AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }  Ven 12 Sep - 11:06
Une victime cache parfois un coupable



A la vue de sa nouvelle ennemie, Sybille siffla telle une vipère entre ses dents. Ses yeux brillants ne la lâchaient pas, tandis que cette dernière se promenait dans la roseraie en compagnie de sa maîtresse, cette princesse d’Espagne ! Pourquoi avait-il fallu que cette damnée Luisa del Carmen, puisque c’est ainsi qu’elle se nommait, se soit retrouvée sur sa route ? Pourquoi avait-il fallu qu’elle sauve celle qu’elle avait condamnée – cette affreuse lady Cecily qui l’avait une fois de plus insultée - en lui administrant l’un des plus dangereux poisons ? Cette fille malgré le peu de goût qu’avait le tue-loup, l’avait détecté dans le verre de vin de sa cible ! Mais à quoi ? Telle est la question qui rongeait lady Sybille ! Il lui fallait enquêter sur cette inconnue, donc l’approcher, puis surtout s’en débarrasser dès que l’occasion se présenterait ! Elle avait bien une faille … Un poison inconnu qui aurait raison d’elle, une famille, un mari, des enfants à enlever peut-être pour faire pression sur elle si jamais elle découvrait un jour …

Car oui … La plus grande crainte de la belle empoisonneuse était bien qu’elle remonte jusqu’à elle ! Ce jour-là, ce jour fatal, tous savaient que la comtesse Cecily n’avait invité que peu de personnes, dont elle pour une fois de plus l’humilier en la retranchant tout en bout de table, alors que son rang lui promettait pourtant une place de choix ! En effet, elle avait été reléguée après de simples bourgeoises ! Quelle honte ! Mais justement tous hélas ne pouvaient que se douter du ressentiment sourd qu’éprouvait sans doute Sybille à l’égard de la dame ! Alors, c’était une chose certaine, elle serait très bientôt, une suspecte dans cette affaire … Or elle ne devait pas l’être !

Néanmoins, c’était mal connaître l’esprit à la fois démoniaque et génial de la belle, que de penser qu’elle ne pouvait pas retourner cette fâcheuse situation en sa faveur ! Et la retourner complètement d’ailleurs ! Pour cela, elle était prête à tout même à la pire des folies, quitte à en souffrir un peu après tout … Il ne serait pas dit qu’elle serait renvoyée à la Tour, il ne serait pas dit qu’elle passerait entre les mains du bourreau !

Retournant la fiole de tue loup qu’elle portait dans sa main moite, elle se fit offrir un rafraîchissement par un page puis après une courte hésitation, retira en toute discrétion le bouchon du petit flacon et y versa trois gouttes ! Pas plus surtout, non pas plus ! Tout était dans le dosage ! Il fallait qu’elle soit malade, beaucoup malade, fiévreuse et délirante même mais que cela ne soit pas mortel ! Cette brave fille, cette Luisa s’occuperait bien de la sauver à temps ! Elle agirait sans doute aussi bien que pour lady Cecily et elle serait sur ses jambes dans quelques jours !

Le poignet cependant tremblant, la diabolique Parker abandonna dans un coin la fiole empoisonnée, on la trouverait sans doute, mais elle serait alors loin d’elle, puis porta le hanap de vin à ses lèvres ...

30 secondes …

Les premières crampes commençaient à lui serrer les entrailles …

1 minute …

Une écume toute naturelle se forma autour de sa bouche.

1 minute 30 …

Elle ne put faire un pas de plus et chuta dans un cri étouffé !

- Aidez moi ! Pitiéééééééé !




Dernière édition par Sybille Parker le Mer 20 Mai - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }  Sam 11 Oct - 13:44
Une victime cache parfois un coupable
SYBILLE & LUISA

Quand la fin justifie les moyens. ✻✻✻ Quel temps radieux faisait-il aujourd’hui sur la capitale anglaise ! Enchantée, la goûteuse et sa maîtresse Jeanne de Habsbourg s’empressèrent de rejoindre la roseraie pour une petite balade. Mieux valait-il profiter des quelques rayons de soleil qu’offrait le temps aujourd’hui, avant qu’une averse ne leur tombe dessus ! Les deux jeunes espagnoles se mirent alors à parler, de tout et de rien : les petites histoires de la cour, le mariage de la reine avec le frère de Jeanne… L’espace de cet instant, Luisa del Carmen eut la sensation de retrouver son amie. Car Jeanne était avant tout une tendre amie pour Luisa. Certes, elle était sa maîtresse, mais leur relation ne s’était pas arrêtée à cela. La faute aux langues de vipère de la cour, aux regards insistants et aux rires étouffés, la princesse d’Espagne s’était éloignée d’elle. Lucide, Luisa se doutait bien que ces petites retrouvailles n’étaient qu’éphémères et que bientôt, Jeanne reprendrait ses distances, au moins pour quelques jours. Elle clamerait qu’il n’y a rien, mais Luisa ne la connait que trop bien ! L’espagnole balaya néanmoins ses mauvaises pensées de sa tête, préférant profiter au mieux du moment présent.

C’est alors que Jeanne se mit à parler d’un événement auquel Luisa participa bien malgré elle, il y a de ça une semaine. Invitée chez lady Cecily, la présence de la goûteuse permit d’éviter un bien grand drame ! Elle rencontra lady Cecily lors d’un dîner où Jeanne était conviée. La présence de sa maîtresse à ce repas sonnait donc comme une invitation évidente pour Luisa. Très vite, le courant avec lady Cecily passa et à en croire les paroles de Luisa, c’était une femme délicieuse ! Ainsi, la jeune femme se retrouva de nouveau invitée chez elle et ce qui devait être une charmante et plaisante soirée se transforma presque en catastrophe.

« Trinquons mes amis ! A cette soirée ! »

Tandis que tout le monde levait leur verre au-dessus de leur tête, Luisa écoutait à peine la voix cristalline de lady Cecily, trop occupée à fixer le verre de son hôte. Quelque chose n’allait pas… Ce vin… sa couleur… c’est étrange… Pendant tout le début de soirée, le regard de l’espagnole était irrémédiablement attiré vers son contenu. Il brille trop pensa-t-elle. Trop rouge par rapport au sien ou à celui des autres. Luisa tenta de se raisonner, se força à croire que son esprit lui jouait des tours, qu'elle voyait le mal partout ! C’est la goûteuse et protectrice qui est en elle qui lui font voir des choses ! Un vin trop brillant, trop... rouge ? Mais quelle folle idée !
Et pourtant, au plus profond d’elle, la belle espagnole n’arrivait pas à faire taire ces petites voix qui lui criaient d’arracher ce verre des mains de lady Cecily.
Alors, décidant de croire en cet instinct qui ne lui avait jusqu’alors jamais joué de tours, et qui avait toujours sauvé la vie de Jeanne, Luisa laissa exploser son inquiétude lorsque lady Cecily porta le vin à ses lèvres.

« LADY CECILY ! Ne buvez pas ce vin, je vous en conjure !! »

La goûteuse échappa à son hôte une douloureuse mort. Lady Cecily fut en effet, lors de cette soirée, la cible d’un empoisonneur. Une personne qui ne voulait non pas seulement la tuer, mais la faire souffrir d’un mal que nul ne pourrait supporter.


Le récit de la soirée fut alors interrompu par un effroyable cri, celui d’une femme. Les deux espagnoles virevoltèrent et aperçurent non loin d’elle une demoiselle gisant sur le sol et se tordant de douleur, une écume blanche dégoulinant de sa bouche. Ni une ni deux, Luisa se précipita vers elle, suivie de près par Jeanne. Elle devait agir vite si elle ne voulait pas voir cette femme mourir devant ses yeux. Sans hésitations, Luisa sortit de l’une de ses poches une petite plante. Elle essuya du mieux qu’elle put la bouche de la malheureuse, et lui fit avaler le remède.

« Cela ralentira l’effet du poison pendant quelques minutes, mais il faut absolument l’emmener à l’intérieur ! » Horrifiée, Jeanne poussa un cri. « Du poison ? Comment le sais-tu Luisa ?! » « Je reconnais les symptômes. Tue loup. »

L’espagnole aida alors la jeune femme empoisonnée à se remettre sur ses pieds, désireuse de l’emmener au plus vite à l’intérieur de Whitehall avant que les crampes ne reprennent aussi fortement que tout à l’heure.

« Deux empoisonnements en une semaine, mais que se passe-t-il… » murmura Luisa… « Restez forte très chère, vous serez bientôt guérie ! »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Dernière édition par Luisa del Carmen le Mer 6 Mai - 12:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }  Mar 28 Oct - 18:45
Une victime cache parfois un coupable



Dans d’autres circonstances, si le breuvage empoisonné ne lui avait pas fait si mal, la démoniaque jeune femme aurait pu vraiment se délecter de la souffrance, qu’elle avait pu jusqu’à alors infliger à ses ennemis. Elle la ressentait maintenant après tout cette douleur aigüe, tout comme ses victimes et cela ne lui provoquait aucun remord malgré tout. Bien au contraire, c’est peut-être même cette simple idée qui ne lui faisait pas tourner de l’œil, tandis qu’elle rampait désormais entre les plantes de la roseraie. Que faisait donc cette Luisa ? Ces minutes lui paraissaient des siècles ! Et si elle ne l’avait pas entendu gémir ? Sybille n’avait désormais plus la force de crier, que ferait-elle si l’espagnole ne venait pas ? La dose n’était pas mortelle, elle y avait veillé, mais se tordre tel un ver sans que son plan machiavélique ne fonctionne, aurait été un cuisant échec pour la belle brune !

Bientôt des pas se firent entendre ! Sans doute ceux de la goûteuse et de la princesse Jeanne !

Enfin !

Ne contrôlant plus ses membres qui tremblaient comme jamais, elle mâcha sans même pouvoir en décrire le goût la plante que sa sauveuse lui faisait avaler. Par ailleurs, elle ne sentit pas plus le mouchoir dont elle se servit pour essuyer ses lèvres. La jeune fille était comme paralysée à l’intérieur de son corps. Mais elle entendait tout de même …

« Je reconnais les symptômes. Tue loup. »

La garce ! Cette Luisa était décidemment très douée pour reconnaître ainsi ce poison à la seule réaction qu’elle avait eue ! L’infante espagnole était bien entourée, cela était certain ! C’était bien pour cela, que cette dernière pouvait devenir une ennemie de taille. Une de celles que l’on ne doit pas prendre à la légère et sous-estimer. Il faudrait la mettre hors d’état de nuire très bientôt, mais avec toutes les précautions qui s’imposent.

En attendant, il ne fallait pas perdre l’occasion de noircir le tableau de cet empoisonnement et se faire plaindre.

- Ils auront eu ce qu’ils voulaient …

Sa tête bascula en arrière, tandis que les deux femmes tentaient de la remettre sur ses pieds ! Elle marchait tel un automate désormais.

- On m’a toujours tellement haïe ici …

Entre deux hoquets, Sybille parvint même à laisser échapper deux larmes qui coulèrent le long de ses joues, n’était-ce pas digne de la plus grande comédienne ?

" Restez forte très chère, vous serez bientôt guérie ! "


A cette phrase, la belle brune gratifia d’un faible sourire son interlocutrice.

- Merci …

Toutes trois étaient à présent pratiquement à l’intérieur de Whitehall, elles longeaient le long porche. C’est l’instant que choisit Sybille – qui se sentait légèrement mieux - pour se laisser de nouveau tomber telle une masse, ses genoux en porteraient quelques ecchymoses mais tant pis. Ce n’était pas pour rien qu’elle le faisait, à quelques mètres seulement se trouvait la fiole de poison qu’elle avait utilisée. Luisa la verrait t-elle ? Cette fiole en verre brisée était importante, car des armoiries y étaient gravées. Une fausse piste donc pour l’enquêtrice en herbe qu’était cette Luisa ! Qu’importait où ce trompeur indice l’amènerait, tant que ça la conduisait à ne pas la soupçonner elle !

- Un prêtre … je ne peux pas faire un pas de plus …

Les crampes reprenaient de plus belle ! Sybille prit la main de Luisa pour se rattacher à quelque chose, comme une noyée se raccroche à une bouée ! Cette fille la sauverait, elle le savait mais Dieu, cette stratégie était décidément éprouvante et ce même si la fin justifiait les moyens !






Dernière édition par Sybille Parker le Mer 20 Mai - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }  Mer 6 Mai - 13:58
Une victime cache parfois un coupable
SYBILLE & LUISA

Quand la fin justifie les moyens. ✻✻✻ Bien des années en arrière, c’était à la place de cette jeune femme que Luisa aurait pu se trouver. Suffoquant dans la plus grande solitude sur le sol de sa maison, incapable de se mouvoir et de comprendre ce qu’il se passait. Car pendant des mois et des mois, à n’en plus savoir combien, Luisa fut la cible de son propre oncle, prêt à tout pour reprendre ce qu’il considérait lui revenir de droit : les commerces de feu son frère. Mais s’il ne fit qu’une bouchée de la pauvre madame del Carmen, il n’en fut pas de même avec la fille, plus robuste qu’il ne l’aurait crut, et surtout bien mieux protégée…

Dès lors, remèdes et autres antidotes n’eurent bientôt plus aucun secret pour elle, poisons compris. Loin de penser qu’un jour elle en serait spécialiste, Luisa était devenue une véritable experte en la matière. Rien ni personne n’arrivait à la tromper, ou tout du moins pas encore. Cette capacité à déceler le mal, l’espagnole ne faisait que l’étoffer, et rendre plus riche ses connaissances depuis qu’elle était au côté des Habsbourg et prenait part à la protection de la princesse d’Espagne. Le tue loup, Luisa le savait mortel à forte dose puisqu’elle y avait déjà eu affaire depuis qu’elle se trouvait dans le cercle très serré des proches de Jeanne. Fort heureusement pour elle, l’empoisonneur n’était rien d’autre qu’un amateur, la quantité de poison étant bien trop faible pour ôter la vie de quiconque et encore moins de Luisa. Mais si cette dernière pouvait supporter ce genre de choses, cela était loin d’être le cas pour tout le monde, en témoigne cette pauvre jeune femme.

Luisa lui fit avaler tant bien que mal l’antidote qui n’était que de courte durée, avant de la relever et de la soutenir sur ses épaules. Jeanne, désireuse d’aider, s’attela également à la tâche, soulageant un peu Luisa.

« Ils auront eu ce qu’ils voulaient … »

Soutenant la tête de la malheureuse, Luisa s’approcha un peu plus d’elle pour entendre ce qu’elle avait à dire. Ils ? De quoi parlait-elle ? De qui parlait-elle ? Utilisant le peu de force qui lui restait, elle continuait à parler à mi-voix. Et le sang de Luisa ne fit qu’un tour : peut-être avait-elle vu ses agresseurs ?!

« De qui parlez-vous ? Que voulez-vous dire ? » Toujours aussi lentement, les trois femmes continuaient à avancer en direction de Whitehall. « Savez-vous de qui il s’agit ? »

Luisa priait intérieurement pour qu’elle s’en sorte et lui conjura de rester forte tandis que le visage de Jeanne se décomposait de plus en plus à mesure qu’elles s’approchaient de l’entrée de Whitehall et que la demoiselle faiblissait, jusqu’à s’écrouler par terre.

« Seigneur ! » s’exclama la princesse dans un cri.

« Jeanne, priez quelqu’un d’aller chercher mon nécessaire dans ma chambre et faite vite ! Et qu’on prévienne un médecin ! »


Exténuée, incapable de se relever et de faire un pas de plus, Luisa l’allongea sur le sol glacé du palais, retenant toujours sa tête. « Tenez-bon, l’antidote sera bientôt là ! » Une servante de Jeanne, proche de Luisa, était en effet partie en quatrième vitesse dans la chambre de l’espagnole pour ramener le remède. Un médecin ne serait pas non plus de refus après telle aventure.

« Restez avec moi, quel est votre nom ? » lui demanda Luisa, souhaitant la maintenir consciente jusqu’à l’arrivée de l’antidote et du médecin. Attendant sa réponse, Luisa détourna le regard quelques instants, posant celui-ci sur un amas de quelque chose à la surface du sol qui semblait briller, à quelques pas seulement d’elles. Retenant toujours l’empoisonnée, elle héla à l’encontre d’un jeune homme présent à leurs côtés :

« Regardez là-bas ! Qu’est-ce-que c’est ?! »

« Je… je crois que… que c’est du verre Lady del Carmen. »
répondit le garçon.

« Du verre ? » Un court silence s’installa… « Prenez ma place avec elle que j’aille voir cela de plus près. » Et c’était en effet bien du verre brisé, une fiole cassée plus exactement. « Le poison… »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }  Sam 24 Oct - 15:45
Une victime cache parfois un coupable



Le poids de sa tête semblait peser plusieurs tonnes. Fort heureusement, l’espagnole la soutenait sinon elle aurait chuté douloureusement sur sa poitrine tandis qu’elles marchaient. Tel un marin ivre, Sybille voyait également toute la roseraie tournoyait devant ses yeux. Un autre haut le cœur la secoua et elle ne put que vomir sur le côté, épargnant tout de même la robe de sa sauveuse. Ce jeu était décidément cruel, il avait intérêt à porter ses fruits : c'est-à-dire se retirer de la liste des suspects potentiels en devenant une malheureuse victime et surtout porter les soupçons sur quelqu’un d’autre en rentrant dans les bonnes grâce de Luisa.

- Ils auront eu ce qu’ils voulaient …
« De qui parlez-vous ? Que voulez-vous dire ? Savez-vous de qui il s’agit ? »

La jeune Parker voulut sourire, c’était exactement la phrase qu’elle attendait depuis ces longues minutes ! Elle réfléchissait déjà sur le nom de certaines personnes à qui elle voulait qu’on impute quelques uns de ses crimes, mais un autre soubresaut fut le plus fort et elle s’étouffa. Elle attrapa le mouchoir avec lequel la goûteuse avait essuyé un peu plus tôt ses lèvres pour y tousser à sa guise. Criminelle oui, folle peut-être, mais toujours polie. N’était-elle pas une jeune fille de la plus belle noblesse après tout ?

- Tant de monde me déteste … Toute la cour … Je suis sûre que chez lady Cecily, c’est moi que l’on voulait tuer.

Ses jambes flageolantes, elle tituba et s’écroula donc au sol se meurtrissant d’ailleurs les genoux. Elle se mit alors à cracher du sang dans le mouchoir. A cette vue, la panique la submergea, elle poussa un hurlement déchirant, il n’y avait plus guère de comédie.

« Tenez-bon, l’antidote sera bientôt là ! »
- Je vais mourir ! Je vais mourir ! répondit simplement Sybille au comble de l’horreur.

Elle ne l’écoutait plus. Des tâches noires et blanches brouillaient son regard. Elle n’avait plus de forces. Elle avait été d’une stupidité sans nom de jouer autant avec le feu ! Elle aurait dû se préparer davantage, peut-être mieux doser. Où avait-elle commis une erreur ? Elle se maudissait intérieurement.

« Restez avec moi, quel est votre nom ? »

- Jane Boleyn, la grande et l’unique lady Rochford, déclara t-elle dans un accès de délire du au poison s’immisçant de plus en plus dans ses veines, non non , ce n’est pas ça. Sybille Parker, je m’appelle Sybille Parker.

La belle brune était reconnaissante envers celle qu’elle considérait pourtant comme une nouvelle ennemie de tenter de la maintenir consciente.

Ce qui se déroula par la suite, la découverte du verre brisé de la fiole à quelques pas de là et le remplacement auprès d’elle d’un jeune homme, ne la marquèrent pas. Elle était bien trop faible pour cela. Ce qu’elle entendit, ce furent des bruits de talons. Le médecin ? Quelqu’un revenant avec le nécessaire de Luisa ? Elle l’espérait de tout cœur et priait pour que ce ne soit pas ce maudit prêtre que pourtant elle avait demandé ! Rendre le dernier soupir avec un représentant catholique serait une torture ! Elle avait beaucoup à confesser mais à un suppôt de la reine, jamais !

Lorsqu’elle sentit un liquide couler dans sa bouche, la jeune femme malgré une certaine paralysie fut rassurée. C’était l’antidote ! Enfin ! Dans quelques minutes, elle irait mieux. En attendant que ce dernier fasse de l’effet et à bout de force, elle perdit néanmoins connaissance.

A son réveil, elle était adossée contre un muret, un châle placé sur ses épaules. Des courtisans badauds assistaient de loin à la scène. Luisa avec le restant de la fiole à la main se trouvait à ses côtés. Son premier réflexe fut de vérifier qu’elle sentait à nouveau tous ses membres. C’était bien le cas. Sa vision était redevenue normale et elle respirait convenablement. La comédie pouvait donc reprendre ! Les larmes aux yeux, Sybille saisit la main vide de l’espagnole et la serra dans un superbe élan de gratitude.

- Merci de tout cœur mademoiselle. Qui êtes-vous, vous à qui je dois la vie ? demanda t-elle en sachant pertinemment à qui elle s’adressait.

Son regard se posa alors sur le verre brisé.

- C’est donc ça qui a bien failli me tuer ? Avez-vous pu voir quelqu’un s’enfuir dites-moi ? Je ne me rappelle moi-même que de peu de choses, un page m’a servi du vin et la minute d’après, j’ai été secouée de crampes au ventre. Seigneur, quelle lâcheté ! Dire que nous ne retrouverons sans doute jamais le coupable ...

Une autre larme de crocodile coula sur ses joues. La mascarade arriverait bientôt à son terme, mais il fallait la tenir jusqu'au bout.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }  
Revenir en haut Aller en bas
Une victime cache parfois un coupable {Luisa & Sybille }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une fleur en cache parfois une autre.[RP Clos]
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!
» Une victime de l'insecurite dont on en parle pas
» HAITI EST VICTIME D UNE CONSPIRATION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: