AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Retour aux affaires [PV Gomez]  Ven 30 Jan - 16:12
D'un pas qui se veut calme, je traverse les couloirs de Whitehall. Étonnamment, contrairement à mon habitude, je ne suis pas entourée de demoiselle de compagnie. Il faut dire aussi que je sors de mes appartements. Depuis mon accouchement, j'ai changé mes habitudes et mes demoiselles de compagnie ne doivent plus m'attendre à la porte de celui-ci. Avec leurs piaillements, elles pourraient réveiller malencontreusement mes enfants et ce, quand bien même je les enjoins à demeurer discrète.

A cette pensée, je ne cache pas un soupir. On sent que ce ne sont pas elles qui ont le sommeil dérangé par leurs enfants ! Non pas que je le regrette, seulement, quand on est parents, on chérit plus que tout les moments où des petits dorment. Toutefois, je reconnais que les nourrices que nous avons engagé avec Albert sont d'une aide précieuse. Je n'ose imaginer la fatigue que j'aurais connu sans elles ! Mais cette fatigue, je l'accepte plus que volontiers car j'aime plus que tout au monde mes deux petits anges. Je ne peux que prier pour que notre famille soit heureuse le plus longtemps possible !

En ce moment, mes enfants sont la source d'un profond réconfort tant les nouvelles que je reçois de ma famille à Trèves sont mauvaises. Mon oncle, l’archevêque-électeur de Trèves, m'a écrit il y a quelques jours pour nous informer que notre bien-aimé empereur avait perdu à la bataille de Rently le 4 août dernier face au duc de Guise, un commandant militaire français. Si ce n'est guère la première défaite que l'empereur connaît, celle-ci pourrait lui être préjudiciable. Sa Majesté Impériale commence à ressentir le poids des années et je crains que, sans un retournement en notre faveur, cette guerre devienne affreusement délicate pour l'Empire.

Mon oncle, sans le formuler clairement dans sa lettre, nous demande d'interroger les nobles anglais pour connaître leur opinion quant une possible entrée en guerre de leur souveraine. L'idéal serait que Sa Majesté la Reine Mary soutienne les actions de son beau-père l'empereur. Dans le cas où l'Angleterre s'allie à la France, je crains qu'Albert et moi devions retourner notre duché. C'est une possibilité qui me paraît bien peu probable au vu du récent mariage célébré mais nous nous devons envisager toutes les possibilités.

C'est pour cette raison que je ne m'empresse pas guère pour rejoindre mes demoiselles de compagnie. Je ne veux pas que des indiscrétions de confidences échangées viennent à se faire connaître !

Mon regard se pose sur les courtisans se promenant dans les couloirs. A ma grande frustration, je ne les reconnais pas et sans la moindre connaissance, il n'est guère de bon ton pour demander de tels opinions. Si seulement j'avais un allié en cet instant !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Dim 15 Mar - 0:34
    Je me posais de nombreuses questions sur mon avenir par ici, enfin cela dépends du sens du mot avenir. Disons que je savais clairement que je n'allais pas retourner de façon définitive en Espagne avant un bon bout de temps, mais que je ne savais pas ce qui se dessinais pour moi à la cours du roi & de la reine. Ceci dépendrait surtout de ma quête d'amour qui restait très incertaine pour le moment. Je n'avais pas trouver la perle rare, même si je tentais de la trouver, mais elle était rare, et la rareté ne se trouve pas à tout les coins de rues, fort heureusement d'un côté. Ce n'était pas les belles jeunes femmes qui manquaient pourtant à la cours, mais si j'avais jeté mon dévolu sur l'une d'entre elle, car elle était parfaitement à mon goût, je ne savais pas si elle était aussi emballée que ma petite personne. Il me faudrait avoir une véritable conversation avec la jeune femme, car si elle avait le désir de devenir ma femme, il faudrait organiser le mariage. Je savais que Philippe me laisserait un peu de temps pour moi si l'heureux événement finissait par arriver, mais en attendant, j'étais pour ainsi dire à son service puisque j'étais son ami et un proche conseiller. Il était bien assez grand pour prendre des décisions, mais s'il me demandait conseil, j'étais là pour lui donner mon point de vue. En attendant, je rongeais mon frein dans Whitehall. Je m'entraînais toujours de façon précieuse, j'étais un soldat, alors j'agissais souvent comme tel même si je ne l'étais plus que dans ma tête. Mais je n'étais pas trop pour les fêtes mondaines qui étaient là en tout temps, alors je me devais d'occuper mes journées. J'essayais de parfaire mon anglais également, c'était important même si tout le monde savait que j'étais espagnol, que ce soit à travers mon physique, ou mon accent prononcé. Le plus important était que l'on me comprenne, n'est ce pas ? Oui, alors le but était atteint quoiqu'il en soit. J'étais donc dans les couloirs du palais quand soudain je vis une certaine jeune femme que je connaissais bien : Isabelle d'Isembourg. Elle semble soucieuse, mais je ne sais pas vraiment pourquoi. Pourtant, il ne fait pas de doutes que cela est dû à ces enfants, sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Ven 27 Mar - 15:32
Diantre, même le réconfort d'une pensée vers mes enfants ne parvient à trouver un moyen d'aborder les nobles anglais de Whitehall. Non pas que je sois une personne timide, dès mon plus jeune âge, j'ai été habituée à être en représentation. Il n'y a guère mon mariage et la naissance de mes enfants qui ont réussi à me mettre dans un émoi tel qu'aucun mot ne pouvait s'échapper de mes lèvres. Ce qui me pose problème en cet instant est de trouver un moyen discret de faciliter la tâche que m'a confié mon oncle à mot couvert. Peut-être pourrais-je discuter avec certains nobles si je me joins à l'entourage du couple ducal du Devonshire dans une prochaine fête ? Il faudrait pour cela que je parvienne à convaincre Albert qu'il serait judicieux de nous éloigner une soirée de nos enfants... A moins que ce soit moi-même qu'il faut que je convaincs d'une telle chose ? Je ne saurais le dire. Toujours est-il que cela serait un moyen comme un autre de connaître les opinions.

Tout à mes tracasseries, je ne remarque que tardivement la présence du Comte de Feria dans le couloir que je traverse. A sa vue, mon esprit commence à réfléchir à vive allure. Il y a quelques mois, j'ai accepté bien volontiers de l'aider dans sa tâche de préparer le mariage royal anglais. Peut-être pourra-t-il me présenter à une ou deux personnes qui me permettront de m'acquitter de ma mission ? Cela serait surement qu'un juste retour des choses. De plus, si le comte de Feria doit aussi sonder les nobles anglais, cela sera plus judicieux pour nous d'associer nos forces en cette heure.

Forte de cette idée, je me rapproche discrètement du comte afin de le saluer comme il se doit. C'est en cet instant que j'apprécie particulièrement de ne pas être entourée de mes demoiselles de compagnie. Il suffirait que l'une d'elles comprennent ce que je fais pour avertir la Cour et cela serait particulièrement fâcheux. Certaines choses ne sont guère faites pour être su par tous.

-Seigneur de Figueroa, salue-je d'un geste de la tête en lui tendant ma main. Voilà bien longtemps que nous nous sommes point vu, sans la compagnie de mes magnifiques enfants, bien entendu. Vous devriez les voir monsieur le comte, mon petit Charles-Albert et ma douce Marie-Isabelle ne cessent de grandir. Je peine bien à croire que cela fait déjà quelques mois qu'ils ont quittés mon ventre pour me combler de bonheur.

Tout en parlant avec un évident plaisir de mes enfants, je force légèrement le comte à se rapprocher de moi afin que nous puissions discuter en traversant la galerie. Nombreux sont ceux à se détourner de nous en pensant que je vais parler de mon sujet de conversation favori au comte alors qu'il en est rien. Cela me fait mal au coeur en tant que mère d'utiliser ainsi mes enfants mais leur évocation est des fois le meilleur des camouflages pour parler politique.

-J'ai reçu de biens tristes nouvelles de la part de mon oncle, l'archevêque. Souffle-je d'un ton bas quand la foule des courtisans se fait moins dense. Il m'a informé que notre bien aimé souverain se trouve dans une situation épineuse depuis la défaite de Rently.

Mes mots se font légèrement incertains, comme pour jauger la réaction de mon interlocuteur. Si savoir son avis est important, je ne peux qu'espérer savoir par son biais l'avis du Roi consort d'Angleterre si ce dernier s'est confié.

-Enfin, ce n'est peut-être qu'un revers passager, ajoute-je d'un ton qui se veut léger, ce ne serait guère la France qui mettrait à mal l'Empereur qui gouverne un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. Avec la récente alliance que son fils a contracté avec la Reine d'Angleterre, il me semble inconcevable que ce Prince au grand vertu ne conseille pas à sa femme de porter secours à son beau-père et cousin si la situation devait empirer.

En exposant les faits ainsi, j'espère que le comte pourra me faire part de son avis sur ce qui m'intéresse le plus à savoir connaître les pensées du fils de l'Empereur Charles. Bien entendu, il m'est tout simplement inconcevable que j'aille trahir ses projets si jamais son intime venait à me transmettre quelques brides d'informations !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Ven 27 Mar - 23:43
    Je suis dans ce couloir, comme j'aurais pu être dans n'importe lequel du palais. Mes appartements ne sont pas très loin, mais je n'étais pas obligé de passer par ici. En tout cas, je le suis à présent, et c'est ici que mon regard croisa celui de la jeune femme qui était étonnamment seule et soucieuse. Il était pourtant rare de la voir seule ainsi, mais sans doute l'était-elle pour une bonne raison, une raison que je ne connaissais pas et qui n'avait pas guère d'importance pour ma part, je dois bien l'avouer. Je voulais simplement la saluer, mais elle fait plus que ça, elle fait un geste de la tête et me tends sa main que je baise doucement comme le ferrait un parfait gentleman. Je ne sais pas ce qu'elle a en tête mais je vois clairement qu'elle désire quelques choses de ma part. Elle m'a aidé à organiser le mariage du roi, il y a de cela quelques mois maintenant, peut être veut-elle un retour pour l'aider ce qui me semblerait finalement logique, je dois dire. Je ne suis pas contre cette idée, mais je ne sais pas ce qu'elle désire véritablement. Serais-je capable de lui donner ce qu'elle veut sans que cela ne me porte finalement préjudice ? Je ne sais pas, alors je la laisse parler. Dans un premier temps, elle me parle de ces enfants, ce qui est une évidence. Je n'aime pas le sujet, mais je lui souris car il le faut bien. Je vais même lui répondre.

    " Miss d'Isembourg. C'est un plaisir de vous croiser si seule en effet. Je suis certain qu'ils n'ont pas finis de grandir et qu'ils seront aussi beaux que leur mère. Il ne faut pas en douter. Mais il est sûr que le temps passe plus vite qu'on ne le voudrait parfois. "

    Et oui, cela faisait plusieurs mois que j'étais en Angleterre, je ne savais combien de temps j'allais resté ici, mais au vue de la réussite du mariage entre le roi & la reine, je n'étais pas près de partir. Alors, je faisais en sorte de prendre mon mal en patience en me cherchant une comtesse. J'avais jeté mon dévolu sur une jeune femme, mais je n'étais encore point sur de rien. Mais je me doute qu'elle ne va pas seulement me parler de ces enfants. Elle est seule et apparemment à reçu d'étranges et mauvaises nouvelles. Elle me parlait politique & guerre. Que voulait-elle véritablement ? Je comprenais ce qu'elle désirait mais pour le moment, il semblerait que la situation soit gérable, non ? C'est évidemment le cas, mais si jamais il faut y envoyer des soldats, elle aimerait sans doute le savoir.

    " Ceci est fort fâcheux en effet, mais je ne doute pas des forces en présence cependant. Vous non plus je suppose, vous savez qu'ils savent se battre contre ces adversaires là. "

    Mes propos sont assez flous, je ne dis pas grand chose, car je ne sais pas si cela serait le bienvenue. Je lui souris simplement, je vais voir si elle va vouloir en savoir plus, si elle va vouloir me tirer les vers du nez pour connaître mon réel opinion et par extension, peut être l'opinion d'autres personnes que je ne connaissais que trop bien. En tout cas, je la laisse venir sans toutefois aller contre les convenances bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Dim 17 Mai - 9:59
D'un habile compliment, l'espagnol arrive à me faire rougir comme une jeune jouvencelle. Néanmoins, il s'agit bien de l'un rare compliment qui puisse m'atteindre. Mes enfants et mon mari sont tout pour moi et savoir qu'ils vont ressembler surement à leurs parents me comblent de joie. C'est une pensée bien égoïste je l'admets mais n'ai-je pas le droit d'espérer ce genre de chose ?

-Monsieur le comte, vous me flattez ! Ris-je d'un ton légèrement enjouée. Je suis certaine que vos fils à venir aurons votre bravoure et je suis également certaine qu'ils sauront servir avec autant de dévouement que vous-même leurs souverains.

Bien que mon souhait soit dit de manière sincère, je reconnais prononcer ces mots avec une arrière-pensée. Il faut que mon interlocuteur se sente en confiance pour se confier à moi sur les derniers évènements. Néanmoins, cela s'annonce une tâche ardue d'obtenir rapidement des confessions tant sa réponse est floue. Je peux comprendre les prudences d'usage, le mariage royal célébré il y a peu n'a guère eu de succès parmi la population anglaise, au contraire dans le Saint-Empire d'après mon oncle. A mon agacement, je vais me devoir d'être un peu moins flou que lui pour lui faire comprendre à nouveau qu'il peut compter sur moi pour garantir les intérêts de nos Souverains.

-Bien sûr que je ne doute pas des forces de Sa Majesté l'Empereur, proteste-je légèrement outrée qu'il pense une telle chose de moi. Je sais parfaitement que la guerre n'est guère une succession de victoires. Seulement, continue-je en baissant la voix, la nouvelle alliance entre notre Empereur et la Reine Mary pourrait peut-être nous apporter quelques profits ?

Je préfère ne pas étaler ma pensée davantage, il est aisé de deviner que je pense à au moins une neutralité de l'Angleterre dans le pays à défaut de se joindre à l'Empereur contre ce roi de France qui n'hésite pas à s'allier à des hérétiques. Si le seigneur de Figueroa pouvait m'assurer que cette possibilité est en train d'être évoquer dans l'entourage royal de ce pays, cela me fera bien des soucis en moins à me faire.

-Enfin, n'ayez à craindre du comte d'Anjou, l'envoyé du Roi Très Chrétien, lâche-je dans un murmure, il se peut que la Reine Mary soit bercée par le murmure lointain du peu de crédit qu'on doit lui accorder.

Ma réplique ne laisse, là aussi que peu de doutes sur l'origine de ce murmure. Cela est bien lâche de ma part de lancer des rumeurs sur le comte d'Anjou mais il faut absolument saper toutes possibilités d'influence qu'il peut avoir auprès de la Reine Mary au détriment des envoyés de l'Empereur...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Jeu 21 Mai - 16:33
    Je lui glisse un petit compliment qui saura la ravir, juste ce qu'il faut. Je suis comme ça en général, je ne peux pas être médisant devant une belle jeune femme, qui plus est mariée et avec des enfants. Je ne vais pas me la mettre à dos, au contraire, cela ne me ressemble pas, je suis en général apprécié et je n'aimerais pas que cela change. N'allez cependant pas croire que je tente ma chance avec Lady d'Isembourg, je ne chasse à ce niveau là, je ne chasse pas vraiment à vrai dire, tout du moins, cela est un peu compliqué, mais l'amour n'est pas une chose simple, sinon, je serais déjà dans les bras d'une belle demoiselle qui m'irait comme un gant. Non, à ce niveau là, je préfère rester prudent, et faire connaissance. J'ai la chance de pouvoir me choisir une épouse, et de ne pas avoir un mariage arrangé comme cela se fait si souvent, alors avant de l'épouser, je vais apprendre à la connaître et faire en sorte que tout se passe bien entre elle et moi, de continuer à être comme je suis, sans changer et devenir un odieux personnage, je ne pourrais plus me regarder dans un miroir sinon. Elle me retourne alors le compliment me parlant de mes futurs fils mais chaque chose en son temps, il me faut d'abord me marier avant d'envisager la possibilité d'avoir une descendance. Si certains n'ont que faire de cela, je ne suis pas du genre à coucher avec la première venue, loin de là. J'ai des principes et je ne compte pas les transiger. Je ne suis pas un homme influençable, du moins, je ne le suis guère, j'ai mes idées, et je n'en change pas, en ce qui concerne l'amour, mais en ce qui concerne le reste non plus d'ailleurs. C'est pourquoi, les propos de Lady d'Isembourg me laisse pour ainsi dire de marbre. Et puis, même si je suis un proche conseiller du roi, il ne m'écoutera pas forcément même si mon avis peu compter. Et je vois clairement qu'elle essaye de faire en sorte d'obtenir certaines choses, certaines informations, certains avis de ma part, pour voir si je vais dans son sens.

    " Ceci est fort possible, mais vous savez très bien, que même si je suis un proche conseiller du roi, il prends ces propres décisions, mais peut être qu'il verra cela d'un bon oeil, qui sais ? "

    En gros, je lui dis que j'en parlerais au roi sans vraiment lui en parler. Je le sonderais avant de lui dire quoique ce soit. Peut être le ferra-t-il de lui-même, peut être faudra-t-il lui en dire un peu plus pour qu'il comprenne, en tout cas, je suis pour la paix personnellement même si je suis un guerrier. La guerre n'apporte pas forcément les solutions aux problèmes. Puis, elle vint me parler du compte d'Anjou. Il n'est point un ennemi, du moins pas véritablement, je l'apprécie sans non plus en faire un confident, loin de là, mais elle est bien mauvaise langue sur lui. Je vois où elle veut en venir, je ne la contredirais pas, je ne la soutiendrais pas dans ces propos.

    " Le comte d'Anjou agit comme bon lui semble vous savez. Je ne vois pas pourquoi il devrait être une menace pour moi, mais n'ayez crainte, si jamais je dois le mettre au défi, j'agirais comme il le faudra. "

    Qu'est ce que cela sous entendais ? Pas grand chose, elle comprendrait d'ailleurs ce qu'elle voudrait à ce niveau là, ça n'avait pas guère d'importance pour ma part à vrai dire. Elle essayait d'avancer des pions dans cette partie d'échec qui se jouait ici et ailleurs. Je ne savais pas ce qu'elle avait véritablement à y gagner mais cela m'amusait bien en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Mer 17 Juin - 13:50

RETOUR AUX AFFAIRES

Comme tout bon aristocrate diplomate, le noble espagnol est moi-même échangeons moult compliment avant d'en venir au sujet qui nous intéresse. Après tout, une oreille peu au fait se lasserait rapidement de mes paroles enjouées de jeune mère à l'évocation de mes enfants. Je reconnais des fois abusé de mon enthousiasme maternelle pour dissimuler une ou deux paroles sérieuses à la suite pour des conversations bien plus sérieuses qu'elles n'y paraissent.

Grâce à ce stratagème, je peux discuter de manière apaisée sur la guerre faisant rage entre l'Empereur et le Roi de France. Sujet de conversation favori de mon oncle dans ses lettres, je serais fort aise d'échanger quelques nouvelles rassurantes pour l'archevêché le moment venu. Bien sûr, les lettres que je vais lui envoyer bientôt seront élusives mais je suis certaine qu'il saura déchiffrer mes divagations... Tout comme je suis capable de déchiffrer le message que me passe subtilement le seigneur de Figueroa concernant mon idée d'une possible alliance avec l'Angleterre pour l'Empire.

-Rassurez-vous, messire, je me doutais parfaitement que vous n'auriez pas l'outrecuidance de prendre une décision à la place de notre Prince, souffle-je avec un sourire. De plus, il n'est plus à prouver que Dieu a donné à sa Majesté l'Empereur un héritier des plus capables. Je suis certaine qu'il saura agir au mieux de ses intérêts, intérêts que nous aurons à coeur de défendre, bien entendu !

Ma pirouette sur le Prince des Asturies a pour but de faire comprendre à mon interlocuteur que je lui fais entièrement confiance à lui et à notre souverain pour gérer au mieux cette affaire. De toutes façons, je n'ai pas le choix que de le faire : je suis après tout que l'épouse de l'envoyé de l'archevêque de Trèves et non l'envoyé lui-même. Intervenir davantage dans les affaires de l'Empire serait des plus inconvenants et des plus irrespectueux de ma part. Toutefois, cela ne veut pas dire que si je peux aider mon époux ou mes souverains, je ne le ferais pas, bien au contraire !

J'en viens à parler de mes doutes concernant le comte d'Anjou. Mes inquiétudes ne semblent pas partager à mon plus grand désarroi. Pourtant, il serait des plus logiques que nous discréditions le Roi Très Chrétien auprès de la Reine Mary si nous voulons espérer un ralliement de sa part dans notre lutte contre ce premier. Comment lui faire comprendre mes doutes sans craindre qu'un courtisan n'aille rapporter mes propos à la souveraine et ruiner mes espérances ? Tâche au combien ardue mais je ne comte pas faillir avant d'avoir lancer la bataille. Me mordillant la lèvre quelques secondes pendant que je réfléchis, je finis par déclarer prudemment :

-Vous savez, votre amitié envers le messire d'Anjou vous honore j'en conviens, seulement... Peut-être qu'éloigner le comte de l'entourage proche de la reine pourrait nous prémunir d'une quelconque manœuvre française ?

Je suis consciente de prendre un risque en formulant aussi clairement ma pensée, quand bien même je prends soin que ma voix ne soit plus qu'un murmure quand je finis mes mots. Néanmoins, je pense que si une telle manoeuvre de notre part peut nous éviter des soucis dans les temps futurs, je suis d'avis que nous ayons aucun soucis avec notre conscience pour agir à notre aise !

-Enfin, ce serait des plus inconvenants de ma part, mais j'en souhaiterais presque un défi entre vous et le comte ! Vos qualités à l'épée sont connues et je ne cache pas un certain enthousiasme pour vous voir à l'oeuvre, quand bien même je n'y connais goutte à cette matière ! Après tout, vous avez pu vous mesurer à une quantité incroyable de bretteur plus doué les uns que les autres, cette réputation ne doit donc pas être feinte, je pense !

Ma curiosité n'est pas feinte et j'ai réellement envie de le voir à l'oeuvre un jour celui qui a fait un grand nombre de champ de bataille de l'Empereur.

-J'y pense, puisque vous avez beaucoup voyagé, avez-vous déjà eu l'occasion de vous mesurer à des hommes de l’archevêché de mon oncle ? Ce dernier ne cesse de changer son avis dans chacune des lettres qui m'envoient pour se plaindre tantôt de la vaillance, tantôt de la lâcheté de ces hommes en charge du calme des lieux. Je ne cache pas qu'un avis extérieur est ce que je souhaite le plus, les lettres que je reçois de mon père ou de mon frère sont laconiques à ce sujet et ne peuvent faire taire mes inquiétudes.

Il est vrai que je n'ai évoqué ce sujet dans mes lettres, encore moins mon oncle ne s'y serait risqué. Toutefois, je pense qu'il serait profitable à Albert et moi-même qu'un homme de la trempe de l'espagnol nous disent son avis sur les hommes de notre duché. En effet, si nous venons à avoir mauvaise réputation, nous risquons gros si jamais les théâtres d'opérations militaires viennent jusque chez nous. La prévoyance est donc nécessaire si on veut éviter les ennuis !

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Jeu 18 Juin - 19:26
    Il n'y a pas à dire, elle sait joué avec les mots, avec les formes, pour que tout aille dans son sens. Si elle était un homme, elle ne me parlerait pas de ces enfants, mais la discussion serait sans doute tout aussi plaisante, autour de stratégie de guerre et des diverses alliances à avoir avec nos voisins respectifs. Mais en réalité, même si elle était une femme, elle était un fin stratège qui saurait remporter presque n'importe quelle guerre avec une armée suffisamment entraînée. Je serais d'ailleurs bien plus à l'aise dans ce domaine là, mais je ne vois pas la repousser pour lui dire que j'avais d'autres choses à faire. Je suis bien plus poli que cela, je suis bien plus diplomate et gentleman que cela avec une belle jeune femme, que je puisse y avoir des intérêts ou aucunement. Je souriais sur le fait qu'elle me parle de certains combats dans lesquels elles pouvaient avoir certains avantages, tout du moins, elle ou son pays bien entendu. Elle me sait proche conseiller de Philippe, elle se dit sans doute que j'ai une grosse influence sur lui, ce qui peut être vrai, mais s'il a une idée en tête, j'aurais bien du mal à le faire changer d'avis. Mais ce qu'elle désire n'est sans doute pas impossible, c'est sur. Après, je ne suis pas maître des décisions qui seront prises dans un futur plus ou moins proche. Je lui souris donc quand à cela, je ne vois pas ce que je pourrais rajouter de plus à vrai dire, tout a été dit sur ce sujet là. Elle vient alors me parler du Duc d'Anjou. Elle semble vouloir l'écarter pourtant, je suis persuadé qu'il faut faire le contraire d'un point de vue stratégique. Je ne le déteste pas, il est mon ami, il n'y a pas de doutes à avoir, mais l'éloigner de la cours serait sans doute une mauvaise idée à mon sens.

    " Au contraire, je pense qu'il serait mieux de l'avoir à proximité. Ne faut-il pas mieux avoir ces ennemis à côté de nous pour mieux pouvoir les surprendre par la suite ou pour mieux les surveiller ? Je pense qu'un défi serait possiblement mal vu, qu'il ne servirait à rien. Ma réputation n'est pas feinte, rassurez-vous mais là, je pense que ce serait une erreur stratégique d'agir de la sorte. "

    Son avis était peut être un peu trop tranché en la circonstance d'ailleurs mais je ne notais pas, je n'étais pas du genre à juger ainsi les gens même si ces propos m'étonnaient un peu. Elle avait véritablement envie de mettre la France à l'écart comme pour avoir plus de chance de l'emporter mais ce n'est pas comme ça qu'une guerre se joue forcément, parfois, il faut être plus fourbe que le plus fourbe de ces adversaires. Je ne savais pas trop ce qu'elle en penserait mais elle me dirait bien vite son avis. Elle aborda ensuite un autre sujet qui semblait la préoccuper.

    " Je crois avoir le souvenir d'une bataille contre eux me semble-t-il, mais je n'en suis plus certain, cela remonte à quelques années déjà sans doute. En tout cas, il faut mieux avoir des hommes vaillants dans ces rangs que des hommes lâches, je peux vous le garantir. Après, il faut un juste milieu, il faut du courage pour combattre, mais il ne faut se vouer à une mort certaine si vous voyez ce que je veux dire. Parfois cela se joue à peu de choses. "

    Mais je préfère largement des hommes vaillants que des lâches qui fuiront à la première occasion. Il faut simplement réussir à trouver un juste milieu à tout cela, savoir fuir quand c'est le moment, mais ne pas fuir dès la première occasion et combattre.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Ven 10 Juil - 10:36

RETOUR AUX AFFAIRES

Après avoir suggérer l'idée que l'Angleterre serait un allié de poids dans la guerre de Sa Majesté Impériale et qu'il serait sage de soumettre l'idée à son illustre fils, j'en viens à évoquer le sujet de l'ambassadeur de France en Angleterre. Je le sais proche de la Reine régente d'Ecosse et il serait plus que difficile pour moi de l'éloigner d'elle sans que cela paraisse suspect, surtout que les relations sont plus que cordiales entre l'Ecosse et la France pour moult raisons. En revanche, je peux agir sur la portée de ces paroles en Angleterre puisqu'il ne bénéficie guère autant de soutien dans cette Cour à ma connaissance. Guerre d'influence menée de ma part ? Je ne le nie point puisque tout est bon pour consolider la puissance de la Grande famille de l'Empereur. Néanmoins, à mon agacement, le seigneur espagnol ne partage pas mes vues. Son amitié avec lui doit être bien précieuse pour que, malgré mes insistances, il n'abonde pas dans mon sens. Pour éviter un emportement de nos parts, je prends soin d'incliner à ces vues. Inutile que les espions du Roi Henri apprennent la division des sujets de l'Empereur Charles à la Cour d'Angleterre. Il ne faut pas que cela lui soit préjudiciable, en aucun cas on ne peut permettre une telle chose !

-Je me range à vos raisons, messire, vous êtes davantage au fait de la politique à employer. Déclare-je en inclinant ma tête sur le côté en me tournant légèrement davantage vers lui. Et je me répète, je suis plus que convaincue de vos habilités au combat. Je ne peux que prier pour que mon fils Charles ait autant de vaillance que vous quand il aura quitté l'âge tendre. Cependant, je ne sais si mon coeur supportera de le savoir sous le feu des canons !

J'accompagne ma phrase d'un soupir de dépit. Si ma réaction est légitime en raison de mon profond attachement à mes enfants, il en demeure pas moins un subterfuge. En effet, qui irait se douter que derrière cette attitude cache ma ferme résolution à lutter contre l'influence du français ? Je n'aurais certes pas d'aide dans ce combat de la part du seigneur Figueroa mais cela ne fait guère peur. Il existe d'autres moyens que de compter sur l'appui de son influence pour gagner cette bataille. Je tâcherais d'en toucher deux mots ce soir à Albert, il sera surement plus que de bons conseils sur l'attitude à adopter.


Puis je l'interroge sur la vaillance des hommes de mon duché. Je ne cache pas une moue en l'entendant parler.

-Je ne sais si je dois me réjouir ou non de ce que vous me confiez, soupire-je. Je comprends tout à fait votre avis sur l'organisation d'une bataille mais vos explications n'apaisent guère mes inquiétudes. Nous allons donc devoir envoyer de multiples courriers mon époux et moi-même, pour mettre de l'ordre dans nos affaires à ce propos. Enfin, c'est le fardeau de tout ceux qui veulent protéger un bien ou des personnes, je suppose.

Soudain, je vois apparaître dans mon champ de vision une de mes demoiselles de compagnie. Avec un froncement de sourcil, je la maintiens à l'écart malgré que je comprenne qu'elle souhaite me parler d'un sujet urgent. Toutefois, je l'ignore royalement tout en continuant de me concentrer sur les propos de l'homme à mes côtés. Si la chose était vraiment urgente, elle aurait fait fi de la bienséance pour m'avertir.

crackle bones


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  Mer 22 Juil - 18:58
    La jeune mère semble vouloir bouger des pions qu'elle n'a pas entre ces mains par ici, mais c'est tout à son honneur. Depuis que je ne suis plus sur les champs de bataille, je n'ai plus vraiment d'ennemis à mes yeux. Bien entendu, il y aura toujours des ennemis à abattre mais n'étant plus sur aucun front, je préfère rester tranquille et avoir des opinions assez neutres, ou ne changeant pas de ce qu'ils sont déjà. Elle aimerait sans doute que je fasse quelques choses contre Priam mais je n'en ai pas du tout envie. Je n'aime pas provoqué un duel dans le but de simplement provoquer un duel, il faut une bonne raison derrière tout cela, et aucune raison valable ne vient en tête. Je vois que cela ne lui plait pas, mais elle en dit déjà beaucoup sur ces idées et ces intentions, un peu trop même. Mais je ne lui en veux pas, je ne suis pas comme ça. Elle se dit alors qu'elle est d'accord avec moi, étant plus au fait de la politique qu'elle. Au vue de ce qu'elle a pu me dire, elle est très bien renseignée, je peux vous le dire. Puis, elle en profite pour glisser un petit compliment à mon sujet. C'est une de ces spécialités mais ça ne me dérange pas de l'entendre. Je lui souris donc et lui réponds simplement.

    " Au vue de sa mère, je ne doute pas que cela soit le cas. Il sera vaillant et courageux. Quant à savoir si votre coeur résistera, je ne m'en fais pas non plus. Vous serez en soucis comme toute mère mais vous résisterait. Vous avez cependant le temps de voir avant que cela n'arrive pleinement. "

    Son petit soupir ne me faisait rien; il me semblait normal qu'une mère s'inquiètes pour ces enfants, cela allait de soit pour moi, c'était dans la logique des choses. Ma mère avait bien du s'inquiéter même si elle ne m'avait rien dit de spécifique. Puis, Isabelle me demanda alors si j'avais lutté contre les hommes de son duché. Je n'avais que de vagues souvenirs, il faut dire que j'ai fait tellement de bataille que je ne peux pas me souvenir de toutes dans le détail.

    " Faites comme bon vous semble, mais je sais choisir les hommes qu'il faut pour les batailles. Si je maitrise l'épée comme il se doit, je crois qu'une bonne armée derrière moi y est pour beaucoup. Que pourrait faire un homme seul devant des milliers ? "

    Je vis alors son regard se tourner vers quelqu'un de façon très rapide. N'étais-ce pas une de ces demoiselles de compagnie ? Je décidais donc de mettre un terme à cette petite conversation.

    " En tout cas, ce fut un plaisir de converser avec vous miss D'Isembourg. Au plaisir de vous revoir très bientôt. "

    Cette petite conversation se finissait donc sur ces quelques mots. Je faisais un petit baise main pour lui montrer que je n'avais rien contre elle puis je m'éclipsais un peu plus loin, elle pourrait ainsi rejoindre sa dame de compagnie.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Retour aux affaires [PV Gomez]  
Revenir en haut Aller en bas
Retour aux affaires [PV Gomez]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» L'homme est de retour ...
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: