AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
Admin
♕ Mon nombre de messages est : 956 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1393 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 28/02/2012

MessageSujet: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Mar 12 Aoû - 17:50
Les souvenirs du passé.



30 janvier 1547, le temps orageux et hivernal est à l'image du sentiment triste des londoniens. Henry VIII est mort, deux jours auparavant ! Malgré un règne plus que tumultueux, les habitants de la capitale ont conservé leur affection au souverain et aujourd'hui beaucoup le pleurent, tandis qu'ils s'avancent en file indienne pour lui rendre un dernier hommage. En effet, la coutume veut depuis Guillaume le Conquérant que l'on expose la royale dépouille dans son cercueil afin que tous puissent voir une ultime fois, leur roi ... A Westminster, gueux autant que nobles se pressent donc et convergent de toutes les rues alentours. C'est une vraie masse humaine. Henry Carey et Helen Bird sont là eux aussi et se suivent sans se connaître encore. Mais soudain le jeune homme se voit dépassé par un courtisan drapé richement de noir à la mine orgueilleuse, puis ce dernier le pousse sans respect pour lui prendre sa place dans le cortège.

- Un misérable bâtard n'aura jamais la préséance sur une personne de mon rang ! Je refuse de passer derrière vous ! lui lance t-il avec morgue.

Cette insulte a été entendue à plusieurs mètres à la ronde. Helen quant à elle, s'est vue marcher sur les pieds par le malheureux Carey malmené. L'heure est désormais aux rencontres inattendues ...

Le défi ♠ Voilà la base de votre défi, vous pouvez RP à partir de maintenant comme vous le souhaitez, le PNJ ne viendra pas vous embêter. Bon souvenir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Mer 13 Aoû - 15:25
Henry a dû venir seul aux funérailles du roi. Son épouse est grosse et son corps est trop éprouvé par la nouvelle vie en elle pour faire le voyage jusqu'à Westminster. Toutefois, il faut que sa personne soit présente aux funérailles du roi. S'il n’était pas présent, il est clair qu'il amènerait le déshonneur sur toute sa famille et amènerait de funestes conséquences envers sa famille. Il n'est pas vraiment très enthousiaste envers l'évènement. Henry a toujours eu une relation "complexe" avec le roi. Il était toujours à quelques pas de distance de l'autre Henry. Rarement a-t-il interagi avec lui de façon directe de façon plus tôt rare. Toutefois, il ne peut pas dire que le roi Henry VIII n'a pas eu d'impact sur sa vie.

Disons qu'il ne peut pas dire que le souverain n'a pas été désintéressé par la vie du jeune Carey. Il a quand même pris en charge son éducation, en quelque sorte. Toutefois, il faut comprendre que sa mère, l'ancienne maitresse du roi, était sans le sou et son père était mort. Apparent, le cœur du roi n'était pas aussi sombre qu'on voulait le prétendre. En même temps, ce roi est pour lui une sorte d'énigme. Comment peut-on traiter un homme qui fait décapiter votre tante, mais qui a pris bien soin de votre mère même après l'avoir délaissé.

Sa vie serait avec le prochain souverain, il n'a pas de raison de ruminer sur le passé. Surtout qu'il y a une certaine possibilité qu'il n'aime pas trop penser. Ce n'est pas important, le roi est mort et donc il peut mettre ça derrière lui. De toute façon, tout le monde s'en fout.

Puis soudainement un noble lui rentre dedans et rajoute l'injure à cela. En fait, i lui donne l'insulte suprême. Cela faisait plusieurs années qu'on ne l'avait pas accusé de bâtardise. Plus jeune, cela aurait valu un coup de poing et quelques dents en moins. Toutefois, Henry essaie de se contrôler autant que possible. Il ne devrait pas tolérer cette insulte le moins du monde, en même temps, il se sent devenir pratiquement furax. Qui était cet homme et qui se croyait-il?

Henry se répète ce qu'il c'est dit au moins une centaine de fois, son père est William Carey. Il n'est pas le bâtard de personne.

En même temps, il sait qu'il est plus mature que ça et en plus aux funérailles du roi, il ne peut pas faire une scène. Toutefois, il ne peut pas rien faire, sinon ce serait confirmer les dires de cet homme.

- Sachez que non seulement je n'ai aucune bâtardise, mais que c'est probablement votre manque de manière qui vous mérite d'être dans le fond.

Il dit avec un certain venin dans ses mots. Henry décide quand même de provoquer un peu, même s'il préfère largement garder ses poings pour lui. Il espère ne jamais revoir cet homme en même temps, il sent que c'est le genre de chose qui va le mordre dans le cul plus tard à l'avenir.

- Veiller à avoir un peu de tenu durant des funérailles, surtout celle du souverain.

Il remarqua qu'il avait marché sur le pied d’une jeune dame, il baissa un peu le regard. Autant montrer plus de politesse que son adversaire.

- Excusez-moi pour la maladresse mademoiselle.

Il ne pensait pas la connaître. Henry regarda autour de lui espérant que la situation c'était régler ces quelques insultes. Espérons qu'il n'ai pas un meurtre le jour même de l'enterrement. Il est un peu déprimé par tout ça, mais il se contient. Son attention est reportée vers la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Jeu 14 Aoû - 14:53
Le Roi est mort, vive le Roi.

Cette phrase ne cesse de résonner depuis plusieurs jours maintenant. Notre bon souverain Henry VIII a rendu son âme à Dieu et laisse les beaux royaumes d'Angleterre et d'Irlande entre les mains de son jeune fils, jeune fils qui aurait l'âge de mon frère cadet si Père et Mère ne s'était pas brouillés. Le Diable aurait perverti notre Roi d'après mes aînés et Mère. Pourtant, n'est-ce pas un choix judicieux que de s'éloigner de cette Papauté décadente ? Cette Curie qui dit n'être que les modestes bergers du troupeau du Seigneur alors qu'ils s'adonnent à tous les vices, n'est-ce pas qu'hypocrisie envers les préceptes de notre Sauveur que de les servir ? Enfin, connaissant mes frères comme je les ai connu, il est fort à parier qu'ils sont en train de festoyer la mort du Roi quand bien même son successeur sera surement influencé par les idées nouvelles, comme Père et moi.

En ce jour, mon mari m'a conseillé d'aller rendre un dernier hommage à ce Roi, qui, sans le savoir, a favorisé le destin de ma famille grâce à ses édits. Aussi, vêtue d'une robe de tissu noire, je déambule seule dans les rues. Mon mari avait fort à faire pour ses affaires personnelles et avait gentiment décliné mon invitation à m'accompagner.

Soudain, alors que mon regard se pose distraitement d'un passant à l'autre, je suis percutée par un homme. Légèrement sonnée bien que je ne sois pas tombée, je mets du temps à comprendre la situation. Je dépoussière ma robe tandis que celui qui m'a bousculé réplique sèchement aux accusations que je comprends mensongères. L'envie me démange de répliquer à ce malotru mais il serait fâcheux de se retrouver au milieu d'un scandale.

- Excusez-moi pour la maladresse mademoiselle.

Je lui adresse un sourire sincère avant de parler fortement, de manière que le malotru m'entende :

-Ce n'est rien mon bon monsieur ! Vous avez au moins le mérite d'être poli envers une Lady et de ne pas répandre honteusement des calomnies en ce jour de deuil.

J'espère qu'avec cette allusion suffira à faire comprendre à cet opportun que ce jour est un jour de deuil et qu'on se doit d'être d'être en communion avec le Seigneur.

-Avec cet incident, j'en oublie mes bonnes manières ! Je ne crois pas que vous avons été auparavant présenté. Je suis Lady Bird, l'épouse du comte d'Albermale. Mon époux se trouve à faire affaire en ce triste jour. Accepterez-vous d'être mon chaperon pour la journée pour m'éviter une quelconque mésaventures ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Jeu 14 Aoû - 21:13
La jeune dame semble être très polie, c'est sans étonnement qu'il apprend qu'elle fait partie de la classe noble. Ils sont plus nombreux que le peuple commun dans ses lieux. Henry Carey lui est techniquement sans le moindre titre, même s'il pense que son sang est plus noble que la plupart de ses gens. Il est quand même est le petit fils d'un Earl et son père était un sir. Dommage que le côté Boleyn de sa famille soit si compromis, peut-être aurait-il pu demander les titres de son grand-père. Il est vrai qu'il est plutôt petit dans ce monde, mais il a de l'ambition.

- Je vous remercie de votre compréhension.

Cette femme semble ne pas être accompagnée de son mari, elle est visiblement très jeune, ce qui le surprend un peu. Une femme seule est très rare dans ce genre d'occasion, cela attire les rumeurs d'infidélité comme le sucre avec les mouches. Elle lui demande d'être son chaperon, il n'est pas sûr de comprendre les intentions de cette dame. Peut-être cherche-t-elle à flirter, mais vraiment ce n'est pas son style, loin de là. Surtout avec son épouse qui tient peut-être leur premier-né dans son ventre. La tentation d'une autre attirait le malheur sur sa maison.

- Mon nom est Henry, Henry Carey.

Il ne sait pas vraiment si son nom a assez de notoriété. Il ne veut pas vraiment expliquer à la jeune dame tout ce qui est arrivé avant même sa naissance. Il sent qu'il s'exposerait surtout à des ennuis. Il serait difficile de bien apparaitre les choses dont on fait sa famille. Il a au mois la chance de commencer avec un nouveau nom de famille et une ardoise blanche en grande partie.

Toutefois, il connait ses devoirs et il ne peut pas laisser cette dame seule.

-Si vous le souhaitez, je peux vous accompagner. Est-ce que je peux vous demander pourquoi votre mari n'est pas venu à l'enterrement du roi? Non pas que je pense qu'il soit mal intentionné, ce n'est pas le genre qu'on évite sans bonne raison.

Il fit une petite pause, mais continua de parler quelque temps après.

- Ma femme est présentement trop enceinte pour pouvoir venir malheureusement, je suis sûr qu'elle aimerait avoir la compagnie d'une autre femme comme vous. Elle est présentement clouée au lit.

Il soupira un peu. Henry se demande pourquoi il a senti une compulsion à révéler son statut d'homme marié probablement parce qu'il veut éviter toute tentation à ce niveau. Il faut dire qu'après quelques embuches, il a finalement pu passer un peu de temps comme époux et épouse avec sa femme et la découverte de sa grossesse a quelque peu ralenti ses ardeurs. Il espère plus que tout au monde que celle-ci s'en tira très bien. Il a quand même beaucoup de chance que l'enfant soit mort né ou que sa bien-aimée Anne passe aussi à trépas.

Autant davantage se préoccuper de mademoiselle Bird. Il est intrigué par elle et bon on n’a jamais trop d'amis dans ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Ven 15 Aoû - 20:49
J'incline la tête alors qu'il me remercie de ma compréhension. Cela me paraît naturel d'agir ainsi d'autant que je supporte mal les accusations sans preuve. Il faut savoir agir avec discernement quand on est confronté à des rumeurs.

- Mon nom est Henry, Henry Carey.

Je lui adresse un sourire sincère, véritablement ravie à l'idée d'avoir pu lui faire oublier l'incident. Concernant son nom, je reconnais qu'il ne m'évoque rien mais cela doit être surement du au fait que j'apprends à gérer activement les affaires de la famille ces temps-ci. J'en toucherais deux mots à mon époux pour voir si ce nom lui dit quelque chose.

-Si vous le souhaitez, je peux vous accompagner. Est-ce que je peux vous demander pourquoi votre mari n'est pas venu à l'enterrement du roi? Non pas que je pense qu'il soit mal intentionné, ce n'est pas le genre qu'on évite sans bonne raison. Répond mon chevalier servant avec curiosité.

Je le sens comme embarrasser à l'idée de me tenir compagnie. Peut-être craint-il les commérages ? Moi, je reconnais que cela ne m'importe peu : mon mari et moi avons mutuellement confiance l'un dans l'autre depuis que nous ayons échangé nos voeux. Et il le faut quand on est à la tête en secret d'une Grande Compagnie commerciale !

-Mon mari a des affaires de longues dates à mener ce jour et cela le chagrine énormément de ne pas pouvoir être à mes côtés pour rendre un dernier hommage à notre défunt souverain. Néanmoins, rassurez-vous, il sera à mes côtés pour le service funèbre en l'honneur du Roi et ses prières ne cessent de souhaiter que le Roi Edouard soit un grand monarque pour notre Royaume.

Je reste vague sur la nature des affaires de mon mari. Il n'a guère besoin de savoir qu'il va négocier des marchandises d'un navire en provenance du nouveau monde.

- Ma femme est présentement trop enceinte pour pouvoir venir malheureusement, je suis sûr qu'elle aimerait avoir la compagnie d'une autre femme comme vous.
Elle est présentement clouée au lit.

-Ne vous en faites point ! Déclare-je aussitôt. Ma mère, lorsqu'elle était enceinte de moi a du rester aliter à la fin de la grossesse et ni moi, ni ma mère n'avons souffert de cela. Père a souvent tendance à dire que cela devait être l'une des rares périodes de ma vie où j'ai été sage. Ris-je afin de détendre l'atmosphère qui était devenu pesante pour moi.

Je sourie alors que je viens d'avoir une idée :

-Si vous le voulez, nous pouvons nous hâter pour que vous retrouviez votre femme. Je suis certaine qu'elle sera ravie d'avoir de la visite. Enfin, si vous le voulez bien sûr, je ne vous oblige en rien d'accepter ma proposition !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Sam 16 Aoû - 2:31
Il a peut-être mal jugé des intentions de cette femme. Toutefois, il ne comprend toujours pas pourquoi celle-ci est si intéressée par sa personne. Peut-être qu'elle se sent tout simplement seule à cause de tout ce qui arrive. Son mari a préféré travailler plutôt que de passer du temps en situation sociale avec elle. Il semble que celle-ci soit bien plus innocente qu'il a d'abord jugé. Elle devait à peine avoir l'âge d'être mariée. En fait, il serait presque surpris d'apprendre si celle-ci a consumé son mariage. Henry se dit qu'il devrait peut-être arrêter de penser tellement à la vertu de cette dame. Ce n'est pas bon pour lui, ni pour elle.

- Je suis sûr que j'aurais aimé rencontrer votre époux. C'est sans nul doute une bonne personne. Au moins, je suis content d'apprendre que cet homme n'était pas cette bête rude qui m'est rentrée dedans plus tôt.

Henry regrette un peu son changement de sujet, sinon elle risque de lui demander pourquoi il lui a donné tant d'animosité. En même temps celle-ci semble autant détester ce type que lui et n'a probablement pas remarqué la remarque à propos de la bâtardise de celui-ci.

- Ma femme n'est pas présentement à Londres. Elle est à Rochford Hall dans l'Essex. S'y rendre prendrait plusieurs jours. Tout voyage aurait été bien trop dur pour son corps. D'ailleurs, je ne crois pas qu'elle apprécie que j'amène des femmes plus jeunes qu'elle à la maison si je m'abuse.

Il ria de sa dernière déclaration.

-Je suis un peu curieux, vous pouvez me dire quels sont vos plans pour le reste de la journée. Cela doit être particulier si vous avez besoin d'une escorte, non?

¸Il ne veut pas insinuer quoi que ce soit, en même temps Londres est une grosse ville et une femme noble. Autant dire qu'elle risque de devenir la cible de dangereux criminels qui chercheront très probablement à la détrousser ou pire encore. Il se demandait bien jusqu'à quel point elle avait besoin d'une escorte. Probablement qu'elle veut tout simplement se sentir en sécurité. Il avait quand même son épée avec lui et même de nos jours, une lame est bien suffisante pour convaincre la plupart des brigands de partir. Toutefois, il doute qu'elle soit du genre à être dans les quartiers dangereux.

- l'arrivée d'un nouveau roi est un signe de renouveau d'une nouvelle époque, c'est le moment pour les jeunes gens comme nous de saisir les opportunités devant nous.

Henry dit cela sur un ton plutôt enthousiaste. En même temps, il avait quelque peu perdu son lien avec la couronne. Il est à peu près certain qu'il ne réussira pas à gagner plus de rangs à moins d'être phénoménal. Peut-être devrait-il s'intéresser davantage au métier bourgeois, il a quand même beaucoup d'argent, qu'il pourrait investir.

- À part la mort du roi, vous avez appris des nouvelles ou des rumeurs intéressantes?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Mar 26 Aoû - 9:22
Je lui sourie chaleureusement lorsqu'il me dit qu'il aurait aimé rencontré mon mari. Il est vrai qu'avec la compagnie, on est jamais trop avare de tous les contacts possibles pour écouler plus rapidement les marchandises !

-Rassurez-vous, mon mari est des plus galants qu'il soit, quand bien même il soit issu d'une famille aussi ancienne que noble. Pour le connaître comme je le connais, il se serait platement excuser pour avoir bousculer indirectement une dame.

Je me retiens à grand peine de hausser le ton afin que le malotru de tout à l'heure m'entende mais ce ne serait pas convenable de la part d'une lady de faire une telle chose !

Lorsque j'entends que la femme de mon interlocuteur est enceinte, je me sens soudainement prise de langueur. Moi aussi j'aimerais bien contenter mon époux de ce cadeau du ciel mais il semblerait que le Seigneur me refuse ce présent, pour le moment.

- Ma femme n'est pas présentement à Londres. Elle est à Rochford Hall dans l'Essex. S'y rendre prendrait plusieurs jours. Tout voyage aurait été bien trop dur pour son corps. D'ailleurs, je ne crois pas qu'elle apprécie que j'amène des femmes plus jeunes qu'elle à la maison si je m'abuse.

Je ris également à sa dernière remarque. Il est vrai que la situation pourrait porter à confusion et je me sentirai affreusement coupable si la dame perdait son enfant par ma faute.

-Je me suis rendue quelques fois dans l'Essex mais j'étais enfant à l'époque. Je reconnais que je n'ai guère gardé de souvenir de ce périple. Si je venais à passer non loin de chez vous, je serais enchantée de m'arrêter pour prendre le thé si vous le voulez. Lorsque vous serez de retour chez vous, faites part à votre femme de mes plus sincères amitiés et que si l'occasion venait à se présenter, je serais ravie de vous accueillir.

J'accompagne ma déclaration d'un sourire sincère. Il est vrai que, hormis les clients de la compagnie, je ne reçois guère de visite. Cela me changera donc un peu de mon quotidien si je venais à les accueillir quelques jours.

-Concernant mes plans pour cette journée, je comptais me rendre chez plusieurs boutiquiers. Voyez-vous, mon mari va bientôt fêter son anniversaire et je n'ai pour le moment aucun présent à lui offrir. Pour mon plus grand malheur, je n'ai encore aucune idée. Je comptais donc faire les boutiques afin de voir si une idée me traversait l'esprit. Bien sûr, si cela vous rebute trop, je comprendrais tout à fait que vous disiez non.

Oh Seigneur ! Faites que cela ne le dérange pas, je comptais sur son aide pour avoir l'inspiration !


- l'arrivée d'un nouveau roi est un signe de renouveau d'une nouvelle époque, c'est le moment pour les jeunes gens comme nous de saisir les opportunités devant nous.


A cette remarque, j'acquiesce. Il ne peut pas savoir combien il est dans le vrai me concernant avec ces simples mots.

-Il n'y a des fois pas nécessairement besoin d'un changement de Roi pour bénéficier de belles opportunités, ajoute-je d'un sourire qui est certainement qualifiable d'énigmatique.

Il n'est pas difficile, en connaissant ma situation familiale à quoi je fais allusion. Même si cela me chagrine profondément la division de notre famille, je dois reconnaître que je n'aurais jamais appris la gestion de la Compagnie si mes aînés étaient encore en bon terme avec mon père.

- À part la mort du roi, vous avez appris des nouvelles ou des rumeurs intéressantes?

Je ne cache pas un sourire à cette question. Les hommes ont beau le nier mais ils demeurent également de vrai commère, tout comme nous, les femmes !

-Ma foi, rien d'inhabituel. Je n'ai que peu de contact à la Cour et ce que je sais n'est pas de premières fraîcheurs dirons-nous. Et puis, j'ai tendance à me méfier des rumeurs. Voyez-vous, celles-ci peuvent être l'instrument de vengeance de certaines personnes. Cependant, rassurez-vous, je n'ai entendu aucun commérage à votre égard et à mes yeux, votre réputation est sans tâche, Monsieur Carey !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Mar 26 Aoû - 16:58
Il écouta attentivement ce que la femme avait à dire, ce n'était rien de particulièrement passionnant, mais il peut dire qu'il sent une certaine connexion. Il semble que ce soit tous les deux des gens de haut rang qui sont quand même poussés en dehors du cercle intérieur et pourtant y sont si proche. Elle pourrait être une alliée intéressante pour quelques plans futurs, mais pour l'instant en dehors d'une invitée de plus à de possibles futures fêtes, il ne sait pas trop quoi penser d'elle. Elle semble gentille, mais, il ne sait pas trop si ce n'est qu'une illusion pour le moment. Il croit quand même qu'il ait de bonnes chances que ce soit une rencontre unique.

Par curiosité, il ne peut que demander

- Vous avez des enfants?

Il se doute que la réponse est négative considérant que cette femme est présentement seule et que si elle avait des enfants ceux-ci seraient trop jeunes pour être laissée seule.

Elle lui confia qu'elle avait été dans L'Essex plus jeune, mais autant dire qu'elle n'avait aucune attache par rapport à cette région. Il lui donnerait quand même la politesse et la recevrait comme il se doit si elle venait le visiter.

L'idée de passer du temps dans les boutiques de Londres ne l'enchante guère. Il préférait largement passer du temps dans un cercle de bonne personne ou faire des rencontres. En même temps, il est un peu en mauvaise position pour décliner. Toutefois, il peut au moins suggérer.

- Je me dis qu'il doit bien avoir un banquet donné à l'occasion des funérailles que nous pourrions rejoindre. Je doute fort que les boutiques de Londres soient mon genre de milieux, mais peut-être pourrions-nous y passer un peu de temps plus tard. De quel genre de boutique parlons-nous?¸

Il croisa un peu les bras à la mention d'opportunité, comme il était un homme encore jeune et qui se cherchait une place dans ce bas monde

- Des opportunités vous en avez vu? ou vous avez quelque chose en tête?

Il regarda la jeune dame de façon intéresser. Il se demandait à quel point elle avait pu connaître le roi. Il aurait bien posé la question, mais il trouvait que ce n'était peut-être pas la bonne occasion pour cette question. De toute façon, cela n'était peut-être si important qu'elle le connaisse si l'on considère que celui-ci est mort. Il a un nouveau roi, et celui-ci est passablement jeune. Il sera difficile de s'affilier à lui. Le cercle de la régence est composé d'une ville garde et le souverain est bien plus jeune que lui. Dommage que sa cousine ne sera jamais sur le trône.

- Je suis content d'apprendre que ma réputation est sans tâche et je peux vous dire que la vôtre est pareillement impeccable.

Il lui dit avec une teinte d'amusement. Il ne sait pas trop pourquoi elle semble être si intéressé par sa personne. Peut-être qu'elle se sent tout simplement seule dans la grande ville de Londres. Elle devait venir de ses endroits plus ruraux.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Lun 1 Sep - 19:57
Avec une certaine curiosité, Monsieur Carey me demande si j'ai des enfants. Je ne peux m'empêcher d'éprouver une certaine langueur. Je suis en effet dessus de ne pas avoir encore pu donner d'enfants à mon époux. Malgré le fait que mon père me dise que cela ne fait rien, je sais qu'il aimerait beaucoup avoir des petits enfants pour consolider son alliance entre mon mari et lui. De plus, il est en effet impossible à un mariage d'être dissolue pour stérilité si je suis mère.

-Le seigneur ne m'a pas encore fait le cadeau d'une maternité malgré mes prières en ce sens. Toutefois, je ne désespère pas de donner un jour ce cadeau à mon époux. Sourie-je avec une pointe de mélancolie.

Notre conversation dévie sur le fait qu'il habite dans l'Essex. Cordialement, Monsieur Carey déclare m'accueillir bien volontiers si jamais je venais à passer non loin de chez lui. J'acquiesce de la tête à ces mots pour le remercier. Je me doute que c'est la politesse qui anime sa réponse mais je me prie à espérer que, le moment venu, ce sera pour lui un plaisir que nous discutions chez lui autour d'une tasse de thé.

Au bout d'un moment, je me souviens que j'ai une course à faire pour l'anniversaire de mon mari. Je propose alors à mon interlocuteur de m'accompagner.

- Je me dis qu'il doit bien avoir un banquet donné à l'occasion des funérailles que nous pourrions rejoindre. Je doute fort que les boutiques de Londres soient mon genre de milieux, mais peut-être pourrions-nous y passer un peu de temps plus tard. De quel genre de boutique parlons-nous?

-Concernant les banquets, commence-je en hésitant. Je reconnais n'y avoir que peu d'occasion d'y aller . Je crains également que notre présence ne puisse être perçue comme un affront pour les protecteurs de notre nouveau Roi Edward. Toutefois, si cela ne comporte aucun risque, ma foi, je serais bien aise d'y aller. Néanmoins, je crains tout de même de devoir faire une halte dans les boutiques. Je ne sais en effet guère quand je pourrais retourner en ce lieu. Rassurez-vous ! Je ne compte pas faire les boutiques à la recherche d'un habit pour mon époux, il est plus porté sur les arts, la chasse ou encore l'escrime que sur les beaux habits.

Je reste calme lorsqu'il me questionne sur les opportunités auquel je fais allusion. Je me maudis intérieurement que la conversation soit partie sur ce sujet alors que nous évoquions le possible renouveau qui pourrait venir avec le Roi Edward.

-Je pense à mon mariage par exemple, dis-je d'un ton qui se aussi neutre que possible. Ma famille a peu d'appui à la Cour mais cela n'a pas empêché mon père de me donner en mariage à un comte d'une plus ancienne et honorable famille d'Angleterre.

Même s'il me semble sympathique, je ne peux pas lui révéler que ma famille est très importante dans la Compagnie Shield. Cela aurait été risqué ma tête !

Lorsqu'il me questionne sur ma connaissance des ragôts de la Cour, je lui réponds habilement que sa réputation est sans tâche à mes yeux. Je ne peux pas prendre le risque de le fâcher même si mes propos sont sincères. Il a la même courtoisie à mon égard. Je le remercie du compliment d'un geste de la tête. Si seulement tous les hommes pouvait être comme lui ou mon mari, le monde s'en porterait bien mieux !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Mar 2 Sep - 1:12
Elle semblait insister pour qu'on l'amène faire les boutiques. Ce n'est pas son genre, mais il sent qu'il serait mieux pour lui de tout simplement se soumettre. De toute façon, de continuer de parler comme ça, n'est pas vraiment poli dans ces lieux. Il avait quand même un cadavre dans ses lieux. Que ce soit par la présence de nombreuses victimes, de tous ses croquemorts et ses gens morts de façon anonyme qui souvent se trouve dans les rues soit par malchance ou maladie. Quoique s'il y pense il était probable qu'un autre cadavre soit présent dans la proximité des boutiques, ceux-ci étaient bien moins célèbres que le roi et donc recevraient bien moins de respect de la part de la populace en général.

- J'espère que les joies de la maternité vous seront connues, j'essaierais de mettre un mot à ce sujet dans mes prières.

Est-ce qu'il pouvait dire que la famille était véritablement une joie? Il n'était pas sûr. Ce qui est vrai que jusqu'ici l'enfant n'est pas né. Il ne sera que père que lorsque l'enfant sera né et malheureusement pour lui il y ait beaucoup de chance que l'enfant ou sa bien-aimée mère finisse par mourir lui-même.

Il faut croire que la vue de son potentiel père mort l'a rendu quelque peu morbide. Toutefois, il est loin d'être irréaliste de penser que sa femme pourrait mourir dans l'accouchement et surtout que son futur enfant est tout autant à risque. Ces pensées sont polluées par ses préoccupations. Il ne doit pas être bonne compagnie à Madame Bird.

Dommage qu'elle soit mariée, si son épouse trépassait. Elle aurait pu être une bonne candidate si le pire arrivait.

- C'est bon, vous pouvez aller dans les boutiques, je vais vous y accompagner.

Il se demanda un instant si elle allait lui demander d'essayer des vêtements pour voir s’ils iraient bien à son époux. Ce genre de demandes était trop étrange même pour lui. En même temps, il se dit que c'est surtout dans sa tête tout cela. Il doit bien faire attention à tout cela.

- Je crois que nous n'avons guère d'autres options que de travailler pour la couronne avec loyauté dans l'espoir de pouvoir nous démarquer. Je crois que je serais chanceux si je réussis à m'approcher du cercle du nouveau roi.

Il fut surpris d'apprendre que sa réputation était bonne. C'était quand même étrange si l'on considère qu'il avait été traité de bâtard, il y a très peu de temps de ça. Elle n'était même pas curieuse à ce sujet. Il devait se rappeler de ne pas trop en parler, sinon elle risquait de devenir curieuse.

Il aimerait bien cacher son incrédulité, mais son visage l'a trahi. Il doit trouver une façon de mieux cacher ça. Quelque chose lui vient rapidement.

- À voir comment cet homme me traitait, je pensais que ma réputation était bien pire. Je suis content d'apprendre que ce n'est pas le cas.

Toutefois, ce n'était qu'une personne et elle était plutôt petite dans l'échiquier politique.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Ven 26 Sep - 19:56
Je lui sourie gentiment en inclinant la tête en direction de mon interlocuteur, touchée par le fait qu'il allait prier pour que je sois féconde. Néanmoins, dans mon esprit, une pensée sournoise me susurre que ce sont surement des paroles de politesse. En effet, peu de gens auraient l'audace que de proférer des voeux de stérilité face à une dame sans passer par des rumeurs sournoises.

Pendant l'espace d'un bref instant, j'ai comme l'impression que Monsieur Carey me jauge du regard. Je hausse les épaules. Cela ne doit être qu'une impression et puis, si tant est que ce soit la vérité, il est des fois plus sages de ne pas tout savoir pour ne pas être choqué.

- C'est bon, vous pouvez aller dans les boutiques, je vais vous y accompagner.


Je ne retiens pas de lever les yeux vers le ciel en soupirant.

-De toutes façons, avec ou sans autorisation, j'y serais tout de même aller Monsieur Carey. Raille-je sans me retenir. Comme dit auparavant, je ne sais quand je pourrais retourner sur Londres, aussi, je n'ai d'autres choix que de faire les magasins.

Il ne me paraît guère enthousiasmer de faire les magasins. En un sens, il me rappelle mes frères qui, avant que notre famille se déchire, trouvait toujours mille et unes excuses pour ne pas m'accompagner faire des achats.

-Allons-y alors ! Déclare-je en lui proposant mon bras. Plus vite ce sera fini, plus vite je pourrais vous offrir une boisson dans la taverne de votre choix sur mes deniers.

Je reconnais sans rougir que c'est une tentative de corruption mais ce n'est qu'à mes yeux un juste dédommagement pour m'avoir servi d'escorte.

Nous avançons désormais dans les rues de Londres lorsque nous évoquons nos réputations mutuelles. Il semble surpris de savoir que sa réputation est sauve à mes yeux. Il paraît plus que surpris que ce soit le cas. Aurait-il quelques reproches à se faire ? Néanmoins, par politesse, je ne lui pose pas la question directement. J'interrogerai mon mari lorsque je le retrouverais.

- À voir comment cet homme me traitait, je pensais que ma réputation était bien pire. Je suis content d'apprendre que ce n'est pas le cas.

-A mes yeux, celui qui a une réputation entachée est cet homme qui a manqué de savoir vivre. Répondis-je franchement avant de m'exclamer. Oh ! Une librairie ! Allons y faire un tour. Mon mari aime beaucoup lire. Peut-être trouverais-je des ouvrages susceptibles de l'intéresser ?

Sans vraiment lui laisser le choix, je l'emmène dans mon sillage en direction de cette bibliothèque que j'ai repéré. A l'intérieur de la boutique, je lui demande :

-Connaissez-vous quelques ouvrages plaisants à lire ? Cela peut être dans n'importe quel domaine si ce n'est la théologie qui le passionne guère, tout comme moi d'ailleurs. Non pas que je sois mauvaise croyante, ajoute-je rapidement, je connais et pratique tous les jours mon catéchisme seulement, nous sommes d'avis de laisser ses questions à des personnes plus compétentes que nous.

Il est en fait vrai que mon mari et moi-même sommes bien plus enclins à débattre sur les sciences que sur les questions théologiques même si cela ne nous empêche pas d'avoir quelques livres de l’œuvre de Saint Augustin à la maison par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Sam 27 Sep - 1:16
Henry peut difficilement croire le niveau d'initiative de cette dame. Il pourrait imaginer à quel point sa vie maritale serait différente s'il était marié à elle. Il avait quand même quelque chose d'assez spécial dans une femme plutôt indépendante. Contrairement à son épouse qui était une femme très passive et qui ne dépassait pas les limites. Elle n'essayera jamais d'acheter quoique ce soit d'autre que les provisions que sans d'abord lui avoir demandé son avis. Il doit admettre qu'il y a un certain charme. S'il s'attend à ce que sa femme soit soumise, c'est bien parce qu'on lui dit toute sa vie qu'il était préférable d'avoir une femme docile. En même temps, il commence à peut-être avoir des intérêts à avoir une femme qui agit de la sorte. Quoiqu'il continue d'avoir une vie très "utilitaire" de ce genre de comportement. Il est quand même dans un ordre social dans lequel il est largement favorisé et donc c'est dans son intérêt d'être conservateur.

- Vous pensez vraiment m'offrir un verre, c'est plutôt inhabituel, non? Je veux dire... je ne crois, pas que j'ai jamais vu une seule femme le faire de toute mon existence.

Vraiment cette dame n'a aucune peur de la furie du moulin aux rumeurs. Non seulement elle défie légèrement les conventions, mais elle ferait quelque chose qui serait interprété par plusieurs comme une tentative d'avoir son attention d'une façon romantique. Voir elle essaie de lui faire baisser ses barrières. Vraiment, il se demande si elle est consciente de ses actes. En même temps, c'est une femme très jeune. Il s'imagine qu'elle essaie de le traiter avec gentillesse et elle veut surtout qu'il devienne son ami. Il n'est pas sûre d'être particulièrement confortable avec cette idée. En tout cas, il semble que celle-ci veuille un peu plus de proximité qu'il ne le désire vraiment d'une personne qu'il vient tout juste de rencontrer. Henry n'a jamais eu la plus grande facilité à se faire des amis avec les gens. Sa sœur a souvent été la seule personne donc il pouvait être sûr qu'il serait toujours là. Il n'est même pas sûr qu'il réassurait à revoir mademoiselle Oiseau après les évènements d'aujourd'hui.

Une partie de lui sentait le besoin d'élaborer un peu sur les évènements qui avaient mené à ce que cet homme est si impoli avec lui, mais il remarquait qu'Helen semblait que très peu intéressée par son passé. Elle semblait être une créature du moment. Autant ne rien lui dire et lui faire penser qu'il s'agit de simple insulte lancée comme ça par un mal appris.

- On j'ai déjà lu chroniques de froissart, elles sont très bonne, enfin il faut aimer les grandes aventures militaires. Même si c'est en français on peut apprécier les images.

Il regarda ce qu'avait cette libraire en stock et remarqua tout de suite l'exemplaire du livre et commença à feuilleter attentivement ceux-ci. Henry voulait montrer les belles images du livre. Il se sent un peu mal parce qu'il veut ce livre pour lui et que cette dame veut probablement un livre pour elle, mais pour être honnête.

- Que lisez-vous d'habitude?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Dim 28 Sep - 11:11
- Vous pensez vraiment m'offrir un verre, c'est plutôt inhabituel, non? Je veux dire... je ne crois, pas que j'ai jamais vu une seule femme le faire de toute mon existence.

Je me fige brusquement pendant l'espace d'un instant à cette phrase. Si je n'étais pas en public, un juron aurait plus que surement passé mes lèvres. Il est vrai que j'ai pris cette habitude que de proposer un verre à mes clients de la Compagnie lorsque je suis un homme. J'ai oublié pendant l'espace d'un instant que ce n'est pas ce que l'on attend d'une Lady. Il faut que je corrige cette situation au plus vite avant d'apporter des questions non voulues.

[color)brown]-Il faut bien une première fois à tout comme on dit ! Et puis, vous savez, lorsqu'on accueille des invités dans notre demeure, en tant qu’hôtesse, on se doit de proposer une boisson. Pourtant il faut bien qu'elle soit acheter celle-ci, non ? Si cela vous gène tant d'être invité par une femme, vous pouvez oublier ma proposition. Cependant, j'insiste : je tiens vraiment à vous dédommager de m'avoir servi de chaperon aujourd'hui.[/color]

Je ne peux m'empêcher de prier pour qu'il accepte mon explication sinon j'allais au devant d'ennuis importants.

On arrive rapidement dans une librairie, enfin le terme exact serait plutôt que je parviens traîner Monsieur Carey dans la boutique. Je lui demande s'il connaît des ouvrages intéressants. Après tout, les meilleurs découvertes se font par les recommandations d'autres lecteurs.

- On j'ai déjà lu chroniques de froissart, elles sont très bonne, enfin il faut aimer les grandes aventures militaires. Même si c'est en français on peut apprécier les images.

Je le vois chercher dans les rayons le livre en question pour me le montrer. C'est vrai que les illustrations sont forts jolis.

-Ce serait bien un sujet qu'apprécierait mon mari. Malheureusement, ni moi, ni lui ne parlons français et je sais qu'il ne goute guère d'avoir un livre qu'il ne peut lire. Déclare-je avec un ton contrit tout en regardant attentivement les illustrations.

-Que lisez-vous d'habitude?


Sa question a le don de me faire sursauter. Il est vrai que je m'étais un peu trop absorbée par la contemplation des images.

-Ah ! Oh ! En fait, je lis un peu de tout, que ce soit la poésie de feu Thomas Wyatt ou les épopées arthuriennes. Dernièrement, mon mari et moi-même avons lu un passage de l'Illiade en grec ancien. Je reconnais néanmoins que cela a été compliqué à saisir toutes les subtilités de cette épopée pour ma part. Et vous ? Qu'avez-vous lu dernièrement ? Demande-je à mon tour curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Dim 28 Sep - 20:28
- Je nais que mentionner que tout cela est fortement inhabituel, c'est tout

Son attention reste quand même sur les chroniques, il se rappelle à quel point il aimait bien les lires durant sa jeunesse. Elle présentait un ordre plus simple qu'il désirait, un monde où seul le devoir et ses accomplissements étaient ce que démarquait un homme d'un autre homme. Il se sent être un soldat dans l'âme, mais malheureusement pour lui, il n'a présentement aucune guerre. Les gens préfèrent les intrigues de puissants jeux de réputations. Il doit admettre que lui même se fait prendre aux jeux de ses machinations. Depuis qu'il a vu Bird, il analyse cette relation et l'impact qu'elle pourrait. Il était déçu de sa propre personne.

- Si vous ne voulez pas de ce livre, je vais le prendre. J'aimerais que mes enfants puissent le lire.

Il saisit le livre en question et s'approche de vieux hommes en charge de l'établissement. IL sort un peu d'argent de sa bourse et paye le tout en un seul coup. Il réfléchit et se demande s'il devrait prendre ce verre avec Helen. Il veut éviter la tentation pour être honnête. Prendre un verre avec une dame, loin du foyer, il sent qu'il pourrait être tenté.

Henry sent quand même qu'il ne peut pas quitter la conversation comme ça. ll va quand même réponde à cette question qu'elle lui avait demandée. Il aime quand même beaucoup les histoires chevaleresques donc, il a donc certaines connaissances des ouvrages de natures arthuriennes. la poésie n'est pas son fort.

- Je vous suggère The Greene Knight. C'est une histoire sur Gauvain. Vous deviez apprécier.

Il commença à s'approcher de la sortie. Il s'exprima envers elle et espérait autant que possible qu'il ne sonnerait comme s'il était impoli envers elle.

- Je suis désolé Lady Bird, mais j'ai promis à mon épouse que je reviendrais le plus tôt possible à la maison. Si je passe la soirée, je risque de passer une journée de plus et maintenant je peux voir que le temps a passé très vite en votre présence.

Henry sourit de façon sympathique envers la dame, en même temps il pointait vers la sortie et il montrait que les choses s'obscurcissaient, la journée pouvait se terminer très bientôt. Malgré le fait qu'il a décidé de la quitter, il espère pouvoir la rencontrer à l'avenir. Idéalement en la présence de sa femme. Elle avait besoin d'une amie. Quoiqu'elle serait assez difficile maintenant qu'elle le connaissait plus que sa chère Anne.

- Je vous souhaite bonne chance pour votre avenir Mademoiselle.

Il décida de tout simplement partir. Trainant avec lui cet énorme livre, qu'il ouvrit avec intérêt. Il voulait changer ses pensées pour l'instant. C'était une très belle édition, le livre serait probablement consulté bien plus que la bible dans sa maison. Il aurait besoin de quelque chose pour consigner ses notes personnelles et quelque chose qu'il ne perdrait pas du tout parce qu'il le regarderait souvent.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  Ven 10 Oct - 13:40
Je retiens à grande peine de pousser un énorme soupir lorsque je comprends que l'homme face à moi est trop plongé dans la contemplation du livre entre ses mains pour continuer à me réprimander sur mon attitude. Je reconnais sans peine que j'aurais bien eu du mal à continuer à me justifier si ses questions se seraient fait plus poussés sans me trahir.

- Si vous ne voulez pas de ce livre, je vais le prendre. J'aimerais que mes enfants puissent le lire.

-Vos enfants auront beaucoup de chances d'apprendre les lettres sur un ouvrage d'une telle qualité, déclare-je en complimentant ce choix tandis qu'il paye son achat et que je continue à fouiller dans les rayons à la recherche de ce que je veux.

Mes doigts errent sur les bouquins sans vraiment savoir je dois saisir l'ouvrage ou non. Étonnamment, il y a ici beaucoup d'ouvrages dont je n'ai jamais entendu parler et cela rend ma tâche d'autant plus ardue à choisir ce que je veux pour mon mari.

- Je vous suggère The Greene Knight. C'est une histoire sur Gauvain. Vous deviez apprécier.


Je tourne brusquement la tête vers mon interlocuteur, surprise. Il est vrai que j'en ai vaguement entendu parler par une connaissance et que je m'étais promis de le lire. Pourtant, pour le moment, je n'ai jamais eu l'occasion de le faire. Ce sera donc l'occasion pour mon mari et moi-même de faire une découverte ! Toutefois, je n'ai guère le temps de le remercier que Monsieur Carey me déclare :

- Je suis désolé Lady Bird, mais j'ai promis à mon épouse que je reviendrais le plus tôt possible à la maison. Si je passe la soirée, je risque de passer une journée de plus et maintenant je peux voir que le temps a passé très vite en votre présence.


Il accompagne ces dires d'un geste signe de la main. A ce signe, je comprends qu'il se fait déjà fort tard et que mon mari va bientôt être libéré de ses affaires. Je dois donc hâter mes affaires si je ne veux pas que mon mari découvre que j'ai déjà acheté son présent pour son anniversaire.

-Je comprends tout à fait, Monsieur Carey ! Réponds-je dans un sourire. Allez retrouver votre femme et transmettez-lui mes amitiés. Sachez que j'ai été ravie de vous rencontrer et que je serais ravie de vous accueillir avec mon mari à mon domaine si jamais vous veniez à passer non loin du manoir Abermale ! Me concernant, je vais finir de faire mes courses avant de rejoindre mon époux d'ici peu. Déclare-je d'un ton qui se veut rassurant.

- Je vous souhaite bonne chance pour votre avenir Mademoiselle.

-Soyez prudent sur la route Monsieur Carey et que Dieu vous garde jusqu'à notre prochaine rencontre ! Dis-je sincèrement en le voyant partir.

Pendant l'espace d'un instant, je le regarde se fondre dans la foule. Une fois hors de ma vue, je me hâte de prendre le livre qu'il m'a conseillé pour aller l'acheter. L'achat fait, je me précipite hors de la boutique pour rejoindre mon mari. Je ne voudrais pas lui causer d'inquiétudes inutiles alors que je faisais seulement une course !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey  
Revenir en haut Aller en bas
[DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Helen Bird & Henry Carey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [DEFI N°5] Le passé appartient au passé ♣ Elizabeth Tudor & Elizabeth Clinton.
» Le reflet du passé [Terminé]
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Le mal est passé mais le passé fait toujours mal.
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: Les Défis & Les Missions-
Sauter vers: