AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Elynore ♕ Mon nombre de messages est : 709 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 130 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Mar 9 Fév - 14:54
Le comte actuel de Westmorland ne savait plus faire grand chose, et ce depuis longtemps. Réduit à un état végétatif, il avait même besoin d'aide pour se nourrir. Ce n'était pas sur Diane qu'il fallait compter pour cela. Quant elle était dans le Westmorland, il lui arrivait de demander aux servantes de la laisser s'occuper de cette tâche. Si le comte de Westmorland ne savait plus rien faire de lui-même, il pouvait peut-être entendre ce que l'on lui disait. C'est pourquoi il arrivait à Lavinia de lui parler. Elle pouvait tout dire à cet homme, il ne risquait guère de répéter. Elle pouvait voir à certains détails qu'il appréciait sa compagnie. Parfois, en le regardant, elle se demandait s'il n'était pas mieux qu'il meurt. Vivre de la sorte, n'était pas la pire chose au monde ? Si elle avait été dans le Westmorland à l'instant, elle aurait sans doute expliqué à son beau-père à quel point sa situation était délicate aujourd'hui.

Le roi consort, Philippe d'Espagne, l’appréciait. Et cela était visiblement une mauvaise chose, bien qu'elle l'apprécie aussi, en vérité, et qu'elle était flattée. Elle entendait en fait chuchoter derrière elle lorsqu'elle traversait un couloir. Ce n'était pas bon signe. Elle n'avait pas pris parti pour le protestantisme, contrairement à son défunt mari, afin de protéger son fils et également, car le catholicisme ou le protestantisme, c'était la même chose pour elle, qui ne croyait plus en Dieu. Et voilà qu'elle était peut-être en danger car elle était trop proche du catholicisme. Dans ce monde, la neutralité n'existait pas. Quoi que vous fassiez, vous étiez jugé et critiqué. C'était ça, Whitehall.

« Lady Lavinia. Quelqu'un demande à vous voir. », dit Rosalie, sa servante.

« Le roi ? », demanda la comtesse qui avait l'habitude de ce genre d'annonce.

« La duchesse de Devonshire. », dit-elle.

Lavinia laissa tomber son tricot et autorisa Rosalie à prendre congé. Elle avait une idée de la raison de cette visite. Elle ouvrit la porte elle-même.

« Madame la duchesse. », salua Lavinia, souriante. Ses sentiments à l'égard d'Antanasya Cavendish était mitigé, du fait de l'amitié entre celle-ci et sa belle-mère, Diane Tyburn. Lavinia savait que la duchesse ne tolérait pas le comportement qu'avait eu Diane à l'égard de sa belle-fille, mais tout de même, elle se méfiait toujours des proches de Diane. D'autant plus qu'Anya Cavendish pourrait bien faire partie de ceux qui la calomniaient pour sa relation avec le roi. «  Il s'est écoulé bien longtemps depuis que je vous aie vue. En revanche, ma belle-mère a souvent l'occasion de discuter avec vous, à ce que l'on dit...Je vous en prie, entrez. », proposa-t-elle.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ❧ « Duchesse de vos coeurs. »
♕ Métier : Duchesse ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : Protestante ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 2572 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 06/10/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Elizabeth - Constance - Edward

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Sam 5 Mar - 10:41
William ∞ Antanasya

Les risques, la duchesse de Devonshire les connaissait et elle ne les craignait pas. Cette cause était la sienne, un devoir qu’elle ne devait pas abandonner, mais avec tous les dangers que cela peut causer. La mort semblait frapper en ce moment qu’à la porte des protestants. Impitoyable, elle les conduisait directement au buché, sans aucune forme de procès. Les protestants prenaient peu, beaucoup étaient partis, comme la vaillante Catherine Willoughtby et son époux, qui s’étaient trop compromis pour risquer de rester en Angleterre. Antanasya les comprenait, elle suivrait le même chemin si elle savait qu’un jour la garde viendrait à sa porte. Cependant, pour le moment, elle devait continuer à se battre.
Il y avait deux mois de cela, Anya avait découvert qu’elle était enceinte. La nouvelle la comblait de bonheur et la confortait dans son idée que Dieu récompensait ses actions. La jeune femme était heureuse d’avoir une nouvelle grossesse, surtout que la naissance de la petite Georgiana remontait à quatre ans. La grossesse ne lui faisait pas peur et même si elle aurait sûrement moins de temps pour se consacrer à son combat, elle n’avait pas l’intention de le stopper. Pour le moment, en dehors de son mari, de ses enfants et de Rosemary Blackwood, personne n’était au courant de cette heureuse nouvelle. Anya redoutait de l’annoncer à sa sœur, elle qui ne parvenait pas à avoir d’enfants.

Après quelques temps sur ses terres dans le Devonshire, la duchesse avait décidé de revenir à la cour, pour se montrer et également faire voir qu’elle était pour et favorable à la reine et au roi. Bien qu’elle aurait préféré rester loin de Londres, la jeune femme n’avait pas le choix, être ici montrait sa bonne foi et son innocence quant aux rumeurs qui pouvaient circuler sur son compte. Quand on la voyait dans ses magnifiques robes, rien ne pouvait dévoiler sa grossesse, elle prenait garde à ne jamais poser une main trop tendre sur son ventre et elle faisait en sorte de ne pas trop sourire, pour ne pas montrer à tous le bonheur d’une femme enceinte.
A Londres, Antanasya avait retrouvé sa jeune protégée Rosemary et elle avait profité de cette occasion pour enfin rencontrer sa sœur Annabeth, qui travaillait également pour sa sœur Héléna. C’était une incroyable coïncidence de savoir les deux sœurs protégeaient par deux autres sœurs.
Cependant, être de retour à Londres, c’était également se confronter aux rumeurs et beaucoup d’entre elles portaient sur les incidents lors du tournoi du roi. La duchesse de Devonshire avait ouïe dire qu’une jeune lady avait été témoin d’une scène et cette personne n’était autre que Lavinia Tyburn. Anya craignant d’avoir mis en danger Rosemary, décida de rendre visite à lady Tyburn, en compagnie de sa protégée.
Beaucoup de rumeurs entouraient Lavinia depuis quelques temps. Antanasya avait entendu dire que la jeune femme était très proche du roi consort Philippe de Habsbourg. Cette situation mettait encore plus en danger le camp des protestants, puisque Diane en était également une fervente partisane. Pourquoi ce rapprochement soudain vers le roi ? Qu’avait-elle pu bien raconter lors de son témoignage ? La jeune duchesse avait besoin d’être certaine que son camp n’était pas en danger.

« Je souhaiterai m’entretenir avec lady Tyburn. » Antanasya et Rosemary se trouvait devant les appartements de Lavinia et elle s’adressait à sa suivante pour s’entretenir avec cette dernière. Celle-ci alla prévenir sa maîtresse, qui s’éclipsa. Ce fut la jeune comtesse douairière qui les laissa entrer dans ses propres appartements.
« Il est vrai que je suis moins souvent à Londres et bien plus sur mes terres. Mais ne vous inquiétez pas, mon amitié pour lady Diane ne changera rien sur mon avis que j’ai sur vous. J’ai un profond respect pour votre personne et j’admire votre courage Lavinia. » Antanasya voulait tout de suite mettre en confiance la jeune femme, pour que celle-ci ne se m’éprenne pas sur ses intentions.
code by Silver Lungs



    une guerrière portant des jupons
    code broadsword.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Elynore ♕ Mon nombre de messages est : 709 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 130 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Mar 19 Avr - 22:02
«Il est vrai que je suis moins souvent à Londres et bien plus sur mes terres. Mais ne vous inquiétez pas, mon amitié pour lady Diane ne changera rien sur mon avis que j’ai sur vous. J’ai un profond respect pour votre personne et j’admire votre courage Lavinia. » , lui avait dit Antanasya Cavendish. Lavinia Tyburn n'en croyait pas un mot. Elle admirait son courage ? La comtesse de Westmorland connaissait les sentiments de l'époux d'Antanasya Cavendish à l'égard des espagnols. Elle se doutait donc qu'au sein de la famille Cavendish, elle était davantage dépeinte comme quelqu'un de lâche ( pour ne pas avoir aidé la cause protestante, ce qu'elle ne regrettait d'ailleurs nullement, surtout quand on avait connaissance de l'exil de Catherine Willoughby et de Thomas Hertford, par exemple ) et de traître à sa patrie ( pour sa proximité avec le roi consort ), que de courageuse. Lavinia l'ignorait encore, mais le roi consort était sur le poids de faire d'elle la seule et unique comtesse de Westmorland...Ce qui jouerait bien sûr en défaveur de Diane, l'amie d'Anya...Leur relation était donc comprise, même à l'avenir.

« Vraiment ? Et bien, je n'en attendais pas tant. », répondit tout de même Lavinia, souriante.

La jeune femme était très curieuse de voir qu'est ce qu'Antanasya Cavendish comptait lui proposer pour la faire taire.
Elle avait reçu la visite d'un jeune homme, dernièrement. Un soldat de la garde royale dénommée Arthur Wayne. Il lui avait annoncé qu'il devait lui poser quelques questions au sujet de la joute et avait laissé entendre que lorsqu'il avait, lors d'une discussion avec Rosemary Blackwood, cité son nom, la jeune femme avait eu l'air apeurée. Cela poussait le soldat à penser que Lavinia savait quelque chose, et le soldat avait raison. Mais alors que Lavinia aurait tout dévoiler, elle avait choisi de se taire et de nier avoir aperçu quoi que ce soit de louche au sujet de Rosemary Blackwood. Elle avait toutefois informé le garde que dans le cas où un détail lui reviendrait, il serait immédiatement prévenu.

« Je vous en prie, entrez. », ajouta la belle écossaise qui se demandait avec quels arguments Antanasya Cavendish comptait la convaincre de ne rien dire au sujet de Rosemary, même si de toute façon, elle n'en avait guère l'intention. Lavinia ouvrit la porte de ses appartements à la duchesse. "Prenez place, je vous en prie.", dit-elle ensuite, lui indiquant un fauteuil.



« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ❧ « Duchesse de vos coeurs. »
♕ Métier : Duchesse ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : Protestante ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 2572 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 06/10/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Elizabeth - Constance - Edward

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Jeu 30 Juin - 21:29
William ∞ Antanasya

Toute la cour était au fait en ce qui concernait les affaires du comté de Westmorland. D’un côté se trouvait l’énergique Diane Tyburn qui voulait par-dessus tout défendre son nom et ses terres de sa belle-fille, de l’autre, il y avait l’inconnue Lavinia qui avait su charmer le cœur d’un héritier et qui était tout aussi légitime que sa belle-mère, encore plus depuis qu’elle avait donné naissance à un fils. La comtesse de Devonshire avait toujours veillé à rester éloignée de cette affaire et surtout à ne jamais donner son avis. Pour elle, la colère de Diane envers Lavinia est exagérée, mais d’un autre côté, elle la voyait le cœur brisé depuis la mort de son fils et Anya ne pouvait s’empêcher d’avoir de la peine pour elle. Perdre un enfant était la chose la plus horrible qu’une mère pouvait connaître, surtout dans des circonstances aussi tragiques. Anya pouvait donc comprendre la méfiance de Lavinia à son égard, depuis très longtemps, la duchesse était proche de Diane, qu’elle connaissait en raison de leur religion commune. A la place de la jolie blonde, elle serait toute aussi méfiante.

« Entre mères il faut se soutenir. Comment se porte votre petit garçon ? J’ai entendu dire qu’il ressemblait beaucoup à son père. » Disait-elle tout en souriant. Elle avait déjà entendu parler des rumeurs à propos du bambin. Certains disaient qu’il était un simple bâtard, mais même Diane avait fini par admettre en secret qu’il ressemblait à son fils. Bien sûr, Antanasya n’irait pas révéler cela à Lavinia, c’était plutôt à Diane de faire ses excuses et d’admettre la vérité à propos de son petit-fils. A la suite de ses paroles, Rosemary se présenta auprès de Lavinia et garda une attitude plus en retrait, faisant pleinement confiance à la duchesse quant à la menée de cette conversation.

Une fois entrée dans les appartements de Lavinia en compagnie de Rosemary, les trois jeunes femmes s’installèrent dans de confortables fauteuils. Antanasya remarqua aussitôt que Lavinia était très bien installée avec certains meubles qui étaient dignes de ceux qu’une reine. Ainsi donc les rumeurs étaient vraies, la belle blonde avait ravie le cœur du roi. La duchesse ne croyait pas aux rumeurs qui disaient que la belle lady était la maîtresse du roi consort Philippe, celui-ci était trop catholique, trop honnête pour aller à l’encontre de sa religion, mais il devait avoir un lien avec la jeune femme, ce qui pouvait être une menace pour elle ou encore pour Rosemary. Une fois installée aux côtés de Rosemary, Antanasya décida de parler en toute franchise avec la belle Lavinia.

« Lavinia, comme vous devez vous douter, si je suis venue vous trouver dans vos appartements, ce n’est point pour converser à propos de votre belle-mère, j’ai entendu dire que la garde vous avait interrogé à propos de certains évènements. Que vous ont-ils demandé ? » Demanda la duchesse tout en paraissant la plus naturelle possible alors qu’au fond elle était très inquiète pour son amie Rosemary, qui de son côté luttait pour ne rien montrer de ses sentiments.
code by Silver Lungs



    une guerrière portant des jupons
    code broadsword.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Elynore ♕ Mon nombre de messages est : 709 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 130 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Sam 2 Juil - 21:54
« Entre mère, il faut se soutenir », avait répondu la duchesse devant l'étonnement de la comtesse de Westmorland face à ces compliments. C'était bien sûr un étonnement tout à fait feint. En réalité, Lavinia Tyburn savait pertinemment pour quelle raison Antanasya Cavendish était venue la voir. Et cela n'était en rien lié à sa prétendue admiration pour son courage. Ah, les hypocrisies de la cour...

La duchesse ne perdit cependant pas trop de temps avec les politesses de rigueur. Une fois installée, elle se lança dans le vif du sujet :

« Lavinia, comme vous devez vous douter, si je suis venue vous trouver dans vos appartements, ce n'est point pour converser à propos de votre belle-mère, j'ai entendu dire que la garde vous avait interrogé à propos de certains événements. Que vous ont-ils demandé ? »

C'était agréable d'avoir le pouvoir au creux de sa main. Et pourquoi vous le dirais je ?, aurait pu répondre Lavinia. Mais elle avait déjà réfléchi à ce qu'elle demanderait en échange de son silence au sujet de ce qu'elle savait. Car le garde royal qui était venu l'interroger avait tout à fait raison. Elle savait des choses sur Rosemary Blackwood. Elle l'avait croisée dans un des couloirs du château peu après les explosions de la joute. Elle avait remarqué les tâches de poudres sur sa robe. Elle savait pertinemment que Rosemary avait contribué à cette attentat dans lequel son amie Lucrère Peterson trouva la mort...

« Oui, je me doutais bien que cela était la raison de votre venue. 
», répondit Lavinia en tendant le bol rempli de raisins, qui tronait au milieu de sa petite table de salon, à ses deux invitées inattendues. Les fruits du sud étaient exquis...Les espagnols en avaient de la chance...

Il fallait que Lavinia marque le coup pour lancer les négociations. Il fallait mettre de côté la timidité et les hésitations. Elle ne devait pas prendre de gants en répondant à cette question de sorte que les deux jeunes femmes qui se trouvaient devant elle aient le temps de craindre le pire et soient tout à fait disposée à acheter son silence au prix fort.

Lavinia termina de manger son raisin, pendant un court laps de temps qui devait paraître intenable aux deux protestantes. Cela fait, elle prit la parole.

« Un garde est venu me voir il y a quelques jours, oui. Monsieur...Wayne, si j'ai bien retenu. Il est venu me poser des questions sur les attentats de la joute, au cours desquels ma pauvre amie Lucrèce Peterson perdit la vie, comme les soldats de la garde le font depuis quelques temps...Mais il m'a surtout posé des questions sur Rosemary. Il l'avait vu blêmir à l'énonciation de mon nom, parait-il. », déclara Lavinia en regardant Rosemary. «  Il était persuadée que je savais quelque chose qui pourrait prouver sa culpabilité...A juste titre, je dois dire. », ajouta-t-elle en tournant la tête vers Lavinia.

En rappellant que Lucrèce, la seule victime des attentats, était son amie, et en répondant avec toute franchise et assurance à la question d'Antanasya, Lavinia marquait un point. Antanasya et Rosemary allaient évidemment s'imaginer le pire ; à savoir qu'elle avait tout raconté au garde,...ce qui était faux et la mettait en position de force.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ❧ « Duchesse de vos coeurs. »
♕ Métier : Duchesse ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : Protestante ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 2572 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 06/10/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Elizabeth - Constance - Edward

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Jeu 11 Aoû - 17:46
William ∞ Antanasya

L’attaque lors du tournoi du roi avait été un évènement tragique, un évènement qu’elle avait organisé du début à la fin pour montrer à la reine et au roi consort que les protestants étaient toujours là et qu’ils n’étaient pas prêts à accepter que leur religion soit interdite en Angleterre. La poudre avait été mise dans une tente pour faire une diversion et attirer les gardes à un point opposé, puis un complice devait en mettre dans les gradins. Antanasya avait été victime de cette attaque, elle avait été blessée comme plusieurs autres personnes, puis, il y avait eu une morte, Lucrèce Peterson, une désagréable catholique. Cette victime avait été nécessaire pour montrer que les protestants étaient encore présents dans la société anglaise, que ces mêmes protestants voulaient compter et qu’ils ne voulaient pas être oubliés. Cependant, il y avait une chose que la duchesse de Devonshire n’avait pas pensé dans son plan, c’était que Rosemary Blackwood, son amie, aurait pu être vu. La jeune femme avait entendu dire qu’une noble, Lavinia Tyburn avait vu quelque chose et qu’elle avait été interrogé. C’était la raison de sa présence dans les appartements de la jeune femme, qui en plus était très appréciée du roi Philippe. Antanasya n’était pas seule, puisqu’elle était venue avec Rosemary et dès le début elle avait interrogé la jeune noble pour savoir ce qu’elle savait.
Rosemary n’éluda pas la question de la duchesse de Devonshire, elle répondit directement et affirma les soupçons d’Antanasya. Elle avait été interrogée par Arthur Wayne et elle savait des choses. Anya se méfiait beaucoup de ce garde, qui a eu le malheur de sauver la sœur de William et qui était devenu un « ami » de la famille. La duchesse ne voulait pas voir ce jeune homme dans son entourage, il était vif, il pouvait à tout moment deviner certaines choses et surtout, il était un danger pour tous les protestants d’Angleterre. Le fait qu’il enquête que cette histoire n’était pas pour rassurer la duchesse. La jeune femme leur tendit des raisins, qu’Antanasya pensa qu’ils venaient d’Espagne, mais elle déclina la proposition, elle avait l’estomac trop noué et s’inquiétait beaucoup trop pour sa jeune amie à ses côtés qui était de plus en plus pâle.

« Votre devoir était donc de raconter ce que vous avez vu à ce garde. Néanmoins, vous savez Lavinia ce que sera la portée de vos mots pour Rosemary. La justice de la reine est très sévère et Rosemary ne survivra pas à un procès. Jane Grey qui était innocente a été condamné à mort, il en sera de même pour Rosemary, surtout si vous apportez un témoignage en ce sens. Je ne sais ce que vous avez pu voir, Rosemary non plus et elle s’inquiète beaucoup pour elle-même, surtout qu’elle est innocente en ce qui concerne cette affaire. » Antanasya préféra prendre les choses en main, tout en ne voulant pas inculper son amie. Elle n’avouerait pas, même si Lavinia Tyburn lui mettait les preuves bien en évidence.
code by Silver Lungs



    une guerrière portant des jupons
    code broadsword.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Elynore ♕ Mon nombre de messages est : 709 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 130 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Lun 15 Aoû - 12:39
« Votre devoir était donc de raconter ce que vous avez vu à ce garde. Néanmoins, vous savez Lavinia ce que sera la portée de vos mots pour Rosemary. La justice de la reine est très sévère et Rosemary ne survivra pas à un procès. Jane Grey qui était innocente a été condamné à mort, il en sera de même pour Rosemary, surtout si vous apportez un témoignage en ce sens. Je ne sais ce que vous avez pu voir, Rosemary non plus et elle s’inquiète beaucoup pour elle-même, surtout qu’elle est innocente en ce qui concerne cette affaire. »

Lavinia voyait bien que l'inquiétude des deux femmes grandissaient de plus en plus. Elle avait réussi à marquer le coup, la duchesse en avait bien déduit qu'elle avait tout raconté au garde. Le fait qu'Antanasya tente de la convaincre de l'innocence de Rosemary était clairement un acte déséspéré...

« Je comprends bien. Mon amie Lucrèce Peterson, en revanche, n'a guère eu le temps de s'inquiéter pour sa vie. Elle n'a pas eu le temps de voir la mort venir la chercher, et bien que catholique, elle n'était aucunement hostile aux protestants. Elle était tout à fait innocente. », répliqua Lavinia, qui trouvait tout de même cela assez culotté, bien qu'elle comprenait que c'était le désespoir qui motivait cela, qu'Anya tente de la faire douter de ce qu'elle avait vu.

Lavinia était conscience qu'à cela, Antanasya et Rosemary trouverait difficilement quoi répondre. Bien que Rosemary semblait de tout évidence trop effrayée pour parler. Mais c'était la pure et simple vérité. Les protestants se plaçaient en héros et la regardaient de haut parce qu'elle avait choisi de ne pas agir afin de protéger son fils. Mais ils commettaient des crimes, eux aussi, même s'il le faisait pour un monde meilleur. Ils n'étaient pas meilleurs qu'elle. Et la mort de Lucrèce l'avait véritablement touchée même si plutôt que la justice pour son amie, Lavinia avait décidé de choisir le silence et ses propres interêts. On ne peut plus rien faire pour les morts. Lucrèce l'aurait bien compris, elle devait protéger l'avenir de son fils.

Lavinia savait qu'elle menait le jeu, et elle devait s'avouer qu'elle aimait cela. Elle n'avait peut être pas les plus belles robes et les plus belles parures. Mais elle avait tout de l'allure d'une femme de pouvoir, d'une reine. Comme Antanasya l'avait à sa façon elle aussi. Cependant, à l'instant, c'était l’écossaise qui tenait les rennes.
Elle arracha un autre raisin de la grappe et le mangea. Quand Antanasya semblait avoir trouvé que répliquer, Lavinia la devança.

« Inutile de tâcher de me convaincre que j'ai mal vu et que ce que je sais n'est pas la vérité, Lady Cavendish, car je me doute que c'est ce que vous vous apprêtez à faire. Vous perdriez votre temps. Nous n'allons pas nous mentir ; je sais que Rosemary est à l'origine de l'attentat. Elle avait des tâches de poudre sur sa robe lorsque je l'ai croisée dans le couloir ce jour là. Je suis également persuadée que vous êtes impliquée là dedans, et ma belle mère l'est sûrement aussi. Mais... »

Lavinia laissa le suspense durer quelques secondes. Cela devait être une torture pour la jeune Blackwood, et pour sa protectrice également. C'était bien le but. Elles devaient être en train de s'imaginer marcher vers l’échafaud en ce moment même et voir leur vie s'effondrer. Tant mieux Elles seraient d'autant plus disposées à accéder à toute les requêtes que Lavinia pourrait leur soumettre au prix de son silence.

« Je n'ai rien dit à ce monsieur Wayne. Il a été insistant, mais je lui ai affirmé que je ne me souvenais de rien de suspect concernant Rosemary. J'ai ajouté que, toutefois, j'irais le trouver si le moindre détail me revenait. Il m'a cru, évidemment. Pourquoi une proche du roi consort mentirait sur un sujet tel que celui ci ?...C'est ce qu'il a du se dire...»


Et pourquoi l'avait elle fait ? C'est sans doute la question qu'Antanasya lui poserait, et c'est exactement ce que la comtesse, pas encore douairière, attendait, pour pouvoir proposer son marché.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ❧ « Duchesse de vos coeurs. »
♕ Métier : Duchesse ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : Protestante ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 2572 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 06/10/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Elizabeth - Constance - Edward

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Jeu 25 Aoû - 21:21
William ∞ Antanasya

Que pouvait-elle savoir et avoir vu ? Antanasya s’inquiétait pour la jeune Rosemary qui était elle aussi une victime dans cette histoire. La duchesse se souvenait encore de la conversation qu’elle avait eue avec la jeune femme qui avait voulu se rendre utile. Anya lui avait donc donné une petite mission, glisser de la poudre dans une tente où il n’y aurait personne, et maintenant la voilà au cœur des soupçons de Lavinia Tyburn qui en plus était très proche du roi Philippe. Rosemary ne méritait pas d’être au centre de cette machination et Anya devait absolument la protéger.

« Bien sûr. Que Dieu protège son âme, Lady Peterson ne méritait pas de vivre une mort aussi tragique, mais je ne vois pas en quoi Rosemary est responsable, elle n’était pas présente sur les lieux. » Et cela, c’était vrai, Antanasya avait tout fait pour que la jeune femme ne soit pas présente sur le terrain de joute et dans les gradins et pour cause, c’était une autre personne qui s’était chargée de déposer la poudre sous les gradins. Elle-même avait été victime de cet attentat, elle avait pris le risque d’être blessé pour mieux se faire déculpabiliser. William avait d’ailleurs été furieux en apprenant cela, mais la duchesse avait réussi à lui faire comprendre que pour cette cause, elle était prête à prendre tous les risques.
Antanasya n’avait jamais aimé Lucrèce Peterson, mais ce n’était pas pour autant qu’elle avait souhaité sa mort. Une fois rétablie elle avait prié pour le repos de son âme, sachant que son geste ferait parti de ses nombreux péchés. C’était un évènement tragique et malheureusement la noble s’était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment.

Puis, Lavinia révéla tout, elle avoua avoir tout vu, qu’il était inutile de nier. Rosemary avait été vue, elle avait des traces de poudre sur sa robe et pour Lavinia elle aurait participé à l’attentat. La lady la soupçonnait également, ainsi que sa belle-mère. Antanasya fit tout pour garder un visage neutre, mais intérieurement elle s’en voulait de ne pas avoir été plus prudente et d’avoir fait courir un tel risque à sa jeune amie. Rosemary qui était à ses côtés paraissaient effrayée. Anya lui prit la main et la serra dans la sienne. Si Lavinia les avait dénoncés, elle prendrait un bateau et elles partiraient aussitôt pour les Pays-Bas, là-bas elles seraient en sécurité et de nombreux amis pourront les accueillir. Le plus dur sera de faire fuir les enfants et son mari, si elle était compromise, William le serait également et pour lui, cela serait pire.
La lady marqua un temps d’arrêt et elle finit par ajouter qu’elle n’avait rien dit au soldat qui était venu l’interroger sur Rosemary, puisqu’elle avait avoué ne se souvenir de rien. Mensonge, mais selon elle le garde l’avait cru. Néanmoins, pourquoi n’avait-elle rien dit ? C’était bien la question que les deux protestantes se posaient, mais ce fut Antanasya qui la formula la première, Rosemary était bouleversée, Anya ne voulait pas qu’elle se compromette plus.

« Et pourquoi n’avez-vous rien dit ? Après tout cela aurait été votre devoir surtout vu votre promiscuité avec le roi consort. » La duchesse souligna bien le mot promiscuité. Elle détestait les Espagnols, pour elle, ils n’apporteraient rien de bon et voir une jeune veuve telle que Lavinia tomber dans les bras de l’un d’eux, qui plus est du roi consort, cela la mettait en colère. Pour elle Lavinia trahissait son pays, ais ça, elle se garda bien de la dire. « Vous devez avoir vos raison et sûrement une requête à formuler à mon encontre, quelque chose que le roi consort ne peut vous apporter. » Cela pouvait être que cela et Antanasya craignait que l’objet des désirs de Lavinia concerne sa belle-mère Diane Tyburn.
code by Silver Lungs



    une guerrière portant des jupons
    code broadsword.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Elynore ♕ Mon nombre de messages est : 709 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 130 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  Mar 30 Aoû - 9:46

« Et pourquoi n’avez-vous rien dit ? Après tout cela aurait été votre devoir surtout vu votre promiscuité avec le roi consort.
 » Enfin, la duchesse du Devonshire se laissait aller à sa véritable pensée plutôt qu'à son hypocrisie de noble dame en insistant sur le mot « promiscuité ». Cela témoignait bien de son mépris, dont je n'avais douté, face à ma relation avec le roi consort. C'était quand même fou. A peine était elle rassurée sur sa sécurité, qu'elle laissait tomber les politesses. La cour était un univers décidément impitoyable et égoïste. « Vous devez avoir vos raison et sûrement une requête à formuler à mon encontre, quelque chose que le roi consort ne peut vous apporter. »

« Disons plutôt que j'ai une proposition à faire, en échange de mon silence sur vos actions illégales. », répondis je, insistant sur le mot illégale de la même manière que la duchesse avait insisté sur le mot promiscuité. Je n'avais rien contre elle, mais il ne fallait pas qu'elle oublie déjà qu'en ce moment, c'était moi qui avait toute les cartes en main. « Prenez donc du raison, il est là pour être mangé. Vous pouvez bien ne pas porter le roi dans votre cœur, mais c'est dans son pays que poussent les meilleurs fruits. » Je ne savais même pas moi même si je disais cela par provocation ou pour détendre l'atmosphère. C'était contradictoire mais je crois qu'en réalité, il s'agissait d'une provocation cachée sous un air de phrase polie car je me doutais bien que vu le mépris qu'éprouvait la duchesse pour le roi consort, de même que la jeune Blackwood, elles déclineraient toute les deux mon invitation à manger quelque chose qui, elle devait bien s'en douter, m'avait été offert par Philippe. A cela, je ne pouvais que laisser échapper un léger rire.

« Et bien, nous y sommes. », dis je. «  Vous n'êtes pas les seules à mépriser toute personnes de la noblesse anglaise qui se retrouveraient un peu trop proches des espagnols. Même certains catholiques convaincus les détestent, à en juger par les froncements de sourcils de ce garde pourtant très croyant, rien qu'à l'énonciation du nom de Philippe de Habsbourg. », expliquais je. « Je dois dire que je n'ai jamais cherché à me retrouver dans cette situation délicate. Je ne peux refuser de me présenter au roi lorsqu'il demande à me voir, j'imagine que vous pouvez comprendre cela. On ne peut dire non ou essayer de déplaire à un roi. On ne peut que s'incliner et tâcher de ne pas le froisser. Surtout lorsqu'il s'agit d'un homme aussi puissant que Philippe. », poursuivais je. En tant que femmes, elle devaient pouvoir comprendre cela. Je n'étais pas dans une position bien plus sécurisante que feu Ann Boleyn le fut. « Je n'ai rien contre les protestants, en ayant épousé un moi même autrefois, vous le savez bien. Je cherche uniquement à protéger mes interêts et ceux de mon fils, c'est pourquoi je ne me suis engagée dans aucun camp. Sauf que, j'en suis consciente, la roue peut tourner. J'avais tâché de m'attirer le moins d'ennemis possible ici, mais depuis que Philippe m'a remarqué, j'en ai bien plus que je pouvais l'imaginer. Des choses se disent sur moi, peut être les dites vous vous même, comme quoi je suis la catin du roi consort, et cela est tout à fait faux. Mais si la reine Mary venait à mourir, et que sa sœur lui succédait, j'imagine que tout cela ne serait pas oublié. J'ai cru comprendre, à ce qui se dit dans les bruits de couloirs, qu'Elizabeth Tudor n'est pas le genre de personnes à porter Philippe dans son cœur, et je crois qu'il lui rend bien. C'est pourquoi j'ai besoin de personnes puissantes prêtent à me protéger en cas de retournement de situation, moi et mon fils, ainsi que nos terres et nos titres, de nous défendre des accusations qui pourraient nous être destinées, de défendre notre réputation...Et même s'il le faut, mais si c'est évitable j'éviterais car je ne veux pas me faire d'ennemis inutilement, de jurer sur leur honneur que depuis le début, j'étais dans « le bon camp », n'approuvant guère les méthodes de Mary et soutenant dans mon cœur Elizabeth mais demeurant piéger par l'affection que Philippe me portait. De plus, je demande à ce que votre famille, Antanasya, et vous même Rosemary, prennent désormais parti pour moi et non pour ma belle mère en ce qui concerne la gestion des terres et donc le titre de comtesse douairière. Nicholas est mon fils, et non le sien. Il va de soi que dès lors, vous ne lui apporterez aucune aide si elle en réclamait une ou si elle se trouvait dans la position de perdante face à moi. Elle saura ainsi ce que cela fait d'être livrée à soi même comme je l'ai été. », dis je. « En échange, je garderais le silence sur ceci et sur tout ce qui viendra vous concernant. Et si vous vous retrouviez dans une situation délicate, et que Philippe se trouve toujours en Angleterre, je pourrais au moins tenter d'alléger votre peine en usant de mon influence auprès de lui. »

La future comtesse douairière prit à nouveau un morceau de raisin qu'elle mangea et demande à ses deux interlocutrices :
« Avons nous un accord ? Mon indispensable silence contre votre protection et votre soutien... » En effet, ce n'était pas un choix très compliqué que les deux femmes avaient à faire. Etant très proche de Lucrèce, j'aurais dû les dénoncer. Elles avaient de la chance que je préfère protéger les vivants ( moi et mon fils ) que de venger les morts. Je leur offrais un chance d'acheter mon silence, et elles en avaient plus que besoin. Si elles refusaient, malheureusement, il en était fini de leur liberté, même si je n'avais rien contre elles...Mais je savais qu'elles accepteraient.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )  
Revenir en haut Aller en bas
the price to pay - ft. Antanasya Cavendish ( et Rosemary Blackwood ? )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Josh Price [TERMINE]
» Justin Gabriel Vs Mark Selling Vs Rob Van Dam Vs Alex Price Vs Curt Hawkins Vs Drew McIntyre
» Layla Price - Never say no to panda
» Priere pour Carey Price!!!
» Carey Price 3e meilleur gardien de la ligue selon NHL.com

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: