AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Jeu 14 Jan - 15:59
Nous sommes en mai 1555. Dans une petite église de la capitale, a lieu le mariage entre Arthur Wayne, figure montante de la garde, et sa fiancée, Constance Benett, serveuse au Flying Dutchman. Le temps est idéal pour un mariage, le soleil brille et tout semble sourire au jeune couple.
Les invités sont Mark Earnshaw ( témoin d'Arthur ), Rosemary Blackwood, Rosalie Woodley, Henri Morangier, Avalines Clives, Anne Somerset, Joane Barrow, Catherine Carey.
*

LE MARIAGE DE CONSTANCE & ARTHUR

Bien des choses avaient changés en une année. Arthur n'aurait jamais pensé, à son arrivée à Londres, qu'il se marierait moins de deux ans plus tard. Le jeune homme avait hâte de prononcer les vœux et de devenir officiellement le compagnon de Constance, dont il était sincèrement amoureux et de former une famille avec elle.

Les derniers mois, eux aussi, avaient été très rythmés en événement dans la vie du garde royal. Arthur s'était fait remarqué lors de la joute royale, après laquelle il avait été recommandé à Anne Stanhope par Gardiner, avec qui il avait été contraint de conclure un marché pour protéger Constance. Libéré aujourd'hui de l'emprise de Gardiner, il espérait que jamais Constance ne découvre son seul secret, l’assassinat de John Dudley, qui planait sur sa tête telle une épée de Damoclès. Il était pratiquement impossible que ce secret soit un jour découvert. La mort de Dudley resterait à jamais un mystère, une mort que l'on considérerait comme naturelle et avec le temps, Arthur n'y penserait plus. Il y pensait déjà moins depuis qu'il était liberté du poids de ses autres secrets. Il avait en effet avoué sa fausse identité à Constance et elle lui avait avoué la vérité sur son passé. Le plus dur avait été de lui confier sa plus grande honte, quand elle lui avait demandé par la suite quelle était la raison du conflit qu'il avait opposé à son frère et l'avait poussé à revenir à Londres. Il ne lui avait pas dit la vérité totale, mais une vérité épurée, partielle. Qu'il avait à l'époque des sentiments pour la femme que son frère avait choisi d'épouser, et inversement. Que la femme de son frère avait fini avoué la chose à son mari,et qu'il avait été chassé. Mais que ce n'était pas le seul conflit qui l'opposait à son frère, Edmond étant autoritaire et ne voulant pas entendre parler de retourner à Londres voir leur mère. Arthur avait évité de préciser que ces sentiments pour Isabelle avait été plus loin qu'ils n'auraient du, et qu'il avait commis l'un des pires pêchés car cela il ne pouvait même pas se l'avouer à lui même. Il avait également jugé bon d'informer Constance que ses sentiments pour Isabelle était de l'histoire ancienne depuis longtemps, et qu'il préférait que sa mère ignore que c'était une histoire de femme qui avait finalement mis le feu au poudre dans sa relation avec Edmond, pour ne pas la blesser et la décevoir.

Deux semaines auparavant, Arthur était venu chercher Constance après son travail et lui avait demandé de le suivre. Peu de temps après, à une dizaine de minutes de la taverne où sa future épouse travaillait, il s'était arrêté et avait tendu à Constance un acte de propriété, tout en lui souriant. Arthur avait acheté une petite maison, composée de deux chambres, d'une cuisine et d'une petite salle de séjour. Il avait bien sûr un peu d'argent de côté, mais grâce à la bourse offerte par Anne Stanhope, il avait pu le garder en cas de problème de santé. Quand Constance lui avait demandé d'où venait cet argent, il avait répondu qu'on lui avait offert anonymement. Sans doute le mari de la femme qu'il avait sauvée lors de la joute, avait-t-il. C'était son dernier mensonge, il se l'était juré mentalement. La maison était proche d'une église, ce qui était essentiel pour Arthur. Il comptait élever ses enfants à venir dans une morale chrétienne sincère, et n'était pas le genre d'homme à rater la messe le dimanche. Il comptait y emmener Jane-Ann également, prenant son rôle de tuteur au sérieux.

Mais pour l'heure, le soldat qui avait quitté cette nouvelle maison en compagnie de son témoin, Mark Earnshaw, après avoir lissé une dernière fois le tissu de ses vêtements afin d'être le plus présentable possible pour rejoindre l'église où se trouvait les invités. Sa mère ne figurait pas parmi eux. Au début du printemps, Arthur avait découvert que celle-ci entretenait une vie peu respectable. Il n'avait même pas envie d'y penser pour le moment tant cela le dégoutait et lui restait en travers de la gorge. Sa propre mère...Salir la mémoire de son père avec un homme aussi débauché...Il ne pouvait pas lui pardonner cela, c'était trop. Il regrettait même de lui avoir pardonné précédemment l'ouverture de la maison close. Heureusement que personne ne savait qu'il était le fils de Mary-Ann. Heureusement qu'il vivait désormais sous le nom de Wayne.

« Et bien, me voici prêt. », déclara-t-il à son ami. « Je te préviens, Constance a invité plusieurs belles jeunes femmes, mais il serait préférable que tu évites de toute les séduire durant mon mariage. », blagua-t-il pour se détendre lui-même devant l'angoisse de dernière minute. Les deux hommes se miret en route pour rejoindre l'église toute proche, où Arthur devait attendre Constance.




the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La séduction a un visage
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Jeu 14 Jan - 21:29
LE MARIAGE DE CONSTANCE & ARTHUR
Le mariage est la traduction en prose du poème de l'amour.”
L
aissant sa servante épingler sa tresse sur le devant de son front tel un diadème, Lorena regardait son reflet. Elle ne tenait plus en place, elle était surexcitée! C'était aujourd'hui le grand jour, sa meilleure amie, Constance Bennet, allait enfin dire "Oui" à l'homme de sa vie.
Constance lui avait demandé d'être une de ses demoiselles d'honneur, chose à laquelle - non sans émotion - Lorena avait dit oui. Elle se devait d'être parfaite! Elle avait récité un discours pour le mariage et elle espérait toucher les deux époux lors du repas de leur noce. Quand sa servante attacha son collier, elle se releva d'un bon surprenant la fille, mise à son service depuis que Blanche était devenue prostituée, qui ne l'avait jamais vue comme ça sauf quand elle s'apprêtait à accueillir un noble particulièrement important. Elle eu des légers vertiges et posa sa main sur sa tête, sa servante lui demanda si elle se sentait bien ce dont à quoi elle répondu à l'affirmative, la rassurant en lui disant qu'elle n'aurait pas du se lever aussi vite.
Rassurée, sa servante alla chercher du parfum. Tandis que la jeune femme avait le dos tourné, le nez dans sa commode, elle posa une main sur son ventre. Récemment, elle avait eu des nausées de plus en plus violentes qu'elle avait caché comme elle le pouvait. Très vite, une idée lui était venue en tête. Après tout, elle était fille de joie et elle avait des relations sexuelles plusieurs fois par soir...Et si...?
Un soir, un médecin était venu pour examiner les filles. Après avoir fait mine de se sentir parfaitement bien, elle avait - en cachette - pris le guérisseur à part et lui demander de l'examiner en privé. Ce qu'il fit contre quelques pièces d'or de ses pourboires. Le verdict est vite tombé: Lorena est enceinte. Bien que choquée et partiellement en panique d'attendre un enfant, elle avait demandé au médecin de ne rien dire à ce sujet à Mary-Ann. Comment celle-ci prendrait la chose? Son meilleur élément, sa perle exotique, enceinte! Cela signifiait que, pendant au moins neuf mois, elle allait devoir s'arrêter de travailler pour ne pas mettre sa grossesse en péril. Et si, au contraire, Mary-Ann voulait, justement, que la grossesse se passe mal? Après tout, elle était, non seulement, la curiosité sulfureuse du Red Lantern mais une des meilleures espionnes n'hésitant pas à prendre des risques!

Lorena reprit ses esprits quand sa servante poussa un cri de joie en tombant sur le bon flacon. De l'essence de rose diluée avec quelques herbes. Quand ce parfum flottait dans l'air, on avait l'impression d'être dans un parc rempli de roseraies. Le parfum fut mis. La robe ajustée et la coiffure consolidée.
Ce n'était pas le moment de s'en faire. Aujourd'hui, elle s'amuserait! Elle était tentée d'aller tout dire à Constance mais celle-ci se mariait et Lorena ne voulait pas gâcher cette journée si importante parce qu'elle avait manqué de prudence.

U
ne fois les préparatifs terminés, Lorena recouvra ses épaules d'une cape légère et sorti de sa chambre pour se diriger vers les portes du Red Lantern. Sur le chemin, elle croisa Blanche. Celle-ci la regardait d'un regard mitigé entre tristesse et colère. Elle n'arrivait pas à imaginer que sa Lorena puisse assister au mariage de ceux qui lui avaient brisé le cœur. Lorena tenta de l'ignorer le plus possible et passa à côté avec, uniquement, un regard en coin. Un regard d'excuse mais qui signalait que rien de ce qu'elle pourrait dire ou faire ne la ferait renoncer à aller aux noces de Constance et d'Arthur!

Elle arriva devant la porte ou l'attendait Mary-Ann. Celle-ci lui souhaita une bonne journée. Elle avait apprit, il y a quelques jours, qu'elle ne viendrait pas au mariage. Pourquoi? Elle ne le savait pas mais, sans savoir pourquoi, elle sentait qu'Arthur n'y était pas étranger. Elle commençait à bien cerner le garde depuis son triangle amoureux entre lui, Blanche et Constance. Elle lui sourit et passa les portes. Une calèche l'attendait pour l'emmener jusqu'à la maison où Arthur et Constance allaient s'installer après les célébrations.
Elle monta dedans et, dans un dernier signe, fit au revoir à Mary-Ann et à Blanche. Dans un sens, elle était contente que sa patronne ne vienne pas avec elle. En restant au Red Lantern, elle pourra surveiller Blanche et s'assurer qu'elle ne fasse rien d'alarmant pour ruiner l'union.

A
rrivée sur place en qualité de demoiselle d'honneur, Lorena n'attendit pas qu'on vienne lui ouvrir les portes et les ouvrit elle même pour se jeter hors de la calèche et se dirigea vers la maison. Arthur était déjà parti à l'Eglise.
Constance! Fit-elle en ouvrant la porte! Constance, c'est moi! Avaline! Lorena avait beau avoir dit sa véritable identité à Constance, elle avait toujours la manie de s'appeler "Avaline" ou "Ava" devant elle. Et, aussi, parce que vous les décibels qu'elle utilisait pour appeler Constance, elle ne voulait pas que quelqu'un l'entende. Elle se dirigea vers la pièce où se trouvait son amie et, guillerette, dit: je peux entrer? Sans vraiment attendre de réponse, elle ouvrit la porte et s'arrêta pile sur le seuil. Constance était là, devant elle, dans sa sublime robe de mariée. Tu es sublime! Elle entra en fermant les portes Je savais que cette couleur t'irait bien! Un coup de main pour attacher?
© Starseed


Dernière édition par Avaline P. Clives le Ven 15 Jan - 21:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman et désormais mère au foyer ♕ Age : 29 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : 400 Lux ♕ Mon nombre de messages est : 1622 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 3 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Ven 15 Jan - 17:20
Mariage de Constance et Arthur

Mai 1555. Depuis la demande en mariage d’Arthur Wayne le jour des noces de la reine, les mois s’étaient écoulés à une vitesse affolante pour Constance. Prise dans le tourbillon des préparatifs et des secrets, elle n’avait pas vu le grand jour arriver. L’angoisse de ne pas être à la hauteur, le stresse de faire un faux pas. Constance aurait voulu freiner le temps, mais inexorablement celui-ci avait défilé beaucoup trop rapidement au goût de la jeune serveuse. La robe, le banquet, la messe, il avait fallu penser à tout et surtout ne rien oublier. Pour cette journée, les jeunes mariés seraient entourés de leurs proches, de ceux qu’ils aimaient, ce qui promettait d’être le plus beau jour de leur vie.
Il y avait deux semaines de cela, durant son travail, Constance avait reçu la visite d’Arthur. Assez étonnée, elle le suivit dans les rues de Londres et après une dizaine de minutes de marche, ils s’arrêtèrent devant une charmante petite maison. Le titre de propriété en main, Constance découvrit que ce lieu serait le sien, une fois qu’elle épouserait Arthur. Heureuse, mais surprise, elle lui avait bien sûr demandé comment il avait pu obtenir un tel bien. Selon Arthur, c’était un don anonyme de la part des personnes qu’il avait secouru lors du tournoi il y avait quelques mois de cela. La maison était charmante, située non loin de tous les lieux que Constance aimait. Elle était heureuse et elle sentait que c’était dans ce lieu qu’elle allait pouvoir construire sa propre famille.
Après la visite de la maison, Constance s’était décidée une bonne fois pour toute d’affronter son passé et de rendre visite à son père. Ce fut en compagnie d’Arthur qu’elle se rendit là où elle était certaine de le trouver, dans une petite auberge où il aimait manger tous les dimanches en compagnie de son épouse et de sa fille. C’était le bon endroit, le bon moment. Timide dans un premier temps, Constance s’était approchée de lui et lui avait adressé un simple : « Bonjour papa. » Deux secondes plus tard, ils étaient dans les bras l’un de l’autre à pleurer à chaude larme ses heureuses retrouvailles. Constance n’avait pas parlé de son passé, mais de son avenir. Elle lui avait présenté Arthur, ils avaient évoqué le souvenir du frère de celui-ci et pour terminer, Constance l’avait invité à son mariage, pour qu’il la conduise jusqu’à l’autel. Hans Bennet était de nouveau entré dans sa vie et jamais Constance n’avait été aussi heureuse de cela.

Le jour du mariage, ce moment angoissant où toutes les mariées étaient en panique, mais pas Constance, même si elle avait peur de faire honte à son mari, elle était heureuse d’être enfin à ce jour. La jeune femme se préparait dans la chambre de Jane-Ann, avec la petite fille, dans la maison que son futur mari avait achetée pour leur belle famille. La fillette avait déjà revêtu sa robe de princesse comme elle l’appelait, tandis que Constance terminait de se coiffer, il ne lui restait plus que la couronne de rose blanche à mettre sur ses cheveux, et elle serait prête. En se regardant dans le miroir, la jeune femme se reconnaissait à peine. Elle avait beaucoup œuvré pour se confectionner une robe, pour faire honneur à son mari. Les heures de travail avaient finis par payer.
Elle ne s’y attendait pas, mais Avaline vint la voir dans sa petite maison, pour pouvoir admirer sa robe avant le grand moment.

« Ava tu vas me faire rougir, oui tu peux serrer un peu plus ma robe ? Moi je dirais que la plus jolie c’est Jane-Ann, tu ne trouves pas qu’elle ressemble à une vraie princesse. » La petite fille tourna sur elle-même faisant voleter sa robe. « Ava, tu ne peux pas savoir, je me sens toute bizarre, heureuse, mais angoissée à la fois. J’ai peur de faire un faux pas, de ne pas être à la hauteur. Arthur est quelqu’un d’important à la cour et je suis si peu digne de lui. » A nouveau Constance ressortait le même discours, celui qu’elle avait déjà dit à de nombreuses personnes avant ce jour, parfois elle oubliait que tout ce qui comptait, c’était l’amour.

Prête une bonne fois pour toute, son corset bien lassé, sa couronne de fleur sur les cheveux, on toqua à nouveau à la porte. C’était Hans Bennet qui venait chercher sa fille pour la conduire à l’église.
« Tu es magnifique Constance, tu me rappelles ta mère le jour de notre mariage. » Souriait l’homme, heureux d’avoir enfin retrouvé sa fille. Jane-Ann se précipita sur l’homme pour l’enlacer de ses bras. Dès sa première rencontre avec le père de Constance, elle s’était prise d’affection pour lui.
« J’espère qu’elle est fière de moi aujourd’hui, j’ai toujours peur de la décevoir. » Depuis le temps, elle se souvenait à peine d’Emma Bennet, mais son souvenir restait toujours gravé dans son cœur.
« Elle l’est, tout comme moi. » Répondit l’homme. « Allons-y, ne faisons pas attendre mon futur beau fils. » Ajouta Hans, qui était impatient de voir son unique fille se marier à un homme bien.
« Oh attend ! Avaline, je ne te l’ai pas demandé avant pour te faire la surprise, mais veux-tu être mon témoin ? » Elle souriait, impatiente de voir la réaction de la jolie rousse.

Spoiler:
 

code by Silver Lungs


    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Dim 17 Jan - 12:04
Thomas n'avait pas atteint l'âge de se marier. Charles avait été trop séducteur pour s'engager. Edmond s'était marié loin de moi. Arthur se mariait à Londres, mais ne m'invitait pas.

J'étais effondrée. Arthur était la personne la plus importante de ma vie. Le dernier fils qu'il me restait. Que n'avais je pleurer, en cachette, après les avoir laissé partir de ma vie pour suivre mes idéaux de femme libre qui prenait ses décisions seule...Que n'avais je regretté devant la douleur de n'avoir aucune nouvelles. De ne pas savoir si je devais prier pour leur salut ou pour leur repos.
Je devais dire que je ne m'y étais pas attendue. Je n'avais pas pris leur menace de s'en aller au sérieux. Et puis, en réfléchissant, c'était évident. Quel homme voudrait être le fils d'une propriétaire de maison close ? Certes. J'avais eu, cela dit, moins de peine pour Edmond que pour Arthur. Edmond était mon fils, je l'aimais, mais il me décevait beaucoup dans son comportement et me choquait par sa froideur. Arthur....Arthur était le fils que je cernais le moins. Et pourtant, s'il pensait que je l'aimais moins que les autres, il se trompait. J'aimais tout mes fils, et j'aimais Arthur dans sa singuliarité et son art de se taire et de rester un mystère pour tout le monde. Je savais qu'Arthur était un jeune homme de bien et j'étais fière de lui.

Il n'était pas fier de moi en revanche. Oh, comme je m'en voulais de l'avoir déçu. Je me souvenais avec regret de ce jour où en ouvrant la porte je m'étais retrouvée face à un fils que je croyais perdu à jamais. Un fils de sept ans plus âgé que celui que j'avais laissé partir. Un homme fait.

Je me sentais honteuse, pour la première fois depuis bien longtemps. M'étais je déjà sentie aussi honteuse qu'aujourd'hui, à vrai dire ? Non. J'en avais toujours fait à ma tête car j'étais maître de ma vie, et que j'en avais le droit, et que j'étais ainsi faite. Quand j'avais commencé à entretenir une relation avec Jack, je ne m'étais pas sentie coupable par rapport à Charles. Charles me connaissait, savait comment j'étais. Il restait l'amour de ma vie, Jack n'était qu'un amant, un homme qui me réconfortait et me faisait oublier ma solitude. Depuis qu'Arthur savait, je repensais la réaction de Charles. Avait il honte de moi comme Arthur avait honte de moi ?

Pourtant, j'étais celle que j'étais. Je n'étais pas du genre à plier le genoux et à reconnaitre mes torts facilement. Les hommes pouvaient bien se trouver une nouvelle femme après la mort de leur mari, cela ne choquait pas. Pourquoi pas l'inverse ? Cela dit, en ce moment même, je n'avais guère le coeur à me défendre mentalement. Je ne regrettais pas ma relation avec Jack. Du moins, je ne le pensais pas. Mais je regrettais qu'elle aie été découverte par mon fils qui ne pouvait la tolérer. Je regrettais qu'il me perçoive comme j'étais, si celle que j'étais ne correspondait pas à son idéal de mère.

Arthur était bien différent de moi, en effet. Il avait tout un tas de principe respectable et une façon de vivre sa foi plus...conventionnelle que la mienne. Il allait se marier. Et je n'étais pas invitée. Plus invitée.

Constance avait pourtant trouvé un moyen pour que je puisse assister à son mariage. Je lui avais rendu service autrefois, c'était donc sans doute normal qu'elle le fasse, mais si cela m'avait touché au départ, j'avais refusé, ne voulant pas imposer ma présence à un fils qui ne voulait pas me voir.

Cela dit, après réfléxion, désirais je rater le mariage du seul fils que je verrais se marier ? Constance avait trouvé un moyen pour que j'assiste au mariage en cachette, et finalement, j'avais accepté.
Au moment où cette jeune femme se réconciliait avec son père, voilà que moi, je perdais de nouveau mon fils. Quelle ironie.

Peu après le départ d'Avaline, qui était invitée en tant qu'amie de Constance, je partis à mon tour, laissant le soin à mes filles de surveiller Blanche, qui était désésperement amoureuse de mon fils. Je comprenais sa peine de l'avoir perdu. Dire qu'Avaline était inviée et pas moi. Je faisais plus honte à Arthur que la présence d'une de mes filles...
Alors que personne n'étais encore à l'Eglise, tout le monde étant occupé à se préparer ou à arriver, j'arrivais la première dans les lieux.
Le prêtre me remarqua cela dit, et m'informa que l'église était reservée pour un mariage aujourd'hui.

« J'aimerais y assister mais je ne suis pas invitée. Je sais, vous avez dire que je n'en ai pas le droit, mais la mariée est au courant. Je suis une amie de la mariée et son mari est en conflit avec moi, ce qui je l'éspère, si Dieu le veut, ne durera pas longtemps. C'est important pour moi d'assister à ce mariage. Je resterais cachée dans le confessional, personne ne me remarquera. »

Le prêtre refusa. Je savais bien pourquoi. Si c'était la marié qui était au courant et pas la mariée, on m'aurait dit oui. Les hommes décidaient de tout dans ce monde.
Je sortis ma bourse.

« Bien. Je vais quand même vous faire un don, pour l'entretien de cette belle église. », dis je en la lui tendant avant de faire le signe de croix. « Et si vous, en tant qu'homme de Dieu, pensait que Dieu peut m'autoriser à assister à cette cérémonie et se montrer miséricordieux, ma reconnaissance serait d'autant plus grande. »

Le prêtre prit un air offusqué.

« S'il vous plait. Je suis une bonne chrétienne. Je vais à l'Eglise tout les dimanches, je soutiens sincèrement notre nouvelle reine »

Nous trouvâmes finalement un arrangement de la sorte.
Je suivais donc la cérémonie en toute discrétion, alors que tous ignorait ma présence, ésperant qu'Arthur saurait me pardonner à nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La séduction a un visage
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Dim 17 Jan - 19:45

: Mariage de Constance & Arthur
"Le mariage est la traduction en prose du poème de l'amour"
Constance était sublime dans cette robe crème qu'elle portait! Lorena était émue de voir la brunette rayonner de cette façon...« Ava tu vas me faire rougir, oui tu peux serrer un peu plus ma robe ? Moi je dirais que la plus jolie c’est Jane-Ann, tu ne trouves pas qu’elle ressemble à une vraie princesse. » Tandis qu'elle serrait le corsage de la robe de mariée de Constance, Lorena tourna la tête vers la fille adoptive de son amie, Jane-Ann, très mignonne dans cette robe rose claire qu'elle s'amusait à faire tournoyé. La grâce des anges semble vous avoir touchées! Elle se mit à la hauteur de la petite fille. Tu es magnifique...Mais! dit-elle d'un sourire en dirigeant sa main vers la poche de sa cape pour y chercher un collier tout simple avec seulement un pendentif qui se résumait à une perle rose Je suis sure que ça serait encore mieux avec ça La petite, toute guillerette d'un coup, lui sauta dans les bras pour la remercier. Dieu merci, elle ne lui avait pas percuté le ventre. Elle aurait eu du mal à expliquer à Constance - sans la choquer - pourquoi elle est tombée dans les pommes le jour de son mariage! La petite, après un millième merci, se détacha d'elle et Lorena pu lui attacher le bijou autour du cou.



« Ava, tu ne peux pas savoir, je me sens toute bizarre, heureuse, mais angoissée à la fois. J’ai peur de faire un faux pas, de ne pas être à la hauteur. Arthur est quelqu’un d’important à la cour et je suis si peu digne de lui. » Au dire de son amie, Lorena roula les yeux au plafond. Elle était encore avec ça?! Elle se dirigea vers Constance et la tourna calmement de force vers le mariage. Une fois qu'elles furent face au miroir, Lorena posa ses paumes sur les épaules de la future mariée. Tu sais ce que je vois? Elle attendit un peu, histoire d'entendre la réponse de Constance Moi, je vois une femme sublime qui va rendre son mari heureux, qui va mettre au monde des enfants sublimes et qui sera une épouse forte et comblée! Elle lâcha une épaule de Constance et, de sa main libre, alla chercher la main de Jane-Ann qu'elle tira doucement de façon à ce que son image se reflète dans la glace et, d'un sourire: Et puis, n'oublie pas que Jane-Ann, Arthur et moi seront là pour t'aider! Vous allez vous marier à deux! Tu n'auras pas à porter ce mariage toute seule! Elle poursuivit: Et tu te rends compte de la chance que tu as? Tu vas te marier par amour! Peu de femmes peuvent s'enorgueillir! Tout d'un coup, elle se souvient de son état. Enceinte. Elle n'était pas sure que Mary-Ann accepte son état et la perspective qu'une partie du Red Lantern se transforme en nurserie. Si cela arrivait et que sa patronne pensent à la faire avorter, elle devra s'enfuir. C'était une idée qu'elle avait eu quand Aiden Palanques l'avait retrouvé. Si il apprenait qu'elle était enceinte, elle aurait du soucis à se faire pour l'enfant! Dans tout les cas, de toute façon, elle devra partir en abandonnant Mary-Ann, Blanche et...Constance. Elle venait de faire une promesse qu'elle ne pourrait pas tenir.

Une larme failli faire son apparition à la vue de tous mais l'arrivée de Hans Bennet lui sauva la face. Pendant que père et fille savouraient le moment en se serrant dans les bras, elle en profita pour éponger, de sa manche, la goutte traîtresse. Reprenant bonne figure, elle se tourna vers la petite famille et dit, d'un sourire: Enchantée de vous rencontrer Monsieur Bennet, je suis Avaline Clives. Une amie de votre fille. Je suis honorée de faire votre connaissance. Son moment de déprime était, à première vue, de l'histoire ancienne.

Le petit groupe s'apprêtait à partir quand Constance, sur le pas de la porte, les arrêta. « Oh attend ! Avaline, je ne te l’ai pas demandé avant pour te faire la surprise, mais veux-tu être mon témoin ? » Lorena eu un blocage et regarda Constance avec des yeux écarquillés. Constance aurait pu lui dire que les licornes existaient que sa réaction aurait été la même. Surprise, émerveillement, joie. Moi? Vraiment? Émue, et au bord des larmes (pour une raison joyeuse cette fois),ça ne te dérange pas que ce soit moi? Sous-entendu: ça ne te dérange pas que ton témoin soit une prostituée?

Passée la surprise, elle dit: Mais avec joie! Dit elle en prenant Constance dans ses bras, dans un fou rire commun.
Elle essuya ses larmes: Bon! Ce n'est pas que je m'ennuie mais on a un mariage à célébrer! Alors on y va! Le groupe sortit de la maison Wayne où les attendait une calèche décorée avec les premières fleurs de la saison: C'est trop mignon! rigola t'elle. Puis elle leva les yeux au ciel: Et quelle belle journée! Dieu nous l'a bénie!

good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Mer 27 Jan - 12:31
Mariage de Constance & Arthur

Dans le miroir, le reflet de ma triste mine apparaissait. À la fois, heureuse et triste, j’étais enthousiaste pour Constance et à la fois triste d’assister à un mariage. Constance m’avait présentement demandé de m’occuper de Jane-Ann pendant la cérémonie - chose que j’avais naturellement acceptée. Dans une robe bleu sombre, je rejoignis l’Église où allait avoir lieu le mariage. Le mari était déjà là, Constance m’avait prévu que ce serait un petit comité. Des connaissances à elle, ses amis et les membres de la garde - oui, cette idée me réjouissait à l’avance. Discrètement, je me mélangeais aux invités déjà présents. Arthur m’effrayait, pas l’homme, la fonction, la place qu’il tenait à la Cour. Je n’avais pas la conscience tranquille et parfois, j’avais l’impression que c’était écrit sur mon visage « je suis protestante, arrêtez-moi. » Je préparais mon plus beau sourire pour accueillir la mariée lorsqu’elle foulerait le parvis de l’Église. C’était un grand jour, son jour. Un moment dont elle se souviendrait toute sa vie et qui la marquerait à tout jamais.

Au début, je pensais rejoindre la future mariée chez elle, elle m’avait dit de passer ; finalement, avec le temps de préparation et le fait que je sois un peu perturbée par l’événement, je ne pus la rejoindre comme je l’aurais voulu. J’aurais l’occasion de la voir dans sa belle robe que je n’avais pas vue finie, le début semblait prometteur lorsque j’étais allée voir la petite souris œuvrant à sa tâche. Je m’étais intéressée aux préparatifs du mariage sans vraiment m’investir, Constance voulait s’en occuper, toutefois j’avais eu la gentillesse de demander des nouvelles, de me tenir au courant, de tenir mon rôle d’amie.

Je soupirais et me résignais, malgré tout, à aller saluer Arthur. Il était en compagnie de Mark Earnshaw que je saluais également. Cela ne serait qu’un bref passage, je devais aller m’asseoir et récupérer la petite Jane-Ann après qu’elle ait fait son devoir de demoiselle d’honneur d’apporter les alliances.

« Tous mes vœux de bonheur. » Dis-je à l’attention d’Arthur avec un jolie sourire. Nous n’avions jamais réellement eu le temps ni l’occasion d’échanger quelques mots, là ça s’imposait et c’était la meilleure des choses à faire. J’attendais avec impatience l’arrivée de Constance, elle allait nous éblouir - j’en étais certaine. La plus belle des mariées pour la simple et bonne raison que c’était une mariée amoureuse et qu’elle avait confectionné sa robe avec soin et avec beaucoup d’amour. C’était le principal.

Des bruits de sabots se firent bientôt entendre à l’extérieur de l’Église, une calèche arrivait en grande trompe. La mariée allait bientôt faire son entrée. J’allais m’asseoir tranquillement après avoir changé des formalités avec le marié, je jubilais à l’idée que le mariage allait commencer. Mes idées noires s’étaient envolées, je n’attendais qu’une chose que Constance face une entrée magistrale et aille sceller son amour.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Jeu 11 Fév - 15:22
Mariage de Constance & Arthur



Le mariage était enfin là. Mark s'était levé de bonne heure, il avait été cherché son costume chez son tailleur habituel après avoir demandé l'autorisation de ne pas apparaître en habit militaire. Il portait son nouvel habit avec une élégance peu commune, on le voyait rarement de sortie en civil.
Autrefois, il aurait porté son vêtement avec la ferme intention de plaire à toutes les joues rose de l'assemblée.
Autrefois, il aurait bu plus que de raison, souhaiter de bien maigres vœux aux heureux mariés et aurait couru dans les bras d'une dame aux mœurs légères.
Autrefois, il était un autre homme. Autrefois, il aurait été certain de ses sentiments, de ses désirs. Il n'était plus. C'est avec amertume que Mark écarta ses pensées sombres. Ce jour devait être parfait. Il le devait au bonheur de son ami, son frère.


Le mariage d'Arthur et Constance dont il devait être le témoin. S'il n'avait pas vraiment eu l'occasion de rencontrer la future épouse de son ami, il avait une entière confiance en son jugement. Arthur avait su charmer Mark avec des propos d'amoureux et bien que ce dernier se fiait davantage à son propre jugement, il avait su observer chez l'aimable compagne d'Arthur une âme digne et modeste. Elle convenait parfaitement à son ami.
Il n'avait jamais été témoin et lorsqu'il partagea les premiers moments de la journée avec son ami, il découvrit qu'en fait il était visiblement en proie à plus d'inquiétudes que lui. Visiblement. Il ne cessait de l'embêter sur des détails qu'il aurait appelé de « bonnes femmes ». C'est à l'approche de l'église que Mark se rendit compte de l'état d'anxiété dans lequel se trouvait son ami. Il avait lissé son ensemble un nombre incalculable de foi et avait piétiné trop longtemps en silence pour qu'il paraisse être tranquille. Mark l'avait prier de se calmer mais lui même avait perdu sa patience.

Presque arrivé, Mark pouvait observer les beaux atours déployés par les élégantes et les élégants pour assister à l'heureux événement. Il avait eu envie de jeter un coup d’œil aux gorges déshabillées des jeunes femmes mais ne voulant pas froisser les sentiments de son ami, s'abstint. Celui-ci pourtant comme s'il lisait dans ses pensées lui asséna de rester tranquille durant la cérémonie.

«  Ah, Arthur ! Voyons. Je n'en séduirai qu'une ou deux et te promets de ne repartir qu'avec la plus vilaine. Vois comme mon amitié t'est assurée ! »

Mark sourit. Il avait voulu rire mais sa gorge était sèche. Il serra le bras de son ami en le regardant sérieusement. Ses sourcils bruns se froncèrent légèrement ombrageant le bleu clair de ses yeux.

«  Je sais que je ne dois pas jurer en ce jour saint mon frère. Mais bon Dieu que je suis fier d'être à tes côtés ! »
crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Ven 12 Fév - 14:11
LE MARIAGE DE CONSTANCE & ARTHUR

Arthur connaissait bien son ami et son côté Don Juan qui avait le don de le faire rire. Pour un homme de tendance sérieuse et très à cheval sur la morale chrétienne, comme Arthur, avoir un ami aussi sociable, séducteur et drôle que Mark était une bénédiction. Si Arthur ne partageait pas toujours les opinions de Mark, ils s'entendaient très bien car Arthur n'était pas de ceux qui tenter d'imposer sa conception des choses à ceux qu'il côtoyait ( sauf en ce qui concernait l'hérésie, évidemment ). Mark lui rappelait son frère, un frère qu'il avait profondément respecté et aimé. Un frère dont le souvenir, sept ans plus tard, demeurait intacte. A travers Mark, il voyait parfois Charles, et en ce jour, cela était fort rassurant. C'était un peu comme s'il se rendait à l’hôtel au bras de son frère. D'ailleurs, son meilleur ami lui même l'appellait parfois ainsi, comme en cet instant :

«  Je sais que je ne dois pas jurer en ce jour saint mon frère. Mais bon Dieu que je suis fier d'être à tes côtés ! » , avait-il dit. Arthur était touché que Mark aie accepté d'être son témoin, et qu'il dise être fier de se trouver à ses côtés. Charles aurait il dit la même chose ? Arthur aimait à le penser. L'amitié de Mark lui était sincérement précieuse et il espérait ne jamais la perdre.

« Et bien, j’espère pouvoir un jour connaître la même fierté en ce qui te concerne, mon frère ! », répondit Arthur. Oh, il doutait que cela arrive de si tôt. Mark était trop volage pour se marier, au grand dam de ses parents. Mais il aimait le taquiner avec cela.

Mark et Arthur entrèrent dans l’Église. Les invités n'étaient pas encore tous présent, mais de toute évidence, ne seraient pas très nombreux. Le mariage se ferait en petit comité, selon ce qui avait été décidé. C'était surtout Constance qui s'était occupée des préparatifs, comme le faisait souvent les futures mariées et pour lui faire plaisir, Arthur avait accepter beaucoup de choses, qui à vrai dire, ne lui plaisait pas beaucoup. La présence d'Avaline Clives, tout d'abord...En tant que garde royal et bon chrétien, il n'était pas bon pour sa réputation d'être vu en compagnie d'une prostituée. Certes, il n'avait pas invité beaucoup de collègues, ce n'était pas une grande réception...Mais tout de même, oui, il était gêné que sa femme soit amie avec une prostituée. Il ressentait également cette gêne par rapport à Anne Somerset, une noble très pieuse avec qui il s'était lié d'amitié. Il lui en avait parlé à l'avance, pour éviter qu'elle soit choquée. Il lui avait dit que sa femme était amie avec une jeune femme qui avait été contrainte de se prostituer et qu'elle avait tenu à l'inviter. Il avait tâché de présenter les choses de sorte à ce qu'Anne comprenne le geste de Constance comme un acte de charité chrétienne. Jésus de Nazareth n'avait il pas été proche des pêcheurs, des démunis ? N'avait il pas tâché de les aider à se sentir intégré dans la société ? Cela dit, Arthur ignorait encore que Constance avait choisi Avaline comme témoin. Il s'attendait davantage à ce qu'elle choisisse une autre de ses amies, comme Rosalie ou Rosemary. Mais il était sur le point d'épouser une femme avec un sacré caractère. Constance était une féministe, une femme qui ne s'arrêtait pas au préjugés et qui avait tendance à n'en faire qu'à sa tête. Pourtant, c'était d'elle qui l'était tombé amoureux et pas d'une jeune fille plus... « docile ».

La présence de Rosemary était également une concession de sa part. Quand Constance lui avait expliqué qu'elle s'était liée d'amitié avec cette jeune lady, Arthur avait tout de suite été septique. Rosemary Blackwood, il ne l'a connaissait que de nom...Mais il savait pour sûr qu'elle avait été fiancé à un certain Thomas Hertford, qui était un hérétique. Et les familles anglaises protestantes se marient entre elles, pas avec des catholiques. Il soupçonnait Rosemary d'être une hérétique et n'appréciait pas du tout que Constance soit amie avec elle...L'influence des hérétiques ne devaient surtout pas atteindre une âme aussi pure que celle de sa future épouse. Il comptait bien faire en sorte que Rosemary et Constance ne deviennent pas trop proche...Mais refuser la présence de la noble au mariage n'aurait fait que rendre Constance méfiante et lui donner davantage envie de fréquenter son amie. Voilà d'ailleurs que Rosemary s'approchait de lui, alors qu'il avançait vers le prêtre, à l'extremité de la pièce, en compagnie de Mark.

« Tous mes vœux de bonheur. » , lui dit-elle, arborant un joli sourire. Arthur n'avait jamais eu l'occasion de parler avec Rosemary Blackwood, mais il la reconnut pour s'être renseigné sur son identité auprès de ses contacts à la cour, après avoir entendu Constance lui parlait de leur amitié. C'était Anne Somerset qui l'avait mise au courant de l'ancien projet de mariage entre lady Blackwood et le duc d'Hertford, en exil désormais.

« Lady Blackwood, je présume. Je suis enchanté de enfin votre connaissance. », dit Arthur « Et je vous remercie pour vos voeux. »

Il se tourna vers Mark afin de faire les présentations.

« Mon ami et collègue Mark Earnshaw. Lady Blackwood est une amie de Constance », expliqua le futur marié. « Nous aurions du nous rencontrer plutôt, my lady. J'ai reçu il y a à peine deux jours un ordre de mon supérieur de poursuivre les interrogatoires concernant l'enquête en cours de l'attentat qui avait eu lieu lors de la joute en l'honneur de sa majesté et on m'a attribué la tâche d'interroger ceux qui n'étaient pas présent à l’événement. Tout cela pour vous dire que si je n'avais pas eu à m'occuper de la formation d'un nouvel arrivant hier, nous nous serions déjà rencontré. Mais je ne vais pas parler travail aujourd'hui, sinon mon cher collègue risque de me réprimander. », dit Arthur sur le ton de l'humour. Mark avait en effet tendance à taquiner son ami sur le fait qu'il était trop investi dans son travail. « Je viendrais donc vous poser ces quelques questions pendant mes heures de service, dans la semaine. J'ai une certaine Lady Tyburn à aller voir aussi, une lady qui connaît bien le roi, à ce que l'on dit. Comme quoi, nous avons vraiment l'ordre d'interroger tout le monde dans cette affaire. », ajouta Arthur.

Le jeune garde avait jugé bon d'ajouter cela pour montrer à Rosemary qui ne souhaitait pas l'inquiéter ou l'effrayer. Mais en réalité, cela lui permettait de confirmer un peu ces soupçons. Il sentit qu'elle avait l'air effrayée à l'idée d'être interrogée, mal à l'aise ce qui ne s'arrangea pas à l'énonciation du nom de Lady Tyburn. Arthur nota mentalement qu'il faillait qu'il pose deux trois questions sur Rosemary à cette Lady Tyburn.

Après avoir adressé un sourire à Rosemary Blackwood, et s'être légérement incliné comme le voulait les convenances, Arthur poursuivit son chemin vers l'autel en compagnie de Mark.

« Je te promet solennellement que je ne parle plus de travail pour le reste de la journée après cela mais...Est ce une simple impression, ou est ce que Rosemary Blackwood a l'air de quelqu'un qui a quelque chose à cacher ? », demanda Arthur à Mark en murmurant.

Le jeune garde royal était sincère. Il ne parlerait plus de travail pour aujourd'hui et n'y penserait pas non plus. Il était réellement impatient de découvrir Constance en robe de mariée et de s'unir à elle pour la vie. Désormais, il ne serait plus jamais seul.




the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Ven 12 Fév - 19:18
Je ne m’étais pas attendu à être invité au mariage de Constance et d’Arthur. Cela devait venir de Constance, je ne connaissais qu’elle, je n’avais encore jamais parlé à son fiancé et désormais bientôt mari. Ils m’inspiraient tous les deux et m’ont donné beaucoup d’espoir pour mon propre couple. Peu de monde savaient que Joane et moins étions ensemble, c’était encore tout récent pour eux, pour nous ça l’était un peu moins puisque l’on se voyait en cachette étant donné que le mari de Joane était encore en vie. Depuis la mort de celui-ci, j’étais devenu comte et je pouvais ainsi conquérir ma bien aimé. Je tenais cependant à faire cela dans les règles afin qu’on ne lui reproche rien, qu’on ne dise pas qu’elle était passé rapidement à autre chose ou que ne me regarde pas d’un mauvais œil. Je m’étais senti plutôt mal à l’aise à aux portes ouvertes de la Cross school. Ca avait été ma première sortie en tant que noble et je pense que beaucoup ne s’y attendait pas, de plus je ne pouvais même pas dire que Georgina était ma fille. Je ferais pourtant n’importe quoi pour que Joane soit bien vue par les autres, autant le peuple que la noblesse, je ne veux pas lui faire de peine, ou lui causer les moindres soucis, mais aujourd’hui, c’est à deux qu’on a pu enfin venir, à trois en réalité avec la petite Georgina. J’étais prêt depuis quelques minutes et j’attendais Joane. J’étais avec la petite et je la berçais. Elle s’était endormie. Lorsque ma bien aimé arriva j’en fus éblouis. Elle était toujours aussi belle.

«Tu es ravissante mon amour. Allons-y ne soyons pas en retard.»


Je donnais Georgina à Joane et lui proposait mon bras l’accompagnant jusqu’à l’Eglise. L’amour d’Arthur et Constance me confortait dans ma décision de faire ma demande à Joane. Notre différence d’âge et nos milieux différents n’étaient à mes yeux pas un obstacle et j’espérais que pour Joane se serait pareil.

Nous sommes arrivés à l’Eglise, je reconnu Arthur en compagnie d’un de ses amis et quelques autres invités. Je ne connaissais pas encore beaucoup de monde, mais je me sentis mieux qu’à la Cross School. Je m’approchais du futur marié pour le saluer et lui souhaiter tous mes vœux de bonheur. J’attendis qu’il eut terminé avec les autres invités avant de venir à lui et de lui dire :

«Je vous souhaite beaucoup de bonheur Monsieur Wayne. Nous ne nous connaissons pas vraiment, mais Constance m’a souvent parlé de vous. Je m’appelle Henri. »

Je saluais également l’ami d’Arthur et parti m’installer, gardant une place pour Joane qui connaissait peut-être ces deux là, après tout elle aussi avait été invitée. J’ai toujours un peu de mal à me présenter sous mon vrai prénom, j’ai préféré le garder au fond, si je commence à me faire appeler James, ils ne comprendront plus rien.


Dernière édition par Henri Morangier le Sam 13 Fév - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Famille Royale
♕ Métier : Lady Katherine Grey, potentielle héritière de la couronne d'Angleterre ♕ Age : 17 années ♕ Religion : Protestante ♕ L'avatar a été fait par : zuz, tumblr & .TITANIUMWAY ♕ Mon nombre de messages est : 563 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 45 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 05/10/2013 ♕ Mon pseudo web est : Eris

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Sam 13 Fév - 11:51

Mariage de Constance et d'Arthur
En ces temps troublés, il était bon pour Anne d'assister au mariage de l'un de ses plus chers amis. Voilà bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas revus, chacun trop plongé dans ses propres priorités et puis leur différence de rang n'était en rien pour arranger les choses, néanmoins Anne avait été ravie de voir que le garde royal ne l'avait pas oubliée. Un immense sourire était venu étirer ses lèvres fines lorsque Arthur était venu lui annoncer la grande nouvelle, et Dieu savait qu'elle n'avait pas ressenti une telle joie depuis la naissance de sa filleule, la petite Jane. Un certain soulagement s'était alors emparé de son cœur et elle avait, malgré les conventions, serré le garde dans ses bras. Savoir que son ami avait trouvé le bonheur la rassurait et inconsciemment, elle se disait que peut-être, elle aussi, elle parviendrait à trouver enfin ce qu'elle cherchait désespéramment : un bon mari pour échapper à l'emprise de son hérétique de frère. Or, si ce dernier ne lui souhaitait aucun malheur, son ancien soutien à Jane Grey avait persuadé Anne du contraire. Une vraie crainte de finir avec un Protestant rongeait la jeune fille.
Puis, en poursuivant leur conversation, Arthur apprit à Anne qu'une prostituée serait présente au mariage. À cette nouvelle, elle fronça des sourcils, surprise que la garde puisse accepter une telle chose. Une femme qui poussait les hommes aux péchés n'était pas vraiment du goût d'Anne et un lointain souvenir lui revint, une certaine Avaline avec qui elle avait sympathisé avant d'apprendre son affreuse profession. La jeune lady n'avait rien contre les gens du peuple, au contraire, mais qu'une fille joie assista à l'union de deux personnes tout à fait respectables, du moins c'est ce qu'elle s’imaginait de la future femme d'Arthur ne l'ayant jamais rencontré, lui déplaisait grandement. Or, elle n'avait certainement pas son mot à dire et si là était le choix de Constance, alors elle ferait profil bas. Elle avait senti la gêne d'Arthur et elle ne désirait nullement l'accentuer.

Quelques jours plus tard, Anne s'était parée d'une robe en soie d'un jaune doré. Une tenue simple, qui contrastait cependant par sa gaieté avec ses toilettes habituellement d'un coloris sombre. Anne n'était pas une personne frivole et ce en dépit de l'aide de la duchesse de Lyon. Une qualité, ou un défaut tout dépendait du point de vue, héritée de sa foi inébranlable en le catholicisme et de son admiration en la politique. En effet, aucun homme ne prendrait au sérieux une femme passant son temps à commander de nouvelles toilettes plus superficielles les unes que les autres. Néanmoins, Anne avait décidé de faire un effort en ce beau jour de printemps pour ne pas avoir l'air de se rendre à un enterrement plutôt d'un mariage.
Elle avait par la suite quitté les appartements de Margaret Stanley pour se rendre à l'église où aurait lieu la cérémonie. Quelques mèches folles s'échappaient de sa coiffure à cause d'une légère brise qui venait également relever délicatement le bas de ses jupes. D'un pas rapide, elle finit par atteindre le lieu saint. Pas mal d'invités étaient déjà présents ainsi que le futur marié, qui lui se tenait proche de l'autel auprès d'un homme plus âgé, sûrement le témoin au vu leur proximité. Anne s'avança donc dans l'allée, là où bientôt apparaîtrait la mariée. La lady n'avait jamais rencontré la femme que le cœur d'Arthur avait choisie, mais elle ne doutait nullement de son choix et maintenant qu'elle allait la voir en chair et en noce, elle sentait une certaine impatience croître en elle. Elle espérait que toutes deux s'entendraient bien, même si la jeune Constance semblait avoir de curieuses fréquentations. Mais après tout, elle était du peuple et leurs mœurs n'étaient certainement pas les mêmes que celles de la cour. Du moins, cela fut la conclusion de la Somerset.
Une fois qu'elle fut à la hauteur d'Arthur, elle laissa l'homme déjà présent terminer de le féliciter et s'approcha à son tour. Elle offrir un véritable sourire à Arthur. Les yeux humides, elle osa encore une fois le serrer brièvement dans ses bras. Les choses avaient changé et en ce jour heureux, l'heure n'était plus aux formalités de cour.

« Je vous souhaite tout le bonheur du monde Arthur, à vous ainsi qu'à votre future épouse qui je suis sûre sera magnifique dans sa robe. J'ai d'ailleurs grande hâte à la rencontrer ! » Puis, se tournant vers l'homme aux yeux azur. « Enchantée, Anne Somerset. Je crois que nous n'avons jamais eu le plaisir de nous rencontrer. Je crains que les obligations nous aient empêchés, à Arthur ainsi qu'à moi, de nous présenter nos amis.»
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Dim 14 Fév - 11:22
Il y a de cela quelque jours, Henri m'informa que nous étions cordialement invités au mariage de son amie Constance, jusque-là c'était plutôt charmant les mariage sont de belles festivités, les convives y sont joyeux et le vin coulent sans discontinuer. Cependant, lorsque j'appris le nom du futur époux, j'eus une légère hésitation à accepter, Monsieur Wayne et moi avions eut quelques désaccords par le passer, je dis désaccords pour ne pas dire autre chose, ce fanatique catholique à failli arrêter Oliver ! Seigneur heureusement que Richard avait été là ce jour-là, il me manque affreusement. Pour en revenir au mariage, je n'ai pas dis à Henri que je connaissais Monsieur Wayne et j'ai tout de même accepter de me rendre à ses festivités, cela me permettrais de mettre une robe plus festive et des ruban dans mes cheveux, ce qui pour une jeune mère couturière n'était pas donné tous les jours, de plus Monsieur Wayne n'oserait pas tenter de m'arrêter à son propre mariage, il n'a d'ailleurs aucune preuves formelles contre moi. Certes mon époux est mort sur le buché il y a de cela quelques semaines mais fort heureusement pour moi aucun mandat d'arrêt n'a été délivré à mon encontre, ce qui signifie donc qu'ils n'ont aucune preuve de ma possible hérésie et aucune non plus envers mon fils ainé.

Le jour du mariage arriva plus vite que je ne l'aurais souhaité, je restais plutôt tendue à l'idée de revoir Monsieur Wayne. Henri, se présenta à mon magasin assez tôt afin de me permettre de me préparé en veillant sur notre fille. J'avais déjà préparé la robe que je comptais porter et les rubans, la toilette était en taffeta violine, c'était de loin la plus jolie robe que j'avais, je ne la sortait que pour les très grandes occasion ou lorsque je livrais des robe au chateau de Whitehall pour ne pas ressembler à une souillon. Un peu de rose sur mes joues et mes lèvres et quelques ruban pour tenir mon chignon et j'étais prête.

« Je te remercie Henri »

Dis-je en me sentant rougir à son compliment c'était toujours agréable pour une femme lorsque l'homme qui partage sa vie trouve que sa toilette lui sied à merveille. Je repris l'enfant que j'avais également bien habillée pour l'occasion et nous dirigeâmes vers l'église ou devait se dérouler à cérémonie. J'avoue qu'une boule au fond de mon estomac se formait au fur et à mesure que nous approchions de l'endroit. En voyant quelques visage des invités je déglutis, je me savais entourée de fervents catholiques, ce qui, après la mort de mon mari n'avait rien de franchement rassurant. Je laissais Henri se présenter et laissai une femme présenter ses félicitation également avant d'incliner la tête respectueusement.

« Monsieur Wayne, je suis bien aise de constater que vous êtes sur le point de convoler, soyez sûr que je vous souhaite de longues années de bonheur »

Dis-je d'une voix mielleuse sans me présenté ce fanatique catholique savait qui j'étais de toute façon et il ne manquera surement pas de le dire à son ami que je ne connaissais pas. Après cet échange de banalités je rejoigni Henri dans l'église, prenant place à ses côtés
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman et désormais mère au foyer ♕ Age : 29 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : 400 Lux ♕ Mon nombre de messages est : 1622 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 3 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Lun 15 Fév - 14:39
Mariage de Constance et Arthur

Mai 1555. Jane-Ann à ses côtés, magnifique dans sa petite robe couleur crème, piquée de fleurs roses, son père face à elle, la regardant tout souriant et se remémorant sûrement le moment de son propre mariage, Avaline à son côté, toute souriante, heureuse de pouvoir célébrer le mariage de son amie et d’être son témoin. Constance était entourée de tout ce beau monde dans le véhicule ouvert, tiré par un cheval à la robe marron. Tout avait été décoré avec finesse, à l’aide de fleurs du printemps, comme elle l’avait souhaité. Constance n’osait pas regarder tout ce beau monde, sa main tremblée, elle craignait de ne pas plaire à Arthur et que celui-ci face marche arrière, au dernier moment. Constance doutait comme toujours, elle avait peur de ne pas mériter le beau garde et pourtant elle devait en avoir le cœur net et ne pas croire que tout ceci n’était qu’un rêve. Elle se pinça la main pour voir si elle se réveillait dans sa chambre du Flying Dutchman, mais non, elle venait bien de quitter sa nouvelle maison, elle se rendait bien à l’Eglise pour devenir Mrs Wayne. Arthur avait insisté sur le fait qu’elle ne pouvait pas prendre le nom Paton et s’était sûrement le mieux pour tout le monde. Son père serra sa main dans la sienne et Constance lui fit un petit sourire, elle était heureuse de s’être réconciliée avec lui juste avant son mariage, tout allait être différent aujourd’hui et Hans Bennet pourrait conduire son unique fille à l’autel.

Après quelques minutes à rouler dans les rues étroites de la ville, ils s’arrêtèrent tous sur une petite place à côté de la petite église. Stressée, Constance regarda d’abord autour d’elle, de peur qu’Arthur ne soit pas là, mais on vint rapidement la rassurer, il se trouvait déjà dans l’église, comme beaucoup de leurs invités. La petite place était comme à chaque fois très animées, avec des enfants qui jouaient joyeusement autour de la fontaine, des ouvriers qui faisaient que passer, des femmes qui portaient leur linge, pour le conduire jusqu’au lavoir non loin de là. Se raccrocher à ces petites choses de la vie donna plus de courage à la jeune femme. Elle prit la main de son père qui était déjà descendu et elle quitta son moyen de transport, pour enfin embrasser son destin, devenir la femme d’Arthur Wayne/Paton. Constance savait que malgré l’interdiction d’Arthur, sa future belle-mère Mary-Ann se trouvait dans l’église, cachée dans le confessionnal. Elles avaient toutes les deux inventés ce stratagème pour que la maquerelle ne soit pas privée du mariage de son fils.
Avaline passa devant pour aller s’installer dans l’église. Jane-Ann, Hans et Constance gravirent les marches de l’église. Un homme poussa la porte et Jane-Ann, comme on lui avait appris avança gracieusement dans l’allée, avec un charmant sourire aux lèvres. Elle portait un petit coffret qui cachait les alliances des deux futurs époux. Constance regarda son père, elle sourit et celui-ci engagea un premier pas dans l’église. Un pas puis un autre. La future mariée dévoila à tous, la robe qu’elle avait confectionnée avec beaucoup d’amour. Elle était charmante, une mariée simple, mais dont l’immense sourire, rendait éblouissante. Au fur et à mesure qu’elle avançait son cœur battait à la chamade. Constance était heureuse, Arthur était tout proche et rapidement, sous le son de l’orgue, ils furent réunis. Comme le voulait la tradition, Hans donna la main de sa fille à son futur beau fils. Un sourire éclatant sur les lèvres, Constance ancra son regard dans celui de son futur mari, elle avait soudainement une folle envie de poser ses lèvres sur les siennes, mais elle n’était pas certaine que le prêtre apprécie ce comportement. Elle se contenta de sourire et se retourna furtivement pour sourire à ses invités, comme Rosemary dont elle était heureuse de voir la présence, Avaline, mais aussi les proches d’Arthur. La jeune femme posa brièvement le regard sur le confessionnal où elle était certaine de trouver Mary-Ann. Elle lui adressa un petit sourire et regarda le prêtre. La cérémonie commençait.

Spoiler:
 

code by Silver Lungs


    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Ven 1 Avr - 20:45
LE MARIAGE DE CONSTANCE & ARTHUR

Arthur venait de murmurer ses soupçons à Mark concernant Rosemary Blackwood quand un des invités de sa femme vint se présenter à lui.

«Je vous souhaite beaucoup de bonheur Monsieur Wayne. Nous ne nous connaissons pas vraiment, mais Constance m’a souvent parlé de vous. Je m’appelle Henri. »

« Ah oui, Henri. Constance m'a parlé de vous. Merci pour vos voeux. », répondit poliment Arthur. Il oublia les titres de rigueurs. Constance lui avait dit qu'Henri était de la noblesse, mais sur le moment, il n'y pensa pas. A vrai dire, la seule chose qui lui traversa l'esprit était une certaine forme de jalousie. Certes, Henri était apparemment engagé auprès d'une autre. Mais le fait que Constance aie invité un des hommes qu'elle connaissait de part son travail à la taverne ne lui plaisait pas. Il avait confiance en Constance, il n'avait simplement pas confiance en les autres hommes. N'avait-il pas lui même un jour aimé la femme d'un autre ?...

Mais cette pensée fut de courte durée. Le visage d'Arthur s'illumina à la vue de l'une de ses invitées à lui, la charmante Anne Somerset, une des premières personnes qu'il avait rencontré à la cour et qu'il considérait comme une soeur.

« Lady Anne ! », s'exclama-t-il en voyant son amie qui lui souriait. La lady osa ce qu'Arthur n'aurait pas osé mais ésperait également ; elle le serra dans ses bras.

« Je vous souhaite tout le bonheur du monde Arthur, à vous ainsi qu'à votre future épouse qui je suis sûre sera magnifique dans sa robe. J'ai d'ailleurs grande hâte à la rencontrer ! »

« Je vous remercie, Lady Anne. », répondit Arthur, souriant et ému. «  Je suis très heureux que vous ayiez accepté l'invitation. Et vous êtes ravissante, comme toujours. » Il savait que les voeux d'Anne n'était pas que de simples politesses étant donné les sentiments véritables qui les liaient. Il fut un temps, Arthur s'était imaginé l'ombre d'un instant quelque chose de plus qu'amical avec Anne. Elle qui partageait si bien sa foi, et avec qui il pouvait discuter si longuement. Mais les choses étant ce qu'elles sont, cela n'aurait jamais pu être possible et au final, Arthur s'était bien accommodé de considérer Anne plutot comme une petite soeur sur qui veiller, à qui il ne supporterait pas que l'on fasse du mal. Cela dit, même si c'était de Constance qu'Arthur était épris aujourd'hui...Le jeune soldat remarquait que l'amour faisait parfois les choses de manière étrange. Constance et Anne étaient très différentes, et la plupart des gens n'auraient jamais imaginé Arthur épouser une serveuse, encore moins une serveuse au caractère aussi fort que Constance, qui osait par exemple invité à son mariage une...prostituée.

Anne se présenta alors à Henri Morangier, tandis qu'une autre jeune femme s'approchait d'Arthur. Il la reconnut immédiatement et ne put cacher son expression lorsqu'il comprit. C'était elle, la compagne d'Henri Morangier ? La veuve de l'hérétique qui avait été condamné récemment ? Il se souvenait bien de sa première rencontre avec madame Barrow. Il avait failli arrêter le fils de celle-ci qui critiquait ouvertement la reine et la foi catholique quand celle-ci l'avait supplié de ne pas le faire, prétextant que cela n'arriverait plus. Arthur avait accepté mais avait toujours gardé un oeil sur la famille Barrow. Le fils Barrow avait depuis été engagé au service d'une lady, Lavinia Tyburn. Elle était surtout connue en ce moment pour être très proche du roi Philippe. Un homme qu'Arthur n'appréciait guère, et cela pouvait se comprendre vu la façon dont Philippe de Habsbourg s'était moqué de lui le jour de la joute. En voyant Joane au bras d'Henri Morangier et en la sachant amie de sa femme, il sentit le gout du regret.

« Monsieur Wayne, je suis bien aise de constater que vous êtes sur le point de convoler, soyez sûr que je vous souhaite de longues années de bonheur », dit elle d'une voix mielleuse.

Arthur n'appréciait pas cela du tout. Il apprenait le jour de son mariage qu'une femme qu'il avait à l'oeil de par son travail et son devoir était l'amie de sa future épouse, et était invitée à son mariage. Mais il n'avait pas tout vu, ignorant toujours que Constance avait choisi Avaline Clives comme témoin...
Le soldat ne voulut évidemment pas montrer qu'il ne s'attendait pas à voir Joane à son mariage. Ce serait une véritable honte. Tout le monde finirait par croire que c'était Constance qui avait décidé de tout pour ce mariage, ce qui au fond, n'était pas faux, mais Arthur ne s'était jamais attendu à de pareils surprises...

« Je vous remercie... », répondit Arthur. Il ne savait pas quoi dire. Il ne savait même pas si Joane était mariée à Henri ou pas. Il ne savait même pas comment la nommer. Et il ne pouvait pas le montrer, sous peine d'avoir l'air complètement ridicule. Mais comment justifier le fait qu'il l'aie invité à son mariage ? Et puis, mon dieu...Il ne fallait surtout pas mélanger le travail et la vie privée. Si Arthur était amené à arrêter le fils Barrow, comment pouvait il savoir si Joane ne se vengerait pas sur Constance ? Leur amitié n'était peut etre qu'une mascarade pour chercher à l'atteindre lui. Il devait se méfier. Il le savait bien, depuis ce qui s'était passé avec Anne Stanhope. Avec pareil métier et pareille réputation, il devait être des plus prudents pour protéger sa famille.Il pensa à présenter ses condoléances, mais cela serait étrange vu que la couturière était déjà de nouveau avec quelqu'un. Quelle femme étrange...Il se méfiait vraiment d'elle...

« Madame Barrow », la rappela-t-il avant qu'elle n'aille s'asseoir. «J'ai entendu dire que votre fils a été engagé au service d'une comtesse ? J’espère que ce nouveau travail sera pour lui un nouveau départ et qu'il ne commettra plus d'écart à l'avenir...Car, vous savez que malgré votre amitié avec ma future épouse, je suis tenu par mon devoir de veiller à cela. J'éspère que vous comprenez...»

Si on lisait entre les lignes, Arthur ne faisait pas que souhaiter pour Joane que son fils reste sur le droit chemin. Il lui conseillait d'en faire de même également, de ne pas chercher influencer Constance. Il lui rappelait en fait que cette amitié ne changerait rien au fait qu'il gardait un oeil sur la famille Barrow.

Les portes s'ouvrirent alors de nouveau et ce fut tout d'abord Avaline qui entra et prit place dans l'église. Arthur, aux côtés de son témoin, la salua d'un signe de tête et d'un léger sourire, cherchant à apercevoir sa future épouse. Il ne pensait plus qu'à Constance. Il la vit enfin, au bras de son père. Elle souriait à ce père retrouvé avec qui elle engagea le premiers pas vers l'autel. Elle était resplendissante. Sa robe était lui allait à merveille et son sourire illuminait l'église entière. L'orgue se mit à jouer alors qu'Arthur admirait en souriant sa future épouse qui avançait vers lui. Il adressa un sourire à la petite Jane-Ann qui suivait Constance, tenant sur un cousin les anneaux qui uniraient bientot leur couple. Au début, Jane-Ann avait eu du mal à l'accepter mais aujourd'hui, elle l'appréciait et Arthur en était heureux. Il comptait bien être un bon tuteur pour l'orpheline recueillie par sa femme, et l'appréciait déjà énormement.
Bientot, Arthur et Constance furent réunis devant le prêtre. Arthur continua d'admirer sa future épouse pendant quelques secondes encore, souriant de bonheur, les yeux qui pétillait. Mais il finit tout de même par se résoudre à regarder le prêtre qui allait débuter la cérémonie. Arthur et Constance écoutèrent les paroles du prêtre sans pouvoir s'empêcher de se lancer de temps à autre des regards amoureux. Vint ensuite le moment attendu.

« Voulez vous, Arthur Wayne, prendre Constance Jane Bennet, ici présente, pour épouse, de lui être fidèle dans les bons moments et les mauvais, dans la maladie et la santé et de l'aimer jusqu'à ce que la mort vous sépare ? »

« Oui, je le veux. », répondit Arthur, qui vivait sans doute le moment le plus marquant de sa vie. Il regarda celle qui serait dans quelques seconde sa femme. Elle était magnifique. Il avait hâte de fonder une famille avec elle.




the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La séduction a un visage
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Dim 3 Avr - 16:24

Mariage de Constance et d'Arthur


"Cette belle journée d'une vie,
C'est celle ou l'on se dit oui,
Une douce poésie d'amour,
Qui chantera pour toujours."

Sur le chemin de l'église, Lorena tachait de rassurer Constance. Elle disait des paroles réconfortantes à son amie mais elle n'en menait pas large. Les émotions montaient en elle comme une vague s'écrasant sur une plage, avec toujours plus de force. La joie, l'angoisse ainsi qu'une ribambelle de sentiments plus contradictoires les uns que les autres se bousculaient dans son cœur. Une dernière fois, elle pensa à Blanche attendant, si celle-ci n'avait pas échappée à la vigilance de Mary-Ann et de leurs "sœurs", sagement à la Maison Close. Elle savait que soutenir le mariage de Constance avec Arthur était trahir les sentiments de Blanche... Mais peu lui importait. Lorena considérait la serveuse comme une de ses amies les plus chères. Une des rares femmes de part le monde à ne pas l'avoir regardé de travers à cause de sa profession. Forcément, elle s'attendait à ce genre de réaction à force de commettre le pêché de chair avec le mari de ces dames.

Serrant la main de Constance, elle vit le clocher apparaître à l'horizon et prévenu les passagers du carrosse. Une fois arrivée, elle se fit aider pour sortir et, saluant une dernière fois Hans et serrant Constance dans ses bras, elle se dirigea vers l'entrée du lieu saint tandis qu'on lui donnait un bouquet de fleurs et l'anneau qu'elle donnerait à Constance pour qu'elle le remette à Arthur. Très vite, la marche nuptiale se fit entendre et, en sa qualité de demoiselle d'honneur et de témoin, entra dans l'église, Jane-Ann au talon. Du coin de l’œil, elle remarqua Joane, au bras de son nouveau mari, et lui fit un léger signe de la main. Elle avait toujours trouvé bizarre que Joane se soit unie si vite après la mort, des plus violentes, de son mari. Mais elle avait vite deviné ce qu'il en était...Cependant, elle n'avait jamais rien mis en question... On ne pouvait pas dire, d'ailleurs, que Lorena était en meilleure position pour faire une remarque...Elle qui offrait son corps au plus offrant et qui, en plus, portait l'enfant d'un homme dont elle ignorait le nom. Elle failli trébucher dans sa robe en remarquant son ancienne amie: Anne Somerset, elles avaient coupé les ponts quand cette dernière avait eu vent du métier très peu honorant de la rouquine.

Arrivée à la hauteur de Arthur, elle le salua d'un signe de tête ainsi que le témoin de celui-ci. Elle se mit, accompagnée de Jane-Ann, à côté de l'autel en attendant que la cérémonie commence.




Elle eu le souffle coupé en voyant Constance entrer. Elle était déjà sublime quand elle l'avait vu dans cette maison mais dans ce lieu, dans ce contexte, elle rayonnait. Elle lui fit un clin d’œil pour l'encourager.
Elle observa, les yeux humides d'émotion, l'échange des consentements et tendit sa main tenant l'anneau à Constance.

Cette journée était magnifique, magique.

good vibes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Mer 20 Avr - 12:38
Mariage de Constance & Arthur



Mark sentait l'émotion lui grimper les joues fraîchement rasées. Il ne désirait rien de moins que le bonheur de son ami mais il n'avait pas songé à son rôle dans ce bonheur. Il n'avait rien oublié. Ou presque. Seulement sa langue. Il ne savait plus quoi dire tandis que son cœur battait dans sa gorge.
A la grande surprise de Arthur, il n'avait pas commenté son zèle lors de son propre mariage. Il se permit un froncement de sourcils pour ne pas paraître ailleurs mais il ne put rien dire. Tous ses gens. Tous ses sourires. Cela lui donnait le tournis. Il n'avait pas bu un verre avant de venir, il s'était promis de se comporter en homme d'honneur car il représentait l'honneur de son frère. Pourtant, il ne se sentait pas à sa place. Il avait l'impression que jamais rien ne pourrait lui rendre son insouciance disparue. Ressaisis-toi Mark ! Tu ne peux pas tirer cette tête t'enterrement à un mariage ! Celui d'Arthur en plus !

Il secoua la tête comme un cheval qui s'ébroue et s'écarta un peu de son ami pendant qu'il recevait des éloges. Une femme attira particulièrement son attention. Elle le salua d'un signe de tête assez poli, il fit de même et regarda son ami comme si il pouvait lire dans ses pensées. Il avait vu cette femme jadis, il pouvait en mettre sa main au feu. Dans quelles circonstances? Au vu de cet événement, il ne pensa guère à la première raison pour laquelle il fréquentait des femmes - ce qui lui aurait permis de se souvenir plus en détail de la dame - et chercha d'autres raisons de connaître une dame invitée par Constance. Car si la plupart des invités pensait que ce mariage avait été parfaitement huilé par les deux membres du sacré couple, Mark avait connaissance de la parfaite liberté de la femme de son ami. Cette dame devait donc être une amie parmi d'autres de Constance future Wayne.

Des rumeurs permirent au rêveur Mark Earnshaw de se retourner pour admirer Constance. Sa beauté était à couper le souffle. Notre soldat n'avait pas le talent de contempler les toilettes des dames mais cette couleur rehaussait sa beauté. Elle était sans nulle doute la plus charmante des dames de l'assemblée. Bien que cette vague connaissance de tout à l'heure lui restait dans la tête comme une énigme indéchiffrable.
Il chuchota à Arthur tant qu'il le pouvait encore :
" Prends soin d'elle mon ami. Elle est merveilleuse."

Il s'éloigna quelque peu en prenant soin de donner les alliances au prêtre. Il cacha son émotion lorsque son ami récita la phrase tant attendu.

crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Jeu 28 Avr - 17:40
Le soldat Wayne avait failli tué mon garçon et n'avait pas caché sa joie à l'annonce de la mise à mort de feu mon époux. Je n'étais point l'amie de Constance, finalement je n'était là qu'en temps que maitresse de Henri et cela me déplaisait fortement. Je ne me sentais pas particulièrement à mon aise ni à mon avantage, ce d'autant que je ne savais même pas à quoi ressemblait la future mariée. Cela ne m'a pas empêchée de m'apprêter pour la cérémonie. Henri m'avais fait venir une magnifique brocart bleu de France et je m'était donc confectionné une robe simple mais élégante à la mode de France, car après tout, ce pays allait devenir mon pays d'adoption dès l'instant ou le père de mon bien-aimé trépassera.

Il y avait déjà foule devant la petite église. Souhaitant à tout prix gagner quelques seconde, je laissai Henri aller en avant faisant mine de sentir les fleurs d'un fleuriste ayant son échoppe en face de l'église. Je lui payai une rose dans les tons pastel que je glissai dans ma coiffure avant de finalement me joindre aux autres et faire comme eux, présenter mes félicitations au futur époux. ma fois, je ne peux pas dire que mes paroles n'étaient pas sincère car dans le font tout le monde mérite de trouver l'amour. Mais évidemment que si je ne m'étais pas sentie obligée je n'aurais rien dit. Il me remercia de façon neutre. J'hochai la tête en m'éloignant afin de rejoindre Henri, glissant mon bras sur le siens en souriant. C'est là que Wayne me rappela.

Ses paroles étaient polies et pour des gens que ne connaissent pas notre relation tendue, avenante et bienveillantes, sauf que moi, je sentis plutôt une menace. Ce qui me tendis davantage

« Votre solicitude à l'endroit de mon fils me touche. Oliver est ravis de sa place de travail au point qu'il ne reprendra surement pas l'échoppe de son père. »
Je marquai une pause et repris « Vous êtes un homme honorable Monsieur Wayne et cela ne m'étonne point de vous que vous continuerez de veiller a ce que les lois de sa très gracieuse Majesté soient respectée »

Je lui fis un autre sourire avant de suivre mon promis dans l'église alors que la cérémonie s'apprêtait à débuter. Constance était ravissante dans sa robe et les deux époux semblaient sincèrement heureux de convoler. Cela me faisait penser que j'allais devoir commencer à organiser mon propre mariage comment devait se passer un mariage de nobles gens ? Je suppose qu'il sera plus grand dans le sens ou il y aura sans doute plus de monde, cela se passera surement en France... Je me sentais déjà dépassée rien que d'y penser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
LA FILLE DU BOURREAUle petit oiseau des rues.
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman et désormais mère au foyer ♕ Age : 29 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : 400 Lux ♕ Mon nombre de messages est : 1622 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 3 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Mar 17 Mai - 14:40
Mariage de Constance et Arthur

Mai 1555. Il n’y avait pas de mots pour décrire ce moment. Pour Constance, c’était le plus beau jour de sa vie, la continuité d’un long rêve qu’elle vivait depuis le jour où elle avait rencontré Arthur. Bien sûr, elle ne se voilait pas la face, la jeune femme savait qu’il y avait eu des moments difficiles et qu’il y en aurait toujours, mais avec Arthur, la suite serait différente. Jamais plus elle ne serait seule pour affronter l’adversité et à partir de ce jour, ils ne formeraient plus qu’un seul et unique être.
Ils étaient tous les deux devant le prêtre, attendant de pouvoir échanger leurs vœux. Constance était heureuse, son sourire était resplendissant et rien ne pouvait venir gâcher cette journée. Son père était là, sa pupille Jane-Ann se trouvait à leurs côtés. Tous leurs amis étaient présents et Constance savait que Mary-Ann se trouvait caché non loin de là et pouvait assister à toute la scène. Arthur ne saurait rien et Constance ne se reprochait pas ce léger mensonge, son cœur n’aurait pu en aucun cas laisser Mary-Ann passer à côté du mariage de son fils. De temps à autre, elle regardait Arthur, rougissant et souriant comme une jeune fille face à son premier soupirant. Elle était heureuse tout simplement.

« Voulez-vous, Constance Bennet, prendre Arthur Wayne, ici présent, pour époux, de lui être fidèle dans les bons moments et les mauvais, dans la maladie et la santé et de l'aimer jusqu'à ce que la mort vous sépare ? » Le prêtre venait de dire les mots fatidiques après avoir prononcé cette même phrase à Arthur qui comme tous l’attendaient prononçant le fameux « Oui je le veux ». Les larmes montèrent aux yeux de la jeune femme quand elle entendit son amoureux prononcer ces mots. Elle n’avait plus qu’à dire oui et Arthur serait au regard de Dieu son époux. Elle lui appartiendrait et cela jusqu’à ce que la mort les sépare. Constance ne voulait personne d’autre dans sa vie, elle ne trouverait pas un homme aussi courageux qu’Arthur et maintenant qu’ils n’avaient plus aucun secret l’un pour l’autre, ils pouvaient débuter leur vie à deux.
« Oui je le veux. » Elle avait les larmes aux yeux, ne pouvant pas contenir son émotion. Elle pensait à sa mère qui de là-haut pouvait la voir. Son père ici présent devait également penser à la même chose. Emma aurait été si fière de sa fille et Constance garderait toujours une place pour elle dans son cœur.

Les témoins donnèrent alors leur consentement, puis le prêtre bénit les mariés une dernière fois avant de les laisser partir vers leur nouvelle vie. L’assistance l’attendait et ce fut Arthur qui avança le premier pour donner un baiser à sa belle. Heureuse d’être Mrs Wayne, la jeune femme passa ses bras derrière sa nuque pour approfondir le baiser, ce qui en amusa plus d’un dans l’assistance. Puis, tout le monde vint les féliciter, tout d’abord Hans Bennet, qui ne perdit pas de temps pour faire ses recommandations à Arthur.

« Maintenant que vous avez ma fille, prenez en grand soin, vous n’en trouverez pas deux comme elle. » Disait l’homme tout en prenant Arthur dans ses bras. « Bienvenue dans la famille. » Puis il serra sa fille et lui chuchota quelques mots à l’oreille. « Soit heureuse et n’oublie pas que ton père sera toujours présent pour toi. »
Constance qui avait toujours les larmes aux yeux prit la main de son époux dans la sienne et répondit à son paternel : « Nous serons heureux papa et nous formerons tous une grande et belle famille. » Elle se tourna vers Arthur, le regardant de ses yeux remplis d’amour, elle avait envie d’être dans ses bras et de l’embrasser tout le temps, mais dans la maison de Dieu, ce n’était décidément pas le bon endroit, le prêtre risquerait de les rappeler à l’ordre.


    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La séduction a un visage
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Sam 18 Juin - 13:24



Mariage de Constance & Arthur

Plus elle y pensait, plus elle se disait que la joie du mariage...Ce ne serait pas pour elle. Cela ne lui serait jamais accordé. Déjà qu'être une prostituée ne la lançait pas sur de bonnes bases malgré son passé glorieux de fille de bourgeois espagnol; mais, en plus, elle allait donner la vie. Sans demander l'avis de qui que ce soit. Alors, je vous le demande...Qui voudrait épouser une prostituée devenue mère? Les hommes préféraient les jeunes filles encore innocentes sentant le lys et la pureté angélique des messagers de Dieu. Oui...Ils préféraient des femmes comme Constance.

C'est pour cela que, malgré sa peine de ne jamais pouvoir remonter l'allée de l'église jusqu'à l'autel comme son amie, elle était heureuse. Heureuse que Constance aie, malgré toutes les difficultés mises sur son chemin, pu garder de sa blancheur. Elle n'aurait pas pu imaginer meilleur mariage pour la jeune serveuse. Lorena connaissait beaucoup de femmes qui auraient voulus être à sa place. Le visage de Blanche s'imposa dans son esprit mais elle la chassa bien vite...Ce n'est pas le moment d'être triste ou de sentir coupable! C'était malheureux pour Blanche et Arthur aurait pu trouver un autre moyen pour rompre mais ce qui est fait est fait et il avait fait son choix. Lorena se dit aussi que qui que ce soit que Arthur aie choisi...Elle aurait heureuse. Arthur aurait pu choisir d'épouser Blanche, que cela lui aurait été égal. Pour la simple et bonne raison que les deux jeunes filles occupaient exactement la même place dans son cœur.



Lorena assista, en première loge, à l'échange des consentements et à la bénédiction du prêtre. Elle applaudit quand Constance devint, officiellement, Constance Wayne. Elle rit quand la jeune mariée, prise dans l'ivresse du moment, échangea un baiser monumental avec son époux. Elle mit sa main devant sa bouche, prise d'un fou rire, en voyant le prêtre les regarder comme si il n'avait jamais vu de telle scène auparavant. Il en fallait vraiment peu pour les choquer! Calmée, elle regarda Hans Bennet échanger embrassades et quelques mots avec sa fille et son désormais gendre.

Elle attendu patiemment son tour et quand ce fut à elle, elle se jeta dans les bras de Constance. Félicitation, ma belle! Tu feras une épouse et une mère merveilleuse!


(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  Sam 13 Aoû - 10:41
LE MARIAGE DE CONSTANCE & ARTHUR


Une fois le baiser qui scellait leur union échangé, ce fut le moment pour les invités de venir les féliciter. Arthur était très heureux. Il était enfin marié à la femme dont il était amoureux, et allait pouvoir fonder une famille avec elle.

« Maintenant que vous avez ma fille, prenez en grand soin, vous n’en trouverez pas deux comme elle. », lui dit Hans , le père de Constance, avant de prendre Arthur dans ses bras.
« J'en ai bien conscience. Elle ne manquera de rien avec moi, ne vous inquiétez pas. Et je l'aimerais jusqu'à ma mort. », répondit Arthur, dont en regardant Constance, comme un homme amoureux regarde son épouse.

« Soit heureuse et n’oublie pas que ton père sera toujours présent pour toi. » , dit Hans à sa fille après l'avoir serrée dans ses bras. Arthur ne put s'empêcher de penser alors à son propre père. Il aurait tant aimé que celui ci soit présent. Il l'imagina un bref instant à ses côtés, au bras de sa mère, avec Charles qui sans doute, malgré son allure volage, se serait marié lui aussi et serait accompagné d'une femme magnifique, comme il avait l'habitude d'en séduire et de Thomas, son jeune frère. Il ne parvint pas à imaginer Edmond être présent dans cette pièce cependant. Edmond aurait trouvé une remarque à faire. Et puis, il y avait Isabelle, et il était mieux qu'Arthur ne la revoit plus, sans quoi il se rappellerait constamment son pêché. Arthur éprouva un pincement au cœur de ne pas avoir invité sa mère. C'était peut être un peu cruel...Elle était la seule famille qui lui restait...Mais de quel droit salissait elle la mémoire de son père de la sorte, en fréquentant un brigand comme ce capitaine Jack Mortimer ? Arthur ne pouvait faire abstraction de la déception et du dégout qu'il ressentait suite à cette découverte.

Constance dit à son père qu'elle serait heureuse, et qu'ils formeraient une belle et grande famille. Elle prit alors la main de son mari, qui tacha alors de ne plus partir dans ses pensées, et de se concentrer sur le moment présent, et unique, qu'il était en train de vivre. Embrassant alors Constance sur le front, il dit :
« Pour ma part, comment ne pourrais je pas être heureux avec une femme aussi ravissante pour épouse ? »

Avaline s'approcha alors, visiblement impatiente de féliciter la mariée. Arthur laissa donc un peu plus d'espace à Constance, pour qu'elle soit plus disponible, et Avaline en profita immédiatement pour se jeter dans les bras de la mariée.
Félicitation, ma belle! Tu feras une épouse et une mère merveilleuse!, dit elle à Constance.

Arthur était impatient à cette idée. Il espérait avoir un fils, qu'il appellerait sûrement Thomas, en hommage à son frère cadet décédé si jeune. Évidemment, le principal était d'avoir des enfants en bonne santé. Mais la préférence d'Arthur pour un fils était due au fait qu'ayant grandi entouré de garçon, il craignait de ne pas savoir bien s'y prendre dans l'éducation d'une fille. De plus, il rêvait de la proximité qu'il pourrait entretenir avec un fils, tandis que les filles, bien souvent, étaient plus proches de leur mère. Et puis, il y a avait déjà Jane Ann, comme femme en devenir, à la maison. D'ailleurs, pensant aux enfants, Arthur se dit que Jane Ann devait se sentir à l'écart à l'instant. Les débuts avaient été difficiles avec la petite, qui avait craint qu'Arthur ne lui « vole » celle qui était devenue comme une seconde mère pour elle. Mais aujorud'hui, après bien de la patience de la part d'Arthur, Jane Ann avait compris qu'Arthur n'était pas une menace pour elle et elle s'entendait très bien avec lui et lui obéissait. Arthur était devenu son tuteur au même titre que Constance, et prenait soin d'elle, contrairement à beaucoup d'hommes qui n'auraient pas voulu éléver l'enfant d'un autre.

« Oh mais elle est déjà une mère merveilleuse, n'est ce pas ? Pour la très belle demoiselle que voici. », dit Arthur en prenant Jane Ann à bras. Âgée de neuf ans, la jeune fille était peut être un peu grande pour cela, mais c'était un moment assez exceptionnel, et Arthur, qui n'était pourtant pas très démonstratif d'ordinaire, voulait que sa pupille en profite également et cherchait quelque chose à dire à une fillette de son âge. « Cette robe te va vraiment très bien, Jane, nous avons bien choisi. J'éspère que tu ne l'abimera pas car je veux te voir la porter le dimanche pour la messe, mmh ? », dit il. Il déposa un baiser sur ses cheveux, joliment coiffé pour l'occasion, et finit par la déposer. C'est Hans qui s'approcha alors de la petite, tandis qu'Arthur reposait son attention sur sa très belle épouse. Il lui prit à nouveau la main, et déclara. « Il est temps pour nous de rejoindre notre nouvelle maison, qu'en penses tu ? »




the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.  
Revenir en haut Aller en bas
Mariage de Constance & Arthur ft. les invités.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [MARIAGE] Cérémonie { Tous les invités }
» #''{Mariage de Roze et d''Edward}''# {P.V. Invités}
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: