AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit Mar 21 Juil - 17:51

Agnès

ft. Luisa
chapitre un
Début mars 1555 à Édimbourg

Chère Luisa,


Bien le bonjour chère amie, comment allez-vous ? Pour ma part, je me porte bien. Vous m'avez demandé mes desserts favoris, je dois vous avouer que j'ai une préférence pour le pain d'épice que je mange avec du lait lors des grands froids écossais ou des biscuits au citron. Après j'apprécie la boisson au miel ou le lait. Et vous chère amie, quels sont vos desserts favoris ? J'aimerais goûter des plats de votre pays.

Vous m'avez également demandé des nouvelles de ma famille, ma fille Jane se porte bien, elle fait ses nuits, tandis que mon aîné réside toujours en Angleterre, il commence à parler. Il me tarde de le voir, j'imagine que mon petit Alexander a bien grandi depuis la dernière fois que je l'ai vu. Et pour mon mari, ma foi, il va bien. Il a hâte d'aller en Angleterre.

Comment se porte sa Majesté la reine Mary ? Le bébé va bien ? Et votre maîtresse, comment va-t-elle ? Les protestants ont-ils cessé leurs actions envers notre sainte Église ? J'ai appris que des protestants ont été brûlé il y a peu. Quant à nous en Écosse, le pays va bien. Mais, nous avons peur que les protestants continuent à détruire notre culte. Parlez moi si vous voulez bien de l'Espagne, des palais, des paysages, des arômes.


Je vous envois dans cette lettre, une composition en espagnole. Dites moi si cela vous va.


“la nieve ha desaparecido para dar paso a la primavera .
el sol está de vuelta, con él , las rosas.”

[la neige a disparu laissant place au printemps.
le soleil est de retour, avec lui, les roses.]

Il me semble que j'ai commis des fautes au niveau de la grammaire ou de la conjugaison, dites moi si cela est faux. Je vous promet que je ne prendrais pas ombrage. Je ne veux pas me quereller avec vous.

Enfin, vous m'avez demandé d'écrire quelques mots de gaéliques, voici un extrait :

“A banphrionsa milis ainmnithe Jane le gruaig solas cosúil le moonlight . iarrann sé ar mian leo : chun teacht ar a dheartháir .'

Cet extrait signifie ceci chère amie : “Une douce princesse nommée Jane aux cheveux clairs aime le clair de lune. elle souhaite demander un souhait : retrouver son frère.” Qu'en pensez-vous ?

Je dois vous laisser chère amie,

que dieu vous garde,

agnès



agnèsa new world, a new discoveryn a friendship ?
(c) ystananas


HJ : La citation entre crochet n'est pas présente dans la lettre, je voulais la mettre pour que tu puisses savoir de quoi je parle I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit Mer 5 Aoû - 12:40
Mars 1555, Londres

Ma chère Agnès,

Comme il est bon de recevoir enfin de vos nouvelles ! Je me porte bien mais votre absence à Londres se fait sentir, à qui d’autre que vous puis-je bien apprendre l’espagnol autour de moi ? C’est que nous n’avons point bonne réputation ces temps-ci avec les actions de la reine Mary envers les protestants. L’Angleterre est loin d’être sûr et c’est en ces temps là, bien trop sombres, que je regrette ma douce enfance au Nouveau Monde. Les exécutions ont lieu en masse, tout le jour j’entends les cris des protestants et j’entends parler des bains de sang qui souillent la capitale. Il ne fait point bon d’être ici Agnès, oh non… Qui plus est la reine n’a toujours pas donné naissance au futur héritier, cette grossesse est un véritable mystère, un secret bien entretenu par la couronne. Je ne vous cache pas que cela fait beaucoup parler à la cour mais personne ne sait réellement ce qu’il en est, et je n’ose me risquer à émettre quelques soupçons infondés. Moi-même qui suit proche de lady Jeanne de Habsbourg, sœur du roi Philippe, je ne sais rien et n’ai jamais rien entendu. Que de simples rumeurs, des bruits de couloirs sur lesquels je ne parierais pas un sou. Le pays est frappé de toute part, et bien que vous ayez vos propres craintes sur les protestants, vous savoir en Ecosse loin de cette barbarie me ravie le cœur et me rassure grandement. Mais que de mauvais mots je vous parle mon amie.
Vos interrogations sur sa Majesté m’en ont fait oublier notre première conversation au sujet des pâtisseries ! Il s’agit tout de même d’un sujet plus aimable et enjoué ! Je dois vous avouer que je suis également très friande de desserts, et que l’Espagne et le Nouveau Monde m’ont fortement gâtée de ce côté ci. Je ne refuserais jamais un dessert fait de chocolat ou de vanille. Ces saveurs viennent de l’autre côté de l’Atlantique et sont fabuleuses en tout point. J’aime également beaucoup les gâteaux à la mazapán (la pâte d’amande) et les empanada de manzana (chausson aux pommes). Oh ! et comment oublier les mantecados et polvores, ces merveilleux biscuits salés d’Andalousie d’où je suis aussi originaire ! Agnès, vous m’avez mis l’eau à la bouche, j’espère pouvoir vous faire goûter un jour ces mets ! Je pourrais vous parler de l’Espagne sur des mètres de lettres mon amie, tant et si bien qu’il n’y aurait plus assez de papier pour écrire !

Je suis heureuse de savoir que votre famille se porte bien, j’aimerais tant rencontrer un jour votre petite Jane qui doit être absolument ravissante avec une mère aussi jolie que vous. Je n’ai point eu la chance de mettre un visage sur votre aîné Alexander, mais qui sait, peut-être que cela arrivera bientôt ! Si c’est le cas je vous donnerai de ses nouvelles, vous devez lui manquer affreusement vous et votre époux. Est-ce indiscret de vous demander où votre garçon séjourne en Angleterre ? Quel bonheur que d’avoir encore sa famille, c’est un précieux privilège que vous devez à tout prix maintenir. Je n’ai malheureusement pas eu ce droit puisque je perdis mon père à l’âge de onze ans et que ma pauvre mère disparu deux ans plus tard. J’espère que jamais vous ne connaitrez ce malheur avec votre descendance chère Agnès.

Quel plaisir de lire un peu d’espagnol mon amie, veuillez par ailleurs m’excuser pour mon anglais encore un peu fragile. Par écrit je vous dispense déjà de mon accent toujours aussi présent. J’ose croire qu’à votre retour, ce dernier sera toujours bien là ! Mais peut-être pourrons-nous converser en espagnol très chère Agnès ? Car il me semble que vous ayez grandement progressé quoique loin de moi. Vous n’avez point commis d’erreur tendre amie, je vous en félicite. La composition que vous avez pris soin d’écrire était par ailleurs magnifique, il me redonne le sourire en ces temps troublés. Et je vous remercie pour ces quelques mots de gaéliques qui sonnent très agréables à mes oreilles. J’espère pouvoir vous entendre me les lire à votre retour en Angleterre. Quand avez-vous prévu de faire le voyage chère amie ?

En espera de su nueva Agnès, le abrazo.
Luisa -

Petit mot doux:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit Dim 16 Aoû - 19:19

Agnès

ft. Luisa
chapitre deux
Mars 1555 à ALNWICK CASTLE
Chère Luisa,
Je m'excuse de mon temps de réponse, j'étais sur la route et je ne voulais pas envoyer ma missive avant que je sois chez lord Thomas Percy. Est-ce que vous le connaissez ? Oh c'est bien triste que personne ne puisse converser avec vous en espagnol ! C'est dommage que ces actions entachent votre réputation. C'est triste pour ce pays … Pouvez-vous me parler de votre enfance au nouveau monde ? Savez-vous parlez une autre langue que l'espagnol ? Quelles sont vos origines ? Je suis désolée, je me montre bien curieuse. Quand la Reine doit rentrée en confinement ? Avez-vous vu son ventre ? Peut-être que la couronne protège la Reine et l'héritier ? Comment se porte la Princesse Jeanne ? Ce n'est rien chère amie, c'est normal que les Catholiques soient inquiets … Que va-t-il se passer après ? J'espère que les hérétiques ainsi que les Catholiques cesseront de se quereller …

Miam ! Les desserts que vous énoncez me donne envie, j'aimerais tant les goûter ! Est-ce qu'il vous arrive de cuisiner Luisa ? Avez-vous le droit ? Oh parlez moi de l'Espagne. Comment est la cour ? Est-il vrai que l'étiquette es plutôt difficile ? Pensez-vous que je serais bien accueillie par vos compatriotes ? Je dois vous avouer chère amie que je suis liée à la France et j'ai bien peur qu'avec ceci, on ne m'aime point.

J'aimerais tant que vous rencontrer ma petite Jane ! Elle doit bien avoir grandit depuis que je l'ai quitté ! Ce n'est pas indiscret, Luisa. Mon fils vit chez Lady Stanhope, sa tutrice. La connaissez-vous ? Que pensez-vous d'elle ? C'est si triste chère amie, je suis désolée pour vous et je prierais pour vos défunts parents. Cela doit être difficile d'être orpheline de père et mère. Avez-vous séjourné chez un membre de votre parenté ? Avez-vous été bien traité ? Je m'excuse encore de ma curiosité.J'ai perdu mon père, il est mort en combattant les anglais tandis que ma mère séjourne en France auprès de ma sœur Mary et de sa Majesté la Reine d'Écosse, ma cousine Mary. Puis-je vous demandez si vous avez des enfants ?

Ce n'est rien chère amie. Comment sont les anglais avec vous ? Je voudrais bien converser en espagnol avec vous ! Je suis heureuse de progresser ! Je souhaite parler plusieurs langues. Je vous parlerais en gaélique à mon arrivée à Londres. Avec mon époux et ma sœur, nous restons quelques jours chez lord Thomas Percy pendant une ou deux semaines ? Pouvez-vous envoyer vos missives chez lui ? En revanche, je n'ai point compris ce que vous avez dit au bas de votre lettre. J'ai compris je vous embrasse. Je m'excuse ma chère amie.

Que dieu vous garde chère amie,

Agnès


agnèsa new world, a new discoveryn a friendship ?
(c) ystananas

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit Lun 24 Aoû - 12:47
Mars 1555, Londres

Chère Agnès,

J’espère que votre séjour de plusieurs semaines chez lord Percy se déroule agréablement, j’ai bien pris note de la nouvelle adresse comme vous pouvez le constater. Je n’ai point la chance de connaître cet homme par ailleurs, fait-il parti de votre famille ? J’aimerais tant moi aussi pouvoir rendre visite à quelques parents, mais ces derniers sont bien loin et je ne suis pas restée en très bons termes avec quelques uns d’entre eux… Pour tout vous dire, je n’ai pas eu l’enfance la plus facile qui soit malgré de magnifiques premières années. Je suis née au Nouveau Monde en 1531 alors que mon père, navigateur, a découvert ce nouveau continent au côté de Christophe Colomb. Il est malheureusement mort de vieillesse quand j’avais onze ans et par la force des choses, ma mère et moi sommes rentrées en Espagne. Comme mes parents, je suis originaire de Séville, et c’est là-bas, dans le commerce, que nous avons refait notre vie après la disparition de mon père. L’argent, l’orgueil, la fierté, je vous épargne les détails chère Agnès, mais sachez que par la faute d’un de mes oncles, ma pauvre mère y perdit la vie et il en fut presque de même pour moi. Mon adolescence fut tout sauf joyeuse mais je ne souhaite pas ressasser le passé indéfiniment et entretenir une haine pour cet oncle que je ne considère plus comme tel. Je le haïrais toujours pour ce qu’il m’a fait, rendre misérable la vie de ma mère et le la lui ôter, mais je n’ai pas envie de lui consacrer une seconde de plus en parlant de lui. Vous me comprenez bien. J’occulte cette partie là de ma vie – qui m’a tout de même amené là où je suis aujourd’hui – et je me concentre sur les premières années de mon existence.

J’aimerais tant qu’un jour vous puissiez voir ce que j’ai eu la chance de contempler pendant onze ans ! Le monde de là-bas n’a rien à voir avec ce que nous connaissons de ce côté ci de l’océan. Tout y est plus vert, plus coloré et exotique. Des denrées qui me paraissent de première nécessité, moi qui y suis née, étaient totalement inconnus des premiers Espagnols dont mon père fit parti. La fève de cacao, la vanille, la tomate, l’ananas, l’avocat. Le temps déjà ensoleillé et chaud de l’Espagne n’est plus grand-chose quand on a connu la chaleur de là-bas. Seriez-vous capable de la supporter à votre avis chère Agnès ? Le temps écossais doit être bien différent… Et en France ? Y êtes-vous déjà allée ? Je n’ai fais que traverser le pays pour me rendre ici, ce fut bien long d’ailleurs… J’ai entendu parler français pendant le voyage et je dois dire que cela sonnait très jolie ! Le parlez-vous ? Je ne converse qu’en espagnol et en anglais depuis que j’habite à Londres. Ce dernier est encore fragile mais je tente de m’améliorer au mieux. J’ai fais de quelques anglais mes amis et ils m’aident grandement. La cour d’Espagne me manque pour cela je dois dire. Parler dans sa langue maternelle est tellement plus facile. Peut-être aurez vous la chance de vous y rendre un jour, je suis certaine que mes compatriotes vous accueillerez les bras grands ouverts ! Si votre venue en Espagne devait un jour se faire, je ferais en sorte de m’y rendre pour vous faire goûter ce dont je vous ai parlé ! Je pourrais les faire moi-même mais je suis loin d’être une grande cuisinière, j’ai hérité de la maladresse de ma mère plutôt que de son don pour la cuisine.

Concernant la reine, je ne puis rien vous dire de plus Agnès car je ne suis au courant de rien. Rien d’autre que les rumeurs qui circulent dans les couloirs de Whitehall et auxquels je ne prête pas attention. Je ne souhaite point ajouter ma pierre à cet édifice de potins. Personne n’a vu la reine Mary, ni un cheveu et encore moins son ventre. Je vous le redis chère amie, la couronne entretient le mystère autour de sa Majesté et de son possible héritier. Je n’en parle que très peu avec la princesse Jeanne voyez-vous. Cette dernière se porte d’ailleurs très bien, je vous en remercie.

Je n’ai encore point eu la chance de rencontrer votre aîné Alexander mais cela ne saurait tarder, vous me le présenterez à votre retour à Londres. Je ne connais pas non plus lady Stanhope, veuillez m’en excuser. Peut-être l’ai-je déjà vu mais son nom ne me dit rien. Quand rentrez-vous à la capitale ? Il me tarde de vous revoir et d’entendre ces paroles en gaélique que vous m’avez promis.

Amiga hasta pronto, querida.
Luisa -

PS : ma dernière phrase signifiait « En attente de vos nouvelles, je vous embrasse. » et celle-ci « A bientôt, chère amie. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit Ven 28 Aoû - 22:41

Agnès

ft. Luisa
chapitre trois
Mars 1555 à ALNWICK CASTLE 

Chère Luisa,

Mon séjour se passe merveilleusement bien. Mais, je vous annonce que nous partons dès aujourd'hui pour aller à Londres, je vais bientôt vous voir Luisa et cette idée me rends folle de joie. Hélas, Thomas Percy ne fait pas parti de ma famille, nous ne sommes pas parents. Il est anglais et je suis écossaise … C'est dommage que vous ne soyez pas en bons termes avec votre famille. Peut-être qu'un jour vous pourrez vous entendre de nouveau avec eux ? Oh le nouveau monde, cela doit être magnifique ! Votre père navigateur, c'est une chance. Il a beaucoup voyagé ? Vous n'avez pas eu le mal de mer en allant ici ? Je suis désolée pour votre père. Cela doit être une triste épreuve. Où se trouve Séville par rapport à Madrid ? Quel genre de commerce Luisa ? Du textile ? C'est triste pour votre mère, chère amie. Comment votre oncle a pu faire cela à vous et à votre mère ? C'est … Je n'ai pas de mot pour dire cela ! Changeons de sujet chère amie, sachez que je vous soutient.

Vous me donnez envie ! ? Comment sont les personnes là-bas ? Est-ce qu'il y a une cour comme ici  ? Est-ce qu'ils ont la même religion qu'ici ? Pour les noms de fruits ou de légumes, je dois avouer que j'ai du mal à les visualiser. Pour la chaleur, je l'ignore. Je dois avouer que je connais que le climat français, écossais et anglais. Concernant votre question, je suis restée une année à la cour française auprès de ma Mère qui est la gouvernante de notre petite Mary Stuart. De plus, j'ai connu le roi Henri II de France ainsi que son épouse la reine Catherine de Médicis. Oh vous avez pu vous reposer sur le chemin ? Vous êtes arrêté dans quels coins en France ? Je parle en effet le français. Voulez-vous que je vous l'apprenne ? Je serais ravie de vous aider. D'accord, quelles sont les langues utilisées au nouveau monde ? Est-ce qu'en Espagne, il y a plusieurs langues ? Il me semble que votre roi Charles Quint a plusieurs titres : roi de Castille, roi d'Aragon ? Il se peut que ces régions possèdent plusieurs langues ? Je comprend, il est plus facile de parler dans sa langue maternelle !
J'espère que je pourrais venir en Espagne mais je doute que mes manières leur plaise. J'aimerais goûter les mets que vous m'avez parlé ! Je pourrais vous faire goûter la tarte que j'ai réalisé pour ma cousine Jane si vous voulez ?

Concernant la Reine, je pense que nous pourrons attendre l'annonce officielle ? J'espère que sa Majesté se porte bien. Je suis ravie que votre princesse se porte bien. Concernant, le roi Philippe II, comment se porte-il ?

J'espère que je pourrais vous le présenter, Lady Stanhope est une dame de la cour. Pour la capitale, je serais là avant le cinq avril. Si la Fortune est avec nous. Prions ! J'espère que nous pourrons nous voir et converser dans les langues que nous parlons.


Je vous remercie pour votre aide par rapport à vos messages.


Glacadh mé tú mo chara (je vous embrasse chère amie en gaëlique )
Voici ici un extrait d'une chanson que j'ai écrite, elle est en anglais, elle se nomme la rose et le lys ( ceci signifie en français voici un extrait d'une chanson que j'ai écrite, elle est en anglais, elle se nomme la rose et le lys)

Agnès


agnèsa new world, a new discoveryn a friendship ?
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit Dim 6 Sep - 14:36
Mars 1555, Londres

Chère Agnès,

Comme je suis heureuse de savoir que je vais bientôt vous revoir, cette nouvelle me ravie ! Promettez-moi que vous passerez me saluer à votre arrivée.
J’ai bien plus de plaisir à vous savoir de retour que de rendre visite à mes oncles. Effectivement ceci est bien dommage mais n’ayez crainte Agnès, je me porte bien sans eux, il n’y a que mes grands-mères qui me manque. J’espère avoir la chance de les revoir au moins une fois avant qu’elles ne s’en aillent… Mais parlons de choses plus gaies en effet !

Magnifique est peu de chose face à la beauté du Nouveau Monde. Vous en seriez toute éblouie je suis certaine ! Je sais la chance que j’ai eu de naître par delà l’océan et d’avoir le père que j’ai eu. Je l’admirais énormément et penser à lui en vous écrivant me fait monter les larmes aux yeux. Pardonnez-moi l’encre qui a un peu coulé et mon écriture un peu tremblante. C’est comme si je vous écrivais depuis le bateau qui m’a amené sur ces terres anglaises ! Je n’ai d’ailleurs point eu le mal de mer, la traversée pour rentrer en Espagne était bien plus longue et fastidieuse. Et pour vous répondre chère amie, Séville est au sud ouest de Madrid près de la côte, au-dessus du détroit de Gibraltar. Les commerces que nous possédions là-bas étaient des épiceries. Elles étaient très appréciées grâce aux denrées que nous proposions venant tout droit de l’autre continent. Quand j’ai pris mes fonctions à la demande de Charles Quint au côté de la princesse d’Espagne et que je suis partie pour l’Angleterre, j’ai confié la gérance des commerces au frère aîné de ma mère disparue. J’aimerais beaucoup y retourner pour voir ce qu’ils sont devenus d’ailleurs…

Je vois que le Nouveau Monde vous intrigue énormément Agnès ! Cela me fait plaisir d’en parler avec vous, ce n’est pas tous les jours que je détaille autant ma vie là-bas. Pour vous répondre, les personnes là-bas sont bien différentes de nous. Ils ont la peau plus foncée et tous ne parlent pas l’espagnol. Surtout au tout début lorsque les navigateurs ont découvert le continent en 1492. Mon père me racontait un peu mais pas tout des débuts en ces terres inconnus. Et durant mon enfance je ne voyais la vie qu’à travers mon regard d’enfant, sans doute ai-je un peu idéalisé les choses… Les Espagnols n’ont pas été tendres avec les populations locales et mon père n’en était pas fier.
Il n’y a pas de cour là-bas contrairement à l’Espagne, où l’on parle principalement espagnol en plus de quelques langues régionales. J’aimerais beaucoup apprendre le français à vos côtés chère Agnès, en effet. Nous prendrons le temps de nous organiser à votre retour prochain, et autour d’une bonne tarte, je l’accepte !

Concernant le roi Philippe II, ma foi je pense qu’il se porte bien. Il doit être transi d’inquiétude pour la reine et son futur héritier sans doute. Attendons l’annonce officielle je suis d’accord.

Peut-être est-ce la dernière lettre que je vous envoie si vous rentrez avant le 5 avril ? Faites comme bon vous semble, je serais dans tous les cas heureuse de recevoir votre missive ou de vous revoir en chair et en os.

Prenez soin de vous durant votre voyage, je vous embrasse
Luisa -
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen] ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
a new world, a new discovery, a friendship? [ Luisa del carmen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Poster un nouveau sujetCe sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: