AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  Lun 9 Fév - 18:51
Agnès Livingstone,
Edimbourg

6 Novembre 1554,
Devonshire



Ma chère amie,

Veuillez excuser cette missive tardive, suite aux événements passés lors de votre Samain annuel. Je suis affreusement consterné d'apprendre la nouvelle! Comment osent-il agir de la sorte à une célébration aussi importante pour votre peuple? Je reste sans voix et mon coeur est lourd. J'accompagne votre douleur et la ressent comme si c'eût été la mienne. Sachez, ma chère Agnès, que l'amitié que je vous porte est sincère et pure. Je n'ose imaginer que serait-il advenu de vous, si la garde royale n'eût été présente. Je suis reconnaissant et je remercie le Seigneur de vous avoir bénie d'amitiés sincères.

Comment vous portez-vous? Je ne peux qu'imaginer ce que vous devez ressentir, en ce moment. Loin de votre cher Alexandre, angoissé par votre futur accouchement qui, je le sais, ne tardera plus, désormais. Je comprends vos inquiétudes, ceci dit, mais je sais que vous êtes forte, Agnès. Rien ne sera aussi fort, pour ne serait-ce que vous briser. J'espère de tout coeur que vous n'avez guère subi d'immenses douleurs physiques, ou bien émotionnelles. Je serais attristé de l'apprendre, si c'eût été le cas. Pensez-vous bientôt venir nous rendre en Angleterre? Les temps sont certes, dangereux pour votre futur nourrisson, mais je crains que l'Ecosse ne soit guère le refuge dont vous ayez besoin, en ce moment. Ces Hommes sont prêts à tout. Il leur suffirait de s'introduire dans vos appartements.

Ne voyez en rien une attitude déplacée dans mes propos, ma chère Agnès, mais voyez-y les inquiétudes de l'un de vos amis proches. Aussitôt que je le pourrais, je peux vous assurer que je viendrai vous rendre visite et m'assurer que vous êtes bien en sécurité. Pour l'instant, malheureusement, je ne peux rien vous offrir de plus que mes prières et pensées les plus tendres. Que le Seigneur vous bénisse, vous et votre famille.

Répondez-moi dans les plus courts délais, je vous en prie.

Lord Thomas Percy, votre fidèle ami,
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  Mer 11 Fév - 18:02




Feat Thomas et Agnès



10 novembre 1554 à Édimbourg

Mon cher ami,

Je suis ravie de vous lire, j'aime recevoir votre lettre mon ami. Pour vous répondre, je ne vous cache pas que cet événement sera glacé dans ma mémoire, surtout que mon cher aimé n'a pas été présent. Comme vous dites, mon ami, remercions nos gardes de nous avoir sauvé ! Comment des personnes peuvent nous tuer même si nous n'avons pas la même religion ? Je sais que notre église combat les infidèles et les hérétiques, mais méritons-nous de mourir ? On ne doit pas tuer au nom de notre Dieu.

Je me porte bien malgré mes angoisses et la séparation avec mon fils, et vous mon cher ami ? Comment se porte votre honorable famille ? Je dois avouer que plus mon accouchement et plus j'ai peur, surtout que j'ignore si mon époux sera là lors de ma délivrance. Où est-il ? Il ne répond pas à mes douces missives. L'avez-vous croisé chez vous noble ami ? Pour vous répondre, je ne pense pas rester en Écosse après me couches, peut-être en janvier ou en février. Je pense redescendre dans cette période mais je vous tiens au courant. Quand je saurais la date de mon départ, pourrais-je venir chez vous ? Je ne pense pas aller à la cour sauf si Dame Isembourg me demande auprès d'elle. De plus, il faut que je tente de convaincre des personnes de s'allier à ma cause pour récupérer mon fils entre les mains de Lady Stanhope, la connaissez-vous mon cher ami ? Enfin, mes journées sont paisibles et joyeuses avec Lady Anne Somerset.

N'ayez crainte mon ami, ce n'est rien et c'est toujours un plaisir de lire vos lettres, je suis empressée de vous retrouver dans des jours meilleurs. Que dieu bénisse votre maison,

Agnès







© Codage By FreeSpirit


Dernière édition par Agnès Livingstone le Sam 14 Fév - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  Ven 13 Fév - 3:34
Agnès Livingstone,
Edimbourg

13 Novembre 1554,
Devonshire

Chère Agnès,

Sachez que le sentiment est amplement réciproque, ma chère amie. J'aime également recevoir votre courrier, cela me change bien des missives politiques que je reçois habituellement! Un changement, même le plus infime est parfois des plus attendus... Je ne peux que comprendre votre impression, je vous l'assure. A votre place, je crois que j'en ferais tout autant, surtout en sachant que vous allez bientôt donner à nouveau naissance à un enfant. (D'ailleurs, pensez-vous accoucher d'un garçon ou d'une petite fille? Je suis bien curieux.) Que diable fait votre bien aimé, si je ne m'abuse? Ne devrait-il pas être à vos côtés, dans de telles épreuves? Ce n'est guère très amical, de vous laisser seule sans être capable de vous protéger. Quant à vos questions, je crains de n'avoir point de réponses. Les hérétiques ne sont que des êtres vils et sans aucune pitié, alors je pense sincèrement que le Seigneur ne voudrait de tels énergumènes à ses côtés. Le fait qu'ils vous aient attaquée prouve qu'ils n'ont donc aucune morale! S'en prendre à une jeune mère et à ses invités, ceci est bien sordide, ne le pense-vous donc pas?

Avez-vous des nouvelles de votre fils? J'espère qu'il se porte comme un charme. Ma famille? Oui, tout va bien. Mes deux jeunes soeurs sont de vraies lady. L'une à l'âme d'un poète, alors que l'autre manie les arguments politiques aussi bien que mes paires, je le crains! Ce n'est guère une voie pour elle, malheureusement. Quant à mon frère, il m'a confié ses pensées quant à devenir chevalier. Qu'en pensez-vous? Je sais que c'est un garçon brave, mais je ne suis pas certain de son choix. Néanmoins, je crains de l'éloigner et de l'agacer, si je m'oppose à cela. Etre l'enfant aîné n'est parfois guère chose aisée!

Pourquoi votre cher et tendre ne prend-t-il guère la peine de vous répondre? Qui sait ce qui a pu lui arriver! Je crains fortement de vous décevoir, Agnès. Je ne l'ai pas aperçu, ni entendu parler de lui dans les couloirs à la cour. Peut-être serait-il temps de lui ordonner un peu d'attention à votre égard! Comment peut-il seulement être absent, lors de votre accouchement? C'est inconcevable et indigne de votre personne! Mais ne désespérez donc pas. Je sais au plus profond de mon être que vous finirez par retrouver votre époux et j'espère de tout coeur qu'il se montrera présent et aussi dévoué que vous ne l'êtes pour lui. Enfin de bonnes nouvelles! J'espère bientôt vous revoir en Angleterre, ceci dit. Même si je me rendrai prochainement en Ecosse pour vous rendre visite. Je connais cette dame, mais pas personnellement. Ceci dit, ayez la foi! N'oubliez pas que plusieurs personnes vous soutiennent -dont ma personne- et ensemble, nous réclamerons votre droit sur votre progéniture. Comment peut-il en être autrement? Vous êtes aimée de tant de personnes! Vous ne pouvez pas laisser cette femme insinuer de tels doutes dans votre esprit. Ayez la foi, Agnès. Le Seigneur ne laisse impunis de tels comportements. Je vous le promets.

Je ne peux que concevoir que vos journées soient paisibles, en si charmante compagnie! Veuillez, je vous prie, transmettre mes amitiés à Lady Anne Somerset. Laissez-la entendre que son absence en Angleterre se fait ressentir.

Que Dieu vous garde et protège votre foyer, ma tendre amie.
Lord Thomas Percy,
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  Sam 14 Fév - 19:10


Sweet sweet darling


Feat Thomas et Agnès




15 novembre 1554 à Édimbourg,
Mon cher ami,
La politique est-elle ennuyeuse mon cher ami ? Quel est votre rôle précisément au sein de la cour anglaise ? Vous devez voir mon ami, Priam d'Anjou, Ambassadeur français. J'ai eu si peur …. Heureusement que mon cousin, James m'a sauvé. Je pense que je donnerais naissance à une fille, elle se nommera si c'est une fille, Jane par rapport à ma cousine, Margaret par rapport à une autre cousine et Aliénor pour ma meilleure amie. Comme vous le savez, sa marraine sera Anne Somerset et son parrain Damian Blackwood. En revanche, si c'est un garçon, je le nommerais James par rapport à mon cousin, Priam pour mon meilleur ami. Enfin, il me tarde de serrer cet enfant dans mes bras, je me demande s'il aura mes yeux ou ressemblera à son père. Je l'ignore, peut-être s'est-il perdu. J'espère qu'il sera présent lors de mes couches. Pensez-vous qu'il me trompe mon ami ? Je pense que vous avez raison pour ces hérétiques. Ils sont mauvais. Quand nous verrons, j'aimerais m'entretenir avec vous d'un sujet que je ne peux aborder ici. Ne vous en faites pas mon cher ami.

J'ai des nouvelles d'Alexander, grâce à Lady Katherine Grey et Jane Seymour mais sinon je n'ai rien de plus. C'est si affreux qu'un enfant soit enlevé par sa mère, je comprends que la Reine Mary Tudor ne pouvait pas s'occuper de lui mais le laisser à une femme comme Lady Stanhope ! Mon fils doit être avec les siens ou avec les catholiques ! Et non avec des odieux protestants ! Pensez-vous que c'est une épreuve de notre Seigneur ? Je suis heureuse que votre famille se porte bien, mon cher ami. J'aimerais rencontrer vos sœurs ! En effet, être un grand frère n'est jamais aisé, peut-être, pouvez-vous lui laisser un compromis ? Il peut devenir un chevalier mais en échange, il devra épouser la femme que vous allez lui choisir ? Je m'excuse ami, ce ne sont mes affaires mais les vôtres.

Je l'espère que je le retrouverais ou sinon il entendra parler de moi ! On ne fait pas du mal à une Stuart, bien que je le sois seulement par le sang de ma mère . Quand venez vous me voir mon cher ami ? Je réside au palais royal de notre capitale, je ne pourrais pas vous recevoir chez moi, je crains que le trajet me fatigue trop. Surtout qu'en ce moment, il faut que je reste alitée, je voulais aller en campagne avec mes amies mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Être enceinte, c'est difficile ! Je suis heureuse que vous me soutenez, mon cher ami.

Je lui passerais mon cher ami, si vous voyez mes cousines, passez leur mes amitiés, embrassez-les et protégez Jane, ma douce cousine. Et puis je oser vous demander ce que vous ressentez pour Lady Anne ? Je m'excuse de mon audace, mon cher.

Que dieu vous protège,

Agnès


.



© Codage By FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  Ven 20 Fév - 0:58
Agnès Livingstone,
Edimbourg

17 Novembre 1554,
Devonshire


Chère Agnès,

Je ne peux vous mentir et vous dire que la politique est plaisante, ma chère. Il y a toujours des personnes à satisfaire et de temps à autre, même quand nous n'avons guère le même point de vue qu'un autre de nos paires, nous n'avons guère le choix que de se plier à la majorité. Si j'aime la politique? Eh bien, j'y trouve un intérêt certain, mais loin de moi l'idée de vivre de politique comme l'on vivrait d'amour et d'eau fraîche. Imaginez-vous un instant à la cour anglaise, mais l'esprit occupé par l'espionnage et les manigances... vous serez bien ennuyée, je peux vous l'assurer. Mon rôle à la cour anglaise n'est guère dans le centre du pays même. Je suis membre du Parlement de Westmorland et je dois assurer le respect des lois établies et je croule sur des paperasses bien trop ennuyeuses! Parfois, j'aimerais m'évader un instant et oublier le rôle important qui pèse constamment sur mes épaules. Je connais bien votre ami, mais je ne lui parle que rarement. Peut-être des salutations polies, tout au plus! Est-il l'un de vos proches? Je ne le savais point.

Oh! Toutes mes félicitations, je suis certain qu'elle sera aussi douce et belle que sa mère, si c'est une fille. J'aime beaucoup les prénoms que vous avez choisis. Je suis sûr que l'un ou l'autre vous conviendra parfaitement. Si c'est un garçon, votre fils trouvera plaisir dans sa compagnie, enfin, quand vous récupérerez les droits sur ce dernier, bien entendu. Oh, pardonnez-moi de vous rappeler de si douloureux souvenirs. Loin de moi l'idée de vous provoquer une quelconque douleur, j'espère que vous le savez. Je ne sais vous apporter de réponses, mais si vous êtes tant désireuse de connaître la réponse à vos craintes, peut-être me permettrez-vous de faire suivre votre bien aimé et d'aller au bout de vos doutes? Je ne vois que cette solution, afin de connaître la vérité et de vous consoler. Laissez-moi savoir votre réponse dans la prochaine missive. Qu'est-ce donc ce mystérieux entretient? Si vous désirez me rencontrer, je peux venir vous rendre visite dès que je le peux, ma chère Agnès. Vous éveillé ma curiosité et soulevez mon inquiétude.

Comme je comprends votre douleur! Je ne puis imaginer ce que vous ressentez et je pense que oui, le Seigneur entrave notre bonheur pour tester les failles de notre foi. Afin de s'assurer que quoiqu'il adviendra de nous, nous serons toujours confiant et ampli de bonnes intentions Catholiques. Comment pourrait-il en être autrement? Je ne crois nullement en la cruauté de notre Seigneur et vous devriez voir cette épreuve comme une aventure et une expérience. Ayez la foi, je ne cesserai jamais de vous le répéter! Eh bien, prochaine fois que je me rends en Ecosse, je me ferais un plaisir d'y emmener mes deux soeurs, si vous me le permettez. Je crois qu'il serait bon pour elles de faire votre connaissance. Après tout, cela ne peut guère lui faire du tort. N'ayez crainte! Votre opinion est hautement importante à mes yeux et je suivrai vos conseils. Je pense qu'en effet, il serait préférable de lui imposer cela.

Nous pourrions convenir d'une date, afin que je vous rende visite. Que pensez-vous du vingt-trois novembre? Si vous vous sentez suffisamment énergique pour me recevoir, je n'hésiterai guère à faire le déplacement. Courage! Quand votre enfant sera né, vous ne connaîtrez que le bonheur, je l'espère.

Je le ferais, je vous le promets. Oh, Anne... je ne saurais vous décrire tout ceci dans une seule missive, je le crains. C'est si étrange la sensation que je ressens lorsque je me retrouve en sa compagnie. J'aime la taquiner sur son attitude trop sage et pourtant, j'ai l'impression de ne plus être moi-même, quand elle me regarde de ses yeux colériques. Je m'avance vers elle d'un pas et elle attend sagement, avant d'en faire deux en arrière. Telle une valse, nous dansons constamment et je dois avouer que cela me plaît assez. Mais je suis bien perdu dans tout ceci. Je n'ai point l'habitude de me comporter de la sorte avec la gente féminine, voyez-vous. Avant, j'étais un être infidèle, mais depuis un moment, je ne ressens plus la sensation d'aller butiner aux quatre coins de l'Angleterre. Que pensez-vous de tout ceci, ma chère amie? J'ai l'impression de temps à autre qu'elle ne ressent pour moi qu'une profonde haine et un dégoût sans pareil. J'ai peur de l'offenser. Moi! peur de quelqu'un. Pouvez-vus seulement le croire?! Que m'arrive-t-il?

Je vous en prie, éclairez-moi. Eclairez-moi de ses yeux que je n'arrive plus à effacer de ma mémoire et de ce parfum dont je ne parviens à oublier les effluves.


Votre fidèle ami, Thomas.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  Ven 10 Avr - 20:05


sweet sweet darling


Feat Thomas & Agnès


8 décembre 1554 à Édimbourg
,
Mon cher ami,
Je m'excuse pour le temps de réponse, cher ami, je ne me sentais pas bien, il y a peu et j'ai accouché d'une petite fille, il y a quelques jours. Je suis tellement ravie d'avoir naissance à ma petite princesse. Concernant la politique, celle-ci est compliquée mon cher ami, pensez-vous qu'une femme qui s'intéresse à la politique est offensante ? Où se trouve de Westmorland ? Je dois avouer que je ne connais pas la géographie de l'Angleterre. Pour Priam, il est mon meilleur ami et le parrain de mon aîné. Sinon, mon cher ami, comment allez-vous ? Et votre famille ? Et l'Angleterre, que se passe-t-il ? Nous en Écosse, on fête l'anniversaire de notre petite Reine.

Comme c'est une fille, elle se nomme Jane. Vous la verrez quand je reviendrais en Angleterre, j'espère que je pourrais venir dès février mais tout va dépendre du climat, je ne souhaite pas que ma petite fille tombe malade. Ce n'est rien mon ami, ce n'est rien. Ne vous en faites pas. J'aimerais que vous surveiller mon fils à présent, mon cher et tendre m'est revenu, il était avec Milord Blac. Pensez-vous que je pourrais le récupérer ? Je sais qu'il est sous la tutelle de cette Lady mais je cherche qu'à retrouver mon fils. Une mère a besoin de son enfant auprès d'elle, je ne comprends pas pourquoi il est placé sous tutelle. Je me sens mal sans lui, j'ai peur pour lui. Peur qu'il m'oublie, peur qu'il me rejette. Peur que cette sorcière le tente dans un chemin sinueux. Protégez-le comme s'il était votre fils. William ne m'aide pas pour le récupérer. J'aimerais tant vous voir mon ami. Pour vos sœurs, j'ai hâte de les rencontrer en Écosse ou chez vous , je suis heureuse que vous voulez écouter mes conseils, mon cher ami. Tenez moi au courant pour votre frère, Thomas.

Pour la date, je dirais vers fin février ou début mars, qu'en pensez-vous ? Et, je m'excuse encore pour le 23 novembre, j'espère que ne vous m'en voulez point mon agréable ami. Vos sœurs et votre frère peuvent venir quand ?

Oh mon cher ami, je pense que vous êtes amoureux de Lady Anne. La haine peut être une façade pour éviter de vous montrer les nobles sentiments qu'elle peut ressentir pour vous. N'allez pas trop vite avec elle. Une femme peut apprécier l'amour courtois comme on le faisait à une autre époque, soyez courageux, romantique. Faites lui plaisir. Mais, ne lui faites pas peur. Anne est une personne qui m'est chère. Je ne veux pas le perdre. Ni vous perdre vous.

Prenez soin de vous cher ami, je vais devoir m'occuper de ma princesse
Agnès




© Codage By FreeSpirit


HJ : désolé du retard mon petit I love you
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.  
Revenir en haut Aller en bas
Sweet, sweet darling. | Ft. Agnès.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....
» ON NE FAIT PAS LE BIEN DANS LE DESORDRE...MARTELLY EST-IL TOUJOURS SWEET MICKY ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: