AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
Admin
♕ Mon nombre de messages est : 956 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1393 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 28/02/2012

MessageSujet: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Ven 21 Aoû - 13:58
Votre mission si vous l'acceptez...



Anne de Clèves& Catherine Carey
Les Lacs
15 Avril 1555

C'est une amitié de longue date qui unit Catherine et Anne. Une était Reine, l'autre sa Dame de Compagnie. La vie les a séparé, toutes deux vivants loin de la Cour mais dès qu'elles en ont l'occasion, elles aiment se retrouver. Elles se sont données rendez-vous près d'un lac où Catherine aime aller avec ses enfants. Une occasion pour eux de jouer au bord de l'eau, tout est calme loin du tumulte de Londres. Paisible, Anne cherche le repos après des années passées au milieu des frasques de la Cour, elle a prit l'habitude de venir se balader au bord de l'eau.

Le silence est reposant.

Ne s'étant pas vues depuis longtemps, Anne et Catherine ont de nombreuses choses à se dire : le retour de la princesse Elizabeth à la cour, les espagnols, leurs projets respectifs. Alors que les enfants de Catherine jouent un peu partout autour d'elles, elles se sont assises sur une couverture à manger quelques mets préparés par Catherine pour cet occasion.


♦ Déroulement de la mission : Voilà votre mission, la mise en situation a été dite. Exceptionnellement, pas d'options la situation est assez basique on vous laisse mettre en place vos RP. L'action démarrera juste après. Pour le moment vous êtes libre, mais un PNJ pourra venir à tout moment perturber votre jeu. Attention, votre mission commence dès maintenant !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Lun 24 Aoû - 16:08


Au Bord du lac

15 Avril 1555,

C'était la mi avril, le 15 avril pour être précis. Anne de Clèves devait aujourd'hui revoir son amie et ancienne Dame d'honneur Catherine Carey. Elle avait toujours gardé une place dans son coeur pour cette jeune femme. Elle en avait fait la connaissance il y a bien longtemps maintenant, en 1540 alors qu'elle devenait l'épouse d'Henri VIII. Elles avaient vécue peu de temps en la compagnie de l'une et de l'autre et pourtant c'était une amitié sincère et durable qui s'était développée entre les deux femmes. Anne avait eu la joie de revoir Lady Knollys lors de la messe donnée par la reine Mary. La mère de déjà dix beaux enfants attendaient le onzième en ce mois de mars. Puis les deux femmes s'étaient revues par hasard lors de la foire, en ce début de mois d'avril. Anne avait eu l'occasion de voir les magnifiques enfants qu'avait mis au monde son amie. Elle qui n'en avait pas eu avait reporté son affection sur la jeune princesse, son ancienne belle-fille, Elizabeth, la cousine de Lady Knollys.

Anne se prépara comme chaque fois que le jours était important. Elle ne laisserait aucune place au désordre. Tout devait être soigneusement contrôlé. Son visage et son teint pâle, ses vêtements choisit avec goût et surtout sa coiffure qui serait comme toujours parfaite. Elle avait le don pour coiffer ses cheveux avec chic et délicatesse. Ni trop strict, ni trop négliger, surtout jamais trop négligé, elle avait un rang à tenir tout de même. Mais elle refusait d'être dans l'inconfort. Le tout était par conséquent un subtile mélange dont elle seule avait le secret. Fin prête, elle quitta Richmond palace avec Hedwige comme toujours. Les deux femmes montèrent dans le carrosse et partirent pour les lacs aux alentours de Londres. C'était là-bas qu'Anne et Catherine s'étaient données rendez-vous. Arrivée un peu en avance, l'Allemande descendit du carrosse et fit quelques pas en compagnie de sa compatriote. Elle profita du fait que Catherine ne soit pas encore présente pour rassembler toutes ses pensées. Dieu seul savait à quel point elles pouvaient être nombreuses dans l'esprit de l'ancienne reine. Bientôt elle fut rejointe par son ancienne Dame d'honneur qui n'était alors qu'une jeune adolescente tout juste plus jeune qu'elle. Maintenant, il s'agissait d'une femme accomplit ayant donné pas moins de dix enfants à son époux là où Anne n'avait jamais rien fait concernant Henri. Catherine était accompagnée de ses enfants dont la ravissante Mary, son aînée. Anne sourit à la jeune fille puis salua la mère.

« Je suis heureuse de te voir Catherine. Viens allons nous asseoir. Hedwige nous aidera à garder un œil sur tes enfants ne t'en fait pas. »

Dans cette semi intimité donnée par le lieu, Anne de Clèves avait banni pour un temps le vouvoiement trop conventionnel. Après tout, elle connaissait Catherine depuis longtemps maintenant. Et puis elle n'était plus sa maîtresse. Elle n'était que son amie, une amie proche, du moins elle l'espérait. Catherine ferait comme bon lui semblerait, Anne n'allait pas se formaliser si la mère de famille gardait le « vous ». C'était un avantage qu'Anne avait appris il y a des années maintenant. Eux les Nobles comme on les appelait et comme ils s'appelaient entre eux, étaient bien plus libre de choisir entre le « vous » et le « tu » plus intimiste. Mais elle souhaitait inciter par là la douce Catherine à se rapprocher d'elle aussi bien dans les actes que dans les paroles. Une fois assise auprès de Catherine sur une couverture étendue sur l'herbe, les deux femmes se mirent à manger les quelques mets que Lady Knollys avait préparés.

« C'est vraiment excellent Catherine. Je devrais vraiment m'y mettre moi à la cuisine. Je sais que cela ne se fait pas mais je pense que faire d'aussi bonnes choses est gratifiant pour le cœur et l'âme des hommes. »

Elle avala un autre met avant de poursuivre gaiement.

« Tes enfants sont magnifiques Catherine. Surtout Mary. Si tu savais comme cela me fait plaisir de la revoir. Je suis sa marraine et pourtant je l'ai plus vu le jour de son baptême qu'après hélas. »

Ce n'était nullement un reproche. Non c'était plutôt une amer constatation. Son choix de quitter la Cour après son divorce avec le roi Henri l'avait éloignée de ses amies par la force des choses.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Mar 25 Aoû - 20:40


Le calme avant la tempête


Feat. Anne de Clèves



La journée est belle, magnifique même. Le soleil réchauffe l'atmosphère et les cœurs, la ville se ferait presque belle. Cependant, je suis heureuse de quitter Londres, ne fût-ce que le temps d'un après-midi : je ne parviens pas à aimer la capitale de mon pays. Ou pour être exacte, je n'y parviens plus. Peut-être est-elle trop évocatrice de temps meilleurs, ou peut-être au contraire me rappelle-t-elle que j'y vu trop de choses terribles, je ne saurais le dire. Il n'en reste pas moins que je souris déjà à l'idée de me rendre au lac. Ce lac, c'est pour moi le symbole des jours heureux : ses eaux sont toujours d'un bleu profond, le même bleu que les yeux de mon cher mari ; les arbres qui l'entourent semblent accueillants, et l'on y trouve toujours un endroit où poser sa nappe de pique-nique. Les enfants aussi aiment beaucoup cet endroit, dans lequel ils peuvent s'égailler à leur guise : pour la plupart, ils enragent d'être confinés à l'intérieur de notre demeure londonienne. Le calme de l'endroit, loin des turpitudes de la cité, me permet de refaire le point sur les jours écoulés, et de laisser mes pensées se libérer enfin.

Les enfants seront bientôt prêts, et je les attends au rez-de-chaussée, vérifiant nerveusement que tous les petits plats que j'ai préparés pour l'occasion sont bien empaquetés. Je ne cuisine que rarement pour nous tous, Francis nous ayant malgré son exil laissé une fortune suffisante pour employer le minimum nécessaire de domestiques : mais pour cette occasion, je voulais moi-même mettre la main à la pâte. Mary a également participé, ainsi que Lettice, qui veut toujours tout faire comme sa sœur : à elles deux, elles ont cuit de délicieux biscuits pour notre goûter printanier.

Ils finissent par descendre, les uns après les autres, les plus jeunes tenant la main des plus âgés. Comme à chaque fois que je pose un œil sur eux, je m'émerveille : ils sont tellement beaux, chacun à sa façon ! Mary, l'aînée, mature et responsable, qui se voit déjà en maîtresse de maison ; Henry, mon premier fils, si grand pour ses treize ans ; Lettice, farouche et souvent distraite, mais tellement attachante lorsqu'elle veut bien s'en donner la peine ; mon second fils, cet adorable casse-cou de William, à qui l'on donnerait le bon Dieu sans confession ; les "moyens", mes garçons chéris, Edward, Robert et Richard ; et les plus petits que sont la délicieuse Elizabeth et les adorables Thomas et Francis, mes derniers. Je les aime tous également, et je leur souhaite à tous une longue et heureuse vie, emplie de petites choses comme la mienne. Car certes, tout n'a pas toujours été rose pour moi, qui toute petite ai perdu mon père tant aimé, ma marraine adorée et le rang que nous conférait sa parenté ; toutefois, je me considérerais aujourd'hui comme une femme comblée, s'il n'y avait pas l'exil de mon cher époux.
Cette ombre au tableau, je la ressens à chaque pas que je fais sans lui ; je l'aperçois dans chaque regard d'Henry, qui a les mêmes yeux que son père ; je l'entends dans chaque progrès au clavecin de Lettice, qui en jouera aussi bien que Francis Sr, je n'en doute point. Mais l'heure n'est pas encore venue de nos retrouvailles tant attendues, je dois me contenter pour l'instant de nos lettres... Et du bébé qui grandit en moi, souvenir de nos dernières heures avant le départ de mon aimé pour le Saint Empire.

~~~~~~

Il n'est plus temps maintenant de songer au passé et aux jours enfuis. Il me faut revenir au temps présent et avancer vers la clairière où nous attend Anne de Clèves. Je n'ai passé que peu de temps avec elle lorsque nous n'étions encore que des adolescentes, mais nous aimons encore à nous retrouver quelquefois. Elle est la marraine de ma Mary bien-aimée, et jamais je n'ai eu à regretter ce choix, que j'avais à l'époque fait de la préférer à Katherine Howard. La rose sans épines d'Henry VIII a fini décapitée, comme l'avait été avant elle ma propre marraine, Anne Boleyn.
Anne, quant à elle, a non seulement su garder la tête sur les épaules, mais encore l'a-t-elle fait avec classe. J'aime à penser qu'aujourd'hui, Henry VIII doit se retourner dans sa tombe au vu de la postérité de ses épouses : seule demeure celle qu'il a répudiée après seulement quelques mois de mariage ! Quoi qu'il en soit, Anne semble heureuse de nous revoir tous : elle salue sa filleule d'un digne sourire, qui équivaut pour elle à tous les câlins du monde, et me gratifie d'un tutoiement délicat.
Je ne sais trop comment répondre à cela : Anne reste avant tout ma Reine, celle que j'ai servie en tant que demoiselle d'honneur débutante... Mais je décide de suivre l'exemple de l'ex-souveraine : cela aura le mérite de simplifier les choses.

Moi aussi... Anne, finis-je par dire. Merci à toi d'être venue avec Hedwige : êtes-vous certaine que garder les enfants ne la dérangera pas ? Le tutoiement ne me vient décidément pas naturellement...

Et avant même de l'avoir réalisé, ceux-ci étaient partis avec la gouvernante allemande. Sans doute la harcèleraient-ils de questions sur la vie dans son pays natal, sur la prononciation des mots du quotidien : la vieille fille serait-elle seulement capable de se rappeler tout cela? Si mes souvenirs étaient bons, elle était arrivée en Angleterre en même temps qu'Anne, plus de quinze ans auparavant !

Nous piochons dans les plats déballés de peu, et Anne me complimente soudain sur mes capacités culinaires. Ce n'est que peu de choses, quelques plats froids et biscuits salés qui ne m'ont pris que la matinée, mais je lui réponds néanmoins comme je répondrais à une amie proche, puisqu'elle veut qu'il en soit ainsi.

C'est un excellent moyen de se changer les idées, en tout cas. Et merci pour le compliment : je pourrais te donner quelques recettes, que dirais-tu de celle des tourtes à l'agneau ? Je l'ai trouvée dans un livre de cuisine de ma mère, que j'ai dû traduire de l'italien, mais je crois m'en être tirée à bon compte, si j'en crois tes éloges !

La constatation suivante d'Anne me fait blêmir. Elle a bien raison, et la faute m'en incombe en grande partie : mon éloignement volontaire de tous ceux qui pouvaient me rappeler les temps du règne de rois protestants l'avait incluse sans raison particulière. Mary aime à sa targuer d'avoir pour marraine une reine, mais elle ne sait d'elle que ce que je lui en ai raconté.

Tu me complimentes trop, Anne : après tout, nous sommes deux à les avoir faits, ces enfants merveilleux... Mais que dirais-tu de recevoir Mary à Richmond ? Cela te changerait un peu, et tu verras, elle a déjà des manières de vraie dame ! L'idée vient de me frapper, mais je la trouve excellente : Mary a encore beaucoup à apprendre de la vie, et un séjour chez sa prestigieuse marraine ne peut que lui être bénéfique, d'autant plus que cela la dégagera des nombreuses tâches qu'elle a pour habitude d'effectuer à la maison. Elle deviendra, je n'en doute pas, une jeune fille superbe et accomplie, pour peu qu'Anne accepte mon audacieuse proposition !




© Truth & Clio


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Mar 1 Sep - 0:11


Au Bord du lac

Anne regardait les enfants jouer autour d'elles. Dieu qu'ils avaient tous grandis. Mary était ravissante et son jeune frère Henri promettait déjà d'être un bel homme. Oh bien sûr ils avaient de qui tenir avec les parents qu'il avait. Catherine finit par répondre à Lady de Clèves et le tutoiement fugace qu'elle employa fit sourire l'ancienne reine. Même si Lady Knollys revint bien vite au vouvoiement, elle avait au moins essayé. Il fallait avouer que les habitudes étaient tenaces. Et puis Anne le savait, Catherine la voyait sans doute toujours comme la Reine qu'elle avait été. Catherine s'enquit naturellement de la possible gêne que pouvait occasionner la garde de ses enfants pour Hedwige. Anne regarda alors sa suivante et cette dernière eut à peine le temps de sourire que déjà les enfants couraient autour d'elle. La Rousse tout juste plus jeune que sa maîtresse était ravie de se rendre utile. Alors Anne confirma ce que la pauvre fille n'avait pas eu le temps de dire elle-même.

« Ne t'en fais pas pour Hedwige. Si cela peut te rassurer elle sait très bien s'y prendre avec les enfants. Elle aurait aimé en avoir. En fait elle en a eut mais ils sont morts en bas âges comme bien trop souvent. »

Anne soupira. Elle se rappelait chacun de ces jours où elle avait retrouver la pauvre fille en pleur après une énième grossesse qui s'était soldée par un nouveau-né mort à la naissance ou après seulement 1 ans d'existence et d’insouciance. Anne repiqua un petit plat et opina du chef lorsque son amie la remercia pour ses compliments. Ils étaient amplement mérités. Catherine était sans conteste un vrai cordon bleu, peut-être parce qu'elle avait pas moins de dix bouches à nourrir. Elle lui proposa même de lui donner quelques recettes. Anne de Clèves en fut profondément touchée et émue. Elle va chercher dans ses affaires un éventail et comme à chaque fois dans ce type de situation elle commença à s'éventer. Catherine lui faisait réellement plaisir en lui proposant une telle chose. Et Anne sensible à ces petites attentions en était presque toute retournée malgré son âge avancé.

« Ce n'est vraiment pas grand chose Catherine voyons. Ces compliments son amplement mérité tu sais. Et je serai plus que ravie que tu me passes quelques uns de tes petits secrets. » fit-elle sur le ton de la confidence. Elle n'avait pas non plus voulu embarrasser Catherine Carey au sujet de sa filleule et pourtant c'était raté. Mais Anne loin de se douter de ce qui allait suivre fut tout à fait surprise de la proposition quelque peu audacieuse de son amie. Catherine lui proposait de lui confier Mary pour un petit séjour à Richmond Palace. C'était sans aucun doute une merveilleuse idée. Catherine n'avait pas tort, cela ferait un peu d'animation. Et puis Anne était ravie à l'idée de pouvoir enfin participer un peu à l'éducation de sa jeune filleule.

« Oh je le sais bien tu feras d'ailleurs mes compliments à ton mari. Quant à Mary, ce sera avec plaisir Catherine. Tu sais Richmond Palace est grand et y vivant toute seule, je dois reconnaître que centaines de ses pièces ne vivent plus vraiment. Il fut un temps où notre douce princesse Elizabeth y passait des jours heureux en compagnie de sa sœur notre bien aimée Reine Mary. » Anne soupira et reprit. « Dieu que tout ceci me paraît loin maintenant mon amie. »

Oui ces jours bénis par le Seigneur étaient bien loin dans le passé encombré de l'ancienne reine consort d'Angleterre. Le temps passait tellement vite. Si vite que trop tôt à son go$ut Mary devint Reine et Elizabeth fut enfermée. Fort heureusement elle avait trouvé en Mar Earnshaw un allié de choix pour veiller sur sa petite princesse.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Dim 6 Sep - 12:37


Le calme avant la tempête


Feat. Anne de Clèves



Le soleil brillait, loin au-dessus de nous, mais une ombre sembla le voiler lorsqu'Anne évoque les pertes qu'a subies sa dame de compagnie. N'ayant jamais eu moi-même à supporter une telle douleur, je ne peux guère qu'imaginer la souffrance de la pauvre fille. Heureusement toutefois qu'elle peut compter sur Anne de Clèves et son cœur d'or. L'ancienne reine n'oublie jamais rien ni personne, surtout pas ceux qui lui ont rendu un service : elle a soutenu sa gouvernante, tout autant que cette dernière lui a été fidèle lors de son divorce d'avec le roi. Je comprends mieux maintenant cet attachement intime qui lie les deux femmes : ce n'est pas un secret, du moins pas pour moi, qu'Anne a toujours regretté de ne pas avoir eu d'enfants.
Alors que je lui parle de ma cuisine, et que je lui offre de partager avec elle quelques recettes, le visage de la douairière se trouble un instant. Le moment d'après, l'émotion a disparu, mais trop tard : malgré la séparation que les années nous ont imposée, je sais encore reconnaître chez Anne les signes qu'elle est touchée par mes paroles. Certes, elle a appris à cacher ses sentiments, à n'en rien laisser voir, mais je la connais encore trop bien pour qu'elle me dissimule ce qu'elle parvient à ne pas montrer aux autres. Elle doit décidément être bien seule, pour être à ce point touchée par une aussi simple proposition…
Je me réjouis d'autant plus dès lors de lui avoir proposé la compagnie de Mary. Sans doute cela lui fera-t-il plus de bien que ce que je n'imaginais au départ. Il est vrai qu'elle a vu le temps changer celles qu'elle considéra un temps comme ses filles : les douces princesses qu'étaient Mary et Elizabeth sont aujourd'hui des femmes accomplies (même si Elizabeth n'a jamais été mariée, elle a toujours été d'une maturité sans pareil pour son âge, eu égard aux circonstances de sa vie), et sans doute aucune d'elle ne se donne plus désormais la peine de donner de ses nouvelles à l'ancienne reine… J'espère que mes enfants ne m'abandonneront pas de même, je ne saurais je crois le supporter. Quel sort est plus triste que celui des parents que l'on oublie, que l'on abandonne, que l'on relègue au grenier comme un vieux souvenir usé ?
Anne renforça encore mon idée, l'appuyant en admettant qu'elle se sentait parfois bien seule… Pour qu'elle le reconnaisse à ce point cela devait être pire encore que ce je craignais. En définitive, je suis heureuse d'avoir osé lui demander d'accueillir Mary quelques semaines.

Bientôt, Anne aborde le souvenir des temps passés. J'ai moi aussi cette impression que le règne d'Henry s'est achevé il y a des siècles : que l'Angleterre a changé depuis ! Les rivalités qui agitaient la Cour étaient alors bien plus futiles : les dames se battaient pour un regard, pour une attention d'un noble plus important qu'elles. Même les divorces à répétition du souverain, qui faisaient trembler les familles les plus puissantes et troublaient les paix fragiles obtenues avec le continent, me semblent aujourd'hui bien insignifiantes. Il faut dire que jamais Henry n'a approché de moitié les abominations que commet aujourd'hui sa fille : jamais il n'a ordonné que des bûchers soient dressés sur tout le territoire anglais. Il ne détruisait en réalité que ce qui se dressait en travers de son chemin, fût-ce un paysan téméraire ou un Pape tout-puissant. Que nos jours sont désormais sombres, en ces temps troublés qui sont les nôtres !
Mais aujourd'hui est une belle journée, que je ne laisserai pas gâcher par la folie pyromane de celle qui est presque ma cousine. Néanmoins, pour rester dans le sujet familial, je glisse à mon amie :

Tu as bien raison… Mais laissons le passé là où il est, voulez-vous ? Le tutoiement ne passe toujours pas tout à fait… Il faut que je me concentre, je ne veux en aucun cas vexer la dame de Clèves. Parlons donc du futur… Saviez-vous, enfin sais-tu, que la rumeur de ces derniers jours à Londres prévoit le retour d'Elizabeth à la Cour ?

Je ne sais quant à moi que penser de ce bruit. Cela me paraît bien improbable, mais que sais-je donc de la politique ? Je ne connais pas Mary, du moins pas autant que je le devrais, et je suis bien incapable de prédire ses actions, qui sont parfois si illogiques !




© Truth & Clio

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Jeu 10 Sep - 17:18


Au Bord du lac


Anne avait fini de parler avec une pointe de tristesse dans la voix. Malgré le soleil qui brillait dans le ciel, elle avait l'impression d'être perdue dans un brouillard qui ne cessait jamais de l’engloutir. Parfois, elle pensait même que c'était les signes avant coureur de sa fin. Oui, elle le savait tout finit un jour et elle pauvre mortelle qu'elle était finirait un jour aussi. Mais elle espérait que ce jour ne vienne pas tout de suite. Elle avait encore tellement à faire. Elle voulait encore veiller sur ses petites princesses, parce que même si le temps avait passé, Mary et Elizabeth restait ces deux petites princesses qu'elle aimait tant. Mais fort heureusement son amie l'invita à changer de sujet. Anne accepta avec plaisir. Elle ne voulait pas assombrir outre mesure l'ambiance de cette journée. Pour une fois, elle devait oublier tout ce qui l'entourait. Elle était là avec une amie qui lui était chère, avec sa filleule qui avait bien grandi et les autres enfants de Catherine Carey. Tout ce beau monde illuminait le cœur de l'ancienne reine d'Angleterre. Lady Knollys continua ensuite sur les actualités du royaume et les rumeurs qui circulaient en ce moment. Anne de Clèves en avait entendu certaines mais n'y prêtait guère attention. Elle savait par expérience que les rumeurs si elles étaient fondées sur un fond de vérité n'étaient en générale que de faux espoirs. Anne ne voulait plus de ce genre d'espoir. Si Elizabeth devait véritablement revenir à la Cour sur autorisation de la reine sa sœur, la Duchesse de Clèves attendrait que la jeune princesse aie effectivement franchit les portes du palais pour pouvoir se réjouir.

« J'aimerai que ces rumeurs soient vrai Catherine. Tu sais à quel point je peux tenir à notre chère petite princesse Elizabeth. J'avais eu vent de ces rumeurs, mais je préfère attendre de la voir physiquement franchir les lourdes portes du palais. »


Anne sourit tout de même en y pensant. Sa petite Elizabeth de retour à la Cour. Elle en rêvait depuis longtemps. Elle espérait depuis que Mary était devenue reine de les revoir enfin réuni. Pourquoi avait-il fallu que ces deux princesses n'épousent pas la même foi. Tout aurait pou être tellement plus simple. Mais elle comprenait le choix de chacune. Mary avait été bercée par le catholicisme de sa mère, quant à Elizabeth, elle avait toujours vécu dans le protestantisme de son père et de la Cour. Mais les faits étaient les faits et l'ancienne reine consort d'Angleterre nourrissait une certaine crainte tout à fait justifier sur les conséquences qu'aurait ce retour à la Cour. Les partisans d'Elizabeth verrait en ce dernier un signe et nul doute que les protestants ne feraient qu'amplifier leurs actions contre leur souveraine.

« Bien que je me réjouirai de ce retour. J'ai peur que tout ceci n'engendre qu'une nouvelle vague de souffrance Catherine. Nous savons toutes les deux que le cœur des hommes est sensible à ces différentes actions. Que Dieu nous garde de voir d'autres horreurs que ces jours derniers. »

Anne était sur la réserve. Elle se méfiait des réactions humaines. Il n'y avait qu'à voir celles menées à son encontre. Elle n'en disait rien à personne, mais elle savait bien que les fervents catholiques la surveillaient. Elle ne serait d’ailleurs pas surprise d'apprendre que certains gens de sa maisons la surveille à la recherche de la moindre erreur prouvant qu'elle n'est pas réellement catholique de cœur. Elle sait également que certaines de ses amitiés ne la servent pas, mais qu'importe. Dieu la protégera de tout ceci ou la plongera dans les ténèbres lorsque son heure sera venue.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Lun 5 Oct - 10:13


Le calme avant la tempête


Feat. Anne de Clèves



Elizabeth revient ! La rumeur s'est faite de plus en plus forte ces derniers jours, envahissant les rues de Londres comme les rayons de soleil percent à travers une vitre sale. Elle apporte une lueur d'espoir à tous les persécutés, les protestants comme les antiespagnols : peut-être la politique meurtrière de Mary va-t-elle s'adoucir au contact de sa sœur…
Pour ma part, je ne sais pas à quoi croire. Il n'y a pas si longtemps, on nous a aussi garanti que Mary attendait un héritier… Et pourtant, toujours nulle trace de celui-ci. Ce retour à la Cour est-il vraiment un retour en grâce, ou bien n'est-ce qu'une mascarade de plus ? J'ai interdit aux domestiques (peu nombreux, heureusement) d'aborder le sujet devant les enfants : je n'en ai discuté qu'avec mon aînée Mary, dont j'ai décidé de reporter l'entrée à la Cour pour l'instant. Pour la plupart, ils ne comprennent pas encore tout à fait ce qu'il se passe autour d'eux, même si je dois admettre qu'ils ont tous fait montre d'une attitude exemplaire lors de la messe du mois dernier.

Anne, comme moi, doute de ces rumeurs. Mais cela ne m'étonne guère, elle a toujours été d'un pragmatisme et d'un sang-froid à toute épreuve. Au contraire de ma demi-sœur, prénommée Anne elle aussi, qui est très affectée par ce semblant de nouvelle, l'ancienne reine est d'un calme surprenant, un peu comme les eaux du lac tout proche. Elle a vu pire, bien pire... Le temps du règne d'Henry VIII n'est pas si loin, où n'importe quel noble pouvait tout gagner ou tout perdre en quelques semaines : terres, honneurs, argent, voire la vie. Elle en a souffert, et moi aussi : fille de l'ancienne maîtresse du roi, filleule de sa seconde épouse, j'ai pourtant vécu la plus grande partie de ma vie comme une roturière. Ma famille a perdu bien plus que l'un de ses membres lors de l'exécution d'Anne Boleyn. Et si j'étais depuis revenue à la Cour, ce n'avait jamais été autrement que comme simple demoiselle de compagnie, moi qui aurais pu demander tant et plus à celui qui, selon certaines rumeurs, aurait été mon père.

En femmes intelligentes, du moins je le crois, nous savons toutes deux ce que signifierait le retour d'Elizabeth : certes, ce serait marque de volonté d'union, de la part du couple royal. Mais cela signalerait également à l'homme averti -homme pareil à mon frère Henry, toujours au fait de l'actualité et sachant décoder le moindre mouvement politique- que la régime en place est faible. Il m'en parlait dans sa dernière missive : le retour de notre cousine auprès de sa demi-sœur serait un aveu de faiblesse de la part de cette dernière. Mary, la jusqu’au-boutiste, ne cède que lorsqu'elle est acculée. Et si tel est la cas, alors les ennuis de l'Angleterre sont loin d'être terminés...
Et, toujours en femmes intelligentes, Anne et moi-même craignons ce retour pour ce qu'il pourrait signifier. Plus d'instabilité politique encore, plus de douleurs, plus, toujours plus.

Oui, nous avons peur de l'avenir, et je ne suis guère de celles qui croient qu'elles peuvent le changer. Ma cousine, mon Elizabeth adorée, se battra comme le lion de notre blason national, je le sais. Mais je ne suis point comme elle, je ne suis pas une lionne... Je voudrais juste que tout cela se finisse, je suis fatiguée des luttes pour le pouvoir. Je voudrais que mon époux soit présent, lui qui trouve toujours les mots pour me faire aller de l'avant.

Tout à coup, de gros sanglots montent dans ma poitrine. Je n'ai plus pleuré depuis le départ de Francis, il y a maintenant plus de six mois, mais aujourd'hui, quelque chose se brise en moi. J'en ai plus qu'assez, de tout ce malheur, de toute cette douleur ! Je voudrais que l'on me laisse vivre avec mes enfants et mon mari dans l'Oxfordshire si paisible : je voudrais voir nos gamins grandir sans avoir à me soucier de tout le mal que la Cour leur fera ; je voudrais tant de choses, et si peu en même temps... Seigneur, est-ce trop demander ?
La première larme perle sur ma joue, et malgré que je l'efface rapidement, je sais qu'Anne l'a vue. Je ne veux pas, comme elle l'a dit précédemment, voir d'autres horreurs que celles de ces derniers jours...

Cet aveu de faiblesse me surprend moi-même. Je cherche à regarder ailleurs, mais c'est peine perdue. Les larmes brouillent ma vue. Les enfants qui jouent non loin ne sont que des silhouettes floues, et je demande le pardon de celle qui fut ma reine pour cette inconduite que je ne maîtrise guère.

Excuse-moi, j'articule entre deux sanglots. Je ne sais pas ce qui m'arrive, je... Je suis désolée.




© Truth & Clio

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  Lun 23 Nov - 20:37


Au Bord du lac


Anne regardait les enfants jouer au loin. Elle discutait avec Catherine du retour annoncé d'Elizabeth. Elizabeth, son ancienne belle fille cela faisait bien longtemps, trop sûrement qu'elle ne l'avait vu. Elle, Anne de Clèves s'était éloignée de la Cour petit à petit pour y revenir lors du couronnement de Mary. Mais depuis ce jour, elle n'y faisait que quelques apparitions. Malgré tout, même si elle se doutait que la jeune princesse ne devait pas le savoir, l'ancienne reine consort avait continué à veiller sur celle considérait comme sa fille. Elle l'avait vu si petite, elle l'avait vu grandir aussi alors forcément, elle qui n'avait pas eu d'enfant s'était attaché plus que de raison à la petite fille. Alors après tout ce temps, oui Anne aimerait juste être heureuse de savoir Elizabeth de retour à la Cour. Et en même temps, Anne doutait, elle doutait du bien fait de cette décision. Si Mary et Philippe avait fait ce choix, Anne ne pouvait que l'accepter malgré ses craintes. La seule chose qui la rassurait un peu était de connaître l'homme qui avait veillé sur elle depuis sa mise à l'écart. Et pour cause, Anne l'avait choisi elle-même. Elle lui avait longuement parlé pour s'assurer de qui il était devenu.

Anne pensait à Elizabeth et aux jours à venir lorsqu'elle aperçut une larme rouler sur la joue de son amie. Catherine l'essuya rapidement espérant sûrement que l'ancienne reine n'ait rien vu. Anne ne dit rien mais elle avait sa petite idée sur la raison de cette petite larme. Anne regarda ailleurs pour laisser son amie reprendre le dessus sur ses émotions. Elle savait pertinemment que cela pouvait-être gênant que l'on remarque ses faiblesses. La mère s'excusa et Anne ne fit qu'un signe négatif de la tête comme simple réponse. Catherine n'avait pas à s'excuser de cela. La Duchesse de Clèves savait bien que les hommes étaient en réalité bien faible. C'en était presque une hérésie de vouloir que les femmes ne montrent pas leur faiblesse tout comme les hommes d'ailleurs. « Tu n'as pas à être désolée Catherine. » dit-elle pour tenter de la rassurer. « Tu peux être vraiment toi-même quand c'est avec moi tu sais. Je suis surtout ton amie Catherine et relâcher toutes ses inquiétudes et sa tristesse fait souvent beaucoup de bien. J'en sais quelque chose. » ajouta-t-elle en souriant. Puis Anne regarda les enfants de Lady Knollys et eut une petite idée. Si Elizabeth était vraiment de retour à la Cour, alors Anne serait plus que ravie de l'avoir à nouveau chez elle à Richmond. Elle en fit d'ailleurs part à la mère de famille. « Catherine, dit-moi. Si la princesse est vraiment de retour, que penses-tu d'une petite invitation à Richmond. Je pensais qu'un petit séjour dans ma demeure en ta compagnie et celle de tes enfants la rendrait sûrement heureuse. Après tout n'êtes vous pas cousines toutes les deux ? »

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: [MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.  
Revenir en haut Aller en bas
[MISSION] Anne & Catherine ♠ Le calme avant la tempête.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête. [Solan & Luka]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête ?
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: Les Défis & Les Missions-
Sauter vers: