n’était pas le genre d’histoire qu’il aimait raconter, et encore moins modifier, par respect pour la mémoire de son frère. Il ne s’en était jamais vraiment remis mais on ne se remettait jamais vraiment de ce genre de choses…. « Mon père était barbier. », continua-t-il. Second mensonge. Le métier du père d’Arthur Wayne, il y avait longtemps réfléchi. Il ne pouvait dire banquier, pour éviter que l’on fasse le rapprochement avec Mary-Ann. Il avait pensé à dire notaire, mais avait finalement préféré trouver un métier moins bourgeois. Car comment expliquer qu’un gars de la bourgeoisie finisse par quitter sa ville, ses connaissances, tout, pour venir s’engager comme soldat dans la garde royale, sans vraiment avoir emporté beaucoup d’argent avec lui ? Ca pouvait attiser les soupçons. De plus, même s’il n’y avait pas pensé en faisant son choix, dire que son père pratiquait un métier des gens du commun faciliterait sa relation avec Constance. Il savait qu’elle n’avait pas eu la vie facile. Il préférait qu’elle pense qu’il venait de l’exact même milieu qu’elle, car grâce à l’éducation que ses parents lui avaient données, Arthur était modeste, et loin de mépriser les gens qui avaient eu moins d’argent que lui. Il n’avait d’ailleurs aucune attache au confort matériel, sinon comment aurait il pu vivre pendant deux ans dans la simplicité d’une église ?
« Il avait une très bonne réputation et de nombreux clients, alors nous ne manquions de rien. Il y a eu un hiver très rude, à Bristol. Comme souvent. Mon père est tombé malade, mon petit frère aussi. Ils sont décédés l’un après l’autre et nous nous sommes retrouvés à trois. Ma mère n'était plus la même après ça. Elle est morte quelques mois plus tard. Sans doute de chagrin. Elle n’était pas malade, mais son cœur s’est arrêté. C’est ce que le médecin a dit en tout cas. Je me suis retrouvé seul avec Edward. » Il avait failli dire Edmond, mais c’était rattrapé à temps. Il fallait qu’il retienne ce nouveau mensonge. Son frère ainé s’appelait Edward. « Il a reprit l’affaire de mon père, a exercé son métier. Puis, il a rencontré une femme, et l’a épousée. Ils ont eu un fils. Je vivais avec eux, mais je ne me sentais pas à ma place. Mon frère avait sa famille et son affaire et il n’y avait pas assez de clients pour deux. J’ai décidé de partir vivre ma vie. Je ne savais pas trop ce que j’allais faire, ni où j’allais. Je pensais à devenir barbier dans un village proche. Je me suis d’ailleurs installé dans un village proche de Bristol. Quand suis arrivé, je me suis rendu à l’église, et le prêtre m’a accueilli. Je l’aidais à l’église, je vivais simplement. Puis, rapidement, le roi est mort et j’ai appris que la reine Mary avait repris le trône. J’ai alors compris ce que je voulais ; servir sa cause. J’ai commencé à m’entraîner de longues heures chaque jour, pour savoir manier l’épée et devenir soldat. Quand j’ai considéré que j’étais prêt, j’ai pris la route et je suis venu me présenter à Whitehall. J’ai prié Dieu pour qu’on accepte de m’engager, et j’ai été accepté…Voilà…Je pense vous avoir tout dit… », déclara Arthur, terminant son récit qui était quand même proche de sa véritable histoire en de nombreux points. « Par soucis d’égalité, vous allez devoir me raconter votre histoire, maintenant, vous aussi… », dit il, riant légèrement.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mer 29 Oct - 19:06

Second rendez-vous.


Rien ne pouvait égaler la droiture de Mary Ière, pas même sa sœur Elizabeth. Au moins, grâce à cette reine, l’Angleterre était revenue dans la vraie religion, la religion catholique, qui était la seule qui devait primer sur terre. Constance n’avait jamais compris pourquoi, par amour, le roi Henry VIII s’était éloigné de la vraie religion. C’était des choses qui avaient fini par lui échapper avec le temps et qui lui avaient fait comprendre, qu’avec les rois, le peuple ne pouvait décider de rien, pas même de son culte. Mais maintenant, les conversations autour de la royauté et de ses affres étaient terminés, ils allaient pouvoir s’intéresser un peu plus à l’autre et pouvoir faire plus ample connaissance, autour d’une bonne tourte à la viande, de Melody O’Neil. Alors que les plats arrivaient et qu’on leurs servait à tous deux un verre de vin, Constance, qui était toujours aussi avide d’en apprendre sur le jeune homme lui demanda de parler un peu de lui. Alors qu’elle enfournait la première bouchée de tourte dans sa bouche, elle écouta son récit.
Constance apprit donc qu’Arthur Wayne était né à Bristol, qu’il avait deux frères et que son père était barbier. Il avait mené une vie confortable, jusqu’à ce qu’un hiver trop rude emporte son père, son petit frère et sa mère, qui partit dans le chagrin et la peine. Il ne restait plus qu’Arthur et son frère Edward. Ils vivaient ensemble, le frère rencontra une femme, ils se marièrent et eurent un enfant, Arthur lui raconta qu’il n’était pas à sa place et il partit donc jusqu’au prochain village, il pensait être barbier comme son frère, mais il se retrouva à travailler à l’église. Cela dura jusqu’à l’arrivée de Mary Tudor sur le trône. Il savait ce qu’il voulait devenir et s’est donc longuement entrainé avant de se présenter et de devenir garde de la reine.
La jeune femme picorait dans son assiette tout en l’écoutant avec beaucoup d’intérêt, elle trouvait le récit de la vie de l’homme triste, tout comme la sienne. Bien sûr, Arthur lui demanda en retour sa propre histoire. Constance s’y attendait, elle s’y était d’ailleurs longuement préparée, elle avait pesé le pour et le contre, cherchant ce qu’elle devait mettre de côté, puis elle avait décidé de tout avouer au soldat, sauf en ce qui concernait son père. Elle y avait pensé et pour elle, il valait mieux dire à Arthur, qu’Hans Bennet était mort emporté par la maladie, plutôt que de dire qu’il décapitait et torturaient des personnes, en place publique. Puis, après quelques bouchés en plus de la délicieuse tourte, elle commença son récit.

« Je suis née à Londres, dans un petit quartier bien tranquille de la ville. Mon père était forgeron et ma mère travaillait dans la cordonnerie en dessous de notre appartement. J’étais la première enfant et la dernière, ma mère avait fait beaucoup de fausse couche, je suis donc devenue leur petite princesse. Nous étions très heureux, jusqu’à ce que mon père se blesse et perd son travail. Nous étions pauvre, mais cela n’a jamais taché notre bonheur, je me souviendrai toujours des matins de Noël, ma mère me confectionnait toujours de bels poupées de chiffons, chaque année, j’en avais une autre, jusqu’à ce qu’elle meurt. J’avais six ou sept ans, je ne m’en souviens plus bien et à partir de ce moment-là je fus tout pour mon père. J’ai commencé à travailler un petit peu, pour rapporter quelques sous, lui aussi est parvenu à retrouver un travail malgré sa blessure, puis il est mort aussi, emporté par la maladie. Comme j’étais seule et que j’avais seulement quatorze ans, je suis partie. J’ai pris quelques affaires, quelques sous en poche et j’ai emprunté les routes. Je ne m’en cache pas, j’ai eu des moments difficiles, je dormais dans les écuries, j’ai même dû voler certains hivers pour pouvoir manger, mais j’étais bien. J’ai fait de nombreuses rencontres, puis un jour j’ai décidé de revenir à Londres. J’ai à nouveau connu des moments difficiles, jusqu’à ce que je rencontre Louis, qui m’a offert une chance de pouvoir m’en sortir et depuis je travaille au Flying Dutchman. Je crois que je ne le remercierai jamais assez pour tout ce qu’il a fait pour moi, il est comme un second père et il adore Jane-Ann. Donc voilà, je pense que vous savez tout de moi Arthur. » La jeune femme conclut son histoire sur un sourire léger, puis elle demanda à l’homme : « Vous aimez votre tourte ? »






    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Lun 10 Nov - 22:53
Arthur & Constance



Les plats arrivèrent au moment même où Arthur terminait son récit, disant à Constance que c’était maintenant son tour de lui parler de sa vie. Une fois le plat posé devant lui, comme à son habitude, Arthur fit le signe de croix, puis joignit ses mains en prière contre son front et, après avoir fermé les yeux, formula de rapides remerciements mental à l’intention de Dieu concernant le fait qu’il avait la chance, contrairement à de nombreux êtres humains sur terres, de se trouver devant un bon repas. Une fois cela fait, après un second signe de croix en guise de clôture, il rouvrit les yeux et décroisa sa main.

« Je vous prie de m’excuser, c’est une habitude à laquelle je ne déroge jamais. », expliqua Arthur.
Il commença ensuite à manger alors que Constance démarrait son récit. Elle lui apprit qu’elle était née à Londres, que son père était forgeron et sa mère travaillait dans une cordonnerie. Elle ne lui cacha pas qu’elle avait vécu dans la pauvreté depuis la blessure de son père, mais qu’ils étaient tout de même heureux. Un événement vint ensuite assombrir le tableau, ce fut la mort de sa mère. Puis à quatorze ans, son père était mort à son tour. Elle avait vécu des moments difficiles, disait-elle, avant de trouver un travail au Flying Dutchman de Louis Fontaine où elle se sentait très bien actuellement.

Constance ne pouvait le savoir, mais Arthur savait qu’elle mentait. Il faut dire qu’il était le fils de Mary-Ann Paton, et que, si celle-ci s’était abstenu de lui donner plus que les informations nécessaires sur Constance quand elle lui avait « organisé » un rendez vous avec elle, un rendez vous dont il était visiblement le seul à être au courant, elle avait cédé à plusieurs interrogations de son fils quand celui-ci s’était décidé à lui annoncer que la serveuse aux cheveux bruns lui plaisait. Ainsi, Mary-Ann lui avait raconté sa rencontre avec Constance. IL savait qu’elle avait vécu dans la rue, qu’elle avait eu la vie difficile, mais il n’était certainement pas du genre à mépriser cela.

Car , par chance, Arthur était un garçon modeste. Il était tout à fait conscient d’avoir eu de la chance de naître fils de bourgeois, mais il ne ressentait nullement le besoin de s’en vanter. Il n’avait jamais été un enfant difficile, d’ailleurs. Il mangeait ce qu’il y avait dans son assiette, ne réclamait jamais de nouveaux jouets ou de nouveaux vêtements et se contentait de ce qu’il avait. Et contrairement à Edmond, il n’enviait pas les fils de bourgeois plus riches qu’eux. On pouvait reconnaître une grande qualité à Arthur à ce sujet ; il était un homme d’une grande simplicité, et l’argent n’était nullement son vice. D’ailleurs avoir vécu bourgeois ne l’avait pas empêché de parvenir à se plier à une vie des plus rudimentaires dans une église pendant plusieurs mois. Et encore aujourd’hui, l’homme n’avait pas besoin de grand luxe. Arthur utilisait son argent pour se nourrir et se vêtir. Du reste, il n’avait besoin de rien. Il se sacrifierait sans problèmes au profit de sa famille le jour il en aurait une, et acheterait volontiers robes et jouets à sa femme et à ses enfants, plutôt que de s’offrir quoi que ce soit dont il n’avait pas besoin à lui-même.

Quand Arthur avait demandé à sa mère pourquoi Constance s’était elle retrouvée à la rue, Mary-Ann avait répondu que c’était à cause d’une dispute avec son père, qu’elle était une femme indépendante , du genre à faire ses choix et à les assumer pleinement. Ce n’était pas un problème non plus. Arthur avait grandi élevé par une mère aux penchants féministe et un père qui traitait très bien celle-ci. Il n’était pas irrespectueux envers les femmes, ni machiste. ( En revanche, sa mère n’avait jamais travaillé de sa vie, alors que Constance oui, et cela, ça risquait de donner des divergences d’opinions.) Mais pour l’heure, il se demandait tout simplement pourquoi Constance ne lui avait pas évoqué la dispute avec son père. Mary-Ann ne lui avait pas expliqué de quoi il s’agissait exactement, mais il ne manquerait pas de lui demander la prochaine fois.

Constance avait également choisi de ne pas parler de la période où elle avait travaillé au Red Lantern en tant que domestique. Choix ou simple oubli ? Arthur n’en savait rien à vrai dire. Peut-être avait elle préféré ne rien dire de peur que l’idée de savoir qu’elle avait fréquenté un tel lieu le repousse. Soit, cela n’avait pas beaucoup d’importance après tout.

En tout cas , Arthur ne jugeait pas Constance. Il était mal placé pour juger les menteurs. Elle devait avoir une raison de ne pas évoquer son conflit avec son père. Cela devait la blesser encore aujourd’hui. Après tout, Dieu nous le pardonne, nous mentions tous, même si cela nous répugnait. Par honte, ou par peur, ou par douleur… Il fit comme si de rien n’était, et se contenta de la version présente.

La serveuse termina en évoquant sa relation avec Louis Fontaine et le fait que de plus, celui-ci appréciait la petite Jane Ann. Arthur se demanda si, comme Louis semblait l’être devenu pour Constance, il pourrait jouer un rôle de père de substitution pour la petite Jane Ann. Oh , bien sur, il désirait avoir ses propres enfants. Mais en bon chrétien, il désirait faire le bien autour de lui, et admirer le fait que Constance avait recueilli cette petite orpheline pour l’élever elle-même. Si Constance finissait par devenir sa femme, qui sait, et il l’espérait à vrai dire, contrairement à beaucoup d’hommes, il ne refuserait pas de prendre en charge l’éducation de la petite et de subvenir à ses besoins. Une attitude qui sans doute, allait d’ailleurs en accord avec les principes de Constance.

« Vous aimez votre tourte ? » , demanda elle.

« Oui, beaucoup », répondit Arthur. « J’ai eu raison de prendre la même chose que vous, je crois. », dit il.
Après avoir repris un morceau et l’avoir avalé en silence, il tâcha de relancer la conversation sur un nouveau sujet.
« N’est-ce pas trop difficile de s’occuper de cette petite orpheline ? Quel âge a-t-elle encore ?...Neuf ans ? »


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mer 19 Nov - 22:54

Second rendez-vous.


Constance Bennet avait le sentiment d’être comme sur un petit nuage, elle avait la chance de pouvoir diner avec un beau soldat, de la garde et en plus, elle avait l’impression qu’à chaque seconde de plus, elle devenait de plus en plus amoureuse. Elle souriait, rougissait, ne pouvant s’empêcher de masquer son bonheur, ce qui plus loin faisait beaucoup rire Melody O’Neil. Par moment, la jeune femme lui envoyait des regards noirs, pour lui signifier d’arrêter de se moquer, mais cela ne fit que redoubler les rires de la gérante du Majestic Rose. Pour mieux l’oublier, la serveuse se concentra sur son assiette et le propre récit de sa vie. Elle était contente de ne pas devoir totalement mentir à Arthur sur sa vie, elle avait juste occulté le souvenir de son père, en le disant mort. Hans Bennet était mieux mort que vivant à ses yeux et pour rien au monde, elle ne voudrait le présenter à l’homme qui était en train de lui faire battre son cœur. Pour elle, ce mensonge était un mal pour un bien et avec un peu de chance, son père ne viendrait pas perturber sa nouvelle vie. Elle ne l’avait pas revu depuis de nombreux mois, sauf dans la densité de la foule, lors d’importants évènements et cela lui suffisait amplement. D’un côté, elle savait qu’il était en vie et de l’autre, elle n’avait pas besoin de lui adresser la parole. Avec Arthur, ils étaient comme deux orphelins qui avaient fini par se retrouver, ils n’avaient plus de parents, sauf un frère pour le jeune homme. Sans famille, ils pourront peut-être s’unir pour former la leur. En tout cas, c’était tout ce que souhaitait la jeune femme, depuis qu’elle s’était rendue compte qu’elle aimait le soldat. Au début du repas, Arthur fit la prière et s’excusa auprès d’elle pour cette habitude.

« Ne vous en souciez pas, je dois avouer que j’ai perdu cette habitude depuis fort longtemps, mais avant, en compagnie de mes parents, nous prions à chaque repas. Pour mon père avoir de quoi manger était une vraie bénédiction. » Tout en souriant, elle rassura le jeune homme et commença sa tourte, qui était comme à chaque fois excellente.
Tout en continuant leur repas, Arthur lui posa un peu plus de questions sur la petite Jane-Ann qu’elle avait recueilli, il voulait savoir, si pour elle se n’était pas trop difficile. Constance était enchantée d’entendre ses questions, cela prouvait qu’Arthur s’intéressait à elle et cela lui plaisait beaucoup. Arthur Wayne était vraiment un homme charmant et cela en tout point. Cette nuit, elle rêvasserait sûrement à propos de ce rendez-vous et de cet homme qui lui plaisait tellement.

« Oui elle a neuf ans. » Répondit-elle entre deux bouchées de tourte. « Mais non, Jane-Ann est une enfant adorable. Au début, ce n’était pas facile bien sûr, j’ai dû m’occuper de l’enterrement de sa mère et j’avais pensé que nous pourrions rester dans son ancien logement, mais le propriétaire a refusé et m’a demandé un loyer beaucoup plus cher. J’ai donc emmené Jane-Ann à la taverne et par chance Louis a accepté de l’accueillir. Il nous a fallu du temps, mais nous avons trouvés nos marques toutes les deux et aujourd’hui, nous formons une petite famille. Même si ma vie n'est plus la même, je suis très heureuse de l'avoir, elle aura bien plus de chances dans la vie, à rester à mes côtés, plutôt que dans un hospice où les conditions de vie sont désastreuses. Cette enfant est un vrai rayon de soleil, vous vous en rendrez compte dès que vous la verrez. » Expliqua la jeune femme. « Et vous Arthur, est-ce que vous voulez des enfants plus tard ? » Elle ne put s’empêcher de poser cette question, ce qui la fit rougir de plus belle, en raison de son audace. En attendant la réponse de l’homme, elle termina les derniers morceaux de sa tourte et but une gorgée de vin, qui même s’il était de qualité pauvre était très bon.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mar 16 Déc - 23:59
Arthur & Constance



Constance lui confia qu’elle avait perdu l’habitude de prier avant le repas mais qu’elle se souvenait avoir eu cette habitude dans son enfance. Arthur ne la jugeait pas là dessus. On pouvait être très croyant et ne pas prier souvent. Charles, son frère aîné, avait toujours été une très bonne personne, et pourtant il priait très peu, se plaignait de devoir se rendre à l’église lorsqu’il était enfant, et plaisantait même parfois en disant qu’il ne connaissait meilleur remède à ses peines que la présence d’une femme à ses côtés. Il lui manquait beaucoup. Cela faisait sept ans qu’il avait disparu, et Arthur ne s’y était toujours pas fait. Il lui arrivait souvent de penser « Charles aurait dit ça. Charles aurait fait ça ». Là par exemple, Charles l’aurait attendu à la maison avec un sourire stupide au coin des lèvres et ne l’aurait pas laissé en paix jusqu’à ce qu’il lui aurait donné tout les détails de son rendez vous. Cette image ne le faisait plus sourire car il savait que cela n’arriverait pas. Son frère avait laissé un profond vide derrière lui…

« Je comprends», répondit-il simplement. Etant né fils de banquier, Arthur n’avait jamais manqué de rien, même s’il avait su se contenter du très strict minimum en vivant pendant plusieurs mois dans une église d’un village non loin de Bristol. Cependant, il s’était toujours estimé heureux de faire partie de ceux qui avaient quelque chose dans leur assiette chaque soir, sachant que son père et sa mère avaient toujours fait en sorte de leur rappeler qu’ils étaient chanceux car de nombreux anglais vivaient très difficilement dans les campagnes, ou même dans les rues, sans toit pour les abriter. «Nous qui avons chaque soir de quoi manger, sommes tous déjà bien chanceux. »

Quand le soldat interrogea ensuite la serveuse sur sa pupille, la petite Jane-Ann, celle-ci lui expliqua que l’enfant était adorable, même si au début, les choses n’avaient pas été facile, car elle avait du s’occuper de l’enterrement de la mère de la petite, et qu’elle n’avait pas pu rester dans son ancien logement puisque le propriétaire demandait un loyer trop élevé. Elle continua en lui disant qu’heureusement, le patron de la taverne avait accepté de la prendre également sous son toit, et qu’aujourd’hui Constance avait trouvé ses marques avec la petite et était très heureuse de l’avoir à ses côtés.

« Je suis ravi d’apprendre qu’elle vous apporte du bonheur, car c’est vraiment un acte honorable, et même admirable, que vous faites pour cette petite. », répondit Arthur.

Constance lui demanda ensuite s’il désirait avoir des enfants. Une question audacieuse qui fit d’ailleurs rougir la jeune femme.

Arthur eut un léger sourire. Il trouvait Constance adorable. Elle pouvait poser les questions les moins habituelles et les plus osées et finalement finir par en rougir comme si elle devenait soudainement timide après les avoir dites. Arthur avait pour sa part bien de la chance de ne pas rougir facilement, sans quoi sa vie aurait été beaucoup plus compliquée. Lui qui était un véritable timide, il n’aurait pas su le cacher du tout dans ce cas là. Et puis, une femme qui rougit, ça peut être très séduisant. Mais un homme qui rougit, c’est simplement très gênant.

« Oui », répondit-il assez rapidement. Il savait bien que c’était le genre de question que l’on posait en attendant un développement, une petite explication pour accompagner la réponse. Mais il ne savait vraiment pas quoi ajouter sur le sujet. C’est pourquoi plusieurs secondes s’écoulèrent, ce qui permit à Constance de terminer sa tourte et de boire une gorgée de vin, avant qu’Arthur n’ajoute quoi que ce soit.

« Fonder une famille me plairait bien... Quand j’aurais épousé la bonne personne, j’accepterais tout les enfants que Dieu me donnera, fille ou garçon, et je tacherais d’être un bon père pour eux et de leur offrir une bonne éducation. », expliqua-t-il, sincère. « J’aurais sans doute plus de mal à élever des filles, car je n’ai grandi entouré que de garçon… Mais je ne suis pas le genre d’homme à n’aimer que ses fils et à mettre ses filles de côté. Les femmes sont aussi importantes que les hommes. », ajouta-t-il pour terminer. Il hésita un court instant avant d’oser lui retourner la question. « Et vous ? », demanda-t-il.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mar 23 Déc - 19:31

Second rendez-vous.


Elle partageait un bon moment avec le bel Arthur et pour rien au monde Constance Bennet donnerait sa place à quelque d’autre. L’homme avait tout de l’homme parfait, il était sérieux dans son travail, quoique, il prenait beaucoup de risque, mais c’était un atout pour la reine. Il était aussi pieux, respectant les préceptes de sa religion, mais surtout il était gentil et charmant, ce qui était un avantage non négligeable. Même si Constance n’était pas du genre à tomber amoureuse selon le physique des personnes, elle ne pouvait pas nier, qu’Arthur lui avait beaucoup plu, au moment de la bataille. Elle ne savait pas comment cette histoire se terminerait, même si elle se prêtait parfois à rêver, elle n’avait pas envie de trop rester sur un petit nuage, de peur d’en retomber trop brusquement.
« Oui, nous avons de la chance, bien plus que d’autres personnes. Pour avoir vécu certains hivers trop rudes, je sais ce que c’est la faim et croyez-moi, plus jamais je ne voudrais revivre cela. Malheureusement, ils sont beaucoup trop nombreux à la connaître, ici ou ailleurs. » Renchérit la jeune femme, si la remarque de l’homme.
Constance était enchantée de voir que le beau soldat s’intéressait à sa jeune pupille Jane-Ann. D’ailleurs, elle espérait bien que la petite serait heureuse de connaître Arthur, surtout qu’il lui avait fait un beau cadeau, en lui offrant cette superbe poupée. Ce présent serait d’autant plus un avantage pour l’homme, qui allait pouvoir apprivoiser la petite plus facilement. Jane-Ann avait beau être une petite fille douce et calme, elle avait un caractère propre à elle, elle cernait très rapidement les personnes qui l’entouraient et si elle avait décidé de ne pas aimer quelqu’un, rien ne pourrait l’en dissuader.
« C’est une chose, que tout le monde devrait faire il me semble. La petite n’avait pas de famille et j’avais fait une promesse, à sa mère, pour ne pas la laisser dans un orphelinat. » Elle rougissait face aux compliments de l’homme, et durant quelques instants, elle se concentra plus sur sa tourte que sur lui. Modeste, elle n’avait jamais aimé les compliments, surtout quand elle considérait elle-même la chose, comme étant normale.

Constance se sentait étrange en compagnie du soldat, tout naturellement, elle faisait comme avec ses autres connaissances et se mettaient à poser des questions, qui pouvaient être embarrassantes, pour n’importe qui. Cependant, en ce qui concernait Arthur Wayne, elle paraissait plus timide et dès que sa question était posée, elle se demandait pourquoi elle l’avait dite. Ce sentiment étrange la rendait toute chose, si bien que ne cessait de rougir en présence du jeune homme. Sans réellement s’en rendre compte, elle lui demanda s’il désirait des enfants, sans réellement faire attention au fait, qu’elle était en rendez-vous avez lui, un rendez-vous galant. La réponse qu’elle entendit lui plut d’autant plus. Arthur adorerait pouvoir être père, une fois qu’il aurait trouvé la femme de sa vie. Il voudrait, des garçons, comme des filles, qu’il aimerait avec le même amour, puisque pour lui, les femmes étaient aussi importantes que les hommes. Tout naturellement, Arthur lui retourna la question.
« Je ne sais pas vraiment, avant Jane-Ann, je ne me voyais pas devenir mère, mais maintenant oui, pourquoi pas, mais il faudrait que je trouve le père avant, et me marier. » Répondit-elle d’une voix timide.
Leurs tourtes étant terminées, Melody débarrassa leurs assiettes et les laissa à nouveau seuls. Un léger silence s’installa, tandis qu’ils se regardaient tous les deux dans les yeux et se souriaient par moment.
« C’est étrange, mais vous me rappelez quelqu’un, je ne saurais dire qui, mais j’ai l’impression d’avoir déjà croisé votre regard. » Dès que ces mots sortirent de ses lèvres, elle eut envie de les pincer, en raison de sa bêtise. Elle avait un rendez-vous et cela depuis de très longs mois et elle en profitait pour poser de stupides questions et parlait de choses étranges. C’était tout elle ça.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Ven 26 Déc - 21:20
Arthur & Constance

Constance expliqua, en parlant du fait qu’elle avait recueilli une orpheline, qu’elle estimait que tout le monde devrait faire. Même s’il admirait cela, Arthur ne savait pas s’il aurait pu faire le même geste que Constance. Un soldat avait des obligations, des devoirs et des responsabilités. Elever un enfant seul n’était pas faisable dans un tel cas. Il acquiesça cependant. Qu’aurait il pu faire, s’il avait promis à une défunte de s’occuper de son enfant ? Un homme d’honneur doit savoir tenir ses promesses.
Quand il lui retourna la question concernant son désir ou non d’avoir des enfants, Constance lui avoua qu’elle ne se voyait pas devenir mère avant d’avoir recueilli Jane-Ann, mais aujourd’hui, elle envisageait cette possibilité, à condition évidemment de trouver le père idéal et de l’épouser avant.

« Je crois que vous feriez une très bonne mère », se contenta de répondre Arthur. Et il le pensait vraiment, lui adressant un sourire sincère. Quelqu’un qui connaissait Arthur depuis longtemps, comme sa mère, qui le connaissait depuis toujours, ou l’un de ses frères, auraient été étonné de le voir sourire si facilement. En général, Arthur était le sérieux incarné. Il n’était pas avare, sauf en matière de sourire et de bavardage. Il montrait peu ses sentiments, qu’il soit positif ou négatif. En présence de Constance, pourtant, il était un homme quelque peu différent. Moins intimidant. Ayant plus le sens de la conversation.

« C’est étrange, mais vous me rappelez quelqu’un, je ne saurais dire qui, mais j’ai l’impression d’avoir déjà croisé votre regard. », lui dit Constance.

C’était possible. Constance aurait elle pu le croiser il y a au moins 7 ans, quand il s’appelait encore Arthur Paton, qu’il était le troisième fils d’un banquier réputé, tombé tristement malade, et le frère de trois garçons encore en vie ? L’aurait il déjà vue, sans s’en souvenir, sans savoir qui elle était ?

Ou était ce une ressemblance avec sa mère qui le trahissait ? Non, sans doute pas. De sa mère, il n’avait que les cheveux.. Le reste, il l’avait pris de son père. Les yeux bleu, c’était son père. Le sourire, la forme de la bouche, c’était également de son père. Sauf que son père était moins timide et souriait plus souvent. Mais il savait aussi être sérieux. Et quand il l’était, la ressemblance avec Arthur se marquait plus. Mais son père n’était plus de ce monde aujourd’hui, et depuis longtemps à vrai dire…Aurait il, malgré la différence de la couleur de ses iris, une ressemblance avec le regard de sa mère ?

« Si vous avez déjà mis les pieds à Bristol, c’est possible. Ou alors, peut-être qu’un homme de Londres me ressemble beaucoup… », répondit Arthur. Il n’aimait pas mentir à Constance. Mais il le devait. Sa nouvelle identité était sa nouvelle vie.

« Me concernant, je ne pense pas vous avoir déjà rencontrée autrefois. Si je vous avais déjà vue, cela serait resté longtemps dans ma mémoire. », ajouta-t-il. Il pensa à ajouter quelque chose, hésita, n’ayant pas l’habitude de lancer des compliments si facilement, même s’ils étaient sincères et fondés, et finalement, se décida. « On oublie pas facilement un visage aussi délicat que le vôtre… »


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mar 30 Déc - 19:34

Second rendez-vous.


Le charme avait rapidement opéré entre les deux protagonistes. Constance Bennet voyait en Arthur Wayne un homme qui pouvait rapidement devenir un idéal pour elle. Auparavant, elle n’avait jamais réfléchi à quoi pourrait ressembler l’homme parfait et maintenant, depuis qu’elle faisait connaissance avec le soldat de la garde, elle avait le net sentiment, que l’homme idéal, c’était lui. Le repas s’était très bien passé et maintenant qu’il touchait à sa fin, la jeune femme ne désirait qu’une chose, que le moment s’éternise, pour qu’ils puissent continuer à parler ensemble. Son cœur ne cessait de battre à la chamade, tantôt elle avait chaud, tantôt elle avait froid, comme n’importe quelle personne amoureuse. Elle ne savait pas si Arthur ressentait les mêmes choses qu’elle, elle avait d’ailleurs peur que ses sentiments ne soient pas réciproque et que le jeune homme ne soit que là pour la remercier de son aide durant la révolte. Ils avaient parlé de tout, de leur passé, leur enfance, des morts, mais aussi de la vie, des enfants, de la petite Jane-Ann. Constance ne put s’empêcher de rougir, quand Arthur lui avoua qu’elle ferait sûrement une bonne mère. Elle-même ne le savait pas, pour ce qui était d’éduquer sa petite pupille, elle ne faisait qu’improviser et apprendre, sur le fil. Elle avait eu de la chance, du haut de ses neuf ans, Jane-Ann était déjà une enfant accomplie et très débrouillarde.

« Je vous remercie, même si je ne sais si cela est vrai, Jane-Ann a tout appris de sa mère, elle est une enfant très indépendante, je n’ai donc plus beaucoup à lui apprendre. » Ses paroles étaient pleines de sincérité et de douceur, comme à chaque fois qu’elle parlait de sa petite protégée. Jane-Ann avait fini par le temps à entrer dans sa vie et toutes les deux s’étaient apprivoisées. Maintenant, ces deux orphelines ne se voyaient plus jamais seules.

Peut-être qu’un nouveau être entrerait dans leur vie. Constance espérait de tout cœur que la petite puisse aimer Arthur et qu’ensemble, ils puissent former une famille. Elle voyait déjà loin, mais maintenant qu’elle l’avait rencontré, elle avait vraiment envie de pouvoir continuer un bout de chemin avec le beau soldat. Cependant, pour cela, elle allait devoir encore attendre et laisser le temps construire le fil de leur histoire. Pour le moment, ils n’étaient qu’aux prémices, faisant un peu plus connaissance, se découvrant et ce qu’elle découvrait lui plaisait toujours plus. De nature curieuse, la serveuse du Flying Dutchman n’avait pu s’empêcher de remarquer, que le visage d’Arthur lui paraissait très familier. Où, quand, comment, elle ne serait le dire, après tout elle avait peut-être pu le rencontrer sans le savoir, mais elle ne saurait le dire. Pourtant, elle était certaine d’avoir déjà vu ce regard et cela bien avant la révolte de Wyatt. Elle fit donc la remarque à Arthur, qui lui avoua que oui, si elle s’était déjà rendue à Bristol, elle aurait pu le rencontrer. Il ajouta ensuite, que de son côté, il ne l’avait jamais vu et il en profita pour ajouter un compliment, qui fit doublement rougir Constance. Elle resta quelques secondes souriantes, puis se reprit pour lui répondre.

« Je ne me suis jamais rendue à Bristol, j’ai dû rêver je pense, ou une personne à Londres vous ressemble beaucoup, sait-on jamais. » Riait-elle. « Vous avez déjà voyagé ? J’ai parcouru de nombreuses routes d’Angleterre, j’ai même été au sud de l’Ecosse, mais j’ai toujours voulu connaître ce qu’il y avait au-delà de l’océan. Il y a beaucoup de marin au Flying Dutchman, vous savez et ils sont nombreux à parler de contrées lointaines, de trésors, de couleurs, j’aimerai bien voir tout cela un jour. » Elle se confiait rarement sur ses souhaits et Arthur était sans doute la première personne, après Jane-Ann à entendre, qu’elle aimerait bien, un jour, pouvoir prendre un navire et découvrir les merveilles de ce monde. Rêveuse, elle oubliait sûrement que les mers étaient aussi un royaume de danger.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Ven 2 Jan - 13:38
Arthur & Constance



« Je ne me suis jamais rendue à Bristol, j’ai dû rêver je pense, ou une personne à Londres vous ressemble beaucoup, sait-on jamais. », finit par dire Constance, après avoir rougi au compliment que lui avait fait Arthur.

Intérieurement, le jeune soldat se sentait mal de mentir à Constance. Et pourtant, il savait qu’il n’avait pas le choix. Il s’était créé une identité pour le bien de sa mère et pour le sien, car cela lui permettait d’avoir une carrière. Avec toute ce qui s’était passé ici à Londres autour de sa famille, comment aurait il pu vivre autrement qu’en changeant de nom ? Cependant, jamais il n’aurait pensé que se faire passer pour Arthur Wayne serait si difficile. Et avec Constance, ça l’était. Il s’imaginait partager le reste de sa vie avec Constance…Comment s’en sortirait il avec ses mensonges au sujet de sa mère, de son père, de ses frères ? Cela serait difficile…Il aurait mieux fait de dire qu’Edmond était mort. Car s’il passait vraiment le reste de sa vie avec Constance, et c’était ce qu’il espérait, elle demanderait sans doute un jour à rencontrer le frère d’Arthur, et les choses se compliqueraient…Et puis, arriverait il à ne jamais céder à l’envie de dire toute la vérité à quelqu’un ? A parler de son éternel regret de ne rien avoir pu faire pour sauver son frère aîné de la pendaison ? A avouer que Mary-Ann est sa mère, et non une amie proche ?

« Vous avez déjà voyagé ? J’ai parcouru de nombreuses routes d’Angleterre, j’ai même été au sud de l’Ecosse, mais j’ai toujours voulu connaître ce qu’il y avait au-delà de l’océan. Il y a beaucoup de marin au Flying Dutchman, vous savez et ils sont nombreux à parler de contrées lointaines, de trésors, de couleurs, j’aimerai bien voir tout cela un jour. »

Seulement pour Bristol, pensa-t-il. Mais ça c’était Arthur Paton. Arthur Wayne était il déjà monté dans un bateau ? Il n’avait jamais réfléchi à la question…

« Et bien, je n’ai jamais vraiment rêvé de voyages…L’Angleterre me plait bien. Je m’y sens chez moi. Je crois que je me sentirais dépaysé en vivant loin d’ici. Mais je comprends votre curiosité à l’encontre des autres contrées…L’Espagne et l’Italie doivent être des pays bien différent du nôtre, rien que par leur climat. Et le Nouveau-Monde, n’en parlons même pas ! En tout cas, vous avez voyagé plus que moi. Je n’ai jamais mis les pieds en Ecosse. Je ne suis jamais sorti de l’Angleterre, à vrai dire. », répondit Arthur.

Le soldat ne dit plus rien pendant plusieurs secondes, trop occupé à regarder sa belle serveuse, plongé dans ses pensées. Ce fut le son de la pendule de l’auberge qui le tira de ses réflexions. Le temps passait bien vite avec Constance, il ne s’en était pas rendu compte.

« Et bien, le temps passe très vite en votre compagnie… », dit il, lui adressant un sourire.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mer 14 Jan - 13:39

Second rendez-vous.


Constance ne savait pas qu’Arthur lui mentait et elle ne le saurait certainement pas avant plusieurs mois, peut-être même quelques années. A ses yeux, Arthur Wayne avait tout du parfait soldat, généreux, courageux et honnête. Selon elle, elle ne retrouverait jamais une personne telle que lui et elle se sentait chanceuse d’avoir pu faire sa connaissance. Le repas se déroulait parfaitement bien, même si parfois, elle se sentait complètement idiote, avec ses étranges questions, mais cela ne semblait pas effrayer l’homme, qui lui répondait avec beaucoup d’attention.
Les questions avaient été nombreuses allant du plus personnel, au plus général, comme actuellement sur les voyages. Constance était persuadée d’avoir déjà vu Arthur quelque part, mais ce dernier lui avoua qu’il n’avait jamais quitté Bristol, avant de venir à Londres. Cette ville, la serveuse du Flying Dutchman n’y avait jamais été, elle abandonna donc, pour l’instant l’idée, pensant qu’elle avait sûrement croisé une personne qui ressemblait beaucoup au soldat. La jeune femme lui parla de ses rêves de voyage, mais aussi du parcours qu’elle avait fait en fuyant Londres et son père. Bien sûr, elle n’avoua pas qu’elle n’était pas une orpheline, elle ne voulait pas qu’Arthur apprenne un jour, l’existence d’Hans Bennet, même s’il l’avait peut-être déjà croisé, en raison de leurs métiers complémentaires. Arthur lui parla alors du Nouveau Monde, de l’Italie, de l’Espagne, des pays, dont elle était aussi très curieuse de découvrir, surtout avec l’arrivée massive des Espagnols, en ville. Arthur qui n’avait jamais été au-delà de l’Angleterre, lui fit remarquer, qu’elle avait bien plus voyagé que lui, puisqu’elle s’était rendue en Ecosse.

« Ce n’était pas pour autant une promenade de plaisir, j’ai très vite remarqué que les Ecossais n’aimaient vraiment pas les Anglais, j’ai donc vite rebroussé chemin. Les paysages sont beaux, mais la convivialité n’y est pas. » Fit-elle remarquer, pour ajouter plus de précision. « J’aurai bien aimé me rendre à Edimbourg, mais je n’en ai pas eu le temps. »

Le temps passait vite, même trop vite et Constance n’avait nullement envie de mettre fin à ce moment, et pourtant, elle ne pouvait pas retenir trop longtemps Arthur, qui avait sûrement, dès le lendemain des obligations. Elle ne voulait pas être la cause d’un incident, si le jeune homme n’était pas assez concentré sur sa tâche, par sa faute.

« Oui le temps passe bien trop vite, je ne vais pas vous retenir trop longtemps Arthur, vous avez certainement des obligations demain ? » Demanda la jeune femme tout en se levant de table suivie du jeune homme.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Dim 25 Jan - 16:06
Arthur & Constance



Constance expliqua à Arthur que sa visite de l’Ecosse avait été de courte durée car les Ecossais n’aimaient pas vraiment les anglais, et ne le cachaient visiblement pas. Arthur, né à Londres de père et de mère anglais pure-souche, n’était pas attiré par les contrées étrangères. L’Angleterre était son pays. Il n’était nullement raciste à l’égard des autres nationalités qui peuplaient ce vaste de monde, mais rien ne pourrait jamais rivaliser à ses yeux avec sa mère patrie. Il y était vraiment attaché, et s’était donné pour mission de la défendre du fléau de l’hérésie.
« Je vois. », répondit-il. « Pour quelles raisons vous étiez vous rendue jusqu’en Ecosse, si ce n’est pas indiscret ? », demanda-t-il, puisqu’à vrai dire, la jeune femme ne lui avait pas confié le but de ce court voyage vers le nord.

Ce sujet abordé, il y eut ensuite un silence durant lequel Arthur observa sa belle serveuse. Le jeune soldat annonça alors que le temps passait bien vite en la compagnie de la jolie brune. Ce n’était surement pas une façon de se dérober de son rendez vous. Il rêvait de pouvoir rester encore longtemps en compagnie de la femme dont il était épris. Malheureusement, il ne le pouvait…

« Oui le temps passe bien trop vite, je ne vais pas vous retenir trop longtemps Arthur, vous avez certainement des obligations demain ? »

Si ses obligations pouvaient attendre le lendemain, Arthur serait resté. Quatre à cinq heures de sommeil lui aurait suffit à pouvoir assurer ses fonctions avec la plus grande concentration.
Cependant, ces obligations le réclamaient de manière imminente… Il devait aujourd’hui assurer la surveillance de la princesse Elizabeth de nuit à la Tour de Londres. Il n’avait nul envie de retourner croiser le regard de cette dangereuse hérétique…Mais qui savait jusque quand il aurait à le faire ? Jusqu’à sa libération ou son exécution. Et même si une exécution était rendue difficile par le fait qu’il s’agissait de la sœur de la souveraine, il fallait espérer que ce soit cela qui mette malgré tout fin à l’emprisonnent de la jeune femme aux cheveux roux. Son existence n’apporterait que des problèmes à l’Angleterre, c’était ce qu’Arthur pensait. Comme l’existence de feu sa mère le fit avant elle…

« J’aimerais tant pouvoir rester encore en votre compagnie, Constance…Mais malheureusement, je suis de garde cette nuit à la surveillance de la princesse. C’est avec regret que je vais devoir reprendre le chemin de mes fonctions… », déclara-t-il, sincèrement déçu de devoir déjà quitter la serveuse. Il osa prendre sa main dans la sienne, sur la table. Décidément, il était de moins en moins réservé en présence de Constance, alors que cela faisait pourtant peu de temps qu’ils se connaissaient. « J’espére que vous avez passé une bonne soirée. », ajouta-t-il, son regard d'un bleu océanique ancré dans le sien.



Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit Mar 3 Fév - 12:37

Second rendez-vous.


Il y avait bien longtemps que Constance Bennet n’avait pas connu un tel bonheur. Pour la première fois depuis bien longtemps, elle se sentait appréciée, pour ce qu’elle était, sa gentillesse, sa générosité et sa personnalité bien loin de celle des autres jeunes femmes de son âge. Son caractère, sa franchise et son indépendance n’avait pas fait fuir le bel Arthur Wayne et rien que pour cela, elle se voulait reconnaissante envers lui. D’habitude, les hommes fuyaient quand ils apprenaient qu’elle n’avait aucune attache et maintenant encore plus, quand il découvrait, qu’elle avait à sa charge une petite orpheline. Constance avait longtemps pensé que le reste de sa vie se ferait sans homme et pourtant, en une soirée, le soldat de la garde royale, Arthur Wayne était parvenu à lui redonner confiance en elle et en l’amour. Il lui avait offert deux magnifiques cadeaux, un pour la petite Jane-Ann et l’autre pour elle, une magnifique broche, qu’elle n’aurait de cesse de regarder, une fois rentrée à la taverne.
Il y avait bien longtemps qu’elle n’avait pas senti son cœur battre autant à la chamade, ni but autant les paroles d’un homme. Elle voulait tout connaître d’Arthur, sa vie, ses proches, son métier de garde et surtout ce qu’il pensait de l’avenir. Il voulait une femme, des enfants et cette perspective faisait sourire la jeune femme qui pensait vraiment que celle qui pourrait épouser un tel homme aurait beaucoup de chance.
L’homme lui posait de nombreuses questions, tout comme elle, il voulait la découvrir et tout en autant une partie de son passé, Constance répondait avec franchise. Elle ne voulait pas parler de son père, ni des raisons de sa fuite, se bornant toujours à vouloir l’effacer de sa vie, pour sûrement de très mauvaises raisons. Pour elle, elle n’avait pas le choix, avoir un père bourreau était insupportable et la rendait surtout infréquentable. Par le passé, elle avait préféré fuir, pour ne pas affronter la réalité et les excuses de son père, mais aujourd’hui, qu’allait-elle bien pouvoir faire ? Elle était là depuis tellement de temps et Londres n’était pas si grande que cela, un jour, il la retrouverait, sans qu’elle ne puisse rien faire contre cela.

« J’avais rencontré à l’époque des marchands écossais qui m’ont beaucoup parlé des merveilles de leur pays, j’ai voulu les découvrir par moi-même. Cependant, je pense que ces marchands ont surestimé l’Ecosse. » Se mit-elle à rire. « Les paysages sont beaux, mais les Ecossais bien trop grossiers à mon goût. »

Les heures défilaient et conduisaient inévitablement les deux protagonistes vers la fin de leur rendez-vous. Constance était presque déçue de constater que le temps s’était déroulé si vite et surtout qu’ils allaient devoir se quitter dès maintenant, parce que le jeune homme devait prendre son service. Le devoir l’appelait et Constance ne pouvait pas le retenir plus longtemps, après tout la reine était bien plus importante qu’elle et pour rien au monde, elle ne voudrait le soustraire à son devoir.

« Je comprends, le devoir vous appelle. » Souriait la jeune femme. Ses yeux s’illuminèrent, quand elle sentit la main de l’homme prendre la sienne, un sourire joyeux fleurit sur ses lèvres, mais elle ne sut quoi dire. Malheureusement pour eux, leur instant magique fut coupé par Melody qui revint vers eux, pour prendre l’argent du repas. Constance la fusilla du regard et la gérante comprit bien vite sa gaffe et les laissa à nouveau seuls.
« Oui j’ai passé une très bonne soirée et je vous remercie encore pour ses magnifiques cadeaux. » Elle se leva gênée, ne sachant pas quoi faire, elle ne se voyait pas embrasser le soldat là au milieu de tout le monde, cela ne lui ressemblait pas. « Je vais rester ici et aider Melody à finir son service, son mari me reconduira jusqu’à la taverne. » Disait-elle gênée, les joues rougissantes. Constance voulait surtout rester, parce qu’elle savait que Melody lui poserait mille et une question et la jeune femme voulait absolument se débarrasser de cette tâche. « Faites attention à vous. » Conclua la jolie serveuse, quand Arthur franchit la porte de l’auberge pour aller accomplir son devoir.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
Second rendez-vous ✾ Arthur & Constance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'heure d'un rendez vous doit être respecté! || Arthur
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: