AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla et Safari
nous faisons notre possible pour l'optimiser pour Google Chrome

Nous nous situons aux alentours de mai/juin 1556.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
Nous recherchons aussi des membres du peuple.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit Dim 25 Jan - 18:54
Un repos bien mérité




Il avait des moments quand on était une noble dame, où le repos et la paix étaient de mises. Louise était une femme plutôt intriguante à la cour de Guise et il fallait bien avouer que bon nombre de personne souhaitait l'approcher pour en apprendre un peu plus sur la française, la plus détestée d'Ecosse.

Alors parfois, Louise appréciait s'isoler dans un coin tranquille pour simplement pofiter du silence et du calme. La fête de Samhain avait eu un franc succès au palais et les festivités avaient épuisé la belle dame de Brézé, le froid et la pluie c'était installé sur le pays. On venait d'entamer le mois de novembre et l'hiver arriver bientôt aux portes de l'Ecosse.

Il avait bien longtemps qu'elle n'avait pas sentit le contact de l'herbe sous ses pieds et l'envie irrestible de sortir, ce fit rapidement ressentir dans le corps de Louise. De plus elle déprimé quelque peu dans ce palais, personne n'était réellement capable de l'occuper. Louise ce leva de son grand lit à baldaquin. Sur le lit était étendu une grande couverture en brocart brodé des motifs de la maison de Guise, les drapés qui permettait ainsi que camoufler Louise, était ainsi orner de motif espagnole qui avait rapidement gagné les différents pays.

Louise marcha vers sa petite coiffeuse, où une servante avait posé un broc et une cuvette en porcelaine. Madame de Brézé, glissa ses mains dans la cuvette et passa rapidement de l'eau sur son visage. Elle ce posa ensuite face à son grand miroir et entreprit de ce brosser les cheveux seule, comme elle aimait le faire.

Aujourd'hui il n'y aurait point de coiffure extravagante, ni de perruque, elle laisserait simplement ses cheveux au naturel. Une fois prête, Louise enfila une robe des plus simple. C'était une robe qu'elle avait pris l'habitude de porter lorsqu'elle était en France. Il était rare de voir une robe aussi simple sur une dame de la cour, mais Louise n'avait guère envie de revêtir une robe chic pour aller dans l'herbe.

Elle noua cependant un châle autour de ses épaules pour éviter de prendre froid avant de ce diriger vers l'extérieurs du château. Une servante hésita un moment à la retenir avant de finalement la laisser faire, après tout Louise était libre de faire ce qu'elle voulait et ce n'était certainement pas une servante qui allait lui dicter sa conduite.

Madame de Brézé prit la route de la campagne écossaise, il n'était pas très commun de voir une dame avec temps de noblesse, s'isolé dans la campagne. Mais c'était l'endroit où Louise pouvait enfin être elle même et puis il avait toujours quelques gardes, qui gardaient un oeil sur elle, sans jamais pour autant l'a déranger. Elle prit place contre un arbre qui perdait ses feuilles, Louise leva la tête et contempla le haut des branches. L'automne était une saison qu'elle appréciait, les couleurs étaient magnifique et le temps n'était pas encore trop froid.

La jeune femme reposa son regard sur les lieux qui l'entouraient, elle ferma un moment les yeux et profita du silence, lorsqu'un bruit ce fit entendre non loin d'elle...


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit Ven 6 Fév - 21:23
L'écosse, pays de mes origines et de mes croyances est un vaste territoire verdoyant, il fait beau généralement. En ces temps sombres, la vie n'est plus la même, surtout que je suis enceinte et que mon époux n'est pas encore là. De plus, mes cousines Margaret et Jane ne seront pas là lors de ma délivrance, sans leur aide, je ne pense pas pouvoir donner la lumière à mon enfant à naître. Je sais qu'il aura Priam, mon meilleur ami ainsi que des personnes que j'apprécie, sans doute James, il m'a promis qu'il viendrait. Et s'il ne vient pas, je serais affligée … Triste. Je n'aime pas quand on rompt une promesse. Il n'a pas le droit! Enfin … Il doit avoir d'autres soucis à régler. Je regarde l'horizon à travers la fenêtre de mes appartements, il fait un temps automnale. Je n'apprécie pas ce temps si mauvaise, si maussade, si déprimant. Je suis vêtue de ma robe de grossesse, une robe blanche mettant en valeur ce ventre de femme enceinte, une femme féconde. Je décide d'aller dehors, je change ma robe, et je met une robe couleur bordeaux. Mes cheveux sont tressées, je dépose une couronne de fleur que j'avais composé tantôt, on retrouve des fleurs de la saison. Je souris, je sors du palais royal. Où vais-je ?

Je décide d'aller à la campagne, le carrosse m'amène dans cette campagne. Je vois au loin, une silhouette angélique, blonde de blé, cette dernière est appuyée contre un arbre. Je m'approche doucement, lentement. Je me dépose ma main sur son épaule, je suis derrière elle et je lui bande les yeux avec un sourire malicieux.

Agnès – Devinez qui suis-je lady ? Dis-je en masquant ma voix enfantine.

Comment ai-je connu Louise ? A la cour de France, Louise et ma mère ont sympathisé à cette cour de la fleur de Lys. Louise m'a souvent chaperonnée quand je sortais lors des fêtes loin de Paris, une belle époque. Une époque qui ne sera jamais oublié pour moi. Louise … Cette femme que je vois là, je la considère comme ma mère. Elle ne m'a pas donné la vie, elle n'est pas la chaire de ma chaire ni mon sang de mon sang, mais elle m'a donné son amour. Je me demande comment elle va réagir face à ce que je viens de lui faire. Je continue de garder mes mains blanches sur ces yeux. Je souris. Le vent souffle. La nature est calme, paisible contrairement dans notre patrie Maudits soient ces protestants ! Je tolère qu'un seul, mon cousin James. Et Marguerite ? Je ne sais pas quoi penser … Je ne sais plus. Je suis perdue. Je dois lui faire la paix surtout si je pense que je vais mourir lors de mon accouchement. La vie d'une femme n'est jamais facile, on est toujours soumise aux lois des hommes. Mais, j'ai trouvé l'amour auprès de William, mon doux seigneur et maître. Je l'aime oui. Mais combien de temps cet amour fort et léger va continuer à brûler dans l'antre de mon cœur ? Dans le coffret de mon âme éternelle ? Encore des années jusqu'à notre mort ? Où vais-je trahir sa confiance ? Non, je ne serais pas comme ma mère, cette femme qui a osé trompé mon père … Ou plutôt mon feu père. Comment a-t-elle pu oser le trahir ? Elle a brisé mes rêves, mes espoirs. Pour moi l'amour est la fidélité même. On doit rester fidèle à la personne qui est devenu notre conjoint. Je respire, or … Certains hommes ne sont pas fidèles à leur femme. Je pense à ma cousine Jane, Archibald, ce crétin, cet idiot a trompé ma cousine … Il a brisé son cœur de cristal, son cœur doux et humble. Je le maudis à jamais. On ne touche pas aux Stuart … Ou le destin fatal s’abattra sur ceux qui les font souffrir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit Sam 7 Fév - 19:13
Un repos bien mérité




Louise n'eut pas le temps d'ouvrir les yeux que des mains ce posèrent sur ses yeux et une voix ce fit entendre.

Devinez qui suis-je lady ?

Louise avait du mal à reconnaître la voix en revanche, il avait une chose qu'elle pouvait facilement reconnaître c'était l'odeur de la personne. Elle avait passé beaucoup de temps avec Agnès et la jeune femme avait une odeur que Louise appréciait et puis c'était des mains trop délicate pour être celle d'un homme, et il fallait bien avouer qu'il avait peu d'homme qui s'approchait de Louise. Elle décida cependant de jouer le jeu amuser par le comportement enfantin de sa protégé, surtout que la fête de Samhain avait mis à rude épreuve les nerfs de chacune.

Louise fit semblant de réfléchir "...et bien ce n'est point simple...mais j'espère que vous êtes beau pour m'importuner ainsi de la sorte !" Elle ce mit à rire légèrement avant d'ajouter "...Je pense que vous êtes grand, les cheveux sombre et long c'est important, ça donne un côté plus sauvage...ah et vos yeux j'espère qu'ils sont aussi clair que le ciel !"

Louise posa ses mains sur celle de Agnès avant de les faire glisser de ses yeux et de la regardé un petit sourire sur les lèvres "Oh ! Vous n'êtes pas le prince charmant ?!" La jeune femme prit sa protéger dans ses bras et l'enlaça tendrement "Comment vous sentez vous très chère ? Est ce que vous êtes remis de cette soirée ? Et votre blessure ?"

Louise avait toujours pris grand soin de Agnès, la jeune femme passait même avant les propres enfant de Louise et il fallait bien avouer que Madame d'Anet considéré la jeune Livingstone comme sa propre fille. Elle avait pu l'accompagner plusieurs fois dans les rues parisiennes pour s'assurer que rien de malsain lui arriverait. Au fur et à mesure leur relation avait prit un nouveau tournant et même ci elle n'était pas du même sang, Louise avait beaucoup d'amour pour Agnès.

Elle c'était d'ailleurs beaucoup inquiété quand elle avait entendu Agnès criée à la soirée de Samhain, mais par chance James avait réagit suffisamment vite pour éviter le drame. En tout les cas Louise allait d'avantage profiter de la vie après cette soirée horrible qui avait surement marqué plus d'un esprit.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit Mer 11 Fév - 19:51
Chaque cycle s'accompagne de changement, il y a le cycle de la vie, certes parfois détérioré, le cycle des saisons ou encore celui du soleil. En ce moment, il y a un changement de saison qui arrive dans peu de temps, en effet, novembre est la poursuite de l'automnale mais il sera suivi de décembre, mois d'hiver par excellence. Et aujourd'hui, un temps magnifique se prête pour que je sorte dans les campagnes surtout après cet événement arrivé dans nos terres. Je vois ma chère Louise et je décide de jouer, je lui bande les yeux pour qu'elle puisse deviner qui je suis. J'écoute les hypothèses de mon amie et je ris à l'une d'elle. Un de mes premiers rires depuis l'affaire sanglante, je dois avouer. Elle pose sa main sur la mienne, je la regarde. Et, elle enlève mes mains. Elle me regarde, je lui souris. Je suis devant elle et je ris quand elle dit que je ne suis pas un prince. Louise a le don de me faire rire. Elle me prends dans ses bras, je me retrouve assise contre elle. Un peu comme un enfant se refuge dans les bras de sa douce mère. Avec ma mère, nous n'avons eu de réelle complicité, sans doute quand j'étais qu'une petite fille mais je ne garde pas une vision très maternelle. Non … M'a-t-elle aimé ? Peut-être. Toute façon, je ne supporte pas sa relation avec le roi du lys.

Louise -Comment vous sentez vous très chère ? Est ce que vous êtes remis de cette soirée ? Et votre blessure ?"
Agnès – Je me porte bien même si cet accident ne soit pas oublié dans ma mémoire. Je porte ma main sur ma gorge, un peu entaillée par cette lame froide. Pourquoi les hommes sont si méchants Louise ? Pourquoi doivent-ils commettre des folies ? Violer, tuer, prendre ? Sommes-nous que des proies pour eux ? Je mordille mes lèvres et je reste contre elle, prête à pleurer. Mais, je dois étouffer mes sanglots. Je ne suis plus un bébé. Je la regarde avec un regard tendre et enfantin. Oui, Louise est pour moi, une mère. Je lui souris. Et, vous Louise ? Comment allez-vous ? Je pose ma main sur mon ventre. Vous pensez que les hommes tuent les femmes enceintes ? N'est-ce pas un péché de tuer des personnes ?

Je respire doucement et je la regarde. Je pense à ses enfants, ils sont loin d'elle. Comment elle fait pour vivre sans eux ? Je pose ma main libre sur sa joue, et je lui souris. Puis, pensant que des gens pouvaient penser que nous avons des mœurs qui ne sont pas conformes aux idées de notre bien-aimée Eglise, je m'enlève de son étreinte maternelle, je déplace en face d'elle et je lui donne mes mains d'enfants.


Agnès – Que voulez-vous faire Louise ? On pourrait aller à la ferme ? J'aimerais pour une fois, oublier mon existence riche et goûter les plaisirs comme manger du fromage, traire une vache ou que sais-je. Qu'en-pensez-vous ? Je souris. Nous pourrons passer quelques jours à la ferme, qu'en pensez-vous ? On pourra convier quelques connaissances, je pense à Lady Anne Somerset, il me semble qu'Aliénor d'Anjou va bientôt arriver, on pourra leur soumettre l'idée ? Je lui fais un sourire angélique. J'avais envie d'être ailleurs, mes cousines vont partir en Angleterre et elles ne seront pas avec moi. Je déclare d'une petite voix. Au moins, cela nous permettra de nous reposer et d'oublier ce fâcheux accident … Je pense à ma tante Marie de Guise. Vous pensez que ma tante va accepter ? Lui dis-je inquiète.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit Mar 17 Fév - 8:23
Un repos bien mérité




Il avait des moments dans une vie ou c'était agréable de ce faire surprendre, Louise sentit un soulagement lorsqu'elle sentit Agnès s'installer à ses côtés. Elle n'avait pas la chance d'avoir ses enfants à ses côtés et quand elle y repensait, elle n'avait jamais pris le temps de faire des choses avec eux. Pourquoi ? Elle avait envie que tout cela change, elle voulait offrir des moments intime à ses enfants, il allait falloir qu'elle les réclames. Comment était il possible qu'une mère soit obligé de réclamer ses enfants pour les voir ? Louise sortie de ses pensées lorsqu'elle entendit Agnès prendre la parole.

Je me porte bien même si cet accident ne soit pas oublié dans ma mémoire. Je porte ma main sur ma gorge, un peu entaillée par cette lame froide. Pourquoi les hommes sont si méchants Louise ? Pourquoi doivent-ils commettre des folies ? Violer, tuer, prendre ? Sommes-nous que des proies pour eux ? Et, vous Louise ? Comment allez-vous ? Vous pensez que les hommes tuent les femmes enceintes ? N'est-ce pas un péché de tuer des personnes ?

Louise posa sa main sur la tête de Agnès et lui caressa les cheveux "Il y a en ce monde des gens bien cruelle Agnès, ils n'ont aucune loi et n'ont pas Dieu dans leurs coeurs. Nous avons toujours était des proies facile, nous sommes fragile et avons besoin des hommes pour nous protéger et veiller sur nous...Même ci je sait qu'il y a des femmes forte qui n'ont besoin de personne...Et vous savez je ne sais pas ce qu'ils auraient été capable de faire."

Louise garda le silence, la nuit de Samhain avait été éprouvante pour beaucoup de personne, elle avait même faillit mourir ce soir là. Elle reposa son regard sur sa protéger et lui sourit "Ne vous en faites pas je me porte à merveille !" Est ce que c'était vrai ? Non, Louise avait toujours masqué les choses, elle ne voulait pas affoler Agnès qui avait bien d'autre chose à penser. D'ailleurs la jeune femme lança une idée plutôt insolite.

Que voulez-vous faire Louise ? On pourrait aller à la ferme ? J'aimerais pour une fois, oublier mon existence riche et goûter les plaisirs comme manger du fromage, traire une vache ou que sais-je. Qu'en-pensez-vous ? On pourra convier quelques connaissances, je pense à Lady Anne Somerset, il me semble qu'Aliénor d'Anjou va bientôt arriver, on pourra leur soumettre l'idée ? Je pense à ma tante Marie de Guise. Vous pensez que ma tante va accepter ?

Louise lui lança un sourire, l'idée était fabuleuse "Avec plaisir très chère ça nous changera de l'air du château et je suis sur que les paysan seront ravis de notre présence dans leurs ferme ! Il faudra convier madame De Roy également, elle qui m'a sauvé la vie...En ce qui concerne votre tante je ne me fait guère de soucis, vous savez à merveille avoir ce que vous voulez, elle ne pourra pas vous refuser ça surtout avec un si jolie sourire !"

Louise garda précieusement les mains d'Agnès dans les siennes, c'était un vrai moment de repos.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit Lun 6 Avr - 13:49
Je regarde Louise, cette jeune femme aurait pu être ma mère mais le destin a décidé que je sois la fille de l'impure Janet Stuart mariée à Malcom Fleming devenu maîtresse du roi Henri II. Je déteste ma mère pour ce choix, je la déteste. Ma mère n'a jamais été présente pour moi, elle m'a juste donné la vie. Je souris à Louise, si je pouvais choisir une autre mère, je la prendrais elle et ma tante Marie de Guise. Je regarde le ciel, je m'assois près d'elle. Je commence à parler, je n'ai pas peur de parler quand je suis avec Louise, je me sens bien. Je me sens libre et non retenue par des chaînes. Louise pose sa main sur mes cheveux, j'avais envie de pleurer. Pleurer peut me faire du bien mais je peux paraître faible aussi. Non, je ne dois pas pleurer ! Je suis une Stuart !

Louise - Il y a en ce monde des gens bien cruelle Agnès, ils n'ont aucune loi et n'ont pas Dieu dans leurs coeurs. Nous avons toujours était des proies facile, nous sommes fragile et avons besoin des hommes pour nous protéger et veiller sur nous...Même ci je sait qu'il y a des femmes forte qui n'ont besoin de personne...Et vous savez je ne sais pas ce qu'ils auraient été capable de faire.

Agnès – C'est tellement horrible ! Pourquoi faire ça ? Nous sommes des êtres purs ! Dieu nous envoit ces hommes pour nous tenter ou monter notre force ? Je suis perdue Louise … Les hommes sont monstrueux Louise.

Je la regarde, Louise me rassure sur le faite qu'elle se porte bien, je lui fais un petit sourire. Parfois, j'aimerais retourner en enfance et me faire câjoler ! Mais, je ne suis plus une enfant, je suis une mère et une femme. Puis, je pose plusieurs questions à Louise. J'attends sa réponse avec grande impatience ! J'avais tellement besoin d'être heureuse et ne pas être enfermée dans ma chambre mais ceci pourrait nuir au bébé ? Je ne l'espère pas ! Je ne veux pas faire du mal à mon bébé, à cette pensée, je pose mes deux mains sur mon gros ventre. Dans quelques temps, je vais accoucher. Je pourrais aller à cette ferme avant d'entrer en confinement mais je devrais demander l'avis de ma tante. Il vaut mieux, elle sait toujours me conseiller . Et si elle souhaite que je reste au lit, je l'écouterais, après tout, avec les événements récents, je ne devrais pas rester trop longtemps dehors … Quel dommage !

Louise - "Avec plaisir très chère ça nous changera de l'air du château et je suis sur que les paysan seront ravis de notre présence dans leurs ferme ! Il faudra convier madame De Roy également, elle qui m'a sauvé la vie...En ce qui concerne votre tante je ne me fait guère de soucis, vous savez à merveille avoir ce que vous voulez, elle ne pourra pas vous refuser ça surtout avec un si jolie sourire !

Agnès – Je l'espère … Je n'ai pas le temps de finir ma phrase car je sens un coup au ventre. Je crois qu'il faut que je rentre au château Louise, je suis désolée d'écourter vos moments de bonheurs dis-je en me tordant de douleur.

Je n'aurais pas du sortir au château, il est temps pour moi de rentrer en compagnie de Louise. Ce bébé sera très différent de son aîné, je le sens déjà.

HJ : désolé du retard ma belle I love you du coup, pour la suite, on peut faire le rp avec Anne Somerset, toi et moi ? Smile
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Message Un repos bien mérité feat Libre ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
Un repos bien mérité feat Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Du repos bien mérité (13.03 - 13h37)
» Repos bien mérité dans une taverne.
» Un repos bien mérité? [Pv.Laelya]
» Un repos bien mérité [PV première année Gryffondor =)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Thorn Birds ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: