AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
Admin
♕ Mon nombre de messages est : 965 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1393 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 28/02/2012

MessageSujet: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Ven 25 Mar - 18:02


Event n°16

L’année 1555 avait été sanglante pour les protestants. Nombreux sont ceux qui sont partis, rependant à travers l’Europe des rumeurs sur les pauvres martyrs protestants. L’image de la reine Mary est ternie, ses détracteurs la surnomment Mary la Sanglante et la reine d’Angleterre ne pouvait plus admettre une telle réputation.
L’année 1556 devait être celle du changement. La reine, bien que sans son mari voulait redorer son blason et permettre à son peuple de l’aimer comme au tout début de son règne. Cette année 1556 devait commencer en apothéose.
Comme le voulait la tradition, la reine recevait ses plus nobles sujets, chaque premier matin de l’année, pour recevoir des présents de leur part. Le plus beau et le plus majestueux fut bien sûr celui que lui apporta l’ambassadeur d’Espagne Gomez Suarez, de la part du roi Philippe, qui se trouvait alors bien loin en Espagne. Mary prouva sa gratitude à l’ambassadeur et le récompensa d’une bonne somme d’argent pour ses bons et loyaux services. Mary de La Croix apporta de son côté un présent de la part de la France qui était une magnifique horloge confectionnée par un horloger de la reine Catherine de Médicis, celle-ci voulant remercier la reine pour ses efforts contre les hérétiques. Les relations avec la France étaient toujours autant tendues, mais cela n’empêchait pas les deux pays de s’envoyer des présents pour n’importe quelle occasion. L’Ecosse fut quant à elle représentée par Anne Hamilton et son époux, qui présentèrent à la reine une somptueuse parure de diamant. Ce cadeau allait sûrement apaiser les tensions entre l’Ecosse et l’Angleterre pour quelques mois.

Une fois la mascarade des cadeaux faite, tous les invités furent conviés à rejoindre la salle des banquets, pour faire honneur à cette nouvelle année. Le roi étant absent, tous remarquèrent la présence de la princesse Jeanne de Habsbourg aux côtés de la reine, ce qui choqua certainement plus d’un de retrouver une Espagnole, ancienne reine du Portugal, aussi proche de la reine d’Angleterre, qui semblait éloigner toujours un peu plus les Anglais de son entourage. La gauche de la reine était réservée à une autre invitée prestigieuse, son ancienne belle-mère Anne de Clèves, dont la présence était toujours bienvenue à la cour. Non loin de la reine, on pouvait voir également sa dame d’honneur espagnole, Elena d’Altafuente qui était depuis son arrivée dans les petits papiers de la souveraine. Les nobles étaient quant à eux tous présents. La famille Seymour était représentée par la mère Anne et sa fille ainée Anne, jeune mariée depuis quelques semaines. Helen Bird qui avait rejoint le clan Heywood durant l’année 1555 était en compagnie de sa belle-sœur Héléna Sheridan et non loin de là on pouvait voir William Cavendish dont l’épouse se remettait sur leurs terres de ses dernières couches. De nouveaux nobles faisaient leurs premiers pas à la cour comme Henri Morangier et son épouse Joane dont les origines sont plus qu’obscurs. Lucy Somerset épouse Latimer était également présente rappelant à tous le souvenir de la reine Katherine Parr dont elle était autrefois la dame d’honneur.
Tout ce joyeux monde profitait des festivités du nouvel an, tout en profitant des plats, de la boisson, de la musique et des spectacles que l’on pouvait admirer entre deux coupes. L’année 1556 allait-elle être aussi paisible que le désirait la reine ?

♣ Vous pouvez commencer à RP dès maintenant, pour les noms de personnages figurant sur le topic, ils ne sont là qu'à titre indicatif en fonction des inscriptions que nous avons reçus, si vous n'y êtes pas, vous pouvez bien sûr poster votre RP, vous serez intégrés au prochain topic de Majestic Rose. Vous n'avez pas besoin de passer par la case inscription. Tout le monde peut RP aurant qu'il le souhaite, il n'y a pas de contre-indication donc faites-vous plaisir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Dim 27 Mar - 16:39

Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre
La Cour & Jane Dormer





Le jupon !! Grand Dieu, le jupon de la Reine !!

Une tempête de jupons et de dentelles se froissaient dans les appartements royaux. Jane courrait de ci de là pour amener la poudre, les peignes de nacre et les mouches. Elle était elle-même toute excitée. Le bal de ce soir que la Reine organisait serait grandiose. Jane était fidèle à la souveraine, envers et contre tout. Le surnom que lui avait trouvé la populace ne lui avait pas plu et elle trouvait les récriminations parfaitement injustes. Mary Tudor avait ramené l’Angleterre sur le chemin de la foi, la vraie. Et pour cela, elle devait être révérée. Jane avait revêtue une robe élégante mais dans la simplicité. Elle avait opté pour des teintes bleutées qui mettaient sa chevelure sombre en valeur. Sa coiffure relevée avec des anglaises dégageait sa nuque délicate. Mais pour l’heure, elle n’avait guère le temps d’admirer sa toilette, l’urgence étant celle de la souveraine. L’armée de domestiques s’activait dans la salle du bal afin que tout soit parfait pour l’arrivée des invités. Il y aurait des hôtes de marque et toute la noblesse.

Jane se sentait comme une petite fille. Elle avait hâte de pouvoir danser toute la nuit et profiter du bon temps. Elle savait qu’en temps qu’émissaire espagnol, Gomez serait forcément présent et elle s’en réjouissait d’avance. Cela faisait plusieurs mois qu’ils passaient du temps ensemble, en tout bien tout honneur et ils s’entendaient merveilleusement bien. Jane sentait même parfois son cœur battre plus vite en sa présence mais, en toute jeune fille de bonne famille qu’elle était, elle avait dissimulé soigneusement ce trouble.

Tout était fin prêt. Jane salua Mary d’une gracieuse révérence et descendit en sa compagnie, ainsi que celle des autres dames d’honneur. La salle était splendide. Les lustres resplendissaient et brillaient de mille feux. Cela faisait plusieurs mois que Jane était dame de compagnie mais elle était tout de même fortement impressionnée par la splendeur des lieux. Elle s’était écartée de Mary Tudor pour observer les environs. Elle remarqua immédiatement que Elena d’Altafuente s’était placée à sa droite, comme son statut de dame d’honneur le lui autorisait. Jane ne comprenait pas encore la guerre d’influence entre dames d’honneur. Elle n’était pas ambitieuse. Après tout, le Seigneur n’avait-il pas décrété que l’ambition était un pêché ? Chacun avait sa place en ce bas monde et se devait d’y rester.

Jane resta donc à sa place, la tête légèrement baissée, les mains jointes sur le devant de sa robe et observa les ambassadeurs défiler pour apporter leurs présents aux pieds de la souveraine. Elle eut un sourire doux lorsqu’elle reconnut Gomez qui s’avança. Elle lui adressa un regard empreint de complicité. Les cadeaux remis par Mary de La Croix et Anne Hamilton impressionnèrent grandement la jeune fille.

Une fois la cérémonie des présents terminée, tous passèrent dans la deuxième salle afin de se restaurer. Jane s’installa à la place qui lui avait été dévolue, non loin de la Reine. Elle ignorait encore qui seraient ses voisins immédiats de table.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Dim 27 Mar - 22:48


Un Vent Nouveau Souffle Sur l'Angleterre

LA COUR & ANNE SEYMOUR



En cette première matinée de l’année, la Reine recevait les représentants de tous les pays avoisinant l’Angleterre pour la traditionnelle remise de présents. J’appréhendais quelque peu cet évènement car il marquait ma première apparition officielle aux bras de mon époux Sir Edward Unton, député au Parlement et orateur brillant aux yeux de ses condisciples. Cependant, mon mari redoutait autant que moi cet évènement. En effet, il avait été poursuivi par le banc du Roi pour cause d’absence au Parlement sans dispense au début de l’année 1555. Bien qu’étant de nouveau en état de grâce auprès de la Reine depuis le mariage, il ne l’avait plus rencontrée depuis sa condamnation. J’avais peur pour lui. Non pas à cause de la Reine, qui avait fait table rase de cet absentéisme, mais plutôt à cause de la noblesse catholique, car aux yeux de tous les parlementaires, Edward Unton ne s’était plus rendu aux séances en guise de protestation face à la persécution des protestants. Et cette image-là ne pouvait être dissimulée derrière une union de façade avec une famille faisant partie des proches de la Reine.

Lorsqu’il fut l’heure de se rendre dans la salle de banquet, j’interrompis mon mari dans son travail et lui serrai affectueusement l’épaule pour lui donner du courage. Je savais à quel point cette Cour était médisante et dangereuse. Bien heureusement, ma mère, Anne Stanhope, serait à nos côtés et je la savais aussi intrépide et protectrice qu’une louve. Nous rejoignîmes donc la Duchesse de Somerset ainsi que plusieurs de mes frères et sœurs avant de nous diriger vers la salle de banquet. Le défilé des ambassadeurs et représentants de toutes nationalités ne tarda pas à commencer. Comme chaque année, la Reine recevait des présents tous aussi beaux et coûteux les uns que les autres. Je pus profiter de cette accalmie pour observer mon entourage. Certains visages m’étaient connus comme ceux de William Cavendish et Héléna Sheridan, deux amis de la famille. Je constatai aussi qu’Helen Bird, une amie de ma mère, était en leur compagnie. Cela me surprit dans un premier temps puis je me souvins qu’elle était en effet mariée au frère de la Comtesse de Lancastre.

Je n’eus pas le temps de poursuivre d’avantage mes observations car la salle commença à s’agiter. La Reine nous invitait en effet à rejoindre les tables du banquet. Cependant la foule était très agitée et s’était précipitée sur les mets, si bien que je parvins difficilement à voir où était ma place. Alors que je cherchais mon nom sur le plan de table, je sentis quelqu’un énoncer un faible « Excusez-moi ». Je me retournai donc vers mon interlocuteur qui semblait vouloir me dire quelque chose.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse Anglaise
♕ Métier : Noble et chef de la famille Seymour ♕ Age : 19 ans ♕ Religion : Protestant ♕ L'avatar a été fait par : Eledhwen ♕ Mon nombre de messages est : 1069 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/05/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya - Elizabeth - Contance

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Dim 3 Avr - 16:15


Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre




Les semaines et les mois s’étaient écoulés sans qu’Anne ne les voie. Des jours heureux se profilèrent pour les Seymour. Tout d’abord, l’une de ses filles intégra le noble rang de dame d’honneur de la reine Mary d’Angleterre. Sa douce Margaret qui allait sur ses seize ans devenait une femme, une femme qui un jour allait pouvoir se marier. Les heures sombres étaient désormais oubliées. Anne pensait toujours à son regretté mari, mais il n’était plus qu’un bon souvenir et non une douleur. L’année 1555 avait été bonne pour leur clan et elle s’était conclu par un beau mariage, celui de sa fille ainée Anne, avec un gentilhomme du nom d’Edward Unton. Même si ce n’était pas un mariage d’amour, Anne savait que sa fille était entre de bonnes mains, ce qui n’avait certainement pas été le cas de ses épousailles avec John Dudley. La mère du clan Seymour ne regrettait certainement pas d’avoir fait assassiner son beau-fils. Il n’était rien et il ne serait jamais rien. Bien sûr, elle avait lu le soupçon dans certains regards, elle avait vu la jolie Mary Sidney la toiser alors que son frère venait d’être mis dans la tombe. Certains se doutaient, mais sans preuves, personne ne pouvait la faire tomber. A la fin de l’année 1554, Anne avait pris toutes ses précautions pour ne pas chuter, ce jeune garde si insignifiant qui avait été sa main sanglante se tairait, sinon elle ruinerait sa vie. Ils n’avaient rien et pendant ce temps-là elle continuait de briller à la cour, tout comme ses nombreux enfants.

1er janvier 1556. Anne voyait cette nouvelle année comme un moment de paix. Elle voulait en finir avec les combats et s’occuper exclusivement de ses enfants. Sa belle Anne était peut être partie, mais il lui restait encore tous ses filles et ses autres filles. Margaret serait elle aussi en âge de se marier, Jane suivrait et il y avait son Edward, le futur chef de famille à qui il allait falloir trouver un bon parti. Anne avait des projets, des ambitions pour chacun d’entre eux. Après tout, les Seymour étaient partis de rien et ils avaient besoin d’attachent parmi les nombreuses grandes familles de ce royaume. Les Unton s’étaient fait, elle voyait bien maintenant une alliance avec la famille Percy ou pourquoi pas des Stafford. Il y avait tellement de possibilités, tellement de calculs, qu’Anne ne savait plus où donner de la tête pour ses nombreux enfants. Heureusement, les petites Mary et Elizabeth étaient encore bien jeunes, elle aurait tout le loisir de les choyer et de les garder à ses côtés pour encore de nombreuses années.
Comme chaque nouvel an depuis l’arrivée au pouvoir de la reine Mary, Anne les passait à la cour pour profiter des festivités de Noël avant et de celles organisées pour la nouvelle année. Comme toujours, la reine Mary allait recevoir des présents et en compagnie de ses enfants les plus âgés, Anne assista à la cérémonie. Les présents étaient nombreux, les courbettes affligeantes, mais la mère de famille s’amusée beaucoup à regarder les nobles qui détestaient la reine, plier le genou devant elle. Anne présenta elle aussi un présent pour la souveraine. Elle ne mit pas beaucoup de temps à le choisir, puisqu’elle avait retrouvé dans de nombreux coffres de famille une relique qui lui avait été offert par la reine Jane Seymour, qui était une relique de fertilité. Anne la présenta à la reine, qui la remercia gracieusement et elle assista à la fin de la cérémonie des présents.

Après la cérémonie, il était temps de participer au banquet qui suivait. Anne bien entendu se retrouva en compagnie de ses enfants et également des membres de la famille Unton. Tous formaient maintenant un clan et Anne était bien heureuse de ne plus être seule face au loup. Elle allait pouvoir lâcher du lest et penser plus à sa famille. A ses côtés, lady Stanhope eut la surprise de trouver la jeune Jane Dormer, qui était dame d’honneur de la reine et également une jeune femme qui pourrait faire une très bonne épouse.

« Lady Dormer, appréciez-vous les festivités de la cour ? Vous êtes si jeune, tout cela doit vous impressionner ? » Demanda lady Anne avec un sourire charmant sur les lèvres. Plus loin, elle vit sa fille Anne près du plan de table, elle lui présenterait la jeune Dormer, avoir des liens avec cette jeune fille proche de la reine pouvait être très utile.

fiche codée par rawr


    le fils de sa mère
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Jeu 7 Avr - 15:03
Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre


EVENT n°16
♣ Jeanne de Habsbourg.
Je trouvais que cela faisait déjà trop longtemps que je vivais sur le sol anglais auprès de mon frère Philippe et ma belle-soeur la Reine. Il est vrai que je n'appréciais guère leurs manières, mais je devais m'y faire. J'avais d'une part envie de soutenir mon frère, mais cette situation devrait par la même occasion servir mes propres intérêts. Le mariage de Philippe avec la Reine Mary était une très belle opportunité pour non seulement assoir de plus en plus notre puissance sur quasiment tout le territoire en Europe, mais aussi m'aider à avoir un soutien incontestable au Portugal. C'est pourquoi je restais à la Cour auprès de Sa Majesté la Reine et ainsi me faire remarquer. Je pensais bien que la vie en Espagne était beaucoup plaisante, certes. Mais je ne fus, fort heureusement, pas seule à la Cour de Londres, et ça me soulageait en partie. L'année qui venait de s'écoulait fut glorieuse pour les catholiques, ce qui m'enchanta de plus belle. La Reine avait bien raison de changer de politique sur le sujet. Je me demandais seulement pourquoi elle n'avait pas agit de la sorte plus tôt envers ses maudits protestants qui se pensaient assez pour prendre le trône de force. Je réfléchissais cependant à cette fameuse princesse Elizabeth; surement ma belle-soeur aurait été un peu trop indulgente avec elle, ce qui me fit froncer les sourcils.

Je me préparais dans mes appartements, tout en restant presque silencieuse en présence de Luisa avec qui j'avais eu par le passé une amitié particulière. C'était cependant pour cela que j'avais décidé de ne plus montrer trop d'affection envers elle. C'est ainsi que j'enfilais ma robe longue de couleur pourpre que j'avais choisi volontairement, à crinoline qui se portait de plus en plus en Espagne ces dernières années. Les manches étaient longues, laissant cependant entrevoir des ornements. Je portais de même un long collier orné de perles. Lorsque j'aperçue la Reine, je lui fis une révérence comme la coutume le demandait et la saluait amicalement. Par ailleurs ce jour-là je me trouvais à ses côtés plus particulièrement car mon cher frère Philippe était reparti auprès de notre père. Même si je considérais son absence comme problématique, laissant une opportunité aux hérétiques de profiter de la situation, je devinais que l'état de l'empereur allait bien assez tôt être affaibli. C'était de cette façon que j'interprétais son abdication il y a quelques mois déjà, au profit de Philippe. Je repensais dès ce moment-là au Portugal, dont j'espérais pouvoir récupérer la régence, si mon père venait à disparaître, et ainsi faire face à ma tante qui a profité des faveurs de mon père. J'étais certaine de pouvoir l'emporter, ayant l'Angleterre à mes côtés. Je me sentais fière en vérité, tous m'observant. C'était le moment où jamais de prouver notre indispensable présence ici en Angleterre, et de montrer notre puissance inégalable. La Reine avait organisé un grand banquet, majestueux, pour fêter cette nouvelle année qui ne pouvait qu'être en notre faveur. Je remarquais que je n'étais pas la seule espagnole, et me tournant vers Elena, je lui souriais. Je reconnaissais aussi ce cher Gomez que je saluais par la même occasion dans notre langue natale.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Jeu 7 Avr - 16:02
Event n°16
“Que ton coeur, crois-moi, ne se fasse pas tel chagrin. Nul mortel ne saurait me jeter en pâture à Hadès avant l'heure fixée. Je te le dis, il n'est pas d'homme, lâche ou brave, qui échappe à son destin, du jour qu'il est né.” Homère.
J'
avais passé les fêtes de fin d'année non point à Londres au milieu des festivités de la Cour, mais à Penshurst auprès de mon frère et son épouse. Cela n'avait pas été du goût de mon mari, mais la Reine m'avait donné son accord et je n'avais guère laissé le choix à Radclyffe - qu'il se décidât ou non à m'accompagner, peu m'importait, je n'avais pas la moindre intention de célébrer la naissance du Christ à des lieues de mon neveu. Il avait cependant été convenu que nous devions regagner Londres dès les premières heures de janvier, Sir Thomas pour présenter ses hommages et moi-même pour reprendre mon service auprès de la souveraine. C'est ainsi qu'au matin de ce premier jour de l'année 1556, après plusieurs heures de trajet la veille, j'ouvris les yeux sur les décors élégants de notre résidence londonienne. Mon mari avait soigneusement préparé le cadeau qui serait d'ici peu offert à Mary Ière, et alors que la jeune Bessie, ma camériste, s'affairait autour de moi pour m'aider à enfiler une robe violet foncé, je songeais à ce que l'année à venir pouvait encore nous réserver. Mon frère était l'ami du souverain Philippe, ce dernier était même le parrain de mon neveu, qui deviendrait un jour - si Dieu le voulait ! - le chef du clan Sidney. J'avais, je le savais, la confiance de la Reine. Thomas avait mit en oeuvre tout son sang Howard pour retourner sa veste au moment opportun et se voir accorder à son tour les faveurs de Mary la Sanguinaire. Mes soeurs s'étaient elles-aussi rangées derrière la Reine, mettant leur allégeance au protestantisme de nos parents de côté. Alors qu'avions-nous à redouter ?
T
rop de choses encore, hélas. Alors que Bessie terminait de rassembler en chignon plutôt sophistiqué mes boucles blondes, je laissais mon regard errer au-delà des fenêtres, vers les nuages tourmentés et la lumière quelque peu orageuse. La fin de l'année précédente avait été pour nous autres réformés, même officieux, terriblement sanglante. En dépit de l'amitié relative dont semblait me flatter la Reine, je ne pouvais que la voir désormais que comme l'Athalie biblique, une créature fanatique et assoiffée de sang qui cherchait la pureté de la foi dans les brasiers et les exécutions. Les heures qui s'ouvraient seraient sombres. Combien de protestants allaient devoir mourir sous son ordre avant qu'enfin les nuages se dissipent pour nous tous ? L'épée de Damoclès resterait-elle encore longtemps suspendue au-dessus de nos têtes ? J'étais appréciée de la Cour de Bloody Mary, appréciée de bon nombre d'espagnols aussi, mon frère avait acquis à son compte la faveur du roi consort Philippe de Habsbourg. Mais cela ne faisait que poser des gardes-fous : certes, nous étions plus en sécurité que d'autres protestants, mais nous restions, de coeur, protestants, et aucun d'entre nous ne pouvait prétendre être en totale sécurité. C'est dans un certain calme qu'une fois prête, je rejoignis mon mari et qu'ensemble, nous gagnâmes Whitehall et les festivités organisées en ce premier jour d'une année qui, je le sentais, ne serait qu'au mieux similaire à la précédente. Sans doute serait-elle pire. A moins d'un décès inopiné de la Reine...
M
es sombres pensées furent vite interrompues par notre entrée dans la salle du banquet, surchargée de décors pour l'occasion. Comme une entrée sur la scène du théâtre de Cour - et à l'instar d'une comédienne, j'inspirais un grand coup et affichais un large sourire. N'avais-je pas, comme le tout-un-chacun, un rôle à jouer ? Suivant mon mari comme la docile épouse que je n'étais pas franchement tous les jours, j'eus un élégant salut pour les hommes de sa connaissance - auxquels je ne prêtais qu'une oreille inattentive, après tout si ces hommes étaient amis avec lui, ils ne devaient pas être d'un grand intérêt ni d'une très grande intelligence - et m'éloignais de quelques pas en cherchant mes connaissance à moi. Je vis Mary de LaCroix et j'eus à son égard un sourire sincère et un salut de la main, je vis ma nièce Jane Dormer, fille de feu ma soeur Mary, en conversation avec Anne Stanhope, et je détournais rapidement le regard. J'avais depuis longtemps perdu l'espoir de nouer une réelle relation avec la progéniture de Mary, pour la simple et bonne raison qu'elle était aussi la descendance de Sir William Dormer - catholique, et terriblement méfiant à l'égard de la très protestante famille de sa défunte épouse. Quelque part, cela me peinait : catholique ou non, Jane restait ma nièce, hors nul ne pouvait me reprocher un quelconque désintérêt à l'endroit de mes neveux et nièces. De plus, ses boucles brunes me rappelaient celles de ma soeur - savait-elle à quel point elle ressemblait à Mary ? J'avisais finalement deux personnes que je connaissais bien, Elena d'Altafluente et Jeanne de Habsbourg. Et quitte à jouer les bonnes catholiques, autant le faire jusqu'au bout, d'autant que leur compagnie ne m'était finalement pas très désagréable.
"Princesse, fis-je à l'attention de Jeanne, permettez-moi de vous présenter tous mes voeux de bonheur et de réussite pour l'année qui s'annonce. Espérons qu'elle soit placée sous le signe d'un rapprochement idéal entre nos deux nations" - je souris. Le rapprochement idéal, en fait, était une totale absence de rapprochement... "Je n'ai point eu la chance de saluer le Roi votre frère avant son départ, savez-vous si son retour vers le continent s'est déroulé comme il le souhaitait ?"
© Starseed


Dernière édition par Frances Radclyffe le Lun 11 Avr - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Dim 10 Avr - 15:12


Event n°16
FT. la cours anglaise

Depuis combien de temps, était, je présente sur le sol anglais ? Je n'avais pas pu rentrer au pays, car, la reine Marie de Guise avait une mission à me confier. Une mission que je prenais avec le plus grand sérieux. En effet, je devais être ses yeux sur les terres anglaises et lui rapporter la situation. Bien entendu, j'aurais préféré rentrer en Écosse, mais, on ne pouvait pas se permettre de désobéir aux ordres d'une reine et encore moins quand on était la dame d'honneur de celle-ci.
Mon père avait trop longtemps travaillé à parfaire la réputation de la famille, que je ne pouvais me permettre de la salir avec un refus pour un ordre. Et puis, il fallait bien être honnête, j'aimais l'idée de jouer les espionnes de la reine. Enfin, c'était un mot plutôt fort vu qu'officiellement, je représentais la hiérarchie écossaise ici.
En plus, on avait mis à ma disposition tout un tas de service digne d'une noble, ce qui n'était pas pour me déplaire. La reine d'Angleterre à l'occasion de cette nouvelle année, avait prévu un banquet suivi d'un bal. Je ne sais pas pourquoi, mais j'étais fasciné par le travail que pouvait fournir les anglais quand il s'agissait de faire la fête. Ils avaient un certain don pour faire d'une simple salle un lieu magnifique et magique et je savais parfaitement que ce soir encore, ils allaient m'éblouir.
Pour l'heure, je devais me préparer dignement pour ne pas faire trop tâche dans ce décor. J'avais fini par me racheter des tenues qui ressemblaient plus à la mode anglaise. Je ne voulais certainement pas refouler mes origines, mais, j'avais un peu honte de me promener avec les affaires du pays et d'être immédiatement assimilé à l'Écosse. Je me devais d'être à la hauteur de cette cours qui avait accepté de me garder.
Pour l'occasion, j'avais, fait demandé ma robe bleu à dentelle blanche et, or. Ma servante Elizabeth qui était devenu bien plus qu'un simple domestique, m'apporter ma tenue avec un sourire. C'était une très jolie femme et plutôt généreuse, elle avait toute d'une femme bien et je me demandais vraiment comment pouvait-elle être qu'une simple servante. Son port de tête était si charmant qu'on aurait pu croire qu'elle était noble. Je me glissais dans le vêtement et tandis qu'Elizabeth prenait le temps de fermer le tissu contre ma peau, j'en profitais pour réviser le petit discours que j'avais préparé pour la reine. J'avais également des fonds pour offrir un magnifique présent en signe de notre amitié. J'avais donc opté pour une jolie parure en diamant que j'avais commandé spécialement pour l'occasion. Avec ce présent, j'étais presque assuré de faire un sacré effet.
Une fois prête, je remerciais Elizabeth puis sortie de ma chambre pour me rendre dans la salle du banquet. Une fois de plus, je ne mettais pas trompé, les choses avaient été faites en grand. Je me dirigeais vers le trône et offris mon présent dignement à la reine. Après quoi, je retrouvais George. Lui et moi avions passé un nouveau cap et on s'affichait maintenant pleinement sans pour autant être officiellement marié. Je regardais les personnes arrivaient sans prendre part aux conversations qui avaient débuté.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La mélancolie s'appelle Andalousie
♕ Métier : Duchesse de Malaga y del Infantido et Dame de compagnie de la reine Mary Tudor ♕ Age : 29 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Indi, Poison, M-J, castamere rains ♕ Mon nombre de messages est : 418 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/04/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Rosalie Woodley || Margaret Douglas

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Dim 10 Avr - 23:06

Un vent nouveau !


La nouvelle année commençait pour Elena. Mais dorénavant tout était différent. La jeune femme de 26 ans n'était plus la jeune héritière andalouse qu'elle était il y a encore quelques mois. Son père avait été rappelé auprès de son Seigneur et la jeune femme hérita du titre et des terres andalouses de sa famille. Elle était maintenant la Duchesse de Malaga et devait gérer à distance les terres ducales. Malgré tout, Elena d'Altafuente gardait toujours son rôle auprès de la souveraine d'Angleterre. Cette nouvelle année était un tournant dans sa vie et elle avait décidé de marquer le coup pour l'occasion. Elle sortit de sa malle fraîchement revenue d'Andalousie pour en sortir une tenue typiquement andalouse teinté de ses origines arabes. Elle allait porté une robe bleue et une coiffe rouge avec des voiles. Elle se regarda dans son miroir et sourit au reflet qui lui faisait face. Elle soupira un instant et puis finit par quitter ses propres appartements pour rejoindre Mary Tudor. Elle l'accompagna jusqu'au lieu de la réception.

Arrivée dans la salle, les yeux de l'Espagnole se posèrent sur chacun des invités. Bientôt les ambassadeurs étrangers commencèrent à amener les présents pour la nouvelle année. Elle reconnut le Duc de Figueroa et le salua dignement. Il y avait aussi Mary De LaCroix, une française, bâtarde et demie sœur du roi disait-on. Elena ne faisait pas attention à ce genre de chose. En revanche, elle prêta un intérêt tout autre à la jeune blonde, écossaise qui se trouvai être Anne Hamilton. La jeune femme arqua un sourcil en voyant la blonde. L'écosse des Stuart était dangereuse bien que catholique comme l'Espagne. Elena savait bien que la régente avait fiancé sa fille Marie au roi de France. Elena détourna le regard et attendit que le jeu des ambassadeurs soient terminé pour qu'elle se lève et se dirige enfin vers sa place.

Sa place se trouvait non loin de celle de Mary Tudor et de sa princesse Jeanne de Habsbourg. Elle salua au loin Jane Dormer qui était déjà en grande discussion avant de s'avancer vers Jeanne. La princesse d'Espagne venait d'être abordée par Frances Radcklyffe. Cette dernière devait sûrement présenter ses vœux pour la nouvelle année. Elena s'approcha d'elles et plongea dans une révérence en arrivant à la hauteur de la princesse espagnole. « Votre Altesse, Lady Frances, ravie de vous voir ici. Je vous souhaite une excellente année. » commença la duchesse espagnole. La Comtesse venait de demander si l'Infant avait fait bon voyage et la réponse de Jeanne intéressait sûrement tout autant la Comtesse que la Duchesse de Malaga. Puis Elena aperçut un des nouveaux gardes de la princesse. Ses joues rosirent et la jeune femme détourna le regard. « Je ne savais point que le Duc del Infantado faisait dorénavant parti de votre entourage votre altesse. » Ajouta-t-elle.


© MISE EN PAGE PAR TAZER.



L'Espagne:
 

juillet2015:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Lun 18 Avr - 16:10
Tous ∞ Lucy

Lady Lucy Somerset portait une élégante robe verte sur laquelle trônée sur le corsage une broche qui lui fut offerte, un jour de nouvel an, par feu la reine Catherine Parr. Lucy gardait toujours le souvenir de la cour florissante du roi Henry VIII, des fastes, mais également de la colère de celui-ci qui pouvait très rapidement gâcher une fête. Les temps ont changé. Depuis janvier 1547, le roi était mort, lui avait succédé son fils Edward, un jeune roi dont la cour fut elle aussi fastueuse, sa nièce Jane Grey qui n’eut guère le temps de faire ses preuves et enfin sa fille Mary qui régnait depuis deux ans et demie. Beaucoup de choses ont changé depuis, les débuts joyeux, le bonheur du retour de la religion catholique et d’une souveraine stable, la peur, la mort, le sang, le feu, qui avait donné à cette souveraine le nom de Bloody Mary. Aujourd’hui, plus personne ne savait quoi penser de cette souveraine qui avait tué tant d’hommes et de femmes par les flammes. Tous se devaient d’être méfiants, des familles entières avaient péri et rien ne prédestinait le pays à être calme, surtout avec la présence de Réginald Pole, fervent catholique. Lucy observait tout cela. Femme discrète, elle savait qu’on n’avait rien à lui reprocher, elle craignait plus les actions de son cher époux John Neville. Elle avait peur qu’il déshonore un jour sa famille à cause de ses folies. Lucy n’en connaissait pas encore l’ampleur, elle craignait que son époux ne lui cache beaucoup trop de choses. Les secrets lui faisaient peur. Elle avait quatre filles, quatre charmantes enfants qu’il allait falloir un jour marier, si leur père venait à déshonorer son nom, leurs enfants ne connaîtraient aucun avenir.

Assurer un avenir pour ses filles conduisait automatiquement Lucy à la cour, pour présenter hommage à la reine, en compagnie de son époux, pour la nouvelle année. Comme tous les nobles, le couple offrait un présent à la souveraine, modeste cadeau, ils lui offrirent une Bible ayant autrefois appartenue à une Sainte anglaise qui s’est sacrifiée pour conserver son honneur. La reine fut enchantée, ou bien elle mima très bien l’enchantement et le couple assista au reste de la cérémonie des présents. Lucy qui était autrefois dame d’honneur de la cour connaissait très bien les traditions et c’était toujours pour elle un enchantement de se présenter auprès des souverains anglais.
Lucy était une femme simple, tranquille, qui n’avait jamais voulu aucun ennui. Même si elle n’avait pas eu de fils, elle avait connu le bonheur d’avoir quatre magnifiques filles et elle ne les regrettait pas, loin de là. Sa simplicité faisait sa gentillesse et tous s’accordaient pour dire que c’était l’une des dames les plus aimables d’Angleterre et les plus fiables. Lucy, modeste, préférait rougir gentiment des compliments plutôt que de les affirmer. Elle n’était pas exubérante, elle préférait laisser cette charge à sa sœur Joan, dont le comportement la faisait rougir de honte.

Une fois la cérémonie passée, tous se rendirent dans la salle des banquets pour assister au festin. Tandis que son époux allait converser avec quelques nobles, Lucy alla voir le plan de table pour découvrir où elle se trouvait. Bien entendu, depuis la mort de la reine Catherine, elle n’avait plus de place privilégiée à la cour, mais les Somerset/Neville étaient des familles sur lesquelles la reine catholique pouvait compter. Lucy découvrit alors qu’elle était assise aux côtés du couple écossais qui avait offert un présent à la reine anglaise. Honorée, parce que la jeune fille appartenait à la puissante famille Hamilton, Lucy alla donc se présenter à eux.

« Lady Hamilton, Lord Gordon, il semblerait que nous allons être voisins de table. Je me présenter Lady Lucy Somerset, baronne Latimer, j’ai trouvé votre présent à la souveraine absolument sublime. » Elle souriait tout en saluant les deux jeunes gens.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wildatearth.tumblr.com
all we need is faith
♕ Métier : duc de Devonshire ♕ Age : 46 hivers. ♕ Religion : catholique aux yeux de tous, mais a toujours eu un coeur protestant. ♕ L'avatar a été fait par : Schizophrenic (avatar) / ASTRA (signature) (& BONNIE pour les icons) ♕ Mon nombre de messages est : 2178 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 26/02/2014 ♕ Mon pseudo web est : proserpina ♕ Mes autres visages : George Hastings

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Lun 18 Avr - 22:03
Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre


EVENT n°16
♣ William Cavendish.
1555 venait de nous quitter et nous devions déjà embraser notre destin de l'année 1556. Je ne savais quoi penser face à l'ampleur des révoltes, nous mettant de plus en plus à genoux. Cependant je ne voulais en aucun cas baisser les bras. Pour le bien de nos enfants, nous ne devions pas abandonner, cela était une preuve de lâcheté. Je me résignais à y croire malgré tout, et surtout à jouer le jeu à la Cour, espérons que la Reine ne se doute de rien si ce n'est que considérer notre foi et fidélité envers elle. En vérité tout ceci n'était qu'une pure construction de notre image pour ainsi éviter de finir sur le bûcher. Malheureusement, beaucoup de nos amis y passèrent; ainsi je devais approuver publiquement et pleurer en silence. 1555 avait été intolérable envers nous. En effet nous avions dû se soutenir à travers les épreuves auxquelles nous devions faire face. Ce fut éprouvant pour nous tous protestants. Ce jour-là je me trouvais à l'intérieur du palais royal de Whitehall que je commençais par ailleurs à connaitre par coeur. Nous étions presque tous réunis dans la salle du banquet. Je dis presque tous, car notre fameux Roi consort espagnol brillait par son absence. Ceci dit je remarquais la présence de sa soeur. Ah ces Espagnols, ils ne manqueraient aucune occasion pour se montrer ceux-là. J'avais toujours pensé qu'ils étaient nuisibles à l'Angleterre, encore plus que les Français et les Écossais. Ils étaient les plus dangereux, cela était évident pour moi. On était décidément bien entourés en Europe, tandis que nous, malheureux protestants, tentions de penser à une stratégie pour faire face à ce beau monde.

Malgré tout, en cette période de fête je tentais d'oublier un peu les horreurs dans les rues anglaises. Nous devions tous être pris d'allégresse, et faire une sorte de trève pour ainsi mieux reprendre les hostilités une fois la mascarade finie. Il y avait bien une pensée qui me mettait en joie, c'était bien l'arrivée d'un nouveau né dans la famille Cavendish. Un second fils. Je fus plus que comblé, et avais de plus en plus espoir que nous n'étions pas perdus. Ce fut donc seul que je vins à la rencontre de visages connus. De loin je pouvais apercevoir quelques connaissances dont Anne Seymour et sa mère, dont la famille pourra bientôt s'allier à la notre, mais aussi une qui faisait déjà partie de la famille désormais, Helen. Ce fut avec un timide sourire que je m'avançais vers elle pour la saluer. "Comment allez-vous ma chère ? Comment se passe votre nouvelle vie ?" lui lançais-je avec un sourire presque malicieux en faisant bien sûr référence à son mariage qui avait eu lieu entre temps. "Et bien si la Reine croit pouvoir apporter la paix dans ces conditions, je peux vous dire qu'elle fait erreur." lui rétorquais-je ensuite avec un petit clin d'oeil, et de sorte à ce que personne autour ne puisse l'entendre. Nous étions en terrain ennemi. Ces petites festivités ne m'enchantèrent guère mais il fallait bien qu'un Cavendish se montre à la Cour pour éviter tout soupçon, et surtout pour essayer d'attirer quelques faveurs. J'invitais donc Helen à venir s'assoir à mes côtés lorsque nous dûmes prendre place, et finis par me trouver tout proche d'Anne Seymour auprès de qui je m'excusais afin d'essayer de lui faire comprendre que nous étions apparemment voisins de table. Cela faisait longtemps que nous nous étions pas vus, Anne restant froide lors de nos rencontre à cause du projet de mariage de sa soeur avec mon cher fils aîné.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.wildatearth.tumblr.com
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 703 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Mar 19 Avr - 22:43
Plusieurs mois s'étaient écoulés depuis le départ du roi consort Philippe de Habsbourg, devenu suite à l'abdication de son père, l'homme le plus puissant d'Europe. C'était avec regret que Philippe avait annoncé à Lavinia son départ, car il savait qu'il ne la reverrait probablement plus jamais, même s'il emportait avec lui le tableau qui la représentait. La comtesse de Westmorland avait craint qu'un jour pareil n'arrive et ne la mette en danger, en proie aux mauvaises langues et à la jalousie probable de la reine. Mais Philippe avait tout prévu et avait ordonné à l'un de ses hommes, le comte de Feria, de veiller sur elle. La jolie blonde était donc protégée.

Lavinia connaissait bien le comte de Feria car autrefois, ce même homme semblait très intrigué par elle. La comtesse avait pensé pouvoir en profiter et séduire le jeune homme, mais l’intérêt de celui ci s'était finalement déplacé pour aller se reporter sur une autre demoiselle, la jeune Jane Dormer.

Le comte de Feria n'était pas le seul homme à veiller sur elle, car aussitôt la décision de Philippe prise, qu'Alvaro Osorio, fils héritier d'un marquis espagnol, avait proposé d'épauler Gomez dans cette charge. Alvaro admirait Lavinia depuis un long moment déjà, mais quand le roi avait commencé à s'entretenir régulièrement avec elle, il avait volontairement éloigné son fidèle serviteur, ne voulant pas que Lavinia et lui deviennent trop proche.

Aujourd'hui, Lavinia était devenue comtesse douairière du Westmorland. Le pouvoir était entre ses mains pour tout ce qui relevait du comté. Se marier n'était donc plus vraiment au gout du jour, même si Alvaro était un homme des plus charmants. Cela dit, elle avait toujours un secret, dont elle préférerait être loin...Mais elle préférait ne pas y penser de trop.

La jolie blonde écossaise arriva, en ce jour du nouvel an, au bras d'Alvaro. Elle savait ce que l'on chuchotait sur elle et de sa relation avec Philippe. Si elle avait accepté de venir en compagnie d'Alvaro, c'était que Lavinia avait réellement besoin de sa protection sans quoi elles n'auraient aucune barrière pour repousser menaces et mauvaises langues éventuelles. Mais la compagnie du jeune homme ne lui était pas non plus désagréable...

Le cadeau que Lavinia offrit à la reine était une robe aux couleurs de la maison Tudor. Elle s'était inclinée bien bas devant sa souveraine, et lui avait offert ses meilleurs voeux pour l'année à venir. Elle souhaita la même chose à la femme la plus proche de la souveraine en terme de places ; Jeanne de Habsbourg. Une fois la remise des cadeaux terminées, Lavinia se rendit comme les autres dans la salle de banquet pour le festin. Elle y aperçut Jane Dormer, la jeune femme qui, plus tôt lui avait dérobé le regard de Gomez, comte de Feria. Il fut un temps où Lavinia s'était imaginée pouvoir profiter de l'attirance de Gomez pour elle au maximum, afin de s'expatrier en Espagne avec son secret. Aujourd'hui, cela n'était plus au gout du jour. Cela dit, Gomez avait pour mission de la protéger et la jeune Jane éprouvait peut-être de la jalousie à l'égard de Lavinia...Celle-ci parlait justement avec Anne Stanhope. Lavinia avait bien envie de parader avec son nouveau titre devant cette femme qui l'avait toujours méprisée. Elle remarqua également le duc de Devonshire, mais il n'était pas accompagné. C'était à son épouse qu'elle aurait voulu parler, pour s'assurer de leur bonne entente. Elle espérait qu'Antanasya savait qu'elle n'était pour rien dans l'affaire du triste sort qui était arrivé à Rosemary Blackwood...

Lavinia choisit donc finalement de se diriger vers Anne Stanhope. La tentation était trop forte d'aller saluer les gens que l'on détestait...C'était cela, le plus amusant, dans les banquets. Elle aurait pu garder Alvaro à ses côtés, mais préféra s'en aller saluer Anne Stanhope seule. Elle ne voulait pas qu'intimidée par Alvaro, Anne garde sa langue dans sa poche. Elle était curieuse de voir ce que lui dirait la vipère.

« Je vais saluer Lady Stanhope », dit-elle à Alvaro en espagnol. « Je ne vais pas trainer, elle ne m'apprécie pas beaucoup... », ajouta-t-elle avec un sourire amusé. Et elle laissa Alvaro assis à la place voisine à la sienne pour s'approcher de son ennemie Anne.

« Lady Jane, vous êtes très belle dans cette robe. », complimenta d'abord Lavinia, souriante. « J'ignorais que vous connaissiez Lady Stanhope. », ajouta-t-elle en regardant son ennemie de toujours.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, bâtarde de François Ier et demie sœur d'Henri II. Directrice, gérante & fondatrice de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholiques tolérants en passe de devenir protestants ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 780 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Mer 20 Avr - 19:50
Un vent nouveau souffle
"Une année qui finit, c'est une pierre jetée au fond de la citerne des âges et qui tombe avec des résonances d'adieu."

D'un geste habile, Margaret attacha les cheveux de la Duchesse de Lyon. Passant sa main dans ses cheveux finement bouclés et tapotant la pince qui maintenait une poignée de cheveux derrière sa tête, Mary s'assura que sa coiffure tenait en place. Elle remercia la jeune femme avec un magnifique sourire avant de se lever pour permettre à cette dernière de finir de lacer le corset de sa robe dorée. Bientôt, un collier de perles avec une croix s'ajouta à sa tenue ainsi qu'une coiffe de perles.

Une fois fin prête, Mary se tourna vers Margaret et sourit en constatant que la demoiselle que Joane lui avait ramené, amaigrie et faible, s'était transformée en jeune femme pleine d'énergie et de bonne humeur. Mais elle semblait nerveuse. Cela devait être son apparition à la Cour.
En effet, il y a un mois, elle avait annoncé aux filles de la Cross School que trois d'entre elles l'accompagneraient. Bessie - amenée par Frances Radclyffe - avait, malheureusement, était vite écartée car son intégration était trop récente. Comme l'intérêt de l'école était, pour ces demoiselles, de trouver mari ou employeurs, il aurait été mal avisé d'intégrer, dans une fête de cette importante, une étudiante encore mal instruite. Le choix avait été vite fait: les sélectionnées étaient Madeline Eastwood - l'héritière secrète de la Cross School -, Eden Rosenbach -habituée à suivre la Duchesse - et Margaret Linddle qui représentait le peuple. Mary avait bien vu la panique dans les yeux de la jeune fille mais l'avait rassurée en disant qu'elle était la meilleure preuve des bienfaits de la Cross School sur leur vie. Maggie avait pris son courage à deux mains et avait accompagné Mary, pour la première fois, à la Cour.



Grâce à Joane, Maddie, Maggie et Eden avaient de magnifiques toilettes pour la soirée à venir. Des robes allant du bleu, du vert et du jaune.
On vint toquer à la porte pour la prévenir que la fête allait commencer. Elle sorti avec ses trois pensionnaires sur les talons où l'attendaient des serviteurs s’apprêtant à amener un présent de la France. Une horloge commandée par la Reine Catherine. Un cadeau pour remercier la Reine Marie de lutter contre les hérétiques. Supprimant une envie de se rebeller, la Duchesse Mary plissa fortement les yeux. Ces "hérétiques", comme ils le disaient, elle en avait dans son école. Bien cachées. Mary les protégeait de ce monde, de cette souveraine.
Mary rouvrit les yeux et ordonna à ce qu'on porte cette horloge à la reine.



Le cadeau eu l'air de plaire à la souveraine anglaise. Mary, de vive voix, communiqua le message de sa demi belle sœur avant de prendre congé et de rejoindre ses demoiselles de compagnie. Du coin de l’œil, elle remarqua Frances Radclyffe, sa plus fidèle sponsor, et lui fit un signe. Madame la Comtesse! S'exclama t'elle. Elle remarqua également Elena d'Altafuente - qu'elle avait rencontré chez Agnès - et Jeanne de habsbourg - sœur du Roi Philippe. Princesse. Duchesse. Comment allez-vous en cette nouvelle année?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Jeu 21 Avr - 17:33
    1556 arrive, doucement mais sûrement à présent. Cela fait déjà trop de temps que je suis ici, vraiment, mais maintenant que Philippe s'en est allé, nous devons bien restés ici pour le représenter, c'est quelques choses qui me semble logique, surtout lorsque je me dis que j'ai peut être réussi à trouver une jeune femme digne de moi. C'est encore en cours de travail, mais nous y arrivons, petit à petit en tout cas. Mais je préfère prendre mon temps et être sûr de moi, complètement, plutôt que de m'en mordre les doigts dans les années à venir. Je suis comme ça, contraire à bien d'autres. Je pourrais me dire que ce sera un mariage forcé où les deux parties finiront par s'entendre mais je ne veux pas entendre parler de cela, je veux qu'avant que l'on parle de mariage que quelques choses soit là, qu'un sentiment soit bien présent entre elle et moi. Je savais qu'elle serait là aujourd'hui mais avant d'en arriver là, j'avais apporté son cadeau à la Reine, le cadeau que m'avait chargé de donner le Roi, qui se trouvait loin d'ici, un cadeau qui était cher mais il ne pouvait lésiné sur la valeur de celui-ci. La Reine semblait en être heureuse, alors c'était finalement tout ce qui comptait pour moi. Je ne fus pas le seul à lui offrir un présent, beaucoup le firent. C'était un peu hypocrite, parfois, mais c'était une tradition que nous n'allions pas arrêtée parce que le Roi était loin de sa Reine, n'est ce pas ?

    Il était donc tant de prendre part à un banquet qui se voulait donc encore plus gargantuesque que les autres jours, fêtes de fin d'années obligent, à moins que l'on ne parle de fêtes du début de l'année. Bref, cela n'avait pas d'importance pour moi, je ferais acte de présence comme depuis que j'étais ici ou presque et encore plus depuis que le roi n'était plus en place, du moins qu'il n'était plus présent ici. Je me devais de faire honneur en étant présent en tant qu'espagnol et proche du roi. Je ne pouvais pas le remplacer mais nous communiquions autant que possible pour savoir et connaitre ces décisions concernant la couronne. Dans la salle de banquet, je savais que Jane serait là, non loin de la Reine vu son rôle vis à vis d'elle. Je tenterais de prendre place non loin d'elle, si elle voulait bien de moi, même si je ne voyais pas pourquoi cela ne serait pas le cas, puisque durant cette fin d'année, nous avions continués, doucement mais sûrement à nous rapprocher. Jane était déjà en discussion avec Lady Stanhope que je connaissais déjà. Nous n'avions pas forcément eu l'occasion de parler énormément, mais nous nous connaissions. Il y avait aussi Jeanne, elle me salua alors dans notre langue natale. Cela me manquait de parler espagnol, il faut l'avouer, nous le parlions peu ici, en dehors de Jeanne et de quelques autres espagnols, personne ne le parlait. Mais il fallait faire quelques concessions pour ne pas paraître non concernés par ce qui se passait dans le coin. Bref, alors que je voulais me rapprocher de Lady Dormer, c'est bien Lavinia Tyburn qui me coupa pour ainsi dire l'herbe sous le pied. Mais cela ne me faisait pas peur, j'allais toutes les saluer.

    " Bonjour à vous Ladies : Lady Stanhope mes hommages, Lady Tyburn, mes hommages également. Lady Dormer, vous semblez ravissante, comme vous toutes d'ailleurs. "

    Des salutations en douceur, par politesse également, je n'allais pas simplement saluer Jane en ignorant les autres, cela ne se faisait pas vraiment. Je leur souriais donc, espérant qu'elles préfèrent prendre la fuite pour me laisser en compagnie de la plus que charmante Lady Dormer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 320 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Sam 23 Avr - 16:24


Un vent nouveau, Janvier 1556
Et voilà, l'année 155 touchait à sa fin. Une année de plus dans le règne de Mary Tudor. Anne de Clèves revenait petit à petit à la Cour. La raison en était toute simple, Elizabeth était de retour elle aussi et la duchesse de Clèves voulait profiter de sa présence au maximum. Et puis cela ne signifiait-il pas un rapprochement entre la reine et sa sœur cadette ? 1555 et la folie meurtrière de Mary était du passé, du moins pour le moment. Anne en était soulagée. Elle savait combien le regard du peuple pouvait être dangereux pour le règne d'un souverain. Et puis une autre bonne nouvelle était arrivée jusqu'à Richmond. Philippe de Habsbourg était retourné en Espagne. Charles Quint avait abdiqué en faveur de son fils, obligeant ce dernier à quitter l'Angleterre aux grandes joies de l'Allemande.

Anne se préparait dans sa chambre pour partir au banquet que Mary Tudor organisait pour ce début d'année 1556. Elle choisit une robe sobre avec un peu de dentelle crème. Un tissu clair pour marquer son espoir que cette année ne soit pas le théâtre de couler de sang comme l'année qui venait de se terminer. Elle ajouta un collier de perle de nacre et un petit chapeau. Hedwige elle aussi portait de riche vêtement. Il était hors de question pour que sa dame de compagnie ne soit pas elle aussi merveilleuse. Anne lui prêta même un collier, avec difficulté face au refus que lui opposait la femme. Elle ne voulait pas de ce bijoux qui selon elle n'était pas digne d'elle. Mais Anne n'en avait que faire. C'était elle, la maîtresse des lieux et elle disposait de ses bijoux comme bon lui semblait. Hedwige finit par céder face à l'entêtement de sa maîtresse et se para du bijou. Si tôt prête, si tôt dans le petit carrosse qui les mèneraient au Palais Londonien. Anne y retrouverait sûrement des amies et surtout Mary qui recevrait des cadeaux comme le voulait la coutume.

Arrivée sur place, Anne descendit, Hedwige sur les talons et entra dans la grande salle. Ses yeux clairs se posèrent sur les invités avant qu'elle ne rejoignit son ancienne belle-fille et souveraine d'Angleterre. Mary était radieuse. Anne s'approcha d'elle et s'inclina devant elle. « Recevez mes meilleurs vœux Votre Majesté. » commença la duchesse. « Je suis heureuse de constater que vous avez meilleur mine qu'en cette fin d'année. » ajouta-t-elle à voix basse pour que seule la souveraine l'entende. Puis les ambassadeurs des autres pays vinrent présenter les cadeaux que leur souverain leur avait confié pour fêter ce début d'année. L'ambassadeur d'Espagne fut le premier, rien de très étonnant à cela. Puis la France en la personne de Mary, duchesse de Lyon que soutenait Anne. Elle avait participé à ses journées portes ouvertes dans son école. Enfin il y eu l’Écosse de Marie de Guise. Anne sourit à l'ambassadrice. Marie de Guise, une Lorraine tout comme l'homme qu'elle avait aimé. Et puis la Lorraine était proche du duché de Clèves et les de Guise étaient de fervents catholiques tout comme elle. Lorsque tous eux terminés, Anne fit signe à Hedwige. Cette dernière alla chercher des gardes qui revinrent rapidement avec une malle qu'ils déposèrent aux pieds de Mary. Oui, Anne de Clèves avait elle aussi un présent pour son ancienne belle-fille qu'elle aimait tant. Hedwige l'ouvrit et en sorti une somptueuse robe de soie verre d'eau accompagné d'un diadème. Anne espérait que la souveraine le reconnaisse. Anne de Clèves l'avait porté autre fois à la Cour de son père alors qu'elle venait de se marier. C'était un présent qu'on lui avait fait de la part de son père, le duc de Clèves. Anne voulait l'offrir à Mary Tudor, tout comme d'autre bijoux qu'elle destinait à Elizabeth.

Puis Mary invita tout le monde à passer à table. Anne trouva sa place à la gauche de la souveraine alors que la princesse d'Espagne Jeanne de Habsbourg prenait place de l'autre côté. Non loin de là, Jane Dormer s'installait tout comme Elena d'Altafuente, fraîchement devenue Duchesse d'après ce qu'elle avait entendu. Anne remarqua également Lady Somerset ainsi qu'Anne Stanhope, Lord William Cavendish et bien d'autres. La duchesse de Clèves se leva un instant pour rejoindre Anne Hamilton et son fiancé Lord Gordon qui conversait déjà avec Lady Somerset, baronne Latimer.

« Baronne Latimer, Lady Hamilton, Lord Gordon, enchantée. Lady Hamilton, le présent offert par l’Écosse est magnifique.» Anne sourit à ses interlocuteurs avant d'ajouter. « Je me présente Lady Anne de Clèvves. J'espère sincèrement que cette année se déroulera sous de meilleurs auspices que l'année précédente. Espérons que nos deux royaumes restent sur une bonne entente. »
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
Admin
♕ Mon nombre de messages est : 965 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1393 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 28/02/2012

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Lun 2 Mai - 17:09


Event n°16

Les cartes étaient jouées et tous les protagonistes étaient présents dans la salle des banquets. Ils conversent et s’installent à table, suivant l’ordre protocolaire et les dispositions qui avaient été prise par la couronne. Les plus hauts rangs étaient proches de la reine, les dignitaires venaient et enfin les rangs les plus faibles. La salle était gardée, les ennemis ne pouvaient pas entrer et tout le monde pouvait se sentir en sécurité.
La reine Mary voulait montrer à tous qu’elle rayonnait de bonheur, mais au fond, son mari lui manquait et rien ne pouvait compenser cet éloignement si ce n’était sa foi ardente et son ambition de vouloir restaurer jusqu’au bout l’Eglise catholique en Angleterre. Les catholiques l’aimaient, le pape voulait la préserver, elle avait les plus hautes sphères spirituelles à ses côtés, mais pas la totalité de son peuple.

Il n’y eut aucune ombre sur le tableau durant le festin, les plats furent tous servis et la journée d’écoula. Tout le monde avait le ventre plein quand on retira les tables et les bancs pour laisser place à la danse. La reine resta sur son trône et invita ses dames d’honneur à prendre cavalier et danser. La jolie Jane Dormer, tout comme Elena d’Altafuente suivirent les ordres de leur souveraine. Quel cavalier allaient-elles bien choisir ?
Après la danse des dames de la reine, ils furent rejoints par d’autres danseurs qui commencèrent une volte, qui était une danse à la mode dans toutes les cours d’Europe. La reine applaudissait, mais elle n’aimait pas ces amusements, elle le faisait seulement pour donner une meilleure image d’elle-même. D’ailleurs, elle était bien contente de savoir sa sœur Elizabeth, cette bâtarde, loin de sa cour, cela lui apportait bien moins de soucis.

Il n’y avait pas que des danseurs, autour de la piste, des groupes s’étaient formés, chacun conversant avec d’autres. Personne n’était seul, tout le monde était surveillé. La cour faisait attention, puisque tous savaient que les espions de la reine n’étaient jamais loin. Des hommes avaient été brûlé en 1555, d’autres suivront et cela jusqu’à ce que Mary d’Angleterre décède. On parlait donc discrètement, quelques murmures, quelques faux rires et rien n’y paraissait. Tout le monde était heureux, mais pour combien de temps ?

♣ Vous pouvez continuer à RP dès maintenant, pour les noms de personnages figurant sur le topic, ils ne sont là qu'à titre indicatif en fonction des inscriptions que nous avons reçus, si vous n'y êtes pas, vous pouvez bien sûr poster votre RP, vous serez intégrés au prochain topic de Majestic Rose. Vous n'avez pas besoin de passer par la case inscription. Tout le monde peut RP autant qu'il le souhaite, il n'y a pas de contre-indication donc faites-vous plaisir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Sam 14 Mai - 18:32
Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre


EVENT n°16
♣ Jeanne de Habsbourg.

Janvier 1556. Une nouvelle année. Je souriais, observant les alentours tout en me trouvant près de ma chère belle-soeur la Reine Mary. Je me trouvais aussi en compagnie de ses dames d'honneurs que j'appris à connaître, hormis Elena en qui j'avais vraiment confiance. Mon pays me manquait en effet, mais je balayais cette pensée au profit de mon ambition personnelle. La situation était critique dans toute l'Europe et il était hors de question que je restasse sans bouger. Je faisais donc en sorte de me faire remarquer aux côtés de la Reine. Je trouvais les Anglais prétentieux, mais je n'avais guère le choix en vérité. Ceci dit j'avais confiance et suivait le chemin du Seigneur. Les protestants anglais étaient très affaiblis, et il était de toutes façons impensable de les voir se rapprocher du trône d'Angleterre. Même si on tentait de ne pas penser à tout ceci, personne ne pouvait s'empêcher d'évoquer tout bas ce que tout le monde pensait tout haut.
Ce jour-là un banquet avait été organisé à l'intérieur du palais royal de Whitehall, et malgré les divergences et les conflits qui régnait, l'ambiance s'efforçait d'être joviale. La tête haute, je profitais de la journée qui allait s'annoncer intéressante, comme à chaque évènement organisé par la Reine. Certes, je m'inquiétais pour ce qui se passait dans l'Empire, et de ce qui adviendra si Philippe succédera à notre père pour devenir empereur à son tour. L'Angleterre restera surement sans un Roi présent sur ses terres, et l'influence espagnole s'estompera petit à petit. Cette pensée ne me plaisait pas, mais j'avais confiance en mon frère. Je repris mes esprits quand une des dames d'honneur m'adressa la parole. Il s'agissait de Frances Radcliffe. "Je vous remercie Frances et je vous souhaite une heureuse année" lui répondis-je en souriant. "Vous avez raison, fêtons cette nouvelle année ensemble. Que cette amitié puisse durer sous la bénédiction du Seigneur !" repris-je. "J'ai eu l'occasion de recevoir une lettre de sa part, grâce au Seigneur il est arrivé en bonne santé" lui rétorquais-je suite à son questionnement sur le voyage qu'a dû entreprendre Philippe pour rendre visite à notre père l'empereur. C'est alors qu'Elena prit part à notre conversation. "Je te remercie ma chère amie ! Je te souhaite une très heureuse année aussi, et que cette année soit sous le signe d'un bon mariage pour toi !" lui rétorquais-je, presque en lui faisant un clin d'oeil. J'espérais pouvoir l'aider à choisir son futur époux, digne de son rang. Puis la remarque d'Elena me fit presque rire. En effet, elle observa très timidement derrière moi, remarquant la présence de gardes. "Ordres de mon cher frère.. Cela ne m'enchante guère non plus, mais apparemment il se soucie beaucoup de moi. Je ne pouvais que me plier à ses exigences." répondis-je alors. Mais nous furent interrompu par une jeune femme dont le visage m'était presque inconnu. Je constatais cependant son terrible accent, me faisant croire qu'elle est française. L'air presque hautaine je ne fis guère attention et me réjouissais du festin, puis de la dance qui se préparait. La Reine applaudissait, je fis de même tout en observant Elena et Frances choisir leurs cavaliers. Pour ma part je n'avais pas l'habitude de danser de la sorte, cela faisait longtemps, et les manières des Anglais me surprenait. "Elena, pourquoi n'irais-tu pas inviter le Duc à danser ?!" lui lançais-je, l'air taquine dans notre langue natale.

© Grey WIND.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Mer 18 Mai - 21:48


Event n°16
FT. la cours anglaise

J'étais reconnaissante d'être ici, jamais je n'aurais pu songer à un meilleur avenir et pourtant, je savais parfaitement que dans mon pays, des gens que j'aimais faisaient la fête. Mon coeur se déchira alors, une partie de moi était restée là-bas. Pour les Anglais, je n'étais qu'une étrangère de plus à la cour certes, j'avais une responsabilité plus grande qu'une simple dame de compagnie, mais, dans le fond, les Anglais allaient-ils un jour me considérer comme une des leurs ? Mes pensées furent balayées lorsque George me donna un léger coup de coude pour me ramener à la réalité des choses et aussi parce qu'il était temps de se mettre à table. Je glissais mon bras sous celui de George et me dirigé vers notre place, on avait beaucoup de chance d'être aussi bien placé. Il fallait bien avouer que cela n'était pas donné à tout le monde de pouvoir ainsi ce montrer.

Alors que l'homme qui faisait battre mon coeur m'aidait à m'installer une jeune dame s'approcha de nous. Je ne lui avais encore jamais parlé, je l'avais juste croisé de temps en temps ici et là. « Lady Hamilton, Lord Gordon, il semblerait que nous allions être voisins de table. Je me présenter Lady Lucy Somerset, baronne Latimer, j’ai trouvé votre présent à la souveraine absolument sublime. » je lui lançais un sourire amical, j'étais bien heureuse de voir quelqu'un reconnaître le bon goût d'un bijou. Il était rare de croisé des personnes dignes de parler d'un joyau comme je venais d'offrir à la reine. D'ailleurs, je me demandais si la reine, elle-même était apte à le porter mais je me gardais bien de dire à voix haute le fond de ma pensée. Je n'avais guère envie de finir brûlée.

À la place, je préférais entamer la conversation avec Lucy. "Enchanté de faire votre connaissance madame Somerset, je suis ravi de pouvoir partager un morceau de cette table avec vous !" Je n'avais pas nécessairement le sens de l'humour mais mon éducation m'avait permis de placer des phrases de bon ton de temps en temps. Et puis cette soirée se voulait joyeuse et festive alors je n'allais certainement pas me priver. George salua à son tour poliment madame Somerset avant de finalement, me laisser la parole. "Si, vous souhaitez, je pourrais vous faire parvenir l'adresse du joaillier ?! Il fait des pièces magnifiques et surtout uniques ! Il est fort fâcheux de se rendre dans une soirée avec la même parure qu'une autre, c'est comme les robes." je lançais un petit sourire à ma voisine, mais, en réalité je ne savais pas du tout si prenaient autant de temps que moi à accorder ses tenues.

Les festivités débutèrent et différents plats furent apportés, heureusement que j'étais une bonne mangeuse, sinon on aurait pu penser que je ne faisais pas honneur à la reine. Pourquoi avait-elle eu l'idée de mettre autant de plat au menu ? En tout cas, on pouvait sentir que les tensions étaient redescendues mais je restais tout même persuadé que le peuple n'oublierait pas de sitôt les nombreux écarts de cette reine. Enfin, tout cela ne me concernez pas, George avait raison, nous devions simplement faire honneur à la cour anglaise sans faire honte à la cour écossaise. Je n'avais pas adressé la parole de tout le repas à Lucy Somerset mais, maintenant que la danse commencée, j'avais bien envie d'apprendre à la connaître. "Alors dites moi madame Somerset, comment vous portez vous après ce repas ?".
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Sam 11 Juin - 13:33
Tous ∞ Lucy

Malgré ses années à la cour, Lucy n’avait jamais eu le loisir de se faire des connaissances écossaises, voilà pourquoi elle était enchantée de se trouver aux côtés des époux Gordon pour ce banquet qui promettait d’être fastueux. Une fois les présentations faites, le couple et la baronne commencèrent leur conversation. Anne semblait être une jeune femme vive, pleine de joie de vivre et elles évoquèrent toutes les deux le présent qui avait été offert à la reine, de la part de l’Ecosse. Anne proposa de donner à Lucy l’adresse du joaillier, pour qu’elle puisse commander ses parures.

« Je serai ravie de connaître vos secrets lady Gordon. On oublie parfois en Angleterre que les Ecossais ont aussi de très beaux joailliers. On raconte ici que c’est votre régente Marie de Guise qui les a apportés de France, est-ce vrai ? » Demanda la baronne pour continuer cette conversation. Lucy était toujours curieuse et aimait toujours en apprendre un peu plus sur les pays qu’elle ne connaissait pas. L’Ecosse avait été et reste toujours un pays ennemi, mais cela n’en fait pas pour autant un pays inintéressant. En plus, Marie de Guise était à ses yeux une femme courageuse qui parvenait avec beaucoup de mal à maintenir la paix dans son pays et qui avait eu également la force d’envoyer sa fille en France pour la protéger. Peu de femmes seraient capables d’un tel sacrifice. Ils étaient en pleine conversation quand lady Anne de Clèves, ancienne reine de cette nation vint à eux pour présenter ses hommages et ses vœux pour cette nouvelle année. Tout comme Catherine Parr, Anne avait épousé le roi Henry VIII et elle était à ce jour la dernière de ses épouses encore en vie.
« Je vous présente également tous mes vœux lady Anne. Souhaitez-vous, vous installer avec nous pendant ce repas, cela serait un tel honneur. » Disait la jeune femme tout en souriant. Elle savait que la présence de lady Anne honorerait également le couple écossais.

Les plats furent servis par les serviteurs de la reine qui apportèrent les viandes, poissons, légumes et fruits, tout cela pour combler les papilles des nombreux invités de la souveraine anglaise. Comme à son habitude, Lucy mangea très peu, pour mieux profiter de la conversation avec ses compagnons de table. Son époux était également à ses côtés, faisant la conversation avec ces messieurs. Lucy se sentait bien, elle aimait l’avoir à ses côtés, mais cela ne l’empêchait pas de s’inquiéter pour lui. Son mari avait certains penchants pour la violence, qui l’avaient déjà conduit vers la prison, elle espérait vivement que cette année 1556 soit un nouveau commencement pour toute leur famille.

Le banquet fut somptueux et une fois les mets engloutis, la reine fit appel à la danse, pour la plus grande joie des plus jeunes invités qui pouvait s’illustrer dans les pas de danse. Lucy se mit volontairement en retrait et continua sa conversation avec lady Anne.
« Je me porte très bien, tout ceci est un moment de joie et de fête, notre reine doit être félicité pour nous avoir ainsi tous réunie. » Elle se tourna vers Anne de Clèves qui était à leurs côtés. « Lady Anne était une très bonne danseuse quand elle portait la couronne de notre pays, je m’en souviens encore comme si c’était hier. » Elle souriait et se souvenant de cette période fastueuse.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
La mélancolie s'appelle Andalousie
♕ Métier : Duchesse de Malaga y del Infantido et Dame de compagnie de la reine Mary Tudor ♕ Age : 29 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Indi, Poison, M-J, castamere rains ♕ Mon nombre de messages est : 418 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/04/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Rosalie Woodley || Margaret Douglas

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  Mer 15 Juin - 23:25

Un vent nouveau !

La jeune femme était un peu tendue. Mais fort heureusement, un sourire s'affichait au fur et à mesure qu'elle parlait avec la princesse Jeanne de Habsbourg. Naturellement, son accent espagnol qui tendait à s'effacer avec le temps, revenait. Il donnait à son anglais un ton beaucoup plus chantant. Plus encore, la princesse venait de lui apprendre que le voyage qu'avait fait son frère s'était bien déroulée. Elena laissa s'échapper malgré elle un soupire de soulagement. Comme toute espagnole qui se respect, elle avait hardiment prié le Seigneur, lui demandant de veiller sur l'héritier de toutes les couronnes Habsbourg. Fort heureusement, il avait entendu ses prières. Toutes ses prières sauf peut-être une, celle de trouver un époux. Elle le savait le temps ne jouait plus en sa faveur désormais. À vingt-cinq ans passé, les prochaines années sans mari seraient des années de trop. Elle devait trouver un mari, ne serait-ce que pour avoir une descendance et transmettre le titre que le roi CharlesQuint avait eu la bonté et la grâce de lui laisser. D'ordinaire, il était de coutume que le titre revienne au roi qui en disposait alors à sa guise s'il n'y avait pas d'héritier. Mais pour Elena c'était différent. Au nom de leur amitié, le roi avait accédé à la demande du duc, faisant de la jeune femme son unique héritière et détentrice du titre à la mort de son géniteur. Et voilà qu'elle se demandait presque si le Duc del Infantido n'était pas le meilleur parti qu'elle connaissait. Après tout, elle l'avait déjà côtoyé lorsqu'il était encore question de mariage.

Elena sourit à la remarque de la princesse avant d'accueillir à leurs côtés la Duchesse de Lyon, Mary De LaCroix. Elle avait rencontré la jeune Duchesse en se rendant auprès d'Agnès Livingtone. Et si Jeanne ne répondit à la sœur du roi de France, Elena elle lui répondit avec bienveillance et une réelle affection dans la voix. Elle la connaissait peu, mais ce qu'elle avait vu d'elle lui faisait pour l'apprécier. « Je vous remercie Lady De LaCroix. Les jours ont été meilleurs, mais aussi bien ire. Notre Seigneur nous donne la foi d'avancer. Avons-nous d'autres choix d'ailleurs... » L'espagnole laissa en suspend son interrogation. « Mais et vous, comment vous portez-vous ? » demanda la jeune femme. Déjà l'heure su banquet s'annonçait. La jeune femme reprit sa place auprès de la Reine Mary. Les plats défilèrent devant elle. Elle essaya de les goûter et s'arrêta avant que ce trop plein de nourriture ne finisse par lui donner la nausée.

Puis vint le temps des danses. Mary les aimait, du moins elle le faisait croire. Elena le savait. Mais avec qui danser ? Elle devait se décider rapidement. La reine avait invité ses Dames D'honneur à ouvrir le bal. Tout comme Jane Dormer ou Frances, Elena s'exécuta. Elle se leva et passa près de la princesse espagnole. Cette dernière lui suggéra d'inviter le Duc del Infantido à danser. Cette proposition fit rosir les joues de la jeune femme dont le regard alla se poser sur le garde. « Vous n'y songez pas votre Altesse. Est-ce à nous d'inviter les hommes ? Et puis... » La Brune n'eut pas le temps de poursuivre. L'homme s'était approché et se tenait en face d'elle. Il planta son regard dans le sien et s'inclina devant celle qui était maintenant Duchesse de Malaga. Un petit sourire en coin, et voilà qu'il lui tendait une main signe d'une invitation silencieuse. Elena regarda tour à tour son amie et le Duc. Après quelques minutes d'hésitation, elle plongea dans une révérence et posa délicatement sa main dans la sienne. Elle se laissa emporter sur la piste de danse. Une danse s'écoula, puis une seconde et les couples que formaient les dames de Mary et leur cavalier furent rejoint par d'autres. Ô Ave Maria, que faisait-elle ainsi à ne pas réussir à se soustraire des mains du Duc. Un court instant, son regard coula vers Jeanne de Habsbourg la suppliant presque d'intervenir d'une manière ou d'une autre sans que cela ne froisse le Duc.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.



L'Espagne:
 

juillet2015:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: ❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)  
Revenir en haut Aller en bas
❧ EVENT n°16 ♣ Un vent nouveau souffle sur l'Angleterre (1er janvier 1556)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Event VIII.2 : Avènement d'un nouveau gouvernement
» HAITI SURPRISE !UN AUTRE VENT SOUFFLE SUR LE PAYS !
» Et un vent nouveau hurlera à travers les plaines.
» Carnet de voyage, feuilles déchirées, vent qui souffle.
» Le vent qui souffle ici est bien trop froid a mon gout...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: