AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
Admin
♕ Mon nombre de messages est : 956 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 1393 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 28/02/2012

MessageSujet: [MISSION] Jane Stuart & Eleanore Worth ♣ "Les anglais et les écossais ne sont pas des amis."  Dim 29 Sep - 12:13
Votre mission si vous l'acceptez...



Jane Stuart & Eleanore Worth
Sur les chemins.
20 décembre 1553

L'Ecosse et l'Angleterre, des ennemis de longue date qui joue à l'entente courtoise pour quelques temps. Cependant les animosités ne s'oublient pas et tous ont une dent envers l'autre pays. Jane Stuart n'aime pas les anglais, écossaise de pure souche, elle est bien la fille de son père et pense que ce pays arrogant ne fera que détruire sa noble terre. Eleanore Worth qui fait ses premiers pas dans le monde des grands, on ne connait pas encore son avis sur la question, mais il se pourrait bien qu'elle en ait un dès aujourd'hui.
C'était par une belle après-midi de décembre, Jane se rendait à Londres dans son magnifique carrosse, vêtue de ses fourrures pour ne pas attraper froid, elle était accompagnée d'une garde assez importante, celle que son mari et la couronne lui avait confié pour éviter toute attaque.
Eleanore Worth se promenait à cheval, profitant du beau temps pour respirer le grand air. Elle aussi s'était bien couverte dans de grosses fourrures pour ne pas risquer d'attraper la mort, quand soudain, un animal détalla sous les pattes de son cheval qui prit peur. L'animal se cabra et Eleanore fut projetée sur le côté, tandis que ce dernier fuyait, laissant la jeune femme seule loin de chez elle. Cependant le hasard des rencontres allait changer la donne, puisque non loin de là, le cortège de Jane arrivait et par chance le carrosse s'arrêta devant la pauvre Eleanore.

Option 1 ♣  Jane ouvre la porte et laisse entrer Eleanore dans son carrosse, pour qu'elle se réchauffe, tandis que les gardes vont chercher le cheval.
Option 2 ♣  Après quelques minutes d'arrêt et quelques paroles, l'écossaise laisse Eleanore sur le bas côté.
Option 3 ♣  Eleanore refuse de monter avec l'écossaise.
Option 4 ♣  Vous échangez quelques banalités et Jane se propose de raccompagner Eleanore où elle le souhaite.

♦ Déroulement de la mission : Voilà votre mission, la mise en situation a été dite et vous avez maintenant plusieurs options qui s'offrent à vous. Attention, vous pouvez en prendre qu'une, donc vous devez ensemble vous mettre d'accord sur le moyen à utiliser.
Pour le moment vous êtes libre, mais un PNJ pourra venir à tout moment perturber votre jeu. Attention, votre mission commence dès maintenant !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://majesticrose.forumgratuit.org
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: [MISSION] Jane Stuart & Eleanore Worth ♣ "Les anglais et les écossais ne sont pas des amis."  Jeu 10 Oct - 22:02


La loi de la jungle.



L’hiver anglais était beaucoup moins rude que l’hiver écossais, mais Jane Stuart ne voyait vraiment pas de différence. Son époux Archibald Campbell avait peut-être la folie de partir à la chasse par ce temps, elle, elle rentrait à Londres, préférant la chaleur des flammes qui trôneraient dans l’âtre de sa cheminée. Après avoir fait une visite dans un domaine d’un comté voisin où elle avait laissé son époux à sa chasse, la belle écossaise était de retour à la capitale où elle passerait ses prochaines semaines. La jeune femme voyageait en Angleterre pour retrouver sa belle-mère, Marie de Guise, qui était là depuis quelques mois. Cela n’allait pas être les protestants qui seraient malheureux de l’absence de la reine douairière, mais en ce qui concernait Jane, cette mère de substitution comptait beaucoup pour elle. Sur le trajet, alors que son convoie traversait les chemins enneigés, la jeune femme ne put s’empêcher de penser au temps où son père était toujours vivant. Elle l’avait peu connu, ce roi James V d’Ecosse, mais il avait toujours été l’homme qu’elle avait le plus admiré. Jane avait sûrement tendance à idéaliser cet homme, mais quand on ne connaissait pas réellement son père autant le vénérer, surtout que la jeune femme détestait sa mère qui n’était rien pour elle. D’ailleurs, elle n’avait pas vu cette femme depuis plusieurs mois et ce n’était pas pour lui déplaire, elle devait avoir bien mieux à faire avec ses fils. Emmitouflée dans ses fourrures et en compagnie de l’une de ses dames de compagnie, Jane restait silencieuse, ne voulant pas parler. Ce voyage en Angleterre était un véritable bol d’air, elle était bien heureuse loin des problèmes des écossais. Catholique, protestant, le combat était le même qu’en Angleterre et Jane le savait, c’était inévitable, le pays finirait par basculer vers le protestantisme et sa catholique de belle-mère ne pourrait rien y faire. Encouragée par son frère James et par son mari, Jane découvrait petit à petit cette nouvelle religion, la trouvant attrayante et beaucoup plus vraie que le catholicisme. Une religion loin de l’égide du pape, ça ne pouvait qu’être bénéfique pour un pays. Mais advienne ce qui viendra, pour le moment Marie de Guise s’occupait du royaume en l’absence de la petite reine Mary Stuart, avec la française, le protestantisme ne passerait pas et elle se battrait pour ça.

Le voyage était long, secoué à cause des chemins ravagés par le froid et la neige. Jane décidait les voyages en carrosse où l’on était malmené, où dans l’hiver on avait trop froid et l’été trop chaud. Par chance, il ne restait plus qu’une heure à ce rythme et elle serait enfin chez elle. La jeune femme n’avait pas peur, son mari lui avait laissé une garde assez importante, pour que sa précieuse épouse ne se fasse pas attaquer par des bandits de grands chemins. Cela ferait beaucoup de tort à Archibald qui se trouvait maintenant proche de la couronne. Même si elle appréciait son mari et ses proches, Jane savait que pour eux tous, elle était un pion sur un grand échiquier, quand elle était célibataire, elle était un enjeu pour le mariage et maintenant qu’elle était mariée, elle faisait la navette entre les milieux catholiques et protestants. Tous attendaient des renseignements d’elle, mais Jane était maligne, elle faisait la naïve, gardant tout pour elle et entrant dans leurs jeux, mais en les menant tous à la baguette.
Alors qu’elle se trouvait à une heure de Londres, elle vit à travers de sa fenêtre, une personne sur le bas-côté, seule, marchant dans le froid et la neige. Jane fit stopper le carrosse et sortit tout en restant à côté de son véhicule.

« Vous allez bien mademoiselle ? » Demanda la jeune femme.