AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Noblesse Anglaise
avatar
♕ Métier : Duc de Norfolk & Comte de Surrey ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholiques, enfin pour l'instant. ♕ L'avatar a été fait par : Maquizz ♕ Mon nombre de messages est : 133 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 2 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 30/11/2014 ♕ Mon pseudo web est : Menthe. ♕ Mes autres visages : Mary Sidney

Message (M) BLAKE RITSON ✘ John de Vere, 16th Earl of Oxford ✘ "To be honest is not to be i' th'world" (LIBRE) ♦ écrit Jeu 16 Juil - 15:21
John de Vere
feat ♦ Blake Ritson




AGE ♦ 40 ans
DATE DE NAISSANCE ♦ 1516
ORIGINE ♦ Anglaise. Le titre de Comte d'Oxford s'est transmis sur plusieurs générations chez les de Vere.
SITUATION FAMILIALE ♦ Marié en premier lieu à Dorothy Neville (1536), qui lui donna une fille, Katherine (née en 1539), John est à présent uni depuis le 27 juin 1547 à Margery Golding, et père d'un petit Edward, né le 12 avril 1550. Des rumeurs affirment qu'il aurait aussi été marié à une certaine Joan Jockey en 1546, alors que sa première épouse était toujours vivante...
MÉTIER ♦ 16ème Comte d'Oxford. John est aussi Lord Great Chamberlain et Lord Lieutenant du comté d'Essex.
QUALITÉS ♦ Intelligent – Cultivé – Charismatique – Utopiste – Tenace
DÉFAUTS ♦ Cynique – Mystérieux – Possessif – Rancunier – Coureur de jupons
RELIGION ♦ Protestant ? Catholique ? John est surtout un homme de science, et module ses croyances en fonction. Il n'a aucun souci à se montrer catholique pour plaire à la reine Mary.
QUELLE EST ALLÉGEANCE DE VOTRE PERSONNAGE ♦ Officiellement, son allégeance va à la reine. Officieusement, à lui-même. John a beau fréquenter la cour, il ne supporte par de voir Mary Tudor sur le trône, une austère bigote dont le mariage a surtout permis aux Espagnols de s'implanter dans le pays et d'amener avec eux leur Inquisition. D'ailleurs, si cette dernière apprenait que le Comte d'Oxford nourrit un intérêt bien plus grand pour les sciences que pour la religion et qu'il mène en secret plusieurs expériences d'ordre profane, John pourrait se retrouver en bien fâcheuse posture...
GROUPE ♦ Noblesse anglaise.
CRÉDITS ♦ Lady Nadira & Tumblr



Préface

Libre penseur, aventurier, sorcier, comploteur, athée... Le nom de John de Vere, 16ème Comte d'Oxford, a toujours fait couler beaucoup d'encre. Déjà enfant, l'aîné des fils de John de Vere senior et Elizabeth Trussel se démarquait du reste de ses frères et sœurs par son intarissable soif de connaissance le poussant à s'exiler des heures dans la bibliothèque familiale afin d'y dévorer ouvrage sur ouvrage. Histoire, géographie, philosophie, latin, grec et hébreux firent partie de l'enseignement plus qu'exigeant qu'il reçut pendant toute sa jeunesse. Et ce que ses précepteurs ne pouvaient lui apprendre, John allait le chercher lui-même dans ses lectures. Il s'intéressa ainsi à l'astronomie, à la poésie et même à l'alchimie, au grand dam de son père qui lui, espérait le voir faire une carrière politique. Il lui prit même l'envie de devenir dramaturge, puis acteur, et de sillonner les routes d'Angleterre pour déclamer ses textes. Il se passionna plus tard pour la médecine et l'anatomie, et aurait sans doute abandonné son héritage pour se lancer dans une carrière de médecin si son père, après la découverte fortuite de cadavres de rats fraîchement autopsiés, n'avait décidé de l'introduire à la cour.

1536 fut l'année des premiers pas de John parmi les puissants, puisqu'il fit effectivement son entrée à la cour et accompagna même le roi lors du Pèlerinage de la Grâce. Il épousa Dorothy Neville le 3 juillet de la même année, mais se détourna bien vite de cette femme, dont il jugeait l'esprit faible et insipide, et n'eut aucun scrupule à la tromper dès que le mariage fut consommé. Bien que toujours pris par ses lectures et plus déterminé que jamais à entreprendre de nouvelles recherches en anatomie et en alchimie, John finit par acquérir la réputation de coureur de jupons en raison de sa (trop) longue liste de conquêtes féminines, une réputation qu'il ne tenta jamais de changer, et ce même lorsqu'il hérita du titre de Comte d'Oxford et de la fonction de Lord Great Chamberlain après la mort de son père, en 1540.

Si John se souciait fort peu de ce que les courtisans disaient de lui, c'est que depuis son entrée à la cour, il avait su s'entourer d'amis fidèles et peu regardant quant à sa conduite, des amis tels que le diplomate Sir Thomas Smith, le traducteur Arthur Golding et les poètes Edmund Sheffield, 1er Baron Sheffield et Henry Howard, Comte de Surrey. Ce fut avec ce dernier que John se lia le plus, et même littéralement, puisque celui-ci épousa sa sœur, Frances de Vere. En dépit de leurs caractères opposés—John étant aussi froid et taciturne qu'Henry se montrait irascible et impétueux—leur entente n'aurait pu être plus fraternelle. Humanisme, sciences, poésie et femmes étaient leurs sujets de conversation favoris, tout comme leur antipathie mutuelle pour les clans Dudley et Seymour.

Lorsque John se retrouva accusé publiquement de bigamie par quelques mauvaises langues murmurant qu'il avait épousé une certaine Joan Jockey en 1546 alors qu'il était toujours marié à Dorothy Neville—et bien que vivant séparé d'elle depuis un ans—Henry fut l'un des rares à soutenir sa cause. Et si le Comte de Surrey engagea plusieurs avocats prêts à en découdre pour défendre son ami, l'affaire fut très vite classée dès lors que l'on constata la disparition de la plaignante, Joan Jockey. La rumeur courut alors que le Comte d'Oxford avait fait assassiner cette "épouse" gênante avec l'aide d'Henry Howard, mais rien ne put être prouvé...

Ce fut une victoire pour John mais qui, hélas, ne fut que de courte durée. Son beau–frère et ami fut lui-même accusé de trahison envers la couronne et décapité en 1547 après un jugement expéditif derrière lequel se profilait l'ombre des agissements du clan Seymour. Les enfants Howard ayant été retirés à leur mère, le Comte d'Oxford tenta par tous les moyens d'en récupérer la garde, mais ce fut finalement leur tante, Mary Fitzroy, qui obtint la permission de les élever. Dissimulant sa peine, John continua d'apparaître à la cour et devint même le mécène d'une troupe d'acteurs, les Oxford's Men. Il assista plus tard sans broncher à l'enterrement d'Henry VIII, le roi qui avait fait condamner son ami, et reçut stoïquement les honneurs lorsque le tout jeune Edward VI le fit chevalier à l'occasion de son couronnement. Il se remaria même avec Margery Golding, la sœur de son compagnon humaniste Arthur Golding, après la mort de son épouse. Au moment de l'affaire Jane Grey, il soutint en premier lieu le clan Grey-Dudley, avant de se rétracter et rejoindre celui de Mary Tudor, devenant après le couronnement de cette dernière, Lord Great Chamberlain.

En somme, il aurait été aisé de croire que le Comte d'Oxford ait choisi de poursuivre une existence tranquille, occupé à ses fonctions politiques, comme son père le souhaitait autrefois. Il n'en est rien. John ne s'est jamais départi de son chagrin et nourrit des rêves de vengeance à l'encontre de ceux qui ont participé à la condamnation de son ami. Son but ? Faire reconnaître publiquement l'innocence d'Henry Howard. Pour cela, il n'hésite pas à faire jouer à ses acteurs des pièces à clefs, dont la trame n'est pas sans rappeler les circonstances du jugement et de la mise à mort du Comte de Surrey.

A cette discrète rébellion s’ajoutent les expériences et autres dissections que John mène en secret depuis des années à Castle Hedingham, en désaccord total avec ce que prône l’Église. Il a beau être Lord Chamberlain à la cour, impossible pour lui d’abandonner ce goût pour l’humanisme et les sciences. Un malheureux accident survenu en 1555 faillit révéler au grand jour ses recherches en anatomie, mais John parvint à préserver son secret, sacrifiant au passage un assistant. L’épisode lui laissa un souvenir marquant et accrut son animosité à l’égard de Mary Tudor. Aussi, lorsqu’il entendit se murmurer des rumeurs de complots l’année suivante, John décida d’y prêter une oreille fort complaisante.

Liens



Thomas HowardLa première fois que John a aperçu l'aîné de ses neveux, c'était à l'occasion du couronnement de Mary Tudor, le 1er Octobre 1553. Si leurs regards ne se sont que très brièvement croisés durant la cérémonie—Thomas ayant rapidement détourné la tête—John a néanmoins eu le temps de s'apercevoir de la ressemblance frappante entre son neveu et son meilleur ami Henry Howard, Comte de Surrey. S'il est vrai que tout le monde s'accorde à dire que Thomas est le portrait craché de son père, cette impression va beaucoup plus loin chez John, qui a véritablement crû voir pendant quelques secondes le fantôme d'Henry. Il fut fou de joie bien sûr, et submergé par les souvenirs de tous ces merveilleux moment passés en compagnie de son ami à discuter de sciences, de lettres et des mystérieuses expériences en alchimie de John, il se voyait déjà entraîner Thomas sur les traces de son père. Malheureusement pour lui, Thomas a été élevé par sa tante, Mary Fitzroy, Duchesse de Richmond, et si cette dernière a tenu à ce qu'il reçoive une excellente éducation, elle a également suivi à la lettre les instructions de Frances de Vere en tenant ses neveux à distance de leur oncle John. Craignant en effet de voir son fils aîné suivre le même chemin que son père et finir sur le billot prématurément, Frances a interdit à Thomas tout contact avec le Comte d'Oxford, son propre frère, qu'elle tient pour responsable de la mort de son époux. Assommé de mises en garde contre son oncle, Thomas se tient donc à l'écart de celui que l'on décrit comme un athée, un sorcier, ou encore le diable en personne, même si avec le temps, il est devenu de plus en plus curieux vis-à-vis de son oncle. Après tout, n'était-il pas le meilleur ami de son père ? Ce qu'il ne sait pas, c'est que John a décidé de se rapprocher de lui par tous les moyens et que cette curiosité nouvelle pourrait bien servir ses intérêts.

Mary SidneyQuel drôle de couple que celui formé par Mary et John arpentant les couloirs de Whitehall en cette année 1546, plongés comme ils le sont dans de grandes discussions scientifiques ! Il faut dire qu'en dépit de leur différence d'âge, tous deux partagent le même goût pour l'apprentissage et le savoir. Et si à cette époque déjà le nom de John provoque des murmures lorsqu'il est prononcé, Mary n'en a cure. Du haut de ses 16 ans, elle a la naïveté de croire qu'un homme aussi cultivé que le Comte d'Oxford ne puisse se rendre coupable des méfaits qu'on lui attribue. De son côté, John apprécie sincèrement la jeune femme. Il aime son esprit vif, son intelligence—chose qui le surprend grandement chez le sexe faible—mais aussi son joli minois. Une invitation pour voir son nouvel athanor lui servit un jour de prétexte pour faire venir chez lui Mary. Et alors que cette dernière croyait effectuer une visite de son laboratoire, John saisit l'unique opportunité qu'il avait pour glisser la demoiselle dans ses draps. Ou du moins il essaya, car Mary calma ses ardeurs par une gifle et prit la fuite. Depuis ce jour, elle évite tout contact avec John, chose guère aisée puisque tous deux fréquentent la cour. Quant au Comte d'Oxford, il a eu beau se consoler dans les bras de femmes moins farouches, le visage de Mary le hante et le nargue toujours. Il sait qu'elle est à présent mariée à Henry Sidney, mais il n'en démord pas : il fera d'elle sa maîtresse. Et quoi de mieux pour attirer l'attention d'une dame qu'un petit chantage ? Car en publiant ses pamphlets, John a découvert que Mary œuvrait de même de son côté sans en toucher mot à quiconque. Et s'il la menaçait de tout révéler au grand jour ?





Dernière édition par Thomas Howard le Jeu 28 Juil - 22:39, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Noblesse Anglaise
avatar
♕ Métier : Duc de Norfolk & Comte de Surrey ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholiques, enfin pour l'instant. ♕ L'avatar a été fait par : Maquizz ♕ Mon nombre de messages est : 133 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 2 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 30/11/2014 ♕ Mon pseudo web est : Menthe. ♕ Mes autres visages : Mary Sidney

Message (M) BLAKE RITSON ✘ John de Vere, 16th Earl of Oxford ✘ "To be honest is not to be i' th'world" (LIBRE) ♦ écrit Jeu 16 Juil - 15:21

Salut à toi, ô invité(e) intéressé(e) par mon scénario !
Sache que John est un personnage que j'attends avec graaaaande impatience pour venir semer le trouble dans l'existence encore trop tranquille de Thomas, ainsi que dans celle de tous ses liens qui, au passage sont déjà présents sur le forum What a Face (si ce n'est pas merveilleux tout ça Cool ). Bref, si le mystérieux Comte d'Oxford t'a tapé dans l'œil et que bim, ça y est, tu as eu un coup de foudre, voici quelques petites choses à savoir sur son compte.

Tout d'abord, en ce qui concerne le nom et le prénom, ils ne sont pas négociables, puisque John de Vere est un personnage historique. Il en va de même pour le titre de Comte d'Oxford (mais l'Oxfordshire, c'est hype Cool ).

Au niveau de l'avatar, j'avoue avoir complètement flashé sur le minois de Blake Ritson qui incarne parfaitement John à mes yeux . Il reste cependant négociable, mais il faudra alors trouver un acteur qui dégage cette aura de mystère et de savoir, ainsi que ce côté badass je-suis-prêt-à-tout-pour-parvenir-à-mes-fins-alors-ne-te-mets-pas-sur-ma-route-si-tu-ne-veux-pas-finir-en-cadavre-flottant-sur-les-eaux-de-la-Tamise . Bref, dans tous les cas, j'aimerais en discuter avant (en zone invités ou par MP si tu préfères) plutôt que d'être mise devant le fait accompli Wink .

En ce qui concerne l'histoire et la personnalité de John de Vere, je tiens à préciser que j'ai mêlé à la fois Histoire et fiction. Tout ce qui a trait à la vie conjugale de John ainsi qu'à son cercle d'ami, ses fonctions à la cour et son mécènat de la troupe d'acteurs des Oxford's Men est réel, tout comme l'affaire Joan Jockey (pour laquelle je te laisse décider du fin fond de l'histoire car dans la réalité, les rumeurs sont pour le moins très glauques silent ). En revanche, j'ai grossi le trait pour son amitié avec Henry Howard. De même, l'amour de John pour les sciences et les expériences qu'il mène en secret ne sont, jusqu'à preuve du contraire, que pure invention. J'ai aussi créé de toute pièce la personnalité de John, n'ayant que peu d'informations à ce sujet. Surtout n'hésite pas à t'approprier le personnage et à le faire évoluer comme bon te semble (déjà, rien que le lien entre John et Thomas peut mener à pleins de possibilités en RP), tout en gardant bien sûr la logique du personnage. S'il te plaît, ne fais pas de John un psychopathe ou un fou. Son intérêt pour les sciences, la médecine, l'anatomie et l'alchimie sont certainement en décalage avec la société de son époque qui voit d'un très mauvais oeil ces disciplines, mais John est sain d'esprit. Bon d'accord, sa froideur et les rumeurs qui courent sur lui peuvent foutre la trouille mais il n'est pas fou Laughing .

Côté niveau RP, je ne cherche pas forcément le Shakespeare du XXIème siècle, juste un joueur ou une joueuse motivé(e) à l'esprit aussi tordu que John ( Razz ) et maîtrisant suffisamment bien la langue française pour rédiger des posts de 800 mots ou plus sans pondre une faute d'orthographe ou de grammaire tous les trois mots.

Enfin, concernant les recherches sur le véritable John de Vere, 16ème Comte d'Oxford, j'ai déjà donné pas mal d'informations dans son histoire, donc tu n'auras pas forcément à écumer tout Internet pour glaner ces renseignements (cela dit, il y a quelques dates ainsi que des détails comme ceux de l'affaire Joan Jockey que je n'ai pas mentionnés afin de ne pas trop charger l'histoire de John. Si jamais tu es curieux/se, tu peux me mpotter Wink ). Il serait peut-être judicieux par contre de jeter un petit coup d'oeil à la page Wikipédia sur Henry Howard, Comte de Surrey, étant donné l'amitié que John entretenait avec lui et le lien qu'il a avec son fils.

Sache en tout cas que je suis disponible si tu as la moindre question concernant John, les Howard, le théâtre anglais du XVIème siècle, ou toute autre chose en rapport avec le scénario. Je ne suis pas totalement incollable, mais je serais ravie de pouvoir t'aider.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message (M) BLAKE RITSON ✘ John de Vere, 16th Earl of Oxford ✘ "To be honest is not to be i' th'world" (LIBRE) ♦ écrit Sam 12 Déc - 13:42
Le scénario est terminé ? Smile
Revenir en haut Aller en bas

La Noblesse Anglaise
avatar
♕ Métier : Duc de Norfolk & Comte de Surrey ♕ Age : 20 ans. ♕ Religion : Catholiques, enfin pour l'instant. ♕ L'avatar a été fait par : Maquizz ♕ Mon nombre de messages est : 133 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 2 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 30/11/2014 ♕ Mon pseudo web est : Menthe. ♕ Mes autres visages : Mary Sidney

Message (M) BLAKE RITSON ✘ John de Vere, 16th Earl of Oxford ✘ "To be honest is not to be i' th'world" (LIBRE) ♦ écrit Sam 2 Jan - 22:29
Presque ! J'attends un MP de Sybille pour un lien éventuel avec John. Nous en avions un peu discuté auparavant, mais il reste quand même des détails à mettre au point.

Je ne sais pas trop quand j'aurai la réponse de Sybille, et surtout si le lien tiendra toujours ; et donc je me demandais si je pouvais quand même aller faire recenser le scénario (ainsi que l'avatar de Blake Ritson, auquel je tiens pas mal), quitte à rajouter le lien avec Sybille ensuite .

Hormis ce dernier lien, le scénario est complètement terminé et le débarquement de de Vere peut commencer What a Face .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message (M) BLAKE RITSON ✘ John de Vere, 16th Earl of Oxford ✘ "To be honest is not to be i' th'world" (LIBRE) ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
(M) BLAKE RITSON ✘ John de Vere, 16th Earl of Oxford ✘ "To be honest is not to be i' th'world" (LIBRE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [m/LIBRE] Blake Ritson ✖ Arnael
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» John Cena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Les titres de Noblesses :: ♣ Les Scénarii des Membres :: ♣ Les Lords-
Sauter vers: