AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: I think wanna mary you - Joanne  Lun 16 Nov - 14:50
J'ai encore du mal à réaliser que je vais demander Joanne en mariage. Mon retour dans la noblesse et l'exécution de son mari on joué en ma faveur. C'est triste pour son premier fils qui ne connaîtra pas son père, mais je suis plutôt satisfait d'être débarrassé de lui. Je n'aurais jamais pu voir ma fille s'il avait été dans les parages. C'est peut-être un peu cruel, mais je n'ai jamais aimé ce type et je suis persuadé que j'aime Joanne plus que lui. Elle sera beaucoup plus heureuse sans lui et moins en danger, du moins je l'espère. J'espère qu'elle sera heureuse avec moi.

J'ai bien l'intention de lui montrer que je serais là à présent. J'ai aussi l'intention de montrer notre amour en public en la demandant en mariage. Je suis enfin près à passer le cap, maintenant que nous avons une fille et que son mari n'est plus, j'ai tout le loisir d'être entièrement à elle. J'ai monté toute cette histoire en arrivant en Angleterre, je m'étais promis de faire toujours ce qui me plaisait et je ne voulais pas qu'on m'impose un mode de vie dont je ne voulais pas à l'époque, mais tout à changé quand j'ai rencontré Joanne. Elle m'a fait découvrir une chose que je ne connaissais pas, le véritable amour. Je sais qu'elle est la femme de ma vie.

Je l'attends dans sa boutique de tissu, impatient de la voir enfin arriver. J'ai un trac immense et si ce n'est pas ce qu'elle veut ? Si c'est trop tôt pour elle ? Si tout ça va bien trop vite et l'effraie ? Je crois que je ne m'en remettrait pas. Je tourne en rond depuis quelques seconde maintenant, des secondes qui me semblent très longues. Si elle refuse de m'épouser? Cela m'étonnerait beaucoup mais après tout son mari comptait sans doute beaucoup à ses yeux, il était quand même le père de son premier enfant. Je ne peux plus reculer cependant et il faut que je lui fasse ma demande, sinon je ne serais pas entièrement heureux.

Lorsqu'elle arrive je ne peux retenir un sourire. Les battements de mon cœur s’accélèrent. Toute la journée à été longue. Elle n'est sûrement pas surprise de me voir, c'est l'heure habituelle de nos rendez-vous, après son travail. J'essaie de passer le plus de temps possible avec elle ces derniers temps.

« Bonsoir mon amour. »

Je me suis approché d'elle, un peu tendu, mais heureux de la voir. Elle est toujours aussi resplendissante, quoi qu'elle porte, quoi qu'elle fasse. Dès que je suis près d'elle c'est comme si le monde autour de moi était plus beau.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: I think wanna mary you - Joanne  Jeu 31 Déc - 13:10
Ma vie depuis quelques mois est un peu chaotique, en récapitulant tomber enceinte chose qui ne m'était point arrivé depuis dix-sept ans, qui plus est d'un bâtard, ensuite mon époux, toujours fervent protestant, décidant de se rebeller contre la Reine, il l'a payé de sa tête. La naissance de ma fille évidemment et à côté de cela mon fils qui me mêne la vie dure avec son désir ridicule de faire "tout comme son père" et évidemment Henri, man amant, que je pensais paysan mais qui en fait est comte ! Je l'aimais avant de savoir cela bien sûr mais je ne peux pas nier qu'être la maitresse d'un comte peut s'avérer fort intéressant. Cependant, je dois reconnaitre que la mort de Jaime fut difficile à vivre pour moi, Georgiana étant née quelques jour après seulement il fut difficile pour moi de vivre le deuil de mon cher époux, nos relations étaient certes tendue, je doit bien l'admettre mais il a été mon première amour j'avais onze ans lorsque je l'ai épousé, Jaime à été pendant très longtemps toute ma vie avec Oliver. Je ne l'ai trompé qu'une fois, avec Henri, lui l'a fait davantage, une femme sent ses choses-ci. Je pensais que je lui en voudrais, mais finalement pas tant que cela. Il a été mon ami d'enfance, mon confident,un frère puis un mari, peut être pas parfait, certes mais je pense que nous avons fait tous les deux comme nous pouvions, nous n'étions pas fait l'un pour l'autre c'est certain mais notre vie n'a pas été malheureuse, loin de là je garde de merveilleux souvenir avec Jaime malgré son caractère de cochon que je retrouve de plus en plus chez Oliver.

Aujourd'hui était un jour de livraison, j'avais plusieurs robe terminée qu'il me fallait livrer à leur propriétaire, ce n'était pas vraiment ce que je préférais faire, mais en plus avec un bébé dans les bras bonjour la galère, de plus je ne sais pas de qui cette enfant à pris les poumons mais elle sait crier. Mais c'est une bonne chose pour lorsqu'elle sera grande, cela pourrait lui sauver la vie. Enfin tout cela pour dire que faire route à travers Londres avec des robes neuves et un bébé ce n'ai pas ce qu'il y a de plus facile de plus je pris deux fois plus de temps qu'à l'accoutumée. Il me fallu faire de nombreuse pause afin de la nourrir. Mais ce cheminement me permis de réfléchir à un genre d'étole que je pourrais attacher autours de moi pour la porter tout en ayant les deux mains libre. Possible ça l'est totalement j'ai vu des paysanne avoir cela lorsqu'elle travaillait aux champs ou nourrissait les bêtes. La seule question est combien de mètre me faudrait-il et aussi comment l'attacher autours de moi. A mon retour je ferais part de cette idée à Margaret je suis certaine que la jeune demoiselle débordera d'idée.

En parlant de mon retour, j'arrivai en fin de journée à mon atelier, fatiguée et le dos en miette mais Georgiana gazouillait quant à elle joyeusement au creux de mes bras. Lorsque j'entrai dans mon échoppe mon visage s'illumina en un sourire lorsque je vis qui m'attendais, je n'était pas grandement surprise mais cela me faisait toujours autant plaisir.

« Bonsoir mon adoré »

Lançais-je en m'approchant de lui pour l'embrasser tout en lui donnant notre fille afin de soulager mes pauvres bras.

« Tu seras sans doute ravis d'apprendre qu'elle possède une voix puissante »

Ajoutais-je en m'asseyant sur une chaise après avoir fermer ma boutique à clé
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: I think wanna mary you - Joanne  Dim 17 Jan - 20:35
Joane à l’air fatigué. Elle travaille beaucoup et je ne fais pas grand-chose pour l’aider. Je me sens un peu coupable. J’espère qu’elle ne m’en veut pas trop. J’espère aussi que je pourrais l’aider comme il se doit, que nous pourrons tenir cette boutique tous les deux. Ce ne sera pas habituel de voir un noble mettre la main à la patte, mais ça m’est égal. Je veux l’aider. Nous nous embrassons et elle me tend notre fille, que je prend dans mes bras et berce. Elle gazouille en me voyant. Je lui souris. Je ne pensais pas qu’être père me ferait un tel effet. J’ai l’impression d’être devenu réellement un adulte depuis la naissance de la petite.

«C’est une bonne chose d’avoir une bonne voix, on l’entendre partout où qu’elle soit. »


Je souris, mais me doute que les cris de l’enfant l’épuisent. Je m’approche près d’elle et lui rend l’enfant espérant qu’elle ne s’imagine pas que cela m’embête de la porter, loin de là. Je ne peux pas faire ma demande avec un bébé dans les bras, même si dans le fond je pourrais. Je voudrais simplement que ce moment nous appartienne à tous les deux et qu’elle soit heureuse.

«Joane, je me rends compte que je n’ai pas été énormément présent ces derniers-temps. Mon voyage en France m’a pris plus de temps que prévu et j’espère que le temps n’a pas été trop long pour toi. Tous les jours j’espérais pouvoir revenir rapidement. Si j’ai fais tout ça, ce n’est pas seulement pour moi. C’est surtout parce que je t’aime et que je voulais t’offrir une vie plus attrayante que ce que j’avais à te proposer avant … »

Je ne sais pas si elle comprendra ou je veux en venir, mais c’est le moment que j’attends depuis des mois et je me revois discutant avec Constance de mon avenir amoureux, je ne croyais pas que tout puisse changer si vite. J’ai posé un genou à terre et j’ai pris la main de ma bien aimé. J’ai sorti un anneau avec orné d’un saphir et lui ai demandé :

«Joane Barrow … je t’aime comme je n’ai jamais aimé personne. Tu illumine ma vie chaque jour un peu plus et je ne peux imaginer un jour de plus sans toi. Veux-tu m’épouser ? »

Mon cœur bat tellement fort dans ma poitrine que je serais surpris s’il ne finissait pas par exploser, ou si elle ne finissait pas par l’entendre. Jamais je n’aurais pu imaginer il y a cinq ans que je ferais une telle demande en mariage, moi qui avait fuit la France pour échapper au mariage. J’espère qu’il n’est pas trop tôt et qu’elle ne dira pas non, je crois que j’en serais meurtri si c’était le cas. J’attends sa réponse impatiemment espérant qu’elle me dise oui.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: I think wanna mary you - Joanne  Sam 23 Jan - 21:29
La vie de mère, j'avais oublié ce que c'est avoir un enfant à douze ans puis plus rien avant 30 ans, le choc est plutôt rude je le reconnais surtout que je n'aurais jamais pensé pouvoir enfanté à nouveau car toutes les tentative de Jaime pour me mettre enceinte avait échouées, il s'était donc lassé et m'avait quelque peu délaissé. J'étais heureuse d'avoir Oliver il était le soleil qui illuminait ma vie mais je reconnais que j'avais espéré avoir une famille plus grande, avoir des fils et des filles et être une femme comme toutes les autres bonne femme de Londres mais non, pour comblé le vide, j'étais devenue entrepreneuse, faisant passé ma vie professionnelle avant ma vie de famille, de toute façon à quoi bon être présente à la maison puisque dès que Oli fut assez grand, feu mon époux le pris avec lui à la forge, il n'y avait donc plus personne à garder à la maison. Je ne vous cache pas que Jaime n'a pas vraiment apprécié lorsque je lui annonçai que j'avait pris tout l'argent que nous avions de côté pour acheter le Drapier, il ne m'a pas vraiment soutenu dans cette entreprise, cela dit j'étais assez grande et débrouillarde pour me soutenir seule, Jaime n'a jamais été un homme très présent de toute façon. On peut donc dire que le Drapier, c'est comme mon second enfant et le quitter serais pour moi un déchirement mais j'y songeais tout de même. Le vendre, je ne pourrais pas, mais céder la gérance afin d'avoir plus de temps pour élever Georgiana était tout de même tentant car la pauvre petite était tous les jours ballotée à travers la ville. Ce d'autant que son père à les moyens de m'entretenir. J'en songeais lorsque je rentrais enfin d'une journée harassante. Mais j'oubliai vite mes petits tracas quand je vis le père de Georgie m'attendant patiemment dans mon échoppe, dès lors plus rien n'était important.

-Certes pour elle c'est merveilleux, pour nous en revanche...

Oh oui, notre fille avait une voix puissante ce qui avait tendance à me donner des maux de tête terrible lorsqu'elle se mettais à hurler sans raisons apparentes. Je donnai ma fille à son père, de un pour détendre mes bras et de deux pour qu'il puisse profité de la voir un peu, cela faisait longtemps qu'il n'était pas venu nous voir.

-Je comprends ne t'en fais pas, je suppose qu'un noble de ta position avait bons nombre d'affaires à régler avant de pouvoir revenir près de nous. Tu m'a manqué mais je ne t'en veux pas.

C'est vrai, il m'avait manqué, je ne m'était pas rendu compte à quel point jusqu'à ce que je le voie ici, de retour, c'est à cette instant que je me suis dit "Seigneur comme je me sentais seule sans lui." Mais tout était rentrer dans l'ordre maintenant il était là, auprès de nous et je me sentais bien, vraiment bien. Il me rendis quelque minutes plus tard notre petite fille qui se mis à jouer maladroitement avec mes cheveux en continuant d'émettre des petits sons montrant qu'elle était ravie et qu'elle allait bien. Puis je perdis la notion du temps. Il mit un genou à terre, mon coeur s'emballa, il pris ma main gauche, je frissonnai puis il parla et la mes yeux brillèrent. Je voyais dans son regard un pointe d'angoisse et mon côté maternelle lui fit un sourire rassurant

- Evidemment que j'accepte de devenir ton épouse, si toi, tu es prêt à avoir auprès de toi une femme d'un rang inférieur au tien.

Il est évident que j'acceptais de devenir sa femme, le temps du deuil était passé et je ne souhaitait pas que ma fille soit considérée comme une bâtarde. Ayant été très discrète sur ma liaison avec Henri je suppose que les gens du quartier et qui me connaissent rapidement pensent que cette enfant et celle de Barrow donc théoriquement ce n'est pas une bâtarde, mais pour moi qui sait la vérité c'était assez difficile à vivre. Il me passa le magnifique anneau au doigt, j'approchai ma main pour l'observé de plus prêt et mes yeux s'arrondirent en voyant à quelle point cette bague était richement décorée je crois bien n'avoir jamais possédé un tel bijou !

-Elle est vraiment ravissante !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: I think wanna mary you - Joanne  Lun 15 Fév - 21:56
Joane se montra très compréhensive face à mon absence. Cette femme était la plus merveilleuse que je connaisse. Personne n’aurait si bien accepté les choses autant qu’elle. Je l’aimais pour ça, parce qu’elle avait du caractère, mais qu’elle était pour autant patiente et des plus aimante. Elle avait été si patiente avec Jamie, je doute que d’autres femmes aient eu autant de courage qu’elle d’accepter un mari comme le sien. Je suis heureux qu’elle soit enfin libre, que nous puissions enfin l’être. Nous ne nous connaissons pas depuis très longtemps, mais je sais une chose. C’est elle que j’aime et c’est avec elle que je me vois bâtir une famille. Je suis déjà père et pour moi cela représente énormément de choses.

Je fini par faire ma demande, mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine. Et si elle disait non ? Si tout ça lui faisait peur ? Si elle n’était pas prête à se remarier ? Serais-je prêt à l’accepter et prêt à attendre ? La question ne se posa plus puisqu’elle venait d’accepter. Un large sourire s’afficha sur mon visage. Je ne pouvais pas être plus heureux qu’en ce moment. Elle avait dit oui, cela voulait dire qu’elle m’aimait autant que moi et qu’elle avait les mêmes envies.

« Tu es parfaite pour moi Joane, peu importe que tu ne sois pas noble et peu importe ce que penseront les autres. Nous nous aimons c’est tout ce qui compte. »


Je ne pus m’empêcher de me lever et de l’embrasser. Je ne pensais pas me marier si rapidement et j’avais même fini par croire que je n’étais pas fait pour ces choses-là, mais l’amour est un grand bouleversement.

« J’avais tellement peur que tu refuses. Nous n’avons pas vraiment eu l’occasion de nous reparler depuis mon retour à la noblesse. J’avais peur que tu m’en veuille. »

Je ne craignais plus de la perdre à présent. Je pouvais donc tout lui dire. Elle a su rapidement que je n’étais pas celui que je prétendais être et l’avait accepté. Si j’ai choisi de retrouver mon titre, c’est pour elle, pour lui offrir le meilleur. La bague lui plaisait, je trouvais qu’elle irait très bien avec la blondeur de ses cheveux. J’espérais qu’elle ne trouvait pas que tout ça était précipité et que je pourrais la rendre heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: I think wanna mary you - Joanne  
Revenir en haut Aller en bas
I think wanna mary you - Joanne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Hail Mary Pass !
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Demande pour la jeune Mary
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: