AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  Sam 28 Fév - 22:49
L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... {Damian & Rosy}
Mon arrivé en écosse ne se fit pas sans heurt pour mon navire ! En effet, une tempête de plus de 2 jours avait ballotté mon navire si durement, que le grand mât de la grande voile avait littéralement cédé en son milieu, laissant sur le pont de mon navire, le voilage blanc sur le sol meurtri par le choc. C'est donc particulièrement épuisé que ma douce amie Agnès Livingstone nous avait accueillie son époux William et moi-même dés notre arrivée. Mais heureusement, son sourire, son bonheur de revoir son mari, et son ventre adorablement arrondi, on suffit à réchauffer mon cœur et à me faire oublier un instant ma fatigue. Nous sommes immédiatement rentrés à la cours où elle vit et ou j'ai également pris mes appartements. J'envoyais dés mon arrivé une missive à Rosemay, lui signifiant mon arrivé et mon désir de la voir au parc où nous avions l'habitude de nous rencontrer si souvent autrefois. J'ai pu ensuite me laver, m'habiller de frais et me reposer durant quelques heures, puis je pris une des somptueuses montures de la cours et je me rendis au parc.

L'air de ce début d'après-midi est chaud pour un début d'hiver en écosse cela est une chose assez rare pour que je le souligne. Partout dans le parc la lumière est présente, donnant de ses rayons fabuleux une apparence presque irréelle à l'endroit. Je prends le temps de respirer à plein poumon l'air chaud de l'automne. Chacun de mes pas font craquer les feuilles d'automne sèche encore présente tombées au sol, cassant ainsi le silence régnant dans le parc, qui malgré la chaleur douce de l'après-midi est étrangement presque désert.

Je marche encore durant quelques minutes puis je vois enfin face à moi le petit banc de bois blanc près du lac ou ma douce Rosy semble déjà m'attendre. Je m'avance vers elle d'un pas doux dans l'espoir de la surprendre, mais ma belle se retourne de manière bien trop prompte pour cela. Ses prunelles lapis-lazulis se plongent dans mes deux sombres onyx. La lumière du soleil semble l'entourer entièrement d'un halo angélique. Je souris, je sens une étrange sensation me prendre à bras-le-corps, comme une envie irrésistible de serrer ma douce tout contre moi.

Je me force néanmoins à me contenir pour ne pas lui paraître empressée, mais soudainement, je n'arrive pas à me contenir d'avantage et je la prends avec passion dans mes bras. Mes lèvres se posent avec ferveur sur les siennes, mes bras entours ses hanches fines et délicates. Je me laisse totalement emporté, faisant tournoyer ma belle entre mes bras. Je la relâche ensuite. Son visage est empourpré et soudainement, je me rends compte que je l'ai peut-être gêné et cela me met un peu mal à l'aise.
-Ma douce, je suis désolé, je ne voulais nullement vous gêner. Vous m'avez tellement manqué mon amour. Vous êtes encore plus belle que lors de mon départ.

Je prends à présent sa douce main dans la mienne et nous allons nous asseoir sur le banc derrière nous. Mes yeux n'arrivent pas à se détacher d'elle. Son être entier m'hypnotise, ses yeux brillants et rieurs, son sourire doux et chaud, ses traits parfaits et angéliques... J'ai trouvé mon paradis et son nom est Rosemay De Roy et plus jamais je ne m'en séparerais !
code by lizzou × gifs by tumblr


Dernière édition par Damian L. Blackwood le Dim 1 Mar - 12:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  Dim 1 Mar - 0:37



Rosemay & Damian


Enfin ce traître Amour qui semblait désarmé
Reprend force en mon coeur, et recouvre sa gloire,
Je sens encore les feux dont je fus enflammé,
Et si j'ai triomphé c'est avant la victoire.

Ce beau soleil d'Amour pour un temps obscurci,
Que les dédains couvraient comme un épais nuage,
Rendant de ses rayons tout le ciel éclairci,
A chassé les brouillas qui me servaient d'ombrage.


Les pages duveteuses se tournaient avec fébrilité tandis que ses magnifiques yeux bleu , tel qu'un océan qui brillait sous un soleil de plomb parcouraient les pages avec avidité et passion. Il faisait quelque peu froid en ce mois. Les événements qui s'étaient passés l'avait fait frémir et l'avait tourmenté lors de ses nuits. Elle s'était réveillée une bonne nombre de fois. Du sang, des meurtres, des hommes, Satan lui-même qui surgissait des flammes. Dans ses cauchemars, Rosemay, elle s'était retrouvée toute seule, vaillante mais si petite face au mal. Elle réprima un frisson d'horreur, depuis cette soirée , ses journées devenaient maussades encore et encore. Le sang qui coulait abondamment, venait sans cesse dans son esprit. Les livres n'arrivaient pas à la réfléchir à cela. Les images qu'elle avait vu, l'avait profondément touché encore et encore. Son coeur semblait s'épuiser à penser à cela.

La seule nouvelle qui venait égayer sa vision et son coeur. Damian. A la seule pensée de cet homme qui faisait chavirer son coeur , enflammer ses veines d'un puissant aphrodisiaque. Jamais, elle n'avait ressenti cela pour quelqu'un. De l'amour. Il était là, à la cour. Rosemay venait se libérer pour le retrouver à leur endroit, à leur saule pleureur au côté de ce magnifique étang qui devait briller sous le soleil automnale de l'Ecosse. Elle était impatiente et ses yeux avaient repris cette belle teinte enjouée. Elle allait le revoir, sa journée semblait s'éclairer. Refermant son ouvrage avec un petit sourire. Elle s'en était allée prendre son cheval et galoper en amazone dessus. Elle adorait l'équitation mais sa belle robe l'empêchait, l'odeur frais venait fouetter son magnifique visage aux traits doux et harmonieux. Elle a toujours été la plus belle de sa famille, la plus belle. Rosemay se sentait enivrer, porter sur l'amour qui venait faire battre son coeur à la chamade. Enfin, elle savait que c'était le véritable amour, elle le sentait dans son coeur. Son père n'aurait pas aimé Damian mais elle, oui. Son seul rêve , c'était d'aimer et voyager. Lire les romans et les vivre avec lui.

Maintenant il rayonne à plein dessus mon coeur,
Ardent en son Midi d'une excessive flamme.
Amour aveugle enfant, de vaincu fait vainqueur,
En est le Phaëton qui va brûlant mon âme.

Elle pour amortir le feu de ses beaux yeux
Qui la rendent d'Amour ardemment allumée,
Cherche à noyer son mal dans le fleuve oublieux,
Mais son onde s'enfuit de mon âme enflammée.


Elle était arrivée en avance et s'était mise à lire son ouvrage, ce poème lui parlait, chaque mot était un pure délice, une confiserie, qu'elle dégustait avec gourmandise. L'endroit était merveilleux, les arbres avaient pris une teinte rouge, orangée, et jaune. Vêtue d'une belle robe bleue roi, sa jupe en gourgandine cachait ses jambes et se plissait dans un magnifique froissement lorsqu'elle bougeait ne serait-ce qu'un peu, un corset moulait ses courbes et sa taille de guêpe. Les manches étaient étroites et un décolleté carré d'où on voyait la naissance de sa poitrine mise en valeurs par son corset. Un fine collier mettait en valeurs son fin cou gracile. Son teint pâle semblait briller sous les couleurs de l'automne. La seule chose qui ressortait chez elle, était ses magnifiques yeux bleu, ses lèvres rosés et ses magnifiques cheveux bruns aux reflets roux coiffés en un magnifique chignon, un peu négligé. Lisant, elle sentit quelqu'un s'approcher, se tournant. Elle vit celui qui faisait chavirer son coeur, elle se sentait défaillir et une seule envie qui lui tiraillait les entrailles et le coeur. Venir se réconforter dans tes bras, oublier le massacre qui s'était fait.

Elle ne put dire un mot, Rosemay sentit des lèvres se poser sur les siennes, douces et sucrées. Une explosion de saveur et de sentiments. Elle répondit à ce baiser, se sentant flotter dans les airs, soulever par des bras puissants et virils. Ses veines s'enflammaient, oubliant tous ses soucis. Rosemay eut un sourire et s'empourpra de cette soudaine promiscuité. Son coeur battait à la chamade, et son esprit était embrouillé, elle était en extase et appréciait cette chaleur. Haletante en souriant, ses yeux semblaient briller d'une étrange lueur, une nuance dorée venait naître dans ses yeux bleu. La belle jeune fille, serrait ta main en s'asseyant sur le banc plissant sa belle robe bleu. Rougissante encore sous les compliments de cet homme qui lui donnait l'impression de voler plus haut que les nuages, de se sentir unique en le regardant dans les yeux. De se sentir à l'aise dans un volcan. Voilà, ce que cela était l'amour pour elle et elle l'avait trouvé en lui.

-Ne le soyez point, mon tendre Damian. Vous m'avez tellement manqué, je suis fortement heureuse de vous voir. Vous ne le savez pas à quel point, déclara-t-elle avec un sourire doux et tendre, d'une voix si douce et cristalline.

Elle venait caresser ta joue , frissonnant de cette chaleur, de cette douceur et des retrouvailles si intenses. Ses yeux brillaient et cette caresse. Elle venait poser un bref baiser intense sur tes lèvres, un étrange frisson et courant se passait en elle, en caressant ta joue. Fermant les yeux doucement pour ressentir encore mieux ce baiser. Au bout de quelque minutes, Rosemay se détachait doucement avec un magnifique sourire éblouissant qui laissait entrevoir des fossettes, serrant ta main. Son autre main allait fermer son livre mais le laissait ouvert , profitant de ce magnifique moment parfait à l'ombre du saule pleureur.

Toujours devant les yeux lui revient le penser
Des beautés dont Amour rend sa force établie,
Soit veillant, soit dormant, j'y rêve sans cesser,
Et de les oublier seulement je m'oublie.




© Pando


Dernière édition par Rosemay De Roy le Mer 20 Mai - 12:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  Mer 11 Mar - 0:39
L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... {Damian & Rosy}
Contrairement à ce que j'avais pu croire au premier abord, ma chère Rosy apprécie mon baiser et j'en suis grandement satisfait. Pour mon plus grand plaisir ma douce y répond même de manière aussi enflammée que moi-même. Ses lèvres se font presque aussi sauvage et aventureuse que les miennes et lorsque nos lèvres se décrochent enfin, ma douce me sourit et ses yeux brillent d'une lueur faite d'un feu ardent que je n'y avais jamais vue auparavant. Mes yeux glissent à nouveau vers es lèvres aussi roses qu'un bouton de rose tout juste fleuris ; et cela me donne encore envie de les butiner un instant. Au lieu de cela, je lui souris de manière douce et apaisée. Je me sens heureux en cet instant et encore plus lorsque la douce voix mélodieuse de mon aimée raisonne à mon oreille pour me dire à quel point je lui ai manqué et à quel point elle est heureuse de me revoir. Dieu que ces mots réchauffent mon cœur d'homme. On dit souvent que les rêves ne reflètent pas la vérité. Et en fait, c'est effectivement le cas en ce moment, car aucun de mes rêves aussi grandiose soient, ils ne sont à la hauteur de cet instant. Tout est parfait, le soleil haut dans le ciel, la brise fraîche qui fait voler quelques mèches rebelles s'échappant du chignon de ma belle, son parfum aussi doux et enivrant que les fleurs au printemps le lac miroitant comme mille diamants. Je soupire à présent. Si je ne l'avais pas embrassé, je penserais être encore, dans un de mes rêves fantasmagoriques tellement ma Rosy est belle et parfaite là face à moi.

Ma main qui emprisonnait jusqu'à présent ses fins petits doigts les relâches, c'est à ce moment même que ma douce Rosy pose tendrement sa main chaude sur ma joue qui doit être glacée par le froid mordant de l'hiver. Puis ses lèvres se posent furtivement sur les miennes. Mes yeux restent à, présent fixé dans le regard doux et pétillant de Rosemay. Je le sais, je le sens à présent, je veux qu'elle soit mienne ici maintenant et à jamais ! Je refuse de repartir en Angleterre sans elle cela serait si cruel, pour elle comme pour moi !

Je reprends à présent tendrement ses mains dans les miennes comme pour donner plus de poids encore aux mots que je vais prononcer :
-Rosy, je refuse de repartir sans vous en Angleterre ! Dites-moi que vous venez avec moi ? Libérez-vous de votre serment fait à votre reine, je vous en conjure ! Repartez avec moi. Je veux tout vous offrir ma douce, l'amour, la passion, la ferveur de l'art et de la poésie, le monde si c'est ce que vous désirez ! Mais je vous en supplie repartez avec moi.

Je me sens idiot de me laisser aller ainsi tel un adolescent à peine sortie de la puberté, mais je me refuse de garder encore mes sentiments secrets. Je la veux mienne et je ne peux plus le taire plus longtemps...
-Pardonnez moi, je suis un idiot romantique qui rêve sans doutes un peu trop...
Je me lève à présent et je lui tourne le dos, bien trop honteux d'avoir osé dire tout cela à voix haute...
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  Jeu 19 Mar - 20:46



Rosemay & Damian


La douceur et la tendresse de ses gestes, la douceur du rude hiver qui s'installait sur l'Ecosse. La silence reposant de leur lieu, où ils avaient l'habitude de venir, la clameur de leurs coeurs qui battaient à la chamade. L'amour était là, palpable entre les deux nobles. L'amour écartait les dangers, les saveurs irrésistibles du vice, les rendait sourd aux paroles doucereuses de Satan. Le temps semblait s'arrêter face à leurs étreintes, laissant parler leurs coeurs dont les sentiments regorgeaient. La douceur dont elle faisait preuve envers son héro, la rendait fébrile. Rosemay se sentait d'une humeur enjouée et rebelle avec lui, comme si avec lui, tout était permis, tout était possible. Son coeur lui hurlant de le suivre où qu'il aille, que leurs lèvres ne devaient jamais se séparer l'espace d'un moment, que leurs étreintes doivent durer une éternité, que sa main chaude caressant cette joue douce et froide, réchauffe tout l'être de son noble amoureux. Son coeur lui hurlait des choses si tentantes, des paroles belles et poétiques. Des paroles enjôleuses faisant soupirer son coeur de plaisir tandis qu'une énergie rebelle s'emparait de son corps. Elle voulait le faire, oui, elle aurait aimé le faire, comme personne. L'aimer de tout son être, de toute sa joie et sa fébrilité. Il faisait disparaître les nuages brumeux de son esprit pour laisser apparaître un ciel dégagé et ensoleillé. Tu étais son soleil, brillant de mille feux dans son esprit et son coeur lorsqu'il faisait nuit. Même son héroïsme, même les souvenirs qui la hantaient disparaissaient sous ton sourire qui l'éblouissait tout comme l'astre solaire en pleine été. Tu parvenais à la rendre ainsi, enflammée et éblouie, le seul homme qui lui faisait ressentir quelque chose, rebelle, enjouée et enjôleuse. Dans son bas ventre, des papillons éphémères et imaginaires virevoltaient dans une danse gracile, tu lui faisais ressentir des choses, qu'elle n'a jamais pu avoir lors de sa courte vie. Oui, elle voulait partir avec toi, aller là où tu allais, abandonner la cour de sa reine. Abandonner la cour de ta reine, s'insurgea sa conscience furieuse. Sa conscience était revenue, plus forte que jamais , dans ce moment de faiblesse.

Furieuse, Rosemay sortit de sa rêverie et laisser parler son esprit noble plutôt que son coeur. Non, elle aimait d'un amour pur et sincère son cher Damian, mais la reine, Marie de Guise était celle qui l'avait sauvé d'une fin misérable, où elle serait devenue une noble déchue, devenant une catin pour survivre dans ce monde cruel et impitoyable, mourant d'une vie d'infamie, sans qu'elle ait pu rencontrer son véritable amour. Non, elle ne pouvait pas. Elle aimait Damian, mais elle avait prêté un serment éternel à la Reine, elle devait rester aux côtés de sa reine qui était devenue l'une de ses plus chers amies. L'offre était belle et poétique, son coeur aurait succombé et l'aurait suivi, mais son esprit l'en empêchait. Non, elle ne pouvait pas. Ce n'était pas vraiment le serment qui la liait à la reine mais cette amitié profonde et sincère, ce devoir, ce sens de redevance à sa reine. Non, elle ne partirait pas, car la reine était son amie, sa sauveuse, dont elle avait fait le serment de la servir sur la Bible. Elle ne devait pas écouter Satan, qui lui murmurait de le suivre, elle devait écouter son esprit Saint. Avec un tendre sourire, elle venait serrer tes mains, un regard triste.

-Cela me semble merveilleux, mon tendre amour. Mais, je ne peux point faire cela. La reine est celle qui m'a sauvé d'une vie de débauche et d'infamie, d'une mort misérable, j'ai prêté serment de la servir quoiqu'il arrive sur la Bible. Non, il ne faut pas écouter Satan qui nous murmure ses paroles doucereuses et tentatrices. Mon tendre, je le voudrais mais la reine est mon amie, cela ne serait pas noble de ma part, de partir ainsi même au nom du véritable amour. Je ne veux pas le monde, je vous veux vous, cela me suffirait mais mon sens de la noblesse me dirige vers elle. Le serment et mon amitié envers elle, sont sincères, et je ne peux point me défaire de ces deux-là, et j'en ai malheureusement pas vraiment envie de le faire, souffla-t-elle doucement en venant caresser ta joue.

Elle eut un petit sourire avant d'enchaîner , caressant de son pouce, ta joue froide, la faisant frisonner de tout son être. Ses magnifiques yeux bleu étaient nobles, doux, tendres et sincères, brillant comme des joyeux de la couronne. Ses joues étaient devenues rosés, ce qui tranchaient sur sa belle peau pâle et sans imperfection qui se voyait. Elle inspirait la candeur, la bonté et la beauté innocente à l'état pur.

-Comprenez-moi, je ne veux pas la quitter pas après ce qu'elle m'a fait et son élan de bonté, de générosité envers moi, ne me faîtes pas choisir entre mon amitié envers elle et vous, mon tendre amant. Je ne pourrais hélas, point le faire, murmura-t-elle d'une voix douce et tendre.

Elle eut un petit rire mélodieux et elle se levait dans un mouvement gracile, sa robe bleu bruissant sur le sol de verdure, elle venait poser une main sur votre épaule doucement.

-Vous êtes pardonnés, je vous comprends. Mentir serait un euphémisme si j'aurais dis que je n'étais pas tentée par vos belles paroles. Vous n'êtes pas idiots, loin de là, souffla-t-elle à ton oreille.

La douceur, Rosemay incarnait aussi la douceur et la tendresse, la loyauté à toute épreuves. Elle ne t'en voulait car l'amour pouvait nous pousser à la folie, l'euphorie de leurs retrouvailles les avaient enflammés plus qu'elle ne souhaitait le dire.







© Pando
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  Mer 8 Avr - 15:15
L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... {Damian & Rosy}
Alors que mon esprit est totalement perdu dans la contemplation du lac et ses merveilles en face de moi, ma chère Rosemay reprend la parole, pour me dire ce que je sais déjà, qu'elle doit tout à sa reine et qu'elle se doit à elle. Bien sûr, je sais cela, et son honneur et sa belle âme sont en grande partie ce qui me fait tant aimer Rosy. Son âme et son cœur son noble et fidèles et je respecte cela plus que tout au monde. Mais comment pourrais-je alors vivre pleinement mon amour avec la femme de ma vie si elle reste ici en Écosse alors que moi, je demeure en Angleterre ! Ce casse-tête ne semble pas avoir de fin ! Puis soudainement, l'idée me vint ! Il me faut venir vivre ici en Écosse ! Je ne suis lié à personne en Angleterre ! La cour, je ne m'y intéresse pas plus que cela. Seule ma famille retrouvée pourrait me manquer, mais en même temps, je me sens complet seulement lorsque je suis auprès de Rosemay. Mon hésitation ce tari à cette constatation. Ma décision est prise, je règle mes affaires à Londres et je m'installe ensuite de manière définitive ici en Écosse auprès de l'amour de ma vie !

Alors que je me retourne, Rosy pose tendrement sa main sur ma joue et ce simple geste et son sourire suffisent à réchauffer à nouveau mon cœur. Je pose moi aussi ma main sur la sienne. Mais comment pourrais-je alors vivre pleinement mon amour avec la femme de ma vie si elle reste ici en Écosse alors que moi, je demeure en Angleterre !
-Rosemay, je ne désire que votre bonheur. Je ne suis pour ma part liée à aucun serment si ce n'est mon amour envers vous. Alors la décision est prise, je resterais ici avec vous ! Je repartirais à Londres après la naissance de l'enfant de mes amis les Livingstone, puis je repartirais une dernière fois à Londres régler mes affaires courantes, puis je serais ensuite totalement à vous. Je ne peux pas imaginer me séparer de vous.

Je pose à présent un genou à terre, joignant le geste à mes paroles.
-Rosemay De Roy, vous êtes pour moi le plus beau des soleils et je veux que tout le monde sache mon amour pour vous ! Voulez-vous devenir ma femme ? Dites-moi que vous acceptez ! Je ne supporterai pas un non de votre part.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  Mer 20 Mai - 14:01



Rosemay & Damian


Ô vraie amour, dont je suis prise

Ô vraie amour, dont je suis prise,
Comment m'as-tu si bien apprise,
Que de mon jour tant me contente,
Que je n'en espère autre attente,
Que celle de ce doux amer,
Pour me guérir du mal d'aimer ?


L'amour et la reconnaissance lui furent rares dans sa vie. Depuis son enfance, ses parents avaient toujours voulu contrôler sa destinée. Depuis sa naissance, depuis qu'ils ont vu son sexe, ils voulaient qu'elle cherche l'approbation d'un homme pour avoir une descendance. L'approbation d'un homme pour se marier sans un réel amour, telle était leur définition de la famille, de l'amour et le bonheur. Mais, elle était assez courageuse d'aller à l'encontre de celle-ci. Elle avait essuyé les railleries de ses soeurs, les réflexions injurieux de ses frères, machistes comme ils étaient. Le regard furieux de son père et ses hurlements, les regards froids de sa mère. Sa famille n'avait pas été tendre avec elle, avec ses opinions dignes d'une féministe. Rosemay s'était enfuie dans ses livres, le fait était que ses parents les confiaient à des nourrices, ses soeurs et ses frères étaient tout le temps ensembles.Elle s'était sentie seule et rejetée. Dans ses livres, tout changeait, elle était le héros, la personne qu'on aimait dans cette histoire. La réalité la frappait lorsqu'elle les quittait, c'était dur mais elle avait toujours rêvé de savoir ce qu'était quand quelqu'un se souciait de toi. D'avoir un lien sincère, une amitié profonde, une redevance envers une personne, un amour ou cette amitié profonde. Aujourd'hui, elle était heureuse car malgré toutes ses souffrances et cette solitude, Rosemay avait fini par trouver l'homme parfait pour elle qui respecte ses opinions, ce qu'elle pensait de tout cela, ce qui était très rare avec leur moeurs. Elle avait trouvé une amie sincère en la personne qu'était la Reine, qui avait prit pitié d'elle et l'avait fait sa dame de compagnie pour lui épargner une vie horrible et sombre. Elle était redevable envers ses deux personnes qui partageaient sa vie.

Du bien j'ai eu la jouissance,
Dont il m'a donné connaissance
Pour m'assurer de l'amitié,
De laquelle il tient la moitié :
Doncques est-il plus doux qu'amer,
Pour me guérir du mal d'aimer.

Hélas, ami, en ton absence
Je ne puis avoir assurance
Que celle dont - pour son plaisir -
Amour caut me vient dessaisir
Pour me surprendre, et désarmer :
Guéris-moi donc du mal d'aimer !


Tes mots la touchèrent plus que tu ne le pensais . Encore une fois, son coeur eut un soupir d'amour et de bien-être face à de telles paroles. Rosemay eut un sourire, elle ne te méritait pas. Tu étais vraiment la personne qu'elle aimerait à jamais, elle n'aurait pu tomber mieux sur un tel homme. Elle ne pouvait vivre sans toi, tu étais une addiction pour elle. Un amour fort, sincère et pur.

-Vous me touchez au plus au point, je suis enchantée et je me sens heureuse même plus que cela en sachant que je vous ai. J'ai l'impression de ne pas vous mériter, déclara-t-elle doucement avec une voix émue.

L'émotion fut en ébullition et la surprise fut de taille en te voyant te mettre à genoux. Bouche-bée, elle t'écoutait déclarer ta flamme. Une main sur son coeur qui battait à la chamade. L'amour était là, l'émotion se faisait sentir et une larme de bonheur coulait sur sa joue. Aucun doute sur ses sentiments profonds et sincères, sur cet amour pur qui la rendait euphorie. Rosemay était sûre, elle ne voulait plus te quitter, passer sa vie à tes côtés, c'était son voeu le plus cher au monde. Ses yeux brillaient d'une belle lueur d'amour infini en te regardant et Rosemay eut un sourire ravie.

-Oui, je le veux. Autrefois , je ne savais pas comment ma vie serait, j'étais pris dans mes doutes et mes incertitudes. Mais maintenant, je ne doute plus de rien, je veux passer ma vie avec vous, à vos côtés, fonder une famille et exaucer mon rêve le plus cher à mon coeur, vous aimer pour l'éternité, Déclara-t-elle en te regardant avec un sourire éblouissant.

Que c'était beau ! Rosemay allait s'en souvenir de ce moment toute sa vie, elle se le jurait !



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]  
Revenir en haut Aller en bas
L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'amour n'a de limite que celles qu'on lui impose... [Damian & Rosmay]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» la frontière entre l'amour et la haine est aussi fine que celle entre la terre et le ciel — femme de femme only ♥
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: