AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Sam 17 Sep - 9:50
La naissance d'une amitié
Certains hommes sur terre ne se souciaient guère du salut de leur âme. Ceux là étaient les plus dangereux. Il y a quelques jours à peine, Arthur rentrait chez lui après son service. Etant un homme qui savait se défendre, il ne craignait pas d’emprunter les raccourcis qui avaient parfois mauvaises réputations. Par contre, il savait qu’il l’interdirait à ses filles quand elles seraient en âge de se promener seule. Certaines rues étaient particulièrement dangereuses pour les femmes, avec des hommes saoul et prêt à commettre des viols. Il n’autorisait déjà pas sa pupille âgée de bientôt douze ans, à sortir le soir seule, cela serait bien sûre la même chose pour ses filles.

Sur le chemin de la maison, Arthur avait entendu des cris et était tombé sur une scène qui ne l’avait guère étonné sur ce chemin. Une jeune fille, richement vêtue en plus, était en train de se faire agresser par un homme qui la tenait prisonnière contre un mur en lui serrant fortement les poignets.

Arthur était arrivé à temps, car il pouvait bien imaginer ce qui se serait passé ensuite. Toujours vêtu de son uniforme de garde, il avait agrippé le malfrat par le col et l’avait refroidi d’un coup de poing avant de sortir son épée, de la pointer vers lui et de lui ordonner de déguerpir.

Après quoi, il s’était occupé de la jeune femme. Vu sa robe si détaillée, il n’était pas étonnée d’apprendre qu’elle résidait à Whitehall. Arthur lui parla des rues à éviter ici à Londres, car elle lui apprit être écossaise. Et il la reconduisit jusqu’au palais tout en tachant de la rassurer pour finalement de nouveau emprunter le chemin du retour.

C’était l’heure de la pause déjeuner d’Arthur dans la salle des gardes. Son statut de père étant encore récent, il recevait toujours les félicitations de l’un ou l’autre collègue. Le jeune homme avait espéré avoir au moins un garçon, sa femme ayant été considérée comme enceinte de jumeaux. Mais les deux nouveaux nés étaient des filles, qu’ils avaient appelés Emma et Mary. L’éducation d’une fille était plus complexe que celle d’un garçon et les filles étaient toujours plus proche de leur mère, c’est pourquoi Arthur aurait préféré avoir un fils. Mais le principal était qu’elles soient en bonne santé, et que son épouse le soit aussi. Ils les aimaient déjà plus que tout au monde.

« Arthur, une jeune lady demande à te voir. Lady Agnès Leslie. », lui informa un de ses collègues alors qu’Arthur mangeait du pain et du fromage.

« J’arrive. »

«Comment se fait il qu'une si riche lady veuille te voir, Arthur ?», le taquina un collègue. « Nous cacherais tu des choses ? N'es tu pas un homme marié ?»

« Oh, je t'en prie. Elle a faillit se faire agresser, je suis venu à son secours, voilà tout. »

« Comme le Capitaine et la fille Grey ?»

Le jeune soldat termina d’avaler sa nourriture et se leva, ignorant la comparaison de son collègue en levant les yeux au ciel. A la sortie de la pièce, dans le couloir, il reconnu la jeune écossaise, Agnès, qu’il avait sauvée d’une agression. Ils n’avaient parlés que très peu mais Arthur la trouvait tout à fait charmante.

« Lady Agnès », la salua t il en s’inclinant légèrement. « C’est un plaisir de vous voir. J’espère que vous vous êtes remise de vos émotions. »


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Sam 17 Sep - 13:04


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié



Lady Agnès était seule dans sa chambre, le soleil était levé depuis bien longtemps mais elle n'avait pas le courage de se lever et de faire face au monde. Elle avait les poignets encore meurtri et n'osait penser à ce qui serait arrivé si ce garde... Elle secoua la tête et une larme s'échappa sur sa joue. Elle avait échappé au pire elle le savait. Si seulement elle n'était pas sortie si tard hier soir, elle avait simplement voulu visiter Londres alors que le soleil se couchait, et elle s'était perdue lorsqu'elle avait voulu rentrer à Whitehall. Mais elle ne connaissait pas bien Londres, et elle avait pris ce qui lui semblait être un raccourci. Un coupe gorge en réalité. Elle avait à peine fait trois pas dans une ruelle sombre et étroites qu'elle s'était retrouvés plaqués au mur, les mains dans un étau de fer, une haleine alcoolisée contre son oreille et des yeux pleins de désirs et d'ivresses qui la regardait comme un morceau de viande. D’abord tétanisés quand l'homme avait commencé à vouloir l'embrasser et à lever sa robe elle avait très vite hurlé au désespoir. Hurlé à la nuit et à Dieu, elle avait hurlé pour son salut. Quelques secondes plus tard elle s'était retrouvée à terres tandis qu'un homme faisait fuir son assaillant.

Arthur Wayne, c'était le nom de son sauveur, l'homme qui l'avait réconforté et amené à Whitehall. Elle ne l'avait même pas remercié, tremblante et en larmes elle s'était juste accrochée à lui jusqu'à ces appartements en lui révélant seulement son nom, son logement et son origine. A ce souvenir elle décida de se lever et de le trouver pour le remercier, il n'avait pas sauvé une ingrate. Agnès se rappela aussi des vêtements du jeune homme, il était de la garde royale. Elle n'aurait pas à aller dehors... quel soulagement...Elle s'habilla non sans se forcer à refouler ces larmes. Elle était forte, et il ne s'était rien passé, le monstre d'hier n'avait même pas réussi à l'embrasser. Mais elle sentait encore son haleine sur sa joue. A ce souvenir elle ne put échapper une larme qui roula sur sa joue avant de se fondre sur sa robe grise et argenté. L’Écossaise sortie de ces appartements, et doucement se dirigea vers ce qu'elle pensait être la salle de la garde. Elle dut marcher un peu, et elle dut rassembler tout son courage pour ne pas pleurer quand elle vit son reflet dans un miroir ou quand un homme la regarda un peu trop longuement. Finalement elle arriva là où elle voulait. Un des gardes la regarda un peu bizarrement, des femmes ne devaient pas venir ici tous les jours...

"Je voudrais voir Lord Wayne s'il vous plaît. Arthur Wayne...je suis Lady Agnès Leslie."


Son ton était faible et hésitant, et il était certain qu'elle n'avait pas dû avoir la carrure ou la voie d'une femme de la société. Elle se reprit et pendant qu'un des deux gardes allait voir si son sauveur était là, elle se redressa un peu et se racla la gorge. Quelques temps après elle reconnut l'homme qui lui avait sauvée la vie, celui ci s'inclina et prit le premier la parole. Son ton était chaleureux, réconfortant, et paternel, un vrai baume au cœur pour Agnès.

« Lady Agnès. C’est un plaisir de vous voir. J’espère que vous vous êtes remise de vos émotions. »

" Lors Wayne, ce n'est pas à vous de vous incliner, mais bien à moi." Sur ces dires, elle s'inclina bien plus bas que elle ne le ferait pour son mari ou pour n'importe quel homme" Je voudrais vous remercier Monsieur, sans vous, je ne sais quel malheurs il me serait arrivée. Je vous en serai éternellement reconnaissante. "


Elle se releva et planta son regard dans celui du blond en face d'elle.





Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Sam 17 Sep - 15:39
La naissance d'une amitié
" Lord Wayne, ce n'est pas à vous de vous incliner, mais bien à moi." , lui avait répondu Lady Agnès avant de s’incliner bien bas. Arthur était trop surpris pour réagir sur le moment." Je voudrais vous remercier Monsieur, sans vous, je ne sais quels malheurs il me serait arrivée. Je vous en serai éternellement reconnaissante. "

C’était la première fois qu’une lady s’inclinait ainsi devant lui, Arthur était aussi surpris que gêné. Ce n’était pas sa place dans la société, il n’était pas noble. Il pouvait tout de fois concevoir que la jeune lady aie pensé qu'il l'était. Il était tout de même le second du Capitaine John Herbert, qui lui, était noble. Beaucoup de soldats de haut grades étaient de la noblesse. Mais pas Arthur, il avait gravi les échelons sans pistons, à force de bravoure et de courage.

« Lady Agnès, vous n’avez pas à vous incliner devant moi, ni à m’appeler Lord. Je ne suis pas de la noblesse, je ne suis qu’un simple soldat de la garde. Vous pouvez m’appeler Arthur. Et vous n’avez aucune dette envers moi, sachez le, je n’ai fait que mon devoir et ce que ma conscience me dictait. », répondit il.« Les rues de la capitale sont parfois dangereuses pour les jeunes femmes comme vous. Surtout les petites ruelles comme celle que vous avez empruntée hier que j’interdis même à ma pupille de traverser, et pourtant, elle n’a que onze ans. Toutefois, j’espère que cela ne gâche pas complètement l’image que vous avez de cette ville. C’est comme partout je pense, il y a des quartiers plus dangereux que d’autres, mais d’un point de vue générale, Londres est un endroit très agréable à arpenter. », expliqua Arthur.

Il avait cru comprendre que Lady Agnès était mariée lors de la conversation d’hier soir, mais ignorait si son mari, sans doute écossais également, était en Angleterre lui aussi. Elle était jeune pour être mariée, mais chez les nobles les mariages étaient toujours politiques et arrangés, Arthur le savait bien. Il se demandait pourquoi la jeune lady n’avait pas choisi de visiter Londres avec son mari ? Etant donné que son mariage était sans nulle doute un mariage qu’elle n’avait pas choisi, peut être ne s’entendait il pas. Arthur espérait le contraire pour la douce jeune femme. Elle avait l’air si aimable, qu’elle n’aie pas un mari aimant serait bien triste…

« J’ai cru comprendre que vous êtes mariée. Peut être devriez vous visiter la ville en compagnie de votre époux, plutôt que seule. C’est plus prudent d’être escortée quand on ne connait pas bien les quartiers fréquentables et ceux qui le sont moins. », conseilla Arthur.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Sam 17 Sep - 16:38


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




"Lady Agnès, vous n’avez pas à vous incliner devant moi, ni à m’appeler Lord. Je ne suis pas de la noblesse, je ne suis qu’un simple soldat de la garde. Vous pouvez m’appeler Arthur. Et vous n’avez aucune dette envers moi, sachez-le, je n’ai fait que mon devoir et ce que ma conscience me dictait.  Les rues de la capitale sont parfois dangereuses pour les jeunes femmes comme vous. Surtout les petites ruelles comme celle que vous avez empruntée hier que j’interdis même à ma pupille de traverser, et pourtant, elle n’a que onze ans. Toutefois, j’espère que cela ne gâche pas complètement l’image que vous avez de cette ville. C’est comme partout je pense, il y a des quartiers plus dangereux que d’autres, mais d’un point de vue générale, Londres est un endroit très agréable à arpenter. »
 
Agnès fut surprise de la gentillesse et de l'humilité de l'homme qui se tenait en face d'elle. Il avait donc une pupille, ce qui expliquait sûrement le côté paternel qu'elle lui trouvait. Toutefois elle se fichait qu'il soit noble ou pas, qu'il soit riche pauvre, qu'importais, il lui avait sauvé la vie, il l'avait sauvé d'un viol. Elle aurait tout perdue si cela avait été le cas. Elle n'avait toujours pas donné d'enfant à Lord Morton et James se serait fait un plaisir de dire à son demi-frère de la répudier parce que la jeune fille aurait été salie. Elle s'approcha d'un pas vers son sauveur avant de lui répondre, la voie plus assurée;

"Monsieur... Arthur, la noblesse n'a rien à faire dans cette histoire. Et vous avez fait plus que votre devoir. Je peux vous assurer que si un jour vous avez besoin de quoi que ce soit, vous pouvez compter sur moi. Bien sûr je ne suis pas un homme de lignée royale mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir. Je vous suis redevable. "
Elle avait conscience d'être bien solennelle, mais elle avait ses principes. Et ils étaient cher à son cœur. Et puis elle ne pouvait pas tout simplement le remercier et tourner les talons! Elle n'était pas comme ça.Elle sortit une petite bourse qu'elle avait dans sa manche et la tendit vers son sauveur. " Ce ne sont que quelques pièces, mais s'il vous plat prenez les, si ce n'est pas pour vous prenez le pour votre pupille, je suis certaine qu'elle a beaucoup de chances d'avoir un homme comme vous dans sa vie. Londres peut être fière d'avoir un homme comme vous pour la servir, cette ville est des plus belles, et vous avez raisons comme dans toutes les villes il y a des quartiers qu'il ne faut mieux pas fréquenter. je ne m'y risquerais plus."
 
 
Elle tenta un sourire, et elle fut surprise de ne pas éclater en larmes, au contraire Agnès  savait que son sourire était sincère, certes  triste, mais sincère. Mais son sourire se ternit davantage lorsqu'il fit référence à son mari. Oui elle en avait, elle ne se souvenait même pas lui en avoir parlée... peut-être était-ce le choc. Si c'était un sage conseil qu'il lui donnait, elle ne pourrait pas le faire. Même si William était venu avec elle il aurait passé sa journée à chercher de quoi s'amuser tel un enfant. Un enfant sans femme. Elle aurait pu tomber sur pire, mais elle espérait qu'un jour William grandirait et ferait un peu plus attention à elle. Elle n'en est pas amoureuse, mais elle sait bien qu'il faut qu'elle est des enfants, et puis elle l’apprécie son "petit "mari" quand il n'est pas en train de gambader sur la terre.
 

"Mon mari n'est pas en Angleterre, il est à Édimbourg. Je suis venue avec Mon beau-frère, Lors James Stuart.»
A ce nom elle ne put s’empêcher de soupirer un peu. " Aussi je ne pourrais pas suivre votre conseil, bien qu'il me semble très avisé. Êtes-vous marié Arthur? "
 
Si l'était, sa femme était chanceuse, la jolie brune en était certaine. Il devait être l'époux parfait, attentionné, et aimant. Elle se surprit à sourire en regardant le garde face à elle. Elle sentait qu'il était quelqu'un de bon, quelqu'un de bien. Et Agnès l'appréciait déjà beaucoup et se fit la promesse de remplir sa dette, quoi qu'il en dise. Il le méritait elle le sentait.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Sam 17 Sep - 23:52
La naissance d'une amitié
"Monsieur... Arthur, la noblesse n'a rien à faire dans cette histoire. Et vous avez fait plus que votre devoir. Je peux vous assurer que si un jour vous avez besoin de quoi que ce soit, vous pouvez compter sur moi. Bien sûr je ne suis pas un homme de lignée royale mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir. Je vous suis redevable. ", avait dit la jolie jeune femme.

Ce n’était pas la première fois qu’Arthur sauvait une noble. Il avait sauvé la sœur du duc de Devonshire d’un attentat lors d’une joute. L’époux de la dame avait tenu à le remercier et l’avait invité à dîner au sein de sa famille, à plusieurs reprises.

« C’est très aimable à vous, my lady. », répondit Arthur. La jeune femme paraissait sincère et qui sait, avoir l’affection de certains puissants pouvaient toujours se révéler utile en cas de problème. Oh, Arthur n’avait nullement agit par intérêt en délivrant la douce jeune fille de son oppresseur, il ignorait tout de ses origines en ce moment. Mais en cas de mort de la reine, si le pouvoir passait à autrui, du soutien il en aurait peut être besoin, même s’il était prudent. A ce moment, la lady sortit une petite bourse et la tendit à Arthur et lui demanda d’accepter de la prendre. Immédiatement, Arthur fit non de la tête. Il ne voulait pas être payé pour avoir éxecuté son devoir. Sa solde lui suffisait amplement.

« Non vraiment, vous ne me devez pas d’argent, my lady. Je vis très bien de ma solde. », répondit Arthur. Mais devant l’insistance de la jeune femme, qui lui dit alors d’au moins prendre son présent pour sa pupille, il se résigna. Avoir un moyen de le récompenser devait la soulager d’une certaine manière. Dans ce cas là, il serait malséant de refuser.« Bien, puisque vous insistez j’accepte. », dit Arthur. Il voyait bien que la jeune femme était encore sous l’émotion de ce qui s’était déroulé la veille, elle semblait bien chamboulée.

Le soldat lui conseilla alors de visiter Londres en compagnie de son époux, pour être sous meilleure protection.
"Mon mari n'est pas en Angleterre, il est à Édimbourg. Je suis venue avec Mon beau-frère, Lors James Stuart. Aussi je ne pourrais pas suivre votre conseil, bien qu'il me semble très avisé. Êtes-vous marié Arthur? "
Le jeune homme connaissait de nom Lord James Stuart. Il savait qu’il s’agissait d’un batard du roi d’Ecosse, prétendant au trône et protestant de surcoit. Mais il remarqua que la jeune femme avait soupiré à l’énonciation de ce nom, ce qui était plutôt bon signe concernant ses convictions à elle.

« Vous m’en voyez désolé. », répondit premièrement Arthur. « Vous ne semblez pas beaucoup apprécier votre beau frère, je me trompe ? Alors…Si vous désirez vous rendre dans Londres, vous pouvez toujours demander à la reine ou même à mon capitaine, lord Herbert, de me charger de votre surveillance et de votre escorte le temps d’une journée, si cela peut vous rassurer. », proposa t il. Il se demandait si Agnès allait lui expliquer les raisons de cette mésantante avec son beau frère. Cela avait éveillé sa curiosité. Mais sans doute s’agissait-il de religion, ce qu’il pouvait tout à fait comprendre.
« Oui, je suis marié et pour tout dire, je viens de devenir père il y a de cela quelques jours seulement. » La joie du soldat était perceptible. « Deux filles ; Emma et Mary. J’étais angoissé à l’idée que ma femme mette aux mondes deux enfants. Ces accouchements sont plus risqués, en général. Mais tout c’est bien passé, Dieu merci. Et comme je vous l’ai dit, j’avais déjà une fille à ma charge, une orpheline que mon épouse avait prise sous son aile avant que je la rencontre. Je suis donc le seul homme dans ma maison. », dit-il en riant légèrement. « Cela me fait beaucoup de demoiselles à protéger. »



Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Dim 18 Sep - 13:49


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




« C’est très aimable à vous, my lady. »
 
Aimable. Elle n'aurait pas dit ça. C'était normal. Normal parce qu'il lui avait sauvée la vie, et qu'elle avait ces principes.
 
" Vous avez fait plus que votre devoir, et je ne suis pas une ingrate."
 
 Il avait l'air d'avoir des principes lui aussi. Elle pouvait le dire dans la façon qu'il avait refusé la petite bourse qu'elle venait de lui donner. Ce n'était pas grand-chose, et pourtant il avait fallu qu'elle parle de sa pupille pour qu'il l'accepte. C'était un gentleman. Si elle ne se trompait pas sur lui, le monde manquait d'homme comme lui. L’Écosse manquait d'homme comme lui. Il était certain qu'elle était encore chamboulée, elle était encore sous le choc, et elle sentait son visage tirée, fatiguée. Se connaissant elle devait avoir de petit yeux entourée de cernes violettes. Ses yeux devaient être terne, et ces traits inquiets. Heureusement qu'elle ne devait pas voir James Stuart aujourd’hui, d'ailleurs elle doutait de le voir de tous son séjour ici. Et c'était tant mieux elle ne voulait pas qu'il sache ce qu'il s'était passée. Ni lui ni son mari, ni personne. Avant qu'elle ne puisse lui faire part de son désir de discrétion sur ce qui c'était passée, le soldat lui conseilla de ne pas se promener seule dans Londres. Son mari n'était pas avec elle, et elle avait révélé qu'elle était venue à Londres avec James Stuart, elle se doutait que le soldat devait avoir entendu parler de cet Écossais, protestant , bâtard du feu Roi et plein d'ambition.  Aux yeux d'Agnès, il était un peu l’Élisabeth de Mary Tudor, version Écossaise. Ses sentiments sur son beau-frère ne sont pas passé inaperçu puisque le jeune homme lui fit remarquer qu'elle n'avait pas l'air de l’apprécier. Et c'était peu dire. Mais suite à sa question il lui révéla qu'il était mariée, et heureux nouveau père de jumelles. Elle apprécia le fait qu'il ne laissa pas sa question en suspens, ainsi avait-elle le choix d'ignorer ou pas sa question. Elle sourit sincèrement en l'entendant parler de ces nouvelles filles. Il avait l'air sur un petit nuage, et il avait étrangement l'air de lui faire confiance, à elle. En lui parlant des anciennes craintes concernant l'accouchement, de son soulagement présent, et de sa fierté d'être un père. Ainsi il à quatre filles à protéger. La jolie écossaise ne douta pas un instant du fait que les demoiselles seraient toutes leurs vies en sécurité.

" Je suis ravie pour vous, je ne connais pas la joie d'avoir des enfants, mais je vous souhaite d'avoir de jolies filles, intelligentes et pleines de rêves! Elles ne peuvent rêver d'une meilleure protection, et d'un meilleur père, j'en suis certaine. "
Elle prit la main du soldat entre les sienne, appuyant ces dires " Si je puis vous être d'une aide quelconque avec elles, que ce soit de l'argent, où un place dans la société, j'en serais ravie. Ce que vous voudrez "
 
Elle s'arrêta un instant avant de se confier un peu à son tour, et afin de répondre à la semi question que le grand blond lui avait discrètement posés quelques minutes avant. Elle se recula d'un pas, et lissa sa robe, cherchant ces mots.
 
"Je vous remercie de votre offre, je ne connais pas personnellement la reine, mais je demanderais à votre capitaine avec plaisir. Pour ce qui est de mon beau-frère. j'imagine que vous avez entendu parler de James Stuart... disons que nous n'avons pas les mêmes croyances, ni les mêmes ambitions pour notre pays. Le mariage nous a réunis dans la même famille cependant...je n'ai d'autres choix que d'accepter quelqu'un qui se bat contre mes principes. Aussi... j'aimerais vous demander d'être discret sur l’événement d'hier soir si cela ne vous coûte pas trop? "
 
Elle ne savait pas si James oserait en tirer parti contre elle, mentir, dire que l'agresseur avait réussi ses dessins... Elle n'en savait rien, mais face à un homme qui préférerait voir sa demi-sœur morte pour plus de pouvoir...   elle devait se méfier.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Dim 18 Sep - 16:40
La naissance d'une amitié

« Je suis ravie pour vous, je ne connais pas la joie d'avoir des enfants, mais je vous souhaite d'avoir de jolies filles, intelligentes et pleines de rêves! Elles ne peuvent rêver d'une meilleure protection, et d'un meilleur père, j'en suis certaine. Si je puis vous être d'une aide quelconque avec elles, que ce soit de l'argent, où un place dans la société, j'en serais ravie. Ce que vous voudrez »

Arthur sourit à la jeune lady qui avait prit les mains du soldat entre les siennes, malgré le fait qu’il n’était pas de sa classe sociale, pour témoigner sans doute de son honnêteté.
« Je vous remercie, Lady Agnès. La mère de mes filles étant très belle je suis certaine qu’elles le seront aussi. J’utiliserais votre présent pour leur acheter de beaux vêtements blanc pour le baptême à venir. Quant à vous, ne vous inquiétez pas, vous avez encore du temps devant vous pour être mère. Et je suis certain que vous serez une très bonne mère vous aussi. », dit Arthur.

Arthur n’avait fait que son devoir, mais savoir que cela apporterait peut être du positif à ses filles l’emplissait de joie. Il n’avait pas encore choisi de marraines pour ces jumelles…Evoquant le baptême, l’idée lui vint soudainement, un peu folle certes car il venait de rencontrer la jeune écossaise. Mais après tout, il était persuadé qu’il allait très bien s’entendre avec la lady, et avoir une marraine dans la noblesse était toujours une bonne chose pour une fille du peuple, une grande chance même. Il évoquerait cette idée avec son épouse.

« Je vous remercie de votre offre, je ne connais pas personnellement la reine, mais je demanderais à votre capitaine avec plaisir. »

« Je suis un élément précieux pour mon Capitaine, mais je suis certain qu’il trouvera un créneau horaire où je peux être remplacé pour me permettre de vous escorter. Il n’est pas un homme qui aime savoir les jeunes femmes comme vous dans l’insécurité. », répondit Arthur.

« Pour ce qui est de mon beau-frère, j'imagine que vous avez entendu parler de James Stuart... Disons que nous n'avons pas les mêmes croyances, ni les mêmes ambitions pour notre pays. Le mariage nous a réunis dans la même famille cependant...je n'ai d'autres choix que d'accepter quelqu'un qui se bat contre mes principes. Aussi... j'aimerais vous demander d'être discret sur l’événement d'hier soir si cela ne vous coûte pas trop? », demanda la jeune femme, inquiète.

Cela ne devait pas être évident de côtoyer au quotidien des gens qui se battaient pour l’autre camp, et de ne pouvoir rien dire. Arthur ne la comprenait que trop bien car, si son épouse était catholique comme lui, elle avait des fréquentations parfois difficiles à tolérer… D’autant plus qu’elle avait été amie avec une noble, Rosemary Blackwood, reconnue comme coupable de l’attentat de la joute, durant lequel Arthur aurait pu être gravement blessé, et avait du sauver bons nombres de personnes. Constance, son épouse, n’avait rien d’une hérétique, bien sûr. Le problème était qu’elle refusait de croire en la culpabilité avérée de la jeune noble qui avait été exécutée pour les faits, ce qu’Arthur ne parvenait à comprendre, malgré tout l’amour qu’il lui portait. Il en était très inquiet…Si Constance, sa femme, ne voyait que le bon chez les gens, et refusaient de voir le mauvais, elle serait une proie facile pour les hérétiques…
« Oui, j’ai vaguement entendu parler de Lord Stuart. Je ne peux que vous comprendre, je suis moi-même très attaché à mes croyances catholiques. Vous avez ma parole que Lord Stuart n’entendra pas parler de votre mésaventure, je ne suis pas du genre à colporter des ragots. », répondit Arthur. Il comprenait que la jeune femme craigne pour sa réputation. Arthur était intervenu à temps, mais si l’une ou l’autre personne malintentionnée venait à propager une rumeur prétendant le contraire, cela pourrait beaucoup nuire à une femme noble comme Lady Agnès. « Qu’en est il de votre époux, si je puis demander ? Partage t il vos croyances ou celle de Lord Stuart ? », demanda Arthur.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Dim 18 Sep - 18:18


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




« Je vous remercie, Lady Agnès. La mère de mes filles étant très belle je suis certaine qu’elles le seront aussi. J’utiliserais votre présent pour leur acheter de beaux vêtements blanc pour le baptême à venir. Quant à vous, ne vous inquiétez pas, vous avez encore du temps devant vous pour être mère. Et je suis certain que vous serez une très bonne mère vous aussi. »

 
Les yeux du soldat face à elle s'était illuminée quand il avait parlé de la mère de ses filles. C'était un homme amoureux qui se tenait face à elle. Un homme amoureux et heureux. Elle passa outre le fait qu'elle était jeune pour avoir des enfants. C'était le cas oui, mais tout le monde ne pensait pas comme lui. Bien au contraire... Elle avait de la chance que ce soit Marie De Guise qui soit sur le trône, si c'était James, son mariage aurait était dissous au bout de neuf mois...peut-être moins. Elle n'en savait rien. Peut-être que cela aurait été mieux comme ça, répudiée... elle aurait peut-être pu retourner en Angleterre et le revoir...Edward. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas pensée à lui. Et de toute façon son père n’aurait jamais permis cela. Elle secoua doucement ma tête se concentrant sur son interlocuteur.

"En voici une bonne idée, je suis certaine que le Seigneur veillera sur elles. Et acheter une jolie robe à votre femme pour cette occasion, je suis sure que vous en aurait assez, et le baptême est un moment si important dans la vie de quelqu'un, que ce soit pour le baptisé, ou pour les parents j'imagine."

 
 
Plus elle parlait avec l'homme face à elle, plus elle sentait que c'était quelqu'un qu'elle apprécierait de plus en plus, quelqu'un de fiable, et sûrement de catholique, s’il était dans la garde la reine, il ne pouvait être autrement. Elle accepta son offre, elle irait sûrement voir le capitaine du soldat le lendemain. Il était certain qu'avec cet homme à ces côtés la jeune femme ne risquerait rien dans les rues de Mary Tudor. La jeune femme se contenta hocher la tête, et lui parla un peu de son beau-frère. Elle ne voulait certainement pas sa mort, elle ne souhaitait la mort de personne, mais s'il pouvait simplement être... différent. Catholique, gentleman, loyal à sa reine. Et s'il pouvait arrêter d'avoir autant d'influence sur son mari. Ça arrangerait bien les affaires de la jolie brune. Certes elle n'avait pas beaucoup d'influence sur William, mais avec James à côtés il était certain qu'elle n'en aurait jamais.
 
« Oui, j’ai vaguement entendu parler de Lord Stuart. Je ne peux que vous comprendre, je suis moi-même très attaché à mes croyances catholiques. Vous avez ma parole que Lord Stuart n’entendra pas parler de votre mésaventure, je ne suis pas du genre à colporter des ragots. Qu’en est-il de votre époux, si je puis demander ? Partage-t-il vos croyances ou celle de Lord Stuart ? »
 
 
"Vaguement, vous avez bien de la chance Arthur. Ce protestant n'est que trop bien connu en Écosse" Elle se rendit compte que ce qu'elle venait de dire était un peu trop subjectif quand elle s'entendit parler, elle regarda autour d'elle et Agnès fur soulager de ne voir personne. " Excusez-moi, je ne devrais pas parler comme ça... je perds toutes mes manières. Ce doit être le choc d'hier..."Un doux sourire se dessina sur son visage " Je vous remercie pour votre discrétion... Lord Morton, mon mari, partage les principes protestant de son demi-frère j'en ai peur, mais je prie pour son âme et son salut. Il est encore jeune bien qu'il ait vu seize printemps et donc un de plus que moi, mais il est très loyal à son demi-frère et le soutient sans se poser de questions...Je crains que les hommes de son âge ne pensent qu'à courir dans les terres et à suivre l'exemple de leurs aînés, même s'il n'est pas des meilleurs. Votre femme partage-t-elle vos principes, et vos croyances ?"


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Mar 20 Sep - 21:25
La naissance d'une amitié
« En voici une bonne idée, je suis certaine que le Seigneur veillera sur elles. Et acheter une jolie robe à votre femme pour cette occasion, je suis sure que vous en aurait assez, et le baptême est un moment si important dans la vie de quelqu'un, que ce soit pour le baptisé, ou pour les parents j'imagine. »

L'idée que proposa Agnès n'était pas venue à l'esprit d'Arthur. Il ne s'achetait que les vêtements dont il avait besoin. Mais il était vrai que les femmes avaient un rapport différent avec les pièces de tissus. Constance avait plusieurs robes, mais s'il avait assez d'argent dans cette bourse, oui pourquoi ne pas lui en offrir une nouvelle ? Après les souffrances de cet accouchement, elle méritait bien un présent.

« Pour tout chrétien en général, je pense. », répondit Arthur. La baptême était l'un des sacrements les plus importants, permettant au nouveau né d'entrer dans la communauté des croyants et d'avoir une chance d'entrer dans le royaume de Dieu.

Concernant son beau-frère, Agnès Leslie ne pu s'empêcher de répondre :
« Vaguement, vous avez bien de la chance Arthur. Ce protestant n'est que trop bien connu en Écosse »
Mais à peine avait elle prononcé ses mots qu'elle se rendit compte que ce n'était peut être pas une chose à dire. « Excusez-moi, je ne devrais pas parler comme ça... je perds toutes mes manières. Ce doit être le choc d'hier... », s'excusa-t-elle.

Arthur lui sourit. «Oh, je vous en prie, vous ne me choquez nullement.» Entendre une femme parler ainsi d'un protestant lui faisait du bien, en fait. Avec Constance il devait toujours débattre de longues heures, si bien qu'il ne préférait plus mentionner le sujet. Il n'était pourtant pas un monstre catholique se satisfaisant de voir des gens brûler sur des places publiques. Mais il fallait reconnaître que les protestants menaçaient l'ordre établi, voulaient renverser leur reine légitime et organisaient des attentats, des attentats qui pouvaient le tuer lui, garde royal ! Pourquoi sa femme ne le comprenait elle pas ?

« Je vous remercie pour votre discrétion... Lord Morton, mon mari, partage les principes protestant de son demi-frère j'en ai peur, mais je prie pour son âme et son salut. Il est encore jeune bien qu'il ait vu seize printemps et donc un de plus que moi, mais il est très loyal à son demi-frère et le soutient sans se poser de questions...Je crains que les hommes de son âge ne pensent qu'à courir dans les terres et à suivre l'exemple de leurs aînés, même s'il n'est pas des meilleurs. Votre femme partage-t-elle vos principes, et vos croyances ? »

Arthur était désolé d'apprendre que le mari d'Agnès n'était pas catholique. Une jeune femme aussi douce méritait un bon mari, un mari sur la bonne voie spirituelle. Mais ce qu'elle ajouta pouvait en effet laisser apparaître un fort espoir que cela ne soit que passager. La plupart du temps, les protestants le restaient toujours. Ceux qui revenaient au catholicisme n'avaient pas l'air très sincère...Mais Arthur se souvenait bien de lui à seize ans. Il avait aveuglément suivi son frère Edmond à Bristol, avant de revenir à Londres sept ans plus tard. Les jeunes hommes de cet âge sont très influençables. Lady Agnès était très intelligente pour s'en apercevoir.

« Je suis désolé d'apprendre que votre époux ne partage pas votre confession. Cependant, vous avez bien raison. A seize ans, j'étais moi même très influencé par mon frère. Oh, il était catholique, mais pour d'autres sujets, cela s'applique aussi. Il m'a fallu quelques années encore avant de pouvoir me forger ma propre opinion sur plusieurs choses et de comprendre que mon frère avait tort sur certains points. Il en sera peut être de même pour votre mari en ce qui concerne sa religion. C'est ce que je vous souhaite de tout cœur, évidemment. »

Arthur n'avait jamais parlé de cette petite difficulté qu'il rencontrait dans son couple surtout depuis l’exécution de Rosemary Blackwood en décembre 1555, de ce sentiment d'être incompris de sa femme. En éprouvait il le besoin ? En tout cas, Agnès Leslie le mettait en confiance, malgré son naturel si suspicieux, et cela semblait être réciproque. Il soupira légèrement.

« Mon épouse est catholique, oui, et fidèle à sa souveraine. Cependant, j'ai parfois du mal à discuter de la situation politique actuelle avec elle. Voyez vous, elle a tendance à voir surtout le bon chez les gens et cela l'empêche de comprendre que certaines personnes qu'elle croisait dans la rue, dont elle côtoyait les échoppes, se retrouvent exécutés. Elle ne voit pas la part d'ombre en eux, n'arrivent pas à croire qu'ils puissent être coupable de crimes contre la reine. Cela rend parfois la communication difficile entre nous sur ce point, étant donné mon métier. Rien de dramatique bien sûr, mais enfin...» Il haussa les épaules. «Je dois dire que je n'ai jamais parlé de cela à personne. J'éspère que je peux compter sur votre discrétion, comme vous pouvez comptez sur la mienne ? », demanda Arthur.

« A part vos différents en matière de religion, vous entendez vous bien avec votre époux ? Etant donné votre titre, j'imagine que votre mariage a été convenu pour vous ? »


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Mer 21 Sep - 13:39


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




« Pour tout chrétien en général, je pense. »


Agnès se contenta d'hocher la tête pieusement. Qu'il était agréable de parler à quelqu'un de catholique, quelqu'un qui partageait ses croyances et ces principes. Depuis son mariage cela lui arrivait rarement. Tellement rarement que la jeune femme se laissa entraîner dans ces dires quelques minutes plus tard, des dires qui n'était pas très bienveillant envers son beau-frère. Mais grâce à Dieu, Arthur la rassura quelque secondes plus tard, et elle reprit sa discussion, plus sagement cette fois, expliquant à demi-mot que son mari était sous la complète influence de Lord Stuart et qu'il ne s'intéressait pas à grand-chose d'autre que d'aller dehors.


"« Je suis désolé d'apprendre que votre époux ne partage pas votre confession. Cependant, vous avez bien raison. A seize ans, j'étais moi-même très influencé par mon frère. Oh, il était catholique, mais pour d'autres sujets, cela s'applique aussi. Il m'a fallu quelques années encore avant de pouvoir me forger ma propre opinion sur plusieurs choses et de comprendre que mon frère avait tort sur certains points. Il en sera peut être de même pour votre mari en ce qui concerne sa religion. C'est ce que je vous souhaite de tout cœur, évidemment. »


La jeune écossaise écouta avec attention le soldat qui lui tenait face. A ce même instant elle sentit que son sauveur avait une longue histoire derrière lui. Même si elle était curieuse elle ne questionna pas le garde sur cette influence qu'avait eu don frère sur lui, elle le connaissait à peine, et ça n'était vraiment pas approprié. D'autre part, ce discours donna un peu plus d'espoir quant à son mariage, peut-être que William ne serait pas son "petit mari" toute sa vie, peut-être qu'il grandirait, et réaliserait les erreurs de son frères. Peut-être qu'elle finira par avoir un mariage heureux et pas seulement respectueux. Mais avec des "peut-être", elle avait bien conscience qu'elle pouvait refaire le monde.

"Je l'espère sincèrement, et vous me donnez bon espoir Arthur. "


Elle ne rajouta rien, mais se promis de le questionner une autre fois sur son frère. Et le grand blond face à elle commença à parler de sa femme. Elle ne fut pas surprise d'entendre que sa femme cherchait le bien chez tout le monde, c'était sans doute une femme remarquable, et pour ce qu'elle connaissait du jeune homme, il le méritait. Cependant elle comprit que la trop grande gentillesse de sa femme pesait un peu sur son sauveur, notamment par rapport à la situation actuelle de l'Angleterre.

"Je vous promet ma discrétion. Votre femme à l'air très gentille, peut-être trop si je peux me permettre...Voyez-vous, mon père à tendance à dire qu'il ne faut pas être gentil envers les autres, il faut être bienveillant. Parce que les gens abuseront toujours de votre gentillesse, mais si vous êtes bienveillant, ce n'est pas la même chose. Il y a une fine limite entre les deux, je ne sais pas si vous voyez de quoi je veux parler... je ne saurais l'expliquer davantage." Agnès sourit, tout en constatant que son discours était bien brouillon mais elle reprit " Je suis certaine que votre femme va se rendre compte à présent de la part d'ombre chez les autres, grâce à vos jumelles je veux dire, elle voudra les protéger, et peut être alors sera-t-elle plus méfiante envers le monde. Je vous dis ça mais je ne connais rien en matière d'enfants. Cependant à voir vos yeux quand vous parlez d'elle, je suis certaine que cela n'aura pas de répercussion sur votre mariage. Elle a beaucoup de chance d'avoir quelqu'un qui parle d'elle avec ce visage."

Oui, le soldat avait l'air amoureux, même quand il semblait ennuyé par ce point précis. Et Agnès enviait ces gens qui se mariaient par amour. Elle aimait sa position sociale, le fait de ne pas être dans le besoin, d'être reconnue, mais elle avait connu une fois l'amour, ici sur le sol d'Angleterre et elle regrettait que son mariage ne soit construit que sur du respect et un arrangement. Arthur dut lire dans ses pensées parce qu'il aborda le sujet, le plus simplement du monde. N'importe qui dans son rang social aurait soigneusement évité la question, de toute façon elle n'aurait jamais eu ce genre de discussion, sur son mari, sur son beau-frère avec quelqu'un de son entourage, hormis peut-être Agnès Keith... mais depuis que celle-ci se rapprochait de James...Ce n'était plus pareil. Pourtant cela ne dérangea pas la jeune Lady, et elle se sentit même libérée quand elle entendit le son de sa propre voie. C'était la première fois qu'elle disait quoi que ce soit de son mariage à quelqu'un, ou du moins qu'elle en parlait avec des termes simple, et sans peur de jugement en face.

" Vous ne vous trompez pas,...mon père a arrangé ce mariage, je ne saurais vous dire pour quelle raison, mais je soupçonne le fait que James fasse partie de ma nouvelle famille comme l'une des raisons principale. Je ne sais pas... Toujours est-il que mon mari... n'est pas souvent là, je le vois le matin, une dizaine de minutes, il prend toujours le temps de me complimenter puis il part bien vite dehors et je ne le revois que le soir lors du dîner. Nous ne conversons pas beaucoup, il raconte toujours ce qu'il a fait puis il s'éclipse pour aller se coucher. Je passe la plus part de mon temps avec ma belle-mère. Elle m'apprend à gérer le domaine. J'ai beaucoup de respect, et d'amitié pour mon mari, c'est un garçon intelligent, et charmant qui me fait preuve d'attention tous les matins, mais pas un homme pour l'instant..."

Elle sous-entendait beaucoup, et faisait preuve d'une grande franchise envers quelqu'un qu'elle ne connaissait depuis seulement quelques minutes, en omettant les faits de la veille. Mais elle se sentait en confiance, et elle était certaine qu'elle ne se trompait pas sur le jeune homme.






Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Jeu 22 Sep - 23:19
La naissance d'une amitié
La fine ligne entre gentillesse et bienveillante. Arthur voyait très bien ce qu'Agnès voulait dire. Cependant, contrairement à l'hypothèse avancée par la jeune femme, selon laquelle maintenant que Constance était mère, pour protéger ses filles, elle se montrerait davantage bienveillante que trop gentille avait du mal à le convaincre. Au contraire, Arthur craigne que cela ne déteigne sur ses filles. C'était pour cela, aussi, qu'il avait espéré un garçon. Les garçons passent plus de temps à subir l'influence de leur père que celle de leur mère. Il aurait été plus à même de gérer l'éducation d'un fils que de celle d'une fille, ou de deux filles.

« Vous ne vous trompez pas,...mon père a arrangé ce mariage, je ne saurais vous dire pour quelle raison, mais je soupçonne le fait que James fasse partie de ma nouvelle famille comme l'une des raisons principale. Je ne sais pas... Toujours est-il que mon mari... n'est pas souvent là, je le vois le matin, une dizaine de minutes, il prend toujours le temps de me complimenter puis il part bien vite dehors et je ne le revois que le soir lors du dîner. Nous ne conversons pas beaucoup, il raconte toujours ce qu'il a fait puis il s'éclipse pour aller se coucher. Je passe la plus part de mon temps avec ma belle-mère. Elle m'apprend à gérer le domaine. J'ai beaucoup de respect, et d'amitié pour mon mari, c'est un garçon intelligent, et charmant qui me fait preuve d'attention tous les matins, mais pas un homme pour l'instant... », se confia Agnès.

Arthur n'était pas sûr d'avoir compris le sous entendu. A vrai dire, il n'était pas un homme qui se sentait à l'aise à converser de tout le sujets. « Pas un homme pour l'instant »...A part un sous entendu concernant le non respect du devoir conjugal, Arthur ne voyait pas ce que cela pouvait vouloir dire. Dans un mariage noble, c'était d'autant plus dramatique que la pression était énorme sur les femmes concernant la naissance d'un héritier. Arthur voulait pouvoir donner quelques conseils à la jeune femme mais il ne le pouvait, ce n'était pas à lui de le faire, il ne le pouvait. Lorsque Constance lui avait conseillé de parler à Eliott des choses du mariages, cela l'avait déjà mis mal à l'aise, pourtant Eliott était un jeune homme et pas une femme.

« Je vois...Cela dépend évidemment de tout les hommes, certains ne s'intéressent pas beaucoup à être proche des femmes, ou à côtoyer leurs épouses, pour ceux qui sont déjà mariés, à votre âge tandis que d'autres le font très tôt. Quel âge a votre mari, si je puis demander ? Mais rassurez vous, vous ne devez pas vous inquiétez, vous êtes une charmante jeune fille. Votre mari a bien de la chance, si cela est un mariage arrangé, d'être tombé sur une épouse doté de traits harmonieux. Peut être pourriez vous essayer de vous intéresser à ses passions ? S'il aime la chasse, par exemple, discutez de chasse avec lui. C'est une attention qu'il remarquera sans doute, et qui pourra peut être permettre que vous ayez plus de conversations tout les deux, petits à petits... », dit Arthur. Cependant, cela étonnait Arthur que le mari d'Agnès ne cherche pas à être plus proche de son épouse. Il espérait que celui ci ne la trompait pour autant, l’infidélité était un très grave pêché et la jeune lady méritait un homme digne d'elle.

« En tout cas, j’imagine que vous devez parfois vous sentir incomprise de votre époux, ne partageant pas les mêmes croyances que lui…J’éspère vraiment qu’il prendra conscience qu’il n’est pas sur la bonne voie, et que vous pourrez discuter de Dieu avec lui. Pour l’instant, si l’absence de ce genre de conversation laisse un vide pour vous, vous pouvez toujours en discuter avec moi.
», dit Arthur, gentiment. Il était, il est vrai, ravi de pouvoir parler avec une catholique, qui sans être fanatique, avait une vision plus réaliste des choses, comme lui.



Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Ven 23 Sep - 14:54


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




« Je vois...Cela dépend évidemment de tout les hommes, certains ne s'intéressent pas beaucoup à être proche des femmes, ou à côtoyer leurs épouses, pour ceux qui sont déjà mariés, à votre âge tandis que d'autres le font très tôt. Quel âge a votre mari, si je puis demander ? Mais rassurez vous, vous ne devez pas vous inquiétez, vous êtes une charmante jeune fille. Votre mari a bien de la chance, si cela est un mariage arrangé, d'être tombé sur une épouse doté de traits harmonieux. Peut être pourriez vous essayer de vous intéresser à ses passions ? S'il aime la chasse, par exemple, discutez de chasse avec lui. C'est une attention qu'il remarquera sans doute, et qui pourra peut être permettre que vous ayez plus de conversations tout les deux, petits à petits...


Agnès rougit, si elle avait fait des sous-entendu elle ne pensait pas qu'il en parlerai aussi librement. Elle avait juste eu le besoin d'en parler à quelqu'un. Elle rougit de gêne, mais aussi du compliment. Quand au conseil du jeune homme.. elle avait essayer de le suivre au début de son mariage mais son mari lui avait gentiment fait comprendre qu'il ne souhaitait pas la distraire dans son instruction et que donc il voulait aller jouer dehors seule. Elle savait qu'il n'aallait pas voir d'autres femmes, mais il voulait simplement être tranquille sans une "fille " à ces côtés.

"Merci Monsieur Arthur.."
Elle tourna la tête autour d'uex pour être certaine que personne n'entendait leur conversation. " Il ne s’intéresse à personne ni à aucune femme, et ma compagnie lors de ces sortie l’embarrasse, il aime la solitude, il aime jouer sans avoir une fille à ces côtés, il préfère la compagnie des garçons de son âge. Il à seize ans, et à ce titre il est mon aînée d'une année. Mais ma belle-mère dit souvent en soupirant qu'il à la maturité de la moitié de son âge. Il grandira. Et alors j'aurais un mari et non un enfant. "


Elle baissa la tête et lissa une nouvelle fois les plis de sa robe, tout en écoutant les mots sages de son sauveur.

« En tout cas, j’imagine que vous devez parfois vous sentir incomprise de votre époux, ne partageant pas les mêmes croyances que lui…J’éspère vraiment qu’il prendra conscience qu’il n’est pas sur la bonne voie, et que vous pourrez discuter de Dieu avec lui. Pour l’instant, si l’absence de ce genre de conversation laisse un vide pour vous, vous pouvez toujours en discuter avec moi. »

Elle ne pouvait qu'être d'accord, c'est vrai qu'elle se sentait seule dans son domaine, entourée de gens protestant, entouré de gens qui soutenait James et non Marie. Elle n'avait pas beaucoup d'amis qui lui rendaient visite, tous savait bien que c'était le domaine de Lord Morton, mais que bien avant ça c'était le frère du prétentieux James Stuart. De ce fait toutes les personnes avec qui elle pourrait parler de religion ne lui rendait pas visite, et comme elle allait rarement à la cour..Heureusement elle ne perdait pas la foi, elle ne deviendrait jamais protestante, jamais.

" Je vous remercie, sincèrement, et vous pouvez compter sur moi, je n'oublierais pas cette proposition! La religion est très importante pour moi.. ma sœur s'est mariée à Dieu il y a quelques années,et une autre de mes sœurs dors à ces côtés. Et vous, comment avez vous rencontré votre femme? Comment s'appelle cette charmante femme qui vous à dérobé votre cœur? "

Elle était curieuse, la jolie écossaise parlait sans cesse de son mariage, mais elle ne savait presque rien du soldat face à elle. Il était tant que la discussion se tourne vers sa vie à lui.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Dim 25 Sep - 18:29
La naissance d'une amitié


Arthur était rassuré de savoir que ce n’était pas pour la tromper que le mari de la douce lady ne passait pas beaucoup de temps avec elle. Cependant, il était tout de même âgé de seize ans. C’était un âge correct pour devenir un homme. Enfin, Agnès avait raison, il grandirait.

« Je vous remercie, sincèrement, et vous pouvez compter sur moi, je n'oublierais pas cette proposition! La religion est très importante pour moi…Ma sœur s'est mariée à Dieu il y a quelques années, et une autre de mes sœurs dors à ses côtés. Et vous, comment avez vous rencontré votre femme? Comment s'appelle cette charmante femme qui vous à dérobé votre cœur? »

« Mon épouse s’appelle Constance. », répondit Arthur. « La première fois que je l’ai vue, c’était pendant la révolte de Thomas Wyatt, au tout début du règne de notre souveraine. J’ai été blessé et j’ai dû reculer qu’on me fasse un bandage, qui empêcherait l’écoulement du sang afin de pouvoir retourner me battre. Constance était avec une amie d’une famille d’apothicaire qui m’a soigné. J’en garde toujours une cicatrice, sur le bras droit, mais j’ai été bien soigné. Plus tard, je l’aie revue. Elle était serveuse dans une taverne. Aujourd’hui, elle a abandonné son travail pour se concentrer aux enfants bien sûr. »

Et heureusement qu’elle l’avait fait. Arthur n’aurait pas du tout aimé que son épouse continue à travailler dans une taverne après leur mariage. Il savait que son épouse serait une bonne mère, elle l’était déjà, en quelques sortes, avec Jane-Ann. Mais il craignait qu’elle élève les filles dans une atmosphère trop tolérante au protestantisme, ce qui était dangereux car l’hérésie était quelque chose de condamnable et Arthur ne voulait pas que ses filles deviennent hérétiques, cela les priverait de l’accès à la vie éternelle. Le jeune soldat repensa à nouveau à cette idée qu’il lui avait traversé l’esprit lorsqu’il avait énoncé le baptême à venir des ses jumelles. La douce Agnès, pourtant entourée de protestants, semblaient si fidèle à ses croyances, à elle-même. Elle n’était pas le genre de femme à facilement se laisser corrompre. Elle serait parfaite comme marraine. Et peut être aurait elle-même les mots pour faire comprendre à Constance cette fameuse ligne entre gentillesse et bienveillance. Arthur sentait qu’il ne se trompait pas sur elle, et qu’une amitié était sur le point de naître entre eux, une amitié sincère.

« A l’occasion, vous pourriez la rencontrer. Je ne vis pas dans un château, évidemment. Je n’ai pas le confort auquel vous êtes habituée. Mais si d’aventure, vous aimeriez dîner en compagnie de ma famille un jour, vous êtes la bienvenue. », dit le soldat.



Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Jeu 29 Sep - 19:12


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




  Mon épouse s’appelle Constance. La première fois que je l’ai vue, c’était pendant la révolte de Thomas Wyatt, au tout début du règne de notre souveraine. J’ai été blessé et j’ai dû reculer qu’on me fasse un bandage, qui empêcherait l’écoulement du sang afin de pouvoir retourner me battre. Constance était avec une amie d’une famille d’apothicaire qui m’a soigné. J’en garde toujours une cicatrice, sur le bras droit, mais j’ai été bien soigné. Plus tard, je l’aie revue. Elle était serveuse dans une taverne. Aujourd’hui, elle a abandonné son travail pour se concentrer aux enfants bien sûr.

 
 
"Vous avez l'air si heureux avec elle... j'espère que cela durera toute votre vie et bien après. Vos petites filles ont bien de la chance de naître dans une famille si aimante! Et pour votre cicatrice... je crains de vous dire que vous avez là la plus belle cicatrice du monde. la cicatrice de votre rencontre avec l'amour. Voilà une belle histoire que vous pourrez raconter à vos jumelles."
 
 
Constance, c'était un joli nom. Et Agnès fut touchée par l'expression du visage de son soldat. Il avait l'air tellement amoureux de sa femme, ses yeux étaient si plein d'amour, si pétillant. Lord Morton ne la regardait pas vraiment comme ça. Il la regardait comme un jouet dont il ne voit pas l’utilisation. Comme Constance devait aimer être regardé par ce bel homme de cette façon. Comme elle, petite écossaise en quête de découverte avait aimé qu'on la regarde comme ça, 3 ans auparavant. Pourtant contrairement à Constance et Arthur, leur histoire dut se terminer bien vite, malgré les sentiments. Et elle avait dû rentrer en Écosse où elle avait été mariée dans la foulée à un petit garçon immature. Elle doutait bien qu'un jour William la regarde comme ça. Après tout ce n'était pas un mariage d'amour. Et ils étaient bien trop différents. Beaucoup trop différents. Sur de nombreux points, dont certains biens trop importants. Arthur avait de la chance, il avait la chance de pouvoir épouser la femme qu'il voulait, qu'il aimait. Avoir des enfants avec elle et vivre une vie certes simple, mais remplie d'amour. Et le soldat avait l'air d’apprécier sa vie à sa juste valeur.
 
« A l’occasion, vous pourriez la rencontrer. Je ne vis pas dans un château, évidemment. Je n’ai pas le confort auquel vous êtes habituée. Mais si d’aventure, vous aimeriez dîner en compagnie de ma famille un jour, vous êtes la bienvenue. »,
 
Pendant un instant elle ne sut que trop dire. L'invitait-il vraiment? Chez lui? A elle qu'il n'avait vu qu'une fois. Agnès était vraiment touchée par la marque de confiance que le jeune homme lui attribuait. Elle rougit un peu avant de lui offrir un grand sourire.
 
"Je serais ravie, vous n'avez pas idée. Mais à une condition, que vous m’appeliez Agnès. Je sais bien que cela n'est pas convenable. Mais si je peux vous appeler Arthur alors vous devriez pouvoir faire de même avec moi. après tout, nous sommes amis! Dites-moi quand cela vous conviendrait et je m’arrangerais. Et pour le confort... je pense qu'une bonne compagnie vaut milles pièces. "
 
C'était évident pour elle. Elle pouvait ressembler à une petite fille de 15 ans qui enthousiasmait trop. Mais elle était vraiment contente d'avoir croisé la route de ce jeune homme. Les conditions n’étaient pas vraiment ce qu'elle préférait mais elle ne pouvait voir en cet homme qu'un ami. Ils se comprenaient si bien sur bien des points dont celui de la religion, sujet si cher à son cœur. Et elle l’appréciait déjà énormément; Elle ne doutait pas un seul instant, que cette journée, cette discussion, était la naissance d'une belle amitié.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

 ㄨ    the sword in the darkness
avatar
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 24 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 928 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 273 ♕ Je suis arrivé(e) sur TTB le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Sam 1 Oct - 10:19
La naissance d'une amitié


« Vous avez l'air si heureux avec elle... j'espère que cela durera toute votre vie et bien après. Vos petites filles ont bien de la chance de naître dans une famille si aimante! Et pour votre cicatrice... je crains de vous dire que vous avez là la plus belle cicatrice du monde. La cicatrice de votre rencontre avec l'amour. Voilà une belle histoire que vous pourrez raconter à vos jumelles. »

Agnès avait raison, Arthur était très amoureux de Constance. Mais son bonheur était assombri par la présence de quelques sujets tabous, liés notamment, à la reine et aux protestants.

« C’est vrai », dit Arthur. « C’est aussi le symbole de l’exécution de mon devoir envers la couronne. Une bonne histoire à raconter à un fils, si d’aventure, Dieu m’en accorde un. J’aime énormément mes filles, mais j’aimerais beaucoup avoir également un fils. Les filles sont souvent plus proches de leur mère. Il y a des choses que j’aimerais pouvoir enseigner à un garçon. », expliqua t-il. Quand la sage femme lui avait annoncé que sa femme attendait très probablement des jumeaux, Arthur avait éspéré qu’au moins un des deux serait un garçon. Il avait réfléchi au prénom ; Thomas, en l’honneur de son frère cadet, et pour une fille, Constance avait choisi Emma. Finalement, ça avait été Emma pour la première née, et Mary, le choix de prénom d’Arthur, pour la seconde.

« Je serais ravie, vous n'avez pas idée. Mais à une condition, que vous m’appeliez Agnès. Je sais bien que cela n'est pas convenable. Mais si je peux vous appeler Arthur alors vous devriez pouvoir faire de même avec moi. après tout, nous sommes amis! Dites-moi quand cela vous conviendrait et je m’arrangerais. Et pour le confort... je pense qu'une bonne compagnie vaut milles pièces. »

Arthur eut un léger rire. Il trouvait ça exemplaire, que la jeune lady se considère comme son égal alors qu’il était homme du peuple. Si la mère d’Arthur détestait la noblesse et les titres, elle n’aurait pu qu’apprécier, elle aussi, cette modeste démarche de l’écossaise.

« Bien, je vous appellerais par votre prénom si vous le désirez, mais uniquement lorsque nous sommes entre nous. Si j’osais vous appelez Agnès en public, par exemple durant un banquet, mon capitaine me réprimanderait sur ma mauvaise connaissance des convenances ! », dit il.
Arthur vit que ses collègues commençaient à sortir de la salle où ils étaient occupés, plus tôt, à manger.

« J’ignore l’heure qu’il est, mais je crois qu’il est temps pour moi de reprendre mon service. », dit il en désignant d’un signe de tête ses collègues soldats. « Et bien Agnès, ce fut un plaisir de discuter avec vous. Je reviendrais vers vous pour vous communiquer quel jour il serait possible que vous diniez en la compagnie de ma famille. Au plaisir de vous revoir bien vite, my lady. », dit il en inclinant la tête. C’était assez étrange d’appeler une noble par son prénom ; il n’allait pas en plus faire abstraction des signes de respect bien connus. Il rejoint ensuite ses collègues non sans avoir accordé un dernier sourire bienveillant à l’égard de sa nouvelle amie.


Arthur Wayne ✖ the sword in the darkness.
« Iron » I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit Dim 2 Oct - 15:41


Arthur & Agnès

La naissance d'une amitié




« C’est aussi le symbole de l’exécution de mon devoir envers la couronne. Une bonne histoire à raconter à un fils, si d’aventure, Dieu m’en accorde un. J’aime énormément mes filles, mais j’aimerais beaucoup avoir également un fils. Les filles sont souvent plus proches de leur mère. Il y a des choses que j’aimerais pouvoir enseigner à un garçon. »

Un homme d'honneur. Un homme de confiance. Un homme bon. Un homme juste. Un homme bienveillant. Et Agnès avait bien d’autres qualités qu'elle pouvait attribuer à son sauveur. Des qualités qu'ils pourraient attribuer à ces enfants. Ces filles aussi, même s'il ne le voyait pas, ou même s'il ne le pensait pas. Agnès était très proche de sa mère, sans aucun doute. Mais elle admire son père. Pas pour son mariage, mais parce qu'il est sans doute l'un des hommes les plus juste et plus loyal qu'elle connait. C'est un homme admirable. Et les filles, si elles sont plus proches de leur mère, sont amoureuses de leur Papa. Les pères sont les héros. Les sauveurs, les dieux de leurs filles.

"Et vous pourrez sans aucun doute enseignez à vos filles vos principes en attendant. Les filles voient leur Papa comme l'homme le plus puissant et le meilleur du monde. Quel que soit la gentillesse de votre femme, elles auront toujours à cœur d'avoir votre bénédiction et votre fierté. Vous pouvez me croire. Je suis une fille, et je sais comment on voit nos parents."



Elle lui prit la main gentiment, histoire d'appuyer ces dires. Elle se permettait des choses avec lui qui ne se font as. Elle le savait bien. Mais elle était vraiment reconnaissante et elle voulait vraiment qu'il le sente, de plus elle l’appréciait beaucoup. D'ailleurs elle répondit favorablement à son invitation en lui demandant de l'appeler par son prénom. Il y avait déjà bien suffisamment de monde qui l'appelait Lady Morton, Lady Leslie, ou autre nom. Non pas qu'elle n'aimait pas. Agnès était de ceux qui aiment leur classe sociale, même si elle apporte des désagréments, tels des mariages non voulus. Mais avec Arthur elle voulait se défaire de toutes ses manières, parce qu'elle n'était pas mieux que lui, elle voulait être simplement Agnès. Elle savait qu'elle pouvait l'être. Lorsqu'il répondit par l'affirmative et qu'il ajouta qu'il ne l’appellerait comme cela qu'en privé, ce fut à son tour de rire. Elle ne doutait pas qu'il en soit autrement.

« Et bien Agnès, ce fut un plaisir de discuter avec vous. Je reviendrais vers vous pour vous communiquer quel jour il serait possible que vous dîniez en la compagnie de ma famille. Au plaisir de vous revoir bien vite, my lady. »


Elle aussi avait vu les gardes sortir, et elle se contenta d'hocher la tête avant de s'éloigner d'un pas, comme le voudrait les convenances.

"Monsieur Arthur, je me fait une joie de vous revoir alors. J'espère que le Seigneur et votre Reine savent quelle chance ils ont d'avoir un serviteur comme vous. Faites attention à vous et votre petite famille. Et n'oubliez pas que si vous avez le moindre besoin, vous avez une amie. "

Elle le regarda partir non sans répondre à son sourire, puis elle partit vers les grands couloirs de Whitehall. La nuit dernière avait été des plus dangereuses, et elle aurait pu perdre beaucoup, mais à la place... elle avait gagné une amitié. Une amitié avec quelqu'un qui comprenait les principes et les valeurs de la vraie foi. Quelqu'un qu'Agnès serait ravie d'aider autant de fois que nécessaire.



SUJET TERMINE


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
La naissance d'une amitié ♣ avec Agnès Leslie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Comme les rois mages en Galilée (avec Agnès Livingstone)
» Agnès Leslie ~~ Croire en soi, c'est déjà presque réussir.
» L'amitié c'est comme un oiseau, avec le temps c'est de plus en plus beau. [PV: Nuit d'Azur]
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» 05. Il n'y a rien de plus fort que l'amitié. L'alcool? Non, je ne crois pas vieux! {Iris}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: