AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ♛ « Princesse et bâtarde d'Angleterre. »
♕ Métier : Princesse d'Angleterre ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Celle que me dictera ma souveraine. ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 3524 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 11/09/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya Cavendish - Constance Bennet - Edward Seymour

MessageSujet: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 28 Avr - 11:01

The princess of the Tower


18 mars 1554. Quelle ironie du sort, presque dix-huit ans jour pour jour après l’exécution de sa mère Anne Boleyn, Elizabeth Tudor était conduit à la Tour de Londres. Même si elle ne le montrait pas, la jeune femme était brisée, la peur au ventre, elle s’imaginait déjà, se rendre en prison, pour un aller simple. Il n’y avait pas d’issu à ce cauchemar…

Tout commença avec la révolte de Wyatt, après celle-ci, Elizabeth avait été contrainte de quitter son cher Hatfield pour revenir à Londres, à la cour. A partir de ce moment-là ce fut l’attente. Une peur angoissante, la rousse ne savait pas ce qui allait lui arriver, jusqu’au matin du 16 mars, où l’un des conseillers de la reine lui informa qu’elle allait être emprisonné à la Tour dès le lendemain. Ses crimes ? Elle avait soit disant conspiré contre la reine, approuvé Wyatt, pour ensuite prendre le trône. Elle s’était exprimée, disant que tout cela était faux, mais personne ne l’écoutait. Sa chère Kat n’était pas là, ni Anne, ni personne. Entourée de ses ennemis, Elizabeth était brisée, elle le savait, elle trouverait la mort sous peu, comme sa cousine Jane Grey. Son transfert devait avoir lieu le matin du 17, tôt, pour éviter la foule, qui aimait tant sa princesse. Toute la nuit durant, Elizabeth avait prié, cherchant du soutien, auprès de son Dieu, abandonnant ses bonnes résolutions catholiques. Si elle devait mourir, elle disparaitrait en tant que protestante.

Le matin du 17 mars, deux conseillers de Mary vinrent la chercher, Winchester et Sussex, tous deux devaient la conduire jusqu’à la Tamise, pour la conduire jusqu’à la Tour. Prise de panique, Elizabeth protesta et supplia les deux hommes qu’elle voulait écrire à la reine sa sœur, pour la supplier de l’épargner. Les deux conseillers acceptèrent et la jeune princesse écrivit longuement, choisissant ses mots pour toucher le cœur de sa sœur ainée. Cette lettre lui prit beaucoup de temps, si bien que la marée empêchée désormais tout départ par la Tamise. L’emprisonnement était repoussé au matin du 18 mars 1554. La lettre qu’elle avait mis tant de soin à écrire, ne fut même pas lut par sa sœur. Toute la journée, Elizabeth attendit des nouvelles et quand le soleil vint à se coucher, elle comprit, qu’elle devait se résoudre à finir à la Tour, comme sa mère, comme sa belle-mère Katherine Howard, comme Jane Grey. Trois reines, trois femmes mortes dans leur prime jeunesse. Le reste de la nuit fut tout aussi angoissant que la veille. Elle ne comprenait pas comment elle avait fait pour en venir là, elle qui n’avait jamais menacé la vie de la reine. Elle avait toujours tout fait pour lui plaire, mais le passé était beaucoup trop fort pour la reine, qui ne voulait ni la voir, ni l’entendre.

Le lendemain matin, Elizabeth fut levée tôt. Une servante l’habilla d’une modeste robe et on lui fit mettre une cape, avec un capuchon, pour ne pas éveiller la population, qui serait à cette heure sur la Tamise. Dans le calme le plus complet, la princesse quitta Whitehall et monta sur une modeste embarcation en compagnie de quelques gardes, d’une servante qui lui avait été assignée et de Winchester et Sussex. Ils devaient tous veiller à ce que le transfert se fasse sans encombre. Quand elle monta à bord, la jeune femme lança un dernier regard vers le palais, se disant que c’était la fin de sa liberté. La rousse embrassait directement son destin, qui était celui d’une prisonnière. Elle n’avait plus le choix maintenant et elle allait devoir se battre dans la Tour de ses cauchemars.
Winchester et Sussex avaient voulu tout faire dans la discrétion, cependant le peuple comprit bien vite qu’on emmenait sa princesse à la Tour. La rumeur se propagea dans toute la ville et nombreux furent les personnes qui se dirigeaient vers la prison royale. Tous voulaient voir leur princesse, tous voulaient la soutenir. Elizabeth ne serait pas seule dans cette aventure, elle serait soutenue, comme elle ne l’avait jamais été au cours de sa vie.

Explications ♣
Ce mini event arrive avait beaucoup de retard, mais comme celui de Jane Grey est en train de se terminer, il était grand temps de le lancer. Comme vous l'avez compris, ici sera joué, l'emprisonnement de la princesse Elizabeth Tudor. Cet évènement est important pour l'Histoire de l'Angleterre, nous nous devions donc de le faire. Nous sommes donc au matin du 18 mars 1554, Elizabeth est toujours sur la Tamise, prête à arriver à la Tour de Londres. Même si la reine a voulu être discrète, les murs ont des oreilles et beaucoup de londonien ont été mis au courant de cet emprisonnement. Ils attendent donc Elizabeth sur son chemin, pour la soutenir (en vrai, beaucoup l'ont fait, surtout sur le chemin de la Tamise). Tout le monde peut jouer à cet évènement, des gardes pour escorter la princesse, le peuple, les nobles, les étrangers qui sont là par curiosité ou pour la soutenir, mais aussi les prisonniers, qui sont déjà là, je pense notamment à toi Robert. Voilà, si vous avez des questions mpottez moi, je suis à votre disposition. Pour répondre à cet évènement, vous avez jusqu'au 12 mai et si besoin nous rajouterons un délai. Bon jeu.






princesse Elizabeth
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:FRIMELDA./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 812 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 28 Avr - 14:53
The princess of the Tower

Ce jour allait rester gravé dans son esprit pour l'éternité. Le jour où on lui annonçait qu'Elizabeth Tudor, une des seules amies qu'elle avait réussi à se faire à Whitehall Palace allait être enfermée à la Tour de Londres. Elle écrivait une lettre pour sa famille en France quand un messager arriva à White Swan. Aussitôt, elle avait rangé son matériel de correspondance pour se diriger vers le hall d'entrée de son château. Le messager, couvert des armoiries des Tudor sur son manteau, lui donna la lettre qu'elle s'empressa de décacheter tout en congédiant l'homme et se dirigeant vers son bureau de travail.

Une fois dans la pièce, elle déplia le parchemin et le lu en vitesse. Soudain, elle regretta d'avoir lu aussi vite et tomba, à genoux, par terre complètement choquée faisant tomber son encrier, qu'elle avait heurté dans sa chute, du même coup.
Beth…ayant entendu un bruit de casse, deux servantes entrèrent dans la pièce pour trouver leur maîtresse par terre serrant furieusement un morceau de papier. Les deux femmes se précipitèrent pour s'enquérir de l'état de la Duchesse quand celle ci se releva d'un bon et leur ordonna, d'une voix de ceux qui ne toléraient aucune objection, de préparer une de ses robes les plus simples et de demander aux palefreniers de préparer la calèche pour qu'elle puisse aller à Londres.

Aussitôt prête dans sa robe noire sans aucuns joyaux,seule une coiffe de tissu et de perles ornait sa tête, Mary se rendu dans la cour de son château pour prendre la calèche tout juste prête. Elle fut accompagnée par Aleksandrina, sa dame de compagnie (et, officieusement, garde du corps) et par une autre jeune fille tout juste engagée à son service. A peine pubère, ses parents l'avaient envoyée à elle pour "apprendre à être une jeune femme" mais Mary n'était pas dupe. Elle savait que celle ci avait été envoyé car sa famille devait être désargentée et, n'arrivant pas à trouver d'époux pour la fillette, ils l'avaient envoyés être dame de compagnie d'une noble. Mary l'avait aussitôt prise en affection.

Le trajet se déroula dans le calme et Londres fut en vue. Mary, ses deux accompagnatrices sur les talons, se dirigea vers la Tour de Londres où une foule était agglutinée après s'être passée une cape à capuche. La duchesse de Lyon joua des coudes pour être première dans les rangs. Elle aurait pu facilement se faire une place en annonçant qui elle était mais, sachant que son frère n'aurait pas approuvé sa venue pour assister à l'emprisonnement de la fille d'Anne Boleyn, elle préféra rester discrète. Elle arriva au moment où la demie soeur de la Reine arriva à quelques pas de sa hauteur. Leurs regards se croisèrent. Mary perçu toute la détresse dans le regard de la jeune fille…Elle allait peut être bientôt connaitre le sort de feu sa mère. Mary aurait voulu faire quelque chose mais quoi? Elle était impuissante. Elle ferma les yeux, réprimant une larme qui menaçait de dévaler sa joue. Aleksandrina lui prit la main pour apporter un peu de réconfort et elle rouvrit les yeux pour voir la rouquine passer devant elle.
lumos maxima


Dernière édition par Mary A. Lelièvre le Sam 31 Mai - 9:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 28 Avr - 16:45
THE PRINCESS OF THE TOWER



L’eau était calme et l’embarcation avançait doucement. Arthur regardait la princesse, sans dire un mot.

Ce matin là, très tôt, il était allé, accompagné de deux ou trois de ses collègues, escorter la fille d’Anne Boleyn jusqu’à ce bateau, dans lequel il était monté avec elle. Maintenant, il l’amenait à sa prison. Et ensuite, il devrait l’y surveiller. C’était une mission d’une très haute importance. A la hauteur de l’importance de la trahison qui était reprochée à l’accusée, ou plutôt maintenant, la coupable. Il devait considérer cette mission comme un honneur…Pourtant, même s’il était conscient que l’envoyer comme garde de la princesse Elizabeth à la Tour de Londres était une preuve de la confiance qu’on lui accordait déjà alors qu’il était depuis si peu de temps dans la garde royale, Arthur n’était pas particulièrement enthousiasmé par la perspective de travailler à la Tour. Cela ne le décevait pas non plus car il faisait son devoir, toujours son devoir, et surveiller une prisonnière coupable de haute trahison était un devoir très important, mais…A Whitehall, il avait pris ses marques, il avait rencontré bons nombres de gens avec qui il appréciait discuter et puis…A Whitehall vivait la reine, et c’était pour défendre la reine qu’il s’était engagé dans la garde. La Tour de Londres paraissait bien peu intéressante à côté de tout ce que le palais représentait…Soit. Il ne savait pas encore combien de temps il devrait rester à la Tour, et il ne serait pas tout seul, ce qui signifiait qu’il pourrait retourner au palais de temps à autre quand il serait remplacé à la surveillance de la princesse. Mais bon. Cette sorte de promotion ne lui offrait pas l’enthousiasme qu’elle aurait du...

La princesse Elizabeth avait l’air d’une jeune fille innocente, mais Arthur savait que cela ne signifiait rien. Derrière un visage dont on ne se méfie pas, peuvent se cacher bien de mauvaises intentions. Il avait entendu les hérétiques se battrent en son nom. Et puis, comme tout le monde, il savait qu’Elizabeth était la fille d’Ann Boleyn, la grande responsable de la légalisation de l’hérésie en Angleterre, il y a quelques années de cela. Comment ne pourrait elle pas être une hérétique elle aussi…Dans le fond, ça coulait de source. Elle était l’ennemie de sa sœur, la jalousait d’avoir pu monter sur le trône et, étant dans l’autre camp, avait tenté un coup d’Etat en s’armant de quelques bon alliés…qui avaient échoués et finirait décapiter, grâce à Dieu.

Le scénario se tenait parfaitement. D’ailleurs, qui irait le remettre en cause ? Elle avait été reconnue coupable, cela ne devait pas être une coïncidence. Ainsi, Arthur se tenait sans doute devant l’instigatrice du complot, de la trahison qui aurait pu le tuer, qui aurait pu tuer sa bien-aimée reine et qui avait tué certains de ses collègues de la garde, catholiques comme lui, et non pas corrompus par l’hérésie.
Inutile de préciser qu’il ne ressentait guère d’affection à l’encontre de la rouquine. Il ne l’aimait pas. Il détestait tout ce qu’elle représentait. L’hérésie. La trahison. L’animosité à l’encontre de la reine Mary. La révolte contre la couronne. Cela ne l’étonnerait guère si elle finissait raccourcie d’une tête…Quand on joue avec le feu, on finit par se brûler. Les hérétiques n’apprennent donc jamais ? Jane Grey aussi, avait joué au symbole de révolte hérétique, et elle avait perdu. Dieu gagne toujours à la fin. Elizabeth Tudor aurait mieux fait, si elle était coupable des crimes dont on l’avait inculpée, d’en prendre conscience plutôt. C’était triste, quand même, de voir à quel point l’hérésie corrompait les gens…Son sort serait triste, si elle finissait comme la fille Grey. Mais son âme était sans doute perdue, si elle avait commis une si haute trahison…Tristesse que l’hérésie. Voilà pourquoi il fallait à tout prix que Mary reste sur le trône et s’efforce de réinstaurer le catholicisme dans chaque famille anglaise. Voilà pourquoi Arthur appréciait tant cette reine. Elle était celle qui pouvait sauver l’Angleterre.

Enfin...Arthur tâchait de garder un visage neutre. Il n’était là que pour faire son devoir. Et oui, il aurait préféré milles fois défendre la reine Mary que de surveiller une traitresse, mais…Le devoir est le devoir.

Quand le bateau arriva finalement à proximité du rivage, Arthur pu véritablement constater à quel point la foule était nombreuse. Pour un transfert qui devait être discret, c’était raté… La princesse avait du soutien, visiblement. Il s’agissait sans doute d’hérétiques, et encore une fois cela était triste et méprisable à la fois. A moins qu'il ne s'agisse que de pitié devant une âme perdue qui demeurait malgré tout, la fille du précédent souverain...
Quoi qu’il en soit, Arthur descendit de la barque pour aider la princesse à descendre à son tour. Mais il le fit le regard neutre. Ce n’était pas dans cette neutralité que la princesse trouverait du soutien, sans doute l’avait elle comprit. Elle en trouverait peut-être parmi la foule. Mais la foule ne serait pas là quand elle serait enfermée dans une cellule…Et ça aussi, elle le savait probablement.




the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.


Dernière édition par Arthur Paton le Jeu 1 Mai - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 28 Avr - 18:01

Son père, sa soeur, et maintenant sa cousine. Cette machine infernale ne cesserait donc jamais ?

Négocier avec sa mère pour escorter la Princesse Elizabeth jusqu'à la Tour ne fut pas difficile ; à croire que Frances se radoucissait avec sa fille cadette. Depuis quelques jours, elle était moins oppressante, moins sèche, moins dure avec elle. Elle lui offrait de petits cadeaux, elle lui parlait, ou tout au moins elle essayait, mais Mary ne l'écoutait pas. Elle ne l'écouterait plus jamais, ni tant est qu'un jour, elle l'avait écoutée. Huit ans durant, la fillette avait souffert de se voir ainsi rejetée par sa propre mère ; mais à présent, elle s'en réjouissait. Elle, Mary Grey de Suffolk, n'était pas comme son monstre de mère, non, elle était la digne fille de son père, elle était un chevalier fort et courageux. Que Frances s'adoucisse ! Elle ne verrait pas le coup venir. Oeil pour oeil, dent pour dent, tel était le proverbe.

La devise de Mary.

" - Tu es sûre que ça va aller, Katherine ? Tu ne veux pas rester te reposer encore ?
- Je me suis assez reposée, et j'ai envie de venir. De la voir."


Mary eut un demi-sourire, avant de prendre la main de sa soeur. Ensemble, les deux filles Grey grimpèrent dans le carrosse, toutes de noir vêtues. Derrière elle, Whitehall disparut, sans qu'elles n'y prêtent la moindre once d'attention. Mary n'avait pas lâché la main de son aînée, et une fois assise, elle se pressa contre elle dans un geste de réconfort qui évoquait celui d'un enfant envers sa mère. Mary n'avait pas eu de mère digne de ce nom, alors autant chercher la tendresse là ou elle pouvait la trouver. C'était en Katherine qu'elle puisait sa force, en Katherine qu'elle trouvait sa lumière. La seule lumière possible en des temps si noirs.

Londres défila sous ses yeux, sans qu'elle ne le voie vraiment. Non seulement elle connaissait à présent ces paysages, mais en plus son esprit était ailleurs. En revanche, lorsque Katherine lui serra la main si fort qu'elle en eut mal aux doigts, elle ne put s'empêcher de voir : face à elles se dressait la Tour de Londres.

" - Cet endroit est une malédiction, Mary," souffla Katherine. "Cet endroit est le plus odieux de tous les endroits.
- Tu es sûre que tu vas tenir, Katty ? Tu ne veux pas rentrer ?
- Pourquoi ? Pour voir la Reine, Mère et son nouvel époux ?
- Ici, nous ne verrons que des fantômes. Et Elizabeth."


Prononcer le nom de sa cousine à voix haute fit à Mary l'effet d'une lame en plein ventre. Quelques mois plus tôt, elle était chez elle à Hatfield House. Comme le monde lui semblait beau, alors ! Comme ce souvenir était loin, désormais ! La fillette avait eu peur pour Jane et pour son père, ils étaient morts. A présent, c'était pour Elizabeth qu'elle craignait. Allait-elle connaître le même sort que Jane et Henry Grey ? Son sang irait-il se mêler à celui d'Anne Boleyn, de Katherine Howard, et de tous les autres qui avaient péri entre ces hauts murs de pierre ?

En descendant du fiacre, Mary rabattit la large capuche de son manteau sur sa tête, pour masquer son visage. Katherine en fit de même, et main dans la main, les deux soeurs s'approchèrent du lieu où déjà, bon nombre de gens affluaient. Autour des deux demoiselles se tenaient trois soldats, rescapés de l'armée personelle d'Henry Grey. Les pupilles de la Reine ne pouvaient circuler seules, fussent-elles filles de traître.

"Tu as vu tous ces gens, Katty ? Ils viennent soutenir Lizzy, ils sont avec elle !"

En s'approchant toujours plus, la fillette finit par entrevoir une silhouette bien connue : celle de Mary Lelièvre, duchesse de Lyon et demi-soeur bâtarde du roi de France. La vue d'un visage apprécié la rasséréna quelque peu, et sans lâcher sa soeur, elle entreprit de jouer des coudes pour mieux rejoindre la française.

"Mary ! Je ne suis pas mécontente de vous voir. Comment allez vous ? Vous connaissez ma soeur Katherine ?"

Elle s’efforça de sourire convenablement, mais toute tentative fut avortée par l'arrivée du bateau transportant sa chère cousine vers sa prison. A son passage, la fillette retira sa capuche, pour qu'Elizabeth puisse la voir, et puisse voir sur son visage qu'elle la soutenait et la soutiendrait jusqu'au bout, même si elle n'était encore qu'une maigrichonne petite de huit ans. Tu n'es pas seule, Elizabeth, tu n'es pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Dim 4 Mai - 22:41
Le mauvais sort s’acharne sur nos têtes. En effet, après que l’Angleterre est perdue la plus pure des reines, Jane Grey. La Reine Mary Tudor, fille de Catherine d’Aragon et d’Henry VIII, cette reine a décidé de mettre sa sœur, Elizabeth, dans la prison. La même prison que jadis Anne Boleyn a été avant d’être décapitée. La princesse connaîtra le même funeste destin que sa mère ? Faites que ce ne soit pas le cas. La vie de la princesse n’a jamais été rose. Serait-elle grise maintenant ? Pauvre princesse. Il est de mon devoir de la soutenir, d’être là pour elle. Je l’ai toujours considéré comme une sœur, une petite sœur à protéger. Un trésor parmi les joyaux du monde. Je suis parmi la foule qui acclame sa Princesse. Je porte une cape et je m’approche. Je vois Elizabeth marcher, elle n’a pas encore commencer sa longue procession vers cet enfer, qui est la Tour, elle est digne. Digne d’être une Reine. Ma véritable Reine, celle que je désirais mettre sur le trône mais il fallait être discret. Et éviter de mourir. Je ne pense pas à mon époux, après tout, pourquoi dois-je me soucier de penser à lui ? Nous ne parlons plus, ou plutôt nos communications sont assez tendues. Où est la tendresse des premiers jours ? Balayé et détruite dans les méandres du temps. Je marche parmi la foule en cherchant des visages familiers. Peut-être, je reverrais le comte charmant, je n’espérais pas le revoir, en réalité. Il était disons très collant et familier avec les femmes. Et Alasdair ? Je ne lui ai pas réellement revu depuis quelques jours. Je dois l’oublier mais mon amour à son endroit est un incendie qui me dévore l’âme. Enfin, je ne pense pas qu’il faut que je le voie car je risquerais de perdre mes moyens devant lui et mon cœur battrait la chamade … Et, je n’ai pas besoin de ça en ce moment. Qui pourrais-je revoir ? Mary Grey, douce enfant qui a vu la mort. Pauvre enfant. Cette jeune fille, je veux la protéger, elle n’est pas de mon sang mais elle m’est chère. Je me demande si je vais la trouver. Je la vois enfin en compagnie de Marie, demie sœur du roi Henry II de France et de Katherine Grey, sœur infortunée de Jane. Je me rapproche d’elles en évitant de gêner les spectateurs mais ce n’est pas facile de trouver une brèche dans cette masse compacte de foule. Tous unis pour la Princesse ? Peut-être. Je sais que dans mon cœur, je suis pour elle, et seulement pour elle. Je continue de me frayer un chemin et j’arrive enfin à destination. Je souris aux femmes.

Elizabeth - Mesdames, comment allez-vous ?

Je souris à Mary. J’avais de l’affection pour cette enfant. J’aurais aimé avoir une fille comme elle, Mary est généreuse et douce. Je les regarde. Et, je vois la Princesse continué sa procession, je lui souris, un sourire qu’elle connaissait. Le sourire que je lui faisais quand elle était petite. Elle a tout mon soutient. J’essayerai tout pour qu’elle soit Reine. Mais pour l’instant, il fallait la faire sortir de la Tour en évitant qu’elle finisse décapitée. Non, il ne fallait pas qu’elle soit décapitée. Elle ne mérite pas ce destin. Elle est si jeune, tout comme l’était Jane Grey. Les femmes qui ont été décapitées étaient bien jeunes. Je me demande si j’allais revoir ce chevalier servant que j’avais rencontré l’année dernière. Un homme bien sympathique. La vie nous réserve plein de surprise, il difficile de savoir comment elle sera cette vie et si on va l’apprécier. Je soupire.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 5 Mai - 16:27
Lorsque je quitte mon lit en ce 18 mars 1554, un horrible sentiment m'étreint. Le genre de sentiment qui vous prend lorsque une punition divine va s'abattre sur vous malgré vos incessantes prières afin que le Seigneur vous épargne.

Je frissonne en me remémorant que ce présage m'a étreint peu avant que l'âme de mon défunt époux rejoigne Dieu. Diantre! Faites que cela ne soit point Père qui ait été rappelé à Dieu à son tour!

Hâtivement, je m'empare d'un morceau de parchemin et d'une plume avant de griffonner un mot. Une fois cela fait, je me hâte d'apposer mon sceau afin qu'un serviteur puisse au plus tôt envoyer la missive.

Bien que je ne sois guère plus rassurée sur l'état de mon père, j'entreprends à l'aide d'une servante de me vêtir d'une robe rouge. Cette robe, je l'ai reçu en cadeau d'un des clients de la Compagnie en guise de payement pour un service supplémentaire. Bien que je sois parfaitement consciente que ce cadeau venant d'un noble tient plus comme une sorte de Cour afin de mettre la main sur mon titre, je dois reconnaître que l'homme a beaucoup de goût.

N'ayant pour une fois aucun rendez-vous d'importance pour la Compagnie, je décide de partir flâner dans les rues de Londres. Une des dames que je fréquente va bientôt fêter son anniversaire et bien que je ne l'apprécie guère, il est de convenance d'offrir un présent. Je sais déjà ce que je vais lui donner: une petite bouteille de parfum. Ainsi, elle pourra utiliser mon présent afin de cacher son odeur des plus nauséabondes!

Alors que je suis sur le point de payer, je remarque autour de moi nombres de dames de la Cour au milieu de gens du peuple. Je hausse les sourcils, intriguée par le fait.

Mon funeste pressentiment ressurgit et je me hâte de payer afin de sortir de la boutique. Ajustement ma cape par-dessus ma robe, je manque de glapir d'effroi en me rendant compte des évènements qui sont en train de se dérouler.

-Sa Majesté la Reine est devenue folle... Murmure-je sans que quiconque entendent alors que mes yeux suivent minutieusement la scène.

Je comprends maintenant le funeste pressentiment qui vient de m'étreindre. Il ne concernait point mon père mais Son Altesse, la princesse Elizabeth.

Il est vrai que depuis plusieurs jours maintenant, la rumeur voulait que Son Altesse allait bientôt être emprisonnée par sa soeur la Reine. Je pensais que chose impossible puisque Sa Reine n'a point d'enfant et tant qu'il en restera ainsi -si Dieu le veut-, sa soeur est son héritière.

Visiblement je me trompais.

Alors que le cortège avance, je ne me fais guère peu d'illusion concernant sa destination. C'est très certainement la Tour de Londres, l'effroyable tour qui a vu tant de têtes tombées dans un flot carmin.

Oh, Dieu! Faites que la princesse ne soit pas la prochaine!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:FRIMELDA./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 812 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Jeu 15 Mai - 17:18
"The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".

Mary regardait la procession en tachant de rester la plus calme et la plus stoïque possible. Sous sa cape, ses mains se trituraient ensemble pour tenter de calmer les nerfs de leur maîtresse. Le regard désespéré de la fille d'Anne Boleyn et d'Henry VIII failli la faire défaillir mais, heureusement, elle entendu une voix bien familière:

"Mary ! Je ne suis pas mécontente de vous voir. Comment allez vous ? Vous connaissez ma soeur Katherine ?"


Mary Grey! Calmement, la Duchesse de Lyon se tourna vers la soeur de l'infortunée "Reine des Neufs Jours". Celle ci était accompagnée par une jeune femme aux longs cheveux blonds quasiment blancs. Sa soeur, Katherine, reconnu la demie-soeur d'Henri II de France. La petite Lady et pupille de la Reine tenta un sourire qui fut vite avorté. Mary regarda Elizabeth avec un léger sourire triste pour lui témoigner son soutient. Quand la demie soeur de la Reine dépassa leur trio, la Duchesse de Lyon replaça convenablement sa capuche sur sa tête brune, tourna légèrement sa tête vers les soeurs Grey et dit:

Officiellement, je ne suis pas là

Et oui, elle était catholique de naissance et soeur de Roi! Si jamais son frère apprenait ça, il allait certainement la renier. Et, pour le moment, c'était une chose à éviter. Même pour sa protection, car si Mary Tudor apprenait qu'elle donnait son soutient à sa demie soeur, sa principale rivale, elle ne donnait pas chair de sa tête! La Reine pourrait le faire! Après tout, elle serait redevenue une simple paysanne! Simplement la fille d'Eléonore… Le souvenir de sa mère vint lui triturer la tête mais, pour éviter une avalanche de larmes, elle le chassa d'une gifle mentale.

Mais je suis contente de vous voir. Enchantée de vous rencontrez Lady Katherine

Dit elle discrètement pour ne pas attirer des problèmes aux soeurs Grey. Bientôt, elle remarqua une tête blonde se frayer un chemin jusqu'à elle. Elle reconnu Elizabeth Clinton.

- Mesdames, comment allez-vous ?


Cela pourrait aller mieux Lady Clinton. Dit elle avec un sourire triste. Elle enchaina en disant: Mais tachons d'être fortes!…Pour elle! Dit elle en désignant Elizabeth Tudor d'un signe de tête. Dans son coeur, au plus profond de son âme, elle savait que cela ne serait qu'une passade. Beth ne connaitrait pas le même sort que sa mère, que Katherine Howard et de Jane Grey! Elle ne saurait dire pourquoi mais son instinct lui hurlait que tout irait bien… Peut être qu'un jour, elles auront toutes les quatres le privilège de voir la tête rousse de la fille de la deuxième épouse d'Henry VIII coiffée de la Couronne de saint Édouard! Mary le sentait en elle.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Sam 17 Mai - 15:16

La procession continuait d'avancer lentement sur les eaux sombres de la Tamise, surplombée par ce ciel gris assez typique des mois de mars anglais. Sans lâcher la main de sa soeur ne serait-ce qu'une seconde, Mary fut heureuse de pouvoir la présenter à la duchesse de Lyon, la demi-soeur du roi de France. Une jeune femme qu'elle-même appréciait beaucoup, et dont elle avait parlé maintes et maintes fois à Katherine.

"Officiellement, je ne suis pas là."


Non, bien sûr. Que dirait la Tudor si elle apprenait que sa protégée française soutenait sa rivale ? Mary lui adressa un petit sourire en coin, et hocha la tête en silence. Evidemment, elle comprenait. Elle-même n'aurait sans doute pas du être là, et sa présence lui apporterait certainement des ennuis... Mais elle avait obtenu l'aval de sa mère, donc de la Reine, puisque Frances lui était complètement subordonnée. Et depuis l'exécution d'Henry et Jane, depuis son remariage avec Stokes, la duchesse de Suffolk se montrait terriblement conciliante avec ses filles, en particulier avec sa cadette. Tant mieux : plus elle fermait les yeux et moins elle verrait le coup venir.

Mary la détruirait pour ce qu'elle avait fait, pour cette infamie à la mémoire de son père. Peu importait comment, peu importait quand : elle attendrait le temps nécessaire. Un jour viendrait bientôt, même si c'était dans des années, où Frances se croirait heureuse et sauve. Alors la joie prendrait le goût des cendres, et elle saurait que la dette serait payée. Parler à Lady Lelièvre eut toutefois le mérite d'éloigner la fillette de ses sombres pensées, d'autant que bientôt les rejoignit une autre personne, bien connue de Mary : Lady Elizabeth Clinton. Son "amie secrète".

"- Mais je suis contente de vous voir. Enchantée de vous rencontrer, Lady Katherine.
- Comment allez-vous, Lady Mary ? Voilà un certain temps que je ne vous ai plus vue à Whitehall... Vous étiez chez vous, à White Swan ?"


Le superbe domaine de la duchesse, que Mary ne pouvait que connaître de vue, à défaut de s'y être jamais rendue : il se trouvait dans le Suffolk. Son duché natal, ses terres tant aimées, sur lesquelles la volonté de son père avait longtemps fait force de loi. Que restait-il du Suffolk, à présent qu'Henry Grey n'était plus de ce monde ? Sans doute était-ce Frances qui l'administrait. Imaginer sa mère diriger ses terres qui avaient jadis été sous la coupe de son père amena un frisson de dégoût à Mary. Elle ne pouvait pas les administrer elle-même, c'était certain, mais que n'aurait-elle pas donné pour les voir dirigées par Catherine Willoughby, ou son mari Richard ! Tout plutôt que sa mère !

"- Mesdames, comment allez-vous ?
- Lady Clinton, je ne pensais pas vous croiser là,"
sourit Mary en saluant sa seconde vis-à-vis de la tête, tandis que Katherine plongeait en une de ses gracieuses révérences dont elle avait le secret. "J'ai connu de meilleurs jours, mais je vais bien. Et vous ?"

Visiblement, la duchesse de Lyon se trouvait dans le même était d'esprit qu'elle. Qu'elles deux, en fait, puisque Mary connaissait assez sa soeur pour savoir que son mutisme en disait long. C'était la première fois que Katherine mettait le nez hors de ses appartements depuis l'exécution, et la pauvre avait considérablement maigri. Sa santé s'affaiblissait et inquiétait la petite Mary, qui avait tant besoin de sa grande soeur à ses côtés. Douce, tendre Katherine... La fillette aurait donné sa vie pour elle, s'il l'avait fallu, et vice-versa. Dans un monde où tout leur était hostile, sur qui pouvaient-elles compter sinon sur elles-mêmes ?

Elizabeth passa devant elle, droite et forte, en tout point digne de la princesse qu'elle était, et de la souveraine qu'elle méritait d'être. Au fond de son coeur, Mary avait peur pour sa cousine, bien sûr, mais aussi peur de ses propres espoirs. Elle avait prié pour Jane, nuit et jour. Pour son père et pour son beau frère, aussi. Elle avait espéré avec une force qui lui aurait permis de déplacer des montagnes. Mais ni ses prières, ni ses espoirs, n'avaient été écoutés. Jane, Guildford et son père étaient morts sous ses yeux, la tête tranchée, sur la mille fois maudite pelouse de la Tour de Londres. Mary avait peur d'espérer à nouveau, après tout cela n'avait pas réussi à Jane, et il y avait peu de chances que cela réussisse à Elizabeth. Elle aurait aimé pouvoir affirmer que la flamme de son espoir s'était éteinte à jamais, mais c'était là un piètre mensonge : elle ne pouvait pas s'empêcher d'espérer que sa cousine s'en sorte.

Et cela la désolait, car elle avait la sensation pénible que son espoir était maudit.

"- Mais tachons d'être fortes !… Pour elle !
- Je crois que vous avez raison, milady. Si elle se montre forte, pourquoi pas nous ?"


Après tout, la plus à plaindre à présent, c'était bien Elizabeth, qui semblait accepter son sort avec résignation. Si elle avait peur, elle le cachait remarquablement bien... Peut-être aussi que le soutien des londoniens y était pour quelque chose. Il est souvent moins difficile de faire preuve de force quand on est soutenu, bien que ce n'étaient pas les londoniens qui sauveraient la princesse de la hache du bourreau, si tel était le sort que sa pseudo-reine de soeur lui réservait.

Mary observait tour à tour la foule qui affluait, et l'embarcation de sa cousine, avant de déclarer à voix haute, mais assez discrète toutefois pour n'être entendue que de Katherine, Mary Lelièvre et Elizabeth Clinton.

"A présent, toute l'Angleterre saura où tourner les yeux quand elle cherchera sa vraie reine."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ♛ « Princesse et bâtarde d'Angleterre. »
♕ Métier : Princesse d'Angleterre ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Celle que me dictera ma souveraine. ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 3524 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 11/09/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya Cavendish - Constance Bennet - Edward Seymour

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 26 Mai - 21:30

The princess of the Tower


18 mars 1554. La petite embarcation glissait délicatement sur le fleuve, le plus importants de Londres, celui qui faisait vivre la ville, grâce à son commerce et la pêche. Nombreux ont été les membres de la famille royale à faire ce chemin, comme elle. Certains le firent pour se protéger, lors de combats, d’autres pour être condamnés. C’était inévitable, en empruntant cette route, en embrassant cette page de son histoire, Elizabeth Tudor ne pouvait penser qu’à celle qui l’avait précédé : sa mère Anne Boleyn. Elle l’avait à peine connu et aujourd’hui, elle ne se souvenait même plus de son visage, mais la jeune femme gardait toujours en mémoire les nombreuses histoires que lui avaient rapporté sa tante Mary Boleyn, mais aussi les nombreuses personnes qui lui avaient parlé de sa mère avant cela. Au fond d’elle, Elizabeth ressentait la peur, cette peur qui lui glaçait le sang. Elle savait, qu’elle ne ressortirait pas de cette prison, comme Jane Grey avant elle, la Tour de Londres serait sa dernière demeure. Parfois, elle fermait les yeux, comme pour ne pas regarder les bâtiments qu’elle connaissait, passer, sous son regard. Le temps passait vite, la rapprochant inextricablement de son arrivée de la Tour. Sur la petite embarcation, se trouvait un jeune homme, il faisait partie de la garde royale et venait probablement d’arriver, en son sein. La jeune femme s’occupait l’esprit avec des choses futiles, tenant la main, de la servante qui l’accompagnait dans ce lourd chemin. Depuis l’arrivée au pouvoir de sa sœur, son avenir devenait de plus en plus flou, de plus en plus incertain. Elizabeth ne savait plus à quoi s’attendre, surtout que son sang royal ne pouvait plus la protéger. A tout moment, Mary Tudor pouvait signer son arrêt de mort.
La Tour de Londres, cette haute bâtisse de pierre grise lui faisait maintenant face. Maintenant, tout ceci était réel. La jeune femme serra un peu plus la main de sa servante, inquiète. Cet endroit, elle l’avait maudit durant toute son enfance, elle savait que sa mère y était enterrée, et cet enfermement l’angoissé au plus haut point. Quand les abords de la Tour furent enfin en vue, la rousse vit avec étonnement qu’une foule un peu plus dense l’attendait. Son cœur se serra. Elle avait déjà vu durant son chemin des membres du peuple lui envoyer des signes d’encouragement ou lui crier son soutien, mais elle ne s’attendait pas à ça. Les conseillers et les gardes de la reine semblaient contrariés dans leur plan. Désormais, ils allaient devoir conjuguer avec le soutien du peuple.
Après quelques minutes de plus, de navigation, l’embarcation s’arrêta aux abords d’un petit quai. Le garde le plus jeune et Winchester sortirent les premiers, suivis de la servante. Elizabeth fut la suivante et le jeune garde l’aida à descendre. A la suite de Winchester, la seconde fille d’Henry VIII gravit les marches et ce fut à ce moment-là, qu’elle vit les personnes venues la soutenir. Mary Lelièvre, duchesse de Lyon était là, tout comme ses cousines Katherine et Mary Grey. A la plus jeune, Elizabeth envoya un sourire qui se voulait rassurant, elle ne voulait pas lui montrer qu’elle était perdue. Les sœurs Grey avaient déjà tant perdues, elles ne méritaient pas cette vie. Dans la foule, elle put voir la crinière blonde d’Elizabeth Clinton, mais aussi celle d’une autre femme de la noblesse Helen Bird. Elizabeth ne savait pas quoi faire, puis elle se tourna vers sa servante et lui demande, sa petite bourse d’or, celle qui était censée l’aider à payer son emprisonnement. Quelques pauvres étaient là, ils auraient bien plus besoin qu’elle, au moins, à la Tour, elle aurait un toit et à manger, ce qui n’était pas le cas de tous ces pauvres gens. La jeune femme distribua une à une les pièces d’or, sous les remerciements de la population. Si Mary voulait être une reine du peuple, sa jeune sœur devait aussi montrer l’exemple. A chaque personne, elle récita ces mots, qu’elle avait entendu de nombreuses fois de la bouche des différents souverains de ce royaume : « Que Dieu vous bénisse. » Ce fut alors que dans la foule, une voix masculine se fit entendre. Elizabeth ne vit pas cette personne, mais elle la remercia de tout cœur.

« Que Dieu vous protège princesse Elizabeth. » Entendit-elle. Le cœur de la jeune femme battait à la chamade, bientôt, elle n’aurait plus le choix, elle allait devoir franchir les grilles de la Tour.


Explications ♣
Voilà la suite de ce mini event. Elizabeth bien d'accoster et elle bien à votre rencontre. Elle distribue son argent aux plus pauvres, alors que son entrée à la Tour est proche. Elizabeth vit ses derniers moments de liberté. Pour répondre à cet évènement, il n'y a pas de date butoir, comme les examens approchent, nous ne voulons pas vous brusquer. Bon jeu ♥




princesse Elizabeth
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Mer 28 Mai - 11:14
Mon âme a l'impression que le Jugement de Dieu vient de sonner, pour nous, pauvres pécheurs. Avec l'emprisonnement prochain de la Princesse Elizabeth, nombre de choses sont à reconsidérer et cela me fait peur, d'autant plus que le mariage prochain de la Reine avec cet Espagnol est d'autant plus certains à mesure que le temps s'égrène.

Inconsciemment, je me rapproche d'un groupe de femmes qui sont également à la Cour. Je peux sentir leur surprise face à cet emprisonnement. Après tout, nul n'aurait pu imaginer que la Reine irait jusqu'à emprisonner son héritière tant qu'un enfant ne serait pas né de ces entrailles. Je me retiens d'invectiver le garde (Arthur) qui escorte la Princesse. Comment ose-t-il cautionner l'acte de folie que vient de faire la Reine ? De toutes façons, mon geste, si je l'avais fait, n'aurait servi à rien pour la Princesse, si ce n'est précipiter sa chute et sa tête par la même occasion.

J'aperçois la Princesse Elizabeth multiplier les gestes de bénédiction envers la foule ainsi que distribuer les pièces de sa bourse à des pauvres. A ce geste, mon cœur ne peut s'empêcher d'aimer davantage cette Princesse injustement condamnée par sa demi-sœur.

-Quelle grandeur d'âme ! Commente-je à mi-voix de manière à ne pas me faire entendre par la garde. La Princesse Elizabeth se sait surement condamnée à un funeste destin par le Tout-Puissant mais continue à agir en très noble et très vertueuse catholique ! Pourvu que le Seigneur ne rappelle pas à lui une si belle sainte âme catholique !

J'aimerai tant tendre ma bourse à la Princesse afin qu'elle puisse survivre selon son rang à la Tour. Malheureusement, les gardes n'y permettraient point : ils préfèrent largement se délecter de son malheur !

Alors, je me mets à réfléchir aux moyens de transmettre le plus surement possible à la Princesse dans l'avenir ce qu'elle pourrait avoir besoin. Peut-être certains de mes clients seront ravis de mettre des bâtons dans les roues à la Reine Mary ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Mer 28 Mai - 21:56
THE PRINCESS OF THE TOWER



Aux côtés d’Elizabeth Tudor, Arthur surveillait les alentours. Son regard parcourait la foule, cherchant le moindre détail suspect. C’était là son devoir. Il devait surveiller la princesse, mais aussi la protéger. Et il comptait faire son devoir dans les règles de l’art, même si cela impliquait peut-être de protéger de la mort une femme coupable de trahison. Si elle devait être tuée, elle le serait selon la loi prévue à cet effet, et non pendant son service, par un inconnu dans la foule. A cela, il veillerait, quoi qui lui en couterait. C’était son travail. Il savait, au fond, que c’était justement parce qu’il lui faisait confiance que Gardiner avait choisi de le promouvoir à ce poste. Parce qu’il savait qu’Arthur avait un véritable sens du devoir et qu’il ferait son travail correctement. Et aussi, sans doute, parce qu’il savait que sa loyauté le guiderait, et qu’au moindre propos suspect tenu par Elizabeth Tudor, Gardiner serait informé. Il faisait partie des gardes dont le silence n’était pas à acheter, des gardes que l’on ne pouvait corrompre par l’argent ou les promesses. Il faisait son travail, voilà tout. Il était son travail.

C’était étrange de voir le nombre de personnes qui étaient présente pour soutenir la princesse. Pas de regard haineux dans la foule. Pas d’armes suspectes. Rien de ce à quoi il s’attendait. Le soldat ne détectait rien d’alarmant, il ne voyait, de toute part, que du soutien. Pourquoi donc ? Qu’avait fait cette fille pour qu’on l’apprécie tant ? Visiblement, il n’y avait pas un seul homme révolté contre cette hérétique… Oh bien sur, tant mieux qu’ils n’y en avaient pas. Arthur ne demandait pas mieux que de ne pas avoir à protéger la princesse des mains de catholiques qui pourraient ne pas comprendre qu’il ne faisait que son métier et qui le prendraient pour un hérétique lui aussi…

Il posa son regard sur la rousse, alors qu’elle appelait sa servante. Il marcha à ses côtés, la surveillant, alors qu’elle distribuait son argent. C’était un geste admirable mais c’était surement pour cultiver le soutien qu’elle avait déjà qu’elle le faisait. Leurs regards se croisèrent, l’ombre d’un instant.

Le regard d’Arthur, toujours caractérisé par cette expression neutre à l’instant, n’avait jamais été celui d’un homme dur. C’est pourquoi, même face à une personne que ses convictions religieuses auraient pu le pousser à détester, Arthur n’avait pas affiché d’air méprisant. Certes, il n’avait pas non plus offert des mots de soutiens à la princesse durant les longues minutes de silence qui les avaient accompagnés sur l’eau, mais…

« Elle a l’air innocente. »

Cette phrase il l’avait déjà entendue, il l’avait déjà lui-même pensée et il venait de la penser à nouveau. Autant à ses yeux Thomas Wyatt était un coupable, une âme véritablement perdue qui risquait de contaminer d’autres bons catholiques, une menace à éliminer, un infâme traître et un ennemi de Dieu, autant, étrangement, la jeune fille aux cheveux roux lui paraissait innocente.

Était-il trop gentil, trop tolérant, trop optimiste envers le pouvoir de rédemption de chaque être humain ? Était ce mal de penser cela, même l’ombre d’un instant ? Est-ce que dans ce regard bienveillant se jouait la sorcellerie que l’on attribuait à Anne Boleyn ? Était ce de la comédie, de paraitre si innocente, pour mieux duper les gens, pour les attirer sur le mauvais chemin ?

Arthur reposa son regard sur les gens. Bien sur qu’il était mal de penser cela. Bien sur qu’il était trop bon. Elizabeth Tudor avait été reconnue coupable. Il avait entendu les gens qui se battaient en son nom. Peut-être le regrettait-elle, il n’en savait rien, mais de toute évidence, elle était coupable. Il ne se laisserait pas avoir, lui.

Cela ne signifiait pas pour autant qu’il comptait abuser de son pouvoir et lui rendre la vie impossible une fois qu’elle serait enfermée. Il se contenterait de faire son travail, voilà tout. Mais il se laisserait pas avoir, ça non.

Dans la foule, Arthur aurait pu remarquer la présence de Mary Grey, cette petite fille, issue de la plus célèbre famille de protestants du pays, qu’il avait rencontrée par hasard alors qu’il s’entrainait. Mais c’est sur une jeune femme aux cheveux blonds que son regard s’arrêta. Cette femme lui lançait l’un des regards les plus froids et les plus méprisants qu’il avait connu de sa vie. Il fut tellement surpris qu’il se contenta de la regarder, se demandant si c’était bien à lui qu’elle en avait et qu’est ce qu’il pouvait lui avoir fait pour qu’elle le déteste autant. Mais il ne la connaissait pas. La vérité, c’était, aussi absurde que cela puisse paraitre, que certaines personnes lui lançaient des regards de haine à lui. A lui, soldat de la garde royal. Lui qui s’était battu contre Thomas Wyatt. Lui qui protégeait la reine Mary, qui protégeait l’Angleterre de l’hérésie. Qui protégeait en ce moment même, la princesse que ces gens semblaient tant aimer alors qu’elle était la fille d’Ann Boleyn, alors qu’elle était coupable de trahison. Des hérétiques, voilà ce qu’ils étaient, les gens qui le regardaient ainsi.

Il tourna la tête. La femme aux cheveux blonds ne lui inspirait pas confiance. On aurait dit qu’elle cherchait un moyen de s’approcher. Qu’elle voulait tenter quelque chose. Pas contre la princesse, mais contre lui. Il gardait sa main sur son épée. Il était là pour protéger Elizabeth Tudor, mais surtout pour la surveiller. Si c’était à un plan d’évasion que la blonde pensait, elle était bien naïve.
Arthur se rapprocha un peu plus de la princesse. Envahir son espace vital de cette façon n’avait pour but que de l’inciter à s’éloigner de la blonde sans même qu’elle n’en prenne conscience. La garde royal glissa d’ailleurs à Winchester, à simple titre informatif ainsi que pour que celui ci comprendre pourquoi il resserrait l'espace qui le séparait de la princesse.

« Il y a une femme à ma droite qui semble vouloir tenter quelque chose. Celle avec les cheveux blond et bouclés. »

Spoiler:
 




the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Dim 1 Juin - 17:59
Le vent qui soufflait légèrement alors était froid, mais guère désagréable. Si il faisait monter le rouge aux joues de Mary, il lui permettait aussi de conserver la tête froide, bien qu'après les événements du 12 février passé, il lui en fallait beaucoup pour s'émouvoir... En apparence. Un mois et six jours séparaient l'exécution de son père et l'emprisonnement de sa cousine. Ce pouvait-il qu'elle ait changé de façon aussi radicale en un laps de temps si court ? Aussi étrange que cela puisse paraître, oui, c'était possible. Mary en était la preuve ; car si elle conservait bien des traits propres à ce qu'elle avait été, elle avait appris à les dissimuler. Visage de statue, coeur de pierre. Ainsi devait-elle apparaître au monde.

Mais ceux, ou plutôt celles, qui l'entouraient aujourd'hui l'avait connue avant, Katherine plus que les autres. Elizabeth Clinton, Mary Lelièvre, ou sa chère cousine Elizabeth savaient toutes quelle fillette avait été Mary : une pelote de nerfs, toujours à courir dix lièvres à la fois, facétieuse, joyeuse malgré tout, naïve, entêtée, assez mordante, affectueuse, tendre. Le genre d'enfant qu'elle n'était plus, sinon en apparence. Détaillant l'assemblée massée sur les rives de la Tamise, la plus jeune des Grey constatait que cette foule-là était bien différente que la dernière qu'elle avait eu l'occasion de côtoyer. Ici, c'était le respect, voire la sympathie, qui primaient, alors que la dernière fois...

Rageusement, elle écarta ladite dernière fois de ces pensées. Non, pas de ça, pas maintenant ! Lizzy n'avait pas besoin de ça, en ce jour, elle avait besoin d'une cousine forte. Aussi forte qu'elle-même l'était. Non sans un brin de surprise, l'enfant constata la présence de ce garde qu'elle avait rencontré dans les couloirs du palais, Arthur Wayne. Elle ne savait trop que penser de lui, et reporta bien vite son attention sur Elizabeth, qui lui souriait. Mary s'efforça de le lui rendre, avec un maximum de conviction. Mais les muscles de son visage avaient perdu l'habitude de sourire, et son âme était oppressée de peur.

La crainte de voir Elizabeth mourir comme Jane, comme tant d'autres, s'était emparée d'elle, et ne se détacherait pas tant qu'elle serait cloitrée entre ces murs. Katty avait raison, cet endroit était maudit, damné jusqu'au coeur. Si la Tour avait été un être humain, elle aurait été pourrie jusqu'à la moelle, entourée de l'odeur du sang de tous ceux qui y avaient péri. Elle se revoyait plus petite, dans le Suffolk, alors que son père rentrait de Londres. Souvent, il lui racontait toutes les histoires que la ville portait en son sein, tous ces grands noms, ces grandes familles qui y étaient passées, y avaient posé leur marque. Tous ces événements que les rues avaient vues passer.

Tous ces drames, toutes ces tueries qui y avaient eu lieu. Tous ces innocents morts. Le nom de Jane n'était qu'un nom parmi d'autres, après ceux d'Anne Boleyn, de Katherine Howard, de Margaret Pole, de Thomas More, Thomas Cromwell, après ceux des enfants de la Tour, les malheureux princes d'Edward IV. Cette histoire là avait toujours été la pire pour Mary. La fois ou son père la lui avait racontée, un affreux sentiment d'horreur l'avait envahie toute entière, et elle n'avait pas pu s'endormir sans que Jane et Katherine soient restées à ses côtés. Nul n'avait eu la moindre pitié pour deux êtres aussi innocents que ces deux enfants. Pourquoi fallait-il espérer que quiconque en ait pour Lizzy ?

Dans la foule, une voix masculine s'éleva : "Que Dieu vous protège, princesse Elizabeth." Mary jeta un regard en arrière, mais ne put distinguer qui avait prononcé ces paroles. En revanche, lorsqu'elle se retourna vers le fleuve, c'était un réel sourire qu'elle put offrir à sa cousine. Tu vois, Lizzy, tu n'es pas seule. Cet homme espérait-il, comme Mary, voir la seconde fille d'Henry VIII prendre un jour le pouvoir ? Là était sa vraie place. Lizzy méritait un palais royal, un trône en or, et la couronne de St Edward. Pas une cellule de la Tour de Londres. Une autre voix parvint aux oreilles de Mary, mais cette fois, l'enfant put identifier d'où elle provenait.

Une jeune femme blonde, d'apparence un peu plus jeune que Lady Clinton. Noble, assurément. La jeune Grey était persuadée de l'avoir déjà vue à Whitehall, mais quel était son nom ? Ces paroles étaient celles d'une profonde catholique, mais l'enfant nota un étrange détail : le regard glacial que lui lançait Wayne. Mary se tourna vers elle et s'approcha de quelques pas.

"Excusez-moi, my Lady, je sais vous avoir déjà vue à Whitehall et pourtant je ne crois pas avoir connaissance de votre nom. A qui ais-je l'honneur ? Pour ma part, je suis Mary Grey, et voici ma soeur, Lady Katherine." Mary se tourna vers les deux autres dames. "Connaissez-vous Lady Clinton et Lady Lelièvre ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Dim 15 Juin - 21:57
Diantre ! Cette journée est en passe de devenir des plus horribles ! Outre l'emprisonnement injustifié de notre si bonne princesse Elizabeth, j'ai pu entrapercevoir un mouvement d'un garde dans ma direction. Me prend-t-il pour une ennemie de la Reine Mary ? Me croit-il assez sotte de tenter de délivrer la Princesse ? Je suis consciente que cela va plus lui nuire qu'autre chose et pour l'intérêt de notre royaume, je me dois de soutenir les actions de la Reine Mary afin de garder ma tête.

Ou alors, aurais-je rêvé ? Serais-je bien trop angoissée à cause de la Compagnie et des vipères qui lorgnent sur mon titre ?


Peut-être serait-il toutefois temps de fuir avant que les ennuis me cueillent ?

Je n'ai toutefois guère le temps de décider qu'on m'aborde :

-Excusez-moi, my Lady, je sais vous avoir déjà vue à Whitehall et pourtant je ne crois pas avoir connaissance de votre nom. A qui ais-je l'honneur ? Pour ma part, je suis Mary Grey, et voici ma soeur, Lady Katherine.


Mes yeux s'écarquillent lorsque je comprends qu'il s'agit des soeurs de l'infortunée Lady Jeanne Grey, la jeune fille qui s'est cru reine à la place de la reine à cause des paroles doucereuses des anciens conseillers du Roi Edouard. La situation peut devenir plus que dangereuse entre ce garde et les deux Lady !

- Connaissez-vous Lady Clinton et Lady Lelièvre ?
Questionne la petite fille.

Mon esprit est en ébullition à cette annonce. Dois-je révéler mon identité ? De toutes évidences, j'aurais guère à perdre en cet instant précis que de me taire. D'autant plus qu'il s'agit de personne dont la réputation est solidement associée à la loyauté envers la Reine Mary. Cela ne peut qu'être bénéfique pour moi en ce moment précis.

-Lady Elizabeth ! Salue-je un peu fort de manière à ce que le garde m'entende. Veuillez pardonner ma tenue si peu apprêtée à ce genre de rencontre, mais je cherche à éviter ces jeunes hommes qui lorgnent plus sur mon titre que sur ma personne. Me désole-je sincèrement.

Il n'est en effet pas un secret que j’excrète plus que tout ceux qui veulent à tout prix de mon titre et comme on dit, le meilleur mensonge est celui qui ne s'éloigne pas trop de la vérité.

-Sans compter qu'il me semble avoir aperçu de l'autre côté de la rue, le fils du comte de Blueriver, soupire-je en faisant comme un signe de la main pour désigner un homme plus ou moins de l'autre côté de la rue.

Je me mis intérieurement à prier pour que Lady Elizabeth confirme mes dires assez fort pour éloigner les soupçons du garde.

-Mais je manque à tous mes devoirs : je suis Lady Helen Bird, comtesse d'Albermale et je suis heureuse de vous rencontrer aujourd'hui my ladies ! Dis-je en saluant les nobles dames de la tête.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Mer 25 Juin - 20:13
Aujourd’hui est un mauvais jour pour l’Angleterre. En effet, le pays de la rose va enfermer sa Princesse en prison. Quel jour … Le pays connait des temps sombres. Il y a eu plusieurs exécutions … Dont celle de ma chère Jane. Oh, Jane … Pardonne-moi. Pour l’emprisonnement de la princesse, il y a beaucoup de monde. Je salue en particulier Mary Grey, sa sœur et Mary duchesse de Lyon. Est-ce qu’elles défendent la cause de la Princesse ? Peut-être.

Mary, duchesse de Lyon - Cela pourrait aller mieux Lady Clinton. Dit-elle avec un sourire triste. Et, elle rajoute. Mais tachons d'être fortes!…Pour elle!
Mary Grey - Lady Clinton, je ne pensais pas vous croiser là. J'ai connu de meilleurs jours, mais je vais bien. Et vous ?
Elizabeth – Je vais bien, vous avez raison madame. Soyons forte pour elle.

Je regarde la sœur de Mary, elle est si maigre. Je la regarde avec compassion. Que faire pendant ces périodes-là ? Les filles Grey connaissent un destin funeste. Cette roue infernale va-t-elle s’arrêter et prendre fin ? Ou cette famille périra de la main de la Cruelle Reine ? Je ne sais pas. J’espère que la Reine épargnera dans cette folie, Mary. Je vois passer la princesse, elle est si digne. Digne d’être une Reine. Nous observons la foule qui continue d’affluer.

Mary - A présent, toute l'Angleterre saura où tourner les yeux quand elle cherchera sa vraie reine.
Elizabeth – Vous avez raison dis-je en murmurant.

Je vois la princesse distribuer des pièces d’or. Je la regarde faire. Mon cœur se serre face à ceci. Va-t-elle mourir aussi ? Oh dieu, préservez cet enfant. Je l’aime comme on aime une sœur. Je m’étonne de ne pas voir Thomas, un ami d’enfance d’Elizabeth. Peut-être que ses affaires le retient ailleurs ? Peut-être que oui. Une voix me fait sortir de mes pensées. Cette voix est masculine, mais de qui ? Je ne sais pas. Cette voix prononce que Dieu protège Elizabeth. Une voix de femme parle. Cette voix me dit quelque chose. Je me tourne et voit Helen Bird.

Mary Grey - Excusez-moi, my Lady, je sais vous avoir déjà vue à Whitehall et pourtant je ne crois pas avoir connaissance de votre nom. A qui ais-je l'honneur ? Pour ma part, je suis Mary Grey, et voici ma soeur, Lady KatherineConnaissez-vous Lady Clinton et Lady Lelièvre ?

Helen - Lady Elizabeth ! Veuillez pardonner ma tenue si peu apprêtée à ce genre de rencontre, mais je cherche à éviter ces jeunes hommes qui lorgnent plus sur mon titre que sur ma personne.
Elizabeth – Lady Helen ! Je suis heureuse de vous revoir , comment portez-vous ma chère amie ? Dis-je avec un sourire. Oh, ce n’est rien. Viendrez-vous demain pour boire du thé ?

Je vis qu’elle fait signe à un homme. Ce n’était pas le fils du comte. Mais je ne dis rien, j’apprécie beaucoup Helen. Je la regarde avec un sourire bienveillant. Je respire et je regarde le garde. Je le connais. Il ne m’aime guère. J’ai peur qu’il connaisse mon cœur et divulgue mes secrets. Enfin bref, je sais que quand la Princesse sera à la Tour, j’irais la voir.

Elizabeth – Oui, je le vois ! Il vous fait des avances ? On dit qu’il est ami avec le Comte Charmant, connaissez-vous cet homme aux manières déplaisantes ?

Il fallait que je tourne le sujet pour protéger Helen. Le garde pourrait l’ennuyer. Je souris à Helen. Est-ce que ça va marcher avec cet homme ? Peut-être. Je regarde le ciel, s’il seulement, il pouvait pleuvoir ou quelque chose pour empêcher l’emprisonnement de ma chère Princesse. Oh, faites quelques choses pour elle !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ♛ « Princesse et bâtarde d'Angleterre. »
♕ Métier : Princesse d'Angleterre ♕ Age : 25 ans ♕ Religion : Celle que me dictera ma souveraine. ♕ L'avatar a été fait par : fassophy ♕ Mon nombre de messages est : 3524 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 11 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 11/09/2012 ♕ Mon pseudo web est : Mari-Jane ♕ Mes autres visages : Antanasya Cavendish - Constance Bennet - Edward Seymour

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Mar 1 Juil - 22:37

The princess of the Tower


18 mars 1554. Vivre ou mourir. La voilà dans l’entre-deux, bientôt, elle allait quitter la vie, pour entrer dans la mort. La Tour de Londres, son Enfer, son cauchemar, jamais Elizabeth Tudor n’aurait imaginé se retrouver emprisonner ici. Elle ne comprenait pas pourquoi sa sœur la pensait coupable, elles avaient le même sang, même si elles n’étaient pas liées par un amour fraternel, elles ne pouvaient pas s’entretuer ainsi. Elizabeth était dépitée, mais elle faisait tout pour ne pas le montrer, elle préférait garder la tête haute devant le peuple anglais et après s’effondrer une fois dans sa cellule. Devant elle, elle voyait les grilles, mais la princesse n’osait pas les franchir, elle n’avait nullement envie de perdre sa liberté dans ce lieu de torture, l’endroit de tous ses malheurs. Pour gagner du temps, elle donna une grande partie de son argent, pour les pauvres. A la Tour, elle n’en aurait pas vraiment besoin et elle doutait fortement du fait que sa sœur la laisse dans un mauvais état, sans argent. Les critiques seraient sûrement fortes. Elizabeth le voyait, le peuple l’aimait, aux yeux de tous, elle était la fille d’Henry VIII, la princesse qui avait déjà connu de nombreux malheurs au cours de sa vie. Elle pouvait s’en sortir grâce à cet amour et pour cela, elle devrait le cultiver.
Entendre le soutien qu’on lui exprimait, lui réchauffait le cœur. Avec ce soutien la jeune femme se sentait plus courageuse pour affronter les épreuves qui l’attendaient. Elle le savait, tout au long du règne de sa sœur, elle serait mise en difficulté, mais la Tour de Londres seraient probablement la pire de toute. Elizabeth ne savait pas si elle en sortirait vivante, tout dépendrait des témoins à charge que Simon Renard trouvera contre elle. En attendant, elle ne devra pas craquer, et rien avouer de faux aux personnes qui l’interrogeront. Le jeune garde était toujours à ses côtés et entendre les personnes du peuple exprimer leur soutient ne semblait pas lui plaire. Elizabeth ne s’attarda pas trop sur Arthur Wayne, de loin, elle venait de croiser le regard de sa cousine Mary Grey. La rousse tenta de la rassurer de son mieux et lui fit un petit sourire, avant de se tourner vers les grilles.
Il était temps pour elle de partir et de s’enfermer. Elizabeth n’avait plus le choix, mais contre toute attente, elle se tourna vers les personnes qui étaient venues la voir, pour leur dire quelques mots.

« Je vous remercie pour l’amitié que vous m’apportez en ce jour, mais je ne pense pas le mériter. Notre reine, ma sœur mérite plus que tout notre amour, après les difficiles épreuves qu’elle a vécu. Aujourd’hui, je n’entre pas à la Tour comme une prisonnière, mais en tant que loyale servante de notre reine Mary. Longue vie à la reine. » La jeune se tut alors, le cœur serré, elle regarda une dernière fois ses amies, Helen Bird, Mary Grey, Elizabeth Clinton et Mary Lelièvre, puis elle reprit sa marche.
Elizabeth franchit alors les grilles de la Tour. Une fois arrivée, le gouverneur l’accueillit et lui présenta son bras pour la conduire jusqu’au Donjon Royal. Le temps de s’y rendre, l’homme lui dicta les mesures prises pour sa détention. Elizabeth ne pourra donc pas quitter ses appartements et sera sous surveillance, de jour comme de nuit. Une servante sera là à son service, mais Elizabeth ne pourra pas obtenir tout ce qu’elle désire. Ses demandes passeront d’abord par le gouverneur avant d’être approuvées par celui-ci. A l’entente de ses paroles Elizabeth comprit qu’elle était désormais une prisonnière, comme sa mère l’avait été, comme Katherine Howard et comme son cher Robert Dudley, qui de sa cellule devait apprendre son arrivée. Pauvre Robert, maintenant ils allaient partager le même calvaire, sans pour autant pouvoir se voir.

« Bien gouverneur, je pense que le donjon nous attend désormais. » S’exclama la jeune femme avec un faible sourire aux lèvres.

Explications ♣
Voilà le dernier tour de ce mini-event qui était vraiment très court, mais qui nous permettait de jouer un moment clé de l'Histoire. Vous pouvez maintenant conclure vos réponses ♥ Bon jeu à vous.




princesse Elizabeth
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 7 Juil - 14:15
Face aux regards inquiets de la jeune Lady qu'elle venait d'aborder, Mary se sentit rougir : avait-elle encore commis une désastreuse erreur en allant la saluer ? Décidément, elle était une vraie plaie, en société ! Katherine était d'ordinaire plus à son aise dans cet exercice. Mais en ces temps si sombres, la nouvelle aînée des Grey n'était plus que l'ombre d'elle-même. Mary eut un léger soupir de soulagement lorsque la dame blonde salua chaleureusement Lady Clinton. Elle n'avait donc pas commis une si grande erreur que cela. Par la suite, elle se présenta comme Lady Helen Bird, comtesse d'Albermale… Effectivement, c'était là des noms que la petite Grey avait déjà entendus. Suivant le regard de Lady Clinton, son amie secrète, elle observa la rive d'en face, quoique incapable de mettre un visage sur le nom qu'elles venaient d'évoquer. Un jeune homme apparemment bien présent, qui lorgnait sur le titre de Lady Helen.

« C'est méchant, ça, de vous poursuivre uniquement pour votre titre, » grommela la fillette, avant de rougir de plus belle. Voilà le genre de commentaires dont tu es supposée t'abstenir, idiote ! Non, jamais elle ne serait taillée pour vivre en société. Mais au fond, cela ne la perturbait plus. Dommage que sa mère ait été absente : la voir bouillir de rage aurait été une victoire pour la petite. Mais tout de même… « Désolée, » fit-elle à l'intention des Ladies.

Sa réflexion était stupide. Que croyait-elle, qu'il en irait autrement pour Katherine et elle ? Jane n'avait pas fait un mariage d'amour, c'était certain : toute sa vie, Mary se souviendrait des cris de sa grande sœur lorsque leur mère l'avait frappée, parce-qu'elle refusait d'épouser Dudley. Ils s'étaient finalement appréciés, et étaient entrée ensemble au Paradis. Katherine était belle, certes, mais surtout riche et porteuse d'un nom prestigieux : Herbert ne l'avait pas épousée par amour, bien qu'elle espérait le contraire. Quant à elle-même, Mary… Elle repoussa ces pensées. Nul ne la forcerait jamais à se marier, c'était certain. Elle était peut-être riche et d'une grande famille, mais jamais on ne l'avait dite belle, ou même simplement jolie. Elle, elle était le vilain petit canard de la famille, le crapaud dont on ne parlait guère… Tant mieux. Si elle pouvait s'épargner un mariage, tout irait bien dans le meilleur des mondes.

Katherine étouffa un sanglot, et Mary sortit définitivement de ses considérations. Lizzy venait de se tourner vers elles, vers eux tous… Pourtant, lorsqu'elle parla, Mary eut l'impression qu'elle la regardait. Elle avait déjà eu une impression similaire… Un peu plus d'un mois plus tôt, lorsque sa sœur avait prononcé ses dernières paroles avait de se faire trancher la tête. Soudain transie d'un froid qui n'avait rien à voir avec la température, la fillette déglutit.

« Je vous remercie pour l’amitié que vous m’apportez en ce jour, mais je ne pense pas le mériter. Notre reine, ma sœur mérite plus que tout notre amour, après les difficiles épreuves qu’elle a vécu. Aujourd’hui, je n’entre pas à la Tour comme une prisonnière, mais en tant que loyale servante de notre reine Mary. Longue vie à la reine.
- Que Dieu vous protège, Elizabeth… »
Murmura Mary en se serrant contre Katty pour trouver du réconfort.

Lorsque la jeune rousse eut franchi les grilles, et que celles-ci se refermèrent derrière, Mary sentit quelque chose de liquide déferler le long de sa joue. Non sans un certain étonnement, elle constata qu'elle pleurait : je croyais avoir épuisé mon quota de larmes pour Jane et Père. Apparemment, elle s'était trompée. Des heures bien sombres s'ouvraient pour elle et Katherine, pour l'Angleterre. Ce pays connaîtrait-il finalement l'Age d'Or dont Elizabeth lui avait parlé une fois ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Wayne
the sword in the darkness
♕ Métier : Soldat de la garde royale, second du capitaine John Herbert. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : Poison Ivy ♕ Mon nombre de messages est : 982 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 88 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 27/06/2013 ♕ Mon pseudo web est : BloodyWonder ♕ Mes autres visages : Lavinia Tyburn & Théodore Wolmar Administratrice en uniforme de garde royale.

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 21 Juil - 12:22
THE PRINCESS OF THE TOWER


« Je vous remercie pour l’amitié que vous m’apportez en ce jour, mais je ne pense pas le mériter. Notre reine, ma sœur mérite plus que tout notre amour, après les difficiles épreuves qu’elle a vécu. Aujourd’hui, je n’entre pas à la Tour comme une prisonnière, mais en tant que loyale servante de notre reine Mary. Longue vie à la reine. », déclara la princesse à la foule, avant de franchir les grilles de la prison.

Des simples mots, ayant sans doute été réfléchis au préalable. Arthur doutait qu’avec les accusations qui pesait sur elle, et dont elle avait été reconnue coupable, la princesse Elizabeth pense véritablement ce qu’elle disait. Mais soit. Le soldat garda un visage neutre alors qu’il se tenait à gauche de la fille d’Anne Boleyn, observant la foule avec attention. Une fois à l’intérieur, le gouverneur les accueillit et ils se mirent en route pour le donjon royal. Arthur inclina respectueusement la tête pour saluer son supérieur, tout en se présentant.

« Arthur Wayne, soldat de la garde, enchanté. », dit il quand vint son tour de se présenter.

Alors qu’il marchait derrière la princesse, il observait les lieux, silencieux, ne pouvant empêcher ses pensées de vagabonder à d’autres sujets. Il se demandait à quoi ressemblerait son nouveau travail à la Tour ainsi que ses appartements là bas. Il se demandait si à cette promotion succéderait une autre promotion. Cela lui arrivait parfois de rêver à atteindre les sommets de la garde. Si Dieu le voulait, qui sait, il pourrait peut être un jour, avoir l’occasion de prouver sa bravoure et sa motivation de manière exceptionnelle et être anobli ? Oh bien sur, il ne faisait pas son travail dans ce but là. La noblesse n’était pas un but qu’il souhaitait atteindre. Mais servir le royaume du mieux qu’il le pouvait et être reconnu pour cela, c’était tout de même une idée assez agréable et rêver n’était pas interdit.

Alors que le gouverneur expliquait le « règlement » auquel Elizabeth devrait se tenir, Arthur s’interrogea sur l’avenir de celle-ci. Allait-elle mourir ? Lui demanderait on un jour de la conduire jusqu’à un échafaud ? Parlerait-il un jour à ses enfants de la défunte princesse Elizabeth Tudor, la sœur de la reine, qu’il avait connu tout juste avant qu’elle ne soit exécutée ? Il ignorait si Sa Majesté donnerait l’ordre que sa sœur soit exécutée, mais comme beaucoup de gens, il imaginait fort bien que la princesse était entrée ici pour ne plus ressortir. Après tout, Jane Grey avait bien du mourir, au final, pour que les gens cessent de voir en elle un symbole de rébellion. Symbole qui aujourd’hui vivait en la personne d’Elizabeth Tudor. Alors certes, la décision était d’autant plus délicate à cause des liens de sang qui liait celle-ci à la reine, et comme la reine était une bonne personne, elle aurait bien du mal à décider de ce qu’il convenait de faire...Une chose était certaine ; si une seconde rébellion se déclarait au nom d’Elizabeth Tudor, la reine n’aurait d’autres choix. En attendant, Dieu seul savait.

« Bien gouverneur, je pense que le donjon nous attend désormais. »,s’exclama la jeune femme avec un faible sourire aux lèvres.

Derrière ce faible sourire, la jeune femme se posait les mêmes questions que lui, il le voyait bien. Cela devait être un sentiment horriblement étrange que celui de craindre que l’on puisse mourir du jour au lendemain selon les choix d’une seule et unique personne. Le jeune homme espérait ne jamais connaitre cela, mais il n’y avait aucune raison pour que cela lui arrive…






the sword in the darkness
IRON ✖️ I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate. ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Mar 29 Juil - 14:16
Je me retiens de soupirer de soulagement lorsque je m'aperçois que Lady Clinton joue le jeu. Ma tête n'aurait guère tenu sur mes épaules si Lady Clinton s'était mise à réfuter l'identité de l'homme que je désignais de l'autre côté de la rue avec ce garde non loin. D'autant plus que je sens que cet homme bien trop avide de contenter notre Reine aveuglée par son mariage prochain pour songer aux intérêts véritables de l'Angleterre.

Je ne retiens pas un sourire en entendant Lady Grey commentait l'attitude de mes prétendants. Je sens que je vais bien aimer cette petite, quand bien même elle porte le nom maudit désormais des Grey. Elle a au moins le mérite de dire tout haute ce que toutes les ladies pensent tout bas !

-Ne vous excusez point, Lady Grey ! Déclare-je avec un sourire à son attention alors qu'elle s'excuse. Il est vrai que les hommes cherchent plus souvent à enrichir leur nom de titre ou d'argent que de se préoccuper d'autres choses de leur épouse. Enfin ! C'est le lot de nous toutes de servir de pièces pour accroître l'honneur des familles de nos époux. Il n'y a guère Sa Majesté La Reine Mary dans ce beau royaume d'Angleterre de ne pas avoir ce genre de tracas. Soupire-je.

Soudain, la Princesse Elizabeth se tourne vers notre groupe afin de prononcer les dernières paroles en tant que femme libre. Cherche-t-elle à se donner du courage avant de franchir peut-être pour la dernière fois les grilles de la Tour ? Diantre, cette pensée me retourne l'estomac. Oh Dieu, laissez notre seule espoir vivre !

Avec un certain effroi, j'observe les grilles se refermaient sur la Princesse Elizabeth. Je me maudis de mon impuissance. Je remarque soudain que la jeune Lady Grey pleure. Pauvre fille ! Après son père et sa soeur, voilà que sa cousine entre dans ce funeste lieu. Avec un élan maternelle que je me connais pas, j'attire la petite lady dans mon giron pour la réconforter. Quand bien même elle porte un nom maudit, une enfant ne devrait pas être confronté à la mort de ses proches à cause d'une hache !

-Séchez vos larmes Lady Grey ! Murmure-je compatissante. Je suis certaine que Son Altesse la Princesse Elizabeth sera bien traitée. De plus, ajoute-je en poursuivant dans un murmure à son oreille, Sa Majesté la Reine Mary serait bien folle de tuer son héritière tant qu'elle n'aura pas d'enfant de son futur époux.

Car c'est cela une vérité inchangeable : la Reine est pour le moment sans enfant et il serait des plus scandaleux si jamais elle ferait périr sa sœur sur l’échafaud. Je pense que tant que la Princesse fait profil bas à la Tour, la Reine ne pourra pas l'exécuter. Sauf si son fanatisme et sa paranoïa l'emporte. Mais cela, je le tais. Je ne tiens pas à perdre ma tête !
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  Lun 11 Aoû - 21:29
Aujourd’hui est un mauvais jour pour Londres, pour l’Angleterre et pour les Anglais. En effet, la Princesse Elizabeth, cette jolie princesse rousse est enfermée à la Tour sous ordre de sa sœur. Je suis présente ici accompagnée de diverses personnalités dont les sœurs Grey, la demi-sœur du roi de France. Il est dur pour moi de voir cette princesse entrée à la Tour, j’ai toujours préférée Elizabeth aux autres. Pourquoi cette préférence ? Je ne sais point. La douce princesse distribue de l’or, elle est si généreuse. J’espère qu’à la Tour, elle sera bien traitée. Est-ce que je pourrais m’y rendre ? Il faut que j’essaye de demander à mon époux pour que je puisse m’y présenter. Mais, je sais que je risque d’être surveiller. Après tout, j’ai déjà trahi une reine, Jane Grey. Je peux trahir cette Mary Tudor mais il faut que je sois vigilente et je fasse rien qui puisse la contrarié. La fille ainée du roi Henry VIII va-t-elle rester longtemps au pouvoir ? Combien de temps ? J’espère que si elle reste longtemps qu’elle change, en effet, le début de son règne n’est pas doux mais sanglant. Enfin bref, pour le moment, nous enfermons la Princesse Elizabeth.
Par la suite, Helen Bird arrive, Mary Grey, la sœur de l’infortunée Jane prend la parole. Elle nous présente à la nouvelle arrivante. Je souris à Helen et je compris son alibi. Je l’aide à continuer sur sa lancée. Mary Grey parle par rapport aux hommes coureurs de jupons, je lui adresse un sourire maternel. J’aurais aimé toucher son épaule et lui montrer mon affection mais dans cette populace, ce n’est pas évident. Elle s’excuse, je la regarde tendrement.

Helen -Ne vous excusez point, Lady Grey ! Il est vrai que les hommes cherchent plus souvent à enrichir leur nom de titre ou d'argent que de se préoccuper d'autres choses de leur épouse. Enfin ! C'est le lot de nous toutes de servir de pièces pour accroître l'honneur des familles de nos époux. Il n'y a guère Sa Majesté La Reine Mary dans ce beau royaume d'Angleterre de ne pas avoir ce genre de tracas.
Elizabeth – Vous avez raison Lady Bird mais dans certains mariages, l’amour peut exister ou une certaine forme d’affection. Et ce n’est rien, Lady Grey. Dis-je avec un sourire.

Ensuite, la princesse se tourne vers nous et j’ai envie de pleurer. Mais, il faut rester forte. Pour elle ! Pauvre Princesse, elle n’a jamais connu sa mère … Que dieu, la protège !

Elizabeth Tudor - Je vous remercie pour l’amitié que vous m’apportez en ce jour, mais je ne pense pas le mériter. Notre reine, ma sœur mérite plus que tout notre amour, après les difficiles épreuves qu’elle a vécu. Aujourd’hui, je n’entre pas à la Tour comme une prisonnière, mais en tant que loyale servante de notre reine Mary. Longue vie à la reine.

Je prends dans ma main, une des mains de Mary Grey, je la serre. Elle a eu une vie difficile. Je regarde Elizabeth partir vers la Tour, endroit qui a vu tant de malheurs … A commencer par l’emprisonnement de sa mère, de son oncle, de sa belle-mère mais également de sa cousine. Les Tudor vont-ils continuer à se détruire de jour en jour ? Comment sera l’Angleterre dans dix ans voir dans un siècle ? Je l’ignore. Dieu le sait !

Elizabeth – Mesdames, si vous voulez, vous pouvez venir chez moi ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: ❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".  
Revenir en haut Aller en bas
❧ MINI-EVENT n°5 ♣ "The princess of the Tower ♣ 18 mars 1554".
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !
» [Mini-event]Les Jishin Kaizokudan débarquent!!!
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [Mini-Event] L'amende est le fruit de l'amandier.
» [Mini-Event] Combat aride

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: