AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Jeu 22 Jan - 21:08



Rosemay De Roy
La Cour d'Ecosse, Edimbourg

Damian Louis Blackwood
Londres

Mon très cher Damian,

J
e me permets de vous écrire cette missive afin de vous dire à quel point, vous êtes cher à mon coeur. Je ne pensais pas que je pourrais trouver un homme aussi noble et humble d’esprit tel que vous. Ceci est très rare. Gardez cet état d’esprit autant que vous le pouvez, j’admire votre droiture et votre noblesse. La noblesse ne vient point du sang, il vient du coeur, ceci vous sied fort bien. Je me permets de vous écrire de mon temps libre, regardant le magnifique temps automnale donner cette chaleur aux terres froides et indomptées de l'Ecosse. Le pays est magnifique en cette saison et semble réchauffer notre coeur meurtri par le froid mordant. Par ma fenêtre, je vois le vent souffler et faire virevolter les feuilles aux magnifiques couleurs vives. Le rouge , le jaune et l’orange formant un paysage harmonieux. Je vous parle de ce spectacle car il me fait penser à vous, chaque jours, je me lève avec ce besoin presque vital de vous voir et de vous entendre me courtiser tel un gentleman. Nous partageons les mêmes idéaux et mes sentiments amicales pour vous, sont très intenses. Chaque jours, j’espère vous voir revenir et me conter vos magnifiques voyages à travers le monde entier. Que j’aimerais être à votre place et sentir cette odeur si salée et envoûtante de la mer, découvrant les horizons et leurs merveilles. Que j’aimerais vous ouïr de vos plus beaux souvenirs et de découvrir à mon tour, ces cultures ancestrales. Que j’aimerais être en votre compagnie à cet instant. Pour le moment, je chéris nos souvenirs de nos moments passés ensemble, de votre sourire et de votre noblesse. Nos souvenirs me donnent cette envie irrépressible de sourire.

Je garde en moi cet espoir de vous revoir un jour à la cour d’Ecosse, car comme vous devez le savoir, vous êtes le bienvenu dans notre contrée. En tout cas, j’espère qu’en Angleterre, vous vous plaisez agréablement à la cour de la reine Mary et que vous êtes en excellente santé par rapport aux temps incertains qui courent. Pour ma part, je vais fort bien, attendant avec impatience votre retour dans notre chaleureuse cour. Sans vous, les journées me semblent moins ensoleillés , les rires et les brouhahas des nobles me semblent fades. La vie me paraît beaucoup plus monotone sans vous, à mes côtés, mes rires se tarirent et semblent moins sincères. Tous ces mots pour vous dire à quel point, vous me manquez et je fais part de mon inquiétude face à votre absence qui se fassent de plus en plus pesante dans mon coeur.





Mes sentiments les plus sincères,
Votre amie Rosemay
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Ven 23 Jan - 17:42



Damian L. Blackwood
Londres, Angleterre

Rosemay De Roy
La Cour d'Ecosse, Edimbourg

Ma très chère Rosemay,

S
i j'avais su que vous alliez à ce point me manquer, je vous aurez enlevé et emmené avec moi sur mon navire. Je suis très heureux d'avoir de vos nouvelles et de revoir sur papier le doux élancement de votre écriture si douce et parfaitement posée. La vie semble suivre son cour pour vous, bien plus tristement que je ne l'aurais cru et je suis désolé que mon départ en soit la cause... Ici le temps est tumultueux et pas seulement par la faute du manteau brumeux que l'impitoyable tamise jette sur Londres. La terreur fait rage dans le royaume, partout des gens semblent mystérieusement disparaître... Je tourbillonne donc dans la stratosphère d'une multitude de complots, qui me rendent de plus en plus inquiet pour ma nièce.
Faite Attention à vous ma douce, l'Ecosse ne sera surement pas épargnée par tout ce tapage. Je vous en conjure ma chère prenez garde à vous !

Mes contraintes familiales ne me permettent pas de venir à vous en ce moment, mais pas un jour ne passe sans que je ne pense à vous. Lorsque mes yeux se ferment, je vois votre doux visage. Vos traits harmonieux et angélique réchauffent mon âme glacée par le froid hivernale de Londres. Je repense à vous, à nos longues promenades dans les grands parcs Écossais. Depuis votre rencontre, je ne regarde plus un seul arbre de la même manière. Je vois aujourd'hui la beauté que je ne voyais autrefois que dans la mer dans chaque parcelle de paysage qui m'entoure. Serait-il possible que vous ayez su ouvrir mes sens à autres choses que la beauté énigmatique de l'océan ? La vie me semble toujours plus savoureuse lorsque vous êtes prêt de moi.

Vos avis enflammés sur le monde, votre regard doux et enfantin sur la vie, la simplicité et le charme de votre rire et de vos gestes, me manque plus que tout au monde. Je vous ai promis un jour de vous faire découvrir le monde et ses beautés et je jure de tenir promesse. Un jour peut-être cela sera vous qui me conterez vos aventures ? Après tout, en tant que dame de compagnie de la reine, vous devez être au centre de palpitantes histoires ? Je vous sais très attaché à votre rôle de Dame de compagnie auprès de votre reine et je sais que votre cœur et votre âme ne peuvent lui être infidèle pour me rejoindre ici. Mais si votre reine vous le permettez et bien sûr si le cœur vous en dis, je serais l'homme le plus heureux qu'il soit si vous me rejoignez à Londres. Vous avez fait naître en mon cœur un amour que je ne pensais jamais être capable de ressentir.

Je vous laisse ma chère du bout de ma plume, mais mon cœur reste votre ici et à jamais.



Avec amour, votre dévoué
Damian L. Blackwood
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Sam 24 Jan - 16:19



Rosemay De Roy
La Cour d'Ecosse, Edimbourg

Damian Louis Blackwood
Londres, Angleterre

Mon très cher Damian,

V
otre réponse ne m’a pas laissé indifférente, j’ai senti mon pauvre coeur se mettre abattre d’une façon affolante. Vos mots, vos compliments à mon propos m’a fait rougir. Etrangement, une quiétude m’a envahit en lisant votre lettre et votre écriture soigné. Il en va de soit que je ferais attention à moi, mais la cour écossaise est beaucoup moins vicieuse que celle de la cour anglaise. Les hommes sont cupides et avides de pouvoirs, ne cherchant que l’avarice auprès des autres. Les cours royales sont tels que la devise romaine, “ ceux qui ne craignent pas ton pouvoir, a du pouvoir sur toi”. Prenez-garde à vous, ne cédez pas à cette tentation si enivrante qu’est le pouvoir, n’écoutez pas Satan et ses vices. N’écoutez pas l’Enfer et ses maux. Soyez auprès des miséreux , et des coeurs solitaires, entendez-les, aidez-les, car tout comme nous, ils sont des enfants de Dieu.

Ce tapage m’inquiète, je crains une guerre mon très cher ami. Entre les protestants et les catholiques. J’aime ma Reine, la considérant comme la plus belle et la plus sage d’entre toute mais quelque chose me gêne dans cette histoire. Je vous fais confiance pour garder ce secret. Je trouve sincèrement que cette guerre de religion, que les réformes ne sont qu’une chose inutile. Dieu est bon envers tous ceux qui veulent bien y croire en lui. Chacun devrait avoir sa façon de pensée, de vénérer Dieu. Ainsi tout cela, tous les meurtres au nom du Saint Esprit seront épargnés. Pour ma part, il ne faut pas salir son nom et son âme pur dans une guerre qui aurait pu être évité. Ses disparitions me fendent le coeur et je prie pour ses pauvres âmes infortunées, espérant que l’Ecosse et ses belles terres soient touchées par tout ce sang et cette cruauté. Malgré cette nouvelle inquiétante, je garde espoir qu’un nouveau jour se lèvera et que tout cela nous soit pardonné par le Roi Eternel.

C’est ce que j’apprécie chez vous et j’espère de tout mon âme et de tout mon coeur, que cela ne changerait jamais. Les hommes ne respectent pas les femmes, ne les jugeant pas à leurs justes valeurs. Vous respectiez mes paroles, et j’espère que vous tiendrez vos promesses. Hélas, je ne peux point partir pour la cour d’Anglais. Il faut me comprendre mon très cher Damian, mon coeur me dirige vers vous, mais mes devoirs et ma dévotion envers ma reine. J’ai fais des promesses en jurant sur la Sainte Bible de la servir et lui être fidèle quoiqu’il m’en coûte. Je suis une femme d’honneur, je lui ai donné ma parole et une place particulière dans mon coeur, j’affectionne la Reine et sa sagesse, ainsi que cette même passion que nous avions pour les livres, leurs poésies, leurs sagesses et leurs histoires fascinantes d’amour. Mon coeur vous appartient, ne vous en doutez pas mais mes mots et mes devoirs le sont à elle. Ne vous méprenez pas sur mes mots.

Retenez mes mots les plus sincères que mon coeur hurle d’une façon convaincante et persuasive, d’une façon intense que cela m’en est presque insupportable. On se retrouvera, d’une manière ou d’une autre. Au fond de mon âme, et de tout mon coeur, le destin nous réunira. Je le sais que trop bien. Je m’arrête sur cette belle promesse remplie de force et d’intensité.


Avec toute ma tendre affection à votre égard,
Rosemay De Roy
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Mar 27 Jan - 14:33



Damian L. Blackwood
Londres, Angleterre

Rosemay De Roy
La Cour d'Ecosse, Edimbourg

Ma très chère Rosemay,

S
i le moindre doute persistait encore sur la force de mes sentiments envers vous, ils sont dès à présent et à jamais balayé par vos mots. Votre écriture si belle et sensible ne me laisse comme toujours pas indifférent. Je me languis de vous mon amour, de vos douce mains dans les miennes, de votre sourire et de la grâce du moindre de vos gestes, pas un seul jour ne passe sans que je pense à vous. Autrefois solitaire, mon cœur est aujourd'hui habité par votre magnifique personne. Les terres d'Ecosse et leurs embruns magiques me manque parfois. Mais pas autant que vous et la rayonnante beauté qui est votre.

Je suis heureux de vous trouver en ces quelques lignes plus en forme est enjoué que lors de notre écrit précédent. Je suis heureux de voir que mes mots sont autant de paix pour vous, que les vôtres le sont pour moi. La cour et ses tumultes n'a point changé ma vision du monde. J'essaie de me tenir loin de ses tracas guerrier entre catholique et protestant. Je pense qu'il me faudra tôt ou tard prendre parti ou alors devrais-je fuir encore ? L’Angleterre m’a tant manqué, pas un jour n'a pas passé depuis mon départ sans que je m'en languisse. Un homme qui perd ses racines n'est guère plus qu'un vagabond et pour rien au monde je ne souhaite le redevenir.

Ne perdez en rien votre espoir ma douce. Les temps sombres, ne sont pas fait pour durer. Même la pire des tempêtes mon amour finit toujours par laisser passer les rayons du soleil salvateur. Je connais l'attachement que vous avez pour vos devoirs et votre terre. Jamais je ne pourrais vous demander en quoi que ce soit de trahir votre serment à envers celle qui est votre reine. Je ne vis pour ma part que dans l'espoir de vous revoir au plus vite.

Je me demande parfois quel est le cours de vos journées ? Continuez-vous à lire ? Ecrivez-vous toujours de la poésie ? J'ai pour ma part suivie votre conseil et j'ai ainsi entamé l'écriture de mes nombreux voyages sous forme d'un grand journal de mes nombreux souvenirs. J'aimerais avoir la permission de mettre dans mes écrits quelques lignes sur vous-même ? Je ne me le permettrais que si vous mi autoriser. Je sais à quel point vous êtes discrète et réservé, je ne me permettrais donc jamais d'écrire quoi que ce soit sur vous sans votre autorisation.

Je vous laisse une fois de plus à contre cœur. La flamme de la bougie qui m'éclair défaillit, contrairement à celle de mon amour pour vous, qui grandit de jours en jour et de nuit en nuit encore plus.




Avec amour, votre dévoué
Damian L. Blackwood
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Lun 2 Fév - 9:39



Rosemay de Roy
Edimbourg, Ecosse

Damian Louis Blackwood
Cour d'Angleterre, Londres

Mon très cher Damian,

E
n lisant votre lettre, mon affection envers vous ne fait que s'aggrandir de jours en jours, de minutes en minutes, de secondes en secondes, je vous attends et j'espère de tout mon cœur que ma Reine reviendrait à Londres, séjourner à la cour, pour vous voir. Chaque jour, je vous attendrais. Vous et votre âme de poète, vous tenez et respectez les femmes comme elles devaient l'être. Après tout, leur seul désir n'est autre que le bonheur et l'amour, enfin, pour la majorité. Votre cœur humble n'est pas faite pour la décadence des cours, même le miens semble parfois désespérés par les tumultes des cours royales. J'ai trouvé en vous plus qu'un ami loyale dont tout le monde pourrait avoir votre confiance. La gourmandise et la cupidité ne sont jamais bons pour les Hommes. Dieu ne nous en interdit de s'en approcher. Ecoutez sa voix, plutôt que celle de Satan, c'était tout ce que je vous demande pour votre cœur. Il est bon envers tout le monde qui veut bien croire en lui, il pardonnera aux mécréants, aux pêcheurs, car il est celui qui pardonne. Je ne crains rien, tant que vous êtes encore en vie et remplis de cette sagesse noble pour affronter la cour Anglaise, que vous avez la santé et que Satan, ainsi que ses vices n'ont pas sonné à votre porte pour que vous l'écoutiez. Il en vient de mon plus grand souhaite. Vous m'avez comprise, je ne crains que son jugement dernier et votre prise de goût pour les pêchers ainsi à la décadence des cours.

Je m'inquiète pour vous que mon cœur en soupire. Chaque matin, je me lève avec une pensée inquiète à votre égard, j'aime lire le fait que vous vous portiez bien et que vous êtes toujours celui qui prône la sagesse plutôt la guerre. Que vous respectiez mes engagements et mes valeurs avec une telle affection à mon égard, que cela me semble irréel. Vous êtes la seule personne qui n'a jamais fait cela pour moi et je remercie tous les cieux tous les jours, pour vous avoir rencontré. Vos conseils me manquent, et je ne veux point de faire des choix entre vous et ma Reine. Vous me comprenez mieux que quiconque. Je préfère rester cette femme de parole amoureuse à l'idée même de l'amour, sans cette parole, sans ma Reine, sans vous, je ne serais plus qu'une fille aigrie, un rat de bibliothèque qui attends un jour son preux chevalier, une jeune lady disgraciée de sa famille et qui ne vit qu'au dépens de la Reine. Elle a tant fait pour moi, elle a rendu ma vie meilleure, c'était mon éclairci dans cette tempête et j'en suis fort soulagée que vous comprenez pourquoi je ne peux faire ce choix. La Reine est celle qui m'a sauvé de ma disgrâce et vous êtes sans doute l'homme qui a le plus d'importance dans mon cœur.

J'en suis sûre que votre livre aurait énormément de succès auprès du monde entier, je prie pour cela. Votre âme de poète conquira tout le monde comme elle a conquis mon cœur bien avant votre départ, je ne me fais point du soucis pour ce roman et je suis fortement heureuse que vous avez décidé de parler de moi dans ce roman. Cela serait vraiment trop d'honneur plus que j'en aurais pu recevoir lors d'un mariage arrangé et je ne peux qu'accepter face à votre demande, un grand sourire aux lèvres, le cœur conquis face à tant d'affection à mon égard de votre part. Mes sentiments et mes émotions sont en ébullition face à cette demande et j'aimerais pouvoir vous enlacer à travers mes mots et de vous déclarer à quel point, vous êtes l'homme le plus extraordinaire que j'avais rencontré durant ma courte vie. Bien sûr que je lis toujours , et écrit toujours des poèmes qui sont loin de rivaliser avec les votres et ce gentilhomme Priam , si vous le voyez, vous enverrez mon affection pour pour ma part et celle de ma Reine, je sais qu'elle l'apprecie autant que moi. Continuez vos efforts, écrire ces mots magnifiques qui me font rêver et mon admiration pour vous ne fait que s'accroître devant tant de sagesse et d'honneur.

Je vous laisse, je vous ai écrit entre deux devoirs pour ma Reine, je dois retourner la voir et veiller à son bien être tel est mon serment. Je vis avec l'espoir de vous revoir bien vite , et je prie chaque jour tout en veillant à tenir ma promesse envers ma sauveuse qu'on se reverra, que vous viendrez à moi ou à Londres. De toute manière, je vous retrouverais toujours. J'en fais ma promesse, mon serment.




Avec toute ma tendre affection.
Rosemay de Roy
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Dim 15 Fév - 15:32



Damian L. Blackwood
Londres, Angleterre

Rosemay De Roy
La Cour d'Ecosse, Edimbourg

Ma très chère Rosemay,

L
a vie me semble de plus en plus pénible sans vous ! Mais heureusement, je pense pouvoir me rendre en écosse très bientôt. En effet, notre très chère amie commune Agnès Livingstone, me convie au baptême de son enfant, dont je serais le parrain. Mon cher ami William me l'a annoncé hier au soir. Vous n'imaginez même pas ma joie à cette nouvelle. Je désirais immédiatement vous en faire par, pour que mes mots puissent réchauffer plus encore votre cœur.

Je suis plus qu'heureux de voir que vos habitudes ne changent nullement. Je me sens chanceux de vous avoir rencontré, et se livre que j'écris vous sera dédié. Mon cher amour, je tiens à vous dire que ma vie a depuis quelque temps pris une tournure étrange... Nous avons en effet vécu un moment de grande frayeur au cours de la chasse royal où je fus invité. Des êtres malveillants s'en son prit à notre roi... Dieu soit loué, cela n'entraîna pas sa mort, mais cet acte n'a fait qu'augmenter la haine et la paranoïa ambiante envers catholique et protestant ! Notre ami Priam était également présent, je remercie le ciel que tout cela ne se soit finalement pas si mal terminé que cela...

Tout cela me pèse grandement néanmoins mon amour. C'est dans ces moments-là que la mer et ses tumultes naturels me manquent. Je me languis de repartir sur les flots. Je pense rejoindre l'Écosse avec mon propre navire ! Il est hors de question que je prive de ce plaisir. Peut-être que lorsque je serais sur vos terres, me ferez-vous l'honneur de naviguer au moins une journée avec moi ? J'ai hâte de voir votre douce chevelure voler au vent, vos traits rougir sous l'air fouettant de la mer. Et plus que tout, de pouvoir enfin vous reprendre dans mes bras.
J'attends avec impatience d'être à nouveau votre. J'espère pouvoir, vous ramenez quelque temps avec moi à Londres. Ce pourrait-il que votre reine accepte cela ? J'ai racheté les terres Blackwood, ou je pense que vous pourrez vous plaire.

Je vous laisse avec mon amour qui ne vous quitte pas. Vous êtes à jamais dans mon cœur.



Avec amour, votre dévoué
Damian L. Blackwood
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit Dim 15 Fév - 18:41



Rosemay de Roy
La Cour d'Ecosse, Edimbourg

Damian BLouis Blackwood
Londres, Angleterre

Mon Tendre Damian,

M
on coeur en est tout retourné par de cette nouvelle, je suis au courant de son état de santé et je me suis même inviter à prendre part à cette accouchement. Que Dieu la bénisse et lui porte chance ainsi qu'à sa descendance. Je me languis déjà de vous voir arriver enfin sur les terres écossaises, de vous serrer dans mes bras et de vous dire à quel point, vous êtes importants dans mon coeur. Vous êtes quelqu'un de bien, quelqu'un de noble et le choix de ma tendre amie d'enfance ne fait que renforcer ce côté. Vous méritiez d'être reconnu ainsi, et être parrain d'un être innocent et précieux me rempli d'une joie immense. Ce petit être aurait de la chance de vous avoir tout comme moi, j'en ai de la chance d'être votre élue de cette attention que vous me portez.

Vous me faîtes rougir par vos compliments et ce livre, je ne suis pourtant qu'une vieille fille qui ne cherche que le véritable amour de sa vie, mais c'est cela qui est bon en vous, vous ne voyez pas cela en moi, mon cher Damian et ceci ne fait qu’agrandir ma grand affection pour vous.

Vous n'êtes pas le seul à avoir vu la cruauté et Satan parler mon cher, à l'heure que je vous écris. On a eu le même problème de ces hommes armés lors de la fête de Samain. Des hommes vêtus de noir, avaient pénétré le château et avait tué bon nombre d'entre nous. Ma reine a eu le temps de s'échapper et moi de sauver quelqu'un. Notre coeur en fête et cette nuit magique s'étaient transformé en un véritable cauchemar qui me laisse encore le coeur meurtri et horrifiée par une telle haine. L'Ecosse en est chagriné par les pertes qui ont été conséquentes. Ce spectacle était vraiment une horreur, la mort et Lucifer avaient toqué à notre porte et nous avait laissé que des personnes gisant sur le sol et du sang qui avait coulé en masse, en cette soirée. A cette pensée, mes yeux revoient l'horreur et ses démons, cela m'en donne la nausée, mon très cher ami.

Je m'en suis sortie en vie, vous devez vous en douter, sans vouloir me vanter, je suis plutôt intelligente et j'ai réussi à faire preuve de courage en sauvant une de mes amies qui m'était cher. Parlons de cette sortie en mer, n'ayez-vous crainte que je porte malheur en montant à bord ? Les marins disent souvent qu'une femme à bord portait malheur à tous les équipages. Je ne pense pas être la bienvenue sur votre navire, bien qu'il ne faut pas se méprendre, c'est l'un de mes plus beaux rêves de monter à bord et de flotter au dessus de l'océan ainsi, on verrait un magnifique horizon se peindre dans l'océan. Le ciel et la mer s'épousant à la perfection. En tout cas, je chéris cette idée de passer une journée avec vous.

Je dois aller prier avec ma reine, ma grande affection reste avec vous et j'espère qu'elle vous portera chance pour venir à moi. Je me languis de vous et j'en suis follement impatiente de vous voir à nouveau tout en vous félicitant pour avoir acquérir vos terres, j'en serais ravie de venir les voir, mon tendre ami, j'essayerais d'avoir une permission de ma reine. Vous me manquez tellement, que mon coeur se rempli d'espoir face à vos nouvelles.


Votre dévouée,
Rosemay de Roy
© sobade.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian - ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
Une relation épistolaire enflammée - Rosemay & Damian -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» Relation Homme-Femme: l'amour serait-elle chimique???
» Rebondissement: Mère de Tristan Banon aurait eu une relation consentie avec DSK
» relation propriétaire - locataire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: