AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Sam 20 Sep - 16:51
Non sans un pincement au coeur, je quitte ma chambre en laissant mes enfants à la garde de leur nourrice. J'ai beau savoir qu'Albert n'est pas loin si un problème se faisait sentir mais cette séparation me brise le coeur. Néanmoins, je n'ai guère le choix : le mariage de la Reine approche et j'ai un certain nombre de tâches que je ne peux déléguer à faire avant ce glorieux évènement qui scellera l'alliance entre l'Angleterre et l'Empereur. Il serait en effet des plus inconvenants qu'une faute se produise ce jour-là.

C'est pour cela que je dois me rendre à Londres aujourd'hui. Organisée comme je le suis, j'ai dressé une liste hier des lieux auquel je dois me rendre. Cela me permettra de rentrer plus rapidement auprès de mes trésors. Même si je vais certainement m'attarder dans une boutique pour leur ramener un présent, je ne veux guère perdre de temps dans ce qui me semble peu important aujourd'hui.

Avançant aussi rapidement que la bienséance me permet, je dirige mes pas en direction de l'entrée du palais pour attendre mon guide. En effet, en raison de l'arrivée prochaine de Son Altesse le prince Philippe, Londres connaît une effervescence sans nom et où une femme relevant de ses couches doit éviter de s'y rendre seule. Aussi, pour tranquilliser mon mari, j'ai demandé à un membre de la garde de m'accompagner. Il sera en quelques sorte mon chaperon (je sourie à cette pensée en me remémorant les jours précédents mon mariage avec Albert qui étaient assez drôle en y repensant) et permettra d'éviter que certaines personnes peu recommandables m'importunent. Ainsi, mon mari a convenu avec celui qui va m'accompagner de l'heure du rendez-vous sur la place d'entrée de Whitehall. J'avoue ne guère savoir de qu'il s'agit, tant j'étais occupée à profiter de la présence de mes petits cadeaux.

Aussi, c'est pourquoi je me trouve être au lieu du rendez-vous légèrement en avance. Légèrement à l'écart de la foule rejoignant le palais en ce début de matinée, j'attends le dos parfaitement droite que mon escorte arrive pour me rapprocher de ma voiture qui m’emmener vers Londres et ses commerces.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Ven 28 Nov - 9:37



Des affaires urgentes à mener
Isabelle et John
Comme à mon habitude, je me réveille très tôt ce matin. Environ deux heures avant le levé du soleil. Je me prépare et m’habille d’un pantalon marron orné d’un ceinturon, d’une chemise froissée de couleur beige, d’une veste sans manche en cuir brun, pour enfin enfiler mes gants et mes bottes de la même matière et couleur. J’attache ensuite mes cheveux mis long en arrière afin de dégager mon visage. Ainsi, je ne ressemble pas vraiment à un garde royal, encore moins au commandant, mais à un modeste noble partant à la chasse. Je peux alors enfin allé m’entrainer sur le terrain. La journée s’annonce cependant longue. En effet, les préparatifs du mariage entre la reine Mary et Philippe sont bien avancé de mon coté… Plus rien à faire ? Impossible ! Cette idée m’aurifie.

Mes collègues me rejoignent quelques heures plus tard à la caserne, ils discutent entre eux tandis que je range ce que j’ai laissé trainer durant mon entrainement. Nous sommes alors prêts pour commencer nos rondes matinales. Je demande en effet à quatre hommes de venir avec moi, partage les autres en plusieurs petits groupes et leur indique leur zone de surveillance. Mon équipe se dirige vers les alentours du palais. Je scrute avec précision les environs, tenant mon rôle très à cœur, quand soudain, dans le silence du matin, des chuchotements viennent chatouiller mes oreilles. Je me retourne vers mes gardes qui papotent tranquillement, fronce légèrement les sourcils et gronde.

    « Vous ressemblez à des commères en furies en discutant ainsi ! »

Tout les trois lèvent brusquement la tête vers moi et s’excusent, gênés par leur manque d’inattention. Je ne suis pas trop sévère mais tout de même, il y a des limites. J’esquisse un sourire pour les rassurer.

    « Qui a-t-il pour vous perturber à ce point ? »

    « Commandant, le duc m’a demandé gracieusement d’accompagner son épouse, Isabelle d’Isembourg, pour faire des emplettes en ville. Cependant, ma femme est malade et je voulais profiter de cette journée plutôt calme pour m’occuper d’elle. »

    « Pourquoi ne demande tu pas aux autres ? » Dis-je en levant un sourcil, interrogatif.

    « Tous indisponible… et je ne voulais pas m’imposer à vous. »

Après quelques secondes de réflexion, je souffle doucement. Après tout, cela égaillera peut être ma journée.

    « Occupe-toi de ton épouse, je m’occupe de la duchesse. »

Après moult remerciement, je les congédie. Le soleil est déjà haut dans le ciel, la chaleur et les rayons attiseront d’avantage de monde en ville cette après midi. Je décide alors de garder ma tenue vestimentaire. Il ne faut pas non plus que j’attire trop l’attention… d’autant plus que le futur mariage oblige les nobles à sortir de leur rempares, et attise donc les brigands à sortir leur poignard.

&&&

Je glisse mon épée dans son étui, accroché à mon ceinturon, ainsi que mes deux haches, camouflées dans mon dos. Je profite en effet de cette journée simple pour sortir mes deux bijoux, forgées par mes propres mains quand j’étais très jeune et améliorées par la suite. Je prends alors la direction du point de rendez vous avec la jeune duchesse. Sur la route, je me rappelle qu’elle et moi ne nous sommes jamais parlé. Quelques regards par ci par là, et encore, je ne pense pas qu’elle fut intéressée par l'apparence ni par les paroles d’un garde royal, et espère qu’elle me reconnaitra… ou pas d’ailleurs.
J’arrive sur la place d’entrée de Whitehall, observant les alentours pour reconnaitre la jeune femme. Alors que je l’aperçois enfin, je me dirige avec enthousiasme vers elle, remarquant au passage que la voiture est déjà prête pour nous mener aux commerces de Londres. Enfin arrivé prêt de la duchesse, son regard intrigué fixé sur moi, j’attrape délicieusement sa main afin d’y poser un baisé tout en m’inclinant en marque de respect.

    « Madame… vous êtes resplendissante. » Dis-je d’un ton calme.

Je libère alors sa main afin de me redresser. Plantant mes yeux bleutés dans les siens, le sourire aux lèvres. Attendant sagement une réaction de sa part.





Dernière édition par John Herbert le Ven 26 Déc - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Ven 28 Nov - 18:43
Bien que je sois d'apparence impassible, je commence à m'impatienter et l'inquiétude commence à gagner peu à peu mon cœur. Et si c'était une manœuvre d'Albert pour m'éloigner de force de mes petits pour leur faire souffrir sans le vouloir mille et un maux ?

Doucement, je vois l'horloge de Whitehall poursuivre sa course lentement. Je prends rapidement la décision qu'au prochain tintement de cloches si je ne suis pas dans mon carrosse pour la ville, je remonte chez la nourrice. Au diable si je dois m'excuser auprès de l'escorte que mon tendre aimé ait bien voulu me fournir mais je ne resterai pas plus longtemps que nécessaire loin de mes trésors !

Soudain, je remarque un homme se diriger avec en train vers moi. Je ne peux m'empêcher d'être intriguée. Je n'ai en effet jamais vu cet homme et voir autant d'audace dans son attitude à mon égard est déconcertante, je dois l'admettre. Toutefois, je me fais la réflexion qu'il peut s'agir de mon escorte. Néanmoins, si telle est le cas, je dois reconnaître que je ne l'imaginais pas ainsi !

Il est peut-être enthousiaste à l'idée de me voir, mais il n'en demeure pas moins un véritable gentleman puisqu'il prend même le temps de baiser ma main. Je dois reconnaître que c'est rafraîchissant de voir ce comportement car ces temps-ci, je n'ai guère eu la chance d'en observer de semblable.

-Madame… vous êtes resplendissante. Me complimente l'homme.

Seigneur ! Si je n'étais pas éperdument amoureuse d'Albert, je serais en train de roucouler devant cet homme fort bien fait comme une des jeunes filles qui font partie de ma suite ! Fort heureusement, je parviens à ne pas rougir sous ce compliment pour déclarer en hochant la tête pour le saluer :

-Je vous remercie, monsieur. Toutefois, je crains que nous ayons point été présentés, même si vous semblez me connaître. Seriez-vous mon escorte que mon mari a fait mandé ? Interroge-je avec politesse. Je suis d'ailleurs désolée que vous deviez consacrée une partie de votre journée à assurer ma sécurité, sachez que nous vous dédommagerons comme il se doit pour cela.

Bien que je comprenne les attentions d'Albert, je ne pouvais m'empêcher de me sentir désolée de le déranger dans son travail quotidien. Pour cela, je m'arrangerai avec Albert pour que l'homme en fasse de nous soit dédommager comme il se doit.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Sam 29 Nov - 20:57



Des affaires urgentes à mener
Isabelle et John
Tandis que je viens de saluer poliment la duchesse, elle hoche la tête, l'air impassible, en guise de salutation. Jetant un bref coup d’œil derrière elle, je remarque alors qu’aucunes dames de compagnies ne l’accompagnent… J’espère qu’elle ne me demandera pas de conseils pour ses futurs achats. Je ne suis qu’un homme, et qui plus est qu'un simple soldat, et je ne me vois pas du tout « homme de compagnie ». Mon attention se porte à nouveau sur Isabelle, qui s'adresse gentiment à moi. Confus de ne pas m'être présenté avant.

    « Pardonnez moi ma lady, je suis en effet votre escorte... John Herbert, pour vous servir. »

Qu’elle connaisse ou non mon rang, je ne veux pas préciser. Qu’importe mon statut, je suis avant tout un garde lion qui veille sur la sécurité de la reine et de sa cour… Quel qui soit, et qui n’hésitera pas à sortir ses crocs.
Je tourne la tête vers la voiture et le cochet, puis lève brièvement la main en sifflant. Ce dernier réagit au quart de tour, monte sur son carrosse et s’avance sur le chemin pour s’arrêter le plus prêt de nous. A nouveau, mon profond regard se plante dans celui de la demoiselle et un sourire amusé s’affiche sur mes lèvres. De l’argent ? Moi ? Je n’en ai pas besoin.

    « Je vous remercie, mais je me dois de refuser… votre satisfaction est mon argent, et mon bien le plus précieux. »

Rien que la vérité : Il n’existe pas plus dévoué à la royauté que moi. J’hoche à nouveau la tête pour la remercier, mon sourire encré sur mes lèvres, puis tend la main en direction de la voiture.

    « Si madame est prête, nous pouvons y aller. »

Je me dirige alors, à ses cotés, vers notre carrosse. Je lui ouvre généreusement la porte en lui tendant la main, à plat. Elle pose sa paume contre la mienne puis monte la petite marche afin de pouvoir s’asseoir à l’intérieur. Je m’installe ensuite au coté de la duchesse et tape doucement deux coups sur la paroi avant du carrosse, le cochet ordonne alors à ses chevaux d’avancer. Ils se mettent en route en poussant un petit hennissement.
Le silence s’installe et mon regard se porte sur le paysage défilant. Je ne suis pas bavard, en tout cas pas tant qu’on ne me le demande pas. Le respect est avant tout ma priorité, surtout dans ce cas là. J’ignore le caractère de la jeune femme. Aurait-elle préféré être seule qu’en ma compagnie ? Si elle veut que je sois aussi silencieux et discret que son ombre, je le serais. J'en suis largement capable.





Dernière édition par John Herbert le Ven 26 Déc - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Sam 6 Déc - 18:37
Avec un ton charmeur, mon interlocuteur me confirme être mon escort et déclare être John Herbert. J'incline ma tête à cette information. Je ne peux m'empêcher de penser que son nom me rappelle ma Trèves natal. Herbert est un nom familier à mes oreilles mais il me semble impossible que je le connaissais avant ce jour !

En guise de dédommagement, je lui propose de le rembourser comme il se doit pour le dérangement. Néanmoins, le brave homme refuse prétextant agir seulement pour ma satisfaction. Quel gentleman ! Peu d'hommes auraient eu sa réaction. Cette qualité l'honore !

-J'insiste, monsieur Herbert ! Réplique-je avec insistance. Mes affaires risquent de prendre un certain temps et je crains que nous soyons guère rentrer pour dîner. Laissez-moi vous offrir le repas !

De toutes façons, je ne lui laisse guère le choix, il serait des plus inconvenants pour moi de ne pas le faire !

-Si madame est prête, nous pouvons y aller. Déclare le soldat alors que le carrosse se soit rapprochés de nous sur son signe.

J'acquiesce tandis qu'il m'ouvre la porte pour que nous puissions nous mettre en route. Un silence s'installe tandis que nous dirigeons vers la ville de Londres. Je me décide alors à engager la conversation pour éviter que le temps s'égraine bien lentement.

-N'ayez crainte, déclare-je d'une voix douce. Je n'ai guère l'intention d'acheter de robes ou de bijoux. J'aurais besoin d'acheter des affaires pour entretenir une correspondance, des livres et des jouets pour mes enfants. Avez-vous une idée de quel ordre de boutique pourrais-je faire pour ne pas perdre inutilement de temps ? Je reconnais que ma connaissance de Londres est parfois incertaine sur certains endroits !

Même si j'ai déjà établi une succession de lieux à visiter, je préfère avoir un avis extérieur fiable afin de pouvoir retourner rapidement auprès de mes enfants.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Jeu 11 Déc - 8:51



Des affaires urgentes à mener
Isabelle et John
Son insistance au prêt de moi me fait sourire. Elle veut a tout pris me récompenser pour mes services mais je n'accorde pas beaucoup d'importance à l'argent. Je souffle doucement lorsqu'elle finit par me proposer un repas et fait une légère révérence pour la remercier. Elle ne va certainement pas lâcher le morceau alors autant ne pas se battre, et accepter tout de suite.

    « Si cela vous fait plaisir, Lady... j'accepte et vous en remercie. »

Je l'invite ensuite à monter dans le carrosse et lui offre mon aide pour cela. Un silence s'installe tandis que le cochet se met en route. Ce silence n'est pas dérangeant ni pesant pour moi, j'ai l'habitude. Mon métier est après tout basé sur ça : la discrétion, le calme et le silence, un lion sage attendant qu'on ouvre sa cage pour devenir agressif.
Je tourne la tête vers elle et plante mon regard dans le sien alors qu'elle s'adresse à moi avec une extrême douceur. Je souris doucement.

    « Cela me rassure. Je suppose que pour vous porter conseil, vous auriez fait appels à des dames de compagnie, pas à un simple soldat. » Dis je avant de rire doucement. « Je ne vous cache pas que je ne suis pas très à l'aise en terme de suggestion vestimentaire! »

Alors que je finis de rire. Je réfléchis ensuite un instant à sa question. Ce n'est pas à mon habitude de faire des achats en ville, mais je connais malgré tout les rues par cœur et donc, les différentes boutiques.

    « Je connais en effet une librairie réputée au centre ville. Il y a un large choix de livre et des outils de correspondance de qualité. » Dis je avant de marquer une pause. « En ce qui concerne les jouets, il me semble avoir vu une boutique deux rues plus bas. Mais je ne sais guère ce qu'elle vaut. »

Elle est donc une jeune maman. Voila pourquoi elle semble pressée que cette journée se termine. On m'a toujours appris que l''instinct maternelle est plus fort que tout... malheureusement pour moi, je ne l'ai connu qu'une courte période de mon enfance.

    « Comment s'appel vos enfants? Si ce n'est pas trop indiscret. »





Dernière édition par John Herbert le Ven 26 Déc - 21:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Ven 19 Déc - 10:12
Avec une certaine forme de soulagement, je l'entends accepter que je paye notre repas. Mon honneur n'aurait surement eu du mal à l'accepter. Après tout, il est déjà assez aimable de bien vouloir quitter son service pour m'escortez sur la demande de mon mari, je m'en serais voulu si je n'avais pu le remercier un peu.

Installée dans le carrosse, j'entreprends d'engager la conversation afin d'écourter au maximum mon éloignement auprès de mes enfants. Même si je sais qu'ils ne leur arrivera rien avec Albert à leur côté, je ne peux empêcher l'angoisse de me serrer le coeur.

-Cela me rassure. Je suppose que pour vous porter conseil, vous auriez fait appels à des dames de compagnie, pas à un simple soldat. Je ne vous cache pas que je ne suis pas très à l'aise en terme de suggestion vestimentaire !
Ris mon interlocuteur.

Je lui adresse un sourire avant de déclarer :

-N'ayez crainte ! Même Albert, mon époux, n'est jamais réellement à l'aise quand il m'accompagne pour faire les boutiques, quand bien même il fasse tout pour le cacher ! Et puis, vous n'êtes surement pas le dernier à ne pas savoir accorder les couleurs ou les tissus entre eux, il n'y a qu'à avoir certaines personnes à la Cour ! Déclare-je malicieusement.

Je ne donnerais, bien entendu, pas de noms mais il n'est guère difficile de savoir à qui je fais allusion. On ne voit que trop des femmes au corset si serré que leur poitrine en ressort presque avec une robe au très large décolleté ou encore des hommes qui portent des bas et une veste totalement différente, preuve qu'ils n'ont pas du remettre entièrement leurs habits après leur visite chez leurs amantes. Pour peu qu'on soit observateur, la Cour est décidément l'endroit le plus révélateur des secrets des nobles anglais !

-Je connais en effet une librairie réputée au centre ville. Il y a un large choix de livre et des outils de correspondance de qualité.
M'indique Monsieur Herbert en répondant à ma question. En ce qui concerne les jouets, il me semble avoir vu une boutique deux rues plus bas. Mais je ne sais guère ce qu'elle vaut.

-Merci de vos informations, Monsieur Herbert. Je pense qu'il serait plus judicieux pour nous d'aller d'abord au centre ville avant que la foule ne se fasse davantage plus dense.

Forte de cette idée, je hèle le cocher pour qu'il prenne la direction de cette librairie. Autant le faire avant que le cocher ne puisse m'entendre !

-Comment s'appellent vos enfants ? Si ce n'est pas trop indiscret.

La question du garde amène un doux sourire sur mes lèvres. Je ne pense qu'au vu de celui-ci, il est difficile de douter de l'amour que je porte pour mes enfants !

-Ils s'appellent Marie Isabelle et Charles Albert. Ils sont nés le 7 juin dernier. Notre surprise a été très grande de voir que je portais plusieurs enfants mais Albert et moi sommes plus que ravis de cette double naissance ! Il est vrai que nous avons du acheter en urgence un deuxième trousseau pour enfant mais ils nous comblent de bonheur et je remercie Dieu chaque jour de nous avoir donner cette joie.

Ce n'est que la pure vérité : après le drame que j'ai connu il y a deux ans maintenant, c'est une joie de pouvoir serrées entre mes bras deux poupons vigoureux et en bonne santé.

-Et vous, Monsieur Herbert, connaissez-vous aussi cette joie d'être parent ? Sourie-je à son intention.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Sam 20 Déc - 13:36



Des affaires urgentes à mener
Isabelle et John
A sa remarque sur certaines personnes vivants à la cour, un large sourire amusé apparait sur mes lèvres. Elle a beaucoup de courage pour dire ce genre de chose devant moi. Enfin, cela restera bien entendu entre nous, je ne suis pas du genre a lancer rumeur et méfait. Cependant, ce qu'elle dit est bien vrai. Je ne suis pas doué pour accorder les couleurs et les genres de tissus, mais le suis bien plus que certain noble aristocrate au gout très étrange.

    « Vous avez amplement raison. »

Je lui indique ensuite les boutiques pouvant répondre à ses désirs. J'acquiesce a sa remarque et est surpris de la voir prendre l'initiative de demander au cochet de viser le centre ville car, en effet, à cette heure ci et par ce beau temps, la foule ne va pas cesser de s'accroitre.
Afin de continuer la conversation, je lui demande le nom de ses enfants. Je remarque aussitôt dans son comportement et son regard tout l'amour qu'elle leur porte. Attendris, j'écoute attentivement ses mots.

    « J'imagine la joie que cela a du apporter a vous et votre époux. »

Sa question laisse paraitre ensuite un léger froid dans mes yeux, mon sourire trésaille légèrement. Je ne peux soutenir son regard, gêné et je l'avoue, un peu triste. Je détourne donc le mien et me racle légerement la gorge avant de répondre.

    « Lady, je risque ma vie chaque jour depuis que notre bien aimée reine a fait son apparition... je ne veux pas infligé ça à une femme et des enfants. »

Je souris à nouveau et plante mon regard dans le sien. Après tout, il n'y a pas de quoi se morfondre.

    « Mais qui sait, l'avenir nous le dira! » dis je joyeusement.

Le vacarme de la foule se fait de plus en plus entendre. Le cochet semble penné a la traverser. Je regarde alors par la fenêtre et est surpris par le monde déjà présent ici. Je souffle doucement.

    « Nous ne sommes plus très loin, et je pense qu'il serait plus judicieux de continuer a pied. »

Je repose mon attention sur la jeune femme qui valide mon choix sans hésitation. Je fais donc pars de notre décision au cochet qui obéit immédiatement, soulagé. J'ouvre la porte du carrosse, descend et tend ma main afin que la duchesse descende a son tour les marches. Quelques regards se portent vers nous. J'observe les alentours un instant tandis que nous commençons a marcher en direction de la boutique. Nous pouvons déjà l'apercevoir et ne tardons pas à l'atteindre. J'ouvre à nouveau la porte et laisse entrer poliment Isabelle. Le silence s'installe alors, je souffle. Ca fait du bien.

    « Quel vacarme. Il y a déjà une foule épouvantable. » murmurais je.

Je porte alors mon regard sur le magasin. Il est immense. Il y a de très haute bibliothèque, où sont posés des échelles étroites, embellit de nombreux livres de toutes tailles. Le libraire nous accueille chaleureusement. Je lui sourie et fais un geste de la tête en guise de salue.
Je suis la jeune duchesse en lui laissant quand même un espace vital large. Il n'y a rien a craindre ici... en tout cas normalement. Mon attention diverge et se pose sur une grande vitrine de plume. Il y en a des tas, de toute taille, toute couleur, toute forme. Surprenant. Ce ne sont que des plumes pourtant.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Mar 30 Déc - 17:43
Galamment, Monsieur Herbert demande le nom de mes enfants. Je ne peux m'empêcher de m'enthousiasmer. Mes enfants sont désormais ceux que j'ai de plus précieux.

-J'imagine la joie que cela a du apporter a vous et votre époux.

-J'ajouterais également la fatigue ! Continue-je avec un sourire heureux. Même si nous avons des nourrices, il n'est pas rare que nous soyons appelés en pleine nuit par nos enfants car ils réclament notre présence. Mais ce ne sont que de piètres dérangements devant le bonheur qu'ils nous amènent.

A mon tour, je l'interroge sur d'éventuels enfants qu'ils pourraient avoir. Cependant, sa réponse démontre le contraire :

-Lady, je risque ma vie chaque jour depuis que notre bien aimée reine a fait son apparition... je ne veux pas infligé ça à une femme et des enfants. Mais qui sait, l'avenir nous le dira !

-Monsieur Herbert, je suis d'accord avec vous : le destin réserve effectivement bien des surprises. Je prie pour que vous puissiez connaitre également le bonheur.

Même si cela ressemble à des paroles de convenance, je le pense sincèrement. Je n'imaginais pas que mon mariage m'apporterait autant de bonheur alors, qu'est-ce qui empêcherait à cet homme de connaître l'amour ?

-Nous ne sommes plus très loin, et je pense qu'il serait plus judicieux de continuer a pied.


A sa remarque, je m'aperçois finalement que la foule s'est faite dense autour du carrosse tant j'étais prise par ma discussion. Je hausse la tête afin de montrer mon accord. A mon geste, mon escorte donne rapidement des ordres au cocher afin que nous puissions descendre. Tandis que Monsieur Herbert sort le premier de la voiture, j'enfile une cape assez simple et légère à mes épaules. Inutile d'attirer davantage l'attention par un déploiement de luxe dans ces lieux non habitués à cela. Alors que je descends du carrosse aidée par le garde, je manque de froncer les sourcils face à cette foule dans les rues. Finalement, Albert avait peut-être raison en insistant pour que je prenne une escorte...

-Quel vacarme. Il y a déjà une foule épouvantable. Murmure Monsieur Herbert en rentrant dans la boutique.

-Je ne peux que vous donner raison. Lui réponds-je également dans un murmure avant de me diriger vers le vendeur.

Sans m'attarder, je lui expose rapidement l'objet de ma recherche, à savoir une traduction en latin d'un ouvrage grec que mère m'a recommandé dans sa dernière lettre en plus de me féliciter pour la naissance de ses petits enfants. Par chance, le vendeur le possède et compte me vendre l'ouvrage à un prix raisonnable. Toutefois, avant de payer, je lui demande à ce qu'il mette dans le paquet du papier et de l'encre. Il est en effet difficile d'écrire si on ne possède pas ses choses. Rapidement, l'argent est échangé et je quitte la boutique en remerciant le vendeur pour son accueil tout en avertissant mon escorte que je sors de la boutique. Il s'agit effectivement d'une bonne adresse, Monsieur Herbert est de bon conseil.

Me voilà de retour au beau milieu de la rue bondée, mes achats dans mes bras. Je suis en train de chercher Monsieur Herbert des yeux quand on me tourne violemment. Il s'agit d'un homme au visage mal rasé et celui-ci déclare :

-Z'êtes perdue ma p'tite dame ? J'peux vous aider à trouver la taverne la plus proche !

-Je suis une femme mariée, monsieur ! Déclare-je froidement, nullement intéressée par son offre.

Malheureusement pour moi, cet homme ne connaît pas la définition du mot non et se montre d'une insistance qui frise l'indécence. Monsieur Herbert, où êtes-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Sam 3 Jan - 22:34



Des affaires urgentes à mener
Isabelle et John
En effet, l'avenir nous le dira. Si seulement on avait la capacité de le lire pour savoir ce que demain nous réserve. Je lui propose ensuite de continuer notre route à pied. La foule est en effet d'une densité monstrueuse. Une véritable marée humaine. Nous sommes donc descendu du carrosse et sommes parvenu à atteindre la boutique. J'attend alors sagement qu'elle finisse ses petites affaires. Je capte l'avertissement de la duchesse et sors de la boutique, juste derrière elle.

Je m'apprête à lui prendre ses affaires afin de la décharger mais, subitement, un paquet glisse du sac et s'écrase sur le sol sans qu'elle ne le remarque. Je me penche pour l'attraper et, en me redressant, mon cœur bondit comme si il souhaite jaillir de ma poitrine.

    « Lady ? » Dis je en observant autour de moi, limite paniqué de ne plus l'avoir dans mon angle de vue.
    * Quel bougre d'imbécile je suis! * Pensais je, en colère contre moi même.

Je m'avance alors, me glissant d'une manière vivace dans la foule. Mon instinct me guide et j'arrive enfin derrière elle. Je ne l'ai perdu qu'une seule petite minute, qu'un homme l'a déjà lourdement accosté. Il lève la main. Je ne peux pas dire ce qu'il s'apprête à faire mais, sans une once d'hésitation, son bras fut stoppé par le mien. J'attrape en effet son poignet en le tordant légèrement. Il grimace et se plie face à moi. Je le fusille du regard.

    « Non d'un chien, vous m'faite mal ! » Se plaint il.

Je souffle alors, pour calmer mon impulsivité ravageuse et le lâche. J'aurais pu lui casser le bras rien qu'en serrant d'avantage mon étreinte mais ce n'est pas mon genre, plus en tout cas. D'autant plus qu'Isabelle est a nos cotés. Il me lance un regard haineux en se tenant le bras.

    « Va t'en avant que mon humeur ne change! » Ordonnais je avec sévérité.

Il ne me défie pas longtemps du regard, se tourne et s'en va. Je porte alors mon attention sur Isabelle, inquiet.

    « Lady, pardonnez moi. Il ne vous a pas fait de mal j'espère! » Dis je en l'observant dans les moindres détails puis, soulagé, j'ajoute. « Vous avez perdu quelque chose.»

Je remet alors le petit paquet dans le sac, qu'elle tient encore dans les bras, puis la débarrasse. Une lady n'a pas a porté elle même ses affaires. Je souffle puis lui souris, rassurant.

    « Continuons notre chemin voulez vous? Je ne vous quitte plus des yeux. »

Tenant les paquets d'un bras, je m'avance vers elle et pose ma main dans le haut de son dos. En garde très rapproché, je la mène à la seconde boutique, un peu plus reculé par rapport à la foule. Le coin est donc plus calme. De nombreux jouets sont disposés dans la vitrine. Je laisse donc un peu plus d'espace à la jeune femme.



HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Jeu 5 Fév - 18:55
Me voilà désormais dans de beaux draps ! Cet homme qui m'a accosté est des plus agaçants et des plus impolis ! Seigneur ! Je suis une femme mariée, très heureuse depuis la naissance de mes deux anges ! Pourquoi irais-je donc accepter sa proposition déplacée ?

-Allez m'dame ! Continue-t-il de manière insistante. J'vous p'omets que vot'mari en sera rien !

-Et je ne suis toujours pas intéressée, bonne journée ! Déclare-je d'une voix polaire en essayant de lui faire renoncer à cette idée.

J'écarquille les yeux en le voyant lever la main. Diantre ! Il ne va pas oser, j'espère ! Pendant quelques brèves secondes, je ferme les yeux dans l'attente d'un coup qui ne vient pas. Je rouvre les yeux pour voir la main de l'homme être arrêté par Monsieur Herbert. Avec un couinement fort peu noble de soulagement, je me rapproche de mon escorte. Il ne faut que peu de temps pour que l'importun disparaisse sous le regard noir du garde. Je ne peux m'empêcher de soupirer de soulagement. Je pense que ce soir, je ne remercierais jamais assez mon bien aimé époux d'avoir autant insisté pour que je sois accompagnée !

-Lady, pardonnez moi. Il ne vous a pas fait de mal j'espère ! Vous avez perdu quelque chose.

Aux mots de Monsieur Herbert, un sourire rassurant fleurit sur mes lèvres.

-N'ayez crainte, Monsieur ! Vous êtes intervenu à temps ! Je vous remercie d'avoir pris le temps d'emporter un paquet malencontreusement oublié.

Je le vois prendre mon sac transportant mes affaires afin de me décharger. Je le remercie de son geste quand bien même ce n'est pas lourd pour moi à transporter.

-Continuons notre chemin voulez vous? Je ne vous quitte plus des yeux.

-Soyez sans crainte, je ne m'éloignerai pas de vous, sauf si vous m'en donnez l'ordre. Acquiesce-je en me rapprochant davantage.

De toutes façons, avec la foule se densifiant dans Londres je n'ai guère le choix de le faire. En temps normal, j'aurais protesté de sentir la main du garde dans mon dos mais là, cela ne vient même pas à l'esprit. Je me sens même rassurée d'être proche de cette présence rassurante. Quand on arrive à destination, je soupire de soulagement. Cette boutique se trouve dans une ruelle plus calme que la précédente boutique. Je remarque à peine Monsieur Herbert me laisser un peu d'espace pour que je puisse regarder la vitrine avec attention. Je mets peu de temps avant de tomber en admiration face à un petit jeu en bois.

-Oh Monsieur Herbert ! Dis-je en interpellant le garde. Ne trouvez-vous pas ce jeu en bois adorable ? Il sera surement parfait pour mes enfants ! Sourie-je, le regard débordant d'amour à l'évocation de mes enfants.

Albert dirait que j'en fais surement trop pour nos enfants. Je ne trouve pas que ce soit le cas. Je les aime plus que tout au monde, pourquoi devrais-je le cacher ? C'est donc avec un certain empressement que je me décide à entrer dans la boutique pour faire mon achat. Je prends toutefois attention à ce que mon escorte me suive à la fois en entrant et en sortant de la boutique. Je n'ai eu de cesse de m'extasier devant mon achat. Il est bien plus incroyable que je ne l'imaginais derrière cette vitrine !

Cependant, alors qu'on sort de la boutique, une voix semble nous interpeller. Je fronce les sourcils en direction du garde afin de lui demander du regard si c'est bien nous qu'on interpelle ou si c'est un effet de mon imagination. Dans le doute, je décide de me rapprocher davantage de Monsieur Herbert. La prudence est mère de sureté comme on dit !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Mar 10 Mar - 13:28



Des affaires urgentes à mener
Isabelle et John
Je remarque l'inquiétude d'Isabelle qui observe les environs en détails. Je reste donc tout prêt d'elle tandis que nous nous dirigeons en direction du magasin de jouet. Une fois arrivée devant la vitrine, je lui laisse un peu plus d'espace afin qu'elle puisse admirer les marchandises. Je souris lorsqu'elle s'adresse à moi.

    « Il est ravissant en effet. » Répondis je gentiment en la suivant à l'intérieur.

Elle semble ravie de sa trouvaille et le suis également pour elle. Son bonheur est en effet le mien. J'attrape le paquet et tiens le tout avec mon bras gauche.

Nous venons a peine de faire un pas dehors qu'une voix grave nous interpelle. Je tourne la tête afin de voir à qui nous avons affaire. Cinq hommes sont plantés là. L'un d'eux est le vieux bougre qui a tenté d'agresser la jeune femme tout à l'heure. Il nous regarde, l'air fière et satisfait. L'homme qui s'est adressé à nous est devant tout les autres, le chef certainement. Il est grand, bien plus grand que moi, et assez imposant.

    « C'est toi qui a osez t'en prendre a mon père? » Grogna t'il.

    « Si tu parle de ce vieux diable, je ne dirais pas que c'est moi qui l'ai agresser. Il a tenté de s'en prendre a la lady ici présente. Je n'ai fais qu'intervenir. » Répondis je poliment, sans tarder.


L'homme pose son regard sur la jeune femme tandis que, par instinct, je me rapproche légèrement d'elle. Il ne devait aucunement porter son attention sur Isabelle mais la garder sur moi. Je lance alors d'un ton arrogant.

    « La prochaine fois emmène ce pauvre fou au bordel. Ça lui évitera d'importuner n'importe qui et de s'attirer des problème. »

Il fronce les sourcils en reposant ses yeux sur moi et grogne à nouveau.

    « Est ce que tu t'moque de moi? »

    « Gustave... » Murmure bruyamment son compagnon prêt de lui, sans qu'il ne réponde.

    « Oh non. Je n'oserai jamais défier un géant comme toi! » Ajoutais je ironiquement.

    « J'vais t'éclater la tête contre un mur avant d'm'occuper d'ta donzelle! »

    « Gustave!? » Lance a nouveau l'homme d'à coté.

Ma main libre se pose machinalement sur le manche de mon épée. La lame chante tandis que je la sors de son fourreau quelques centimètres à peine.
L'homme s'apprête a s'avancer vers nous comme un barbare mais son ami l'attrape au bras.

    « Gustave! J'connais ce gua! Tsai... C'est celui qu'est toujours a côté d'la reine. J'crois que c'est l'commandant d'cette foutu garde! »

Le géant est surpris en regardant son ami. Son regard noir se porte à nouveau sur nous, il est silencieux, il hésite. Je ne tarde pas à lancer.

    « Ne soit pas stupide Gustave. Si tu t'avance encore d'un pas, ta tête et celle de tes amis finiront détaché de vos épaules. Je ne suis pas certain que les pulsions de ton père vaille le coup. Tu n'est pas d'accord? » Dis je brutalement.

Il grogne et fait une grimace. Il est plutôt laid comme bonhomme. Mon regard soutient cependant le sien, sans défaillir, tandis qu'il se détourne enfin.

    « On se reverra Herbert! » Lanca t'il avant de s'éloigner avec ces compagnons.

Je souffle, soulagé de ne pas avoir besoin de me battre, puis remet mon épée comme il faut dans son fourreau. Mon attention se porte sur la jeune femme qui est là, immobile, tétanisé. Je souris, amusé et rassurant.

    « Je vous en prie lady, reprenez votre souffle. Je n'aurais pas assez de bras pour vous portez, vous et vos achats, jusqu'à votre voiture.» Dis je gentiment.




Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  Mar 14 Avr - 15:25
Décidément, si je n'étais pas mariée à mon cher Albert, j'aurais pu envisager d'épouser Monsieur Herbert si celui-ci avait mon rang. En effet, par bien des manières, l'homme me semble être tout à fait un homme aux nombreuses qualités. Je ne serais guère surprise si on me disait qu'il est courtisé par bon nombres de dames. Néanmoins, s'il est un parti plaisant, je ne suis pas prête à tromper mon époux. Aucun homme ne saurait le dépasser dans mon coeur, pas même le galant garde qui m'accompagne à l'intérieur de la boutique pour que je fasse mes derniers achats.

Seulement, tout manque de déraper à notre sortie de l'échoppe. On est en effet accosté par des hommes réclamant vengeance pour celui qui m'a accosté il y a peu. Je ne suis guère à l'aise et je me rapproche un peu plus du garde dans l'espoir de me faire oublier. Mon attitude est risible, il est vrai mais n'est-ce pas son rôle de m'escorter pour m'éviter un quelconque danger ?

Alors que notre interlocuteur s’empourpre à la répartie de Monsieur Herbert au point d'en venir aux mains, je suis tétanisée par la peur. Dieu ! Je ne devais faire que quelques achats, pas me retrouver au milieu d'une bagarre de rue !

Puis, aussi soudainement que cela avait commencé, les hommes s'en retournent là où ils sont partis en professant des menaces à l'encontre de Monsieur Herbert. Le seul avantage à cette rencontre mouvementée que je peux voir est que je sais désormais pourquoi le nom de mon escorte m'ait si familière. Il ne s'agit rien de moins que le commandant de la garde royale ! Diantre ! Albert a-t-il vraiment mandé le commandant pour mon escorte ou est-ce simplement une circonstance du hasard ? Je ne saurais dire à ce sujet mais je suis tout de même bien contente que le garde ait été là. Je ne veux guère imaginer si cela n'avait pas été le cas !

-Allons, Monsieur ! Finis-je également par plaisanter après que ce dernier l'ait fait pour chasser ma peur. Je n'ai pas défailli le jour où la douleur m'a serré les entrailles pour m'offrir mes enfants et encore moins les jours où je m’échinais encore à ne pas revêtir des robes de grossesses alors que ma grossesse avançait, je n'allais surement pas le faire aujourd'hui !

Même si cela était, je l'admets, particulièrement tentant de le faire, surtout au moment où Monsieur Herbert a dégainé l'épée et que le sang allait couler.

-N'ayez crainte, je serais capable de me rendre de moi-même à la voiture sous votre escorte ! Sourie-je d'un air rassurant. De plus, ne vous ai-je pas promis un repas, commandant ? Connaîtriez-vous une adresse des plus acceptables ? Il est certes tôt pour déjeuner, je comprendrais si vous refusiez et je suis tout à fait à même d'attendre notre retour au palais de Whitehall si vous avez des obligations à remplir, Monsieur Herbert.

Je ne veux guère m'imposer plus longtemps. Si j'avais su que c'était le commandant de la garde royal, je me serais arrangée pour hâter davantage mes achats. Je m'en veux qu'un homme de son importance ait pris de son temps pour m'escorter alors qu'il aurait pu oeuvrer aux préparatifs du mariage de la Reine Mary !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]  
Revenir en haut Aller en bas
Des affaires urgentes à mener [PV LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: