AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Journée porte ouverte  Mar 8 Sep - 19:49
Journée porte ouverte
Seule l'éducation peut préparer la personnalité humaine à affronter les difficultés nouvelles, en développant une faculté d'adaptation souple et vive, associée à une conscience claire de la réalité sociale.
"Allez, mesdemoiselles! Les invités ne vont plus tarder!"
Dit elle en passant dans les étages où se trouvaient les chambres des pensionnaires. En déambulant devant les portes, elle voyait les élèves de la Cross School finir de boutonner leurs robes et de lasser leurs corsets. Pour l'occasion, elles avaient toutes laissés leurs uniformes au placard pour adopter les robes fraîchement finies de leurs mains. Elles avaient été secondé par leur professeur de couture: Joane Barrow qui était aussi la créatrice de leurs uniformes.
En passant une porte de chambre à trois lits, elle vit Madeline en train de regarder les rares parures qu'elle avait pu emmenée avec elle lors de sa fuite du Saint Empire Germanique. Mary s'approcha, sans faire de bruit, et regarda les bijoux finement ciselés.
Ce diadème irait à merveille avec ta robe rouge rosée! Lança t'elle. Sa protégée eu une réaction exagérée en sursautant d'un petit cri.
"Votre Grace! Vous m'avez fait peur!"
Désolée Madie! Dépêche toi si tu ne veux pas être la dernière Lança t'elle en se retournant. Grâce au miroir, elle vit que l'élève avait suivi son conseil et plaçait son diadème sur sa tête à la longue chevelure ébène. Mary continua son chemin en lissant sa robe bleue richement décorée de pierrailles et de fines dentelles.
Elle passa à côté de la chambre où logeait l'assistante de Joane, Margaret Linddle. La jeune femme était en train de se faire maquillée par une de ses camarades de chambrée, la jeune Eden. Les deux jeunes femmes étaient très amies et étaient toujours fourrées ensemble. Mary entra d'une exclamation.
"Margaret! Tu es sublime! Tu as des doigts de fée! On voit que tu as été à bonne école... " En effet, elle était sublime dans sa robe à longues manches et à col beige dorée qu'elle avait fait elle même. Son chignon était un peu négligée mais cela embellissait le tout. Eden! Tu t'es surpassée pour son maquillage! La blonde qui rangeait son maquillage après avoir fait la dernière touche sur Maggie rougit. "Merci votre grâce".

Mary les laissa après avoir réajuster le col de la robe brune d'Eden et sorti pour voir que, à part les deux jeunes femmes qu'elle venait de quitter, les élèves étaient toutes devant leurs chambres respectives prêtes et attendant les consignes. Les deux dernières se retrouvèrent, une minute plus tard, sur le pas de leur porte. "Bien, mesdemoiselles! N'oubliez pas: tête haute et grand sourire! Cette porte ouverte est une grande chance pour l'école et, surtout, pour vous! Certaines des nobles que j'ai invité ont besoin de dames de compagne et de femmes de chambre! Elle prit une pause: Et, pour celle en âge, certains invités sont à la recherche d'épouse! je veux que vous sachiez où vous irez une fois que vous quitterez la Cross School et White Swan! Les élèves répondirent à l'affirmative, motivée à l'idée de voir certains de leurs rêves se concrétiser. Que ce soit dans le domaine professionnel ou privé, d'ailleurs.
Une servante apporta son manteau et son chapeau à la Duchesse. Une fois qu'elle mit sa nouvelle couche de vêtement et son couvre-chef, elle descendit les marches aussitôt suivie par les pensionnaires de l'école.

Elles sortirent de l'établissement. A gauche de l'entrée, se trouvaient les professeurs. Les élèves se mirent donc à droite. mary resta en face de la porte. Bientôt, tous assistèrent à l'arrivée des premiers invités.
©Pando


Dernière édition par Mary A. De LaCroix le Dim 3 Jan - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Ven 11 Sep - 12:49


Journée portes ouvertes

C'est il y a seulement quelque jours que la Duchesse de Clèves eut l'agréable surprise de trouver une lettre dans son courrier. Mais cette lettre n'était pas comme les autres. Elle ne venait pas d'Allemagne, ni de la part d'un de ses amis proche. Non l'émetteur était la directrice d'une école pour jeunes filles. Rien que l'idée d'éduquer un peu les filles plaisait à la Duchesse. Elle s'était donc empressée de répondre à la demoiselle positivement. Le tout était maintenant de tenir son engagement.

Ce matin-là, Anne de Clèves se prépare donc à aller faire un petit tour aux portes ouvertes de la Cross School. Elle choisit une parure digne des plus belles réceptions. Elle est à la fois sobre et sophistiquer, parfaite pour ce genre de sorties en sommes. Anne ne laisse jamais rien au hasard, même pas sa coiffure. Même lorsqu'elle donne l’impression d'être toute simple, en réalité elle y a passé des heures. De son côté, Hedwige aussi se prépare. En effet, il est tout à fait hors de question pour la Duchesse de Clèves de quitter Richmond Palace sans sa gouvernante et Dame de compagnie des tous premiers temps. La rouquine revêt une robe simple que sa maîtresse agrémente d'accessoires distingués. La femme soupire et rechigne un peu avant de céder. Si la Duchesse de Clèves est habitué à tout ceci ce n'est certes pas le cas de la pauvre femme. Bientôt l'heure approche et les deux femmes doivent prendre la route pour le Suffolk. Le chemin sera long et Lady de Clèves a anticipé. C'est pourquoi elles partent avec un peu d'avance sur l'heure pile pour être certaine de ne point arriver en retard. Cela serait particulièrement mal vu. Les deux femmes montent dans le carrosse et les chevaux s'élancent.

Pendant le trajet, les eux femmes discutent sur l'école, sur ce qu'elles ont entendu de Mary De LaCroix, la duchesse de Lyon. Anne en avait déjà entendu parlé auparavant. Il faut dire que la Duchesse de Clèves s'est toujours renseignée sur l'entourage des souverains et Henri II ne fit pas exception. Anne est d'ailleurs curieuse d'enfin rencontrer la demi-sœur d'Henri II. Elle aimerai aussi savoir ce qui a amené la jeune femme à venir en Angleterre. Une explication sûrement très intéressante. Le temps passe et finalement le carrosse aux armoiries des Ducs de Clèves arrive dans le Suffolk et bientôt à White Swan. Anne sourit dans son carrosse et chuchote quelques mots à sa gouvernante. À la vue de la Cross School, Anne de Clèves soupire d'aise. Enfin le voyage est fni. D'autres carrosses sont là. Lady de Clèves fait arrêter le véhicule et descend en premier comme toujours. Elle aime que peu attendre que l'on vienne l'aider. Elle n'est pas si vieille, malgré sa petite quarantaine approchant. Hedwige la suit de peu. Anne de Clèves avance d'un pas lent et élégant. Devant la maison, elle remarque une jeune femme, elle doit avoir un peu plus de vingt ans. Des adultes se tiennent à droite du bâtiment, les jeunes filles à gauche. La jeune femme d'environ vingt ans se trouve pile en face des invités qui se pressent d'arriver déjà. Anne en déduit qu'il doit s'agir de Mary De LaCroix, la Duchesse de Lyon. Anne arrive à la hauteur de la maîtresse des lieux et la salue d'une légère révérence. Elle la fit brève, elle était tout de même l'ancienne reine consort d'Angleterre. Cependant, elle se doit de saluer la Duchesse de Lyon comme il se doit, elle est tout de même une princesse de France et la demi-sœur d'un roi.

« Anne de Clèves, ravie de vous rencontrer Lady De LaCroix. Je suis très honorée de faire parti de vos invités mademoiselle. Je suis absolument certaine que cette journée sera une réussite. »

Le ton d'Anne de Clèves est chaleureux. Elle sourit et commence à poser un regard rassurant sur les demoiselles aux côtés de la Duchesse de Lyon. Elle sort un éventail et s'évente légèrement en attendant que la maîtresse des lieux les invitent à entrer.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor



Dernière édition par Anne de Clèves le Sam 12 Sep - 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Sam 12 Sep - 10:23

Journée portes ouvertes
A new beginning fort everybody. ••• Le mois d'avril fut un mois remplis de rebondissement pour moi. Le 14 avril j'eus mes premières grosses contactions alors que je travaillais au Drapier étant seule, je décide d'envoyer une missive à Mary De LaCroix afin qu'elle m'envoie un fiacre. J'avais en effet décidé d'accoucher entre le murs rassurant de la Cross School. J'était même en train de songer à revendre le Drapier, à moins que Maggie souhaite en devenir la gérante mais depuis l'emprisonnement de Jaime les affaires vont moins bien, ce qui me cause beaucoup de souci financier. Certes Oliver travaille désormais chez Lady Tyburn en tant que palefrenier ou il est nourri, logé et blanchi et Margaret passe beaucoup de temps à la Cross School. Mais un bébé demande beaucoup de temps et de soin, je ne suis pas sûr de pouvoir tenir seule ma maison, ma boutique et en plus m'occuper de l'enfant à naitre.

Quelques jours plus tard j'était dans ma chambre à la Cross School avec comme seul mot d'ordre me reposer et restée le plus possible allongée, ce qui, pour une femme active comme moi était affreusement difficile. Jaime fut exécuté le 20 avril de l'année 1555 et à ma plus grande tristesse je ne pus être présente. J'ai supplié les médecins et Mary, supplié, chose que je ne fait jamais, mais tous étaient convaincu que voir mon mari se faire manger par les flamme pourrait provoquer l'accouchement et accouché au beau milieu de la tour de Londres ce n'ai vraiment pas idéal. Savoir que mon mari était mort était comme irréel pour moi, cet homme que j'ai connu tout jeune garçon... J'avais onze ans lorsque je me suis unie à lui, Dix-huit ans de mariage, dix-huit années ou j'était Joane Barrow, femme du forgeron Barrow. Certes notre mariage n'était pas idyllique et faire la fin nous nous nous aimions plus, mais il avait mon respect et j'avais le sien. Notre mariage, malgré certaines infidélités, était solide et je ne l'aurais jamais quitté pour Henri, même si parfois j'en avait eus envie. Maintenant les choses vont être simplifiées. Mais je n'en reste pas moins extrêmement triste et même s'il était considéré comme un traitre hérétique j'ai décidé de porter le noir. Jusqu'a la naissance du bébé qui arriva trois jours plus tard seulement. Georgiana vit le jour le 23 avril. J'ignore encore quel nom de famille elle est sensée porter. Celui de son vrai père, Morangier ou le mien et celui de mon défunt mari. Je suppose que pour garder mon honneur, elle devrais prendre le nom de Barrow, mais cette question se posera sérieusement uniquement lors de son baptême.

Après l'accouchement j'ai décidé de rester encore à la Cross School quelques semaines, j'y ai fêté mon trentième anniversaire et j'ai participé à l'organisation des portes ouvertes en aidant les jeunes filles à terminer leurs robes dans les temps. Le jour J, je me vêtis d'une robe violine, retrouvant le plaisir d'avoir une taille de guêpe grâce au corps à baleine et pris la peine de remonter ma chevelure blonde en un chignon sophistiqué. Je retirai mon alliance décidant que mon deuil était terminé, normalement Henri devais me rejoindre aujourd'hui et rencontrer sa fille pour la première fois. Nous serons entouré d'inconnu, se sera la première fois que notre affection sera public, il ne faut donc pas que je possède une alliance qui n'ai pas celle qu'Henri m'aurait offerte. Je sortir de ma chambre avec Georgiana dans les bras que j'avais habillée en blanc et rejoignit toutes les élèves alors que Mary leur faisait un petit discoure d'encouragement tout en leur rappelant l'importance de cette journée pour elle.

-Puis la prendre ? Me demanda Maggie avec des yeux brillant.

-Oui mais tu as entendu Lady De LaCroix, tu es en age pour te trouver un mari, tu me le rendra quand les invité arriverons, sinon les hommes croirons que tu as eus un enfant hors mariage.

Dis-je à ma petite apprentie en lui tendant Georgiana. J'étais ravie de constater qu'elles s'entendaient bien et que Margaret aimait prendre soin de sa "petite soeur" Mais cela fut te courte durée car je vis Anne de Clève arriver avec sa suivante. Je repris donc le bébé des bras de Maggie et encouragea toutes les filles à executer une charmante révérence. Il s'agissait tout de même d'une ancienne Reine d'Angleterre. Je l'avais d'ailleurs brièvement rencontré en mars, lors d'une messe catholique. C'était une femme très gentille et d'une grâce incroyable.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Mar 22 Sep - 11:35
Tout avait été bien trop vite, mais j’étais heureux de revenir et d’être enfin moi-même. J’ai appris dès mon retour l’exécution du mari de Joane et la naissance de son enfant. De mon enfant autrement dit, c’est encore très étrange pour moi de me l’avouer. Ce n’est pas le seul changement non plus, si je reviens de France, ce n’est plus en simple paysan. Je suis allé récupérer mes titres auprès de mon père, qui après la surprise et la colère me les as accordé. Contrairement à ce que je croyais il m’a pardonné de lui avoir menti et m’a aussi confier avoir été trop dur avec moi. Je savais que ma mère était morte et j’ai pu aller lui déposer des fleurs là où elle repose désormais en paix.

J’ai passé le dernier mois en France et le voyage de retour a été épuisant, je n’ai jamais aimé les voyages en bateau. J’ai eu le mal de mer alors être de retour sur la terre ferme est bien plus agréable pour moi. La journée porte ouverte de la Cross school me permettra de voir enfin mon enfant. Je ne sais même pas si c’est une fille ou un garçon. Il m’a fallu parler à m’a famille d’accueil aussi, et ils ont été à mon grand soulagement très compréhensibles. Ils souhaitent même que je reste encore un peu chez eux et je suis toujours prêt à les aider. Je ne les laisserais pas tomber. L’avantage est que l’on ne me prendra plus pour un malfrat et que désormais les regards se tournent sur mon passage. Ils doivent tous se demander d’où sortent ces vêtements tout neuf et si je les ai volés ou non.

Je ne suis jamais entré à la Cross School et tout ça m’impressionne encore. J’aperçois la duchesse de Lyon puis évidement Joanne qui est comme toujours resplendissante. Je salut Madame Delacroix et aperçois Anne de Clèves devant qui je m’incline, c’est une ancienne reine après tout et puis je me dirige vers Joanne le visage resplendissant de bonheur. Je reste sans voix devant ce petit être qu’elle tient dans ces bras.

« Je suis tellement heureux de vous revoir Joanne, ce fut un long mois à passer sans vous, mais me revoilà. »

Je n’ai pas parlé bien haut afin que les autres ne se doutent pas que l’on se voyait en cachette lorsqu’elle était encore marié. Je n’ai pas envie qu’on lui fasse des remarques désobligeante, mais je dois bien contenir face à l’émotion de la revoir et de voir enfin ma fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Jeu 24 Sep - 20:12
Journée porte ouverte
Seule l'éducation peut préparer la personnalité humaine à affronter les difficultés nouvelles, en développant une faculté d'adaptation souple et vive, associée à une conscience claire de la réalité sociale.
Pendant plusieurs minutes, la Duchesse de Lyon, les élèves de la Cross School, les professeurs de cette dernière et quelques membres du personnel de White Swan attendaient les premiers visiteurs. Mary laissa ses pensées vagabonder le temps que les premiers invités arrivent.
Son regard valsa sur Joane Barrow, couturière, professeur et amie, qui avait son bébé dans les bras. Et, oui! Un bébé! Quand Mary avait rencontré cette femme, elle était déjà enceinte et elles s'étaient vite liées d'amitié. Alors quand Joane lui demanda la faveur de mettre son enfant au monde dans la sécurité de la Cross School et devenir la marraine de cette nouvelle vie, Mary accepta avec plaisir.

Il y a un peu moins d'un mois, elle avait reçu une missive envoyée en urgence. C'était Joane qui lui annonçait qu'elle sentait les premières contractions et Mary s'était empressée d'envoyer son fiacre le plus confortable (et le plus discret) avec les chevaux les plus rapides de son écurie. Joane était arrivée une journée plus tard, enceinte jusqu'aux yeux et des difficultés à se déplacer. mary avait immédiatement ordonné qu'elle soit emmenée dans la chambre la plus confortable de l'école où elle attendrait de mettre au monde le futur filleul de la Duchesse. Quelques jours plus tard, les deux femmes reçurent de mauvaises nouvelles de Londres. Jaime Barrow allait être condamné au bûcher pour hérésie et trahison envers la couronne. Ce jour là, Mary avait découvert une Joane dont elle ne soupçonnait pas l'existence. Une femme fragile, désespérée et triste. En effet, quand mary eu fini de lire la lettre pour elle - Joane ayant encore quelques difficultés dans la lecture - la londonienne s'était levée subitement et lui avait demandé de la laisser retourner à Londres pour y voir les derniers instants de celui avec qui elle avait partagé dix huit ans de son existence. Malheureusement, cette faveur ne lui fut jamais accordée. Les médecins - soutenus par la Duchesse française - étaient convaincus que voir l'immolation de Jaime allait provoquer l'accouchement de son épouse. Et Mary ne voulait pas voir son amie accoucher, sans assistance, en plein milieu de la Tour de Londres. Joane lui en avait voulu, oui. Mais Mary avait pris aussi en compte le fait que des personnes de la foule pourrait reconnaître en Joane la femme de Jaime Barrow et l'insulter, voire lever la main sur elle. Mary lui aurait fourni des gardes du corps mais elle ne voulait pas prendre de risque.
Au final, seul Oliver Barrow, le fils aîné du couple resté à Londres, pu voir son propre père être avalé vivant par les flammes allumées sur les ordres de la Reine Mary d'Angleterre. Pour se faire pardonnée, même si elle savait que ce n'était pas une bonne idée de l'afficher, Mary laissa son amie porter le deuil de celui que la société avait jugé comme un hérétique.

Quelques jours plus tard, son amie mit au monde sa fille, Georgiana. L'accouchement se passa mal. Il dura plusieurs heures. Mary était restée les premières heures avec Joane mais, la fatigue la prenant, les médecins lui avaient sommés d'aller prendre du repos. Elle avait réussi à somnoler et elle était revenue à temps pour voir Joane donner la dernière poussée pour expulser l'enfant. Joane lui en avait broyé la main.

Heureusement pour elles, les journées qui suivirent furent plus paisibles, rythmées par les finitions des préparations de la porte ouverte. Mary donnait les ordres pour les activités à proposer, le buffet garni qui allait être servi orné des produits de la ferme qu'avaient fait les pensionnaires tandis que Joane, toujours fidèle à son poste même avec sa fille dans les bras, aida les élèves à finir leurs toilettes pour le jour J.

Et elles en étaient là.



Elle revint à elle pile au moment de l'arrivée d'Anne de Clèves, ancienne Reine d'Angleterre et seule épouse du Roi Henri VIII Tudor qui peut s’enorgueillir d'avoir survécu à son époux. Celle-ci était sublime dans sa robe. Mary fit un signe à Joane pour qu'elle reprenne sa fille des bras de Margaret, parfaite dans le rôle de grande sœur, pour ne pas que les potentiels prétendants de la jeune fille pense qu'elle avait eu un enfant hors mariage. Celle-ci comprit le message et Georgiana se retrouva tout aussi sec, dans les bras de sa mère.
Mary se retourna pour accueillir Anne et sa dame de compagnie. Les deux femme se saluèrent comme le protocole l'exigeait entre deux membres de familles royales.

« Anne de Clèves, ravie de vous rencontrer Lady De LaCroix. Je suis très honorée de faire parti de vos invités mademoiselle. Je suis absolument certaine que cette journée sera une réussite. »

Mary lui offrit un sourire: Je vous remercie. Elle fit un signe vers le groupe derrière elle où se trouvait Madeline, Margaret, Eden et Joan. Laissez moi vous présenter Joane Barrow, notre professeur de couture et la créatrice des uniformes des ces demoiselles ainsi que Madeline Eastwood et Eden Rosenbach. Ce sont mes demoiselles de compagnie ainsi que des élèves de mon établissement. Les deux jeunes filles saluèrent la divorcée du Roi Henri VIII. Mary passa sur Maggie: et voici Margaret Linddle. Ce sera elle qui se chargera de votre service pour cette journée, ainsi que de vous faire visiter l'école. Mary avait réfléchi à diverses manières de mener cette journée. Mais elle arrivait toujours au même problème: il y aurait trop d'invités. Trop pour qu'elle puisse se charger de les prendre tous en charge pour leur faire une visite guidée de l'école sans que ça tourne au capharnaüm! Elle était donc arrivée à la conclusion qu'il fallait partager le groupe en plusieurs sous-groupe tous pris en charge par une élève. Après tout, c'était leur pensionnat et si elles y tenaient tant, il fallait qu'elle prenne sur elles pour le faire vivre!
C'est ainsi que Maggie s'était retrouvée chargée du groupe comportant l'ancienne Reine d'Angleterre! Si Mary lui avait annoncé que les lapins volants existaient, ça aurait fait exactement pareil! La jeune femme avait immédiatement paniqué ne se sentant pas apte à diriger un groupe avec une tête couronnée dedans! Mary l'avait rassurée et, avec la complicité de Joane, elle avait entraîné celle ci à se montrer digne de chef de groupe. A l'entrainement, cela s'était bien passé...Voyons ce que cela donnera sur le terrain.




Du coin de l'oeil, elle vit s'approcher un homme. Henri Morangier. Comte de Morangier. Celui ci avait été reconnu comme mort jusqu'à réapparaître comme une fleur au court du mois précédent. Elle n'était pas aveugle et voyait bien que celui-ci entretenait une relation plus qu'amicale avec Joane mais Mary se garda bien de les juger. Si le Comte pouvait rendre le sourire à Joane, elle ne lui en sera que reconnaissante!

Monsieur le Comte! salua t'elle Comment s'est passé votre voyage? Quelles nouvelles rapportez vous de notre France?
©Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Mer 28 Oct - 18:53

Agnès

ft. autres
chapitre un
J'avais reçu une invitation de la part de Mary delaCroix, mon ancienne élève de musique, cette dernière m'invitait à aller à l'ouverture des portes de son école pour jeunes filles. C'est avec joie que j'ai accepté. Je suis en chemin avec une dame de compagnie pour le Suffolk, depuis quelques heures. En effet, en étant à Londres, je dois partir plus tôt pour aller à mon lieu de destination. En pensant à au comté, je pense à ma chère Katherine Grey. Je souris. Mais, j'aurais tellement aimé passer quelques temps avec cette douce Katherine dans son domaine natale, or, elle n'a pas. Je ne lui en veux pas. En tous cas, j'espère qu'un jour, je pourrais visiter le Suffolk avec elle. Je regarde la fenêtre et je vois un oiseau sur une branche en train de picorer un aliment. Je me retiens de rire en voyant cette scène. Je me tourne face à ma dame de compagnie.


La dame de compagnie – Pensez-vous qu'il aura du monde ?

Agnès – Je pense. Dis-je avec un regard amical.

Par la suite, nous arrivons enfin près du domaine de la duchesse de Lyon. J'observe l'architecture, j'admire ce magnifique monument. Je respire doucement, on est enfin près de Cross School , un laquais nous ouvre les portes du carrosse. Je lisse les pans de ma robe. Cette dernière est d'une couleur rouge avec du dorée. Je l'ai commencé à Madame Barrow. Je sais que cette dernière sera présente car elle est une amie proche de la duchesse de Lyon. De plus, c'est Joane qui a confectionné ma robe pour le mariage d'Elizabeth et Edward. Je respire doucement, Isabel, ma chère dame de compagnie me suit.

Nous sommes aux portes de l'école, je vois quelques invités déjà présents. Je cherche Mary du regard. Je la vois enfin, elle est avec d'autres personnes. Je m'approche d'eux, suivi par ma fidèle Isabel . Je fais une révérence devant Mary ainsi qu'Anne de Clève. Cette dernière, je l'avais vu à la foire, au début du mois d'avril.

Agnès – Mary, c'est un plaisir de vous revoir depuis la dernière fois. En effet, la dernière fois que j'avais vu Mary, c'était lors du banquet donné à l'honneur des Écossais ou ma représentation. Comment allez-vous ? Je regarde Anne de Clève, je suis ravie de vous voir ! Puis je me tourne avec Joane. Comment allez-vous Madame Barrow ? Vos couches se sont bien passées ? Et votre adorable enfant ? Dis-je en souriant, Puis, je me tourne vers le jeune homme. Bien le bonjour cher monsieur.

J’aperçois Eden, je lui fais un regard complice. Eden fait partie de mes protégées. Isabel fait une révérence à son tour. Je regarde le petit groupe. Je pense à ma petite fille Jane laissée en Écosse et à Alexander qui se trouve auprès de Lady Stanhope. Mais je chasse ses idées pour me concentrer sur les personnes qui sont présentes.


agnèsjournée porte ouverte
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Jeu 12 Nov - 1:04


Journée portes ouvertes

Anne se tient toujours debout à l'entrer de la demeure. La Duchesse de Lyon répond en souriant à ses mots et la duchesse de Clèves lui fait un petit signe de tête. Puis elle suivit du regard le coup d’œil que fait son hôte aux demoiselles qui se tiennent à ses côtés ainsi que la jeune mère. Anne la reconnaît maintenant. C'est la jeune femme qu'elle croisé à l’église lors de la messe. Avec joie, l'ancienne consort constate que la délivrance s'est bien passée. Au vu de l'âge de l'enfant, la mère ne risquait plus d'éventuelles complication post-couches. Mary présente les demoiselles ainsi que la mère. Ainsi elle s'appelle Joane Barrow. Ce non ne lui est pas étranger mais Anne de Clèves ne fait aucune remarque à ce sujet. Elle salue la jeune mère et la gratifie d'un sourire. « Je suis ravie de vous revoir. Je suis heureuse de voir que tout c'est bien passé concernant votre délivrance. C'est une magnifique petite fille que vous avez. Je ne doute pas qu'elle sera une enfant resplendissante avec une mère telle que vous. » ajouta l'ancienne femme d'Henri VIII.

Puis Mary présenta une jeune fille du nom de Margaret Linddle. Selon la maîtresse des lieux, ce serait elle qui lui ferait visiter le domaine Anne lui adressa un regard chaleureux pour l'encourager. La Duchesse de Clèves ne doute pas que l'exercice soit compliqué mais c'est là le devoir d'une femme. Dans toutes les demeures ce sont elle qui font visiter les domaines. DU coin de l'oeil, Anne voit Mary se diriger vers un jeune homme. Elle parle de lui et l'appelle «Comte». Anne le regarde intriguée. Mais ce qui étonne le plus la quadragénaire est le regard qu'il échange avec la dite Joane Barrow. Elle le connaît ce regard, elle l'a vu dans les yeux d'Henri lorsqu'il regardait Mary Tudor et Elizabeth, mais elle l'a aussi vu plus d'une fois dans les yeux de son père. Ce pourrait-il que ce jeune homme soit le père de cette doux petit ange ? Anne ne sait pas et cela serait mal venu d'aller le demander. De toute manière c'est une chose qui ne la regarde absolument pas. Puis c'est le tour de la douce Agnès Livingstone qu'elle a vu lors de la foire un peu plus tôt d'arriver au domaine de Mary De LaCroix. La blondinette la salua après avoir rendu les hommages à Mary. Anne lui fait un petit signe de tête avant d'ajouter quelques mots. « Le plaisir est partagé Lady Livingstone. Voudriez-vous vous joindre à mon groupe pour visiter les lieux ? » demanda-t-elle d'un voix enjouée.

FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Mar 9 Fév - 12:03
Journée porte ouverte
Seule l'éducation peut préparer la personnalité humaine à affronter les difficultés nouvelles, en développant une faculté d'adaptation souple et vive, associée à une conscience claire de la réalité sociale.
Petit à petit, les invités arrivaient.
Mary regardait cela d'un regard lointain et attentif, prête à toute éventualité. Avec tout ce qu'il se passait dans le royaume, Mary était de plus en plus prudente. On avait beau pouvoir entrer dans le domaine de White Swan que sur invitation personnelle de la Duchesse, la française estimait qu'on était jamais trop prudent. Du coin de l’œil, elle observait les gardes qui finissaient de vérifier l'identité de chaque convives. Il y avait là tout le gratin de la noblesse anglaise, écossaise, française et espagnole. Elle remarqua bien assez vite les regards concupiscents de certains invités sur ses filles. Celles-ci avaient enfilées leurs plus beaux atours pour plaire à de potentiels futurs époux ou faire bonnes impressions à de potentiels futurs employeurs. A l'heure actuelle, seules trois d'entre elles avaient un emploi fixe: Madeline et Eden en leur qualité de Demoiselles de Compagnies de la Duchesse de Lyon. Maggie, elle, était la protégée de Joane Barrow qui lui enseignait l'art de la draperie en espérant la voir prendre la succession de sa boutique.

Mary espérait, ceci dit, que certains lords ne se montreraient pas trop entreprenants envers les pensionnaires de l'institution. La plupart était encore chaste et comme elles étaient surprotégées, elles ne pourraient pas repérer certains signes. Après tout, les seuls hommes admis dans l'école sont les professeurs et les gardes...En sachant qu'ils ne font que passer pour vérifier que tout va bien. La duchesse souhaitait aussi que les invités avaient compris la règle principale: si une fille les intéresse (comme épouse ou comme employée) tout devait passer par elle. L'intéressée ne serait contactée que pour le final de la démarche où elle dirait son accord...Ou son désaccord.

Son regard au loin, son visage s'illumina quand elle reconnu Agnès Livingstone. Mary, c'est un plaisir de vous revoir depuis la dernière fois. Mary se permit une accolade avec la musicienne. Je suis heureuse que vous ayez pu venir ma chère Agnès! Comment allez-vous depuis la dernière fois? Elle laissa Agnès saluer les autres convives jusqu'à Henri Morangier où celle-ci butta sur le nom. Pas étonnant: ils ne s'étaient jamais rencontrés! Elle sourit et dit: Agnès, laissez-moi vous présenter Henri Morangier, Comte de Morangier. Elle se tourna vers Henri: Et vous, très cher, je vous présente Dame Agnès Livingstone.

Mary remarqua Anne de Clèves et Joane parler entre elles et s'approcha. « Je suis ravie de vous revoir. Je suis heureuse de voir que tout c'est bien passé concernant votre délivrance. C'est une magnifique petite fille que vous avez. Je ne doute pas qu'elle sera une enfant resplendissante avec une mère telle que vous. » Mary sourit en disant: En effet, cette enfant aura une merveilleuse vie et elle est un vrai petit ange! Je suis ravie de l'avoir comme filleule Dit elle pour mettre les bases et que tous sache que l'enfant que portait la couturière dans ses bras était la filleule de l'hôte des lieux et qu'elle était, par conséquent, une semi noble! Car, si il arrivait quelque chose à Joane, la garde de Georgiana lui reviendrait. De plus, Mary voulait à tout prix que l'enfant aie une excellente éducation la conduisant à une certaine indépendance et à un beau mariage.

Mary présenta Maggie à l'ancienne épouse d'Henry VIII comme étant sa guide. Quand elle tiqua que Anne invitait Agnès à se joindre à elle, elle sauta sur l'occasion, espérant détendre Maggie: Dans ce cas...Eden! Viens ici ma chère! Sa petite demoiselle de compagnie, blonde comme les blés, se présenta devant le groupe: Je comptais donner la direction de votre groupe à Eden, Agnès, mais si vous voulez rejoindre le groupe de Lady de Clèves, je vais laisser Eden se joindre à vous. Comme ça elle pourra aider Margaret dans sa tache. Cette dernière lui lança un regard reconnaissant ce à quoi Mary sourit.

Elle s'éloigna un peu pour se mettre au centre de tout ce beau petit monde et, tapant dans ses mains, déclara: Bien! Je pense que tout le monde est arrivé! Je vous propose de passer dans le salon où un buffet de gâteaux et de thé vous attend! Elle laissa tout le monde passer, laissant le soin de guider la foule à ses élèves qui connaissaient la Cross School bien mieux qu'elle (ou presque), et ferma la marche.




Ils arrivèrent dans le grand salon. Des divans, des sièges et des fauteuils étaient installés le long des murs et des fenêtres. Tandis que, au centre de la pièce, se trouvait une large table de bois recouvert de plateau où siégeaient gâteaux, tasses et théières. Les élèves se mirent en position pour servir les invités tandis que Mary leur fit signe qu'ils pouvaient aller se servir.
©Pando


Dernière édition par Mary A. De LaCroix le Jeu 2 Fév - 9:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Mer 10 Fév - 21:50
La journée porte ouverte me permettait de voir enfin Joane et de voir notre enfant. Evidement, ils ne savaient pas encore que j’étais le père et peut-être qu’ils ne devaient pas savoir pour le moment. Madame De Lacroix était à côté de Joane et m’avait salué, beaucoup de monde entourait ma dulcinée et je m’étonnais de ne pas tous les connaître. J’aurais tant aimé que nos n’ayons plus de petits secret et que notre amour éclate au grand jour, mais pour le moment c’était mieux ainsi. Je répondis à la duchesse de Lyon :

«Bonjour Madame, je dirais que l’air est à peu de choses près le même qu’ici. Les temps sont incertains un peu partout. »


Je ne tenais pas vraiment à en dire, les temps ne sont plus très surs en Angleterre comme en France la religion est une chose complexe, autant ne pas tergiverser dessus, surtout pour un jour comme aujourd’hui. Une autre demoiselle était arrivée, une demoiselle à la longue chevelure blonde, elle prit des nouvelles de Joane et me salua.

«Bonjour, Madame,»


J’allais lui demandé son nom histoire de m’intéresser et m’intégrer autour de tout ces gens que je ne connaissais pas et qui ne m’auraient sans doute pas tellement adressé la parole si je n’avais pas récupéré mon titre, je me doutais que je n’aurais sans doute pas pu venir aujourd’hui si j’étais resté parmi le peuple, ça avait quelques avantages tout de même d’être noble. Tout ceci était très étiques et je ne me sentais pas très à l’aise. J’avais l’impression de ne plus être moi, sans doute parce que j’ai joué un jeu trop longtemps en me faisant passer pour quelqu’un d’autre et que ce n’est plus aussi facile d’être soi-même après tant d’année à le refouler. J’eus rapidement ma réponse et ce fut Madame de Lacroix qui me présenta. Je m’inclinais en apprenant le nom d’Agnès.

«Enchanté Madame, c’est en effet la première fois que nous nous rencontrons. »

Je ne me sentais vraiment pas à l’aise, la duchesse de Lyon elle avait l’air bien plus à l’aise dans ses souliers que moi. Après tout je débutais dans un milieu que j’avais renié depuis longtemps. Reprendre mes marques n’était pas facile. La duchesse de Lyon interpella Mme De Clèves, j’avais déjà entendu ce nom avant et je savais qu’elle était l’ancienne reine consort. Je me sentis vraiment très mal à l’aise, sans trop savoir pourquoi, mais j’avais l’impression de ne pas être à ma place, même Joane avait l’air plus à l’aise que moi. J’ai lancé un regard à la duchesse de Lyon et à Joane lorsqu’elle annonça que ma fille était sa filleule. Evidement personne ne savait que j’étais le père et quelque part j’étais un peu en colère. J’avais besoin d’air et lorsque Mary proposa qu’on aille dans le salon je leur dit :

« Je vous rejoins dans quelques minutes mesdames. »

Je lançais un regard discret à Joane, espérant qu’elle ne me trouve pas trop bizarre. Tout me semblait si étrange. En quelques semaines j’étais passé de paysan à comte et le changement était vraiment très fort et angoissant à la fois.


Dernière édition par Henri Morangier le Mer 17 Fév - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Mar 16 Fév - 22:00

Agnès

ft. autres
chapitre deux
J'ai accepté de me rendre à l'école de Mary, je souhaite en effet l'aider dans son entreprise. Je ne sais comment je pourrais l'aider mais je permettrais d'utiliser mon réseau de relation pour pouvoir faire de cette école un lieu important. Je souris face à ma rencontre aux divers personnages. Je rends mes hommages à Mary Delacroix, mon hôtesse.

Mary - Je suis heureuse que vous ayez pu venir ma chère Agnès! Comment allez-vous depuis la dernière fois? 

Agnès – Je suis également heureuse de vous retrouver Mary, cela me fait plaisir de vous revoir. Je me porte bien et vous même ? Je souris. La dernière fois que j'avais vu Mary, c'était lors de ma représentation musicale, il y a peu.


Je salue les autres convives mais je ne sais pas qui est le jeune homme. Un noble ? Sans doute. Je bute face à lui, Mary m'aide à réparer ce léger tord. Elle me présente à ce sieur. Ce dernier est un comte. Je souris. Il me salue, je lui adresse une autre risette, timide. Puis, je reste ici sans sachant quoi faire. Peu de temps après, Anne de Clèves m'invite à rejoindre son groupe. Je ne savais pas quoi répondre. Mary propose à Eden, je souris.

Agnès – Je serais ravie de suivre Lady de Clèves et d'être accompagnée par Eden. Je souris à cette dernière.


Par la suite, Mary nous propose d'aller dans le salon. Je suivi le groupe. Je regarde Anne de Clèves avec un sourire ainsi que Mrs Barrow. J'attends avant de me servir à manger. Je souris à Anne de Clèves. Je me rapproche d'elle. Je n'avais pas de sujets de conversations mais je continue à sourire. J'observe les autres personnes.

Agnès – Pensez-vous Madame qu'il aura une nouvelle foire ? Dis-je d'une douce voix.


Début avril, j'avais assisté avec mon époux à une foire en Angleterre. Or, celle-ci s'est mal terminée à cause de la pluie. J'espérai qu'une foire soit présente avant que je quitte l'Angleterre pour rejoindre l'Écosse. Avais-je hâte de rentrer à la maison ? Je dois avouer que je souhaite surtout serrer dans mes bras mon enfant. Oui … Ma princesse me manque.

Agnès – J'espère que je pourrais vous voir avant que je reparte en Écosse dis-je timidement à l'intention d'Anne de Clèves. Mais également avec Lady Carey, avez-vous eu de ces nouvelles Madame ? Demande-je avec une voix douce.


agnèsjournée porte ouverte
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Sam 12 Mar - 18:35
Journée porte ouverte
Seule l'éducation peut préparer la personnalité humaine à affronter les difficultés nouvelles, en développant une faculté d'adaptation souple et vive, associée à une conscience claire de la réalité sociale.
Mary était ravie de l'entrain qu'avait provoqué sa journée porte ouverte! Elle espérait pouvoir récolter quelques dons et que quelques filles trouvent une place en tant qu'épouse ou en tant que suivante dans une grande famille. Voyant ses invités, elle n'avait pas trop de soucis à se faire!

«Bonjour Madame, je dirais que l’air est à peu de choses près le même qu’ici. Les temps sont incertains un peu partout. »


Mary sourit à la tentative d'humour du jeune Comte de Monrangier. Mais, en regardant mieux dans ses yeux, elle remarqua quelque chose qu'elle avait aussi vécu: la peur. Une crainte sourde. Elle avait ouïe dire de l'histoire de ce jeune homme...Sans vraiment le vouloir d'ailleurs. Des bruits de couloir quand elle était à Whitehall Palace comme visite de courtoisie et inviter quelques nobles pour ce jour. dans les grandes lignes, elle avait compris que le jeune Henri aurait du être marié à une jeune femme anglaise...Union qu'il a toujours rejeté. Comment aimer une personne dont on avait jamais vu le visage? Arrivé ici, il avait profité d'une occasion pour se faire passé pour mort. Un tour de maître. Aujourd'hui, il avait décidé de prendre ses responsabilités de noble et d'annoncer au monde qu'il était vivant...Et de s'excuser auprès de sa famille. Il revenait d'un voyage d'un mois pour tout ce qui était administratif pour reprendre le domaine des siens.

Mary repérait aussi une espèce d'attraction entre Joane et lui. Si ils étaient amants, elle espérait que le Comte rendait la couturière heureuse et qu'il ne la prenait pas pour s'amuser. Bien que cela ne semble pas être le jour de Henri, elle restait prudente car Joane n'avait vraiment pas besoin de ça dans cette période fragile de sa vie!

Mary présenta tout ce beau monde avant de déclarer qu'ils allaient passer à l'intérieur pour se restaurer et, ensuite, visiter les lieux. Mary entendu Henri leur dire qu'il allait les rejoindre, ce à quoi elle acquiesça. Elle devait s'occuper des invités.

Plusieurs minutes passèrent durant lesquelles Mary donna quelques ordres aux pensionnaires et aux élèves pour être sure que les convives ne manquaient de rien. Relevant la tête d'une de ses occupations, Mary se rendu compte que Henri Morangier manquait toujours à l'appel. Elle fit signe à Madeline de s'approcher et lui demanda de s'occuper de régenter tout ce petit monde le temps qu'elle revienne. Madeline étant une ancienne héritière, et habituée à donner des ordres et commander, Mary savait qu'elle était la personne la plus apte à faire ça. Mary fit un signe à Agnès et Joane pour leur signaler qu'elle allait bientôt revenir. Elle sortit calmement du salon avant de presser le pas jusqu'à l'entrée.

Elle avait vu juste! Henri était encore là. Apparemment, discrète comme elle était, elle ne s'était pas faite remarquée. Elle s'approcha et s'appuya contre un mur, les bras croisés, puis, sans annoncer sa présence, elle dit:

Je sais ce que c'est! Elle poursuivit, ne prenant pas en compte qu'elle avait pu "effrayé" son invité à se manifester comme ça Je suppose que vous connaissez mon histoire. Bâtarde de François Ier. Vie en tant que paysanne et puis découverte d'un héritage que plus d'un m'envie! Elle soupira: Vu comme ça, cela ressemble au contenu d'un livre qu'on lirait à un enfant pour lui faire croire que la chance tourne toujours et qu'il y a une fin heureuse au final! Mais, je sais que ce n'est pas le cas. Elle observa Henri: Je le vois dans vos yeux. Vous avez peur. Peur de ne pas être à la hauteur des tâches qui sont les vôtres désormais...Peur de ne pas être à la hauteur de la belle Joane Barrow, aussi? Elle s'arrêta pour enchaîner: Je vous comprends. Dans un sens, vous êtes mieux lotis que moi! J'ai du tout apprendre sur le tard alors que vous... Vous avez toute vos chances de réussir. Si une gamine de 22 ans à pu devenir Duchesse alors vous pourrez devenir un Comte digne de ce nom...Et rendre Joane heureuse!

Elle eu une risette: Me regardez pas comme ça, Comte! Je suis désolée de vous dire ça mais il y eu quelques échanges de regard et ce n'était pas du tout discret! rigola t'elle. Elle s'approcha et pris sa main: Si vous avez besoin d'aide je suis là. Elle présenta son bras au jeune Comte pour l'inviter à l'intérieur: Je peux être indiscrète en vous demandant si vous comptez demander Joane en mariage? chuchota t'elle pour être sure que personne ne les entende.

Plus tard, tout ce beau monde était réuni dans le salon. Mary avait demandé aux gardes d'escorter les retardataires jusqu'ici, ne pouvant pas rester en permanence devant l'entrée.

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Sam 9 Avr - 18:23
C’est loin d’être évident de redevenir noble. Je sais que certains auraient adoré être à ma place, qu’ils en auraient profités, mais je dois avouer que ce n’est pas mon cas. Je préférais largement quand on ne me connaissait pas, même si cela m’a attiré des ennuis. Je m’en veux aussi d’avoir menti. Je sais ce qu’on peut raconter à mon sujet, maintenant que la vérité à été levée et sans doute que je ne supporte pas très bien ces chuchotages à mon sujet. Je ne regrette pas d’avoir repris mon titre, non, au moins je pourrais bientôt épouser Joanne et la rendre heureuse, plus en tout cas que si j’avais été simple paysan, du moins j’espère que tout ça la rend heureuse. Elle aura la vie dont toutes les femmes rêvent et c’est tout ce qui compte.

Je me suis retiré le temps que ces dames entre dans le salon et discutent. Je ne me sens pas vraiment à l’aise parmi eux. Comme si je n’étais pas vraiment à ma place. J’ai pris l’air ne pensant pas être rejoins. J’attendais simplement de faire le vide dans ma tête. J’ai levé les yeux vers Mary. Je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un puisse aussi bien me cerner, enfin à part Joane. J’avais presque oublié que je n’étais pas seul à avoir un destin changeant mais à la différent que c’était de mon ressort. C’est moi qui ai tout annulé, parce que j’avais peur oui, peur de me marier, peur de devenir le même homme que mon père. Je ne voulais pas de ça et puis tout à changé quand j’ai rencontré Joane.

« Eh bien, je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse lire autant de choses en moi. Mais oui vous avez raison. Les responsabilités n’ont jamais été mon fort. J’espère aussi ne pas la décevoir. »

Je souris lorsqu’elle me dit que nos échanges n’étaient pas très discret, cela m’irrite un peu, je ne voudrais pas que les autres puissent cancaner surtout que Joane à perdu son mari il y a peu de temps. Je ne tiens pas à ce qu’on dise du mal d’elle. J’ai souris quand elle m’a demandé si je comptais la demander en mariage. C’était en effet dans mes projets après tout elle méritait d’avoir le meilleur.

« Ne le dites à personne, s’il vous plait Mary, je tiens à faire tout cela dans les règles et à ne pas précipiter les choses. »

Je reste gentleman, mais quelque chose me dit que je peux faire confiance à Mary, qu’elle gardera mon petit secret.

« Comment avez-vous réussis à vous habituer à tout ça ? »

Tout ça, autrement dit, comment s’est elle adapté à sa nouvelle vie ? Je ne suis pas sur d’avoir les clés pour tout connaître. Il me faudra sans doute du temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
La presque Reine ♕
♕ Métier : Comtesse de Lennox ♕ Age : 43 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Mks ♕ Mon nombre de messages est : 328 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 30 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/05/2015 ♕ Mon pseudo web est : Elynore ♕ Mes autres visages : Elena d'Altafuente & Rosalie Woodley

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Sam 23 Avr - 17:02


Journée portes ouvertes
Mary avait fait de petits groupes. Anne de Clèves se retrouvait avec plusieurs jeunes femmes dont Lady Agnès Livington. Elle avait connu la blonde lors d'une grande foire à Londres il y a quelques temps de cela. Anne avait ensuite suivi le groupe et Mary et était entrée dans la Cross School avec ravissement. Anne de Clèves regardait l'intérieure de l'école. La jeune duchesse de Lyon faisait du très bon travail et les demoiselles qui les accompagnaient également. Elles étaient toutes ravissantes. Si Anne avait été plus jeune, elle en aurait sûrement prise une pour qu'elle entre à son service. Mais le temps n'était plus en sa faveur. Anne savait qu'avec le temps, elle devrait un jour songer à ce qu'adviendrait ses gens lorsqu'elle aurait rejoint les siens auprès de son seigneur. Elle n'aimait pas avoir ces sombres pensées. Malgré tout, elle devait bien commencer à y réfléchir. Elle sentait parfois la fatigue la gagner.

Anne fut tirée de ses mornes pensées par les questions de Lady Livinsgtone. Cette dernière s'interrogeait sur une éventuelle prochaine foire à Londres. Elle espérait également revoir Anne de Clèves ainsi que Lady Knollys avant son départ pour l’Écosse. Anne sourit à la jeune femme. À dire vrai, elle n'en savait rien. Elle regarda la jeune femme et finit par lui répondre avec douceur. « Pour ce qui est d'une prochaine foire à Londres je dirai qu'il y en aura une, oui. Mais quant à dire quand elle se déroulera, cela je ne peux vous le dire. Je ne sais pas quand la foire sera de retour. » Anne de Clèves soupira. Elle aussi aimerai revoir la foire à Londres. Les festivités avaient égayé sa journée et le temps d'un jour, Londres avait vécu à un autre rythme que celui des exécutions. Puis Lady Anne reprit. « Pour Lady Catherine Carey, je peux vous dire qu'elle se porte bien. Nous correspondons régulièrement. Je lui donnerai de vos nouvelles dans ma prochaine lettre si vous le désirez Lady Agnès. Je suis certaine qu'elle sera ravie d'avoir de vos nouvelles. »

Anne de Clèves fit quelques pas et alla se servir au buffet. Puis elle reprit avoir dégusté une bouchée. « Vous nous quittez quand Lady Agnès ? Je suppose que vous devez être pressée de retourner dans votre pays ? » demanda la duchesse. Entre temps, elle avait remarqué que Mary s'était éclipsée pour rejoindre le jeune homme qui s'était approcher de Joane, la jeune mère qu'elle avait rencontré à la messe. Anne sourit. Cela cachait quelque chose, elle en était presque certaine. Mais la jeune mère semblait vouloir rester discrète. Anne ne chercha alors pas plus loin.
FICHE ET CODES PAR ILMARË



Le sang des Tudor

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch/
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  Lun 8 Aoû - 16:27
Journée porte ouverte
Seule l'éducation peut préparer la personnalité humaine à affronter les difficultés nouvelles, en développant une faculté d'adaptation souple et vive, associée à une conscience claire de la réalité sociale.
Henri Morangier avait une détresse dans le regard.
Bien sur, ce n'était pas évident de devenir noble du jour au lendemain...Elle en savait quelque chose. Le jour où elle avait apprit son lien de parenté avec le roi de France restait graver dans sa mémoire.
Elle l'avait les draps dans une grande cuve remplie d'eau. L'odeur de savon et le contact de l'eau, elle les sentait encore sur sa peau... Un valet de son, elle ignorait encore, demi frère était venue à elle pour lui dire qu'on l'attendait et qu'elle devait le suivre sans tarder. On l'attendait? Mais qui, où et pourquoi? Elle l'ignorait et elle n'eu pas le temps de demander pourquoi que le dit valet l'a prit par le bras pour la traîner hors de la lavanderie. Elle se laissa traîner jusqu'aux appartements privés du roi. Le seul endroit dans lequel elle n'a jamais eu le droit de mettre les pieds dans le palais royal.
Elle avait d'abord pensé qu'on avait besoin d'elle pour le ménage mais qu'elle ne fut pas sa surprise en voyant le Roi et ses principaux conseillers et ministres quand eu passé le pas de la porte!
Mais ce qui l'a surprit le plus fut le comportement du Roi lui-même. Quand il vit l'étreinte de la main du valet sur son bras, il s'avança pour retirer violemment la poigne de son serviteur en le menaçant que la prochaine fois qu'il la toucherait, il quitterait le palais sans ses deux mains. Le pauvre valet avait blêmi et il était à deux doigts de tourner de l'oeil. Mais on ne s'évanouit pas devant le roi...

Mary, de plus en plus perturbé, avait observé la scène comme si elle ne se trouvait pas dans son corps. Comme si elle assistait à une pièce de théâtre... Elle se posait de plus en plus de questions. Pourquoi le roi l'avait-il convoquée? Pourquoi avait-il pris sa défense avec autant d'entrain? Elle ne le savait pas et ça l'énervait de plus en plus. Elle avait sursauté quand le roi lui tendit la main, Mary l'avait d'abord regardée en chien de faïence, les yeux écarquillés, avant de prendre la main que sa Majesté lui tendait. Il lui avait sourit tendrement et la traina jusqu'au centre la pièce sous les yeux curieux de la plupart des personnes présentes dans la pièce.

Puis, sans prévenir, le Roi Henri II de France la présenta, elle, Mary LaCroix simple servante à-tout-faire du palais royal et paysanne, comme étant son altesse royale, Mary de LaCroix Duchesse de Lyon. Ce qu'elle se souvient de la suite? Presque rien! Elle s'était réveillée dans un lit immense d'un appartement tout aussi somptueux, toujours vêtue de son costume de bonne et de son tablier mais le visage débarbouillé de la crasse. Elle n'était pas seule dans cette pièce...Il y avait la jeune Rosemonde, une charmante blonde. Celle-ci lui dit qu'après l'annonce du roi, elle était tombée dans les pommes et que, paniqué, le roi avait ordonné qu'on l’emmène à ses nouveaux appartements.
Et oui, c'est comme ça que Mary LaCroix a commencé sa vie de membre de la famille royale: en tombant dans les pommes! Aujourd'hui, elle en rigolait mais, au départ, elle n'avait jamais eu aussi peur de toute sa vie.

Aussi surprenant que puisse paraître, elle avait demandé au roi de revenir sur sa décision de faire d'elle la Duchesse de Lyon. Un servante devenant noble du jour au lendemain, quelle idée! Mais rien n'y fait. Une semaine après l'annonce en huit-clos, elle et son royal demi-frère signèrent, devant la haute société, les papiers faisant d'elle une ressortissante de la famille royale française et elle était devenue Duchesse...

Il lui avait fallu du temps pour se faire à sa nouvelle vie. Elle apprit, néanmoins, que grâce à la reconnaissance dont elle avait bénéficié, que sa mère bien-aimée avait été placé dans un charmant petit manoir avec tout les égards d'une favorite royale. Ce fut, pour elle, une consolation car Eleonore LaCroix était éloignée du besoin.
Malheureusement, ce qu'elle prévoyait se réalisa: certains nobles avaient du mal à voir en elle une noble et, encore moins, la sœur de leur Roi. Elle fut accuser de sorcellerie. Accusation que son frère se précipita d'étouffer dans l’œuf. Puis des tentatives de meurtre s'étaient ajoutées à la liste et c'est ainsi qu'elle connait le "bonheur" de vivre dans un couvent. Puis elle fut envoyée, pour sa protection, en Angleterre... Et, bizarrement, là-bas, elle trouva l'épanouissement qu'elle recherchait en devenant duchesse. La Cross School est une des meilleures preuves d'ailleurs.

C'est pour ça qu'elle comprenait Henri Mnrangier.

« Eh bien, je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse lire autant de choses en moi. Mais oui vous avez raison. Les responsabilités n’ont jamais été mon fort. J’espère aussi ne pas la décevoir. »


Elle sourit: Je peux vous dire quelque chose sans crainte que vous ne le répétiez? Quand sa Majesté mon demi-frère a annoncé que j'étais sa soeur, je suis tombée dans les pommes! Dans les appartements royaux et devant ses principaux conseillers, qui plus est! rigola t'elle. Ne vous inquiétez pas. Vous vous en tireriez très bien et, je connais Joane, si elle est tombée amoureuse de vous, je n'en doute pas: vous êtes quelqu'un de bien!

« Ne le dites à personne, s’il vous plait Mary, je tiens à faire tout cela dans les règles et à ne pas précipiter les choses. »

Promis juré dit-elle de son accent campagnard qu'elle n'avait plus utilisé depuis longtemps. Ne vous en faites pas, je ne suis pas du genre à compléter des ragots!

Quelques minutes plus tard, bras dessus-bras dessous, le Comte de Morangier et la Duchesse de Lyon prirent le chemin de l'entrée de la Cross School. « Comment avez-vous réussis à vous habituer à tout ça ? » Je vous aiderais, ne vous inquiétez pas. Ce sont les débuts qui sont difficiles....D'ailleurs, dit-elle en s'arrêtant sur le pas de la porte du pensionnat Je suppose que, à part vos appartements à Whitehall Palace, vous n'avez pas de demeure? Alors que dites-vous que de venir vous installez ici, à White Swan avec votre future épouse? Joane adore la Cross School et vous, vous semblez avoir besoin de commencer votre nouvelle vie en douceur. Il me semble que c'est la solution idéale. Elle prit une pause: ne vous inquiétez pas. Cela ne me gêne absolument pas! Ce n'est pas la place qui manque au château!


Puis, enfin, les deux français rejoignaient le reste des invités. Mary se sépara d'Henri et alla se mettre à côté de la table où divers mets étaient servis.
Bien! J'espère que vous vous êtes tous régalés! Que diriez-vous de commencer la visite? Le groupe de Madame de Clèves se rendra à la bibliothèque tandis que l'autre groupe ira voir notre petite fermette! Ensuite, nous vous montrerons la classe de couture.
Le groupe fut près à partir mais Agnès Livingstone lui annonça qu'elle avait une urgence et prit poliment congé. Mais qu'importe, cela ne devait pas changer la sérénité de cette journée. C'est ainsi que le premier groupe se rendit à la bibliothèque tandis que le deuxième, qu'ils rejoindraient bientôt, alla à la fermette où les pensionnaires faisaient pousser leurs propres fruits et légumes tout en élevant divers animaux.

C'est ainsi que le premier groupe passa les portes de la bibliothèque... Où les accueillirent une chute de livres.

©️Pando


HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Journée porte ouverte  
Revenir en haut Aller en bas
Journée porte ouverte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Journée porte ouverte
» Journée porte ouverte
» La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]
» LMS MotorSport - Porte ouverte
» Invitation et affiche - Journée portes ouvertes du 18/12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: