AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCG1AedRYpW4jHVW5FMrgJHQ
knowledge is power
♕ Métier : évêque d'Oxfordshire et frère cadet du comte d'Hundington ♕ Age : 48 ans, je ne me fais pas tout jeune ♕ Religion : catholique, mais il n'est pas un puriste. Il reste tolérant à l'égard des protestants. ♕ L'avatar a été fait par : fassylover (ava) & astra (signa) & frimelda (icons) ♕ Mon nombre de messages est : 1084 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/10/2014 ♕ Mon pseudo web est : proserpina ♕ Mes autres visages : William Cavendish

MessageSujet: lavinia & george (entertain my faith)  Dim 10 Sep - 23:11
entertain my faith
Nous ne savions pas de quoi demain sera fait. Nous ne savions qu'une seule chose : la façon dont nous devions sauver notre salut. Mon influence et ma profession faisait de moi un homme qui restait toujours à l'écoute, et qui savait bien des choses sur les nobles gens de la Cour, sans en dire plus. Ces gens là me faisaient confiance, la Reine me faisait confiance, et même si certain pouvaient se méfier de moi, je restais tout de même intouchable. Je prenais du plaisir à vivre la vie qu'on m'avait offerte, et que j'offrais en retour au Seigneur. La situation m'arrangeait, je restais paisiblement dans mon évêché dans l'Oxfordshire et je ne manquais de rien. Je suivais le cours des choses, me fondait presque dans la masse, et restait témoin des révoltes à Londres et des vices à la Cour. Les temps changent mais pas notre ambition. De mon côté, je ne changeais rien à ce que je pourrais appeler une stratégie. Rien à risquer, tout à gagner. J'avais fait le voyage jusqu'à Londres, me permettant une petite escapade à la Cour pour entendre de plus près les dernières nouvelles et m'amuser un peu dans mon bordel préféré. L'Homme est une espèce bien mystérieuse, et pleine de contradiction. Mais l'Homme est avant tout un être vicieux sous toutes ses coutures, cela est certain.

Il y a cette routine qui s'installe, et pourtant je ne m'en lasse jamais. Il y a ceux qui tracent une route pour nous guider, et ceux qui la suivent jusqu'à trouver la lumière. Londres et ses vices. Riches débauches, voilà une bien belle scène. Il suffisait de savoir de quel côté de la route nous nous tenions. La Tamise quant à elle, n'est plus d'un bleu éclatant, reflétant ce qu'il se passait dans les rues sales que nous empruntions chaque jour. On ne pouvait compter que sur soi même, sur notre propre esprit, notre propre force. L'extérieur du palais royal de Whitehall paraissait coupé du reste du Royaume, comme un petit coin de Paradis, en dehors de tous les complots et autres tumultes qui enflammaient la capitale. Je me trouvais à cet instant précis à la Roseraie. Coïncidence ou non, on pouvait toujours sentir l'odeur de ces splendides et corrompues roses. Ces fleures étaient pleines de contradictions, à la fois munies de vicieuses épines mais si enivrantes et séduisantes. Ces roses me faisaient souvent penser aux dames de la Cour, elles étaient les plus intéressantes à côtoyer. Dans cette Roseraie, le temps était fort plaisant, et j'appréciais réellement la petite promenade. J'avais donné par ailleurs rendez-vous à une charmante dame, la comtesse de Westmorland avec qui j'entretenais une loyale amitié. J'avais eu l'honneur de pouvoir lui donner quelques cours de latin pour mieux suivre la messe, ce qui me permettait de remplir mon devoir d'homme d'Église. "Salutations comtesse" la saluais-je au moment où je croisais son regard au milieu de ces feuillages. "Comment vous portez-vous ?" repris-je un instant après. Où nous mènera cette amitié quelque peu surprenante pour certains, mais évidente pour d'autres ? Seul Dieu le sait, et seul Dieu jugera chacun d'entre nous à la fin.


roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCG1AedRYpW4jHVW5FMrgJHQ
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Elynore ♕ Mon nombre de messages est : 709 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 130 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: lavinia & george (entertain my faith)  Mar 12 Sep - 21:49
Par ce temps magnifique, dans les jardins du palais, Lavinia Tyburn était, comme on la voyait souvent dans l’imaginaire collectif, entourée d’espagnols. Si l’ambassadeur d’Espagne devait, pour garder intactes ses pretentions sur Astorga, Trastámara, Santa Marta de Ortigueira et Villalobos, rester loin de la dame, les autres hommes de Philippe de Habsbourg pouvaient converser avec la protégée du roi et ne manquait pas de le faire. Pourquoi était-elle revenue à la cour ? C’est ce que la plupart se demandaient. D’autres venaient simplement prendre de ses nouvelles, certains parce qu’ils étaient des amis, d’autres sans doute car sa présence leur était agréable, d’autres encore, car ils étaient pris de curiosité pour cette femme qui était entrée dans les grâces de sa majesté.

Lavinia parlait très peu politique avec Philippe, qui justement, voyait les lettres qu’il écrivait à sa belle écossaise comme un moyen d’échapper aux troubles que lui avait amené le port de la couronne royale d’Espagne. Elle pouvait en revanche discuter de la guerre entre l’Espagne et la France avec les hommes du roi, ainsi que de la situation dans les Flandres, peu enthousiaste face au devoir de se battre dans une guerre qu’elles n’avaient pas du tout réclamées.

La comtesse finit par prendre congés de ces discussions. Elle imaginait Philippe, au milieu de ses étrangers flamands, avec un petit pincement au cœur. En Angleterre, elle avait été sa seule échappatoire à son mal du pays. En Flandres, il n’en avait pas. Ils se sentaient finalement tout les deux aussi étrangers l’un que l’autre en leur lieu de résidence. Au moins, ce beau soleil lui rappellerait l’Espagne.

« Salutations comtesse »

Une voix sorti Lavinia de ses pensées. George Hastings se tenait là, au milieu des feuillages. L’homme d’Eglise et elle se croisaient souvent. Elle doutait que cela soit une coïncidence. Elle savait qu’elle avait attiré la curiosité d’Hastings dès leur première rencontre. Premièrement en raison de l’influence étonnante qu’elle exerçait sur le roi, c’était certain. Ensuite, peut-être par son ascension inespérée dans la haute société anglaise. Puis peut-être aussi, par sa beauté et son élégance. Car Lavinia n’était pas sans ignorer que bien qu’homme d’église, et comme beaucoup de religieux d’ailleurs, George avait beaucoup d’affection pour les beaux spécimens de la gent féminine. Et Lavinia n’était pas sans ignorer l’effet qu’elle faisait aux hommes. Son pouvoir de séduction avait d’ailleurs toujours été sa meilleure arme et…pourrait causer un jour sa perte.

« Monseigneur Hastings. », souria-t-elle. Elle reposa son regard en direction du sol et souleva quelque peu sa belle, mais sobre, robe bordeaux pour pouvoir enjamber la dangereuse branche sauvage qui lui barrait le chemin. Les jardiniers du palais devraient être plus attentifs, pensa-t-elle.

« Comment vous portez-vous ? »

« Très bien, je vous remercie. », dit-elle. « Et vous même ? »

La comtesse se demandait si l'homme d'Eglise engageait la conversation avec un but particulier ou sans véritables raisons, c'est pourquoi elle préférait ne pas lancer elle même un sujet de bavardage et attendre qu'il se lance. Elle ne lui prêtait pas spécialement de mauvaises attentions, leurs rapports étaient d'ailleurs des plus cordiaux, cependant, George Hastings faisait partie de ces gens à la cour qui semblent toujours avoir une idée derrière la tête...




« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCG1AedRYpW4jHVW5FMrgJHQ
knowledge is power
♕ Métier : évêque d'Oxfordshire et frère cadet du comte d'Hundington ♕ Age : 48 ans, je ne me fais pas tout jeune ♕ Religion : catholique, mais il n'est pas un puriste. Il reste tolérant à l'égard des protestants. ♕ L'avatar a été fait par : fassylover (ava) & astra (signa) & frimelda (icons) ♕ Mon nombre de messages est : 1084 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/10/2014 ♕ Mon pseudo web est : proserpina ♕ Mes autres visages : William Cavendish

MessageSujet: Re: lavinia & george (entertain my faith)  Mar 19 Sep - 16:05
entertain my faith
Quelle décadente danse dans cette cohue générale où le paraître est maître. Je prenais presque un malin plaisir à paraître au milieu de cette Cour qui grouille de vautours. Oeil de lynx. Oreilles tendues. Je me promenais l'air de rien. Tout le monde faisait confiance à un prêtre. En l'apparence je menais une vie assez simple, vouée au Seigneur notre Dieu. On fait des promesses qu'on brise ensuite. On cherche constamment de la lumière pour nous guider mais on ne fait que dévier. Les cicatrices font l'homme, mais nous restons constamment debout, soit pour protéger ceux qui nous sont chers, soit pour protéger notre égocentrisme, assouvir notre propre intérêt.

Je passais la plupart de mon temps dans l'Oxfordshire, à l'église à étudier les écrits que pourtant je connaissais par coeur. Je ne pouvais me plaindre de ma situation, je vivais tranquillement et assez aisément. Je vivais dans la paix, et tentait de la partager, la répandre dans les esprits que je côtoyais. Ce n'était certes pas la vie que je rêvais, que j'espérais, mais une vie qui m'était confiée et que j'acceptais malgré tout. J'avais l'impression d'avoir vu le monde, mais que ça ne suffisait pas. Je ne me lassais pas de jouer avec la vérité, que j'avais appris à ne pas dévoiler entièrement. C'était surement mieux de me trouver dans cette position à vrai dire. Cette fois-ci j'entrais dans les entrailles de la Cour, là où tout se jouait, où tout commençait. Malgré tout, j'étais heureux, et presque reconnaissant d'avoir eu une enfance assez particulière. Par la suite j'eu la chance de voyager en Europe, et d'avoir vécu plusieurs années à Rome, ce qui m'était le plus bénéfique. En effet, j'avais croisé -là était surement le mot- une certain comtesse de Westmorland avec qui s'entretenait une amitié quelque peu naissante dirais-je. Quelle agréable compagnie au milieu de tous ces loups !

Les jardins du palais étaient sans aucun doute possible les plus beaux de Londres, à mon goût. La roseraie enivrait chacun de nous lorsque nous y passions un moment. Il fut toujours bon de s'y promener, je ne pouvais le nier. Je saluais donc la charmante jeune femme, comme je savais si bien le faire. "Oh, je me porte bien à mon aise, comme à mon habitude" lui répondis-je avec un sourire. "Je vous remercie" repris-je rapidement. Remarquant bien sans peine qu'elle savait que j'avais une idée derrière la tête, je poursuivais. "La messe a été des plus bienfaisantes ce dimanche dernier. En ces temps difficiles, avouons-nous le, cela nous reste indispensable." parlais-je en honnête homme d'Église souhaitant répandre une certaine paix autour de lui. "Ne trouvez-vous pas ?" la questionnais-je sans détour. "J'ai en réalité une proposition à vous faire chère comtesse. Que pensez-vous de quelques cours en latin ? Cela peut vous être favorable."

Ce jour-là j'avais l'occasion de jouer les enseignants, et cela me seyait bien à vrai dire. Ce n'est point souvent que je porte ce costume là à la Cour. Cela dit j'appréciais le porter, d'où la proposition que j'avais faite à la comtesse de quelques cours en latin, afin de mieux suivre la messe et de lui apporter quelques connaissances supplémentaires. Peut-être me le revaudrait-elle un jour. Être bienveillant et serviable en toutes circonstances pour son propre intérêt. Voilà qui pourrait être mon credo !


roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UCG1AedRYpW4jHVW5FMrgJHQ
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: lavinia & george (entertain my faith)  
Revenir en haut Aller en bas
lavinia & george (entertain my faith)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lettre de George Sand à Musset.
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» Shopping Trip [Faith]
» George Weasley !Fred serait -il dans les parages ?
» Factory of faith ♦ demande en attente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Palais Royaux :: ♣ Whitehall :: ♣ L'extérieur :: ♣ La Roseraie-
Sauter vers: