AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 314 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Lun 22 Aoû - 14:30


Avoir le coeur d'un roi ne suffit pas pour être reine
Le château d'Hever, Anne de Clèves y séjournait depuis quelques mois maintenant. Retirée de la vie de Cour, l'ancienne reine consort d'Angleterre s'occupait comme elle l'avait toujours fait. Cela était loin d'être la première fois qu'elle quittait ainsi Londres. Elle avait toujours préféré le calme de la campagne à l'agitation de la capitale. Mais en ces temps troublés, elle craignait pour Mary et pour Elizabeth. Les rumeurs surgissaient de partout. Et la Duchesse de Clèves savait à quel point elles pouvaient être assassines. C'était ainsi, que tout avait commencé avec Catherine Howard. Des rumeurs qui grondaient à son sujet et sa fin avait été tragique. La pauvre femme avait terminé ses jours décapitée à la Tour de Londres comme Anne Boleyn.

Mais ces rumeurs ci étaient plus grave. Elle mettaient en péril l'équilibre fragile de l'Angleterre. Elles s'en prenaient à Mary et aux Espagnoles. Ces espagnoles, Anne ne les aimaient pas spécialement, mais elle ne les détestaient pas non plus. Sa rancœur allait davantage à celui qui venait de rendre sa couronne, Charles Quint. L'homme venait d'abdiquer en faveur de son fils le roi Philippe, roi consort d'Angleterre. Et dans son entourage, gravitait une dame que la duchesse avait pris en affection. Lavinia Tyburn, comtesse anglaise d'origine écossaise. C'était aussi pour cela qu'elle s'était si vite attachée à la jeune femme. Anne de Clèves aimait l'Ecosse des Stuart, sans aucun doute parce que leur reine n'était nul autre que la belle Marie de Guise. La famille de Guise et des fiançailles avortés avec le jeune François, cousin de la reine Marie de Guise.

Ce fut pour cette raison, parce que Lavinia était écossaise, que l'ancienne reine consort d'Angleterre se permit de lui prodiguer quelques conseils. Anne de Clèves connaissait le prix que coûtait le simple fait d'être proche des rois. Et la jeune blonde semblait bien trop proche du roi Philippe pour que tout ceci n'éveille pas jalousie, mépris et volonté de destruction. Le pouvoir attire les esprits malveillant, Anne le savait. Et maintenant que le roi Philippe était retourné sur ses terres espagnoles, la Comtesse n'avait plus réellement de protecteur à la hauteur du roi. Anne de Clèves avait alors prit sa plume et avait envoyé une lettre invitant la Dame à venir la voir dans son château du Kent.

Anne de Clèves s’affairait dans le château d'Hever lorsque l'on vint l'informer de l'arriver imminente de la Comtesse Lavinia Tyburn. Anne de Clèves se prépara rapidement et se trouvait dans un petit salon peu avant que l'on vienne lui annoncer que son invité était arrivée. Anne de Clèves fit signe à Hedwige d'aller l'accueillir alors qu'elle-même se dirigeait vers la fenêtre pour l'ouvrir.

« Lavinia Tyburn, Madame. » annonça à travers la porte la dame de compagnie et de confiance de l'ancienne reine consort d'Angleterre. « Faites-la entrée. » répondit rapidement la maîtresse des lieux. La porte s'ouvrit et Anne de Clèves se tourna vers la Comtesse d'un air radieux. La laissant entrer et s'approcher, l'Allemande pu contempler la beauté de l'écossaise. À n'en point douter, les rois avaient bon goût, si on l'excusait elle-même. De toute façon, elle n'avait jamais plus à Henri VIII pour son physique mais bien plus pour son esprit vif.

« Bienvenue à Hever, Lady Tyburn. J'espère que vous avez bon voyage, ma chère. » commença Anna de Clèves dont le bien être de ses invités la préoccupait réellement. Puis elle se dirigea vers un divan richement tapissé et fit un petit signe de tête à la comtesse. « Prenez place je vous en prie, Lady Tyburn. Nous serons plus à l'aise ainsi pour converser. » ajouta-elle souriante.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 687 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Mar 23 Aoû - 19:09
Février 1556.
Philippe était devenu roi d'Espagne depuis bientôt un an. Son départ, il y a plus de neuf mois de cela, avait emporté les doux rêves de pouvoir de Lavinia, qui avait trouvé si plaisant de s'imaginer reine, à ses côtés.

Une femme qui avait connu ce qu'était d'être reine, il y en avait une autre que Mary. C'était Anne de Clèves, et celle ci s'était inquiétée de la relation entre Lavinia et Philippe, entendant les commérages et étant assez proche de Mary pour remarquer sa jalousie lorsque celle ci apprit que Philippe avait demandé à ce que Lavinia serve de modèle pour un tableau qu'il souhaitait ramener en Espagne. Philippe avait su calmer les choses, assurant à son épouse que c'était uniquement car Lavinia avait le type de visage recherché sur les œuvres faisant référence à la Grèce Antique qu'il l'avait choisie et pour rien de plus. Heureusement pour Lavinia, Mary était si amoureuse de Philippe qu'elle buvait ses paroles. Mais tout de même, le danger était là. Et Anne de Clèves avait été celle qui le lui avait rappelé quand elle avait failli l'oublier. Elle avait été reine et avait bien vu à quel point cela n'était guère une position des plus sécurisante. Elle était la seule, avec Katherine Parr, à avoir survécu au deuxième monarque de la dynastie Tudor.

Anne ne résidait plus à la cour pour l'instant, mais dans sa demeure personnelle. En ce mois de février, elle avait invité Lavinia, ce qui avait bien sûr touché la comtesse. L'ancienne reine d'Angleterre voulait prendre de ses nouvelles, savoir comment les choses se passaient pour elle depuis le départ de Philippe. Fort heureusement, le nouveau roi d'Espagne s'était arrangé pour garantir la meilleure des protections à celle qu'il aurait voulu voir reine à ses côtés. Avant de partir, il avait même réussi à l'élever comtesse douairière, pour son plus grand plaisir car elle avait maintenant le pouvoir sur sa belle mère, et il avait accepté d'être le parrain de son fils, Nicholas.

Lavinia avait fait bon voyage jusqu'au château d'Hever, toujours dans le Kent, où elle avait préféré venir seule, laissant donc son fils au bon soin de sa fidèle servante et amie, Rosalie Woodley. Nicholas était tout ce que Lavinia avait et il était hors de question de l'emmener dans des voyages inutiles pour lui, au cours desquels, sait on jamais, il pourrait attraper l'une ou l'autre bactérie. Quant à Alvaro, il avait demandé à l'accompagner, mais s'il voulait la suivre partout ce n'était pas tout le temps pour respecter sa mission envers son roi, mais aussi car il était de plus en plus intéressé par la personne de la comtesse. Et Lavinia n'avait nulle besoin de protection pour aller voir l'ancienne reine. C'était à la cour, que les rumeurs fusaient et que la reine Mary pouvait la regarder d'un mauvais œil, pas ici.

Après que Lavinia aie été annoncée et qu'Anne de Clèves l'aie autorisée à entrer, la jeune femme entra dans le salon où elle était attendue. C'était une pièce richement décorée, à la hauteur d'une dame du rang de Lady de Cleves.
« Bienvenue à Hever, Lady Tyburn. J'espère que vous avez bon voyage, ma chère. » 
« Lady Anne de Clèves, c'est une joie pour moi de vous voir, je vous remercie de votre invitation », dit Lavinia après s'être inclinée en signe de salut respectueux, devant l'ancienne reine d'Angleterre. « J'ai fais un très beau voyage, la route n'était pas aussi longue que je le pensais. », ajouta la belle écossaise qui faisait battre les cœurs espagnols.
« Prenez place je vous en prie, Lady Tyburn. Nous serons plus à l'aise ainsi pour converser. »
« Je vous remercie », dit elle en prenant place face à Anne de Clèves. « Ainsi, vous préférez vous trouver loin de la cour et de ses nombreuses intrigues...Je peux vous comprendre...Ce qui me fatigue le plus à la cour, c'est bien l'hypocrisie et les mauvaises langues de certaines personnes... », raconta Lavinia, pour engager la conversation avec son hôte.



« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 314 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Mer 31 Aoû - 20:52


Avoir le coeur d'un roi ne suffit pas pour être reine
Anne de Clèves était réellement ravie de recevoir à Hever la Comtesse Lavinia Tyburn. Les deux femmes avaient déjà échangé quelques mots et Anne l'avait pris en affection. Elle laissa la jeune femme lui répondre et sourit lorsque cette dernière s'inclina devant elle en signe de respect. Elle ne pouvait que le constater. Elle n'arrivait pas à supporter tous ces signes de respect. Anne de Clèves était une femme humble et voir tous ses êtres avoir autant de respect et parfois même de crainte n'aidait pas la Dame à être à l'aise. Elle préférait nettement la chaleur plus intime des petits salons et des discussions privées comme celle qui allait avoir lieu.

« Le plaisir de voir que vous acceptez mon invitation me ravit. Et je suis également plus qu'heureuse d'apprendre que ce voyage s'est bien passé. » répondit Anne de Clèves aux paroles de la jolie écossaise. Puis la jeune femme prit place en face de la Duchesse de Clèves. La jolie Blonde remercia son hôte et Lady de Clèves sourit à Lady Tyburn. Et la Comtesse finit par engager la conversation avec Anne de Clèves. L'écossaise remarqua son éloignement de la Cour de Mary Tudor et commença naturellement par ce sujet. Anne la regarda. Oui elle s'était retirée de l'effervescence de la Cour Britannique. Ce n'était plus un secret pour personne que l'ancienne reine consort d'Angleterre n'aimait pas se trouver trop longtemps à Londres. Anne de Clèves rigola pourtant doucement et puis elle reprit. « Je ne peux vous contredire. L'effervescence et les différentes intrigues qui se jouent à la Cour peuvent être bien fatigantes. J'ai toujours préféré le calme et la simplicité de mes campagnes à l'opulence des Cours royales. Celle de Mary Tudor notre reine n'est pas différentes de celle de son père. » commença Anne de Clèves. Elle se saisit d'une tasse et but quelques gorgée.

« L'hypocrisie est partout, hélas. Vivre à la Cour est un jeu qui peut vite lasser. Un jour vous pouvez tout gagner et le lendemain tout perdre. Voyez comme la famille Boleyn est passée du faste à la disgrâce en quelques années. Je me fatigue de ce genre de jeu. Mais je dois dire que cela m'amuse tout de même de voir les jeunes nobles se presser pour me voir lorsque je me rends à la Cour. Ils pensent tous que j'ai encore toute l'influence que j'avais sous feu notre roi Henri. Si ils savaient. » ajouta l'ancienne reine consort d'Angleterre. Portant à sa bouche un petit gâteau, elle poursuivit. « Ma pauvre amie, il faudra bien que vous vous fassiez aux langues bien trop pendues de certains. Votre position vous y contraint. » acheva Anne de Clèves en rappelant ainsi que la belle écossaise avait sans s'en rendre compte donner du grain à moudre pour tous ceux qui jalousaient sa complicité avec le roi Philippe. « Mais n'oubliez pas non plus que dans cette même cour et ailleurs, vous avez des amies sincères qui vous soutiennent. » fit la Dame de Clèves en regardant Lady Tyburn.

Puis s'interrogeant sur l'absence de l'héritier du Comté, Anne de Clèves posa finalement sa question. Elle faisait ainsi une pause dans leur conversation principale et d'origine. « Mais je ne vois point votre fils. N'est-il pas avec vous, Lady Tyburn ? »

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 687 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Ven 2 Sep - 20:52
Un jour vous pouvez tout gagner et le lendemain vous pouvez tout perdre, avait dit Anne de Clèves en parlant des intrigues de la cour. Bien sûr, la Lady savait de quoi elle parlait, elle qui fut reine autrefois. D'ailleurs, la dame continua en prenant l'exemple de la famille Boleyn. Lavinia connaissait bien l'histoire de feu Anne Boleyn, celle pour qui Henry VIII avait divorcé, et s'était proclamé chef de son Eglise. D'ailleurs, Hever Castle, où les deux femmes discutaient en ce moment même, n'avait il pas été la résidence d'Ann Boleyn autrefois ? Et finalement, il revenait dans les mains de la plus prudente des six épouses d'Henry VIII...Et prudente, malgré ses efforts, on ne pouvait dire que Lavinia l'avait entièrement été en misant sur le mauvais camp, celui des « envahisseurs » espagnols...

Anne de Clèves rappela d'ailleurs à Lavinia qu'elle devrait bien s'y faire, aux mauvaises langues, au vu de sa position. Évidemment, l’écossaise comprit l'allusion à sa complicité avec Philippe, que certains jalousaient au vu de ce qu'elle avait pu en obtenir ( le titre officiel de comtesse douairière, et un parrain des plus riches et puissants pour son fils ) et d'autres méprisaient, majoritairement, car ils la considéraient dès lors comme une espèce de traître à la patrie. Bien sûr, la comtesse ne le savait que trop bien...De toute façon, les mauvaises langues, elles les avaient toujours subie. De noble désargentée, à épouse d'un comte bien plus riche qu'elle, dans un mariage désapprouvé par pratiquement toute la cour, puis de veuve d'un homme s'étant suicidé, enceinte qui plus est, pour finalement se retrouver mère de l'héritier du Westmorland, que l'on avait même osé accuser d'être un batard ce qui était tout à fait faux, et bonne amie de Philippe de Habsbourg. Lavinia Tyburn était sans nulle doute ce qu'on pouvait appeler un personnalité controversée. Et ce, bien malgré elle...
Toutefois, Anne de Clèves ajouta qu'elle ne devait pas oublier que dans cette cour, comme ailleurs, elle avait des amis sur qui elle pouvait compter. C'était toujours rassurant à entendre, évidemment...

« Mais je ne vois point votre fils. N'est il pas avec vous, Lady Tyburn ? », demanda ensuite la dame, s'éloignant ainsi du sujet qui serait principalement abordé durant leur conversation.

« Non, j'ai préféré le laisser au bon soin de ma servante, Rosalie. Je n'aime pas l'idée d'entreprendre des voyages avec Nicholas en plein hiver, je préfère éviter tout risques de coup de froid. Il n'a pas encore deux ans, et la santé des enfants est fragile à cet âge. », expliqua Lavinia. « Mais dès que vous serez à nouveau de passage à la cour, vous aurez l'occasion de voir comme il grandit vite ! », ajouta la comtesse. Son fils était la plus belle chose qui lui soit arrivée. Elle l'aimait de tout son cœur et le protégeait comme une lionne protège ses petits. « D'ailleurs, saviez vous que le roi consort a accepté, avant son départ, de devenir le parrain de Nicholas ? N'est ce pas un magnifique honneur? Un homme si puissant que le roi d'Espagne comme parrain...Je sais que quoi qu'il arrive, mon fils ne manquera de rien. »

Lavinia avait présenté cela comme une bonne nouvelle à Anne de Clèves, mais elle ne serait pas étonnée si, même dans cette annonce, Anne se montrait méfiante. Elle était bien celle qui lui avait rappelé, quand elle manquait de l'oublier, qu'être proche d'un roi avait ses dangers...







« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 314 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Dim 4 Sep - 23:07


Avoir le coeur d'un roi ne suffit pas pour être reine
Les deux femmes discutaient paisiblement. Anne de Clèves était aux anges. Recevoir Lady Tyburn dans son petit château du Kent lui faisait extrêmement plaisir. Malgré tout, lorsque l'ancienne reine consort d'Angleterre évoqua la seconde épouse d'Henri VIII, Anne Boleyn, elle eut un petit pincement au cœur. Le château d'Hever n'était rien d'autre qu'une des ancienne demeure de la reine. Un château familiale magnifique confisqué et appartenant après sa disgrâce à la couronne. Le roi en avait fait don à sa quatrième épouse pour la remercier d'avoir si facilement accepté le divorce. Anne de Clèves ne l'avait absolument pas prévu, mais elle devait bien reconnaître que son acception lui avait permise d'acquérir des domaines qu'elle n'aurait jamais eu sans. Il n'y avait pas que le château d'Hever qu'Anne de Clèves avait récupéré après l'exécution d'Anne Boleyn, Richmond Palace avait aussi fait parti du cadeau de départ.

Alors forcément, Anne de Clèves était prudente et recommandait cette même prudence à ceux qu'elle fréquentait. Lavinia Tyburn ne faisait pas exception. D'ailleurs, Anne de Clèves avait ce don pour ménager ses invités. C'était donc très naturellement qu'elle avait délaissé temporairement le principal sujet de leur conversation : Philippe, roi consort d'Angleterre. Elle s'était alors sincèrement interroger sur l'endroit où se trouvait le fils et unique hériter de la Comtesse de Westmorland.

« Cela sera avec grand plaisir. Je suis certaine qu'il sera un vaillant petit homme. Mais je ne peux que vous suivre dans votre sagesse Lady Tyburn. Les enfants sont fragiles dans leurs premières années. Il faut effectivement éviter tout déplacement inutile qui pourrait nuire à leur santé. » confirma la duchesse de Clèves. Elle avait d'ailleurs plusieurs exemples. Malgré tout, elle n'estima pas nécessaire de les rappeler ou de les évoquer à la mère. Elle avait déjà assurément bien des sujets d'inquiétudes comme cela. Alors Anne de Clèves se tut. Elle laissa la jeune femme poursuivre et l'étonnement vint parer son visage à l'annonce du parrainage qu'avait fait le roi consort d'Angleterre. En voilà une surprise. Anne de Clèves ne saurait dire s'il s'agissait d'une bonne ou d'une mauvaise. Son cœur de femme et de sujet reconnaissait évidemment là le plus grand des honneur. Mais son âme d'ancienne reine et de l'homme qui avait tout de même fait exécuter deux de ses six épouses tiqua et ne pu s'empêcher d'y voir un geste suscitant jalousie et discorde au sein de la Cour anglaise.

« C'est effectivement une excellente chose. Votre ne fils est maintenant à l'abri, quoi qu'il arrive... » commença-t-elle. Mais Anne avait volontairement laissé en suspend sa dernière phrase. Elle laissa s'écouler quelques minutes pour que la Comtesse prennent parfaitement conscience de ce qu'elle sous-entendait par là. Évidement, c'était quelque chose d'infiniment honorable, mais Anne restait perplexe. « Malgré tout le respect que je dois au roi consort d'Angleterre, sa Majesté le roi d'Espagne, Philippe, je ne saurai dire qui de vous deux est le plus irresponsable dans cet acte. » lâcha Anne de Clèves avec une douceur digne d'une mère trop protectrice. « Le roi a sûrement vu en ce geste un moyen de vous mettre à l'abri et c'est bien le cas. Cependant... » Anne de Clèves réfléchit. « Non je ne peux poursuivre ces pensées. Je connais votre attachement à sa Majesté. Je m'en voudrai de vous froisser avec mes paroles. Je suis peut-être, sûrement, bien trop méfiante. Veuillez pardonner une âme bien trop longtemps tourmentée par les intrigues de la Cour. » poursuivit finalement Anne. Elle s'était ravisée face à l'amitié un peu intime qu'entretenait Lavinia Tyburn et le roi consort d'Angleterre. N'avait-il pas élevé Lady Tyburn au rang de Comtesse Douairière juste avant son départ ? Puis un nouveau sourire s'afficha sur ses lèvres. « Malgré tout, je dois dire que votre fils à reçut de sa Majesté un des plus grands honneurs. Avoir un parrain aussi royal et aussi catholique que le roi Philippe est une chance et une grâce infinie. » ajouta Anne de Clèves. « Mais je vous en conjure soyez prudente Lady Tyburn. » conclu la Duchesse de Clèves.

« Un peu de thé ? » lança presque sans prévenir la maîtresse de maison. Le ton était donné. Le sujet le plus sérieux serait bien souvent coupé par des moments nettement plus léger.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 687 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Lun 5 Sep - 21:47
Anne de Clèves confirma ce que Lavinia venait de dire. Quoi qu’il advienne à l’avenir, Nicholas Tyburn, deuxième du nom, ne manquerait jamais de rien. Mais elle poursuivit…

« Malgré tout le respect que je dois au roi consort d'Angleterre, sa Majesté le roi d'Espagne, Philippe, je ne saurai dire qui de vous deux est le plus irresponsable dans cet acte. Le roi a sûrement vu en ce geste un moyen de vous mettre à l'abri et c'est bien le cas. Cependant... Non, je ne peux poursuivre ces pensées. Je connais votre attachement à sa Majesté. Je m'en voudrai de vous froisser avec mes paroles. Je suis peut-être, sûrement, bien trop méfiante. Veuillez pardonner une âme bien trop longtemps tourmentée par les intrigues de la Cour. »

Lavinia resta pensive suite aux derniers mots de l’ancienne reine. Elle savait qu’être proche d’un roi représentait un danger, car rien n’était au dessus d’un roi, aucun contre pouvoir. Cependant, jamais elle n’aurait imaginé devoir face à cette situation aussi délicieuse et sécurisante par moment, que risquée. Voulait-elle entendre ce qu’Anne avait à dire ? Voulait elle que ses délicieux rêves de pouvoir, de prospérité, d’entrée dans l’Histoire, soit tâché par des mises en gardes ?

« Un peu de thé ? », lui proposa Anne.

Lavinia accepta, passant d’un air pensif à un sourire poli. « Volontiers. », répondit elle.

« Nous sommes dans le château où vécut Anne Boleyn, n’est ce pas ? C’était une très belle femme, à ce que l’on dit. Est-ce que le roi vous a parlé d’elle quand vous étiez marié ? Ou était il plutôt du genre à ne plus jamais mentionner son nom ?», demanda t elle, pour changer de sujet. Elle imaginait Henry Tudor ne jamais reparler d'Ann Boleyn malgré tout l'amour qu'ils s'étaient portés, car c'était un homme changeant et leur relation semblait avoir été de l'ordre de la passion. La passion, est dangereuse...Mais au contraire de lui permettre de penser à autre chose, évoquer Anne Boleyn lui rappela une comparaison qu’elle s’était faite à la lecture de la dernière lettre de Philippe. Les conseils d’Anne de Clèves pourraient être pessimistes et désagréables à entendre, mais c’était une femme sage, qui savait de quoi elle parlait. Le fait qu’elle aie la tête encore fixée à ses épaules le prouvait bien…Lavinia décida qu’elle demanderait à Anne de Clèves de poursuivre ces pensées. « Mais Philippe n’est pas Henry Tudor…C'est un homme fidèle, et...Et de toute évidence, jamais il ne pourra vraiment penser à faire de moi sa reine », se disait elle pour se rassurer. L’écossaise posa sa tasse de thé.

« Lady Anne…Vous êtes la seule femme à avoir été aussi proche d’un roi à la cour, si on ne compte pas la reine elle-même. Je vous en prie, dites moi ce que vous vouliez dire, ne craignez pas de me froisser, je…J’aimerais vraiment connaître votre vision des choses. »


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 314 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Mer 12 Oct - 22:53


Avoir le coeur d'un roi ne suffit pas pour être reine
Anne était souriante. Mais elle avait espéré en vain que la Comtesse n'essaya point d'en savoir plus. Elle lui avait alors proposé du thé pour en quelque sorte, détourner la conversation. Mais Lavinia Tyburn ne voulait pas passer outre cette remarque. Malgré tout, elle accepta la tasse de thé et la maîtresse de maison en fut ravie. Puis la Comtesse de Westmorland reprit la parole et évoqua le fait que la maison où vivait maintenant Anne de Clèves avait appartenu à la seconde épouse du roi Henri VIII, Anne Boleyn. Anne de Clèves sourit et finit par répondre à la demande de la Comtesse. Mais elle ne le fit qu'après avoir pris une gorgée de thé.

« Oui cela est parfaitement exacte. Hever était l'un des domaines de la famille Boleyn avant leur disgrâce. Tout comme Richmond Palace d'ailleurs. Le roi Henri me les a donnés après notre divorce. Je dois bien avouer que cela m'a un peu surprise au départ. Mais peut-être était-ce là une volonté de s'assurer que les domaines ne tomberaient point en ruine. Feu le roi Henri VIII était un homme complexe et difficile à comprendre parfois. » Anne reprit un peu de thé et poursuivit. « Le roi Henri parlait peu. Mais cela lui arrivait d'évoquer Anne Boleyn. Malheureusement ce n'était point en bien. Mais comment pouvons-nous le lui reprocher. Cette femme, bien qu'elle fut la mère de sa seconde fille, fut accusée de haute trahison envers la couronne. » Anne marqua une courte pause. « Mais je ne sais si la reine Anne était réellement coupable de ce qu'on l'accusait. Beaucoup lui en voulait et souhaitaient la voir morte. Alors comment pouvons-nous savoir réellement ? » Oui c'était vrai. Anne Boleyn s'était faite beaucoup d'ami en si peu de temps en parvenant à épouser le roi. Et dans le même temps, elle s'était faite des ennemis mortels. La sorcellerie, Anne de Clèves n'y croyait point. Mais nul doute que le charme de cette femme avait pu éblouir l'homme qu'avait été le roi. Anne de Clèves en était convaincue. Et d'ailleurs, sa dernière phrase sonnait presque comme un avertissement. Lavinia Tyburn, sans tomber dans la paranoïa la plus totale se devait d'être attentive à tout ce qui se passait autour d'elle. Lorsque l'on voulait nuire à quelqu'un, il était aisé de lui trouver quelques reproches.

La jeune femme reprit du thé et incita l'ancienne reine consort d'Angleterre à délier sa langue. Manifestement, Lavinia Tyburn était intéressée par ce qu'avait failli dire Anne de Clèves. La quadragénaire hésita un temps avant de prendre elle-même du thé comme pour se donner du courage. Dire ce qu'elle pensait, sans crainte de froisser la Comtesse. Voilà une chose bien délicate qu'elle devait réaliser avec tact et délicatesse. « Comme je vous le disais il y a peu de temps, le roi Philippe a sûrement cru bien faire en devenant le parrain de votre fils, Lady Tyburn. Et je vous le répète ce geste le met évidemment sous une protection que beaucoup voudrait. Et voilà le principale problème qui découle de son geste. Le roi vous met à l'abri. Mais maintenant qu'il n'est plus en Angleterre, vos détracteurs s'en donneront à cœur joie, Madame. N'ayez pas espoir de passer à travers les goûtes. Le fait qu'il soit le parrain de votre fils suppose que vous connaissiez, et de façon peut-être trop familière sa Majesté... » Anne de Clèves se tut. Elle ne savait si la Comtesse de Westmorland saisissait là tout l'ampleur des conséquences qui allaient découler de ce geste à l'origine fort aimable et amical. Anne reprit finalement pour être certaine de se faire parfaitement comprendre sur ce point. « Comprenez bien, Madame. Vos ennemis à la Cour pourraient vous accusez de vouloir faire ombrage à sa Majesté la reine Mary. Et ce, d'autant plus que sa Majesté le roi n'est plus en ces terres. Loin de l'Angleterre et des remous de Londres, il ne pourra plus autant vous venir en aide... » Anne de Clèves avait laissé là en suspend sa phrase. Elle n'avait osé dire que la jeune et belle Lavinia Tyburn serait bien considérée comme la maîtresse du roi, voir pire, une traîtresse qui essaye d'évincer une reine qui n'arrive point à enfanter. Évidemment, Anne de Clèves ne le pensait point. Mais elle n’avait pas le pouvoir d'anéantir des rumeurs naissantes..
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 687 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Dim 16 Oct - 22:09

« Le fait qu'il soit le parrain de votre fils suppose que vous connaissiez, et de façon peut-être trop familière sa Majesté... »

Lavinia ravale sa salive. Elle aurait dû être plus maligne sur ce point. C’était elle-même qui avait demandé à Philippe de Habsbourg s’il accepterait ce lien, afin que quoi qu’il advienne, elle sache que son fils serait sous bonne protection.

« Comprenez bien, Madame. Vos ennemis à la Cour pourraient vous accusez de vouloir faire ombrage à sa Majesté la reine Mary. Et ce, d'autant plus que sa Majesté le roi n'est plus en ces terres. Loin de l'Angleterre et des remous de Londres, il ne pourra plus autant vous venir en aide... »

Non, Philippe le lui avait démenti. Elle était protégée par Alvaro. Alvaro…Qui désirait l’épouser et dont elle se voyait bien contrainte de repousser les avances…Lavinia soupira. Tout cela lui faisait peur.

« Lady Anne, je sais que vous êtes une personne juste et que vous n’êtes pas du genre à me prêter des intentions que je n’ai pas… Puis je me confier à vous, sans craintes ? » Lavinia sentait qu'Anne de Clèves était une femme de confiance, qui ne lui voulait aucun mal et qui pouvait comprendre les situations délicates comme celle ci sans se méprendre sur ses intentions et la juger. Elle désirait avoir l'avis d'Anne sur la situation car elle était anciennement reine d'Angleterre, mais suivrait elle ses conseils ? Pas sûr. Car une chose que Lavinia ne pouvait pas confier à son interlocutrice c'était qu'elle était attirée par l'idée de devenir l'épouse de Philippe, la reine d'un empire immense, que cela hantait ses rêveries.
« Il ne s’est jamais rien passé d’inconvenant entre sa Majesté et moi-même, nous ne sommes que de très bons amis. Cependant, depuis son départ au Pays Bas, je pense qu’il a du réalisé que je lui manquais plus que de raison…Lorsque je lui ai parlé de l’éventualité de me remarier, il m’a conseillé de ne point le faire, même avec un homme aussi honorable qu’Alvaro. Evidemment, je ne peux me marier contre l’avis de mon roi, encore moins si c’est un de ces sujets qui me fait des avances et qu’il n’obtiendra pas l’accord de son roi. Je sais que le roi est un homme très fidèle et que jamais il ne tromperait la reine Mary. Mais le fait qu’il tienne absolument à ce que je n’appartienne à personne, est assez…particulier. Je suis un peu perdue, je ne sais pas quoi faire. Je ne peux désobéir à sa Majesté, et je ne veux pas blesser l’ami qu’il est pour moi, mais je ne peux faire toute ma vie en fonction de la sienne ? Pardonnez moi d’envisager ceci car je ne le souhaite aucun malheur à notre reine, pour qui je suis un sujet des plus dévoués, je peux vous l’assurer, mais si elle venait à rejoindre Dieu avant son époux, et que le roi…se révélait…épris de moi ?....Qu’est ce que je devrais faire alors ? Vous avez été reine, vous êtes la seule à pouvoir me conseiller et à comprendre la délicatesse de ma situation sans me juger… »


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 314 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Sam 19 Nov - 16:25


Avoir le coeur d'un roi ne suffit pas pour être reine
Lady Anne s'était tue, mais elle sentait bien que ses dernières paroles avaient marqué la Comtesse de Westmorland. Elle se mordilla un peu les lèvres, contrainte de de reconnaître qu'elle avait manqué de tact. Elle avait dû faire peur à la Comtesse, elle s'en voulait. Cela n'avait point été son attention et elle s'en excusa rapidement. « Veuillez me pardonner Madame, si mes paroles vous ont fait peur. » Anne s'arrêta. Voilà qui était fait. Malgré tout, elle voulait s'assurer que Lady Tyburn comprenait bien. « Vous vouliez savoir et je crains que malheureusement, certaine vérités fassent peur. Malgré tout, il faut savoir les entendre et ne point les oublier pour ne pas commettre d'erreur. » Oui, ce n'était que des conseils après tout.

Lavinia Tyburn semblait avoir confiance en Anne de Clèves et cela,l'ancienne reine consort d'Angleterre s'en réjouissait. C'était sa force après tout. Savoir se faire apprécier de tous s'en rien ne laisser paraître. Elle pouvait être la confidente de bien des personnes à la Cour, mais gare à celui ou celle qui voudrait obtenir quelque chose d'elle. Anne était une femme intègre. Elle avait épousé l'Angleterre en même temps que le roi. Ces sujets étaient devenus les siens et après leur divorce, un peu ses enfants. Des enfants qu'elle devaient écouter et conseiller, mais rien de plus. Elle n'en avait pas le pouvoir et ne le souhaitait pas. Anne endossait avec joie le rôle de mère mais se refusait à prendre celui d'ancienne reine consort d'Angleterre. Elle ne se présentait d'ailleurs que rarement comme étant l'ancienne reine, non elle préférait reprendre son tire de Duchesse de Clèves. Alors comme toute mère, Anne sourit à Lavinia Tyburn quand cette dernière lui demanda si elle pouvait se confier à elle sans craindre qu'elle ne la juge. « N'ayez aucune crainte, Lady Tyburn. Tout ceci restera entre nous. Je ne suis point femme à colporter le sujet de mes conversations. » fit La Duchesse de Clèves pour rassurer la jeune femme. Et cela fonctionna puisque que la Comtesse de Westmorland finit par se confier à la Duchesse.

Anne écouta attentivement les paroles de la Comtesse. Elle ne laissait rien paraître, pourtant certains de ces mots chagrinaient la Dame. Lavinia Tyburn était une jeune femme totalement perdue. Perdue dans e qu'elle voulait faire, croire et ce qu'on attendait d'elle, perdue dans ce qui était convenable et souhaitable qu'elle fasse. Alors quand elle eut fin, Lady Anne entreprit de reprendre point par point ce qui était importante que la jeune femme comprenne ou bien admette. Il lui faudra sûrement du temps pour certaine chose mais dieu merci, du temps, le roi lui en donnait plus que de raison.

« Je vous crois sans mal lorsque vous m'affirmez qu'il n'y a rien eu d'inconvenant entre vous et sa Majesté le roi Philippe. Mais cela, je dois bien que je m'en doutais un peu. Si cela avait été le cas, la Cour aurait été bien vite au courant et vous ne seriez pas là à me parler, Lady Tyburn. » Commença Lady Anne un peu gêné de venir rappeler que tout finissait par ce savoir à la Cour de Mary. Et si la reine en avait eu vent, elle se serait empressée de faire emprisonner l'impudente qui ravissait le cœur de son époux et ceux malgré tout ce qu'aurait pu dire le roi qui après tout aurait été en faute. Et cette fois, c'était bien la reine qui tenait les rennes du royaume.

« Ce que vous me dites au sujet du comportement du roi est une chose bien singulière effectivement. Et je dois avouer que ce comportement nous révèle un attachement qui peut, et je dis bien qui peut, s'apparenter à des sentiments plus forts que la simple amitié. Mais prenez garde Madame, à ne point voir en des gestes de possessions d'un monarque une marque d'une trop grande affection qui vous bercerait d'illusions.
Mais puisque vous me le demandez, je ne crois point, pour votre propre bonheur, que vous régissiez votre avenir en fonction des désirs de votre roi. Sa Majesté le roi Philippe est un homme, et un homme de parole. Il n'ira jamais contre son mariage avec la reine Mary. Et soyez en certaine, il ne fera rien contre l'avenir de l'Espagne et de l'Empire de son père. Je ne connais sûrement pas aussi bien le roi que vous, mais gardez à l'esprit que c'est homme qui a été éduqué par un ambitieux et un conquérant avec tout ce que cela implique.... »
Anne ne voulait pas aller jusqu'à dire que la pauvre Lavinia n'allait sûrement être qu'une proie de plus à un tableau de chasse qui n'allait que s'accroître. Piètre vision de l'homme et sûrement forte erronée par celle qu'elle avait du père. Anne laissa le temps à la Comtesse d'assimiler tout ce qu'elle venait de lui dire. Elle prit elle-même une nouvelle tasse de thé avant de reprendre.

« Si notre reine Mary venait à rejoindre le Seigneur et si le roi se révélait effectivement amoureux de vous, alors vous devrez agir avec raison et vous ne devez point laisser vos sentiments prendre le dessus. » Anne ne disait pas tout à fait tout. Mais c'était voulu et elle voulait que la Comtesse réfléchisse un peu à ce qu'elle venait de dire avant de ne poursuivre.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 687 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Dim 20 Nov - 12:44
« Ce que vous me dites au sujet du comportement du roi est une chose bien singulière effectivement. Et je dois avouer que ce comportement nous révèle un attachement qui peut, et je dis bien qui peut, s'apparenter à des sentiments plus forts que la simple amitié. Mais prenez garde Madame, à ne point voir en des gestes de possessions d'un monarque une marque d'une trop grande affection qui vous bercerait d'illusions.
Mais puisque vous me le demandez, je ne crois point, pour votre propre bonheur, que vous régissiez votre avenir en fonction des désirs de votre roi. Sa Majesté le roi Philippe est un homme, et un homme de parole. Il n'ira jamais contre son mariage avec la reine Mary. Et soyez en certaine, il ne fera rien contre l'avenir de l'Espagne et de l'Empire de son père. Je ne connais sûrement pas aussi bien le roi que vous, mais gardez à l'esprit que c'est homme qui a été éduqué par un ambitieux et un conquérant avec tout ce que cela implique.... »

Lavinia était perdue. En amour, Philippe ne lui semblait rien à voir du conquérant auquel on identifiait son père. Dans sa lettre, les sous-entendus était romantique et affectueux, il disait avoir souhaité pouvoir d’elle sa reine dès le premier jour où il l’avait vue… Alvaro, lui, avait l’air d’un conquérant tenant un tableau de chasse. Mais Philippe…Philippe n’avait jamais eu le moindre geste déplacé envers Lavinia. La fois où il lui avait offert cette sublime pièce d’orfévrerie qu’elle portait si souvent au cou, c’était elle qui lui avait demandé de l’aider à lui attacher et il l’avait fait avec le plus grand soin, sans s’attarder sur sa peau, sans être ne serait-ce qu’un tout petit peu inconvenant. Il ne ferait rien contre l’Espagne et l’Empire, sans doute…Et il est vrai que Lavinia n’était pas un parti idéal pour deux si grands états…Mais Philippe était trop respectueux que pour uniquement se servir d’elle et la renvoyer ensuite d’où elle venait.
« Si notre reine Mary venait à rejoindre le Seigneur et si le roi se révélait effectivement amoureux de vous, alors vous devrez agir avec raison et vous ne devez point laisser vos sentiments prendre le dessus. »

« Mais comment ? »
, demanda Lavinia. « On ne peut dire non à un roi. Aujourd’hui déjà, je le vois bien. Je ne peux répondre aux avances d’Alvaro en sachant que son souverain m’a défendu de le faire. Et si je ne suis pas mariée le jour où cela arrivera, si cela arrive, et bien…Je ne pourrais pas dire non, n’est ce pas ? Comment le pourrais-je ? »

Lavinia ne voyait pas Philippe la prendre pour maitresse, mais serait ce différent quand il ne serait plus tenu par les liens du mariage ? Elle n’avait jamais été la maitresse de quelqu’un et ne désirait pas que ça commence, même avec Philippe. Il suffisait de voir Alvaro ; Lavinia savait utiliser son pouvoir de séduction afin d' être la seule et l'unique. Un coureur comme Alvaro était prêt à renoncer à toutes les autres femmes pour elle, alors il en était sans doute de même pour Philippe…

« S’il veut vraiment faire de moi sa reine un jour, malgré les responsabilité de son territoire immense, que dois je faire ? Pensez vous que cela me mettrait plus en danger qu’en sécurité ? », osa demander Lavinia.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 314 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  Dim 20 Nov - 15:21


Avoir le coeur d'un roi ne suffit pas pour être reine
Lady Anne était un peu gênée. La situation était délicate et la Comtesse ne semblait pas réellement comprendre le principal problème de cette affection un peu trop marquée du souverain. La Duchesse devait trouver les mots juste pour bien se faire entendre sans brusquer la jeune femme. Lady Tyburn était une femme intelligente mais Anne savait par expérience que parfois les sentiments faisaient perdre la raison et le bon sens. Elle venait d'ailleurs de lui demander comment elle pourrait dire non. Effectivement, se refuser à un roi était toujours délicat. Et pourtant, Anne en était certaine, Lavinia Tyburn en avait les moyens si elle le voulait réellement. Au final, elle ne se posait pas les bonnes questions. Savoir si elle pouvait ou non dire non au roi n'était pas la bonne question et Lady le lui fit remarqué avec douceur. « Lady Tyburn, il me semble que vous ne vous posez pas là la bonne question. Si vous voulez mon avis je vais vous dire. » Anne de Clèves s'interrompit et reprit un petit gâteau.

« Vous êtes une femme intelligente et belle. Vous avez des charmes et vous saurez dire non, même au roi. Et puis vous partez de l'hypothèse que Mary nous quittera en premier. Mais le roi est un homme et les hommes font la guerre. Ils guerroient lorsque cela est nécessaire jusqu'au cœur des bataille et nous savons toutes les deux qu'ils peuvent ne jamais en revenir. Notre pays en paix pour le moment, mais qui sait ce que nous réserve l'avenir. Alors, oui, pour votre futur, vous trouverez la force de dire non au roi et d'accepter les avances d'autres hommes. »

Anne se tut une deuxième fois. Ses mots étaient durs mais nécessaire, elle le savait. Pour le bien de la Comtesse, elle ne devait rien lui cacher de ce qu'il l'attendait. Alors elle poursuivit, une fois de plus. « Lady Lavinia Tyburn, je viens de vous dire que vous trouverez les moyens nécessaire pour repousser le roi. Mais à mon humble avis, vous ne vous posez pas la bonne question. Moi celle que je vous pose maintenant est la suivante : Souhaitez-vous réellement dire non au roi ? » Anne de Clèves était on ne peut plus sérieuse. Là était bien la vrai question que la Comtesse devait se poser. « Lady Tyburn, n'oubliez pas que le roi à de l'affection pour vous, pour ce que vous êtes. Or vous êtes une femme indépendante, maîtresse de vos terres et ceci une force pour vous. Mais je ne vous cache point qu'oser tenir tête à un monarque est à double tranchant. Autant il peut l'apprécier, voyant en vous une femme avec du caractère, autant il peut se sentir outragé et décider de votre sort. » Une fois de plus Lady de Clèves se montrait dure et à la limite du choquant. Mais Lavinia Tyburn devait prendre seule ses décisions. Anne de Clèves n'était au final là que pour la conseiller et lui donner toutes les informations nécessaire pour qu'elle fasse son choix.
Et puis Lady Tyburn en vint à lui demander si cela la mettrait en danger de devenir un jour la reine du roi Philippe de Habsbourg. Anne en fut très surprise et l'étonnement se lut sur son visage si expressif. La Dame de Clèves fronça un sourcil. La question était curieuse. Lavinia n'était pourtant pas aussi naïve ? Anne de Clèves ne comprenait pas le sens de sa question mais tenta tout de même de lui répondre.

« Madame, être reine n'est point une tâche facile. Cela s'apprend et même si vous en êtes capable, soyez certaines que les nobles espagnols ne verrons pas d'un bon œil qu'une comtesse anglaise monte sur le trône. Je ne veux point vous effrayer, mais comprenez bien que cela vous mettra inévitablement en danger, je le crains. Et je parle d’expérience. Combien de fois ai-je du subir en silence les regards des Lord et des nobles anglais. J'étais pourtant la fille d'un Duc et en Allemagne, dans cette région proche de la Lorraine l'égale d'une petite princesse. Cela ne les a point empêcher de parler sur moi. Et même après mon divorce, certains et certaines ne supportaient point de me voir si proche de la couronne. » Anne se leva et se plaça en face de la Comtesse. Ses yeux clairs vinrent se planter dans ceux de Lavinia Tyburn.

« Madame, apprenez qu'il ne suffit pas d'avoir le cœur d'un roi pour être reine. » La phrase était tombée et sa voix avait vibrée comme un ultime conseil. Et Anne le savait, Lavinia n'était pas prête de l'oublier et c'était tant mieux. Elle devait en être consciente maintenant plutôt que de s'en rendre compte après.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !  
Revenir en haut Aller en bas
Avoir le cœur d'un roi ne suffit pas pour être reine !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Guide] Le bonheur
» Oeufs de la pension
» Pokemon gemme sur tablette microsoft
» Lev : une femme doit avoir trois hommes dans sa vie, un de soixante ans pour le chèque, un de quarante pour le chic et un de vingt ans pour le choc
» [probleme réglé] Apres avoir formaté mon ordi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: