AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Les conseils avisés de tante Margareth ( Margaret Stuart )  Mer 10 Juin - 11:13

Margareth Douglas & Margareth Stuart

Les conseils avisés de tante Margareth.


Margareth avait une aversion maîtrisée pour les bâtards du premier mari de sa mère, Jacques IV roi d'Ecosse. Lorsqu'il s'agissait de ceux de son frère, il en était tout autrement. La descendance de son demi-frère qu'elle soit légitime ou illégitime est un peu partout. Comme une véritable diaspora, la maison Stuart s'infiltre là où elle peut. Cela rassure Margareth car elle y voit là l'opportunité de faire appuyer ses ambitions ...

En ce jour froid de Janvier, la Comtesse de Lennox tient son jeune nourrisson Charles dans ses bras. Elle est là assise près de la cheminée tout en écoutant attentivement Henry, son aîné réciter ses cantiques.
Charles a seulement quelques semaines mais c'est un enfant très calme. Souvent, Margareth a beaucoup de temps à consacrer à ses enfants ... Lorsqu'elle ne conspire pas. C'est donc toujours rassurant pour ses ennemis de la savoir auprès d'eux.
Henry n'a que cinq ans n'allez pas vous imaginer qu'elle tente de lui faire rentrer du latin dans la tête. Il s'agit simplement comme je vous disais de quelques cantiques. Elle a d'ailleurs demander à un prêtre de se charger de l'éducation religieuse de son plus grand. Le latin viendra plus tard, lorsqu'il aura six ans. Oui, il sera bien en âge de pouvoir le lire.

" Non, non, non Henry !"

La voix de sa mère réveilla Charles qui se mit à hurler et fit sursauter le pauvre Henry. Enfant calme on avait dit ? Tout en parlant, la Comtesse se lève et donne Charles à sa nourrice. Et puis quoi encore ? Elle devrait le calmer alors que son grand frère récite mal son cantique ? Et puis, lorsqu'il est question de Dieu, elle doit avoir ses mains libres.

" Henry, lorsque vous chantez le Magnificat il faut tout d'abord bien le prononcer mais aussi y mettre toute votre foi ! Dieu vous écoute mon fils !"

Oui, bon, c'est vrai qu'elle en fait un peu de trop ... Mais quand même ! Le Magnificat !

" Que dirait la très Sainte Vierge Marie en vous entendant ainsi ! J'ai l'impression d'entendre les canards qui se trouvent dans le lac !"

Canards ? Il les aime bien Henry les canards ... L'enfant se prend à rêver aux journées d'été où il peut leur courir après avec s...

" Henry ! Ecoutez moi ! Magnificat anima mea Dominum, et exsultavit spiritus meus in Deo salvatore meo ... Est ce compliqué ? Non !"

Le petit Henry aimait sa mère autant qu'il la craignait et il savait ce que voulait dire un cantique mal récité. Pas d'épée et de combats avec les autres enfants du Palais mais surtout, deux fois plus de cantiques. Du haut de ses cinq ans il ne comprenait pas grand chose à tout ce charabia mais cela avait l'air de compter pour sa mère. Surtout le Dimanche. Le Dimanche, elle était toujours de bonne humeur.

" Je vous écoute ... "

Henry n'eut pas le temps de commencer que sa mère se tourna vers le prêtre.

" Et vous mon père ! Vous aussi faîtes en sorte que mon fils sache réciter son cantique ! Avec ces temps je ne supporterais pas de le savoir protestant !"

" Il est encore jeune vous savez et j..."

" Assez ! Disposez maintenant ! J'ai de la visite aujourd'hui et je dois me retrouver un peu seule après tant de malheurs ..."

En effet, la Comtesse attendait sa nièce Margaret Stuart fraîchement arrivée au Palais et tout juste fiancée. Les deux femmes s'étaient déjà vues quelques fois mais Margareth voulait en savoir plus sur sa nièce.
Henry a quant à lui eu de la chance pour cette fois. Un cantique en moins. Assise auprès du feu Margareth restait droite et fière le regard perdu dans les flammes. Il va bien finir par y arriver, c'est pas compliqué un cantique.
CREDIT IMAGE: TUMBLR ○ CREDITS FICHE: ROMANE



Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Les conseils avisés de tante Margareth ( Margaret Stuart )  Jeu 11 Juin - 17:48

LES CONSEILS AVISES DE TANTE MARGARETH

Les festivités de la nouvelle année viennent tout juste de se terminer. Celles-ci ont revêtu pour moi un caractère particulier : outre le fait que je demeurais loin d'une très grande partie de ma ribambelle de demi-frères et de demi-soeurs, il s'agissait des dernières festivités de ce genre que je vis en tant que femme non-mariée. Même si le mariage semble chaque jour davantage se rapprocher, celui-ci a été convenu que pour le début de l'été afin que les préparatifs soient le plus abouti possible. En attendant cet instinct fatidique, je ne peux retourner en Ecosse et les jours me semblent bien long alors que je suis entourée en permanence par une foule de chaperonne chargé de veiller sur ma "pureté". Cette attitude a plus que le don de m'agacer : malgré tous les reproches que ma charmante belle-maman peut me faire, être une dame de petite vertu n'en fait pas partie et je ne vais surement pas commencé à le faire.

Je serre les points dans les plis de ma robe alors que je sens le regard inquisiteur d'une vieille dame. Il est des plus désagréables de se sentir épié à chacun de ses gestes. Non pas que cela change du quotidien de la Cour d'Edimbourg, seulement, en Angleterre, j'ai l'impression que les regards ne cessent de m'observer comme si j'étais sur le point d'être prise d'hystérie pour me dévêtir et offrir ma vertu à la première personne venue.

Seulement avec une grande chance, je vais pouvoir échapper pour quelques minutes à ces regards. En effet, une de mes tantes, Margareth Douglas m'a convié à la voir ce jour. J'ai accepté sans l'ombre d'une hésitation, non pas parce que je suis extrêmement proche de cette personne cela est même tout le contaire, pour pouvoir échapper un peu à ce mariage que je ne veux pas. Le retour à la réalité risque d'être dur pour moi, seulement, j'ai besoin d'y rêver quelques instants avant de devenir complètement folle.

Aussi lorsque l'horloge sonne l'heure bénie de mon rendez-vous prochain, je me lève tel un diable sortant de sa boîte. Avec empressement, je déclare à mes chaperonnes que j'ai rendez-vous chez la comtesse de Lennox et qu'elle se portera garante de mon honneur. Je ne leur laisse pas le temps de me répondre pour quitter la pièce : si je le fais, je vais surement le regretter car elles me retiendrait pour dire que mon attitude est inconvenante à une jeune fille comme moi et bla bla bla.

La tête droite pour regarder droit devant moi, je marche aussi vite que la convenance me le permet pour arriver aux appartements de la cousine de la Reine. Comble d'impolitesse, je rentre sans me faire annoncer. Mais la politesse n'a plus d'importance quand il s'agit de fuir ces vieilles biques !

-Comtesse de Lennox, déclare-je en la saluant d'une révérence, veuillez me pardonner de mon entrée intempestive en ce lieu, mais j'ai peur que c'était pour moi le seul moyen d'échapper à mes chaperonnes.

Quand je prononce ces mots, il n'est pas bien difficile de comprendre tout l'agacement que je ressens face à ces dames.

-Quoiqu'il en soit, madame, dis-je de manière formelle en refaisant la révérence, je suis honorée que vous ayez quelques minutes à me consacrer en cette journée.

Puis, je reste silencieuse, ne sachant que faire. Même si nous ayons des liens du sang, je n'ose me permettre une familiarité évidente. Je préfère qu'elle prenne d'abord l'initiative, au moins, ainsi, je n'aurais guère à m'inquiéter de quelconques représailles. Déjà, dans cette pièce, je ne peux que sentir le soulagement car la présence de la cousine de la Reine Mary est surement un grand gage de bonne conduite de ma part...

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Les conseils avisés de tante Margareth ( Margaret Stuart )  Mer 17 Juin - 19:10

Margareth Douglas & Margareth Stuart

Les conseils avisés de tante Margareth.


Margareth ne connait rien de sa nièce. Si ce n'est qu'elle va se marier. Et qu'elle est écossaise. Rien que ça, c'est important.
La Comtesse était donc auprès du feu afin de se réchauffer un peu. Il faut dire que les journées sont froides à Whitehall. Ce palais, elle l'adore, elle le trouve magnifique mais dieu qu'il y fait froid ! Margareth sait bien qu'il est facile de mourir en hiver. C'est là que la mort frappe le plus souvent d'ailleurs. Les paysans n'ayant pas fait assez de réservez se retrouvent sans ressources …
Les appartements de la Comtesse donnent sur les jardins du palais. Dans un grand effort, Margareth se lève afin d'admirer le paysage hivernal par une fenêtre.

Elle se souvient que lorsqu'elle était jeune, le froid ne la dérangeait pas. Elle pouvait sortir avec une simple robe et une fourrure légère sur le dos. Il faut croire qu'avec l'âge, on devient plus sensible … La Comtesse est maintenant obligée de prendre une robe qui lui couvre même la gorge ainsi qu'une grosse fourrure et une couverture qu'il s'agit d'un déplacement en carrosse. Et même avec ça, elle arrive à avoir froid.Vêtue de sa robe d'un gris clair se fondant avec la pierre des fontaines à eau des jardins, la Comtesse n'entendit pas sa nièce faire son entrée. Peut être parce qu'elle ne s'est pas faîte annoncée aussi … La voix de la jeune fille tira Margareth de ses pensées qui se retourna aussitôt affichant un sourire de façade radieux.

Ma chère nièce !

Dans un élan de tendresse bien imaginé, Margareth Douglas, la Margareth que tout le monde connait avec un caractère horrible va enlacer sa nièce pendant quelques secondes. Pas de trop, elle n'aime pas vraiment les embrassades. Mais quand il s'agit de la famille, elle peut faire une exception.

Je ne vous inviterai point à recommencer mais je peux vous comprendre. Toutes les femmes passent par là et une fois votre mariage prononcé, vous n'aurez plus à vous soucier de ces femmes.

Un sourire courtois s'afficha sur le visage de la Comtesse. Sur ce point elle la comprend. Lorsqu'elle s'amusait avec Thomas Howard étant plus jeune, il lui fallait redoubler de stratagèmes pour tromper la vigilance de ses chaperonnes. Elle n'ira cependant pas donner d'idées à sa nièce. Elle n'aimerait pas qu'il lui arrive le même sort qu'elle.
Qu'elle reste vierge c'est bien.

Mais c'est bien normal. Vous êtes ma nièce je me dois d'apprendre à vous connaître. Et je me suis laissée dire que votre mariage devez vous occuper grandement. Un peu de repos vous sera bénéfique.

Elle ne pose pas de question, et c'est bien volontaire. Elle ne veut pas se montrer trop intrusive et préfère que ce soit sa nièce qui en parle d'elle même. La Comtesse compte cependant la faire parler avant qu'elle ne reparte de ses appartements. Et puis elle n'a rien à faire en ce moment. Son mari est avec ses maîtresses et sa cousine est trop occupée à brûler du protestant. Droite comme un I, Margareth va s'asseoir à une petite table ronde sur laquelle est disposée quelques fruits et une carafe de vin. Elle invite par la même occasion sa nièce à faire de même.

Du vin ?

N'attendant pas de réponse de sa nièce et ne lui laissant pas le choix elle fait remplir les deux verres en argent présents sur la table. Qu'est ce qu'ils disent les autres à la cour ? Elle est adorable comme tout la Comtesse de Lennox !
CREDIT IMAGE: TUMBLR ○ CREDITS FICHE: ROMANE

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Les conseils avisés de tante Margareth ( Margaret Stuart )  Mer 24 Juin - 22:56

LES CONSEILS AVISES DE TANTE MARGARETH

En me voyant, nulles personnes pourraient me penser capable de la plus vile tromperie pour pouvoir m'échapper à mes chaperonnes l'espace de quelques instants. Pourtant, la technique que j'ai utilisé est des plus simples à savoir la rapidité. Bien sûr, la discrétion a été aussi des plus fondamentales pour parvenir à mon but d'arriver seule à ma tante. Je n'aurais en effet pour rien au monde accepté la présence de mes chaperonnes pendant mon entretien avec ma parente. Effectivement, elles sont diablement efficaces pour éloigner le moindre jouvenceau un peu trop entreprenant mais pour ce qui est de garder une confidence... Il serait mentir si c'était le cas ! A croire qu'elles ont été des pies dans une autre vie pour jacasser autant sur le moindre membre de la Cour !

Toutefois, toutes mes inventions pour leur échapper ont le don de m'insupporter : je ne devrais guère devoir faire cela pour visiter une parente ! Surtout que je ne sais comment réagit ma tante face à mon absence de manière quand je suis rentrée dans ses appartements sans son invitation. Je n'ai plus qu'à espérer que ma tante n'ait pas le même caractère que ma chère belle-mère sans quoi les prochains mois en Angleterre me paraîtront bien difficile !

Seulement à mon grand soulagement, ma tante ne semble pas se formaliser face à mon attitude. Ma crispation ne se relâche pas pour autant quand je me sens serrée contre la cousine de la Reine Mary. Ce geste me paraît si étrange ! En effet, depuis que ma mère s'est retirée au couvent pour expier son péché d'adultère, personne ne m'a serré ainsi depuis bien longtemps. Bien sûr, j'ai le souvenir de une ou de deux accolades avec ma fratrie mais celle-ci a pour moi une saveur particulière. Au bout d'un temps certain temps, je glisse à mon tour brièvement les tours de ma tante pour rendre son geste.

-Je peux comprendre votre position, madame, déclare-je en inclinant la tête sur le côté, seulement, les dames que l'on m'a attribué sont les pires commères que j'ai eu l'occasion de voir dans la Cour d'Angleterre et la Cour d'Ecosse réunie. Si l'une d'entre elle avait réussi à passer la porte de vos appartements, croyez-moi sur parole, madame, même en invoquant votre parenté avec sa Majesté la Reine, vous auriez été bien en peine de les faire partir !

Encore une fois, chacun de mes mots est ponctué par l'agacement. En même temps, ce sentiment ne me quitte quasiment jamais quand je les évoque à de tierces personnes.

-Je comprends l'utilité de la compagnie de dames pour assurer de ma droiture de comportement, continue-je sur un ton diplomatique même si c'est pour moi bien difficile, seulement, j'estime qu'on peut accomplir cette tâche avec tact et discrétion, non ? Finis-je avec une point de désarroi dans la voix.

Tandis que je m'assieds dans une siège face à elle à son invitation, je prends le temps de réfléchir à ses dernières paroles. Forcément, celui-ci intervient dans la conversation. Mon ressenti face à celui-ci a quelque peu changé depuis qu'on me l'a appris. La colère d'avoir été laisser dans l'ignorance et vu mes voeux ignorés ont laissés place à un sentiment de fatalisme dans mon être. J'ai eu beau tempêté en faisant fi de mon tempérament naturel, protestée de la plus vive des façons et rien n'a changé. Ce n'est donc surement pas une éventuelle promesse d'intervention de ma tante qui changera cela puisque mon sort en est jeté.

Seulement, avant de commencer mes paroles, j'accepte de bonnes grâces un verre de vin proposé par la comtesse. Je ne dis pas que je me désaltère à longueur de journée avec cette boisson mais il m'arrive de tremper mes lèvres dans ce genre de liquide à l'occasion.

-Merci, ma tante, si tant vous acceptez que je vous appelle comme telle, sourie-je doucement en tenant ma coupe. Concernant mon mariage, je crains fort de devoir vous décevoir en vous apprenant que je n'ai guère voix concernant à de nombreux sujets. J'aimerais pouvoir dire que j'ai pu choisir le jour de ma noce à une chaude journée d'été pour que les festivités puissent éblouir les invités jusque tard dans la nuit mais je ne le peux et doit me contenter de vous annoncer que selon la volonté des souveraines, il aura lieu aux alentours de mon anniversaire. Enfin, pour l'heure, j'estime que si je puis dire mon choix pour ma robe de mariage, je serais bien assez contente.

J'accompagne la fin de ma tirade d'une gorgée de vin pour faire taire le sentiment de désespoir qui pointe au fond de moi. Je savais depuis mon arrivée à la Cour d'Edimbourg que j'aurais surement que peu à dire au moment de ma noce. Seulement, y être confrontée est des plus difficiles à admettre que c'est la fin d'une partie de ma vie.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Les conseils avisés de tante Margareth ( Margaret Stuart )  
Revenir en haut Aller en bas
Les conseils avisés de tante Margareth ( Margaret Stuart )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une découverte pour Sylvie [pv sa mère et sa tante]
» Besoin de conseils pour l'armée de mon père .
» Conseils pour peindre la VIIIeme armée britanniques
» Conseils pour réaliser une fiche de RPG
» Conseils pour améliorer son orthographe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: