AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Nouvelle vie, nouvelle tristesse :: RP LIBRE  Lun 23 Mai - 16:58
?? ∞ Annabeth

Ses hurlements avaient retenti sur toute la place, quand les flammes commencèrent à caresser le doux visage de sa sœur. Ses cris étaient étouffés par la clameur de la foule en délire et par ceux de la très jeune Rosemary Blackwood. Il ne restait plus que les cendres et les larmes. Rosemary, petite sœur adorée, petite sœur tant recherchée, était partie à tout jamais. Elle s’était évanouie en entendant les cris déchirant de sa sœur et en voyant la vue insoutenable de la chair en train de se consumer. Sa tête avait claqué violement sur le sol quand l’agonie de la plus jeune des Blackwood prit fin. Rosemary était partie.

Les cris résonnaient toujours dans sa tête quand Annabeth Blackwood se réveilla de son cauchemar. Les semaines s’étaient écoulées depuis ce terrible drame, mais la douleur restait toujours intense. La jeune femme n’oubliait pas, elle avait toujours les mêmes images en pensées, toujours les mêmes regrets. Si elle avait su interprêter les signes de ses visions, elle aurait pu sauver Rosemary, mais s’était trop tard, sa petite sœur n’était plus et elle n’avait pas de sépulture où se recueillir. Lors de l’exécution quelques passants la conduisirent dans une taverne pour lui faire respirer les sels et la réveiller. Annabeth avait menti pour ne rien laisser paraître, elle s’était fait passer pour une nature fragile qui n’avait pas supporté sa première exécution. On avait ri, elle nerveusement puis, elle était partie, retournant jusqu’à la place. Il n’y avait plus rien, les os se consumaient toujours, Rosemary n’existait plus. Elle ne put pas récupérer les cendres et celles-ci furent jetées dans la Tamise. Pour tous, Rosemary Blackwood resteraient à jamais une traîtresse, une hérétique qui avait trahi sa souveraine. Tous oubliaient son jeune âge et personne ne semblait vouloir se rappeler qu’elle avait été une jeune femme si généreuse.
Annabeth n’oublierait pas, elle n’oublierait jamais. A la mort de Rosemary, la jeune femme avait tout quitté, elle n’était jamais retournée à la cour et encore moins auprès d’Héléna Sheridan. Elle était la fille de la traîtresse et en rien elle ne voulait impliquer cette si noble dame. Pour tous, Annabeth avait disparu, son existence avait été détruite par la mort de sa jeune sœur.
En quittant le lieu d’exécution, elle s’était rendue au bord de la Tamise, cherchant vainement une trace de sa petite sœur. Elle resta là, au bord de l’eau, contemplant son calme alors qu’au dehors régnait la tempête de la terreur. Annabeth n’avait pas bougé durant une bonne journée, regardant toujours cette eau si noire qui semblait partager sa détresse. Elle avait repris sa marche, ne quittant pas les abords, jusqu’à ce qu’elle tombe sur un groupe de lavandière, lavant avec dureté draps et chemises au bord de l’eau. Annabeth s’arrêta, conversa avec la patronne, puis elle ne quitta plus jamais cet endroit. Avec son argent, elle se logeait avec une autre fille dans une chambre miteuse, elles se parlaient à peine, chacune vivant sa vie et vivant avec ses propres malheurs. L’ancienne Annabeth n’existait plus, ici, chez les lavandières, elle se nommait Anna. Le travail était dur, mais la jeune femme ne se plaignait pas, elle avait connu pire et au moins ici, elle vivait avec dignité. Quand elle croisait des visages connus dans la rue, elle était certaine qu’on ne la reconnaitrait plus. Ses longs cheveux bouclés étaient attachés avec un simple ruban pour ne pas la déranger, elle portait une robe de seconde main et ses mains étaient abimées par le travail. En quelques semaines, elle avait fini par se débarrasser de l’ancienne elle.

Une nouvelle vie, mais toujours des cauchemars qui venaient lui rappeler l’ancienne. Quand c’était cela, Annabeth s’habillait et elle partait sans manger jusqu’à son travail. Travailler lui permettait de ne pas penser, être en compagnie de ces autres femmes qui partageaient une existence tout aussi minable que la sienne lui permettait de vivre autrement. Elle était seule, mais ne l’était plus. Cette nouvelle vie n’était pas celle qu’elle avait souhaitait, mais quand elle pensait à Rosemary, elle aurait pu connaître pire. Jamais elle ne bénéficierait de la fortune des Blackwood qui avait été prise par la couronne, mais elle s’en moquait, l’argent n’aurait jamais fait son bonheur. La dureté du travail était son seul plaisir maintenant, elle brossait, frottait, lavait… Puis, il y eut cette image, un visage flou, une nouvelle vision, une nouvelle rencontre. Cette journée ne serait pas aussi ordinaire. Troublée, elle s’arrêta quelques minutes, demandant de l’eau, faignant une faiblesse. Elle eut un peu de vin et reprit le travail, être lavandière ce n’était pas pour les faibles et si elle voulait gagner de l’argent avec dignité, elle ne devait pas perdre ce travail. Rosemary devait la regarder de là-haut et Annabeth ne devait pas la décevoir.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle tristesse :: RP LIBRE  Lun 30 Mai - 14:55
Henri songeait, il était assis au bord de la tamise et repensait à sa vie et à ce qu'elle avait été , en vérité cette nouvelle vie était différente de ce qu'il avait imaginé . Il avait connu la noblesse dans sa jeunesse et avait perdu certains de ces rudiments depuis. Il n'avait jamais imaginé qu'en rencontrant Joane il ferait tout pour retrouver son titre. C'était pour elle qu'il l'avait fait, pour lui offrir une vie meilleure, mais il ignorait si cette vie lui convenait. Il sentait par moment que cette vie lui était étrangère et que ça ne devait pas être facile tous les jours, sans doute que son travail lui manquait aussi. Il se trouvait un peu égoïste d'avoir peu penser à ce que ce changement pourrait être pour elle. Tout avait été si vite, mais il ne regrettait pas, de plus il était père maintenant, tout le monde croyait que ce n'était pas sa fille, personne ne connaissait la vérité, mais peu lui importait. Lui savait.

Le jeune homme avait rendu visite à sa famille d'adoption. Il avait beau être noble de nouveau il n'oubliait pas qu'ils l'avaient aidés et qu'ils avaient toujours tout accepté, alors il continuait de les aider de temps en temps, en mettant la main à la patte. Les champs n'avaient plus aucun secret pour lui. Cela lui faisait du bien de retrouver ses activités, de faire quelque chose de concret. Être noble n'était pas exactement bien passionnant, du moins pas autant qu'Henri l'avait espéré. Le comte de Morangier devrait bientôt se rendre de nouveau en France dans son comté afin de garder un œil sur son domaine et de montrer qu'il était présent malgré tout. Les longs voyages n'étaient pas amusant, mais il se devait de retourner là-bas. C'était son devoir.

Il portait un seau d'eau qu'il devait apporter à sa famille d'accueil, il avait laissé sa cape et remis des veilles bottines. Ça lui était égal d'entendre quelques chuchotement dans son dos. Il avait beau être noble il n'oubliait pas d'où il venait. Il avait remarqué une demoiselle qui travaillait près de l'eau. Elle avait un air de tristesse sur le visage alors Henri s'avança et s'installa à ses côtés et lui dit :

« Bonjour mademoiselle, tout va bien?»

Il ne savait pas pourquoi il venait vers elle, mais il sentait que quelque chose n'allait pas. Il espérait juste qu'elle veuille bien lui parler.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle tristesse :: RP LIBRE  Sam 9 Juil - 17:32
Henri ∞ Annabeth

Elle avait connu le soleil grâce à la belle Rosemary, mais aujourd’hui, il ne lui restait plus que la peine et les larmes amères d’une vie dont elle n’avait pu profiter en compagnie de sa sœur. A cause des mensonges de sa mère, Annabeth avait perdu dix-sept longues années avec Rosemary. Elles s’étaient connues tard, alors que sa jeune sœur avait appris son existence. Elles avaient appris à se connaître, puis, un jour, elles avaient commencé à faire des projets toutes les deux. C’était un réel bonheur. Un bonheur qu’on lui avait arraché. Rosemary était un soleil, elle était devenue une étoile qui brillait maintenant dans le ciel. Trop jeune, pleine de vie, elle n’avait jamais eu réellement le temps de se construire. Désormais, il ne restait plus rien de cette jolie petite brune, de ce bout de femme forte qui aurait voulu connaître un monde meilleur et qui s’était battue pour lui. Annabeth ne se remettrait jamais de ce choc et à cause de cela, elle avait transformé sa vie, préférant quitter son confort pour la dureté du travail. Elle voulait oublier et ne plus vivre le quotidien avec Rosemary. Même si elle penserait toujours à sa sœur, c’était la meilleure façon pour elle d’avancer.
L’eau était son meilleur élément, Annabeth voulait maintenant fuir le feu qui lui rappelait tant la mort de sa sœur. A ses yeux la nuit était également plus belle, plus propice à la vie que le dangereux jour qui lui avait arraché Rosemary. Il ne lui restait rien à part la vie et la jeune femme se demandait bien si elle méritait encore d’être vécue.
Elle frottait les chemises au bord de l’eau, avec beaucoup de vigueur pour les rendre aussi propres que la patronne le voulait. Elle était stricte, mais juste, elle aimait le travail bien fait et c’était pour cela qu’Annabeth l’appréciait beaucoup. Ici, elle n’avait pas besoin de parler, ni de s’expliquer, on ne venait pas l’ennuyer tant qu’elle faisait son travail. Après son léger malaise, Annabeth avait repris le travail s’éloignant un peu du groupe, prétextant d’avoir besoin de respirer un peu au calme, pour que cela ne se reproduise pas.

Elle était seule quand un jeune homme s’approcha d’elle pour lui demander comment elle se portait. Il avait dû voir son teint pâle, mais une chose étonna la jeune femme, c’était que l’homme portait des vêtements de noble. Habituellement, un noble ne viendrait jamais s’enquérir de la santé d’une pauvresse, pourquoi l’avait-il fait. Elle le détailla sans se relever, ne sachant quoi répondre, puis elle se ressaisit voyant son impolitesse à l’égard de l’homme.

« Pardonnez mon impolitesse, je me porte bien messire, il n’y a pas d’inquiétude à se faire pour moi. » Elle inclina le visage montrant ainsi qu’elle connaissait les bonnes manières quand elle se trouvait en présence d’un noble, puis elle continua cherchant à savoir s’il avait besoin de requérir les services des lavandières. « Avez-vous besoin de faire nettoyer votre linge ? Sinon la patronne se trouve là-bas ? » Disait-elle tout en indiquant la patronne qui examinait le travail qui avait été fait sur des draps.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle tristesse :: RP LIBRE  
Revenir en haut Aller en bas
Nouvelle vie, nouvelle tristesse :: RP LIBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Magazin de jouets] Une nouvelle poupée? [PV: Drozell Keinz & Jude Wolf]
» [LIBRE] Une nouvelle Directrice
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: