AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  Sam 14 Fév - 20:51

Une échappatoire bienheureuse


1552

Il posa pied à terre, flatta l’encolure de sa monture puis tendit la longe à un palefrenier qui passait par là en le gratifiant d’un regard soupçonneux. Il s’interrogea rapidement sur les qualifications de ce jeune homme qui lui paraissait bien frêle pour s’occuper d’un étalon un rien sauvage comme le sein, fidèle compagnon à la mesure du caractère récalcitrant de son maitre. Puis il se détourna avec un mouvement de tête désapprobateur. Il venait de s’absenter de la cour pendant près d’un mois pour rendre visite à son clan sur l’Ile d’Islay à Finlaggan Castle. Son séjour avait été fort heureux : c’était une parenthèse à la vie de cour confinée d’Edimbourg. Mais aussi un peu désagréable : son père continuait à le presser de se montrer plus prompte au mariage, ce qu’il n’envisageait pas. Il mit dix jours pour retourner au Château de Stirling et à la nervosité de ses gestes, on pouvait comprendre qu’il était presque déçu de ne pas avoir rencontré en chemin quelques bandits à combattre, cela lui aurait donné un peu d’action avant de reprendre la vie monotone de la cour. Il se dirigea vers ses appartements pour se rafraîchir avant de se présenter devant la cour et annoncer son retour.
Duncan n’aimait guère le protocole et au lieu de faire annoncer sa présence le plus rapidement possible, il choisit de faire un long chemin fastidieux passant de pièces en pièces, empruntant de nombreux détours qu’il savait peu fréquenté. Au cours d’un détour il se retrouva face à un visage connu, il adressa un sourire à Agnès Livingstone et fut pris d’un moment d’hésitation. Après avoir passé une trentaine de jours dans les Highlands, il avait perdu les manières de la cour. Il lui adressa la parole avec un sourire « Mada… -il se reprit- Lady Agnès ! » Il s’approcha d’elle et lui tendit galamment son bras, déterminé à lui montrer qu’il avait fait des progrès depuis leur dernière rencontre et qu’il maitrisait mieux l’étiquette - ce qui n’était peut-être pas tout à fait le cas. Le « madame » qui avait failli lui échappait sortait tout droit des Highlands où l’on entendait plus souvent des « madame » que des « lady ». Il lui adressa un regard d’excuse « Je vous prie de bien vouloir excuser ma grossièreté, vous n’êtes pas sans savoir ma relation conflictuelle avec l’étiquette.», un rire léger lui échappa. Il balaya la pièce de la main et ajouta « Me permettez-vous de vous escorter ?» . Il pensa que mise à part sa petite bévue, il ne s’en sortait pas trop mal. Sa rencontre lui promettait quelques précieuses minutes avant de devoir affronter le reste de la cour et qui sait peut-être sa compagne de fortune se laisserait-elle tenter par des nouvelles des Highlands.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  Sam 4 Avr - 17:41
Depuis peu, j'avais donné naissance à un fils, Alexander. Mon premier-fils, je souris en le regardant, je ressens tout l'amour que je pouvais lui donner. Je l'embrasse sur son front d'un regard maternelle, puis, je le pose dans son petit lit. Je l'observe avec amour, bientôt avec Alexander, nous rentrerons à la maison avec mon époux William, nous sommes rendus au palais royal pour passer quelques temps avec la cour mais également baptiser mon fils. Ce dernier allait être baptiser dans peu de temps selon les rites de l'Eglise Catholique romaine, mon fils sera le fileul de ma tante Marie de Guise et de mon ami Priam d'Anjou, ce dernier ne va pas tarder à arriver. Je souris, puis, je décide de continuer mon travail d'aiguile, il s'agit d'un mouchoir pour mon époux William. Je chantonne un air irlandais, je souris. Je me sens bien. Je ferme un instant les yeux et je m'échappe dans ma rêverie, je m'imagine dans la forêt en train de découvrir un trésor. Puis, en ouvrant mes yeux, je m'apperçois que je me suis piquée mon doigt, quelle maladroite, je suis idiote. Je vois mon ouvrage sali par mon sang, je me mordille les lèvres avec nerviosité puis je décide de me lever et de mettre un mouchoir quelconque sur ma blessure pour éviter que je saigne encore plus. Je fais appeler la nourrice qui n'était pas loin de mon fils, je lui souris. Je dois vous avouer que je ne l'aime guère, il m'est impossible d'abandonner mon fils quelques instants. Je voulais également retrouver mon époux, je voulais lui demander quelque chose par rapport au baptème.

Agnès – Peux-tu t'occuper de mon fils ? Je vais chercher William.

Puis, je ne lui laisse pas le temps de répliquer ou de dire quoique ce soit, je sors des appartements qui me sont destinées ainsi que pour mon mari. Je souris, il fallait également que je vois mon neveu, le fils de ma sœur Margaret, oui, il faudrait que je m'occupe de lui. Il est injuste qu'une mère soit séparée de son enfant. Il faut également que je discute avec ma sœur bien aimée sur plusieurs sujets. Je déambule dans les couloirs en pensant à tout ceci puis je vois un visage que je connais, Duncan. Je lui fais un grand sourire, ce jeune homme est un de mes élèves, je lui apprends les bonnes manières. Ce dernier ne connait pas les codes de la cour, il est de mon devoir de l'aider. Quand il commence à dire mada, je fonce les sourcils mais je souris en attendant la suite.

Duncan – Lady Agnès dit-il en s'approchant de moi, il me tent son bras et je le regarde avec un sourire ravi. Il fait du progrès, je suis fière de lui, je lui accorde mon bras . Je vous prie de bien vouloir excuser ma grossièreté, vous n’êtes pas sans savoir ma relation conflictuelle avec l’étiquette dit-il en riant et en balayant sa main dans la pièce. Me permettez-vous de vous escorter ?

Agnès – Lord Duncan, je suis ravie que vous m'escorter ! Je dois retrouver mon époux, vous pouvez m'aider à le retrouver. Comment s'est passé votre voyage ? Sinon, my lord, je vois que vous avez fait des progrès, je suis fière de vous. Dis-je en offrant mon plus grand sourire.

HJ : désolé du retard mon beau, j'espère que le rp va te plaire :p
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  Jeu 16 Juil - 12:46

Une échappatoire bienheureuse



Il lui tendit paisiblement son bras avec un sourire galant. Ils se mirent en recherche de l’époux, traversant plusieurs pièces à la suite sans l’apercevoir. Duncan sentit qu’il aurait été aimable de sa part de faire la conversation, comme le gentleman qu’il était censé être entre ces murs.

« Monsieur votre fils se porte-il bien ? »


Après réflexions, il n’était pas sûr qu’il soit très séant de parler de son enfant à une mère, Duncan ne comprenait pas très bien la manière dont se faisait l’éducation des nouveau-nés à la cour. Dans ses Highlands natales, les enfants étaient élevés auprès de leurs parents, par l’ensemble du clan. Ici, il lui était déjà arrivé de croiser des enfants entourés de nombreuses nourrices mais sans une seule âme maternelle pour veiller à leur bien-être. Mais la question était déjà posée, et si elle était embarrassante pour Agnès il s’en montrerait contrit, assurément.

Ils passèrent une large porte et débouchèrent sur un petit salon où des femmes d’un âge certain conversaient. Leur conversation chuchotée se tarit dès qu’ils entrèrent dans la pièce. Elles leur jetèrent un regard en biais puis se penchèrent l’une vers l’autre et reprirent leurs babillement de plus belle. Duncan remarqua bien qu’elles continuaient à leur jeter de fréquents coups d’œil et commença à sentir son sang d’écossais parfois hargneux bouillir dans ses veines. Jetant un coup d’œil à sa compagne de fortune, il se dit qu’il aurait été très mal avisé de perdre son sang-froid devant elle. Agnès faisait tellement d’efforts pour l’intégrer dans cette cour où il se sentait peu à l’aise et il ne souhaitait pas l’effrayer en se montrant mal luné.

Il décida donc de prendre le parti d’en rire. Il se tourna vers Agnès avec un sourire malicieux, bien que ces yeux demeurèrent légèrement orageux. Se penchant discrètement vers elle, sans se soucier le moins du monde de la bienséance, il baissa la voix : « Regardez-les Agnès, ces vieilles mégères sont entrain de médire sur notre dos, à n’en pas douter. Regardez comme elles nous observent et comme elles se penchent les unes vers les autres pour converser. Si nous nous rapprochons et que nous chuchotons, elles penseront que nous complotons. ».

Il releva prestement la tête et fit mine de reprendre leur chemin puis ajouta d’une voix égale et audible de tous. « C’est précisément ce qui me déplait tant lorsque je suis loin de mes Highlands, lady Agnès. Par ailleurs, excusez mon étourderie, j’ai omis de répondre à votre question, mon voyage s’est fort bien passé et mon séjour en sein du clan était rafraichissant. » Il sentit le regret poindre dans son cœur lorsque ses pensées s’attardèrent vers la petite Maggie, sa plus jeune sœur, qu’il aurait aimé côtoyer plus souvent. C’était une boule d’énergie et de joie de vivre et du haut de ses quatre années, elle était débordante d’enthousiasme. Il regrettait de ne pas pouvoir la voir grandir quotidiennement.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  Lun 20 Juil - 20:41

Agnès

ft. Duncan
chapitre deux


Devenir mère est la plus belle des réussites, en effet, j'ai donné la vie à mon premier né, Alexander. Un petit garçon magnifique, aussi beau que le jour et la nuit. Je demande à la nourrisse de s'occuper de mon fils quelques instants, même si je sais que le quitter me paraît insupportable … Il est si jeune, si doux. Il a besoin de sa mère. Je cherche mon époux par rapport au baptême de mon fils, mes enfants seront élevés dans la foi catholique, je fais le serment devant Dieu. Je crois dans le palais, Duncan. Un jeune écossais, ce dernier est mon élève de bonne manière. Il me demande s'il pouvait m’escorter, j'accepte et je lui demande de m'aider à retrouver mon fripon d'époux ! Il me tend le bras, je lui sourit. Un sourire amical.

Duncan - Monsieur votre fils se porte-il bien ? 

Agnès – Mon petit prince se porte comme un charme, avec mon époux, nous allons bientôt le baptiser le mois prochain. Dis-je avec un sourire. Ne vous en faites pas, votre réplique est appropriée. Je l'observe.

Nous marchons, un silence s'installent entre nous deux . Que dire de plus ? Je le regarde, je souris. Nous allons par la suite dans un petit salon, des femmes nous regardaient. Je n'aime pas ce regard sur nous, on dirait le même regard qu'une vipère avant de mordre sa victime. Je m'appuie un peu plus sur Duncan, je plonge mon regard vers lui. Je sens que ce dernier a envie de frapper ces harpies, je lui fait signe de ne rien faire. Je ne voulais pas que ces vipères le rejettent encore plus … Non, il ne fallait pas que Duncan détruit ce que nous sommes en train de monter tout les deux. Le brun se tourne vers moi, une risette s'étire sur mes lèvres rosées. Il se penche sur moi, mon regard devient malicieux.

Duncan - Regardez-les Agnès, ces vieilles mégères sont entrain de médire sur notre dos, à n’en pas douter. Regardez comme elles nous observent et comme elles se penchent les unes vers les autres pour converser. Si nous nous rapprochons et que nous chuchotons, elles penseront que nous complotons

Agnès – Ce sont des vipères qui aiment cracher sur le dos des autres. Elles n'ont aucun savoir vivre. Chuchote-je doucement. Je ris par la suite. Et heureusement que vous ne faites pas aucun geste déplacé, imaginez qu'elles pourraient dire. Lui dis-je par la suite sur un ton égal.

Duncan - C’est précisément ce qui me déplait tant lorsque je suis loin de mes Highlands, lady Agnès. Par ailleurs, excusez mon étourderie, j’ai omis de répondre à votre question, mon voyage s’est fort bien passé et mon séjour en sein du clan était rafraichissant. Dit-il après s'être relevé la tête et avoir parlé fort.

Agnès – J'aimerais tant aller sur vos terres un jour pour éviter de croiser des vipères dis-je à son oreille. Racontez moi tout, comment se porte votre famille ? Dis-je avec bienveillance.

La troupe des vipères se rapprochent de nous, je me mordille les lèvres, presque en saigner. Je soupire. Que faire maintenant avec ces sorcières ? Il vaut mieux fuir et retrouver mon doux époux ! J'espère que Duncan ne va pas provoquer un scandale ! J'entends une bribe de la conversation des sorcières qui dit que Sir Duncan doit aimer les femmes mariées et mère. Une autre rajoute que je n'ai pas honte de me promener dans les bras d'un inconnu et que je mériterais la potence. Je soupire, je serre les dents.

Agnès- Venez Duncan, sortons dis-je en priant pour qu'il ne continue pas à les provoquer.


agnèsune échappatoire bienheureuse
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  Ven 31 Juil - 10:42

Une échappatoire bienheureuse



Chez lui, il aurait mis fin aux rumeurs et aux médisances. Il aurait peut-être provoqué un esclandre, mais la vie dans l’Ecosse sauvage était moins policée qu’ici, et cela n’aurait surpris personne. Le tapage se serait perdu dans les événements quotidiens qui rythmaient la vie de Finlaggan Castle, et l’on aurait simplement ajouté que l’héritier du clan n’avait pas perdu son caractère bien trempé à la cours d’Ecosse.

Toutefois, il faisait des efforts pour s’intégrer dans cette cours et était conscient que relever plus que nécessaire ces diffamations serait contreproductif. Il laissa Agnès s’accrocher un peu plus fortement à son bras et le guider vers la sortie, non sans avoir jeté un regard de corbeau dédaigneux sur les vieilles femmes. Celles-ci ne parurent pas ravies de cette charmante attention et reculèrent avec précipitation vers le fond de la pièce en multipliant signes de croix et prières silencieuses. A croire que Duncan était un mauvais oiseau sorti des Highlands pour les maudire et les hanter.
Un sourire satisfait naquit sur ses lèvres. Ce sourire se confirma lorsqu’il remarqua que la pièce suivante était délicieusement vide d’intrus inopportuns. Il reprit la parole, sa voix animée d’une joie sans égale en évoquant son clan.

« Ils se portent bien, Lady Agnès, et nous vous remercions pour votre attention. Ma plus jeune sœur est pleine de vie et elle grandit à une vitesse qui me rend pantois à chaque visite. Fort heureusement, elle ne perd rien de sa candeur. » Evoquer le souvenir la jeune Margaret lui réchauffa le cœur. La petite Maggie n’avait eu de cesse de le poursuivre dans ton le château durant son séjour, si bien qu’il avait dû mainte fois la repousser avec douceur pour pouvoir évoquer les affaires de clan en toute sérénité.

Sa voix se ternit quelque peu en évoquant cette fois une sœur plus agée, Edwige. « Ma sœur, Lady Edwige Donald, est en âge de s’unir. » C’était du moins l’avis de son père et de son oncle, mais Duncan s’était fortement opposé à cette idée. Il ne souhaitait pas que la jeune fille d’à peine quinze ans soit jetée dans la fosse aux lions. En s’opposant fortement à son père, il avait réussi à repousser l’idée de mariage pendant quelques temps. « Mon père souhaite l’introduire à la Cour, pour parfaire son éducation et la rendre apte à un mariage d’envergure. » Cette fois-ci, sa voix se tinta de révolte et prit un ton offensé, « il songe à la marier à un anglais ! ».

Il se tourna vers Agnès puis radoucit son ton. « Excusez-moi. Je ne devrais pas vous parler des affaires du clan. » confia-t-il dans un murmure, « Mon père en ragerait si il apprenait que je vous confie ses desseins pour ma sœur. ». Cette idée de mettre son père en colère semblait le ravir au plus haut point. Il prit ensuite un ton sérieux. « Voyez-vous, Lady Agnès, ma sœur est terriblement naïve concernant la vie de Cour. J’ai pour projet de retarder le plus possible son arrivée parmi nous, mais j’espère que si un jour où elle pose les pieds sur ce sol glissant, elle pourra compte sur votre amitié.»

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  Mer 12 Aoû - 11:49

Agnès

ft. Duncan
chapitre trois

La vie à la cour n'est jamais aisée, ceux qui ne viennent pas souvent là-bas peuvent se sentir méprisés ou délaissés. En effet, certaines dames sont très à cheval sur l'étiquette écossaise et ceux qui enfreignent les règles deviennent pour elles une honte. C'est une des raisons qui me poussent à aider Duncan à s'insérer dans cette jungle. Et ce n'était pas facile surtout que des dames écossaises étaient près de nous ! Elles nous jugent et certaines parlent derrière notre dos. J'ai peur que Duncan réagissent et fasse une mauvaise action. Je m'appuie un peu plus sur le bras de Duncan.
Nous sortons par la suite, cette fois-ci la pièce n'est pas occupées par des êtres méprisables et haineux. Le jeune écossais sourit enfin, j'observe son sourire avec joie.

Duncan -  Ils se portent bien, Lady Agnès, et nous vous remercions pour votre attention. Ma plus jeune sœur est pleine de vie et elle grandit à une vitesse qui me rend pantois à chaque visite. Fort heureusement, elle ne perd rien de sa candeur.

Agnès – Je suis heureuse qu'ils vont bien, transmettez leur mes amitiés. Je souris. J'aimerais tant voir votre sœur, Duncan. Elle doit avoir l'âge de ma sœur Margaret ou de Mary. Je le regarde avec un sourire sur mes lèvres rosées.

Par la suite, Duncan change de sujet, sa voix devient plus mélancolique. Je me décroche de son bras puis je me positionne face à lui. Je serre sa main en écoutant ses paroles. Ce geste pouvait porter à confusion surtout pour une femme mariée. Je voulais le serrer dans mes bras mais je me retiens. On ne sait jamais qui peut rentrer dans cette pièce … Je continue d'écouter le récit de mon ami, sa sœur puînée allait se marier. Je me mordille les lèvres. Sa voix revienne douce, je continue à serrer ma main dans la sienne. Il s'excuse par la suite.

Agnès – Ce n'est rien Duncan, je comprend tout à fait ! Concernant le mariage avec un anglais, je peux vous dire que j'en connais aucun. Et pour votre père, nous lui dirons rien ceci restera notre secret. Je suis dans ses bras. Je le serre dans mes bras. Pour Edwige, ne vous en faites pas, si elle a besoin d'aide à la Cour, je serais prête à l'aider et je serais ravie de devenir son amie, enfin, si elle le souhaite. Dis-je avec un grand sourire. Je deviens gênée par la suite puis je m'écarte de lui. Excusez pour … Je deviens aussi rouge que la couleur du vin. Je … Je. Je baisse les yeux. Je me mordille les lèvres. Il doit penser que je suis stupide. Je ne pense pas que mon époux se trouve ici lui dis-je d'un air perdu. Il doit être dans les jardins ou dans nos appartements.

Je le regarde une dernière fois, je me sens toujours aussi gênée. Je ne sais pas quoi lui dire de plus, de plus, je n'aurais jamais dû être dans ses bras, c'est … Comment dire ? C'est déplacé et impensable. Heureusement que les sorcières de la salle d'avant ne nous a pas vu. Elles auraient pu colporté des rumeurs sur nous deux. Je souris à Duncan. La porte s'ouvre, je me retourne et je vois mon époux.

William – Ma chère épouse, les comtesses m'ont dit qu'elles t'ont vu passer. Je te cherchais partout, tu vas bien ? Il regarde Duncan avec un sourire. Bien le bonjour Lord Duncan, comment allez-vous ? Il repose son regard sur moi. Chère épouse, nous devons préparer le baptême d'Alexander. Il sort de la salle après avoir salué Duncan.

Je me tourne vers Duncan et je lui souris. Que dire de plus ? Rien. Je m'approche de lui et je lui souris. Je voulais lui dire que j'étais désolée d'avoir agi ainsi.

Agnès – Merci de m'avoir aider à chercher William, prenez soin de vous Duncan. Et je vous promet d'aider votre sœur quand elle sera parmi nous.

Et, je pars en le laissant là. Avec William, nous parlons d'Alexander et de son baptême.



agnèsune échappatoire bienheureuse
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Une échappatoire bienheureuse (terminé)  
Revenir en haut Aller en bas
Une échappatoire bienheureuse (terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: