AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Confessions intimes  Lun 29 Déc - 18:12





Septembre 1554
Londres

Chère Agnès,

M
a très chère amie, je vous écris cette lettre en espérant qu’elle vous trouvera en parfaite santé malgré votre état. J’aimerai tellement que vous soyez à Londres pour que nous puissions nous entretenir de vive voix. Comment vous portez-vous ? Le temps est-il clément en Ecosse ? Vous me connaissez assez pour savoir que je ne vous écris pas uniquement pour vous demander des nouvelles, bien que je sois inquiète pour vous. Une grossesse est toujours source d’inquiétude et d’angoisse même si nous sommes déjà passées par cette longue attente et cette délivrance bien venue. Vous pouvez me confier toutes vos peurs, en espérant que vous viviez une seconde grossesse paisible, si vous en ressentez le besoin. Entre femmes, nous pouvons nous soutenir.

Ma présente lettre est un appel au secours. Oh ! Je ne vous demande pas de venir me rejoindre même si votre présence m’aurait donnée beaucoup de joie. Il serait égoïste de ma part de vous quémandé une telle chose surtout que vous êtes loin et enceinte. Je suis désolée mais la petite fille en moi recherche de l’attention et une amie …Il est difficile parfois de rester adulte quand on aspire à de la tendresse. Mon cœur a besoin de se livrer à la seule personne qui m’a toujours écoutée et conseillée. Vous savez toujours quoi me dire même si vos paroles ne sont parfois guère plaisantes. Le secret que je souhaiterai vous confier est connu d’une autre personne … Cette dernière est aimable parce que jamais elle n’a utilisé cette information contre moi. Nous sommes désormais proches … mais mon âme ressent le besoin de vous en parler. Je sais que vous saurez trouver les mots pour apaiser mes angoisses.

Oh ma chère amie ! Qu'est-ce que j'ai bien pu faire ? Pourquoi me suis-je conduite ainsi ? Agnès, j'ai besoin de vous ! J'attends avec impatience votre lettre.

Caitlyn Shelley.
© sobade.




Dernière édition par Caitlyn Shelley le Dim 18 Jan - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Confessions intimes  Lun 29 Déc - 20:16


Confessions intimes


Feat Caitlyn & Agnès




Septembre 1554, Édimbourg

Chère Caitlyn,

Je vous remercie de m'avoir adresser votre missive, je vais vous répondre de ce pas. Tout d'abord, je peux dire que mon état est stable, je fais toujours d'odieux mauvais rêves. Et, mon fils, mon petit Alexander me manque. Je ne sais pas quand je le reverrais, il est entre les mains de cette femme ! J'ai si peur pour lui. J'espère que William a gardé la lettre que j'ai écrite pour mon fils si jamais … Le destin m'aurait rappelé à lui. Je n'ose vous déranger ma chère amie. Comment allez-vous ? Et votre petite fille ? Il me semble qu'elle est bien jeune ? Prenez soin de vous trois, mon amie. Sinon, pour répondre à votre question, je dirais que la météo est clémente bien qu'il fasse froid et vous à Londres ? Quelles sont les nouvelle de Londres ? La Reine se porte bien ?

Ce n'est rien ma chère amie, je comprends. Moi même, j'aimerais tant être à Londres avec vous, mais également avec Anne, Priam, mon cher meilleure ami mais aussi mon fils et mon époux. Mais malheureusement, je ne pouvais pas rester. Qu'est-ce qui ne va pas ma chère amie ? De quoi avez-vous peur ? Est-ce votre ami qui vous fait tant souffrir ? Ne se comporte-t-il pas comme un chevalier ? Quel est ce secret qui vous tourmente mon amie, dites moi le, je serais le garder comme une tombe. Personne ne saura sauf Dieu. J'aimerais vous serrer dans mes bras et vous bercer pour vous aider. J'aimerais être là pour vous consoler. Dites, je suis toujours. Je ne vous jugerais. Je ne vous mépriserais pas mon amie. Je vous le jure, j'en fais serment devant notre Seigneur. Je vous considère comme une sœur, une grande sœur avec qui j'aime rire et partager mais également l'épauler. Oh Caitlyn, nous sommes si différentes mais nous aimons nos enfants, on ferait n'importe quoi pour eux.


Ce n'est pas de votre faute Caitlyn, je ne sais pas ce qui s'est passé pour vous. Mais, c'est notre destin. J'en suis sûre que vous saurez braver les marées. Vous êtes une guerrière, battez vous pour les gens que vous aimez. Laissez votre chagrin de côté et armez vous de patience. Je vous souhaite de réussir dans vos entreprises, je sais que vous réussirez. Ne perdez jamais espoir. Si la lumière de l'espoir meurt, nous mourrons.

Enfin, avez-vous avancé pour le français ? Un jour, je pourrais vous présenter à mon cher ami Priam ou si vous le voyez en Angleterre, présentez vous comme mon amie, il sera heureux de vous aider. Il est un mentor exceptionnel.

Je vous embrasse chère amie, chère sœur
Que dieu veille sur vous et la petite princesse Juliet.

Agnès Livingstone









© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Confessions intimes  Dim 8 Fév - 19:17





Septembre 1554
Londres

Ma très chère Agnès,

J
e vous remercie de me répondre aussi rapidement mais il ne fallait pas tout arrêter pour moi. Vous avez bien d’autres choses à faire ! Vous êtes la proie à de mauvais rêves ? Que racontent-ils ? Les mauvais songes sont souvent l’expression de nos peurs les plus secrètes et de nos angoisses. Vous sentez-vous angoissée ma chère amie ?

Je me porte bien … même si la mélancolie gagne parfois mon cœur. Fort heureusement, Juliet occupe mes journées pleinement pendant que mon époux est par monts et marrée. Je me demande si un frère ou une sœur ne serait pas une bénédiction pour Juliet. C’est une enfant adorable, pleine de vie mais j’ai peur qu’elle finisse par s’ennuyer ou devenir gâtée par toutes les attentions que l’on lui porte. Theon ne cesse de me dire qu’une grande fratrie serait parfait pour le domaine … Je sais bien qu’il est nostalgique ! Il est issu d’une famille nombreuse, il n’a jamais été seul. Il ne veut pas cela pour Juliet mais nos relations sont tendues ces derniers temps. Je reste incapable de répondre à son affection. Theon est tellement exubérant … Je suis désolée, je ne vais pas vous ennuyer avec de telles histoires bien qu’elles soient à l’origine du secret que je souhaite vous confier.

La pluie tombe à averse ces derniers temps. Les gens sont maussades à Londres. Je suis pressée de quitter la capitale pour passer l’hiver dans le Derbyshire. Je n’aime pas du tout la capitale. Je suis bien obligée de me montrer à la Cour de sa Majesté car ma sotte de belle-sœur risque fort de nous causer des ennuis avec ses idées révolutionnaires. Sa Majesté se porte à merveille … mais des bruits de couloirs courent actuellement sur son état de santé. On raconte qu’elle doit manger pour deux désormais et que la fatigue la prend bien trop souvent. Je ne saurais vous dire si tout cela est vrai. J’attends une annonce officielle mais je serai très heureuse si notre bonne reine était enceinte. Un héritier pour la couronne ! Une telle perspective me plonge dans une euphorie sans pareille.

Ma chère Agnès, il est fort dommage que vous ne soyez pas présente à Londres actuellement car nous aurions pu nous retrouver lors de la joute organisée par le Roi. Je dois y être présente avec Théon … mais en ce moment, je n’ai pas franchement envie d’être vue en sa compagnie. J’ai bien l’impression que mon époux connait le secret dont je m’apprête à vous parler.

*Ici Caitlyn va écrire en français*


Oh ma chère et douce Agnès ! Vos paroles sont réconfortantes mais hélas elles ne peuvent pas apaiser mon angoisse. Je ne sais comment vous annoncer ce secret qui pèse sur ma conscience. Je ne suis pas fière de mon comportement … Je vais vous raconter toute l’histoire ainsi vous serez plus apte à juger de mon comportement. Nous étions invités à la fête que donnait la cousine de mon époux. Cette dernière organise des fêtes incroyables, généralement elles sont masquées mais cette fois-ci elle souhaitait fêter le printemps, nous devions donc porter des robes blanches avec des fleurs partout. Je n’ai guère appréciée cette exigence mais nous n’allons pas discuter de cela maintenant. Lors de cette soirée, Theon faisait comme si je n’étais pas là. Il est parti rejoindre son cercle d’amis et m’a laissée seule au milieu de la foule. Je sais bien que sa position l’oblige à entretenir des relations étroites avec les personnes les plus importantes de ce royaume mais il aurait pu rester avec moi ou m’emmener saluer ses connaissances avant de me laisser retrouver mes amies. J’étais furieuse après lui … je dois aussi vous avouer, Agnès, que nous nous étions disputés au sujet de Juliet. Theon trouve que je materne trop notre fille et qu’il est grand temps que cette dernière soit confiée à une gouvernante pour que je puisse porter un second enfant. Je ne veux pas d’un autre enfant alors que je n’aime pas mon mari ! Il a beau être fou de moi, ce n’est pas réciproque ! Partager sa couche m’angoisse !

Je cherchais un moyen de me venger du comportement de mon époux quand ce bel officier est arrivé. Nous avons discuté, ri et dansé … avant de nous rendre sur la terrasse pour prendre l’air. Je sais bien que mon comportement était parfaitement déplacé. Je suis une femme mariée, au rang social important, maman d’une adorable petite fille… Pourquoi a-t-il fallu que j’agisse comme une enfant ? Oh Agnès ! Je n’ose même plus regarder Theon quand il m’adresse la parole. Je suis cruelle avec lui. C’est un très bon époux ! Pourquoi ne puis-je pas l’aimer ? Vous êtes toutes folles de vos maris … moi je suis aussi froide que les tempêtes de neige qui tombent sur notre chère Angleterre. Je suis une odieuse personne, Agnès. Je ne mérite pas votre amitié, ni l’amour de mon époux.

Je comprendrais si vous ne désirez pas répondre à cette lettre ou mettre un terme à notre amitié quand vous aurez lu ma confession. Une personne aussi belle que vous ne peut pas rester en contact avec une personne aussi odieuse que moi.

Je vous embrasse ma tendre amie.
Que Dieu vous garde, vous et votre enfant à venir.

Caitlyn Shelley.
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Confessions intimes  Lun 9 Fév - 18:45


Confessions intimes


Feat Caitlyn et Agnès


Novembre 1554 à Édimbourg,
Ma chère amie,

Je vous prie de m'excuser pour le retard de cette lettre, j'ai eu quelques problèmes dans ma vie. Concernant mes rêves, je rêve souvent que j'accouche puis je m'éteins. Je suis inerte sans vie, glacée sans vie. En effet, je suis angoissée de perdre mon enfant ou de mourir en couche … Si je meurs, que va devenir Alexander ou William ? Ils seront seuls … Sans moi . Je ne pourrais pas vivre sans eux.

Qu'est-ce qui vous tracasse chère amie ? Juliet est une adorable petite fille. Elle vous ressemble ma chère amie. Peut-être qu'elle aura une petite sœur ou un petit frère mais je vois qu'avec votre époux, ce n'est pas facile. Que s'est-il passé entre vous ma chère amie ? Est-ce qu'on vous a forcé à l'épouser ? Oh chère amie, j'espère que cela va s'arranger entre vous. Il est bon avec vous et le père de votre enfant mais s'il vous cause du tord, pourquoi restez vous avec lui ?

Oh ma chère amie, je déplore votre temps maussade anglais, chez nous, il fait froid. Elle a des idées révolutionnaires ? A-t-elle embrassé l'ancienne religion dans le pays que sa Majesté a rétabli ? Je suis ravie d'entendre que la Reine porte le fruit de son mariage. Je l'ai entendu dire … Concernant mon pays, nous avons eu des événements sanglants, vous avez du entendre la terrible affaire du Samain, des protestants nous ont attaqué, j'ai failli mourir mais je remercie mon cousin de m'avoir sauvé.

Je ne sais pas quoi dire face à ce secret ma chère amie, n'ayez crainte, je ne vous juge pas. Je ne souhaite pas que vous soyez privée de votre fille, je suis privée de mon fils et croyez moi, je pleure toutes les larmes de mon cœur. Mon fils n'est pas avec moi, il est avec une autre femme. Mon pauvre garçon. L'amour ne vient pas comme cela, chère amie. Il arrive quand on s'attend le moins, autrefois, j'ai aimé un homme avant mon époux, un jeune garçon écossais mais quand j'ai rencontré William, je savais que je devais renoncer à cet amour de jeunesse pour pouvoir aimer William. J'ai eu trois amours dans ma vie, enfin j'en ai trois, mon ancien amour, William et mon fils Alexander. Un jour, vous aimerez Theon, n'ayez crainte, ça pourra prendre le temps nécessaire mais vous l'aimerez.

Viendrez-vous dans un moment lorsque j'aurai accouché de mon enfant ? Serez-vous présente lors de mes couches ?

Avec toute mon affection,

Agnès



© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Confessions intimes  
Revenir en haut Aller en bas
Confessions intimes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sortie entre filles ou confessions intimes ? || Devis & Enoria.
» Les jumelles - Confessions Intimes
» » Confession intime « || pv. Menthe Poivrée
» Confessions intimes [PV Tetsuya]
» Sacrements, Pastorale, Confessions à toute heures, Bureau de Gwendoline Von Wittelsbach.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: