AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ♛ « Princesse et bâtarde d'Angleterre. »
♕ Métier : Princesse d'Angleterre ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Celle que me dictera ma souveraine. ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 3524 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 11/09/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya Cavendish - Constance Bennet - Edward Seymour

MessageSujet: GOD SAVE THE QUEEN ♕ avec Théodore Wolmar  Dim 13 Aoû - 18:17
God save the queen
Elizabeth & Théodore

Cela faisait quatre longues années qu’Elizabeth Tudor était prisonnière. En cage, surveillée en permanence, elle n’avait aucunement le loisir de recevoir les personnes qu’elle voulait. 1554, la révolte Wyatt l’avait conduite à la Tour de Londres, 1556, John Sutton Dudley voulait la mettre sur le trône. 1557, les complots la compromettaient encore et toujours. Elizabeth se demandait à combien d’interrogatoire elle allait devoir assister avant qu’on la laisse en paix. De nombreux. Jamais la reine Mary la laisserait vivre tranquillement sa vie, sans avoir de soupçons sur elle ou sur de potentiels complots. Pourtant Elizabeth avait répondu à chaque question, restant toujours honnête, priant le Seigneur pour que la reine sa sœur soit protégée de tout ce mal. Elizabeth avait à chaque fois jouée son rôle à la perfection. En plus, hormis la révolte de Wyatt, elle n’avait jamais été mise en courant des autres complots. Les années s’écoulaient, longues, monotones. Les seuls plaisirs de la princesse étaient de pouvoir s’instruire et de pouvoir faire de longues promenades à cheval. Bien sûr, toujours sous la surveillance d’une tierce personne, mais quand on était déclaré par tous les conseillers de la reine, ennemie du catholicisme, on ne pouvait pas tout avoir. Stephen Gardiner, aujourd’hui mort, que Dieu ait son âme, avait déclaré un jour à la reine que jamais elle ne serait en paix, tant qu’Elizabeth serait en vie. Heureusement, Mary s’était toujours opposée à faire exécuter sa sœur et le roi consort Philippe s’était montré indulgent envers elle.
Le Palais de Woodstock était une cage. Une cage dorée certes, mais un lieu où l’on demeurait prisonnière. La dernière fois qu’Elizabeth avait quitté ce lieu c’était il y a trois ans, quand Mary se croyait enceinte et qu’elle souhaitait avoir sa sœur à ses côtés pour célébrer la naissance de l’héritier de la couronne. Cette grossesse factice fut amère pour Mary et Elizabeth fut renvoyée assez rapidement à Woodstock. Depuis, ses correspondances étaient surveillées, les visites qu’elle recevait étaient contrôlées, sauf quand elle se trouvait dans la chapelle. L’unique personne qui pouvait l’approcher sans susciter les soupçons était Théodore Wolmer, connu en Angleterre sous le nom de père Ashby, il était devenu le confesseur de la princesse Elizabeth. Au début très méfiante envers cet homme qu’elle pensait catholique Elizabeth avait fini par découvrir qu’il était un humaniste protestant et un homme très intelligente. La jeune femme appréciait ces moments passaient dans la chapelle sans qu’aucune de ces dames ne viennent l’importuner. La jolie rousse avait confiance en cet homme et Théodore Wolmar savait qu’il pouvait faire confiance en sa princesse. Au fil du temps, une relation de grande confiance s’était installée et Elizabeth avait fini par se confier à cet homme. Elle lui avait parlé de ses doutes, de la peur qu’elle avait ressentie en étant enfermé à la Tour de Londres, dans le même lieu que sa mère. Elle lui avait parlé de ses souhaits de succéder à la reine et également de ce qu’elle souhaitait pour l’avenir de l’Angleterre. La jeune femme avait évoqué également le fait qu’elle craignait que du jour au lendemain on la marie pour se débarrasser d’elle. Avec Théodore Wolmar, Elizabeth parlait de tout et sans crainte. Le seul sujet qui était tabou avec elle, c’était son passé, surtout tout ce qui entourait la relation entre son père et sa mère. D’Henry VIII, elle parlait de lui comme un homme tyrannique, qui n’avait jamais su montrer envers elle et Mary une once d’affection. Elle parlait souvent de ce père qui s’imaginait être un brillant souverain, alors qu’il n’était qu’un jaloux, un homme remplit d’orgueil qui ne pensait jamais au bien être de son peuple. Elizabeth avait déclaré à Théodore Wolmar qu’elle ne souhaitait pas ressembler à cet homme et que si ce jour venait à arriver, il devrait le lui dire avec franchise. Comme il était le seul ami qu’elle pouvait recevoir en toute confiance, Elizabeth attendait qu’une chose, les venus de cet homme qui avait fini par prendre une grande place dans sa vie.

En cette matinée du mois de mai 1558, une servante était venue annoncer à Elizabeth que le père Ashby était arrivé tôt ce matin et qu’il se trouvait dans la chapelle. La princesse afficha un visage solennel et continua de se préparer tout en prenant sa collation du matin. Dans la chambre, son personnel papillonnait déjà pour refaire le lit et remettre en ordre les lieux. Le matin était généralement un moment de liberté pour ses dames, puisqu’Elizabeth étudiait lors de ces instants. Ainsi, elle avait peu de monde autour d’elle, ce qui était pour le mieux.
Une fois prête, la princesse prit dans un coffret son chapelet, qui lui avait été offert par la reine, et elle se rendit à la chapelle. Au premier rang, assis sur un banc, la princesse vit le père Ashby. Ses chaussures claquaient sur les dalles du sol. Arrivée devant la croix, Elizabeth se signa et s’installa aux côtés du faux prêtre catholique.

« Pardonnez-moi mon père, mais depuis notre dernière entrevue j’ai de nouveau commis le péché d’envie. » Elle baissa la tête et dans une parfaite comédie serra son chapelet entre ses mains pour se mettre en position de prière.
Made by Neon Demon



princesse Elizabeth
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the protestant wolf
♕ Métier : Père Clinton Ashby. En réalité, érudit allemand autrefois professeur, notamment à l'université de Tübingen. ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : Protestant luthérien, se faisant passer pour un prêtre catholique ♕ L'avatar a été fait par : Lilday ♕ Mon nombre de messages est : 420 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 39 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 10/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Lavinia Tyburn Administratrice révolutionnaire protestant

MessageSujet: Re: GOD SAVE THE QUEEN ♕ avec Théodore Wolmar  Dim 13 Aoû - 22:49
God save the queen

Mai 1558. La nouvelle était venue aux oreilles de Théodore grâce aux quelques contacts qu’il possédait à la cour. La reine était malade. Cette nouvelle ne l’avait pas du tout attristé. Au contraire, il l’avait accueillie avec le sourire.
Théodore était arrivé en Angleterre en juillet 1555. Depuis lors, il ne comptait plus le nombre d’exécutions et d’arrestations auxquels il avait assisté. S’il avait pu atténuer les souffrances Joane et permettre à la duchesse de Devonshire de s’évader, il n’avait bien entendu pas eu la possibilité d’aider tout les malheureux protestants condamnés à la potence et cela lui laissait un gout amer au fond de la gorge. Théodore ne supportait pas de se sentir si impuissant face à la situation.

L’allemand n’avait plus eu l’occasion d’écrire à son frère ou à son père depuis un moment, par crainte que la lettre soit interceptée et compromette son double-jeu. Pourtant, il aurait beaucoup aimé leur annoncer cette nouvelle porteuse d’espoir pour l’Angleterre. Dans un avenir plus proche que dans les estimations de Théodore, il ferait peut-être aussi bon d’être protestant au Royaume d’Angleterre que dans le duché de Souabe.

S’il ne pouvait partager la nouvelle avec sa famille, par correspondance, Wolmar était toutefois impatient d’annoncer l’état de santé de la reine à sa soit-disante sœur, Ann Ashby. En effet, après son évasion, la duchesse de Devonshire avait dû épouser un rôle que Théodore avait écrit pour elle afin de garantir sa sécurité. Il était persuadé que la duchesse serait elle-aussi ravie d’apprendre que la fin du règne de Mary Tudor approchait sans doute. Après tout, elle avait du renoncer à son identité pour ne pas mourir sous ce règne.

Avant tout, Théodore avait pris la direction du Palais de Woodstock où logeait Elizabeth Tudor. Il était devenu le confesseur de la princesse Elizabeth, grâce aux recommandations de son amie feu Anne de Clèves, en janvier 1556. Depuis lors, le faux prêtre avait tissé une belle amitié avec cette princesse qui incarnait l’espoir pour de nombreux protestants du pays. Il fallait dire qu’il était le seul à pouvoir lui parler sans surveillance, en toute discrétion.

Dans ses habits d’homme d’Eglise, le visage fermé, un homme salua d’un bref signe de tête les gardes du palais. Il leur demanda ensuite de prévenir la princesse de son arrivée. Cet homme ressemblait en tout trait à Théodore Wolmar, le professeur de l’université de Tubigen. Et pourtant, son expression faciale et sa démarche était différente. La réussite du double-jeu de Théodore résidait en effet dans une immersion totale dans la peau d’un autre. Il avait appris non pas seulement à paraître, mais à être Clinton Ashby. Et cela éloignait tous les soupçons.

L’allemand, qui s’était assis au premier rang dans la chapelle où devait le rejoindre la princesse, attendit patiemment en observant les images ostentatoires qui trônaient dans la chapelle. C’était magnifique, sans doute, mais contrairement à la foi, cela ne pouvait sauver personne.

Des bruits de pas se firent entendre dans l’allée. Théodore devina la présence de la princesse mais ne se retourna pas. Il préférait attendre d’être certain qu’ils soient seuls avant de sortir de son rôle. Il la vit se signer devant la croix et prendre place à ses côtés.

« Pardonnez-moi mon père, mais depuis notre dernière entrevue j’ai de nouveau commis le péché d’envie. », commença la princesse, en position de prière.

« Princesse Elizabeth. Vous pouvez parlez, je vous écoute. », répondit Théodore, l'encourageant ainsi à développer. Face à la comédie d’Elizabeth, le faux prêtre déduisit qu’ils ne devaient toujours pas être seuls et que des gardes devaient encore se trouver à l’entrée. Ils ne tarderaient cependant pas à les laisser seuls, comme toujours. Après tout, personne ne se méfiait d’un prêtre aussi fidèle à sa vocation que le père Clinton Ashby.




♠️ THEODORE, from the greek « gift of the gods » | the protestant wolf  ♠️ A time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ♛ « Princesse et bâtarde d'Angleterre. »
♕ Métier : Princesse d'Angleterre ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Celle que me dictera ma souveraine. ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 3524 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 11/09/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya Cavendish - Constance Bennet - Edward Seymour

MessageSujet: Re: GOD SAVE THE QUEEN ♕ avec Théodore Wolmar  Dim 3 Sep - 10:43
God save the queen
Elizabeth & Théodore

Les années défilaient lentement pour la princesse Elizabeth, sans que la vie ne vienne lui apporter son lot de consolation. La jeune femme était courageuse, elle avait déjà surmonté beaucoup d’évènements tragiques, de peurs et tout cela avec dignité. Elizabeth n’avait jamais baissé la tête, sauf seulement pour jouer la comédie en jouant la carte de la modestie auprès de ses détracteurs. Jusqu’ici la princesse était parvenue à survivre à ces nombreuses difficultés, mais elle ne savait pas combien de temps elle allait encore pouvoir durer avec toutes ces tensions.
Elizabeth savait qu’elle n’était pas seule, malgré son isolement, elle savait qu’au-delà des murs de Woodstock Palace, de nombreux amis étaient prêts à l’aider. Il y avait bien entendu ses cousins Carey et sa jeune cousine Anne Stafford. Puis, il y avait son « confesseur » Théodore Wolmar qui lui apportait de nombreuses informations sur la cour et les nouveaux évènements. Chaque visite de cet homme était un soulagement pour Elizabeth qui savait qu’elle avait un ami à ses côtés. La jeune femme pensait également à son ancienne gouvernante Kat, qui malgré le fait qu’elle ne puisse rester à ses côtés, lui écrivait régulièrement de longues missives pour la distraire. Elizabeth savait qu’elle avait quelques amis, mais elle savait également qu’elle pouvait compter sur de nombreux ennemis, prêt à lui faire tomber sa tête, comme cela se passa aussi pour sa mère. Elizabeth avait de nombreux ennemis chez les catholiques, les Espagnols, les émissaires du Vatican, mais aussi tous ceux qui ont un jour détesté Anne Boleyn. Sur son dos, la jeune princesse portait le poids du passé, un passé lourd et douloureux. La jeune femme n’évoquait jamais sa mère, cette dernière existait seulement dans son cœur et en pensé. Le souvenir d’Anne Boleyn était celui d’une époque cruelle et personne ne désirait la remémorer. En raison du mariage entre Henry VIII et sa seconde épouse, qui était toujours invalidée par le pape, Elizabeth savait qu’aux yeux des catholiques, elle demeurait définitivement une bâtarde. Jamais elle ne pourrait enlever ce manteau du passé et la princesse savait qu’elle allait devoir vivre avec pour toujours.
Aujourd’hui, la princesse Elizabeth allait pouvoir parler de ses doutes et demander conseils à son confesseur Théodore Wolmar. Dès qu’on lui avait annoncé l’arrivée de l’homme, la jeune femme s’était rendue immédiatement à la chapelle. La première approche était solennel, puis en referma les portes sur eux, leur laissant toute l’intimité qu’il fallait pour une conversation en privé.
Les pas s’éloignèrent au loin et Elizabeth attendit l’arrivée du silence avant d’ôter son masque de comédie auprès de la rare personne avec qui elle pouvait parler sans crainte.

« J’attendais votre visite avec impatience. Apportez-moi des nouvelles de la cour, comme vous le savez ici peu d’informations me viennent et chacun de mes courriers est lu par un espion de la reine. » Elle tendit une lettre au père Ashby. « Je souhaiterai que vous transmettiez également cette missive à William Cecil. Il a été autrefois l’administrateur de mes terres et il m’est fidèle, bien qu’il ne semble guère le montrer. Il m’a fait parvenir une lettre en secret il y a quelques semaines, mais je n’ai guère pu lui apporter de réponses. Pouvez-vous vous charger de cette mission ? » La jeune femme demandait régulièrement à son « confesseur » de transmettre du courrier de haute importance. Jamais elle le signait et elle prenait toujours soin de changer son écriture, mais chacun de ses correspondant savaient qui avait écrit ses courriers. « Je vous conseille d’ailleurs de vous rapprocher de lui, c’est un homme très compétent dans les affaires et il a été plusieurs fois membres du Parlement. »


Made by Neon Demon



princesse Elizabeth
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the protestant wolf
♕ Métier : Père Clinton Ashby. En réalité, érudit allemand autrefois professeur, notamment à l'université de Tübingen. ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : Protestant luthérien, se faisant passer pour un prêtre catholique ♕ L'avatar a été fait par : Lilday ♕ Mon nombre de messages est : 420 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 39 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 10/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Lavinia Tyburn Administratrice révolutionnaire protestant

MessageSujet: Re: GOD SAVE THE QUEEN ♕ avec Théodore Wolmar  Mar 5 Sep - 17:17
God save the queen

U
ne fois qu’ils furent certains d’être seuls, Elizabeth Tudor et Théodore Wolmar purent retirer le masque qu’ils portaient en publique. Théodore sortit de sa position solennelle et se tourna plus franchement vers la princesse qu’il écoutait attentivement. Elizabeth était une belle jeune femme et sans doute que lorsqu’elle serait reine, beaucoup voudrait l’épouser. Un jour, ils avaient abordé le sujet, dans le confessionnal, lorsque Théodore avait mentionné à la princesse l’amour sincère que portait la reine Mary à Philippe de Habsbourg. La princesse disait ne pas vouloir se marier. Théodore ignorait si elle était sérieuse. Après tout, elle devrait bien le faire, pour perpétuer sa dynastie. C’était le destin de toute reine que de marier.

Mais cela n’était pas le sujet. Elizabeth lui annonça qu’elle attendait sa visite avec impatience, ce qui ne l’étonnait guère. Cependant, il ignorait comment elle prendrait la nouvelle qu’il allait lui annoncer. En dépit de tout ce qui les séparait, Mary était tout de même sa sœur. Théodore savait donc qu'il devrait faire preuve de délicatesse pour annoncer la nouvelle à Elizabeth, et non pas s'en réjouir ouvertement comme il pourrait le faire en présence d'Antanasya Cavendish.

Elizabeth lui transmis d’abord la mission de remettre un courrier à William Cecil, dont elle lui conseillait de se rapprocher. Théodore acquiesça en prenant la lettre qu’elle lui tendait. Il tenterait de se rapprocher de cet homme afin de pouvoir le confier aux réunions secrètes qui préparait l’ascension de la future reine d’Angleterre.

« Bien, je veillerais à cela. »
, répondit Théodore. Un court silence s’installa ensuite. Théodore regarda la princesse. En deux années où il avait été son seul confident, le faux prêtre catholique s’était bien évidemment rapproché de la princesse. Il n’existait aucune ambigüité entre eux, loin de là. Mais Théodore savait que cette jeune princesse ne le considérait pas seulement comme un allié, mais aussi comme un ami. Un de ses seuls véritables amis. C’est pourquoi il se permit de lui prendre la main dans la sienne avant d’annoncer la nouvelle qui l’avait amené dans cette chapelle en ce jour.

« Votre sœur, la reine, est malade. », commença-t-il. « Son état est assez sérieux. La perspective de sa succession est au centre de toutes les discussions à la cour. Nombreux sont ceux qui pensent qu’elle ne guérira pas de son mal. »




♠️ THEODORE, from the greek « gift of the gods » | the protestant wolf  ♠️ A time to love and a time to hate, a time for war and a time for peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: GOD SAVE THE QUEEN ♕ avec Théodore Wolmar  
Revenir en haut Aller en bas
GOD SAVE THE QUEEN ♕ avec Théodore Wolmar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» God Save the queen- English Rule the world and I speak English
» « God save the Queen » Dorian C. Gray
» (ryleigh) god save the queen.
» Un nouveau Monde [avec Queen]
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Les comtés anglais :: ♣ L'Oxfordshire :: ♣ Palais de Woodstock-
Sauter vers: