AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°15 ♣ L'Angleterre attend son héritier.  Dim 17 Jan - 3:25



L'Angleterre attend son héritier


LES FIDELES DE LA REINE & ANNE SEYMOUR


Peu avant que nous prîmes place le long de la table qui était à nos côtés, l’homme qui m’était inconnu m’adressa la parole. Lorsqu’il énonça ces quelques mots l’expression de mon visage se figea. Sa voix, ses traits… Mes souvenirs resurgirent brutalement et avec eux, mon père. Cet homme je l’avais rencontré lors de mon voyage en France. Priam, ainsi se nommait-t-il. Edward Seymour m’avait permis de l’accompagner lors d’une affaire outre-manche. Cette période était le souvenir le plus fort que je partageais avec mon défunt père. Je n’eus pas le temps de répondre, un mouvement dans la salle nous imposa de nous asseoir et dans la foulée la naissance du futur héritier fut annoncée. A côté d’Anne Somerset, je décidai d’engager la conversation et abordai le festival de mets qui se présentait à nous. Festival était bien le mot, la table était si garnie qu’il aurait été possible de nourrir un régiment entier ! Anne avait la même opinion que moi et me demanda si j’avais déjà eu l’occasion de participer à une réception à Hampton Court. « Je n’ai jamais eu l’occasion de venir, je connais ces lieux uniquement d’après les récits de ma famille. » En effet, ce fut en ces murs que ma tante Jane Seymour mis au monde son fils Edward avant de s’abandonner dans les bras de la mort. « Vous trouvez donc que la nourriture est meilleure ici ? Espérons y être conviés plus souvent alors ! » Puis je portai mon regard sur la très jeune Marie-Isabelle qui se trouvait sur les genoux de ma voisine. « N’est-elle pas ravissante ? » J’étais certaine qu’avec les jolies boucles blondes qui cascadaient sur ses épaules, la petite ravirait bien des cœurs.

Alors que nous commentions l’accouchement à venir de la Reine, Priam d’Anjou se joignit à notre conversation. « Priam, quelle surprise de vous rencontrer ici, je vous avais à peine reconnu ! » Il est vrai que l’homme qui se tenait face à moi était bien différent du souvenir que je conservais. Pour moi, il était ce jeune homme qui me prenait sur son cheval et qui m’emmenait se balader dans la campagne du Maine alors que mon père et son frère, le Duc du Maine, étudiaient des questions diplomatiques. Il est évident que sa présence m’avait sauvée d’un ennui certain. « Je me porte bien merci mais vous venez de m’apprendre une bien triste nouvelle. Je suis sincèrement navrée pour votre frère. » Les temps avaient décidément bien changés.

J’étais sur le point de le questionner à propos de sa présence en Angleterre quand mon attention fut attirée par le sursaut de ma voisine de table, Anne, qui se mit précipitamment à la recherche de quelque chose ou de quelqu’un. Je ne compris pas bien la raison de son départ puis l’absence de Lady d’Issembourg m’éclaira. La jeune Marie-Isabelle et son frère Charles-Albert se dirigeaient tout droit en direction du Roi. Un vent de panique se fit ressentir à la table mais cela me fit sourire. Ces deux petits pourraient attendrir le diable en personne et puis leur très jeune âge pardonnerait leur imprudence, j’en étais certaine. En effet, le Roi les reçut comme deux petits princes. Lady d’Issembourg pourrait plus tard conter à ses jumeaux l’honneur qu’ils avaient eu d’être portés par le Roi Philippe de Habsbourg en personne. Puis les minutes s’écoulèrent et furent dédiées au récit d’Anne concernant son épique course poursuite. Cependant, la venue d’un médecin et le départ prématuré du Roi furent remarqués de tous. Cela ne présageait rien de bon, le temps passant à grande allure et aucune naissance n’étant encore annoncée. La Reine avait-elle fait une fausse couche ? La question brûlait les lèvres de tous les convives. Certains proches du Roi et de la Reine prirent également le chemin de la sortie. Que se passait-il donc ? J’interrogeai Anne Somerset du regard avant de déclarer « De simples complications pourraient-elles expliquer ces évènements ou serait-ce bien plus grave ? » Les paroles de mon père au sujet de ce lieu, au sujet de la mort de sa très chère sœur la Reine Jane, résonnèrent en moi. Ce palais était décidément maudit pour toutes les Reines. Une fausse couche serait effroyable mais le décès de la souveraine le serait encore plus. La salle de banquet se vida assez rapidement dans une ambiance particulièrement pesante.

Mon frère Edward ne tarda pas à venir près de moi afin de me communiquer les intentions de rentrer de notre mère. Ma tête pivota et je remarquai qu’Anne Stanhope était en effet sur le départ. Edward prit ma jeune sœur Catherine par la main et la guida jusqu’à notre mère. Je saluai donc les convives qui avaient été en ma compagnie durant ce repas. « Ce fut un plaisir de passer cette soirée en votre compagnie. Lady Anne, je serais heureuse de vous inviter dans mes appartements afin de faire plus ample connaissance » dis-je avec un grand sourire avant de me tourner vers le jeune français « Priam, j’espère que nos chemins se recroiseront bientôt, ce serait un plaisir pour moi d’évoquer nos communs souvenirs, tant de choses ont changé depuis.» Je leur adressai un dernier sourire avant de rejoindre ma fratrie et ma mère. Lady Stanhope avait le visage fort sombre. Après tout, si l’avenir de la Reine Marie était menacé, le nôtre l’était également. C’était à elle que l’on devait la réhabilitation des Seymour à la Cour et je ne souhaitais en aucun cas revivre les heures sombres de notre passé.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°15 ♣ L'Angleterre attend son héritier.  Ven 29 Jan - 18:04

L'ANGLETERRE ATTEND SON HERITIER

Si l'Angleterre fête avec joie l'arrivée de leur prince héritier, je ne peux malheureusement guère partager leur enthousiasme. Toute consacrée aux mondanités que j'étais, j'ai relâché ma surveillance envers mes enfants. Maintenant, tandis que j'essaye de circuler entre les courtisans pour les récupérer, je ne peux qu'assister impuissante à ce que mon fils se précipite sur les jambes du souverain. Tâchant de rester désormais à bonne distance pour ne pas enfreindre le protocole, mon souffle se fait inexistant tandis que j'attends avec angoisse la réaction de Sa Majesté.

La tension de mes épaules disparaît quand je perçois que le Prince n'est nullement gêné par le comportement de mon fils. Je ne peux m'empêcher de me sentir extrêment fière quand mon fils babille joyeusement quand Philippe de Habsbourg l'interroge s'il sera un bon sujet de l'Empereur. Même s'il est encore dans le tendre âge, Charles sait tout à fait où se trouve son devoir à venir. Je ne doute point que le moment venu, il saura faire briller le nom des Brandebourg comme servant brillamment la famille Impériale.

Mon orgueil maternel ne cesse de se gonfler quand je vois sa Majesté avoir la bonté de ne pas porter uniquement mon fils, mais aussi ma fille afin de les montrer haut à la Cour tandis qu'il s'exclame à l'assemblée que les enfants sont l'avenir de ce monde. En les montrant ainsi à tous, je ne peux m'empêcher de me sentir honorée d'être autant dans l'estime de ce si grand prince.

Aussi, lorsque celui-ci se rapproche de moi avec mes enfants, je plonge dans une révérence plus profonde qu'à l'accoutumée afin de remercier de la bénédiction qu'il formule pour eux.

-Je vous remercie, Votre Majesté. Je vous adresse tous mes voeux de félicitations pour cette naissance. Puisse votre enfant vivre, lui aussi, de longues années et faire votre joie telle que mes enfants sont la mienne.

Mon compliment est des plus sincères tandis que je fonds de nouveau en une révérence devant le souverain. Si je me dois de garder les yeux baissés comme l'exige le protocole, je l'enfreins afin de surveiller que mes enfants. Bien m'en pris puisque ces petits diables étaient à nouveau sur le point de me fausser compagnie avant que je n'attrape leur main afin qu'ils imitent le mouvement de révérence que j'exécute.

Le roi s'étant éloigné, je regagne ma place aux côtés de l'ancienne épouse du feu roi Henry d'Angleterre. J'installe mes enfants sur mes jambes, prenant soin de verrouiller toutes leurs possibilités de fuite en maintenant un bras ferme autour d'eux.

-Je vous prie de m'excuser à nouveau, Ma Dame, répète-je à Anne de Clèves. J'ai le sentiment que Charles et Marie ont bien du mal à rester calme ce soir.

Ma dernière phrase reflète à la fois mon amusement et mon désespoir de mère face au comportement fantasque de ma progéniture. Il s'agit bien l'un des souhaits que je formule pour Leurs Majestés : que leur enfant soit calme et sage sinon, malgré toutes les précautions prises, il saura rendre fou son entourage. Enfin, je ne doute point que le prince sera doté de toutes les qualités attendus pour quelqu'un de son rang.

Seulement, l'allégresse finit par retomber en ne recevant aucun émissaire annonçant le sexe de l'enfant. Je ne dis rien alors que la rumeur d'une fausse alerte enfle. En tant que mère, je ne peux que comprendre ce genre de chose pour avoir expérimenter ceci à la fin du mois précédant la naissance des jumeaux. Même si je reste confiante quant à la naissance prochaine, je me dois d'avertir mon oncle et mon époux de cet évènement. La naissance d'un héritier est une chose des plus primordiales pour toute famille, encore plus quand il s'agit de famille royale. Laissez enfler une rumeur qui pourrait nuire à la réputation de l'empereur serait des plus regrettables.

Prétextant la fatigue de mes enfants, je quitte la table afin de m'atteler à ma correspondance. Toutefois, je prends soin de faire un détour par la table de Lady Somerset et de Lady Seymour. Avec un sourire, je lui déclare :

-Je vous remercie d'avoir consacré un peu de votre temps à surveiller mes enfants. N'ayez crainte, je ne vous tiens nullement rigueur qu'elle vous ait échappé, ce n'est guère la première fois que mes enfants le font. J'espère avoir le plaisir de vous voir à nouveau, Lady Somerset, Lady Seymour.

Je lui fais un signe de tête afin de les saluer tandis que mes enfants leur font des signes de main enfantins pour les faire. Puis, je poursuis mon chemin afin de gagner mes appartements et de prendre la plume pour raconter les derniers évènements à Albert...

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCG1AedRYpW4jHVW5FMrgJHQ
knowledge is power
♕ Métier : évêque d'Oxfordshire et frère cadet du comte d'Hundington ♕ Age : 48 ans, je ne me fais pas tout jeune ♕ Religion : catholique, mais il n'est pas un puriste. Il reste tolérant à l'égard des protestants. ♕ L'avatar a été fait par : fassylover (ava) & astra (signa) & frimelda (icons) ♕ Mon nombre de messages est : 1084 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/10/2014 ♕ Mon pseudo web est : proserpina ♕ Mes autres visages : William Cavendish

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°15 ♣ L'Angleterre attend son héritier.  Sam 13 Fév - 20:40
Event 15 • L'Angleterre Attend son héritier.


Le destin savait jouer des tours, quand une personne penchait vers la vie, elle se devait de leur répondre. On ne pouvait choisir notre vie, on ne pouvait se détacher de notre prédestinée, c'était comme cela et je ne pouvais rien faire contre cela. Je restais seul à Londres en Angleterre, entouré d'Anglais, mais aussi d'Espagnols que je détestais le plus. À chaque coin de rue il y avait des protestants et des catholiques. Le pays était de plus en plus divisé, et je n'avais qu'une envie, rentrer en France, mais je me trouvais en assez bonne compagnie parfois. La présence de Mary, mon ancienne fiancée, me rappelait ces bons moments et me rendait le sourire bien souvent. Je me rendais ce jour-là à Hampton Court où le couple royal avait organisé un banquet en l'honneur de la Reine pour espérer l'arrivée d'un héritier à la couronne anglaise qui serait quasi espagnol en vérité. Beaucoup s'en réjouissait, mais certains étaient effrayés. Au fond je n'espérais pas une bonne nouvelle. Ce serait une déception, voire plus que cela, pour nous en France qui allions subir la suprématie espagnole dans toute l'Europe. Leur puissance nous embêtait en effet. Il y avait foule ce jour-là, et je tentais de me frayer un chemin tout en reconnaissant quelques têtes connues. Je me trouvais en charmante compagnie, autour d'Anglaises principalement, et ne portais pas de réelle attention à Isabelle d'Isembourg, une fidèle à l'Empire de Charles Quint, et ses rejetons. Je ne pouvais supporter nos voisins, et me contentais de converser avec des amies dont Anne Somerset et Anne Seymour faisaient partie. "Bien entendu" riais-je presque en entendant Anne Somerset me faire une remarque sur son accent. Anne Seymour, qui ne m'avait point reconnu, ce qui me fit rire, se trouva désolée de ce qu'il était arrivé à mon frère. "Je vous remercie, ne vous en faites pas, nous allons bien, cela faisait un moment déjà." lui répondis-je alors. Je remarquais bien entendu le souverain au loin qui n'avait pas l'air très enjoué pour le moment, surement dû à la nervosité d'un tel suspens. Agnès vint enfin se joindre à notre conversation. "Le plaisir est partagé !" lui répondis-je en lui souriant. Puis elle me parla de ma soeur. "Elle se porte très bien, je la sais en sécurité en France, et cela ne peut me rendre plus heureux ! Ce serait avec un grand plaisir et une réelle curiosité de découvrir votre composition, bien entendu je serais libre" lui rétorquais-je. "Comment vous portez vous ma chère amie ? " repris-je ensuite.

Sa Majesté Philippe de Habsbourg prit la parole nous annonçant que la Reine était en train d'accoucher. Une nouvelle qui m'horrifiait et dont je devais en faire part au plus vite à Sa Majesté Henri, le Roi de France. Je correspondais souvent avec lui depuis Londres, de sujets qui l'importe, surtout concernant la situation à Londres. Beaucoup plus tard nous comprîmes par l'arrivée de médecins de la Reine que nous allions pas rencontrer l'héritier avant un bon bout de temps puisque la Reine n'était pas enceinte. Une joie s'emparait de moi, que je cachais bien évidemment. Le Seigneur avait entendu nos prières pour certains. Le temps de la fête se finit, nous nous empressâmes de nous saluer. "Lady Anne Seymour je fus ravi de vous revoir aussi. J'espère de même vous revoir pour continuer notre conversation dans un endroit plus plaisant et plus tranquille !" lui disais-je avant de nous quitter. Je saluais par la même occasion Anne Somerset et Agnès Livingston tout en me baissant, et quitta la salle. Il fallait à tout prix rédiger une lettre de la plus haute importance pour Sa Majesté le Roi Henri qui n'en croirait pas un mot.




©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCG1AedRYpW4jHVW5FMrgJHQ
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°15 ♣ L'Angleterre attend son héritier.  Mar 16 Fév - 21:17

agnès

ft. les catho
chapitre trois

Le banquet commence, mon ami Priam converse avec Anne Seymour. Je regarde leurs échanges, je souris à la douce et adorable enfant. Je demande à mon cher ami français comment se porte sa sœur.

Priam - Elle se porte très bien, je la sais en sécurité en France, et cela ne peut me rendre plus heureux ! Ce serait avec un grand plaisir et une réelle curiosité de découvrir votre composition, bien entendu je serais libre.
Comment vous portez vous ma chère amie ? 


Agnès – Je suis heureuse qu'elle se porte bien Priam. Je lui dédie un sourire. Puis, je pense que je pourrais convier également Anne Seymour et d'autres personnes à venir m'écouter. J'en serais forte aise que vous écoutez cette nouvelle composition. Je respire doucement puis je répond d'une voix douce. Je me porte bien, Priam.

Par la suite, les événements se bousculent rapidement. Je vois les deux enfants de la Duchesse de Sarre se rapprocher dangereusement de l'époux de Mary Tudor. Comment va-t-il le prendre ? Sera-t-il courroucé ? Je regarde la scène entre le futur père et les deux adorables enfants. J'écoute ce prince sans rien dire. Je me tourne vers Priam. Que pense-t-il ? Je me le demande. Puis, des médecins arrivent. Que disent-ils ? Bonne question. Je respire doucement en regardant la scène. Je me tais. J'observe du coin de l’œil mon époux puis il me murmure à l'oreille qu'il est temps de rentrer pour aller se coucher . Je me contente de hocher la tête. Puis, je vois que Philippe, fils du glorieux Charles Quint quitte la salle. Mon regard se porte sur les divers convives que je connais, je fais mes adieux à Anne Seymour, Anne Somerset ainsi que Priam puis avec mon époux nous regagnons nos appartements. Bientôt, nous allons retourné dans notre Écosse natale, nous ne pouvons pas rester encore plus longtemps en Angleterre même si Reine est enceinte … Cette grossesse est-elle vraie ou est-ce une chimère pour nous garder encore plus longtemps ? Je ne préfère pas y répondre ni même de continuer à réfléchir à cette question.


agnèsl'angleterre attend son héritier
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°15 ♣ L'Angleterre attend son héritier.  
Revenir en haut Aller en bas
❧ EVENT n°15 ♣ L'Angleterre attend son héritier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [EVENT SANGO RP1] Bah alors, on attend pas Patrick ?
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: