AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La séduction a un visage
avatar
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 154 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

Message Quand vint le temps des retrouvailles ♦ écrit Lun 18 Juil - 22:05
Quand vint le temps des retrouvailles


Cela faisait quelques jours qu'elle était arrivée de Devonshire House avec ses employeurs, le Duc et la Duchesse de Devonshire. Ils étaient arrivés à Whitehall Palace et Lorena passait son temps à s'occuper de ses enfants et de ceux d'Antanasya. En particulier le petit Thomas dont elle était devenue la mère de lait. Elle partageait son lait entre ses jumeaux et le petit dernier Cavendish.

Elle se souvenait du jour de la naissance du petit Thomas Cavendish. Sa venue au monde était tellement attendue...Après tout, avant lui, il n'y avait qu'un fils chez les Ducs de Devonshire: le petit Henri, ce qui était très peu. On préférait ne pas y penser mais si il arrivait quelque chose à l'héritier du clan, il n'y aurait eu personne pour reprendre le titre...Mais, maintenant, avec la naissance de cet enfant, on était sur que le titre allait rester dans la famille.
Une grande fête avait été organisée et elle y avait même été conviée! Evidemment, elle avait plus passé de temps à s'occuper des enfants que de s'amuser mais la liesse générale arrivait à lui faire passer ça.



Ils étaient arrivés à la Cour quelques temps après la naissance, pour montrer le nouveau né au monde de la noblesse. C'est là-bas qu'elle avait revue son amie d'enfance: Elena d'Altafuente. Quelle surprise! Elle avait été ravie de revoir son amie fraîchement devenue Duchesse. Lorena et Elena avaient passé un excellent moment. Elle en avait profité pour lui présenter Juan et Arina, ses petites merveilles. Puis, le devoir les appelant chacune de leurs côtés, elles s'étaient séparées.
Pendant qu'elle s'occupait des enfants Cavendish, une réalité lui frappa au visage. Elena avait souffert. Terriblement souffert de son départ. Lorena était partie de leur Espagne natale sans prévenir, apeurée par ce mariage forcé qui lui pendait au nez et dont elle ne voulait pas. Sans penser aux conséquences, elle avait fuit....En provoquant un séisme parmi ses amis proches qu'elle n'avait pas prévenu.
Heureusement, Elena, au moins elle, semblait lui avoir pardonné.


Mais elle avait recommencé son erreur. Elle avait encore fui. Le Red Lantern, Mary-Ann, Blanche, Arthur et...Constance. Quelle réaction avait-elle eu en apprenant qu'elle avait disparu? Qu'une de ses amies n'était plus là quelques semaines après son mariage...Alors que Lorena lui avait fait la promesse de toujours rester à ses côtés?

En moins d'une après-midi, l'ancienne fille de joie avait pris sa décision. Elle demanda à son employeuse la possibilité de prendre quelques journées pour elle et d'aller faire une balade dans Londres, proclamant la nostalgie de cette ville où elle avait vécu pendant si longtemps. Heureusement, Antanasya Cavendish accepta.


C'est ainsi que la nourrice et gouvernante des petits ducs de Devonshire se retrouva dans ce carrosse frappé des armoiries des Ducs de Devonshire, les Cavendish. Lorena avait pris la décision d'aller voir une de ses meilleures amies: Constance Bennet - Wayne. Il fallait à tout prix qu'elle s'excuse. Alors, peut être que Constance n'allait pas lui pardonner de ne pas avoir donné de ses nouvelles depuis ce mois de mai où le mariage avait été célébré mais il ne fallait pas qu'elle la laisse sans nouvelle. Elle triturait ses mains en se demandant comment aller se passer ces retrouvailles. Où en était Constance dans sa vie de couple et comment se débrouillait-elle en maîtresse de maison?
Des petits bruits attirèrent son attention et elle regarda sur la banquette en face d'elle. Encore une fois, elle avait refusé de partir sans sa progéniture. De plus, il fallait donner une preuve au couple Wayne. Arthur lui tenait encore rigueur - le croyait-elle en tout cas- du fait qu'elle avait caché sa profession et elle avait laissé Constance malgré le fait qu'elle avait promis de l'aider et de rester la pour elle. Elle comptait respecter - enfin - cette promesse....Enfin, si les jeunes mariés le lui permettait. Sinon, elle retournerait à Whitehall Palace puis à Devonshire House et ce sera la dernière fois qu'ils entendraient parler de celle qui fut la perle exotique du Red Lantern.

"Dame Martines!"
Lorena sursauta, soudainement revenue à la réalité, puis reprise contenance:
Qui a t'il?
Excusez-moi de vous avoir surpris mais vous m'avez fait peur: vous ne me répondiez pas! Le cocher prit une pause et dit: C'était pour vous dire que nous étions arrivés madame!
En effet, elle n'avait pas remarqué sur le coup, mais le carrosse s'était arrêté. Elle tira le rideau pour regarder à l'extérieur et eu le souffle coupé en voyant la demeure des Wayne. Cette petite chaumière qu'elle n'avait vu qu'une fois. Le jour du mariage. Elle se souvenait de Constance dans cette magnifique robe qu'elle avait fait et de Jane-Ann, ravissante en demoiselle d'honneur. Elle soupira pour maîtriser ses émotions. Ce n'était pas le moment de perdre son sang froid. Elle passa ses mains sur son visage puis celles-ci allèrent remettre son voile en place sur ses cheveux écarlates. Son regard croisa celui du cocher, attendant ses ordres, et elle hocha la tête.
Ainsi, il sauta de son siège, mis un marchepied et ouvrit la porte, Lorena sorti, aidée par le cocher, et attendit qu'il sorte ses enfants. Il lui donna le "landau" qui les contenait.
Attendez un peu. Je ne suis pas certaine que ma visite soit désirée. Si vous me voyez entrer, revenez dans une heure!
Le cocher fit une révérence puis remonta sur son siège tandis que l'ancienne danseuse se dirigea d'un pas léger et un peu hésitant vers la porte d'entrée.

Elle brandit la main, le poing fermé, hésita...Puis, prenant son courage à deux mains, elle tapa deux coups avant de reculer d'un pas. Elle attendit qu'on veuille bien lui ouvrit.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Quand vint le temps des retrouvailles ♦ écrit Lun 22 Aoû - 22:15
[Si ça ne te dérange pas, je place le RP au moment où Constance se trouve alitée, tu pourras voir les raisons dans mon RP avec Arthur, du coup le notre pourrait être vers fin février. Ca te convient ? ]

Arthur ∞ Constance

Constance Wayne/Paton vivait très mal sa grossesse, après les premiers mois de bonheur, vint très rapidement la peine et la peur de perdre ses enfants. Son gros ventre la faisait souffrir et suite à un saignement, elle avait cru perdre ses bébés, mais par miracle, ils continuaient à s’accrocher. La jeune femme disait les bébés, puisque c’était la confirmation qu’elle avait eu au moment de ses saignements, la taille de son ventre, la fatigue, tout portait à croire qu’il n’y avait pas qu’un enfant, mais très certainement deux. La jeune femme vivait dans la peur et elle craignait de perdre ses enfants. La sage-femme avait recommandé beaucoup de repos à Constance et surtout de ne pas quitter la maison. Elle pouvait marcher un peu pour ne pas souffrir par la suite de ses jambes et les garder fortes, mais elle ne devait pas se brusquer. Depuis l’incident, elle confiait toutes ses tâches extérieures à Eliott qui faisait les courses et la petite Jane-Ann l’aidait à la maison. Arthur était également très présent et faisait tout pour que son épouse ne soit pas fatiguée plus que de raison.
En ce matin de fin février, Constance avec l’aide d’Eliott avait fait quelques pas dans le jardin pour prendre l’air et également détendre ses jambes engourdies. Elle avait fait très attention, évitant de trop en faire. Au fil des semaines, la jeune femme sentait son ventre s’alourdir, ce qui l’épuisait énormément. Passer du temps au lit à se reposer était donc naturel, même si elle s’ennuyait beaucoup. Durant la journée, quand Arthur travaillait, Constance n’était jamais seule, Eliott était toujours là, Jane-Ann également et elle recevait de nombreuses visites de voisines qui venaient prendre de ses nouvelles et constater l’avancée de sa grossesse. Celles qui avaient déjà enfanté avaient toutes des théories sur le sexe des enfants et elles passaient leur temps à prodiguer à la future mère des conseils. Cependant, ces conseils étaient pires que mieux puisqu’ils avaient tendance à angoisser la jeune femme et à l’inquiéter encore plus. L’accouchement lui faisait peur tellement il lui paraissait dangereux et Constance craignait que quelque chose se passe mal. Si elle venait à mourir, elle se demandait comment irait Arthur et également la petite Jane-Ann qui a un si jeune âge avait déjà perdu tant de personnes. Chaque soir, Constance priait pour que tout se déroule bien, mais plus la grossesse passait, moins elle y croyait, tout ce qui lui importait, c’était que ses enfants viennent au monde vivants.

Depuis sa promenade du matin, la jeune femme était allongée dans son lit. Jane-Ann lui avait apporté de quoi manger durant le déjeuner, mais elle avait à peine touché à son assiette. La faim n’était pas là, elle était beaucoup trop fatiguée. Elle se reposait quand Jane-Ann vint la voir pour lui annoncer une visite, la petite resta mystérieuse et laissa entrer dans la chambre une jeune femme rousse pour qui Constance était morte d’inquiétude depuis de nombreux mois.

« Lorena. » S’exclama la jeune femme d’étonnement tout en se redressant contre l’oreiller. « Mais comment ? Pourquoi ? » Elle avait tellement de questions en tête qu’elle ne savait pas par laquelle elle pouvait commencer. Cela faisait des mois que Lorena avait quitté le Red Lantern ne donnant de nouvelles à personne, pas même à Mary-Ann qui s’était beaucoup inquiétée pour sa protégée. La disparition de Lorena avait été un mystère si bien que tout le monde avait fini par croire à sa mort, comme cela arrivait souvent aux jeunes femmes qui s’égaraient la nuit dans les rues de Londres. Malgré son étonnement, Constance était contente de voir que ton amie était devant elle et en pleine santé et que c’était bon de pouvoir la revoir, Lorena lui avait beaucoup manqué, surtout au moment de la mort de Rosemary.
code by Silver Lungs



    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La séduction a un visage
avatar
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 154 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

Message Quand vint le temps des retrouvailles ♦ écrit Mar 23 Aoû - 17:20
Pas de sushi! Very Happy

Quand vint le temps des retrouvailles


Se triturant nerveusement les mains, Lorena attendit -avec une légère appréhension - qu'on lui ouvre la porte. Elle était déjà entrée sans s'annoncer mais c'était dans d'autres circonstances. Elle imaginait mal le couple Wayne l'accueillir à bras ouverts dans de telles circonstances...Alors, si, en plus, elle entre et se pointe comme une fleur, ça n'allait pas être approprié.

Intérieurement, elle ne souhaitait pas que la personne qui ouvre soit Arthur. Celui-ci lui portait déjà assez rancunes à son égard et elle le connaissait assez pour savoir que, soit, il lui claquerait la porte au nez en prétextant à son épouse qu'il s'agissait d'une erreur; soit, qu'il la laisse entrer bon grès mal grès parce qu'il savait que, quoi qu'il arrive (du moins, c'est ce qu'elle espérait), elle et Constance resteraient amies et qu'on ne les séparerait pas comme ça.

Heureusement, la personne qui lui ouvrit fut la fille adoptive de Constance: Jane-Ann. Celle-ci, mature pour son âge, fit de grands yeux en s'exclamant: Mademoiselle Avaline?
Sans se laisser troubler, Lorena commença: oui, c'est moi...Est ce que Constance est là?
Comprenant qu'elle n'obtiendrait aucunes explications, Jane-Ann dit: Oui, Mademoiselle. Elle est au lit
Au lit?! dit Lorena, en entrant. Elle se baissa et demanda, d'une voix paniquée: Comment ça, elle est au lit?! Elle est malade?
Touchée par l'inquiétude, la petite répondu: Non. Elle n'est pas malade, Mademoiselle! Elle va bientôt donner la vie
Lorena la regarda: Constance est enceinte?! dit-elle, avec un grand sourire. Constance allait être Maman! Et si elle était au lit, ça voulait dire que la naissance n'était qu'une question de jours! ...Et Arthur n'était pas là. Lorena se leva et regarda autour d'elle. En effet, il n'était pas là! Elle soupira. Avant de se filer une claque mentale. Bon, d'accord, il n'était pas là alors que sa femme n'allait pas tarder à donner naissance à un de ses héritiers mais il le faisait pour ramener plus d'argent à la maison! A avoir vécu dans l'opulence de la maison close puis de Devonshire's House, elle avait oublié combien c'était dur de gagner sa vie. D'un coup, elle remercia le mari de Constance de prendre soin de sa petite famille. Et elle le connaissait assez pour savoir qu'il ne bougerait pas d'ici sans prendre quelques précautions.
Elle redirigea son attention vers la petite. Tu peux m'amener jusqu'à elle?

Connaissant l'amitié qui unissait les deux jeunes femmes, Jane-Ann accepta et conduit Lorena à travers l'étage de la maisonnée. Elles s’arrêtèrent au bout du couloir où Jane-Ann annonça à Constance de la visite avant d'ouvrir la porte et de s'effacer, permettant à Lorena d'entrer.

« Lorena. » Déposant le landau contenant Juan et Arina (qui ne s'étaient pas réveillés), Lorena se dirigea vers Constance. Ne te redresse pas pour moi, repose-toi! dit-elle, ne voulant pas que Constance se fatigue inutilement. Elle aurait besoin de toute sa force le jour de l'accouchement.

« Mais comment ? Pourquoi ? » Lorena prit le temps de surélever le coussin de Constance de façon à ce que la future maman soit mieux installée. C'est une longue histoire! elle soupira: et, vu ton état, je me dis que j'aurais du attendre ta délivrance avant de venir tout t'expliquer.
Il fallait qu'elle s'explique. Pour s'excuser. Elle avait promis à Constance de l'aider en tout. En lui apprenant comment satisfaire un homme pendant l'acte d'amour. En la soutenant quand elle tomberait enceinte. Et elle n'avait rien fait. Si Constance acceptait son pardon, elle espérait être là pour l'aider avec l'enfant...ou...
C'est des jumeaux, non? Elle avait eu aussi un gros ventre comme ça quand elle était enceinte. Enfin, qu'importe! Tu seras une bonne mère!

Elle dirigea son attention vers le landau (qui ressemblait plus à un gros panier): je te dois des explications! Lorena se dirigea vers son panier pour en ôter la petite couverture: La raison pour laquelle j'ai quitté le Red Lantern... Elle prit, avec la force de l'habitude, Juan et Arina dans un bras chacun et se tourna vers Constance: Ce sont eux...

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

LA FILLE DU BOURREAU ♌ le petit oiseau des rues.
avatar
♕ Métier : Ancienne serveuse au Flying Dutchman ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Ecstatic Ruby ♕ Mon nombre de messages est : 1579 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 41 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 14/04/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya, Elizabeth, Edward, Annabeth, Jane, Jack, Philippe

Message Quand vint le temps des retrouvailles ♦ écrit Jeu 20 Oct - 21:09
Arthur ∞ Constance

Revoir Lorena était un choc pour elle, après ces longs mois d’absence et sans aucune nouvelles de sa part, elle n’aurait jamais pensé la revoir. Mary-Ann avait été la première à évoquer sa disparition, elle s’était beaucoup inquiété, surtout que Lorena ne lui avait même pas laissé de nouvelles. Après le choc, la maquerelle fut très en colère de cet abandon et Constance avait pris l’habitude de ne plus évoquer Lorena, espérant que cette dernière se porte bien et qu’elle ait pu réaliser ses rêves. La jeune femme était très proche à l’époque de la jolie rouquine, cette dernière avait même été son témoin lors de son mariage, elle lui avait confié ses doutes, ses peurs, ses joies. Son abandon lui avait fait un choc et avec la mort de Rosemary, Constance s’était retrouvée seule sans ses meilleures amies et à un moment très difficile pour elle. Sa grossesse lui faisait peur, elle craignait de mourir et d’entraîner ses enfants, alors qu’ils ne le méritaient pas. Elle avait déjà eu une grosse frayeur qui l’avait condamné à rester cloué au lit et maintenant elle redoutait le terrible moment de l’accouchement. Beaucoup de femmes n’en ressortaient pas vivantes et c’était bien ça qu’elle craignait. Constance avait peur de mourir et de laisser Arthur seul. Il avait besoin d’elle, tout comme elle avait besoin de lui et si elle venait à mourir, elle avait peur qu’il ne bascule dans un univers plus sombre. Il était déjà très impliqué dans ses tâches de garde, elle savait qu’il aidait la reine à se défendre des hérétiques et parfois, Constance le savait même s’il ne l’évoquait jamais, il était contraint à faire des choses terribles.
Face à sa question, Lorena lui répondit que tout ce qui lui était arrivé, était une longue histoire. Par chance, Constance avait tout son temps pour l’entendre et elle avait besoin d’avoir des explications quant au comportement de la jeune femme. En plus, quand elle voyait la jolie robe de Lorena, elle se disait que celle-ci avait l’air de s’en être très bien sortie, elle avait la santé et certainement une bonne situation.

« J’ai tout mon temps comme tu le vois, la sage-femme m’a dit de ne pas bouger et je n’ai guère de distractions. » Souffla la jeune femme tout en posant ses mains sur son ventre énorme. Lorena constata alors celui-ci, de toute façon, on ne voyait que cela, même avec des couvertures par-dessus. Elle fit la même constatation que toutes les personnes qui l’ont vu jusqu’à ce jour, elle pouvait qu’avoir des jumeaux.
« Oui d’après ce que tout le monde me dit. » Soupira la jeune femme, ne répondant pas au fait que Lorena lui dise qu’elle serait une bonne mère. Constance ne le savait pas, elle n’avait jamais été maman et elle se rappelait peu de sa propre mère. « Je ne pensais pas que cela serait si difficile et cela cause beaucoup trop de soucis et d’inquiétude à tout le monde. » Constance ne voulait pas s’étendre sur ses problèmes de santé, tout ceci était déjà une très grande source de panique pour elle. Chaque jour, elle voyait l’inquiétude dans le regard d’Arthur, de son père, d’Eliott, de Mary-Ann, de la petite Jane-Ann, ils étaient tous présents à ses côtés, mais tous s’attendaient au pire.

Puis, Constance finit par avoir toutes les explications qu’elle voulait. Elle ne l’avait pas remarqué, mais Lorena était entrée dans la pièce avec un grand panier et quand elle se leva pour s’en approcher, elle en sortit deux petits bambins. Ses enfants.
« Lorena, ils sont magnifiques. » Disait la jeune femme en se redressant difficilement pour mieux voir les deux bébés. « Mais, comment ? Pourquoi tu ne m’as rien dit ? J’aurai pu t’aider, Mary-Ann t’aurait aidé, elle adore les enfants. » Ajouta Constance tout en regardant les deux bébés de plus près tandis que Lorena se rapprochait du lit. « Tu n’aurais pas dû partir comme ça, on s’est tous inquiété et Rosemary est morte, j’ai cru que je portais malheur à tous mes amis. » Son ton était devenu plus triste et ses yeux se remplirent de larmes quand elle pensa à la pauvre Rosemary morte brûlée sur un buché.
code by Silver Lungs



    l'ange des rues
    PETIT OISEAU S'ENVOLERA UN JOUR ET NAVIGUERA LOIN SUR LES OCEANS.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La séduction a un visage
avatar
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 154 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix

Message Quand vint le temps des retrouvailles ♦ écrit Jeu 3 Nov - 18:00
Quand vint le temps des retrouvailles


Quand elle entra dans la chambre, ce fut une Constance surprise, alitée et enceinte jusqu'aux yeux qui l’accueillit.
En regardant la chambre, bien que très bien aménagée et décorée avec goût selon la position de soldat de la garde royale du maître de maison, elle pensait qu'elle faisait tâche dans le décor avec cette robe couleur sang et son voile bleue lui camouflant sa chevelure couleur de feu.

Tandis qu'elle aidait Constance à remettre son coussin dans son dos, cette dernière lui demanda ce qui lui était arrivée. Elle s'était attendue à cette question et avait répété des centaines de fois le scénario dans sa tête: « J’ai tout mon temps comme tu le vois, la sage-femme m’a dit de ne pas bouger et je n’ai guère de distractions. »

Lorena profita de sa position pour regarder le ventre arrondit déformant les draps. Cela ne faisait aucuns doutes qu'il n'y avait pas qu'un seul bébé qui se développait. « Je ne pensais pas que cela serait si difficile et cela cause beaucoup trop de soucis et d’inquiétude à tout le monde. »
Lorena soupira en disant: justement! Je me dis que le choc sera un peu trop rude! Elle comprenait Constance. Personne n'est réellement préparé à devenir parent. Lorena en savait quelque chose...Surtout qu'elle n'avait jamais cherché à tomber enceinte. Elle avait pris milles précautions mais...Les accidents arrivent.
Avant d'en avoir l'intime certitude, elle avait réfléchi à milles et une manière de se débarrasser à ce qu'elle considérait comme un abcès. Puis le médecin lui avait confirmé sa grossesse... Et l'amour maternel avait pris le dessus. Une prise de conscience l'avait prise... Elle n'avait pas demandé à être mère mais le bébé - qu'elle ignorait être deux - n'avait pas non plus demandé à être son enfant. Et, surtout, elle n'était pas certaine d'avoir encore cette chance. Porter la vie, devenir mère, entendre quelqu'un l'appeler "Maman" ou "Mère". Si elle se faisait avorter, Lorena était suffisamment consciente des risques, il n'était pas dit que sa matrice puisse porter la vie encore une fois. Elle aurait fragilisé son corps.

Alors elle avait assumé. Elle aimait cet enfant et elle serait sa mère. Et, mieux encore, mère d'un petit être qui deviendra un homme -ou une femme, ou même les deux- qui dirai(en)t "je vous présente ma mère et je suis fier(e) d'être son enfant". Chose qui ne se serait pas produite si elle était restée au Red Lantern.
Elle savait que Mary-Ann, Blanche, les autres filles, Elliot,le personnel, Constance, Jane-Ann et, même Arthur l'aideraient à élever les enfants et à endosser le dur rôle de mère célibataire dans une société aussi rigide que la leur. Mais elle avait vite comprise qu'être prostituée dans une maison close était dure. Y être mère et élever ses enfants l'était encore plus... Quel enfant serait fier que sa propre mère vende son corps aux plus offrants? Quel enfant dirait d'une telle mère "je suis fier d'être son oeuvre"? Lorena ne le savait pas. Au font, elle était peut être comme Blanche. Peut être n'avait-elle pas vraiment eu envie de devenir une marchande d'amour? Mais la toute puissance que cela lui apportait sur les hommes avaient réussi à lui voiler la face. Ses enfants avaient enlevé ce voile et lui avait ouvert les yeux.

La rouquine montra ses enfants à la future mère. La réaction de Constance ne se fit pas attendre tandis que Lorena se rasseyait pour épargner ses bras. Les petits commençaient à peser leurs poids. « Lorena, ils sont magnifiques. »Elle observa Constance tenter de se redresser. « Mais, comment ? Pourquoi tu ne m’as rien dit ? J’aurai pu t’aider, Mary-Ann t’aurait aidé, elle adore les enfants. »

je le sais... Souffla t'elle. Mais crois-tu qu'ils auraient été fiers que leur mère soit une catin même pas fichue de savoir qui était leur père? Ses mots étaient durs mais empreint de vérité. Comme on dit: "la vérité blesse mais mieux vaut ça qu'un mensonge qui corrompt"Je sais que j'ai blessé tout le monde en fuyant...Toi, Blanche et Mary-Ann les premières mais je devais leur offrir une meilleure vie, et devenir une mère dont ils pouvaient être fiers! Que se serait-il passé si Lorena était restée au Red Lantern. Bien sur, elle ne doutait pas que Mary-Ann l'aurait mise en congé le temps de la grossesse, interdisant les clients à la toucher. Que tout le monde se serait relayé à son chevet pour vérifier que tout allait bien, que la grossesse se passait sans accrocs et qu'on lui aurait tenu la main - comme Antanasya (enceinte jusqu'aux yeux elle aussi) - durant la délivrance. Elle se sentait même coupable d'avoir pu penser que sa maquerelle pouvait penser à la faire avorter.

Mais une fois remise de sa grossesse, elle se serait remise au travail. A coucher pour de l'argent. A espionner. Séparée de ses enfants le temps des passes qui pouvaient durer plusieurs heures. Qui sait ce qu'ils seraient devenus? Juan grâce à l'impulsion de Mary-Ann et Arthur serait-il devenu garde royal à Whitehall Palace, sous le nom de Juan Diego Clives? Avec une mère prostituée, il aurait pu s'en estimer heureux. Mais Arina? Sa précieuse? Elle aurait très certainement travailler comme domestique au Red Lantern avant d'imiter sa mère et de devenir prostituée comme Blanche l'avait fait avec sa mère? Bien sur, Lorena connaissait l'étroit marché entre Mary-Ann et la demie-sœur du Roi de France, la Duchesse de Lyon: Mary de LaCroix, qui était la directrice d'un pensionnat pour jeunes filles défavorisées dans les campagnes du Suffolk. Elle avait vu une de ses jeunes collègues partir là-bas enseigner l'art de la séduction en échange d'une bonne éducation. Elle savait donc qu'Arina serait certainement envoyée dans cette Cross School. Ce qui aurait été le mieux pour Arina si sa mère était restée une prostituée.
Mais voilà, même si elle avait découvert que les origines des pensionnaires de cette école étaient tues, il y avait des chances qu'elles réapparaissent au grand jour et on aurait su que Arina Elisabetta Clives était la fille d'Avaline Primrose Clives, la perle exotique de la maison close la plus célèbre de la capitale anglaise!
Alors que, en tant que Arina Elisabetta Martines, on savait que sa mère en avait été une, qu'elle était le fruit d'une de ses relations (tout comme son jumeau Juan Diego Martines) mais que sa sulfureuse mère avait su ce ranger pour eux. C'était bien plus heureux!

Dès qu'elle était "tombée amoureuse" de cette grossesse, elle avait pris la décision de partir sans rien dire. Si elle avait dit la vérité et qu'elle avait annoncé son attention de partir, on l'en aurait empêchée. Pas par mauvaises attentions mais par crainte qu'il ne lui arrive quelque chose.
C'était égoïste pour ceux qui aimaient Avaline Clives, certes, mais elle l'avait fait pour le mieux. Et tant pis si ses anciennes connaissances ne le comprenaient pas. Pour elle, c'est qu'ils n'en valaient pas la peine et qu'ils ne voyaient en elle qu'une catin bonne à écarter les jambes.
« Tu n’aurais pas dû partir comme ça, on s’est tous inquiété et Rosemary est morte, j’ai cru que je portais malheur à tous mes amis. »


Je suis désolée... dit-elle en posant Juan sur le lit pour prendre la main de Constance mais je suis là maintenant Elle soupira: mais je vais bientôt devoir rentrer à la cour pour le service de ma maîtresse... Je travaille comme nourrice et gouvernante pour la Duchesse de Devonshire

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

Message Quand vint le temps des retrouvailles ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
Quand vint le temps des retrouvailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Salle de détente] Le temps des retrouvailles
» Le temps des retrouvailles
» Quand vient le temps de devenir parents.
» Quand il est temps de partir [Arador] [Terminé]
» Si vous avez du temps à perdre :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: