AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Ven 25 Juil - 14:24
LAVINIA TYBURN Y ALARIC TELLEZ DE MENDOZA


♛ Afición ciega razón. ♛



Deux mois. Huit femmes. Huit familles toutes plus riches et nobles les unes que les autres. Huit prétendentes. Huit personnes dont Alaric se fichait pas mal. L'union des de Mendoza avec une famille de la noblesse anglaise était le rêve du père du jeune espagnol, pas le sien. Ainsi, dans sa recherche de la femme parfaite, Alaric ne mettait que peu d'entrain, voire pas du tout. Bien sur, un mariage arrangé peut parfois être une bonne surprise, mais il n'y croyait que très peu.

Ainsi donc, en cette douce soirée printanière, Alaric se préparait à sortir. Il devait rejoindre une jeune femme d'une petite vingtaine d'années, qu'on lui avait déjà présenté dans la semaine. Ils s'étaient accordé tous deux de cette rencontre, et si la demoiselle en avait parue enchantée, l'espagnol ne partageait pas tout à fait son enthousiasme. Quoi qu'elle était encore la plus agréable qui lui avait été donné de rencontrer jusqu'alors. Un joli brin de fille, un peau douce et claire, un parfum délicat, une humeur joviale, mais le niveau de la discussion laissait parfois à désirer. Disons que son visage transpirait plus la naïveté que l'intelligence. Quoi qu'il en soit, Alaric n'avait pas le choix. Il savait pertinnemment que s'il rentrait à Castille sans femme à son bras, c'est son corps qui se retrouverait sans tête.

Les jardins d'Angleterre étaient peut être beaux, mais il y faisait bien plus froid qu'en Espagne, même si les gens s'accordaient à dire qu'ils avaient rarement eu un temps aussi beau. C'est donc bien habillé qu'Alaric sortit se ballader, tout de noir vêtu, en bon disciple de Charles Quint. Il n'arborait presque aucune richesse extérieure, pas de bijoux d'or ni d'argent, seulement des vêtements soyeux et de bonnes qualités. Alaric était toujours très humble, même dans façon de s'habiller.

Il faisait encore jour, le soleil ne tarderait sans doute pas à se coucher, quand Alaric entra dans les jardins de Whitehall Palace. Ceux-ci n'avaient rien à voir avec les parcs espagnols qu'il avait l'habitude de parcourir, mais le changement était tout à fait agréable. Il avait donc rendez-vous dans un coin reculé, à l'abris des regards indiscrets, et prit le chemin le plus longs pour y parvenir, traînant quelque peu du pied. Mais au bout d'une petite minute, il se sentit observé. Alaric se retourna simplement, prêt à dégainer si jamais il le devait, mais se calma bien vite. « Señorita Tyburn, seriez-vous en train de me suivre ? » Un large sourire s'afficha sur le visage du jeune espagnol, qui parlait avec un accent à en tomber. Il s'avança vers la jeune femme, se courba et lui offrit un doux baisemain. Voilà quelque fois déjà que Lavinia Tyburn était venue à sa rencontre, et c'était toujours un pur délice de converser avec elle, même si elle lui apparaîssait quelque fois vouloir quelque chose sans vraiment le dire...




Dernière édition par Alaric Tellez de Mendoza le Sam 8 Nov - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Lun 28 Juil - 11:08
Afición ciega razón.



Fin juin 1554. Lavinia Tyburn vivait un grand soulagement depuis la naissance de son fils. Oui, elle avait un fils. Un héritier. Le nouveau compte de Westmorland. Nicholas John Tyburn. Nicholas, en hommage à son défunt mari. John, comme l’un des frères de Lavinia mais aussi comme l’ancêtre célèbre de la famille dans laquelle elle avait vu le jour. John Garland, « la bravoure et la force d’un lion », qui avait d’ailleurs bien choisi ses armoiries après avoir été anobli. Nicholas aussi aurait la bravoure et la force d’un lion, Lavinia en était certaine. Et si on lui reprochait beaucoup d’avoir déjà choisi les prénoms de son fils, car cela portait soit disant malheur de le faire trop tôt, Lavinia n’en avait cure. Elle savait que son enfant ne mourrait pas. Si on lui avait donné le fils en bonne santé tant espéré, ce n’était pas pour le lui reprendre ensuite.

Ainsi, Lavinia était devenue mère quelques jours auparavant. Cela avait changé beaucoup de choses. Déjà, il était maintenant très clair que rien au monde n’était plus important aux yeux de la comtesse que la vie et le bonheur de son héritier, mais c’était déjà le cas, à vrai dire, lorsqu’elle le portait en elle. Ensuite, elle était terriblement soulagée. Si elle avait eue une fille, bien sûr, elle l’aurait aimée. Mais elle était en effet très heureuse que ses intuitions aient été bonnes et que son enfant soit un garçon, capable donc selon les lois machistes qui persistaient à travers les siècles, d’hériter de toute la fortune de Diane Tyburn qui n’était donc plus rien qu’une simple lady car c’était Lavinia, maintenant, la comtesse douairière. Quel bien fou cela faisait d’avoir entre ses mains, ou plutôt entre les mains de son enfant, le pouvoir de contrôler la vie de sa belle-mère… De plus, avoir un garçon donnait également à Lavinia plus de chance de pouvoir se remarier facilement car cela prouvait qu’elle était capable de donner naissance à un héritier mâle. Elle ne le désirait pas, car son cœur pleurait toujours son défunt mari. D’autant plus que, depuis la naissance de son fils, il lui était difficile de ne pas s’imaginer quelle joie cela aurait été pour son mari de tenir un petit garçon dans les bras, de s’imaginer comment aurait été leurs vies avec cet enfant s’il n’était pas mort…Elle pensait beaucoup à lui. Elle l’aimait toujours, l’aimerait probablement toujours, et la douleur de ne plus être à ses côtés étaient atroces. Mais se lamenter ne servait à rien dans la vie. Lavinia était une femme doté d’une force de caractère surprenante. Elle avait déjà traversées de nombreuses épreuves, elle savait aller de l’avant. Aujourd’hui, elle avait un fils à élever et surtout à protéger de toutes menaces. Son secret en était une. Diane était la seule à le connaître et était incapable de parler de cela, rongée par la culpabilité. Mais le serait-elle toujours ? Mieux valait dans tout les cas anticiper son avenir que se retrouver piéger par son passé. Lavinia n’ignorait pas que, si elle se remariait, tous la critiquerait. On jugerait qu’elle n’avait épousé Nicholas que pour son argent, on la fusillerait du regard, on murmurerait peut-être même qu’elle était une catin…Sauf, si elle épousait quelqu’un de puissant et d’étranger. C’était un étranger qu’elle épouserait si elle se remariait. Un espagnol ou un italien. Quelqu’un qui pourrait l’emmener loin dès que son secret était menacé. Oh certes, elle ne comptait pas se remarier tout de suite, cela ne pourrait être envisageable. Et encore une fois, l’envie n’y était pas. Mais elle savait qu’elle ne tarderait pas à faire ce sacrifice. Et elle avait déjà repéré le prétendant idéal, un nouvel arrivant d’Espagne ; Alaric Tellez de Mendoza.

Par cette après midi, Lavinia avait quitté ses appartements après s’être occupé de son nouveau-né, qui dormait maintenant paisiblement, pour rejoindre les jardins. L’une de ses fidèles servantes lui avait rapporté qu’Alaric comptait se rendre à un rendez vous dans les jardins et Lavinia comptait bien le retarder.
L’écossaise se promenait dans les jardins depuis une dizaine de minutes, discrète mais attentive, attendant l’arrivée du bel espagnol avec qui elle avait déjà parlé plusieurs fois. Le courant passait très bien entre eux, ce qui était également un avantage non négligeable.

Elle le vit arriver, tout vêtu de noir, comme elle qui portait encore le deuil malgré l’événement heureux qui avait embelli sa vie récemment. Elle le suivit, l’observant à une distance raisonnable de sa personne, mais tout de même assez proche.

« Senorita Tyburn, seriez vous en train de me suivre ? », lui demanda t il de son magnifique accent espagnol quand, se sentant observé, il la remarqua.

La belle blonde sourit et s’approcha, permettant à Alaric de la saluer selon les convenances.

« Je pourrais vous retourner la question, sir. », répondit-elle sur un ton amusé. « J’ai pu remarquer ces derniers temps que les Espagnols ont une démarche très assurée. D’habitude vous n’échappez pas à la règle mais aujourd’hui…Vous marchez plutôt comme un écossais. Vous rendez vous à un enterrement, mon cher ? », demanda-t-elle, sachant bien sûr où allait vraiment le jeune homme.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.


Dernière édition par Lavinia Tyburn le Dim 3 Aoû - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Sam 2 Aoû - 22:43


♛ Afición ciega razón. ♛



En l'ayant de face, Alaric ne put s'empêcher un regard vers le ventre de la jeune femme. Les bruits courraient qu'elle était enceinte, et si la dernière fois qu'il l'avait vu elle avait une très légère bosse, il n'en n'était rien ce soir là. Sans doute de fausses rumeurs, à croire que les Anglais aimaient les ragots. Mais le jeune espagnol remonta vite son regard, il espérait ne pas avoir été trop indiscret, et usa d'un sourire tout à fait charmeur pour faire oublier rapidement ses yeux baladeurs. D'autant plus que le visage de la demoiselle était bien plus agréable à regarder que son ventre, quoiqu'elle avait un corps absolument désirable, et elle devait bien le savoir, vu sa démarche assurée quand elle s'approcha de lui en affichant un sourire très charmeur, auquel Alaric ne put que répondre. En même temps que le jeune homme se courbait, et lui offrait un baisemain d'une rare douceur, elle lui fit remarquer que la question pouvait lui être retournée. C'était tout à fait stupide ! N'était-ce pas elle qui arrivait derrière lui ?

A la question de la comtesse, Alaric laissa échapper un léger rire amusé. « Je serais très intéressé de savoir comment marche un écossais. » Et si en effet son accent était très prononcé, et rendait quelques mots difficiles de compréhension, le chancelier maîtrisait plutôt bien la langue locale, en raison de son poste, le mêlant énormément aux affaires étrangères. Si jusque là il n'avait pas voyagé, il avait déjà reçu beaucoup d'anglais, et maîtrisait la théorie à la perfection. Il avait d'ailleurs aussi d'excellentes bases en français et en italien. Après sa remarque sur les écossais, il enchaîna, à propos de l'enterrement. « Oh, c'est tout comme. » Ainsi donc telle était son opinion sur la rencontre à laquelle il devait se rendre ? « Je dois rencontrer... une lady, comme vous les appelez. » Et il ajouta, avec un sourire charmeur. « Comme vous même l'êtes. » Il ne pouvait s'empêcher, même quand il le savait, de faire quelques fautes dans son anglais, tout à fait explicable par l'ordre des mots en espagnol, car il savait que cela lui donnait un charme. Cela se voyait-il tant qu'il n'avait aucune envie de la rejoindre ? A vrai dire, cette rencontre surprise le réjouissait au plus haut point. S'ils ne s'étaient rencontrés que quelques fois, Alaric ne pouvait nier qu'il éprouvait une certaine sympathie pour la jeune femme. Ou alors était-ce simplement une comparaison aux autres. Quoi qu'il en soit, cela ne le dérangeait absolument pas d'être retenu en cette charmante compagnie. « Et si vous ne me suiviez pas moi, donc que faites-vous ici ? » Il haussa un sourcil amusé.

Et à peine eut-elle le temps de répondre qu'une voix au loin se fit entendre. « Sir Tellez ? Êtes-vous là ? Il se fait tard ! » La voix se rapprochait. Alaric fut prit d'une envie soudaine de s'échapper ce rendez-vous arrangé, il mit son doigt sur sa bouche, faisant signe à Lavinia de se taire. Il lui attrapa la main et la tira en dehors du chemin, dans l'herbe et la conduit jusqu'à derrière l'arbre le plus proche contre lequel il s'adossa. Des bruits de pas se firent entendre tout près, Lady Wenston, car c'était elle qu'il devait rencontrer, était à sa recherche. Alaric posa son doigt sur les lèvres de Lavinia, lui intiment l'ordre de se taire, un sourire amusé ne quittant pas sa bouche à lui. L'espagnol se sentait vingt ans de moins, et avait l'impression d'être un enfant des rues qui jouait à cache-cache avec ses frères et sœurs. Quoiqu'il était bien heureux que la douce créature à à peine un mètre de lui, dont le doux parfum arrivait à ses narines, n'était pas sa sœur. Lady Wenston disparu à l'autre bout du chemin, sans les avoir vu, et Alaric laissa échapper un petit rire très doux, enlevant son doigt de la bouche de Lady Tyburn.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Dim 3 Aoû - 13:13
Afición ciega razón.


Comme Lavinia l’avait espéré et que la démarche lente de son interlocuteur le prouvait, Alaric était en effet loin d’être enthousiaste à l’idée de se rendre à son rendez vous.
« Oh, c’est tout comme. », répondit il alors que Lavinia avait parlé d’enterrement. « « Je dois rencontrer... une lady, comme vous les appelez. » Il lui adressa un nouveau sourire charmeur avant d’ajouter. « Comme vous-même l’êtes »

Lavinia eut un léger rire aimable. « Oh mais je suis plus qu’une simple lady. Je suis une comtesse. La comtesse de Westmorland. », déclara-t-elle.
Certes, bien que comtesse, Lavinia portait et porterait toujours le titre de lady, comme toute dame de la cour anglaise. Elle ne disait pas cela avec arrogance mais avec humour, car elle n’était pas du genre à insister sur les titres de noblesse. Après tout, la jeune écossaise avait grandi au sein d’une famille ruinée. Cependant, cette petite phrase dite à la légère lui permettait de rappeler à Alaric qu’elle était plus puissante qu’une simple lady, et plus fortunée également, sans que cela ne passe pour être son but. La lionne écossaise ne laissait jamais rien au hasard. Une comtesse n’était elle pas, après tout, un meilleur parti qu’une simple lady ? La jeune femme pensait décidément à tout.

« Et si vous ne me suiviez pas moi, donc que faites-vous ici ? », demanda Alaric. Son accent espagnol lui conférait en effet un charme unique. Sans compter que le chancelier était un homme qu’on pouvait qualifier de fort agréable à regarder…
« Je me promenais simplement. Ce que font la plupart des gens qui viennent…», commença-t-elle, un léger sourire au coin des lèvres. Mais elle fut interrompue par une voix qui se fit entendre au loin et qui se rapprochait.

« Sir Tellez ? Êtes-vous là ? Il se fait tard ! »

Alaric tourna la tête vers Lavinia et lui fit signe de se taire. La belle écossaise comprit immédiatement ce qu’il avait en tête. L’espagnol souhaitait donc fuir son rendez vous en sa compagnie. Elle n’avait même pas besoin de le proposer. C’était encore plus facile que ce qu’elle avait pensé ! Et cela ne laissait aucun doutes ; Alaric la préférait aux autres lady qu’il était forcé de rencontrer. Sans doute était ce parce qu’elle était beaucoup naïve que la plupart des lady de son âge. Cela faisait d’elle une femme intéressante et mystérieuse.

L’espagnol l’entraina se cacher derrière l’arbre le plus proche contre lequel il s’adossa. Lavinia retint son souffle, alors que la lady en question passait, à la recherche d’Alaric, sans les remarquer. Ils étaient si proche, l’un de l’autre, durant ce court instant silencieux, que cela rappela à Lavinia le jour de sa rencontre avec son défunt mari, Nicholas, quand celui-ci avait préféré quitter la fête en sa compagnie que de rester discuter avec toutes les femmes plus riches et plus nobles qu’elle.

La blonde ne lâcha pas le séduisant espagnol du regard. Elle connaissait son pouvoir de séduction et pensait que cette proximité ne le laissait sans doute pas indifférent. Comme la lady s’éloignait, Alaric laissa échapper un léger rire, enlevant son doigt des lèvres de Lavinia.

« Est-ce ainsi que les espagnols fuient leurs ennuyeuses responsabilités ? En ravissant des femmes pour aller se cacher avec elles derrière des arbres ? », demanda l’écossaise, riant légèrement.
Elle s’écarta ensuite de l’arbre et avança de quelque pas, avant de se tourner vers Alaric.
« Désirez-vous vraiment vous marier, sir Tellez ? Vous n’avez pas l’air de le vouloir, c’est pourquoi je me demande ce qui vous pousse malgré tout à rencontrer toutes ces femmes…Sont-elles si difficile à supporter que cela ? », demanda-t-elle.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Dim 3 Aoû - 14:21


♛ Afición ciega razón. ♛



Comtesse. Comtesse. Il avait l'impression d'entendre son père parler, que de titres les plus pompeux les uns que les autres. Mais bon, il ne pouvait rien dire, il était le bâtard du roi, le chancelier de Castille, et faisait parti de la grandeur Espagnole. Ce n'était pas réellement de son droit de critiquer cela. Il haussa les épaules, un petit sourire en coin de lèvre. « Vous êtes bien jeune pour posséder un pareil titre. » La jeunesse, il ne côtoyait que cela, et chez certaines demoiselles comme Lady Wenston, il avait l'impression d'avoir cinquante alors, alors qu'il n'avait qu'une petite trentaine. Mais Lavinia semblait déroger à la règle de toutes ces bécasses naïves et simple d'esprit. Non, la jeune Tyburn semblait plus... réfléchie. Un peu trop, parfois, même.

Elle se promenait donc ? Seule ? Mais quelle idée ! Peut être que les coutumes n'étaient pas les même qu'en Espagne, car là-bas, hommes et femmes aimaient se promener en groupe. En sortant le soir, il était habituel d'entendre des rires de toute part, quelques coins où se jouaient de la musique, des couples ivres s'embrassant au coucher du soleil, de tout et de rien, mais surtout de tout. Les espagnols étaient plus chaleureux. Ici, les jardins étaient plus calmes, alors, peut être était-ce vrai, peut être était-il agréable de se balader seul ici, dans ce havre de paix. Enfin, paix, c'était bien sans compter la jeune femme qui cherchait Alaric.

Caché dans cet abris surprenant, adossé à l'arbre, le jeune espagnol suivait du regard lady Wenston, oubliant presque la belle demoiselle qui était à côté de lui. Certes, son rendez-vous arrangé était aussi d'une douce beauté, mais son teint était plus vif que son esprit. Et lorsqu'il retourna le regard vers Lavinia, constatant qu'elle le fixait avec une certaine assurance, Alaric eut un léger sourire. Il était loin d'être gêné, volage, il avait la réputation d'être ''El burlador de Castilla'', et la proximité des belles demoiselles était loin de le déranger, au contraire. Proximité que la jeune écossaise rompu en s'éloignant de quelque pas, tout en lui posant une question qui provoqua chez Alaric un doux rire solaire. « Plus ou moins ! En effet nous ravissons de belles créatures, mais habituellement, c'est pour nous ravir nous même, non pour se cacher derrière de un arbre. » Puisqu'elle jouait, alors il avait décidé de rentrer lui aussi dans la séduction. Après tout, qu'avait-il à perdre à flirter avec une jeune femme, ses journées étaient si longues ici. En Espagne, il faisait tellement chaud la journée que les gens préféraient se reposer, et sortaient plutôt le soir. Ici, il avait l'impression qu'un jour durait 48 heures. Mais la question suivante de la jeune femme effaça quelque peu le sourire de son visage. Il y répondit en touchant du bout des doigts les feuilles de ce si magnifique arbre, sans la regarder. « Vous êtes bien indiscrète, comtesse. Mais si réellement cela vous intéresse, je dirais simplement que en cela le désir n'a rien à voir, sinon celui de mon père. Si je l'avais écouter, cela ferait longtemps que je sois marié. Et disons que maintenant, je ne peux y échapper de plus. » Le jeune espagnol quitta l'arbre des yeux pour se retourner vers Lavinia, à qui il adressa un sourire poli. Parler de cela ne le réjouissait pas tant, avec son père, c'était d'ailleurs un sujet de vives disputes. « Mais je dois avouer que certaines sont plus difficiles à supporter que d'autres. » Son sourire charmeur revint s'inscrire sur ses lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Dim 3 Aoû - 20:55
Afición ciega razón.


« Plus ou moins ! En effet nous ravissons de belles créatures, mais habituellement, c'est pour nous ravir nous même, non pour se cacher derrière de un arbre. », déclara-t-il, un sourire amusé au coin des lèvres. Mais ce sourire disparut quelque peu lorsque Lavinia lui posa la question du mariage.
« Vous êtes bien indiscrète, comtesse. »

La jeune femme à la longue chevelure blonde eut un léger rire en voyant qu’il avait pris sa remarque sur le titre de noblesse au sérieux.

« Oh, je vous en prie, je plaisantais en parlant de mon titre. Ne m’appellez pas ainsi, ça me donne l’impression d’avoir 30 ans de plus, c'est très pompeux. Je ne vous appelle pas chancelier, alors contentez vous de « lady ». », annonça-t-elle, sincère. En plus, cette appellation créait d’office un étrange fossé entre eux, une sorte distance. Et cela n’était pas souhaitable.

« Mais si réellement cela vous intéresse, je dirais simplement que en cela le désir n'a rien à voir, sinon celui de mon père. Si je l'avais écouter, cela ferait longtemps que je sois marié. Et disons que maintenant, je ne peux y échapper de plus. », lui confia-t-il au sujet du mariage, faisant de nouveaux quelques fautes en langue anglaise qui, loin de lui donner un air stupide, contribuait à affirmer son charme venu d’ailleurs.

Lavinia se rendait bien compte que le sujet ne lui plaisait pas. Elle hésita donc à poser d’autres questions ou à ne pas insister. A vrai dire, à la question qu’elle se posait, la réponse était toute simple. Sans doute Alaric ne souhaitait pas se marier car il préférait avoir la liberté de collectionner les relations. De toute façon, il serait mal séant de lui demander pourquoi il était si peu enthousiaste à l’idée d’épouser une jeune lady. Et Lavinia n’avait surtout pas envie de devenir ennuyeuse à ses yeux, ce n’était pas dans ses intérêts. Elle décida donc d’écourter leur conversation à ce sujet à la première occasion.

« Mais je dois avouer que certaines sont plus difficiles à supporter que d'autres. », ajouta-t-il.

« Qu’en est il de moi ? Suis-je une femme difficile à supporter ? », demanda-t-elle. « J’imagine que non, vu que vous m’avez capturée pour m’amener derrière cet arbre. », ajouta-t-elle, souriant d’un air amusé, souhaitant rediriger la conversation vers quelque chose de plus joyeux que le mariage qui se révélait être un sujet détesté par l’espagnol.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Lun 4 Aoû - 9:10


♛ Afición ciega razón. ♛



Le rire d'une femme est sans doute l'une des plus douces mélodies qui existe en ce monde, et Alaric prenait toujours plaisir à l'entendre, encore plus quand il y était pour quelque chose. Il avait la conviction que le rire était le miroir de l'âme, certains étaient tristes, d'autres jovials, certains sonnaient faux quand d'autres étaient des plus vrais. Prenons celui d'Alaric lui même, il le savait pertinemment, son rire était absolument exquis à entendre. Jamais trop fort, mais pas non plus inaudible, doux et sincère, solaire, donnant l'irrésistible envie de rire avec lui. Avec un arrière goût d'incompréhension, en ce sens ou on ne savait généralement pas pourquoi il riait, ou alors, cette envie folle de sourire nous prenait. Le rire de Lavinia Tyburn lui, lui apparaissait encore quelque peu... mystérieux. S'il semblait sincère, il y avait une touche mélancolique dans ce son cristallin. Quelque chose qui semblait fragile. «Ce sera senorita, si vous me permettez. » L'espagnol était tellement plus charmant que l'anglais, c'était incontestable. Alaric avait toujours été fier de ses origines si chaleureuses, de sa langue si mélodique, qu'il n'aurait échanger cela pour rien au monde. Surtout pas pour être un barbare d'anglais, d'écossais, de français ou de je ne sais quelle autre lointaines contrées. Le charme qu'on leur prêtait dans les histoires qu'il avait entendu était bien loin de la vérité. Mais il y avait quelques exceptions bien sur, comme cette charmante demoiselle.

A sa tirade sur le mariage et tout l'enthousiasme qui le prenait, Alaric comprit bien que la jeune femme semblait quelque peu hésitante. Souvent, lorsqu'il avait ce discours, les gens se pressaient de demander les raisons d'une telle aversion pour cet acte si merveilleux qu'est l'union d'un homme et d'une femme. Ce ne fut pas son cas. Simple manque de curiosité, politesse absolue, ou raison plus sombre que cela ? Sans doute que le jeune homme ne le saura jamais. L'écossaise eut alors la réponse qu'il avait espérée en annonçant que certaines femmes étaient de meilleure compagnie que d'autres. Il eut un sourire amusé. Il aurait pu parier toute sa fortune sur cette réponse. Il n'en fallut pas moins pour lui rendre sa bonne humeur, et tout en se redirigeant vers le chemin de la ballade, il lui répondit. « Je ne sais, et n'imaginez rien, je vous l'ai dit déjà, ce n'est pas derrière de un arbre que les espagnols emmènent les femmes. J'imagine seulement que vous êtes moins difficile que cette femme que je devais rencontrer, mais peut être pas assez pour ne pas l'être du tout. Juste assez pour l'arbre, pas assez pour le reste » Il se retourna vers elle, heureux de sa remarque tout à fait incompréhensible. Les mots avaient toujours été pour lui d'un amusement sans nom, et il prenait un plaisir exquis à jouer avec. « Mais pour en être sur, il faudrait que j'ai le plaisir de votre compagnie un peu de plus. » Il fit une légère pause. « Que dites-vous donc de partager cette soirée avec moi ? » Il lui tendit la main, comme une invitation à de folles aventures, autant pour l'accompagner sur les pas qu'elle devait faire dans l'herbe pour le rejoindre, que pour témoigner de son ouverture. Ouverture sur quoi ? C'était là toute la question, il semblait bien déterminé à jouer au jeu dangereux de la séduction, et pour une fois, il était presque sur d'avoir trouver une partenaire de son envergure.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Lun 4 Aoû - 21:55
Afición ciega razón.


La question de Lavinia rendit le sourire à l’espagnol qui, tout en se rendant sur le chemin prévu pour se promener, lui répondit une tirade pour le moins difficile à comprendre. L’écossaise n’en saisit d’ailleurs pas le sens, mais craignant de le vexer, alors qu’il lui souriait ainsi, se garda de le faire remarquer.

« Mais pour en être sur, il faudrait que j'ai le plaisir de votre compagnie un peu de plus. »

Pour être sûr de quoi ? Lavinia n’en savait rien, étant donné qu’elle n’avait pas compris les précédents dires du chancelier. En tout cas, même sans avoir saisi le sens de sa phrase, la jeune comtesse avait bien comprit qu’Alaric lui proposait là de l’entraîner dans un jeu de séduction. Danger que les jeux de séduction, lorsqu’on est une femme. Mais Lavinia n’était pas n’importe quelle femme. Elle savait qu’à ce jeu là, elle ne serait pas perdante. Elle ne tombait pas dans les bras d’un homme aussi facilement. Elle savait séduire, et elle savait se faire désirer. Et puis, les choses se déroulaient encore mieux qu’elle l’avait imaginé. Alaric s’intéressait à elle, et c’était tout à son avantage. Maintenant qu’elle était certaine d’avoir accroché son attention, la garder serait facile.

« Que dites-vous donc de partager cette soirée avec moi ? », demanda le bel homme, lui tendant la main.
Un léger sourire amusé se dessina sur le visage de la blonde. Elle le regarda un instant, sans saisir sa main. Cela faisait partie de l’art de la séduction. Laisser du suspense entre chaque chose. Etre mystérieuse.

« Cela dépend... Je veux bien vous accorder le plaisir de ma compagnie, mais je n’aime pas m’ennuyer. », déclara Lavinia. Elle posa délicatement sa main dans celle de l’espagnol et s’en servit pour s’aider à redescendre gracieusement de la légère pente, qui menait vers l’arbre où ils s’étaient cachés tout les deux, pour rejoindre le chemin principal, alors qu’elle accordait un regard malicieux à son interlocuteur. Sa main, douce et lisse, glissa ensuite contre celle de l’espagnol et elle le dépassa de deux pas lent avant de se retourner à nouveau vers lui.

« Vous considérez vous comme un homme intéressant, sir Tellez ? Pensez vous pouvoir me divertir ou est ce que je risque de bailler après dix minutes passées à converser avec vous ? », demanda Lavinia.

Oh, cela pourrait être très mal pris par quelqu’un qui n’avait pas d’humour. C’était direct et franc-parler, mais Lavinia savait qu’elle pouvait se permettre ce genre de plaisanterie avec l’espagnol. Cela faisait partie du jeu et elle était persuadé que cela lui plaisait qu’elle y joue pour de vrai et non avec la retenue dont faisait preuve la plupart des jeunes filles de cette cour, naïves, qui n’osaient pas commettre un pas de travers de peur de vexer leurs interlocuteurs ou d’être en dehors des convenances. D’une certaines manières, toutes ces jeunes filles, à suivre le même code à la lettre, finissaient par toutes se ressembler. C’était peut-être aussi pour cela qu’Alaric préférait la présence de Lavinia à la leurs. Il faut dire qu'elle avait du vécu, contrairement à la plupart des femmes de son âges, et qu'elle avait très tôt fais l'acquisition d'une grande maturité. La vie en avait décidé ainsi. Lavinia Tyburn n'avait pas vraiment eu le temps d'être naive...


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Lun 4 Aoû - 23:45


♛ Afición ciega razón. ♛



Il ne pouvait le nier, Lavinia Tyburn, malgré son jeune âge, était une très jolie demoiselle. Le genre qu'Alaric avait toujours aimé, puisqu'elle lui paraissait... disons, exotique. En effet, vous pourrez trouvez autant de belles brunes ténébreuses en Espagne que vous voudrez, mais cherchez la pureté des cheveux d'or et de la peau de porcelaine, et vous serez vite déçus. Quoi qu'il en soit, même si ce voyage en Angleterre était assez glacial, il y avait certaines choses qui se réchauffaient tout de même. Et la compagnie d'une femme réchauffe le cœur d'un homme, c'est bien connu. Surtout d'une femme comme celle-ci, il ne pouvait s'empêcher de sourire en la voyant, malicieuse, jouer à se faire désirer, jouer à séduire. Non, il ne tombait pas sous le charme, non, mais il ne pouvait daigner l’apprécier. Et alors qu'il n'eut pas le temps de répondre, Lavinia continua sa tirade en lui demandant s'il se considérait intéressant, laissant glisser sa douce main sur celle de l'espagnol, au sang bien plus chaud. Elle avait une peau bien douce, et le jeune homme ne doutait pas qu'il devait être bien agréable de la parcourir avec ses lèvres. Mais voilà qu'il se mettait à divaguer quelques secondes, c'était quelques secondes de trop s'il ne voulait pas se faire prendre à son propre jeu. Il ne fallait pas une seconde de relâchement, ou alors la douce demoiselle pourrait croire d'avance à sa victoire, et ce serait bien triste de lui laisser cet espoir. Alaric eut un rire léger, avant de la regarder, plus amusé que jamais. Il laissa sa main dans un geste contrôlé, comme la tradition espagnol et le mythe de leur port parfait à toute épreuve. « Qui a parlé de converser, Señorita Tyburn ? » Derechef, il laissa s'échapper un petit rire. Il était si rare de pouvoir participer à une conversation si relâchée, surtout dans ce cadre des palais anglais où la cour semblait encore plus coincée que n'importe où ailleurs. Comme tous ces petits nobles oubliaient les plaisirs de la vie lorsqu'ils rentraient dans leur costume de feuilles d'or. Alors qu'avec l'écossaise et ce depuis leur première rencontre, une certaine familiarité s'était installée, comme s'ils avaient grandis ensemble. Lavinia était si différente, si simple. C'était agréable. Presque trop pour être vrai d'ailleurs. Cachait -elle derrière ses airs de jeune femme joyeuse et insouciante un dessein plus... réfléchi ? Mais l'heure n'était pas à la méfiance, c'était sans doute l'un des débuts de soirée les plus amusant que le chancelier avait passé depuis qu'il était arrivé à Whitehall Palace. Et avant qu'elle ne put répondre autre chose, Alaric ajouta. « Mais quand bien même. Vous considérez vous comme assez digne d'intérêt vous même pour que moi j'essaie de divertir vous ?» Ô doux cercle vicieux, qui aura le plus estime de lui même ? Il fit les quelques pas qui les séparaient, ne s'arrêtant pas, sachant qu'elle allait bien suivre, puisque le but d'une ballade est bien de marcher. « Mais peut être vous avez vous une idée pour nous amuser ? Je ne suis pas là depuis longtemps, vous le savez, je ne connais toutes les joies qu'offrent ce doux pays, à quels plaisirs peut on s'abandonner un soir comme celui-ci. » Le sous-entendu est le propre de la provocation, c'est sans dire.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Mar 5 Aoû - 14:37
Afición ciega razón.


«Qui a parlé de converser, Señorita Tyburn ? » , ria l’espagnol.

Lavinia le regarda, haussant un sourcil tout en gardant un léger sourire qui la rendait encore plus séduisante. Un Don Juan, un coureur de jupons. Lavinia Tyburn était certaine que c’était ce qui se cachait en vérité derrière le chancelier de Castille, et que c’était pour cela qu’il était si réticent, à pourtant déjà trente ans, à l’idée de se marier, de s’unir pour le reste de sa vie à une seule et unique femme. Alaric avait les sourires d’un Don Juan, les manières d’un Don Juan, l’aisance et l’assurance d’un Don Juan. Et l’amour pour la séduction d’un Don Juan. D’ailleurs, il s’y prenait bien à ce jeu, et cela sentait le vécu. Il devait avoir séduit bien de nombreuses femmes, en Espagne. Mais s’il croyait que Lavinia était une femme facile…Ah, non, loin de là. Qu’il le pense et s’imagine pouvoir l’avoir facilement…Et ne parvenant pas à l’obtenir, elle pourrait devenir l’objet de toute sa convoitise, son obsession. Oui, l’écossaise visait haut. Très haut.

« Mais quand bien même. Vous considérez vous comme assez digne d'intérêt vous même pour que moi j'essaie de divertir vous ?», ajouta-t-il.

Lavinia laissa échapper un rire tout naturel. « Quelle question insensée. Si je n’étais pas digne d’intêret à vos yeux, ne seriez vous pas en compagnie de cette lady que l’on veut vous faire épouser ? »

La blonde savait bien qu’Alaric était heureux d’être tombé sur elle dans ce jardin. Soulagé même. Peut-être ravi… En tout cas, de toutes les femmes qu’il avait rencontré jusque maintenant, n’est ce pas elle, qui avait le plus retenu son attention ?

« Mais peut être vous avez vous une idée pour nous amuser ? Je ne suis pas là depuis longtemps, vous le savez, je ne connais toutes les joies qu'offrent ce doux pays, à quels plaisirs peut on s'abandonner un soir comme celui-ci. » , déclara l’espagnol. Son assurance était presque déstabilisante. Mais Lavinia ne se laisserait pas déstabiliser. Elle n’était pas comme les autres lady.

« Vous semblez oublier une chose, sir Tellez », répondit Lavinia, en marchant aux côté du bel homme. « C’est bien vous qui vous servez de moi comme échappatoire à votre rendez-vous, et non l’inverse. Ma présence vous étant fort utile pour fuir cette lady avec laquelle vous deviez passer la soirée, c’est plutôt vous qui devriez m’en remercier en me faisant passer une agréable soirée. », commença-t-elle. Ne lui laissant guère le loisir de répondre elle enchaina. « Mais je peux vous conseiller dans votre quête de plaisirs et de divertissements, je crois. Par un soir comme celui-ci, bons nombres d’hommes se rendent au RedLantern. C’est une maison close, que je ne connais que de noms évidemment, mais où vous trouverez sans doute votre bonheur. Car en ce qui concerne les plaisirs auxquels on peut s’abandonner, la cour de la reine Mary ne brille pas vraiment. L’essentiel des jeunes lady à Whitehall sont plutôt du genre naive et timides. Je doute que la naiveté soit une bonne chose quand rôde dans les jardins des hommes qui ravissent des femmes pour les emmener derrière des arbres…Avec je ne sais quelles intentions derrière la tête. », déclara-t-elle.




« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Mer 6 Aoû - 21:12


♛ Afición ciega razón. ♛



Alaric se félicitait bien d'avoir abandonné cette jeune lady Wenston, au profit de cette très chère comtesse. Jolie certes, mais bien plus vive d'esprit que toute anglaise qui lui avait donné de rencontrer jusqu'alors. Et alors qu'elle aurait pu marquer un point, encore une fois, le jeune chancelier trouva à redire. « Vous savez, toute compagnie serait plus digne d'intérêt qu'à chacune des demoiselles que j'ai rencontrée ! » Il ne jeta pas un coup d'oeil à la jeune femme, pas même pour voir sa réaction, il savait qu'elle ne pouvait le prendre mal, et enchaîna: « Et vous savez, en Espagne, nous avons un proverbe qui dit ''Hombre casado, burro domado''. Cela signifie, homme marié, âne apprivoisé. Je ferais tout pour ne pas devenir cet âne, même s'il s'agit de passer une soirée en piètre compagnie. » Il eut un sourire malicieux, c'était à qui se vexerait le premier, et il savait que ce jeu pourrait être bien long.

Mais en vérité, il ne pouvait le nier, il ne pouvait pas rêver meilleure compagnie. Pas même celle qu'elle lui proposa par la suite. Si elle avait bien raison dans la première partie de son discours, si c'était en effet à lui de la remercier, il s'arrêta net à l'évocation de la maison close. Véritablement offusqué, le chancelier s'exclama. « Ais-je vraiment l'air de être de ces hommes qui fréquentent les bordels ?! » Qu'elle puisse croire l'étonnait franchement, et le vexait quelque peu ! Le jeune homme n'avait jamais eut besoin de se rendre dans de tels endroits pour avoir la compagnie d'une femme ! Mais son sourire revint bien vite à l'évocation de quelques intentions qui pourraient le motiver dans ses actions. « C'est vous qui êtes pleine d'intentions, comtesse. Je ne pensais à rien en vous amenant derrière de cet arbre, si ce n'est que admirer la beauté de la nature. Et vous avez les idées mal placées, de plus. La recherche de plaisirs peut se faire ailleurs que dans la chaire. Ne connaissez-vous pas la musique, en Angleterre ? » Il marqua une légère pause. « Si vous pouviez voir l'Espagne, c'est tellement différent... » peut-être y avait-il un brin de nostalgie dans sa voix, à l'énoncé de sa dernière remarque. Remarque qui sonnait presque comme une invitation, d'ailleurs. Peu de temps qu'il était là, mais il se rendait compte qu'il y avait plus que le soleil de Castille qui lui manquait, même s'il était heureux loin de son très cher père. Le jeune homme jeta un coup d'oeil autour de lui, le soleil commençait vraiment à se coucher, et les jardins seraient sans doute bientôt plongés dans le noir. Il était par là incapable de savoir quelle heure il pouvait bien être, combien de temps encore pouvait il lui rester en cette douce compagnie.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Lun 18 Aoû - 9:47
Afición ciega razón.

Lavinia ne fut pas vexée lorsqu’Alaric prétendit qu’il était prêt à tout, même à passer une soirée en piètre compagnie, pour ne pas devenir un âne apprivoisé suite à un mariage. La blonde trouvait elle aussi son amusement dans ce petit jeu et ne tarda pas à rebondir, quand il lui demanda si elle avait des idées pour s’amuser, sur les plaisirs de la chair.

« Ais-je vraiment l'air de être de ces hommes qui fréquentent les bordels ?! » , s’exclama-t-il.
Ce à quoi Lavinia répondit en éclatant de rire, amusée de l’avoir ainsi offusqué.
Rire pourrait aussi détendre l’atmosphère et lui faire oublier qu’il était vexé s’il l’était vraiment, en tournant cela comme une plaisanterie pure et simple. Après tout, c’était à un véritable jeu de répartie que les deux individus se livraient acutellement.

« C'est vous qui êtes pleine d'intentions, comtesse. Je ne pensais à rien en vous amenant derrière de cet arbre, si ce n'est qu’admirer la beauté de la nature. Et vous avez les idées mal placées, de plus. La recherche de plaisirs peut se faire ailleurs que dans la chaire. Ne connaissez-vous pas la musique, en Angleterre ? »

« Il est normal d’avoir les idées mal placées quand on connait les desseins de la plupart des hommes. Peut-être n’êtes vous pas ainsi, mais ne le niez pas, beaucoup d’hommes sont adeptes de ce genre d’endroits, qu’ils l’assument ou non, et ne trouve du plaisir que là, ce qui, je vous l'accorde, est bien dommage pour eux. », répondit elle, souriant en coin.

« Si vous pouviez voir l'Espagne, c'est tellement différent... », ajouta-t-il, un brin nostalgique. Cela faisait pourtant peu de temps qu’il était arrivé en Angleterre.

« Et bien, parlez moi donc de l’Espagne, que je puisse l’imaginer. Pour ma part, je ne connais rien de cette contrée, je n’ai jamais vu que l’Ecosse et l’Angleterre et, à moins que le destin me réserve quelques surprises, je ne crois pas que je mettrais les pieds en terre espagnoles un jour… »

Au fond, Lavinia espérait au contraire franchir la frontière espagnole. Si tout allait bien et que son secret restait à l’abri, elle n’avait pas à fuir, mais on était jamais trop prudent et elle préférait de loin anticiper les événements que se trouver prise au piège comme un vulgaire rat. Alaric était le parti idéal. Il se présentait un peu tôt, certes, mais si elle parvenait à le séduire pleinement, il pourrait finir par ne plus penser qu’à l’épouser elle, et pour cela serait prêt à attendre le bon moment plutôt que de rentrer au bras d’une autre femme en Espagne. Lavinia visait très haut, oui mais elle se sentait capable de séduire un homme à ce point, du moins elle l’espérait. Et puis, si dans le cas contraire, elle se verrait obligée, si les choses se gâtaient, de se remarier trop tôt et bien…Peut importe les mauvaises langues, au fond tous la jalouseraient. Oui, si elle parvenait à s’élever au rang d’épouse de chancelier espagnol en plus de celui de comtesse douairière de Westmorland, ils auraient beau la critiquer, elle aurait trop de pouvoir pour qu’ils osent le faire devant elle. Songeant ainsi à ce que le destin pourrait lui réserver avec cet homme qu’elle avait pris pour cible, Lavinia s’imagina l’Espagne. La chaleur. Les fruits et les fleurs si différents d’ici. Et par-dessus tout, la sécurité pour son secret, pour son fils…


( Pardon pour le retard, j'étais à la mer avec mon copain pendant cinq jours ^^ )


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Ven 7 Nov - 10:22


♛ Afición ciega razón. ♛



Le rire est réponse à tout, Alaric le savait bien, et c'était une philosophie que semblait pratiquer la jeune femme. Son rire cristallin pourrait charmer n'importe quel sire qui se laisserait prêter au jeu, mais le jeune espagnol en avait lui même créer les règles. Il écouta attentivement lorsque la demoiselle exposa sa désappointement face au comportement des hommes, en général. Alaric ne niait en rien toutes ces affirmations, mais un sourire quelque peu ironique se dessina sur le bout de ses lèvres. « Et face à eux, les femmes seraient de douces créatures au dessein pur ? » Il arqua un sourcil, en marque d'une réelle question. Les hommes étaient pour beaucoup menteurs et manipulateurs, mais ô dieu que la gente féminine pouvait l'être tout autant, il le savait bien. C'était un bel homme, mais son statut de chancelier avait attiré bien des femmes aux idées fort mal placées. Il avait toujours joué de cela, aimant la belle compagnie, il se fichait bien que celle ci soit intéressée, ou sous le charme, puisque de toute façon, il en changeait toutes les nuits et ne se laissait pas avoir par une seule d'entre elles. Tel était el Burlador de Castilla, exactement comme le décrivait Lavinia. Un homme qui prenait la majeure partie de son plaisir dans la chaire. Et cela lui faisait de la peine à lui même.

Alors même que la jeune femme demanda à ce qu'il lui parle de l'Espagne, un léger vent souffla et donna des frissons au chancelier espagnol. D'une voix très douce, qui contrastait avec ce ton charmeur qu'il avait depuis la conversation, il ne put s'empêcher de laisser s'échapper sa nostalgie. « Rien que le soleil ma chère, il vous caresse la peau jusqu'à tard dans la journée. Le rythme de vie est totalement différent, nous mangeons plus tard, vivons plus tard, à la couronne en tout cas. Bien sur paysans et autres travaillent sous le dur soleil mais... Les fêtes, la musique, les jardins... Dès que vous sortez de la cour, les gens sont d'une simplicité extrême, même les plus malheureux paraissent plus heureux que les plus joyeux d'ici. Je ne saurais comment vous décrire. » Il fit une pause de quelques secondes, et se rendit compte qu'il s'était totalement laissé bercé par une certaine mélancolie. Bien sur, il romançait quelque peu toute cette histoire, la rendait presque poétique comme il aimait le faire, mais l'espagnol était un grand amoureux de son pays, de ses paysages. Pourtant, il reprit vite se prestance del Burlador et ajouta avec un léger sourire en coin. « Le plus simple serait que je vous y emmène. » Il savait parfaitement qu'il allait là totalement dans son sens, qu'il se prêtait au jeu.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
the lioness still has claws
♕ Métier : Comtesse douairière de Westmorland ♕ Age : 22 ans. ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Alaska ♕ Mon nombre de messages est : 697 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 38 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 15/06/2014 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Arthur Wayne & Théodore Wolmar

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  Mer 12 Nov - 21:08
Afición ciega razón.
« Oh que non… Les desseins des femmes peuvent être tout aussi dangereux que ceux des hommes. Mais la plupart des femmes n’ont nul desseins et sont donc des proies faciles dans ce monde de prédateurs… », expliqua Lavinia, souriant en coin.

Lavinia avait pris soin, depuis l’arrivée de tout ces espagnols, les uns après les autres, à Whitehall, de se faire des alliés, des amis, des relations…L’écossaise savait s’y prendre puisque, métrisant l’art de la séduction discrète à la perfection, et dotée d’une grande beauté, elle n’avait pas besoin d’aller elle-même vers les gens pour converser avec eux. Les espagnols avec qui elle avait échangé quelques mots revenaient tout naturellement prendre de ses nouvelles. Elle savait donner une bonne première impression, elle savait plaire, flatter à juste dose. Par conséquent, elle en connaissait maintenant beaucoup, des espagnols. Elle aurait pu alors leur parler d’Alaric, pour pouvoir mieux le cerner…Mais non, ce n’était même pas nécessaire qu’elle pose la moindre question discrète à son sujet. Sa réputation le précédait. Et puis, si à trente ans, un homme si beau et si puissant n’était pas marié, il devait bien y avoir une raison. Il était vraiment trop aisé de conclure que sa proie en tête de liste, le chancelier de Castille était bel et bien un coureur de jupons, un infidèle, un amoureux des plaisirs de la chair.

Mais cela ne l’effrayait pas. Alaric était le parti idéal pour elle. Il était étranger, puissant et riche. Il pourrait garantir sa protection, à elle, et au futur comte de Westmorland, au cas où le passé refaisait surface. De plus, il fallait bien l’avouer, il n’était pas horrible à regarder. Même si son cœur appartenait encore à Nicholas, et qu’elle ne pensait secrètement à se remarier qu’afin de protéger son fils et son secret à la moindre menace apparente, il était tout de même mieux d’épouser qui ne vous répugnait pas physiquement.

Il ne fallait cependant pas s’y tromper, Lavinia ne comptait pas montrer à Alaric qu’elle nourrissait un quelconque dessein le concernant. Elle était la pure incarnation de la femme indépendante. Elle comptait le séduire, discrètement, sans qu’il ne se rende compte de rien…Se servir de sa plus grande arme ; son charme. Elle comptait doser le tout si soigneusement qu’il ne verrait plus qu’elle à la cour. Elle visait, idéalement, à le rendre amoureux. Pour de vrai. Si bien que malgré sa réputation, aucune autre femme ne pourrait combler le désir et l’affection qu’il lui porterait… Elle ignorait si elle y arriverait, mais elle savait qu’elle avait ses chances. Il suffisait de prendre conscience de la situation présente pour le prouver ; Alaric avait déserté son rendez vous galant pour passer du temps avec elle. C’était plutôt pas mal, alors qu’ils se connaissaient encore si peu…

« Rien que le soleil ma chère, il vous caresse la peau jusqu'à tard dans la journée. Le rythme de vie est totalement différent, nous mangeons plus tard, vivons plus tard, à la couronne en tout cas. Bien sur paysans et autres travaillent sous le dur soleil mais... Les fêtes, la musique, les jardins... Dès que vous sortez de la cour, les gens sont d'une simplicité extrême, même les plus malheureux paraissent plus heureux que les plus joyeux d'ici. Je ne saurais comment vous décrire. », répondit Alaric avec une sorte de nostalgie déjà, en repensant à son pays qu’il avait quitté il y a pourtant si peu de temps. L’écossaise savait comment plaire sans attirer les soupçons. En montrant à Alaric une admiration pour la culture hispanique, elle réalisait un coup de maître.
« On dit souvent que les gens sont plus heureux quand ils vivent au soleil. En comparaison, l’Ecosse doit être un pays bien triste, alors, si c’est vraiment le cas. J’aimerais beaucoup voir l’Espagne un jour, en tout cas. Comme vous en parlez, et comme de nombreux espagnols en parlent depuis que le mariage approche…Ca a l’air d’être un endroit vraiment magnifique. », répondit Lavinia.

« Le plus simple serait que je vous y emmène. », dit alors Alaric.

Lavinia se permit de rire, avec amabilité. « Oh, et dites moi, Signor De Mendoza, sur quel motif pensez vous pouvoir m’amener en Espagne ? », demanda-t-elle. « Et puis déjà, qui vous dit que je désire visiter ce pays en votre compagnie ? », ajouta –t-elle avec humour, riant légèrement, toujours aussi charmante.


« THE LIONESS »

« THE KING'S QUEEN »

You've got a fetish for my love. I push you out and you come right back. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: LAVINIA ♛ Afición ciega razón.  
Revenir en haut Aller en bas
LAVINIA ♛ Afición ciega razón.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand une vipère crache son venin...♣ Lavinia, Anne & Andrew
» LAVINIA ♠ « Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next. »
» ANNE & LAVINIA ♣ « Une petite ballade au coin du lac. »
» LAVINIA TYBURN ♠ « A lion still has claws. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: