AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

♌ the lioness still has claws
avatar
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 673 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 261 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur & Théodore Administratrice aimée des espagnols

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Dim 22 Mar - 14:13
PEOPLE HELP THE PEOPLE.


Il régnait un froid glacial sur l’Angleterre en cette journée du mois de décembre 1554 mais cela n’effrayait pas la comtesse de Westmorland, Lavinia Tyburn, qui étant native de l’Ecosse, avait connu des hivers bien plus rude que celui-ci. Décidée à aller voir si sa toute dernière commande, une nouvelle robe, était fin prête ou s’il y avait encore des retouches à y apporter, la jeune femme était sortie, après avoir confié la garde de son jeune fils de sept mois à sa servante, Rosalie. En portant des vêtements chaud, elle se savait capable de supporter le froid sans risquer de tomber malade. Cependant, elle ne risquerait pas de mettre son jeune fils en danger. Il était tout ce qu’elle avait. Et il était hors de question qu’il prenne l’air par une température pareille.

Parcourant les rues enneigées de Londres dans une tenue simple, histoire de pouvoir se mêler au peuple sans attirer l’attention, elle finit par arriver devant la boutique de Joane. Contrairement à beaucoup de nobles, il arrivait à Lavinia de commander ses vêtements à des gens du peuple et non des célébrités de la cour. Depuis peu, elle avait remarqué le savoir faire de Joane par hasard et faisait confiance à son talent. C’était la deuxième commande qu’elle passait, contente du résultat de la première ; une cape chaude, assez simple mais toutefois élégante avec ses quelques broderies raffinées, prévue pour affronter l’hiver en se mêlant de temps à autre au peuple, qu’elle portait d’ailleurs en ce moment même. Cela devait d’ailleurs plaire à la couturière d’avoir l’occasion de laisser sa créativité parler pour créer des robes détaillée à la hauteur de la cour de Whitehall. Cela devait lui changer de cette routine de vêtements simples. Et surtout, en faisant appel à Joane, Lavinia savait qu’elle lui permettait d’arrondir considérablement ses fins de mois. La tisserande était enceinte à nouveau et avait besoin d’argent pour accueillir l’arrivée de son enfant. L’écossaise ne devant son titre de comtesse qu’à un heureux hasard, et ayant connu la dureté de la vie parmi le peuple, était ravie de pouvoir aider cette femme de talent tout en obtenant de très beau vêtements. De plus, elle trouvait sa compagnie très agréable. Elle aimait discuter avec Joane, ce qu’elle avait fait à plusieurs reprises autour d’un thé lors du passage de sa première et seconde commande, ou des essais concernant la cape. Elle connaissait également la religion de la jeune femme, et cela ne lui posait évidemment pas de problème, ayant elle-même épousé un protestant.

Lavinia entra dans la boutique et y aperçut Joane en plein travail. Elle referma bien vite la porte derrière elle, histoire d’éviter que le froid ne pénètre dans la pièce et n’éteigne le feu, et s’approcha de son amie.

« Bonjour Joane, comment vas-tu ? J’espère que je ne te dérange pas. », dit-elle.


LAVINIA TYBURN : « THE LIONESS » ♠  A DAY WILL COME WHEN YOU THINK YOURSELF SAFE AND HAPPY, AND SUDDENLY YOUR JOY WILL TURN TO ASHES IN YOUR MOUTH, AND YOU'LL KNOW THE DEBT IS PAID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Lun 23 Mar - 10:50
People help people
Lavinia Tyburn
C
ontrairement à ce que l'on peut croire je ne suis pas des plus à plaindre en cette période de Noël, je mange tous les soir et je suis au chaud ce qui n'est pas donné à tout le monde dans les rues de Londres et pour cela je remercie Lord Stuart qui me paye grassement pour les informations que je lui donne. La situation est de toute façon bien compliquée. Lui fervent catholique a en sa possession trois mandats d'arrêts aux nom de Jaime Barrow, Oliver Barrow et moi-même pour propos hérétique tenu dans un lieu publique. Il me fait donc un chantage ignoble. Je fais ce qu'il me demande et lui il n'execute pas ses mandats. Je dois donc lui fournir des informations sur la cour. Je suis son petit oiseau chuchoteur comme il apprécie m'appeler. En échange donc de mes secret j'ai sa protection et une bourse pleine ce qui est fort aidant malgré tout vu le temps qui courts.

Aujourd'hui, Maggie, ma jeune apprentie était à la Cross School ou elle y apprends à être une jeune fille du monde et j'en suis ravie pour elle. Je la sens plus épanouie depuis qu'elle s'y rends. Elle y apprends à broder, danser, tenir une conversation, elle y apprends même le français en plus de lire, écrire et compter bien entendu. Je suis donc seule à travailler au Drapier aujourd'hui. Je fredonnais une serenade que j'avais entendu un jour aux abords du chateau de Whitehall tout en assemblant les deux pan d'une manche. Faire une robe était un travail de plusieurs semaines. Parfois il me plaisait d'imaginer un mécanisme qui puisse permettre à l'aiguille de coudre seule, cela serait une révolution mais aussi une utopie je le reconnais, comment cela pourrait-il exister un jour. Je souris légèrement en pensant à ma propre bêtise. Je n'appréciais guère ce silence ambiant. Au moins lorsque Maggie est présente il y a du bruit nous discutons même rions ensemble. Mais là c'est le calme plat rien ne se passe, même dehors tout est calme c'est affreusement déprimant. Je soupire en terminant mes points et pose mon aiguille en os dans une petite boîte. Les manches de la robe de lady Tyburn étaient enfin terminée et prête à être attachée au reste de la robe. Je donnais un coup de ballet rapide dans l'atelier et me demandais si je n'allais pas fermer mon commerce plus tôt. Ma motivation au travail était au plus bas et je reconnais que ma condition me fatiguait très vite. Il faut dire que là dernière fois que j'était enceinte j'avais treize ans, j'était bien plus forte.

Alors que je me posais tout ses questions la clochette de la porte du magasin retendis, un client me sortait enfin de mes rêveries, dieu et bon ! Je pose mon balais derrière dans l'arrière boutique puis vais accueillir mon client comme il se doit.

« Oh Lady Tyburn quelle joie de vous revoir, vous tombez merveilleusement bien je viens de terminer vos manche »

L'art d'arriver au bon moment cette femme est incroyable. J'incline la tête pour montrer mon respect, après tout elle faisait partie de la noblesse ne l'oublions pas. Je souris en voyant qu'elle portais la cape que je lui avais confectionnée, elle lui allait divinement bien.

« Je vous en prie passez derrière je vous l'amène immédiatement. »

Dis-je précipitamment tout en souriant. Je prends la jupe le corsage et les manches et les apporte dans l'arrière boutique et les suspends avec soin à côté de lady Lavinia l'aidant à retirer sa cape.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

♌ the lioness still has claws
avatar
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 673 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 261 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur & Théodore Administratrice aimée des espagnols

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Lun 6 Avr - 11:56
PEOPLE HELP THE PEOPLE.


« Oh Lady Tyburn quelle joie de vous revoir, vous tombez merveilleusement bien je viens de terminer vos manche », dit Joane quand elle eut remarqué la présence de Lavinia, devant qui elle inclina d’ailleurs la tête étant donné que la jeune femme écossaise portait tout de même le titre de comtesse.

Je vous en prie passez derrière je vous l'amène immédiatement. », ajouta-t-elle. Elle prit la jupe, le corsage et les manches de la robe et les apporta dans l’arrière boutique où elle les suspendit soigneusement. Elle aida ensuite Lavinia à retirer sa cape afin qu’elle puisse essayer les nouvelles créations de sa couturière.
La comtesse observa les différentes pièces de la tenue, merveilleusement détaillées, ne résistant pas à l’envie de toucher le tissu qui les constituaient et sourit à Joane. Elle avait encore une fois réalisé un très beau travail. Il ne restait plus maintenant qu’à voir si cela était à la bonne taille.

« Vous faites un très beau travail, même en étant enceinte. Certaines femmes à Whitehall n’osent même pas bouger de leur fauteuil lorsqu’elles attendent un enfant. », rit Lavinia. « Ces femmes sont une honte pour la gent féminine. Elles ne font que nourrir les stéréotypes qui nous caractérisent de faibles créatures ayant besoin d’être défendue par un homme. », ajouta-t-elle. « A ce propos, pour quand est il attendu ? Vous me l’aviez dit, il me semble, mais je crains l’avoir oublié… »,

Tout en parlant Lavinia avait levé les bras pour permettre à Joane de l’aider à retirer son corset. La comtesse n’était pas du genre pudique et n’allait pas perdre du temps à aller se cacher derrière un paravent en immobilisant ses mains sur sa poitrine pour les masquer du regard d’une femme. La porte était fermée, personne ne risquait de la voir à part Joane. Ce serait donc perdre du temps inutilement.

« Comme la reine se trouve apparemment également enceinte, des festivités vont sans doute suivre à Whitehall, c’est donc une très bonne chose que vous ayiez déjà fini le plus gros du travail pour cette robe…Je ne manquerais sans doute pas d’occasion pour la porter au plus vite. », dit ensuite Lavinia.


LAVINIA TYBURN : « THE LIONESS » ♠  A DAY WILL COME WHEN YOU THINK YOURSELF SAFE AND HAPPY, AND SUDDENLY YOUR JOY WILL TURN TO ASHES IN YOUR MOUTH, AND YOU'LL KNOW THE DEBT IS PAID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Mar 7 Avr - 10:16
People help people
Lavinia Tyburn
L
ady Lavinia Tyburn était une femme de la noblesse que j'appréciais et j'aimais beaucoup l'observer. Pas physiquement bien que son corps soit très harmonieux mais j'aimais apprendre de ses manière, les manières d'une grande dame. Pourquoi elle est pas une autre me direz-vous ? Simplement parce que Lady Tyburn pourrait se considérer comme l'égal de l'homme et c'est aussi comme cela que je me considère, voir plus fort d'ailleurs. Réfléchissons un instant, nous les femmes enfantons, prenons soin de notre famille, élevons nos enfants et bien que les homme n'y croient pas, nous nous y entendons en politiques, en art de la guerre (même si nous ne la pratiquons point) et en art plus courant telle que la musique, le théâtre. Bien sûr pas toutes les femmes les moins instruite ne peuvent pas se venter de cela mais les femmes noble si. Je considère également, que je ne suis pas des plus démunie non plus, je sais lire écrire, tenir un libre de compte je connais quelque phrase en français. Enfin tout cela pour dire que Lady Lavinia et une femme belle et extrêmement forte et courageuse et que j'aime beaucoup observer ses manières.

« L'enfantement n'ai pas une maladie depuis la nuit des temps, les femmes donnent naissance à des enfants je ne vois pas pourquoi je cesserais mon activité à cause de cela. Il est évident que je suis plus rapidement fatiguée mais heureusement que j'ai une apprentie dévouée qui m'aide les joue ou je suis moins en forme. » Répondis-je en prenant une pelote à épingles que j'attache autours de mon poignet avant de commencer à défaire le coset de la jeune lady. « Je suis tout à fait d'accord avec vous. Un enfant est certes fragile mais rester immobile à ne rien faire durant les neuf mois de grossesse c'est totalement ridicule. » Le corset détaché, je fait lentement glisser la robe le long de son jupon puis la suspends à côté de la robe qu'elle allait essayer. « L'enfant devrais arrivé d'ici fin mai début juin si tout va bien. »

Je l'aide à passer la robe par en haut comme cela on évitait tout problème avec le jupon. Elle semblais à première vu un peu longue mais cela ne posais pas de problème. ce n'était qu'une retouche mineur. Je me poste à nouveau derrière elle lassant le corsage de façon à voir si il était ajusté. Quand elle évoqua la grossesse de la reine je souris faussement ravie de cette nouvelle. Très sincèrement j'ignore si cela est une bonne nouvelle pour nous, protestants.

« J'ai appris cela en effet c'est incroyable. La couronne aura bientôt un héritier ou une héritière, qui sait. »

Répondis-je d'un ton joyeux, je savais que Lady Tyburn était catholique mais qu'elle n'avais rien de plus contre les protestant, cela dit je n'aimais pas m'avouer publiquement protestante. Je tiens trop à la réputation de mon commerce. Je pris les manches que je lui fis enfilé afin de les coudre sur elle pour qu'elles soient parfaitement ajustées.

« Puis-je vous posez une question ? » Demandais-je en regardant la jeune femme dans le miroir, arrêtant un instant mes points afin de ne pas risquer de la piquer. « J'ai crus entendre que le palefrenier de votre époux à été congédié il y à peu et je cherche désespérément à introduire mon fils ainé à la cour. Il est travailleur et très discret je puis vous l'assurer de plus il adore les chevaux »

Ajoutais-je en reprenant mon travail sur l'épaule délicate de la jeune femme. J'avais longuement hésité avant de demandez cela à la jeune Lady mais c'est la seule façon que j'ai trouvé d'éloigné mon fils de son père. Nous avons la religion de nos parents mais si Oliver n'était pas obligé de devenir extrémiste cela arrangerais tout le monde je pense.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

♌ the lioness still has claws
avatar
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 673 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 261 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur & Théodore Administratrice aimée des espagnols

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Jeu 9 Avr - 14:40
PEOPLE HELP THE PEOPLE.


Joane Barrow avait beau faire semblant d’être ravie à l’idée que Mary Tudor mette au monde un héritier, Lavinia savait bien ce qu’elle en pensait vraiment. A croire que la comtesse de Westmorland avait des oreilles partout… Mais si elle était au courant, que Joane en soit rassurée, c’était uniquement par un concours de circonstances dû au plus grand des hasards. Sa servante, Rosalie, partie acheter quelque chose à sa demande, s’était trouvée témoin, dans la rue, de l’altercation entre Oliver Barrow et un jeune soldat de la garde. Les propos du fils de Joane ne pouvaient être anodins. C’était là les mots d’un protestant convaincus. Et souvent, quand un jeune homme étaient protestants et qu’il n’était pas en conflit avec ses parents, ceux-ci l’étaient aussi.

Lavinia avait été, tout d’abord, déçue d’apprendre que Joane était protestante. Non pas parce qu’elle avait quelque chose contre ceux qui se pliait à ce culte, mais surtout car elle souhaitait continuer à se rendre à sa boutique. Cependant, l’écart de conduite venant du fils et non de la mère, Lavinia n’avait pas annulé sa commande. Joane était discrète, elle ne lui apporterait pas de problème. Et puis, Rosalie n’avait révélé à personne d’autres qu’à elle ce qu’elle avait entendu. Alors, si un jour la réputation du commerce de Joane était atteinte, Lavinia n’aurait qu’à dire qu’elle n’en savait rien, ce qui était tout à fait plausible. Et puis certes, Lavinia aurait aimé que la couturière la mette dans la confidence…Mais elle comprenait son silence. Sait-on jamais à qui l’on peut faire confiance ? Lavinia faisait preuve d’une méfiance encore plus grande…Son secret à elle, personne n’en avait connaissance car il était véritablement terrible. Personne sauf Janet, qui ne l’avait jamais trahie et ne la trahirait jamais, et qui, en tant que marraine de son fils, saurait le mettre à l’abri s’il devait arriver malheur à Lavinia. Et Diane, sa détestable belle-mère. Bien malgré elle, malheureusement…

«Puis-je vous posez une question ? » demanda Joane, arrêtant un instant de travailler sur les retouches à apporter à la robe au niveau de l’épaule. « J'ai crus entendre que le palefrenier de votre époux à été congédié il y à peu et je cherche désespérément à introduire mon fils ainé à la cour. Il est travailleur et très discret je puis vous l'assurer de plus il adore les chevaux »

Lavinia regarda le reflet de la couturière dans le miroir. Cette demande la surprenait. Elle aidait déjà beaucoup Joane en fréquentant son commerce et en lui commandant des robes qu’elle payait un très bon prix... C’était pour le moins culloté de lui demander cela. Mais Lavinia comprenait la démarche. N’aurait elle pas fait la même chose ? Et puis, ce genre de chose pouvait lui rapporter aussi. Depuis qu’elle avait un certain pouvoir, par son titre de comtesse, Lavinia avait appris qu’aider les gens dans le besoin sans ne rien y gagner en retour pouvait engendrait finalement une très grande loyauté. Il suffisait de regarder Rosalie. Y avait-il servante plus dévouée qu’elle ? Lavinia lui avait tout donné et la jeune femme lui étant éternellement reconnaissante, agissait à la hauteur des dons qui lui avait été fait.

« Mon mari est décédé il y a un an, Joane. Je vous en avais parlé, il me semble, mais sans doute l’avez-vous oublié… », répondit tout d’abord froidement Lavinia car certes, il était vexant de constater que la couturière ne s’était peut-être pas le moins du monde intéressées au conversations qu’elles avaient eue précédemment. Cela lui rappellerait également sa place, au passage. « Pour tout vous dire, c’est moi qui aie congédié le palefrenier, qui n’était plus celui de mon mari mais le mien. Cela m’arrive rarement de renvoyer du personnel, mais il devenait encombrant. C’était un protestant, voyez-vous, qui ne le montrait un peu trop et qui ne connaissait pas sa place. »

Elle poursuivit.

« Comme vous le savez, le comte de Westmorland, mon défunt époux, fut l’un des partisans de Jane Grey. Tout à fait entre nous, je n’ai donc rien contre les protestants, mais j’imagine que vous l’aviez déjà compris. Cependant, la souveraine actuelle ne les aimant pas beaucoup, je préfère ne pas m’entourer de personnes qui ne savent pas se montrer discrète sur leur religion, si celle-ci n’est pas autorisée par les lois du royaume. Comprenez-vous ? »

Lavinia fit une pause, puis se retourna réellement vers Joane, lasse de se contenter de s’adresser à un reflet dans un miroir.

« J’ai laissé à ce jeune homme une chance, et il ne l’a pas saisie. », continua Lavinia d’une voix plus douce. « Sa loyauté allait à mon mari, et non à moi. Il ne me respectait pas autant qu’il le respecte. J’imagine que cela n’était pas à son gout que je demeure neutre et ne participe guère aux petites rebellions protestantes qui se propagent ainsi par là. J’agis selon le bon vouloir de la personne qui à le pouvoir, et la personne qui à le pouvoir est la reine Mary. C’est ainsi. Cela peut passer pour une décision peu honorable aux yeux de certains, mais je n’ai guère de temps à perdre avec les conflits du royaume. Rien ne compte plus à mes yeux que la sécurité de mon fils et je refuse donc catégoriquement de prendre le moindre risque vis-à-vis de ce conflit religieux. Je ne tiens pas à ce qu’il soit privé de sa mère et élevé par une belle-mère responsable de la mort de son père. », expliqua-t-elle sans y aller par quatre chemins, d’une voix claire. On sentait aisément le mépris qu’elle nourrissait pour Diane Tyburn.

« Je sais que vous n’êtes pas catholique, Joane. Ma servante a entendu votre fils tenir des propos dangereux en pleine rue. Elle a été témoin d’une altercation entre lui et un soldat de la garde. Vous avez de la chance que ce fut ma servante qui se trouvait là et non celle d’un noble excessivement catholique, sans quoi je ne sais ce qu’il serait advenu de votre fils à l’heure où nous parlons… Ce manque de discrétion ne peut être toléré au sein de mon personnel. Je vous le répète, je n’ai rien contre les protestants, mais s’ils veulent être liés d’une manière ou d’une autre à ma personne, ils doivent savoir se montrer discrets. »


LAVINIA TYBURN : « THE LIONESS » ♠  A DAY WILL COME WHEN YOU THINK YOURSELF SAFE AND HAPPY, AND SUDDENLY YOUR JOY WILL TURN TO ASHES IN YOUR MOUTH, AND YOU'LL KNOW THE DEBT IS PAID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Sam 16 Mai - 11:02
People help people
Lavinia Tyburn
L
'un de mes plus grands défauts était sans doute ma trop grande assurance et mon outrecuidance également, mais je suis ainsi, je me bas pour ma famille, jeme bas pour ne plus avoir besoin de l'argent de Lord Stuart. C'est un défis que je me suis donné à moi-même. Voyant comment les choses se déroulent actuellement je ne peux qu'imaginer que je finirais veuve tôt ou tard et j'ai besoin de savoir si oui ou non je suis capable de subvenir aux besoin de ma famille sans l'aide d'un époux et d'un père, ni l'aide d'un homme fortuné qui me traite, soyons honnête, comme une catin. Seule, avec mon commerce, je ne pense pas que cela soit possible. Mais si Oliver parviens à trouver un emploi et qu'en plus il est au service des grands de ce monde, il est possible que je m'en sorte. De plus cela serait très bénéfique pour mon fils qui apprendra dès lors à se comporter correctement. Il le sait déjà, bien entendu mais je connais mon fils, dans la rue il se pense supérieur à certain et joue de cela. Mais il est encore jeune et quelques peu idiot et je sais qu'il craint les grands de ce monde, hommes ou femmes. Il est peut être protestant mais je sais qu'il se tiendra correctement s'il travaille pour Lady Tyburn.

« Veuillez me pardonnez Madame, ma condition me rends distraite et j'en oublie parfois certaines choses bien importantes » Dis-je soudainement en baissant le regard. Pourtant je savais que Lord Tyburn était décédé pourquoi avais-je osé dire cela, quelle idiote, je m'en voulais de ma sottise. J'avais pourtant été à l'écoute lors de nos précédentes conversations. J'ignore totalement ce qui m'est passé par la tête. « Oh je... vois...»

Dis-je calmement en continuant d'épingler l'ourlet de la robe de la jeune femme tout en l'écoutant attentivement, la regardant par instant dans le miroir. Je la comprenais, elle voulait protéger sa famille tout comme moi. Nous avions plus de point commun qu'il n'y parait finalement. Personnellement, je n'ai rien contre les catholiques, bien au contraire, je les respecte pour leur fois. Mais jamais je ne pourrais signe mon allégeance à cette fois, pourtant, je ne souhaite qu'une chose que ma famille vive n paix et dans la prospérité. Je serre cependant les dents en l'entendant m'avouer qu'elle avait eus vent de la fameuse altercation entre mon fils et sir Arthur Paton. je crois que lorsque je rentrerais je en pourrais pas m'empêcher de le gifler car son imprudence pourrait bien lui coûter une très bon travail et cela me met totalement hors de moi.

« Mon fils est un imbécile, un idiot qui pense que marcher sur les trace de son père est la bonne solution. J'espère que vous me croirez lorsque je vous dit que je me suis montrée ferme avec lui lorsque j'ai entendu parlé de cette altercation plus que déshonorante pour notre famille. Il est vrai que je suis protestante mais je n'ai tout comme vous, aucune animosité envers les catholiques bien au contraire. Mon mari est un extrémiste pour qui je ne peux rien faire, mais sachez que je ne partage pas ses idées et je fais de mon mieux pour inculquer à mon fils les valeurs que je possède. » dis-je en levant les yeux vers la jeune lady.

« Je comprends parfaitement votre refus qui est légitime, vous protégez votre fils et en réalité j'essaye de faire pareil, j'aimerais éloigné Oliver de l'influence de son père, qui, je le sais est affreusement mauvaise pour lui. Il est à un âge ou il ne sais pas encore trop bien qui il est et ce qu'il veut. Il tente de nous rendre fière son père et moi mais il ne sait pas encore comment agir pour sa propre sécurité. C'est un jeune homme qui pense avoir de l'importance dans la rue et qui veut montrer qu'il n'a pas peur d'un garde royal mais qui fasse à une personne de votre rang se sentira bien inférieur et je sais qu'il taira ses opinions en la présence de vos gens. Mais ne m'en voulez pas d'avoir voulu essayé de lui offrir une vie différente, je ne souhaite que son bien être. »

Dis-je finalement, reprenant la place qui était la mienne, simple couturière de Londres, rien de plus, même si Lord Stuart tente de me faire croire que je suis davantage. C'est totalement faux. Je me relève finalement après que l'ourlet tout entier ai été épinglé puis lui attache les manches avec un ruban de la même couleur que sa robe. Je reprends également leurs longueurs puis recule afin de laisser Lady Tyburn s'admirer.

« Êtes-vous satisfaite Madame ? »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

♌ the lioness still has claws
avatar
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 673 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 261 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur & Théodore Administratrice aimée des espagnols

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Mer 20 Mai - 19:29
PEOPLE HELP THE PEOPLE.


« Mon mari est un extrémiste pour qui je ne peux rien faire, mais sachez que je ne partage pas ses idées et je fais de mon mieux pour inculquer à mon fils les valeurs que je possède. »

Un extrémiste religieux. Si le fils de Joane était influencé par son père, évidemment, Lavinia ne pourrait pas prendre le risque de l’engager. Mais une idée lui vint alors.

Diane. Sa détestée belle-mère, responsable du suicide de son mari, était si soucieuse de soutenir la cause protestante. Diane, qu’elle la voulait morte et dans la souffrance. La même douleur qu’elle avait connu le jour où son mari était mort dans ses bras, rongé de l’intérieur par le poison qu’il avait avalé dans un geste désespéré, et qui le torturait de l’intérieur, comme elle ne saurait jamais l’imaginer. Il était mort vomissant, transpirant, brulant de l’intérieur, ne tenant plus sur ses jambes, ne contrôlant plus son cœur, ni sa respiration. Il était mort tué de la main de la reine des poisons, l’aconit, et Diane était un poison tout aussi dangereux. La seule qui connaissait son secret. Celle à qui l’on confierait Nicholas s’il lui arrivait malheur. Elle la voulait morte, sans pour autant être inquiétée.

Cependant, cette idée n’était que fugace, et soudaine. Elle devait encore en étudier les risques. Elle la garda donc de côté et laissa Joane poursuivre, sans l’interrompre.
La couturière se releva finalement , ayant terminé son travail. Puis, elle recula afin de laisser Lavinia juger par elle-même de la qualité de la robe.

« Êtes-vous satisfaite Madame ? »

Lavinia observa son reflet, un instant, sur tout les angles. En effet, elle l’était. Il n’y avait rien à dire, la robe était parfaite.

« Cela me convient très bien, Joane. Très beau travail. », répondit-elle, lui adressant un sourire alors qu'elle posait son regard sur elle à nouveau.

« Dites moi, Joane...Dans quelle sorte d’extrémisme religieux trempe votre mari ? Vous pouvez être honnête avec moi, je tiens juste à le savoir pour ne pas être étonné si des événements inattendus surviennent encore, étant donné que j'ai un garçon à protéger. Est-ce qu’il prend beaucoup de risques ? Est-ce que son engagement est sérieux ? Est ce qu'il...vise à renverser le pouvoir ? »


LAVINIA TYBURN : « THE LIONESS » ♠  A DAY WILL COME WHEN YOU THINK YOURSELF SAFE AND HAPPY, AND SUDDENLY YOUR JOY WILL TURN TO ASHES IN YOUR MOUTH, AND YOU'LL KNOW THE DEBT IS PAID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Ven 22 Mai - 17:00
People help people
Lavinia Tyburn
J
'avais vraiment craint d'avoir été trop loin, je le reconnais. Lady Lavinia Tyburn était une femme bien et un mère exemplaire qui élevait seule son fils et moi j'ose lui parler de son époux décédé dans d'atroce souffrance à ce qu'elle m'a dit. Je commence à me dire qu'après cela et la mésaventure avec la robe de la duchesse d'Isembourg, je devrais commencé à travailler moins. Ma distraction pourrais bien me couter des clients si cela continue. J’allais progressivement arrêter, c’est ce qu’il y a de mieux à faire, cependant il me faut attendre la fin des fêtes encore. Je ne pouvais laisser ma pauvre petite Margaret assumer les commendes de Noël, elle ne s’en sortirait point. Mais il semblerait que la comtesse soit plus compréhensive que je ne l’aurais espéré. Elle eus bien raison de me signaler mon erreur j’aurais sans doute fait de même à sa place, car la douleur doit encore être très vivace dans son cœur et en évoquant son époux en vie j’ai sans doute dus la blesser. Bien sûr cela n’était pas mon intention, mon intention était d’essayer d’éloigner le plus possible mon enfant de son père et pour cela je suis prêt à tout essayer, voilà pourquoi je me suis permise d’évoquer ce sujet avec la comtesse.

Je lui souris et inclinai la tête en signe de remerciement lorsqu’elle m’avoua être satisfaite de mon travail. Je me rapprochais d’elle afin de délacer, pour commencer, les manches puis la robe en elle-même afin que la jeune femme soit libérée d’une robe pleine d’épingle.

« Je vous remercie Madame, elle sera prête d’ici la semaine prochaine. »

Dis-je calmement faisant glisser la robe jusqu’à terre. Là faire passé par en haut risquait de la décoiffer ce qui serait fort malvenu. Je récupérai la robe que je mis soigneusement sur un cintre. Alors qu’elle me posait la question à laquelle je détestais répondre. J’hésitais un instant avant de me retourner pour lui faire face, tout en l’aidant à remettre sa robe.

« Ma fois, le genre d’extrémiste prêt à tuer et à mourir pour sa fois. Je pense pouvoir dire que ses convictions sont plus précieuses à ses yeux que sa propre famille. Je n’ai aucune certitude car il me parle bien peu de ses projets mais je craints qu’il ai eut quelque chose à voir avec les attentats qui on eus lieu au château de Whitehall pour la célébration de la grossesse de la Reine. »

Dis-je timidement en toute honnêteté.

« Mais comme je vous l’ai dis, je suis de fois protestante et je ne m’en cache pas vraiment mais je n’ai rien contre les partisans de la fois catholique et je n’ai certainement pas les même idéaux que mon époux. Mon fils quand à lui est perdu. Il n’ai pas aussi mauvais que son père mais il vaut aussi lui faire honneur. L’éloigner serait il me semble la meilleure façon pour lui de se rendre compte que ce que fait son père est tout simplement une abomination. »

Dis-je calmement en serrant les laçages de la robe de Lady Tyburn, tout en la regardant furtivement dans le miroir.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

♌ the lioness still has claws
avatar
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 673 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 261 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur & Théodore Administratrice aimée des espagnols

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Lun 29 Juin - 12:40
PEOPLE HELP THE PEOPLE.


« Ma fois, le genre d’extrémiste prêt à tuer et à mourir pour sa fois. Je pense pouvoir dire que ses convictions sont plus précieuses à ses yeux que sa propre famille. Je n’ai aucune certitude car il me parle bien peu de ses projets mais je craints qu’il ai eut quelque chose à voir avec les attentats qui on eus lieu au château de Whitehall pour la célébration de la grossesse de la Reine. »
Lavinia écouta attentivement alors que Joane l’aidait à remettre ses vêtements d’origine. Cela lui donnait des idées. Diane, sa belle-mère, serait sans doute intéressée à l’idée de rejoindre ce genre de groupuscules désireux de faire tomber la reine de son précieux trône. Diane, exécutée sur une place publique pour trahison. Lavinia et son fils ayant absolument tout le plein pouvoir. Son secret enterré à jamais avec la tête de sa belle-mère. Ce serait tellement parfait.

«Mais comme je vous l’ai dis, je suis de fois protestante et je ne m’en cache pas vraiment mais je n’ai rien contre les partisans de la fois catholique et je n’ai certainement pas les même idéaux que mon époux. Mon fils quand à lui est perdu. Il n’est pas aussi mauvais que son père mais il vaut aussi lui faire honneur. L’éloigner serait il me semble la meilleure façon pour lui de se rendre compte que ce que fait son père est tout simplement une abomination

« Certes. Les garçons veulent souvent suivre l’exemple de leur père, c’est bien connu. », répondit Lavinia. Elle ésperait cependant que son fils, Nicholas, n’en ferait pas de même, du moins, si la religion protestante serait toujours réprimée quand il aurait l’âge d’intervenir dans ce genre de conflit. Si elle serait autorisée alors, dans ce cas, il n’aurait qu’à se convertir, cela ne serait guère un problème.

« Je vais réfléchir, Joane. Je peux très bien rencontrer votre fils afin de voir si oui ou non, il conviendrait pour être à mon service. Je le fais pour vous faire plaisir. Mais si je ne l’engage pas au final, il ne faudra pas m’en vouloir. Cette guerre de religion nous menace de très près, à nous, les nobles. Nos faits et gestes sont surveillés. En tant que veuve d’un protestant, on ne permettrait pas le moindre faux pas. Et je ne souhaite pas compromettre la sécurité de mon fils et la mienne pour assurer un travail à votre garçon. », répondit-elle, alors que les laçages de sa robe finissait d’être noués.

Au fond, Lavinia se demandait comment elle pourrait faire en sorte que Diane s’engage dans ce groupe et se fasse prendre sans qu’on ne soupçonne qu’elle était celle qui avait manigancé sa chute et sans que le mari de Joane ne chute avec elle. Le plan était à définir, mais en tout cas, elle tenait peut-être ici une bonne opportunité pour que sa vengeance se réalise, ni vu ni connu.


LAVINIA TYBURN : « THE LIONESS » ♠  A DAY WILL COME WHEN YOU THINK YOURSELF SAFE AND HAPPY, AND SUDDENLY YOUR JOY WILL TURN TO ASHES IN YOUR MOUTH, AND YOU'LL KNOW THE DEBT IS PAID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Sam 12 Sep - 11:00
People help people
Lavinia Tyburn
J
e m'étais donné comme mission d'éloigner Oliver de la mauvaise influence de son père. J'ai la chance d'avoir un enfant dont l'amour pour moi et plus fort que pour son père car Jaime n'a jamais vraiment démontrer d'affection pour son fils. Cependant, Oliver est encore un tout jeune garçon qui cherche sa voie et qui souhaite plus que tout rendre son paternel fière de lui. Je ne pouvais pas lui en voilà son jeune âge l'excuse mais, je me devais de lui montrer le chemin à prendre et un poste dans une grande maison "catholique" lui permettrais de se rendre compte que c'est dangereux de montrer sa vraie nature que le monde et sauvage envers ceux que décident d'être différent et que même si la religion est très importante et ne doit pas primer sur l'amour d'une famille, que la famille doit passé avant toute chose. Oliver me rendrait extrêmement fière s'il obtenait ce travail, de plus cela ferais une bouche de moins à nourrir ce qui n'ai pas négligeable tout de même.

Un sourire sincère se dessina sur mon visage lorsque Lady Tyburn accepta finalement de rencontrer Oliver. C'est tout ce que je lui demandais après tout, une opportunité. Après se serait à moi de faire comprendre à ce petit idiot que des occasions comme celles-ci ne se refusent pas et que s'il ne veux pas finir au bout d'un corde il à tout intérêt à se montrer sous son meilleur jour. S'il faut en plus de cela que je le menace de le mettre dehors, je peux tout à fait le faire. Il réagit encore assez bien lorsque je le menace, avec son père il entre tout de suite en conflit mais lorsque c'est moi généralement il ne dit rien et obéis. Je sais que je suis chanceuse d'avoir un fils qui respecte autant sa mère. Certaines de mes connaissances que je rencontre au marché me disent à quel point leurs fils leurs causes des soucis d'obéissance.

« Madame, je n'en demandais pas davantage, c'est désormais à lui de faire ses preuve et de vous prouver que vous pouvez lui faire confiance. Mais je puis vous assurer que je ne vous en voudrais nullement si cela ne fonctionne pas. Le fait que vous acceptiez de le rencontrer c'est plus que ce que j'aurais pus espérer »

Humblement je terminai de l'aider à se rhabiller, l'aider à remetter ses chaussures et sa cape. Ma cliente était désormais prête à affronter le froid. Une idée me viens alors que je la raccompagnais vers la sortie,

« Puis-je vous proposez de vous amenez Oliver en même temps que je vous livrerais la robe. Je peux vous envoyer une missive lorsque celle-ci est terminée afin que nous trouvions ensemble un moment adéquat ? »

Cela me permettrais de faire d'une pierre deux coups. Livraison d'une robe et un entretien de travail pour Oliver. J'attendis de voir si la jeune femme était prête avant d'ouvrir la porte de mon échoppe afin qu'elle n'ai pas froid inutilement

« Je vous remercie de votre visite Lady Tyburn et vous souhaite une bon retour entre vos murs. »

Dis-je en m'inclinant lai laissant rejoindre son carrosse.



electric bird.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

♌ the lioness still has claws
avatar
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 673 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 261 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur & Théodore Administratrice aimée des espagnols

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit Dim 20 Sep - 16:54
PEOPLE HELP THE PEOPLE.



Lavinia acquiesa à la réponse de Joane, qui lui dit humblement que le fait qu'elle acceptait de rencontrer son fils était plus que ce qu'elle aurait pu espérer et que ce serait maintenant à lui de faire ses preuves. Sur ce point, Lavinia était tout à fait d'accord. Même si, admettons, Oliver se révélait être quelqu'un de confiance qui ne lui causerait guère d'ennuis malgré ses croyances et qui saurait se montrer discret, il fallait tout de même qu'il aie les compétences pour l'emploi et qu'il sache le prouver.

« J'éspère pour toi de tout coeur que ton fils sera se montrer à la hauteur des attentes de ce poste et qu'il sait y faire avec les chevaux...Beaucoup de gens du peuple rêveraient d'occuper une place dans le corps domestique d'une noble demeure, vu les avantages que cela offre. », répondit Lavinia. Elle faisait bien sûr allusion au fait que les domestiques étaient nourris et blanchis et que cela faisait de ce travail, un emploi très sécurisant.

La couturière aida l'écossaise à se rhabiller ainsi qu'à remettre ses chaussures et sa cape. Alors qu'elle l'accompagnait ensuite vers la sortie, elle lui proposa de lui présenter Oliver le jour où elle lui livrerait la robe terminée.

« Bien, c'est d'accord. Tu m'enverras la missive à l'adresse de mon domaine londonien. Le mieux d'ailleurs serait que nous convenions d'un jour où il serait possible de nous rencontrer dans ma propriété, de sorte à ce qu'Oliver puisse me montrer son savoir-faire avec les animaux. De préférence, un jour où ma belle-mère ne sera pas dans les parages pour y mettre son grain de sel...Nous nous tiendrons au courant. »

Lavinia noua sa cape, après quoi Joane ouvrit la porte du magasin pour la laisser repartir.

« Je vous remercie de votre visite, Lady Tyburn, et vous souhaite un bon retour entre vos murs. »,lui dit-elle.

« Merci à vous pour votre incroyable travail. », répondit Lady Tyburn en adressant un léger sourire à Joane avant de tourner les talons pour rejoindre son carosse.
Spoiler:
 


LAVINIA TYBURN : « THE LIONESS » ♠  A DAY WILL COME WHEN YOU THINK YOURSELF SAFE AND HAPPY, AND SUDDENLY YOUR JOY WILL TURN TO ASHES IN YOUR MOUTH, AND YOU'LL KNOW THE DEBT IS PAID.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
People help the people ♣ ft. Joane D. Barrow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» People Help The People (PV)
» people help the people, 31.05 - 16:49
» CEARYL † People help the people
» A DECLARATION OF SUPPORT FOR THE PALESTINIAN PEOPLE BY AFRICAN PEOPLE IN THE US
» Why are Haitians so overjoyed to see Aristide?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: