AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Jeu 19 Fév - 15:20

Le plus beau jour de sa vie.




Depuis le mariage de la reine et sa propre demande en mariage, par Arthur Wayne, Constance vivait dans le bonheur. Il y avait encore un an, jamais elle n’aurait pensé qu’elle rencontrerait quelqu’un, un homme aussi parfait, mais surtout qu’elle se fiancerait. Ce bonheur, Constance le partageait avec sa petite Jane-Ann, qui même si elle ne paraissait pas très enjouée à l’idée de ce mariage, affichait une mine heureuse à l’idée d’être la demoiselle d’honneur de sa tutrice. Une famille se construisait et ces trois orphelins de la vie en constitueraient une. Peut-être même qu’à la suite de cette union, la jeune femme tomberait enceinte. Elle ne voulait pas trop s’avancer pour tout cela, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’y penser. La suite logique d’un mariage était bien les enfants et Constance, qui avait toujours été fille unique en voulait de nombreux. Des petits garçons qui seraient aussi vaillants que leur père, mais aussi des petites filles qu’elle dorloterait. Cependant, ce magnifique tableau imaginaire était tâché par l’idée qu’elle devrait peut-être quitter son travail qu’elle aimait tant. Constance était parvenue à s’en sortir grâce à Louis Fontaine et le Flying Dutchman, elle ne parvenait pas à imaginer sa vie loin de ce lieu plein de vie. Louis était devenu un véritable père pour elle, un homme qui l’avait sorti de la boue, pour lui offrir un travail. Elle l’aimait beaucoup malgré son caractère ronchon et avec bonheur, elle l’avait vu prendre soin de Jane-Ann. Maintenant qu’elle allait épouser Arthur, les choses seraient sûrement différentes, tous disaient que la place d’une épouse, dont le mari gagnait bien sa vie, devait être à la maison, à s’en occuper et à s’occuper de ses enfants. Pour Constance, qui avait toujours été libre de ses mouvements, ce changement serait trop important. Elle se voyait s’occuper de ses enfants, mais elle ne se voyait pas être qu’une simple mère au foyer. Elle était la fille des rues, la petite mouette qui volait dans le ciel au gré de ses envies.

Pour cette journée, Constance avait bien l’intention de mettre ses soucis de côté pour aller rendre visite à une chère amie, qui l’avait aussi aidé, il y avait quelques années de cela. Mary-Ann Paton avait beau être maquerelle dans une maison close, elle était une femme généreuse qui avait à cœur le sort de ses filles et de son entourage. Quand on ne la connaissait, on pouvait penser qu’elle était une femme cupide, mais Constance savait ce qu’elle était et elle avait bien vu que Mary-Ann était surtout une femme généreuse. En plus, la serveuse du Flying Dutchman ne pouvait que la remercier sur son bonheur, puisque c’était Mary-Ann qui lui avait permis de rencontrer Arthur, en l’encourageant à venir à sa rencontre. Constance ne connaissait pas leur lien, mais elle s’en moquait, après tout pour elle, la maquerelle faisait aussi partie de la famille.
Quand elle arriva devant le RedLantern, Constance fit le tour de l’établissement et elle frappa à l’arrière où une cuisinière entra et la fit entrer, tout en la serrant dans les bras. La jeune femme la connaissait, puisque durant quelques temps, elle avait travaillé à ses côtés et tout cela grâce à Mary-Ann. La maquerelle n’étant pas là, elle resta assise à la table et conversa avec la cuisinière, mais aussi les quelques filles qui passaient par là, pour venir manger un morceau. Constance les connaissait toutes, comme Bess, Avaline, mais aussi cette peste de Blanche, qui n’avait de cesse de le critiquer, dès qu’elle se trouvait dans la même pièce qu’elle. Constance en écoutant les conversations avait appris que Blanche avait jeté son dévolu sur Arthur et que depuis qu’ils étaient ensemble, elle lui en voulait d’avoir ruiné ses chances de sortir de la maison close. Heureusement, la demoiselle ne descendit pas dans les cuisines et Constance savoura ce moment en compagnie des personnes qu’elle avait côtoyé autrefois.
Après une demi-heure, la maîtresse des lieux revint de sa course et Constance s’empressa d’aller à sa rencontre.

« Mary-Ann, j’espère que je ne vous dérange pas ? Je suis désolée de venir à l’improviste, mais j’avais besoin de converser avec vous. » La jeune femme affichait une mine enjouée et heureuse, qui aurait pu faire fondre n’importe qui en cet instant, sauf Blanche, qui dans son dos mima un vomissement.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Jeu 26 Fév - 12:24
Mary-Ann avait appris la nouvelle de son fils quelques jours plus tôt : Il allait se marier !

De meilleures nouvelles, il n’y en avait pas. En poussant Arthur à rencontrer Constance, Mary-Ann avait véritablement souhaité que son fils tombe amoureux d’elle. En ayant un faible pour une femme, il ralentirait sans doute sur son investissement incroyable dans sa dangereuse carrière qui risquait de le mener à sa perte.
Mary-Ann savait qu’Arthur avait fait une grosse erreur en acceptant d’être en quelques sortes l’homme de main de Stephen Gardiner. Si la tendance s’inversait, si Elizabeth Tudor venait à monter sur le trône, en digne fille de sa mère…Et qu’Arthur avait été trop loin…Mary-Ann ne préférait pas penser à ce qui arriverait. Elle avait fait promettre à son amant, Jack, de tout faire pour aider son fils en cas de problème. Il avait eu l’air sincère, et même si c’était un pirate et qu’on ne devait pas faire confiance à un pirate, encore moins à Jack, elle savait qu’il l’était. Si Arthur se trouvait menacé, Jack l’aiderait à fuir par bateaux. Mais le mieux était qu’Arthur n’aie jamais à suivre. Il fallait donc tempérer sa dévotion et un mariage était le meilleur moyen de le faire. De plus, Constance était une jeune femme absolument charmante, Mary-Ann l’aimait beaucoup, et celui-ci serait bientôt sa belle-fille.
Cependant, tout n’était pas rose. Depuis qu’il fréquentait Constance, Arthur venait de moins en moins au Red Lantern. Et pour cause, il ne voulait pas que sa jeune fiancée pense qu’il la trompait ou que les gens, car l’opinion des gens avaient toujours importé pour Arthur, le prenne pour un débauché et un infidèle. Il avait cessé toute relation avec Blanche, qui en souffrait beaucoup. Elle s’était éprise d’Arthur, ce que Mary-Ann n’avait pas pu empêcher, et maintenant, se montrer heureuse pour celui qui en secret, était son fils, revenait à faire souffrir sa jeune protégée.

Arthur lui avait donné rendez vous dans une taverne peu fréquenter pour discuter de son mariage et de ce qui se dirait sur leurs relations. Il fallait mettre au point leurs mensonges, évidemment. Mary-Ann voyait bien que son fils ressentait de plus en plus le poids de cette vie dans le secret. Elle le ressentait aussi. Elle n’avait guère envie d’assister au mariage de son fils en tant que simple invitée, mais elle ne pouvait faire autrement. Leur secret devait demeurer tel qu’il était, aux yeux du monde, sans quoi le RedLantern serait menacé, ainsi que la carrière d’Arthur et même la tournure de sa vie. Cependant, qu’en était il de Constance ? Ne pouvait-elle pas savoir ? Mary-Ann estimait que oui. Elle avait confiance en cette jeune femme, et en tant que femme, savait à quel point, si ce secret était découvert par après, le mariage de son fils serait en danger. Une femme n’aime pas être trompée. Physiquement ou en parole. C’est ainsi.

Durant leur rencontre, Arthur avait demandé à sa mère si elle lui avait déjà parlé de ses fils. Mary-Ann s’était sentie très mal. Avouer à son fils qu’elle l’avait fait passer pour mort aux yeux du monde entier, et même de personne qui lui était proche, comme Constance, parce que dire qu’ils étaient partis loin d’elle lui était trop difficile, la rendait honteuse. Arthur ne semblait pas la juger, cependant. Il était conscient de ses torts, et acceptait les siens. Après tout, lui aussi, avait dit que sa mère était morte à Constance. Et puis, Il n’était pas très rancunier. La seule chose qu’il n’accepterait vraiment pas, s’il savait, était sans aucun doute, sa relation avec le pirate Jack Mortimer. Son fils lui avait ensuite demandé ce que Constance penserait d’un fils qui disparait pendant six ans, loin de sa mère, sans nouvelles ?

« Arthur, tu pourrais peut-être lui dire. Elle est partie elle aussi, loin de son père. Je l’ai comprise. Tu sais, je l’ai rencontrée peu après la mort de ton frère. J’ai pensé que peut-être, son père pouvait avoir été celui qui…Tu sais. Mais, au fond, qui est à blâmer ? L’homme qui tient la hache ou celui qui ordonne la sentence... ? Elle comprendrait peut-être… »
« Et si c’est trop tard ? Si alors, elle refusait de m’épouser ? Je ne veux pas la perdre. Elle aime l’homme que je lui ai dis que j’étais, celui que je suis maintenant. Elle n’aimerait pas celui que je fus.»
« Tu penses pouvoir vivre ta vie avec Constance en devant mentir sans cesse ? A propos de ton père, de tes frères,… »
« Non, je ne veux pas la perdre. Et c'est mieux ainsi.», avait il simplement répondu. Mary-Ann n’avait pas insisté. La petite serveuse risquait de lui en vouloir, à elle aussi, si elle savait qu’elle ne lui avait rien dit. Il avait sans doute raison.

Qu’elle ne fut pas la surprise de Mary-Ann en découvrant Constance, bavardant avec les filles de sa maison, quand elle rentra. C’était la première fois qu’elle la voyait depuis qu’elle avait appris pour le mariage. Elle avait voulu aller la voir à plusieurs reprises, trop impatiente de lui parler, mais Arthur avait voulu discuter avant, à savoir aujourd’hui, de ce qu’il avait lieu de dire concernant leur relation.

« Mary-Ann, j’espère que je ne vous dérange pas ? Je suis désolée de venir à l’improviste, mais j’avais besoin de converser avec vous. » , lui dit-elle.

« Constance, ma chérie ! », s’exclama Mary-Ann en allant l’enlacer. La future femme de son fils. La future mère des enfants de celui-ci. Elle était très heureuse de la voir, peut importe la conversation qu’elle avait eu avec Arthur. « Tu ne me dérange pas du tout, tu viens quand tu veux tu le sais ! » Réalisant la présence de Blanche dans la pièce, elle ajouta immédiatement : « Les filles, laissez nous s’il vous plait. »

Elle ne voulait pas que Blanche souffre du bonheur de Constance et d’Arthur, et de celui qu’elle-même ressentait aussi devant celui-ci. Une fois les filles parties, elle ajouta : « J’ai appris la nouvelle par Arthur, je suis te-lle-ment heureuse pour toi, tu ne peux pas savoir ! C’est un jeune homme vraiment adorable. Tu seras très heureuse avec lui, j’en suis certaine. Je l’aime beaucoup. », ajouta-t-elle, souriante et sincère. « Et quelle sublime mariée tu vas faire !...Assieds-toi, je vais nous servir un thé. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Jeu 5 Mar - 23:51

Le plus beau jour de sa vie.




S’il y avait bien une personne que Constance devait voir pour lui annoncer son bonheur et son prochain mariage, c’était Mary-Ann Paton, la femme qui lui a permis de rencontrer Arthur. Elle ne savait pas réellement leur lien, son fiancé n’avait jamais trop parlé de ce sujet, mais Constance savait qu’une chose, c’était qu’elle devait à la maquerelle sa nouvelle vie. C’était anodin d’avoir une telle amie, mais Constance se moquait bien des on dit, Mary-Ann était une femme de qualité, une personne qui se souciait de son prochain et même son commerce pouvait être vu comme un sauvetage, puisqu’elle offrait un toit et de la nourriture, à ses filles qu’elle aimait tant. Il n’y avait pas deux femmes comme Mary-Ann Paton et si une personne se permettait de la critiquer devant elle, elle passerait certainement un sale quart d’heure. Constance était peut-être un petit bout de femme, mais elle avait un caractère qui lui permettait de tenir tête à n’importe qui. Sans cette force, sans ce caractère, elle n’aurait jamais tenu dans la rue, elle n’aurait jamais passé autant d’épreuves sans survivre. Alors qu’elle était perdue, Mary-Ann lui avait donné une chance, elle l’avait accueilli chez elle, lui donnant un petit travail et Constance ne pouvait que la remercier pour cela. Surtout que durant son passage au RedLantern, elle avait eu la chance de se sentir comme une famille et depuis, quand elle passait devant la maison close, elle n’hésitait jamais pour aller voir la maquerelle et ses filles.
Constance Bennet n’avait jamais réellement eu de famille. Sa mère était morte quand elle était trop jeune et son père, elle se sentait trahie par lui, elle ne voulait plus le revoir. Sa famille était disloquée et maintenant, elle allait en construire une nouvelle avec Arthur Wayne et si Dieu le veut, ils auraient de nombreux enfants, pour égayer leur quotidien.
Quand Mary-Ann entra dans la cuisine de la maison close, elle parut étonnée de la voir, mais heureuse, tout comme Constance, qui ne cessait de rayonner, depuis qu’elle était fiancée. Elle se rendit auprès la ma maquerelle qui demanda aux filles de les laisser seules. La serveuse se retourna et elle perçut le regard noir de Blanche, Mary-Ann faisait sortir tout le monde en raison de la jeune femme qui ne cessait d’être jalouse de Constance. Même si elle était agacée, la jolie brune ne voulait pas peiner cette prostituée qui devait avoir le cœur brisé depuis qu’Arthur était avec elle. Une fois tout le monde partie, la maquerelle, lui expliqua qu’elle avait appris la nouvelle par Arthur et qu’elle était heureuse pour eux et elle ajouta qu’elle ferait une sublime mariée. Constance, rayonnante s’installa et regarda Mary-Ann préparer du thé.

« Je vous remercie Mary-Ann, tout ce bonheur, je vous le dois. » Souriait-elle en se retenant de serrer dans ses bras la maquerelle. « D’ailleurs, je me suis toujours demandée, où avez-vous rencontré Arthur, il ne me l’a jamais dit. » Demanda la jeune femme avide de connaître une toute nouvelle histoire, à propos de son mystérieux fiancé.
Le thé fut servi et les deux femmes se trouvaient maintenant face à face. Constance n’avait plus de mère et Mary-Ann était la personne qui se rapprochait plus d’une figure maternelle pour elle, elle était l’une des rares personnes à qui elle pouvait confier ses doutes et ses peurs. Elle but une première gorgée, réchauffant son corps grâce à cette miraculeuse boisson chaude et elle commença :
« Mary-Ann, si je suis venue ici, c’est que j’ai besoin de vous parler. Comme vous le savez, je n’ai pas de mère et pour moi vous êtes la seule figure maternelle que je connaisse. En fait j’ai peur, depuis que nous sommes fiancés avec Arthur. J’ai peur de ne pas être une bonne épouse, avec tout ce que j’ai vécu, mon père, je n’aimerai vraiment pas qu’il revienne dans ma vie et gâche notre bonheur. J’ai peur de ne pas être assez bien pour Arthur, je l’aime tellement, mais je ne sais pas ce que s’est être une bonne épouse. » Expliqua la jeune femme qui se perdait dans ses propres explications.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Ven 20 Mar - 15:37
« Je vous remercie Mary-Ann, tout ce bonheur, je vous le dois. » , dit Constance. « D’ailleurs, je me suis toujours demandée, où avez-vous rencontré Arthur, il ne me l’a jamais dit. »

Mary-Ann pensait que Constance aurait posé la question à Arthur, et pourtant c’était à elle de répondre. Ce n’était pas un problème, puisqu’elle avait discuté avec son fils de la version de leur rencontre avant même que celui-ci ne rencontre Constance, quand Arthur était revenu à Londres et avait décidé de prendre une couverture.

« Tu sais mon petit ange, si tu me demandes ça parce que tu crains qu’Arthur ait été un client assidu de ma maison close et qu’il ne soit pas un homme fidèle, tu n’as vraiment pas à t’inquiéter ! », s’exclama Mary-Ann en riant légèrement, tout en préparant le thé. « J’ai rencontré Arthur au début de l’année, je crois. », commença-t-elle. Elle préférait insérer des approximations pour que l’histoire paraisse plus crédible. Evidemment, elle n’avait pas oublié le retour de son fils à Londres. Elle se souvenait de la date exacte et même de l’heure exacte de son arrivée. Mais elle était censée raconter sa rencontre avec un parfait étranger. On se souvenait rarement de ce genre de détail lorsqu’on rencontrait un parfait étranger.

« Il a frappé à ma porte. Il venait de loin et voulait uniquement être hébergé. Je l’ai fait entrer. Il m’a expliqué la raison de son arrivée, son envie de s’engager dans la garde... Il m’a raconté son histoire, on a discuté. J’ai rarement vu un homme aussi bon et honnête que lui. »

Honnête, son fils, celui qui mentait sur sa propre identité ? Tout à fait. Mary-Ann était sincère sur ce point. Arthur était un honnête homme. Il était guidé par le désir de faire le bien. Ses intentions n’étaient jamais mauvaises. Il avait toujours été quelqu’un de profondément gentil et mentir lui était très difficile. D’ailleurs, elle se demandait si cela ne serait pas une véritable torture pour lui, de devoir mentir à sa propre femme sur sa vie passée, ses frères, sa famille, son véritable nom de famille, son histoire,…Sur lui-même. Sur celui qu’il était ; son fils...

« Je l’ai hébergé dans la cave, jusqu’à ce qu’il présente son entretien pour intégrer la garde, et encore un peu ensuite. Il n’a jamais regardé une seule des filles avec un regard déplacé, pourtant il les voyait tout les jours. Quand il a été intégré dans la garde, il est revenu très heureux. C’était un grand accomplissement pour lui. Et une des filles lui a proposé de fêter ça…J’imagine que tu as deviné de qui il s’agit. » , poursuivit Mary-Ann. « . Tu sais, je crois qu’elle avait commencé à s’attacher à lui parce que c’est quelqu’un de très respectueux et que les hommes comme cela sont rares et constituent l’idéal des filles de joies… Arthur est revenu la voir plusieurs fois, et seulement elle. Elle s’est éprise de lui, je le crains, car il la traitait bien et qu’il s’intéressait à elle. Il lui arrivait de discuter simplement avec elle. Je l’ai entendue dire une fois qu’Arthur ne la traitait pas comme une prostituée mais comme une femme honorable. J’imagine qu’elle a rêvé qu’il finisse par l’épouser, et c’est pour cela qu’elle est si jalouse de toi aujourd’hui. Je te dis ceci en passant car je ne crois pas que tu dois lui en vouloir. Tu vas avoir le mariage dont elle aurait rêvé… », expliqua Mary-Ann. « Mais bon. Pour ce qui est d’Arthur, je dois te dire que je l’aime beaucoup. Il me rappelle un de mes fils. Et je crois que je lui rappelle un peu sa mère. C’est étrange, dit comme cela, car nous nous connaissons depuis peu…Mais je tiens beaucoup à lui. », expliqua Mary-Ann. Elle n’aimait pas mentir à Constance, pas du tout…Elle avait envie de lui dire qu’Arthur était son fils et qu’elle le connaissait mieux que personne. Qu’il avait été le plus sage et le plus adorable des petits garçons. Qu’il ne fallait pas le juger sur le fait qu’il l’avait laissée car il était influencé par son frère. Qu’il était infiniment bon mais qu’il prenait des risques sans s’en rendre compte. Qu’il la protégerait de tout, et lui serait à jamais fidèle…Mais qu’elle devrait le protéger de lui-même et des erreurs qu’il pourrait commettre son l’influence de ce Stephen Gardiner, entre autre… « Il vient souvent me rendre visite, mais je crois que s’il ne t’en parles pas, c’est parce qu’il craint que tu t’imagines qu’il vient pour les filles, alors qu’il n’a plus jamais fréquenté Blanche depuis qu’il est tombé amoureux de toi. », conclut-elle.
Mary-Ann servit le thé et, après qu’elles eurent chacune but une gorgée, Constance prit la parole, confiant à Mary-Ann ses craintes de ne pas être une bonne épouse.

Mary-Ann sourit avec douceur, touchée en passant, par le fait que Constance lui dise qu’elle était une figure maternelle pour elle. « Constance, chérie…Qu’est ce qu’une bonne épouse ? Une femme docile ? C’est ce que le monde entier veut nous faire croire , à nous les femmes, mais ce n’est pas vrai. Etre une bonne épouse, c’est avant tout aimer son mari et lui montrer. Si tu l’aimes vraiment, tu seras toujours là pour lui, pour le soutenir et tu voudras son bonheur, et construire le tien avec lui. Etre une bonne épouse, c’est se montrer compréhensive, savoir pardonner certains écarts et être aimante. Je ne pense pas que le fait que tu n’aie pas beaucoup connu ta mère t’en empêche. Je n’ai pas eu de mère moi non plus. Et j’ai vécu heureuse avec l’homme que j’ai épousé. », expliqua Mary-Ann. Elle avait inséreé les qualités de compréhension et de savoir pardonner en espérant que si un jour Constance apprenait qu’Arthur était son fils, et saurait comprendre qu’il ne lui ait rien dit dans un premier temps et qu’elle l’aimerait malgré tout.

Mary-Ann prit alors les mains de Constance dans les siennes et la regarda d’un air un peu plus grave, très sérieux.
« Constance, Arthur est un homme bien, vraiment, mais il reste humain. Ne pense pas non plus qu’il est parfait. Il a d’innombrables qualités, mais il a sans doute aussi des défauts, tout les hommes en ont. Ne sois pas trop déçu si tu découvres que sur certains points, vous ne pensez pas la même chose. Lorsqu’on se marie, on s’engage à aimer l’autre jusqu’à la fin et à ne pas l’abandonner. Il t’aime vraiment. Je te conseille de ne pas faire l’erreur, un jour, de le quitter… », dit-elle.

La propriétaire du RedLantern sourit légèrement, puis ajouta : « Concernant ton père, pourquoi crois tu que s’il réapparaissait dans ta vie, ça serait forcément une mauvaise chose ? Je sais que le fait qu’il ne t’ai pas dit la vérité sur sa profession t’a blessée, mais s’il revenait à toi pour s’en excuser, tu penses que tu ne saurais toujours pas lui pardonner ? Après tout, il a tué des gens, mais ce n’était pas sa volonté. Arthur est soldat de la garde, il s’est battu à la bataille de Wyatt, et a tué également pour la sécurité de la reine… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Ven 27 Mar - 14:42

Le plus beau jour de sa vie.




Pour confier ses doutes et parler de son mariage, il n’y avait qu’une personne que Constance pouvait aller voir et c’était bien Mary-Ann Paton, la maquerelle du RedLantern, une femme qu’elle voyait comme la figure maternelle la plus proche. Ce qu’elle ne savait, c’était que cette mère de substitution était celle d’Arthur et que dès qu’elle serait sa femme, elle deviendrait aussi la sienne. Constance savait qu’Arthur connaissait Mary-Ann et même si elle savait, que le jeune homme avait dû avoir une vie avant elle, elle savait qu’elle aurait du mal à accepter que son futur mari soit un client assidu de la maison close. En plus, il y avait cette Blanche, qui en pinçait pour lui, ce qui ne pouvait que l’inquiéter. La jeune femme posa la question à la maquerelle, en qui elle savait, qu’elle pouvait faire confiance et cette dernière, lui apporta bien vite une réponse, qui rassura Constance. Arthur avait frappé à sa porte, venant de loin, il voulait être hébergé et Mary-Ann l’a accueilli chez elle. Selon elle, il n’y avait pas un homme aussi honnête que lui. Il avait vécu dans la cave, jusqu’à ce qu’il intègre la garde et encore un peu après. La maquerelle lui expliqua qu’Arthur n’ait jamais eu un regard déplacé envers ses filles, alors qu’il les voyait tous les jours. Quand il était revenu annoncer, qu’il avait été pris dans la garde, l’une des filles, dont elle soupçonnait être Blanche, lui proposa de fêter ça. Toujours selon Mrs Paton, Blanche avait dû s’attacher à Arthur, en raison de sa gentillesse. Constance l’imaginait très bien. Arthur était un homme gentil, généreux, une personne comme Blanche, qui était rarement traitée avec bienveillance, avait dû tomber facilement amoureuse. Avant qu’elle ne puisse ajouter quelques choses, Mary-Ann continua, pour mieux expliquer, qu’elle voyait en Arthur l’un de ses fils perdus et que pour lui, elle lui rappelait sa mère. En entendant cela, Constance ne put qu’exprimer un sourire, elle était heureuse d’entendre cette vérité.

« Je n’en veux pas à Blanche, même si j’ai eu peur, que quelque chose se soit passé entre eux. » Commença la jeune serveuse. « En fait, je suis triste pour elle, même si tu la traites bien, comme toutes les jeunes femmes, elle devait rêver d’un mari et de beaux enfants. » Elle affichait une mine peinée, même si elle n’aimait pas Blanche, elle avait pitié d’elle et elle s’en voulait d’être l’instrument de sa peine. Même si elle était triste, au fond, elle se sentait heureuse, elle savait qu’il n’y avait pas de menaces, ni d’obstacles, quant à son prochain mariage et tout ceci la comblait. De beaux jours s’annonçaient et en plus, avec Mary-Ann et la petite Jane-Ann, ils pourraient sans doute former une belle petite famille.
« Je suis rassurée d’entendre tout cela, j’avais vraiment peur, surtout depuis qu’une diseuse de bonne aventure m’a dit de me méfier des mensonges. Je n’aurais vraiment pas dû la croire. » Souriait-elle en tout innocence.

A la suite des doutes de Constance, Mary-Ann répondit à une question qu’elle lui avait posée. En effet, n’ayant pas eu de mère, ou que très peu, la serveuse du Flying Dutchman ne savait pas qu’elle était réellement le rôle qu’on attendait d’elle. Elle savait qu’autrefois, la maquerelle avait eu une vie de famille, avant que la tragédie ne la frappe. Selon elle, être une bonne épouse n’est pas être une femme docile. Pour elle, être une bonne épouse, c’est aimer son mari et lui montrer, être présente pour lui, le soutenir et construire un bonheur avec lui. Pour Mary-Ann, être une bonne épouse c’est savoir pardonner les écarts et être aimante. En plus, la maquerelle la rassure, elle-même qui n’avait pas connu sa mère, avait pu être heureuse avec son mari. En fait, ce que Constance comprenait, c’était qu’elle devait rester elle-même et tout se passerait merveilleusement bien.
« Je vois. » Un grand sourire illumina son visage. « Je pense savoir faire tout cela. » Elle ria et continua sur la même tonalité de l’humour. « Cependant, s’il vient à me tromper ou à me mentir, je crois qu’il va devoir beaucoup œuvrer pour se faire pardonner. Je me souviens que ma mère faisait cela et mon père était à ses pieds, tout le temps qu’elle lui faisait la tête et malheureusement pour Arthur, j’ai hérité de son caractère. J’aurai tellement aimé qu’elle soit là pour me voir, elle aurait été si heureuse, de me voir épouser un homme comme Arthur. » Après cela, telle une mère l’aurait fait avec sa fille, Mary-Ann prit ses mains dans les siennes, pour lui expliquer autre chose. Elle lui parla sur le fait qu’Arthur était en effet un homme de qualité, mais aussi avec des défauts. Jusqu’à maintenant, Constance n’y avait pas réellement pensé, ils passaient tellement de bons moments ensemble, qu’elle n’avait pas imaginé qu’ils puissent être un jour en conflit. Cependant, il y avait une chose dont elle était certaine, jamais elle n’abandonnerait Arthur Wayne. Elle l’aimait, elle avait confiance en lui et même si elle lui mentait sur son père, elle lui en parlerait avant son mariage, pour que devant l’autel, il n’y ait plus de mensonge entre eux. Pourtant, même si elle comptait faire cette concession pour Arthur, elle ne voulait pas revoir son père, pas pour le moment, elle ne souhaitait pas qu’il brise son bonheur.
« Jamais je n’abandonnerai Arthur, je sais qu’on aura des hauts et des bas, mais si nous nous aimons sincèrement, nous pourrons tout affronter. Je pensais lui dire la vérité sur mon père, pour qu’il le sache, je ne pourrais pas l’épouser, si je lui cache encore ce mensonge. Par contre, je ne peux pas le voir, c’est au-dessus de mes forces. Pour ce qui est d’Arthur, s’il tue des personnes, c’est pour protéger le royaume, mais mon père c’est autre chose, il exécute des personnes, qui sont sans doute innocentes, sans remord. Ca je ne pourrais pas l’admettre. » Elle baissa la tête, n’étant pas réellement certaine que cela soit ce qu’elle pensait réellement. Avant oui, mais aujourd’hui, elle en doutait.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Mer 8 Avr - 17:26
Constance confia à Mary-Ann qu’elle avait de la peine pour Blanche, qui, elle en était certaine, devait forcément rêver d’avoir un mari et des enfants. Evidemment, c’était vrai. C’était là le rêve inaccessible de toute prostituée, ce à quoi elles renonçaient en s’engageant dans le métier.

Quand ensuite, Mary-Ann expliqua à Constance qu’Arthur n’était pas, contrairement à ce qu’elle aurait pu croire, un client assidu de la maison close, mais en fait un jeune homme qu’elle considérait un peu comme un fils, et duquel elle était très proche, Constance lui apprit que cela la rassurait car elle avait un jour rencontré une diseuse de bonne aventure qui lui avait dit de se méfier des mensonges. Elle cherchait en fait du mauvais côté, et tant mieux. Arthur ne cachait pas une infidélité, mais une fausse identité.

Constance expliqua ensuite qu’elle se croyait finalement, suite à la définition de Mary-Ann, en mesure de faire une bonne épouse pour Arthur. Cependant, elle lui confia également qu’ayant hérité du caractère de sa mère, un caractère que partageait visiblement Mary-Ann en de nombreux points, qu’elle aurait du mal à pardonner mensonges ou tromperies. Pour les adultères, elle n’avait rien à craindre. Arthur était fidèle jusqu’au os. Il avait reçu son éducation d’une mère assez féministe après tout. Mais le mérite ne revenait pas entièrement à l’éducation qu’on lui avait conférée…Après tout, Edmond était sans doute moins fidèle. Et Charles, aussi bon eut-il été, changeait de conquête on change de chaussures. Il n’était pas du genre à briser des cœurs, mais les maisons closes l’avaient connu pour essayer toutes les jeunes filles et non se contenter d’une favorite. En bon catholique, Arthur, quant à lui, tenait la fidélité pour principe inébranlable et cela s’était bien vu quand il avait cessé soudainement ses entrevues avec Blanche. En revanche, il avait menti à sa future épouse, oui, mais pouvait on le blâmer au vu des circonstances ?... Mary-Ann craignait que si Constance venait à apprendre la véritable histoire d’Arthur, elle lui en voudrait plus que de raisons, rancunière comme elle était. Après tout, elle avait fugué loin de son père sans lui donner l’occasion de s’expliquer en apprenant la nature de sa véritable profession.

« Jamais je n’abandonnerai Arthur, je sais qu’on aura des hauts et des bas, mais si nous nous aimons sincèrement, nous pourrons tout affronter. Je pensais lui dire la vérité sur mon père, pour qu’il le sache, je ne pourrais pas l’épouser, si je lui cache encore ce mensonge. Par contre, je ne peux pas le voir, c’est au-dessus de mes forces. Pour ce qui est d’Arthur, s’il tue des personnes, c’est pour protéger le royaume, mais mon père c’est autre chose, il exécute des personnes, qui sont sans doute innocentes, sans remord. Ca je ne pourrais pas l’admettre. », dit ensuite Constance.

Voilà qui était inattendu. Le fait que Constance cachait aussi quelque chose pouvait l’obliger à pardonner Arthur si elle découvrait la vérité le concernant, ou si à l’avenir il lui apprenait. C’est d’ailleurs pour cela que Mary-Ann avait conseillé à son fils de ne pas dire à Constance qu’il savait concernant la profession d’Hans Bennet, ainsi que, bien sûr, pour éviter que sa future belle-fille lui en veuille d’avoir divulgué une telle information. Or, si maintenant la jolie brune annonçait à son fils, avant le mariage, son seul secret, il n’y aurait plus aucune raison qu’elle n’en veuille pas terriblement à Arthur en apprenant que celui-ci l’aie épousé sous une fausse identité.

Et Arthur…Le connaissant, il allait forcément être décontenancé par cette nouvelle. A vrai dire, si sa conscience lui permettait de garder ce secret pour lui, et non de le partager avec sa future épouse, c’était, Mary-Ann le savait bien, car il savait qu’elle faisait de même avec lui. Au tarif d’un secret pour un autre, ils étaient quittes. Si elle lui disait la vérité, ils ne le seraient plus…

Mais était il vraiment préférable qu’Arthur confie son passé à Constance avant de l’épouser ? Elle n’était pas apte à pardonner aussi facilement qu’Arthur pouvait le faire. Certes, c’était étrange de dire cela de quelqu’un qui avait renié sa mère pendant plus de cinq ans…Mais ce n’était que sous le joug d’Edmond qu’Arthur avait fait ainsi. Le jeune adolescent qu’il était, n’ayant plus de père ou d’autres frères que celui là comme repère, avait fait ce que sans doute beaucoup d’hommes auraient fait. Il avait choisi son frère et l’intégrité de sa réputation à sa mère et aux regards pesant qu’engendrerait son étrange décision.

Si elle apprenait la vérité avant le mariage, Mary-Ann s’imaginait qu’il y avait plus de chances que Constance renonce à celui-ci et quitte définitivement Arthur qu’elle ne lui pardonne. Si cela arrivait, elle ne saurait lui pardonner. Elle avait hébergé cette jeune fille sous son toit, l’avait sauvée sans nulle doute d’une mort lente et douloureuse que seules ces maladies du froid peuvent provoquer sans pour autant la contraindre à se prostituer. Si Constance quittait définitivement Arthur, Mary-Ann ne saurait lui pardonner…

« Certes, il est préférable de ne pas avoir de secret avant le mariage, mais… Ne crois tu pas que si tu annonces cela à Arthur, il risquerait de penser que tu lui caches davantage de choses ? Parfois, certaines personnes préfèrent apprendre les choses plus tard que soudainement et sans y être préparée…Mais cela dépend des gens, évidemment. Comment le prendrais tu, toi, si Arthur t’annonçait un secret conséquent demain ? Cela risquerait-il de remettre en question ton engagement envers lui, ou au contraire, saluerais-tu son honnêteté ? », questionna intelligemment Mary-Ann.

Elle espérait ainsi pouvoir rassurer ou alarmer son fils sur l’éventuelle réaction qu’aurait Constance au cas où il venait à lui annoncer la vérité. Cependant, la maquerelle restait pour l’instant d’avis qu’il valait mieux ne rien lui en dire, même si cela était douloureux pour lui comme pour elle, qui aurait voulu être appelée grand-mère par ses petits-enfants. Les risques étaient conséquents…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Ven 24 Avr - 18:50

Le plus beau jour de sa vie.




Si Constance avait rencontré une telle figure maternelle, plus tôt dans sa vie, son existence ne serait sûrement pas la même aujourd’hui. La jeune femme avait aimé sa mère Emma et celle-ci lui avait énormément manqué, depuis sa disparition, si bien que tous les jours, ses pensées allaient vers cette femme d’exception, qui était partie trop tôt. Mary-Ann avait sûrement été une femme et une mère d’exception pour ses enfants. Courageuse, elle n’avait pas hésité à ouvrir une maison close, qu’elle dirigeait d’une main de maître, mais aussi avec douceur. Aucune des filles ne pouvaient se plaindre de la maquerelle, tellement elle les aimait. C’était cette force et cette douceur que Constance aimait chez la femme. En plus, elle ne pouvait que la remercier, puisqu’elle l’avait aidé, à un moment où elle n’avait plus personne à qui se rattacher et où elle mourrait de faim dans les rues. La connaître était un privilège à ses yeux. Surtout qu’elle était l’instigatrice de sa rencontre avec Arthur, son futur mari. Futur mari. Rien qu’en pensant à cela, son cœur se gonflait de bonheur. Elle connaissait sa chance et jamais elle ne remercierait assez Dieu, pour l’avoir mis sur le chemin de Mary-Ann et d’Arthur. Sa vie se construisait petit à petit et enfin, elle allait avoir une vie de famille stable, avec Arthur et Jane-Ann. Le seul et unique doute qu’elle ressentait, c’était à propos de son père, Hans Bennet, qu’elle avait éloigné de son existence pendant plus de dix ans.
Depuis qu’elle était avec Arthur, Constance s’en voulait de ne pas lui avoir dit la vérité sur son père. Son secret la pesait, surtout que son fiancé a pu rencontrer Hans Bennet au cours de sa carrière en tant que garde royal. La jeune femme avait même eu peur qu’Arthur finisse par lui parler de ça, mais par chance, cela n’était pas encore arrivé. C’était pour cela, qu’elle préférait tout annoncer à Arthur, avant qu’une telle situation ne se produise. Elle avait peur, mais à ses yeux, c’était le mieux qu’elle puisse faire, pour pouvoir arriver toute blanche de péchés, à l’autel. Cependant, Mary-Ann lui mit le doute. Et si Arthur ne voulait pas lui pardonner ? Et s’il ne voulait plus lui faire confiance ? Un dilemme commençait à se creuser dans l’esprit de la jeune femme, mais Constance était décidée, elle préférait dire la vérité, plutôt que mentir, tout au long de son mariage.

« Tout cela me fait peur Mary-Ann, mais je ne pourrais pas jurer fidélité, devant Dieu, à Arthur, si je ne suis pas blanche comme neige. J’ai ce seul secret, j’espère qu’Arthur comprendra, tout ceci remonte à il y a plus de dix ans. Peut-il réellement m’en tenir rigueur ? » Demanda la jeune femme soucieuse, à la femme, qui était en fait la mère d’Arthur. Constance ne savait pas l’ampleur des secrets de son futur mari. Pourtant, il valait peut-être mieux qu’elle ne soit au courant de rien, cela pourrait compromettre leur union. Toujours dans l’ignorance, la serveuse du Flying Dutchman répondit en toute innocence à la question de Mary-Ann.
« Si Arthur venait à m’annoncer, comme moi je compte le faire, qu’il n’est pas orphelin et qu’il a un père ou une mère quelque part, je serai contente de l’apprendre. Je n’ai jamais eu de frères, ni de sœurs, ma mère est morte trop tôt et je me suis séparée de mon père, à cause de ses secrets. J’ai toujours rêvé d’une grande famille et si Arthur avait des parents, des frères ou des sœurs, je serai heureuse d’apprendre que notre famille est en fait plus grande. » Elle avait le sourire aux lèvres, en répondant à Mary-Ann. Elle pensait à Arthur, à la famille et au bonheur prochain qui allait l’attendre. La seule ombre au tableau, c’était son secret, dont elle devait absolument se débarrasser.




Spoiler:
 


    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Ven 15 Mai - 11:03
«
Si Arthur venait à m’annoncer, comme moi je compte le faire, qu’il n’est pas orphelin et qu’il a un père ou une mère quelque part, je serai contente de l’apprendre. Je n’ai jamais eu de frères, ni de sœurs, ma mère est morte trop tôt et je me suis séparée de mon père, à cause de ses secrets. J’ai toujours rêvé d’une grande famille et si Arthur avait des parents, des frères ou des sœurs, je serai heureuse d’apprendre que notre famille est en fait plus grande. », avait-dit Constance.

C’était rassurant, mais pas entièrement. Si Arthur dévoilait le secret de sa véritable identité à Constance, comment réagirait-elle vraiment ? Cela signifierait que deux personnes lui avaient mentie. De plus, accepterait-elle de comprendre pourquoi Arthur avait laissé sa mère seule pendant sept ans ? Oh, elle l’aurait compris si sa mère avait été employée par le palais pour trancher des têtes. Or, elle était employée par la reine pour dénoncer des gens. Qui finalement, se retrouvaient sans tête. En vérité, Constance ne comprendrait pas Mary-Ann non plus, si elle savait sur quoi était basé son business. Mais elle avait une dette envers elle, ce qui peut-être, la pousserait à se montrer tolérante…En revanche, elle n’avait nulle dette envers Arthur. Les choses auraient été plus simple si Constance détestait un peu plus les protestants, comme la plupart des gens du peuple de cette ville. Mais la jeune fille était douce comme agneau et se gardait de juger les gens. Arthur lui avait d’ailleurs expliqué qu’il craignait ne jamais être d’accord avec sa femme sur certains points. Quant il lui avait parlé de la princesse Elizabeth et du danger qu’elle représentait, Constance s’était gardée d’émettre un jugement. Et Arthur avait senti que s’il insistait pour la convaincre de ce qu’il avançait, elle le prendrait pour un monstre. Oh, Mary-Ann n’en savait rien, du danger ou non que représentait la princesse Elizabeth, puisque de toute façon, elle n’en avait rien à faire de la propagation du protestantisme. Cependant, il était évident à ses yeux que la fille d’Anne Boleyn voudrait imposer la religion de sa mère comme légale si un jour elle devenait reine. Cela coulait de source. Et pour Arthur, évidemment, cela était un danger. Et mieux valait, en sa présence, pour ne pas raviver de tensions entre eux, partageait son sentiment d’insécurité vis-à-vis de « l’hérésie ».

Cependant, même si Constance avait été moins ouverte douce à l’égard des présumés protestants, comment réagirait-elle si elle savait qu’Arthur avait en quelques sortes renié sa mère parce que celle si projetait d’ouvrir une maison close qui avait aidé tant de filles ? Mary-Ann ne voyait pas Constance comme une femme compréhensive envers ce genre de fierté lié à la réputation et à l’honneur de la famille. Elle s’indignerait sans doute qu’un fils abandonne sa mère parce qu’elle lui faisait honte. Au final, même si Mary-Ann aimait beaucoup Constance, elle se demandait si cette jeune fille serait compatible avec son fils. Beaucoup de choses les rapprochaient, mais beaucoup de choses les séparaient aussi. Si Blanche n’avait pas été une prostituée, sans doute qu’Arthur l’aurait épousée. Elle était bien plus…sur la même longueur d’onde que lui.

« Et si cela cache un secret difficile à accepter ? Un secret qui va à l’encontre de certains principes moraux auquel tu attacherais de l’importance ? Ce que je veux dire c’est que…Tu dis cela maintenant. Mais serais tu vraiment prête à pardonner n’importe quel passé à l’homme que tu vas épouser et à l’aimer pour l’homme qu’il est aujourd’hui ? Tout le monde n’en ai pas forcément capable. », répondit Mary-Ann.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Sam 23 Mai - 23:01

Le plus beau jour de sa vie.




L’amour ne s’expliquait pas, il est une chose inattendue, un sentiment qui nous tombe dessus, sans qu’on ne puisse le prévenir. Pour Constance, Arthur était apparu comme dans un rêve, changeant pour toujours sa vie. Alors qu’elle était seule avec sa petite protégée Jane-Ann, elle allait pouvoir se construire une vie de famille, avoir ses propres enfants et surtout porter le nom de Wayne. Constance avait hâte de ne plus être une Bennet et être pour toujours, jusqu’à ce que la mort les sépare, Mrs Arthur Wayne. Par ce mariage, la jeune femme voulait tourner la page des mensonges et de la fuite. Elle prendrait son destin en main et aurait une vie de femme et non plus celle d’une fille, qui ne cessait de fuir son passé. Les évènements s’enchaînaient à une vitesse et Constance avait le sentiment d’être prise dans une ritournelle qui ne s’arrêtait jamais. La demande en mariage, les préparatifs, le travail, l’éducation de Jane-Ann, elle avait tellement de choses à faire, qu’elle n’avait plus de temps pour penser, ni pour elle. Ce débordement, elle l’adorait et même si elle ne voulait pas préparer un mariage toute sa vie, elle espérait que sa vie future soit aussi remplie qu’aujourd’hui. Constance savait quel genre de femme mariée elle ne voulait pas être. Elle ne souhaitait pas passer sa vie enfermée dans une demeure à élever ses enfants. Elle voulait vivre, pour sa famille, mais aussi pour elle. Elle voyait comment son amie Catherine Carey vivait, débordée par ses nombreux enfants, elle ne vivait plus pour elle, ce qui était bien triste. Constance voulait continuer sa vie, elle voulait continuer à travailler, tout en s’occupant de sa famille. Elle a été durant de longues années une femme libre et elle voulait le rester, à sa manière.
La jeune serveuse du Flying Dutchman était confiance, cependant les prochaines paroles de Mary-Ann commencèrent à l’inquiéter. Alors qu’elle l’entendait, elle avait le sentiment que quelque chose clochait avec Arthur, que celui-ci n’était pas honnête avec elle, tout comme la diseuse de bonne aventure lui avait dit il y avait plusieurs mois de cela. Jusqu’à aujourd’hui, la jolie brune avait fini par oublier les paroles de la vieille femme, mais désormais tout lui revenait et à nouveau elle eut cette question « Et si. » Constance avait été trahie par le principal homme de sa vie, son père, l’homme qui était son héros, celui en qui elle croyait le plus au monde. Les questions de la maquerelle lui mirent le doute. Elle lui demanda si elle serait prête à aimer Arthur, s’il avait un lourd secret, un secret qui pourrait aller à l’encontre de certains de ses principes moraux. Le regard de Constance fut fortement marqué par l’inquiétude et ce regard, elle le posa que Mary-Ann.

« Je dois me méfier d’Arthur ? » Disait-elle d’une voix tremblante. « Je ne pourrais pas supporter une nouvelle trahison de la part d’un homme que j’aime. » Elle baissa la tête espérant vraiment que Mary-Ann la rassure pour la suite.





    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Mer 1 Juil - 13:22
« Je dois me méfier d’Arthur ? », demanda Constance qui semblait soudain prise d’une véritable inquiètude. Mary-Ann comprit qu’il fallait mieux ne pas l’inquiéter davantage, ou elle risquerait de compromettre la date déjà fixée du mariage. « Je ne pourrais pas supporter une nouvelle trahison de la part d’un homme que j’aime. »

Les choses allaient être plus compliquée entre Arthur et Constance que Mary-Ann l’avait pensé dans un premier temps. Finalement, n’avait-elle pas eu un peu tort de faire en sorte qu’ils se rencontrent tout les deux. Elle l’ignorait…Elle aimait beaucoup Constance et estimait que c’était une femme bien pour son fils. Cela dit, elle ne serait pas non plus prête à pardonner Constance si elle le laissait tomber en apprenant qu’il lui avait menti sur son identité, ou que son travail l’amenait à tuer. Certes, Mary-Ann aussi aurait préféré qu’Arthur réfléchisse un peu plus avant de signer un tel pacte avec Stephen Gardiner. Mais les choses étaient ce qu’elles étaient et il était du devoir de Constance de soutenir son futur mari. Arthur serait parfait pour elle. Il était un homme bon avec les femmes, car Mary-Ann l’avait élévé ainsi. Il lui serait fidèle et la traiterait avec respect. Il n’était pas non plus du genre à gaspiller tout son argent pour lui et elle ne manquerait donc de rien car il se plierait en quatre pour offrir à sa famille tout ce dont elle avait besoin. Arthur était un homme bon. Il avait fait des erreurs, mais Constance ne pouvait lui en tenir rigueur. Il avait ses raisons, et il avait besoin de soutien. Il avait besoin d’elle. Il avait besoin de fonder une famille. Sans quoi, il s’engagerait encore plus dans son travail et ça, Mary-Ann ne le sentait pas comme une bonne chose.

« Non, Constance. Arthur est un homme bon. Tout mensonge n’est pas nécessairement une trahison. Je dis simplement que je te sais sensible aux mensonges et que tu ne devrais pas l’être autant, car nous avons tous un passé, parfois moins glorieux que ce qu’on aimerait admettre, mais que c’est le présent qui compte. Je ne dis pas qu’Arthur a un secret, je dis que c’est probable car cela arrive souvent que les hommes en aient. Je le vois bien ici, avec tout les hommes qui se confient. Et les femmes aussi, d’ailleurs, ont des secrets. Mais tu ne dois pas te méfier de lui. Je pense que tu as trouvé le futur mari le plus respectueux et le plus gentil qui soit. Arthur te traitera toujours bien, j’en ai la certitude. Il t’aime énormément. Il n’aura de cesse de te rendre heureuse, de veiller à ce que tu ne manques de rien, et il sera un père admirable, je le devine sans peine. J’espère simplement que tu l’aimerais pour ce qu’il est actuellement, et que si comme toi, il a un secret qui peut-être ne te plaira pas beaucoup, tu sauras l’aimer pour ce qu’il est aujourd’hui. C'est une simple réflexion, tu sais. En tout cas, je suis certaine qu’il ne t’en voudra pas de lui avoir menti sur le tien. C’est un homme compréhensif. Et il t'aime véritablement. »

Mary-Ann adressa un sourire à Constance, ésperant que celle-ci la rassurerait à son tour en lui disant qu’elle aimerait Arthur pour ce qu’il est aujourd’hui et non pour son passé. Mais elle doutait qu’elle en soit vraiment capable. Constance avait tracé des limites rigoureuses dans ces principes moraux. Elle semblait moins tolérante qu’Arthur, moins apte à pardonner. Qu’Arthur lui dise qu’il avait accepté de tuer les ennemis de la reine si besoin il y avait, et il en était fini de leur relation. Mieux vallait sans doute qu’il lui annonce cela après le mariage. Quand les liens seraient plus fort et moins difficilement brisés. Mais Arthur semblait avoir perdu de sa ferveur. Mary-Ann le soupçonnait de regretter de s’être engagé si vite dans cette mission secrète. Cela dit, il semblerai que déjà, celle-ci n’aurait pu lui d’être. On prétendait que la reine prévoyait de sévir grandement. Les éxecutions seraient publiques. Il n’y aurait plus lieu alors, de tuer les hérétiques en cachette. Apparament, un homme se ferait bientôt éxecuter sur leur bûché. Arthur avait dit à sa mère qu’il ésperait ne pas être choisi pour maintenir l’ordre lors de la première éxécution de la sorte. Mary-Ann savait pourquoi. Ils partageaient tout deux le même souvenir difficile d’un homme pendu en place publique. Un fils, un frère. Un souvenir qu’Arthur aurait besoin de partager avec une femme. Mary-Ann ne pardonnerait pas à Constance si elle partait quand Arthur, en imaginant qu’il ne saurait tenir sa langue, lui annoncerait la vérité sur son identité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Jeu 30 Juil - 10:07

Le plus beau jour de sa vie.




Toutes les jeunes femmes ne pensaient qu’à ça et ne voulaient certainement pas atteindre l’âge de vingt-cinq ans, avant de prendre un mari. Constance Bennet n’aurait jamais cru qu’elle passerait un jour devant l’autel. Trop instable, trop mauvais genre pour certaines personnes, qui auraient pu penser qu’elle finirait par épouser un garde de la reine ? Personne et certainement pas elle. Maintenant qu’on lui avait appris à aimer, la jeune femme savait que son cœur appartenait à Arthur Wayne et qu’il n’appartiendrait à personne d’autre. Elle aimait l’homme et elle avait vraiment le sentiment que s’ils parvenaient jusqu’à l’autel, entre eux, ça serait jusqu’à ce que la mort les sépare.
En compagnie de Mary-Ann Paton, la jeune serveuse savait qu’elle pouvait se confier à elle, comme à une mère, la maquerelle était une femme de qualité, avec des allures de nobles et surtout elle apportait de la confiance à tout le monde. A ses côtés, Constance sentait qu’elle pouvait parler à elle, comme une fille le ferait avec sa mère. Il y avait bien longtemps qu’Emma Bennet était morte et Constance ne savait même pas si son père l’avait remplacé un jour pour une autre femme. Cela l’étonnerait, mais le cœur ne se commandait pas. Emma était une femme exceptionnelle et il y avait bien trop longtemps qu’elle était partie, si bien que Constance arrivait avec beaucoup de mal à se souvenir de son visage. Seul son parfum lui restait en mémoire, puisque chaque semaine, elle allait en chercher la fleur qui le dégageait, pour embaumer sa chambre du Flying Dutchman. Cette odeur lui procurait une sensation de sécurité, de confiance et de courage.
En parlant avec Mary-Ann, la jeune femme avait eu soudainement peur, les paroles d’une vieille diseuse de bonne aventure lui revenaient en tête et elle se demandait si Arthur ne lui avait pas menti. Elle le trouvait honnête, mais l’homme avait toujours gardé une part de mystère sur sa vie. Comme elle, il n’avait pas de famille, mais était-ce réellement vrai ? La jeune femme était pleine de doute et après tout ce temps, elle se demandait, si ce bonheur était vraiment le sien et surtout est-ce qu’elle l’avait mérité. Ses grands yeux couleur chocolat posés sur Mary-Ann, attendaient une réponse.
A nouveau, elle eut la confirmation qu’Arthur était un homme bon, ce qui automatiquement fit sourire la jeune serveuse. Cependant, Mary-Ann avait conscience qu’elle était sensible aux mensonges et qu’elle ne devrait pas l’être, puisque tout le monde avait un passé. Les paroles de la maquerelle étaient étranges et contradictoires les unes aux autres. D’un côté elle disait qu’Arthur n’avait sans doute pas de secret, mais de l’autre, que tous les hommes en avaient, ainsi que les femmes. Néanmoins, elle pensait qu’Arthur serait le mari le plus respectueux et gentil qui soit, qu’il la traiterait bien. Constance le pensait aussi, elle ne voyait pas l’ombre d’une méchanceté dans le regard de son fiancé. En plus, Mary-Ann lui confirma, qu’à propos du secret de son père, Arthur ne lui en voudrait certainement pas. Elle était heureuse tout simplement et les paroles de la maquerelle l’avaient rassurées.

« J’espère en retour pouvoir le rendre heureux et surtout avoir des enfants avec lui. Je ne pensais pas il y a un an de cela que je pourrais former une famille et aujourd’hui, je ne rêve que de cela. Je ne sais pas de quoi sera fait demain, mais j’espère avoir plus de chance que mes parents. J’ai été enfant unique tu sais et même si j’avais de nombreux amis, j’ai toujours vu mes parents vivre avec les fantômes de ces enfants perdus. J’espère pouvoir avoir une grande tribu, pas comme mon amie Catherine Carey, mais de beaux enfants. » Elle souriait de bonheur, heureuse de pouvoir partager ça avec Mary-Ann. « Et j’espère aussi que tu feras partis de leurs vies, comme tu es présente pour moi et Arthur. Je me moque bien des préjugés et de ce que les gens raconteront, mais mes enfants auront besoin de connaître une personne aussi admirable que toi. » Elle souriait confiante dans ses paroles, sans savoir que si elle avait des enfants un jour avec Arthur, celle-ci serait leur grand-mère.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Dim 20 Sep - 16:40

« Oh, je te le souhaite aussi. Il n'y a rien de plus beau qu'être mère. », répondit Mary-Ann à Constance quand celle-ci lui confia avoir changé d'avis sur la maternité et ne rêver que de cela aujourd'hui. - Et rien de pire que voir ses enfants mourir avant soi -, pensa-t-elle tout bas. Heureusement, ils n'étaient pas tous passé de l'autre côté, contrairement à ce que Constance croyait. Heureusement, elle avait encore Arthur.

« Tu sais, je pensais comme toi autrefois. Je n'étais pas certaine de vouloir donner des enfants à mon mari. Je voyais cela comme une condamnation à perdre davantage de liberté. Mais en fait, rien de mieux ne m'est arrivé dans la vie. J'ai adoré élever mes quatre garçons, les voir grandir, leur apprendre la vie... Ils sont la plus belle chose que j'ai fais. Et mon mari était un père admirable. Avoir des enfants nous a beaucoup rapproché... Je crois qu'Arthur sera un très bon père, lui aussi. On voit qu'il désire vraiment avoir des enfants. D'ailleurs, peu d'hommes auraient accepté, comme lui, de veiller sur un enfant qui n'est pas le sien.... Tu vois déjà tout les efforts qu'il fait pour se faire apprécier de Jane-Ann. Son éducation lui importe beaucoup, je pense. Mais s'il s'y prend parfois un peu gauchement, il ne faut pas lui en vouloir. Il me parle beaucoup, tu sais. Il m'a confié qu'il croyait être plus apte à éléver des garçons que des filles, étant donné qu'il a grandi entouré de frères et qu'il a choisi un métier où encore une fois, il n'y a que des hommes. Il cotoie parfois des hommes qui, comme beaucoup sur cette terre, n'ont aucun respect pour les femmes. Cela risque de le rendre très protecteur à l'égard de Jane-Ann et des filles que tu lui donneras, si tu lui en donnes, quand elles seront à un âge où on devient des femmes. Cela dit, ce ne sera qu'une preuve d'amour et rien d'autres. Arthur n'est pas de ces hommes machistes et rabaissant envers les femmes, sans quoi il ne serait pas ami avec moi. Il est de ceux qui les respectent et veulent les protéger. », répondit Mary-Ann.

« Et j’espère que tu feras partis de leur vies, comme tu es présente pour moi et Arthur. Je me moque bien des préjugés et de ce que les gens raconteront, mais mes enfant auront besoin de connaître une personne aussi admirable que toi. », ajouta Constance.

Mary-Ann fut très touchée par ce que la jeune fille qu'elle avait sauvé du froid venait de lui dire. Elle lui sourit sincèrement, émue.

« Je me ferais un plaisir d'être présente pour tes enfants, Constance. Je les aime déjà. J’espère que ton mari ne s'inquiétera pas des préjugés, lui non plus. », répondit-elle avec un sourire sincère, le regard ému, prenant dans sa main celle de Constance. « Je suis certaine que tu seras très heureuse avec lui. Tu sais, je sens ces choses là... », ajouta-t-elle en la regardant dans les yeux, sincère.

Elle se leva ensuite pour présenter un biscuit accompagnant le thé à Constance. Une manière discrète de finalement se détourner d'une séquence trop émotionnelle pour la maquerelle. Il était difficile, en effet, de cacher qu'Arthur était son fils dans de pareils moments.

« Et alors, tu ne m'as finalement pas dit quelle était la date prévue pour ce mariage ? C'est déjà convenu ? », demanda-t-elle, lui présentant la boite de biscuits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Mer 2 Déc - 19:33

Le plus beau jour de sa vie.




En s’occupant de Jane-Ann, Constance avait déjà eu un avant-goût de la maternité. Même si la petite fille n’était plus un bébé, la belle serveuse avait pu nourrir ses instincts maternels qu’elle pensait éteint à jamais. Avoir un enfant d’Arthur serait une grande joie pour elle. Depuis qu’il l’avait demandé en mariage, elle rêvait de pouvoir construire une famille avec lui et surtout de lui offrir un fils, qui ressemblerait à son père en tout point. Constance n’avait jamais eu la chance d’avoir de nombreux frères et sœurs, tous étaient morts avant sa naissance et pour ses parents, elle avait été un bébé miracle, qu’ils ont choyé toute leur vie. Avoir une grande famille lui permettrait de combler un certain manque familial et elle savait que cela apporterait beaucoup à Arthur qui était lui-même un orphelin.
Constance écouta ensuite les sages paroles de Mary-Ann, qui lui rapporta tout ce qu’elle pensait déjà savoir d’Arthur, mais elle lui évoqua aussi le fait qu’elle avait aimé le plus au monde d’être mère. Constance le savait, Arthur était un homme d’honneur, il prendrait soin de ses enfants, même de ses filles qu’il protégerait, comme il le ferait pour elle. Bien sûr, Constance se voyait prendre en charge l’éducation entière de ses filles, puisque c’était son rôle et elle voyait plus Arthur prendre soin de leurs futurs fils. Ils seraient heureux elle en était certaine. Le dévouement que son fiancé envers Jane-Ann était admirable et Constance savait grâce à cela qu’Arthur serait un très bon père. Elle souriait en pensant à tout cela et elle espérait pouvoir vite arriver au moment du mariage.

« Arthur est l’homme que je n’aurai jamais espéré avoir dans ma vie. Je serai toujours reconnaissante envers Dieu de l’avoir mis sur mon chemin. » Avoua la jeune femme.

Constance qui avait un cœur tendre et qui aimait comme une mère Mary-Ann lui avait avoué qu’elle la voulait dans sa vie et dans celle de ses futurs enfants. Elle sentait que la maquerelle aimerait jouer un rôle pour eux et pouvoir les voir autant qu’elle le pouvait. Même si Arthur refusait, elle ferait tout pour le faire plier et pour que Mary-Ann reste dans leur vie, comme elle l’était déjà actuellement.

« Pour ce qui est d’Arthur je m’en occupe. Il sait qui tu es et il connait ton dévouement pour nous. Et si quelques préjugés lui viennent à l’esprit, je saurais lui rappeler tout ce que tu as fait pour nous. » Elle souriait parce qu’elle savait très bien que si Arthur venait à refuser, elle se montrerait tellement têtue qu’il allait devoir plier de lui-même.
« Pour le mariage, j’aimerai beaucoup que l’on se marie en mai. Cela sera le printemps, les arbres seront en fleur, je sens que cela sera le moment le plus magique pour nous. Tu en penses quoi ? » Demanda la jeune femme qui était toujours soucieuse de recevoir les conseils de Mary-Ann.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Sam 5 Déc - 12:45

« Pour ce qui est d’Arthur je m’en occupe. Il sait qui tu es et il connait ton dévouement pour nous. Et si quelques préjugés lui viennent à l’esprit, je saurais lui rappeler tout ce que tu as fait pour nous. »
 , répondit Constance.

Mary-Ann n'en doutait pas. Elle avait tout de suite compris, dès les premiers jours de sa rencontre avec Constance, qu'elle était une femme têtue, qui ne lâchait jamais ses principes et qui savait obtenir ce qu'elle voulait. C'était une femme indépendante, aussi. Et c'est là ce que Mary-Ann redoutait le plus dans l'avenir du couple qu'elle formait avec Arthur. Certes, Arthur était un jeune homme très respectueux des femmes. Il était loin d'avoir été élevé de manière machiste, avec une mère comme Mary-Ann et un père comme le sien. Mais cela dit, Arthur était aussi le genre d'homme à vouloir offrir le plus grand confort à sa famille par ses propres et seuls moyen. Il n'aimait déjà pas beaucoup le fait que Constance soit serveuse, que d'autres hommes la regardent à la taverne et risquent de lui faire des avances...Mais en plus, il n'aimait pas que les gens pensent qu'il laissait sa fiancée travailler pour ramener plus d'argent. Lui pouvait se contenter de très peu. Il n'était pas un homme de luxe, mais un homme simple. Dès lors, il aurait bien assez d'argent pour que Constance cesse de travailler. Restait à voir si celle ci laisserait tomber son plus grand symbole d'indépendance comme cela. Mary-Ann bien que féministe, était cependant d'accord avec son fils sur ce point. Elle même n'avait jamais travaillé. Et Constance aurait besoin de tout son temps pour élever ses futurs enfants. Elle ne pourrait cumuler cette tâche avec un travail.

« Pour le mariage, j’aimerai beaucoup que l’on se marie en mai. Cela sera le printemps, les arbres seront en fleur, je sens que cela sera le moment le plus magique pour nous. Tu en penses quoi ? »

« Je pense que c'est une très bonne idée. Le temps aura plus de chances de vous être favorable en mois de mai qu'en mois de mars, de toute évidence. Y aura t-il beaucoup d'invités ou est ce que cela se fera en petit comité  ? », demanda Mary-Ann.

Plus tard, elle posa une autre question, sur un tout autre sujet lié, cela dit, à ce futur mariage.
« Comptes tu cesser de travailler en mai ou préfères tu attendre la naissance de ton premier enfant pour cela ? », demanda la propriétaire du Red Lantern, ayant pris soin de tourner la question de sorte à la rendre tout à fait banale, alors qu'en réalité, l'attachement de Constance à son travail et ce qu'elle comptait faire une fois mariée, l'intéressait beaucoup car elle savait que son fils ne voudrait pas voir sa femme se fatiguer à la tâche alors qu'il avait de quoi subvenir à ses besoins sans qu'elle n'aie besoin de le faire. Peu d'hommes pourraient en convenir autrement. Arthur était déjà très ouvert sur la condition des femmes. Y avait il des hommes plus tolérant que lui ?...Alors qu'elle se posait la question, Mary-Ann pensa à Charles. Son fils aîné avait été un homme particulier. Le genre d'homme à s'incliner et à offrir un baise main à une prostituée. Tout le monde aimait Charles, et Chartles aimait tout le monde. Lui, peut-être qu'il n'y aurait pas vu d'inconvénient. Quoique...Il aurait été très jaloux des hommes qui auraient osé regardé sa femme un peu trop longtemps pendant qu'elle travaillait... Elle n'était pas sûre de l'avis de son fils sur une telle question. Il était mort trop jeune. Elle n'avait pas eu le temps de connaitre l'homme qu'il était devenu. C'était cela le plus triste....Elle n'avait même pas eu le temps de vraiment cerner la personnalité étonnante de son fils...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  Jeu 21 Jan - 20:19

Le plus beau jour de sa vie.




Mary-Ann était une femme qui comptait beaucoup dans la vie de Constance et l’avoir à ses côtés le jour de ses noces était une évidence. Même si la femme pouvait être considérée comme une personne de petite vertu cela importait peu à Constance. Elle connaissait le cœur de la maquerelle, c’était elle qui un jour lui avait tendu la main, pour lui offrir un toit, un petit travail et de la nourriture. Constance n’était pas certaine que toutes les personnes dites honorables égalent la cheville de la maquerelle. Elle se souvenait encore de ces journées d’hivers, quand elle mourrait de fin et que les bourgeois et nobles passaient à ses pieds sans faire attention à elle.
Même si Arthur ne le désirait pas, Constance aurait deux invités que la convenance ne désirait pas, c’est-à-dire Mary-Ann et Avaline. Après tous les mariages étaient pour la famille et les proches et ces deux femmes étaient pour Constance deux personnes de sa famille.

« Oui c’est ce qui nous semblait être le mieux. Nous serons en petit comité. Avec Arthur, nous n’avons pas beaucoup de proches, lui n’a pas de familles, donc parmi les invités cela sera principalement nos amis. » Expliqua la jeune femme. C’était triste de voir que les futurs mariés n’avaient presque plus de famille et encore il ne restait plus que le père de Constance et la jeune femme ne savait toujours pas si elle aurait le courage de l’invité.

Mary-Ann posa ensuite une question qui inquiétait beaucoup Constance, celle qui concernait son travail au Flying Dutchman. Constance adorait son travail, cet établissement lui avait beaucoup apporté, la stabilité et maintenant une vie de famille. Partir serait un déchirement pour la jeune femme et elle ne savait pas si elle serait capable de quitter la taverne. Une femme mariée ne devait pas travailler, surtout si son mari pouvait subvenir à ses besoins, ce qui était le cas d’Arthur. Pour le moment la jeune femme ne savait pas, elle avait peur de s’ennuyer seule, peut-être qu’arrêter son travail après avoir mis au monde son premier enfant serait une solution. Elle devrait en parler à Arthur après leurs noces.
« Je ne sais pas quoi faire. J’aime être au Flying Dutchman et tu sais tout ce que cet endroit m’a apporté. Je ne pense pas qu’Arthur voudrait que je reste après notre mariage, mais j’ai peur de m’ennuyer. J’ai toujours travaillé. Peut-être que je suivrais ton conseil et je m’arrêterai une fois que j’aurai donné à Arthur son premier enfant. M’occuper d’un nouveau-né me prendra beaucoup de temps et je refuse de le mettre entre les mains de ces horribles nourrices dont on entend souvent parler. » Répondit la jeune femme. En effet, les mères de la ville avaient pour habitude de confier leurs nourrissons à des nourrices de la campagne. Malheureusement, beaucoup de ces enfants ne revenaient pas vivants. Pour toutes ces raisons, Constance préférait s’occuper elle-même de ces propres enfants.

D’ailleurs, en parlant de travail, il était temps pour la jeune serveuse de retourner au Flying Dutchman pour reprendre son service. Le temps s’était écoulé rapidement, comme à chaque fois qu’elle venait rendre visite à la maquerelle du RedLantern.
« Je vais reprendre mon service, sinon je pense que Louis va me faire passer un sale quart d’heure. » Elle se mit à rire et se leva. « Mary-Ann j’espère vraiment que tu viendras à mon mariage et surtout ne t’inquiète pas des préjugés, moi je me moque de cela. A bientôt. » Ajouta la jolie brune, avant de quitter la cuisine et de passer la porte de l’établissement le plus sulfureux de Londres.




    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.  
Revenir en haut Aller en bas
Le plus beau jour de sa vie ☼ avec Mary-Ann.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
» Un beau jour pour la Dame aux corbeaux
» ▲ c'est un beau jour pour mourir
» Adoubement, le plus beau jour de sa vie [TERMINER]
» Un jour je conquerrais le monde avec mon armée de pélicans et de brosses à dents ! En attendant je mange des marshmallows avec mes copains les hérissons ... ~ Link

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: