AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
❝ Invité ❞
Invité

On ne badine pas avec les femmes... Empty
MessageSujet: On ne badine pas avec les femmes...  On ne badine pas avec les femmes... Icon_minitimeVen 11 Avr - 18:23
    Il y avait ces heures où l’on pouvait oublier, pour un moment, les devoirs. Bien sûr, cela ne pouvait pas durer éternellement. Le devoir revenait toujours, cognant à la porte, jamais doucement, toujours d’un bruit ferme et commandeur. Lorsqu’il venait, on s’arrachait au plaisir, oui, mais la séparation n’était pas si difficile. La pensée qu’en retournant auprès du devoir, on travaillait au royaume de Dieu, à sa manière, était bien douce et valait bien tous les plaisirs du monde… quelle que soit leur forme. Il y avait bien des manières de la trouver : il y avait des formes plus vertueuses, comme des formes plus… taboues, dont on ne parlait qu’à mots couverts, ou alors même pas du tout… Après tout, c’était péché. Non? Un bon Anglais, qu’il soit catholique ou protestant, avait à peu près le même code d’éthique, dont la base consistait dans les Dix Commandements. Mais il y avait toujours quelques petits écarts, plus ou moins graves, selon l’acte, les circonstances et le but… La morale était une chose, après tout, si flexible, n’est-ce pas? Bien sûr, à moins de vouloir se faire taxer de sorcellerie ou quelque chose d’autre dans le genre, on ne disait pas cela trop fort… Mais c’était vrai, et tout le monde en était plus ou moins conscient.

    Jasper Riddle avait toutes les caractéristiques du garde modèle, et c’était un fait bien établi. À voir comment il avait gravé les échelons, alors qu’il avait appris à manier les armes d’une façon assez autodidacte, et de plus qu’il était surdoué dans le domaine. Il n’avait pour ainsi dire jamais eu de manquement… mais il y a toujours un moment où on doit poser l’épée, et devenir monsieur-tout-le-monde… S’accorder quelques petits plaisirs n’avait jamais fait de mal à personne… Une femme… pourquoi pas? Il ne serait certainement pas le premier à profiter du plus vieux métier du monde. Puis venaient ces moments, souvent, malheureusement, juste après qu’il soit passé à l’acte, où il en venait à s’haïr soi-même. Il se réveillait, repensait aux devoirs du chrétien, se disait qu’il était tombé aussi bas qu’un infidèle. Mais il était homme. Il avait besoin de sentir le doux parfum de nectar des cheveux d’une femme, une peau satinée… Vivre sans cela, à cause que lui n’avait jamais eu le bonheur de pouvoir un jour épouser une femme qui l’aimerait tout autant que lui l’aimerait, où une vie de famille aurait sûrement rassasié toute la faim charnelle qui, par intervalles, venait l’obséder… Tout cela à cause du jour où l’homme qui disait être son père l’avait marqué au fer rouge, au visage. Depuis ce jour-là, il était mort aux yeux des hommes. Il ne lui restait plus qu’à œuvrer pour la plus grande gloire de Dieu.

    Oui, en ce moment précis, quand il était enfin sorti des vapeurs d’une nuit assez… mouvementée, se demandant pendant un moment où il était, puis, se rappelant, assez mécontent (pour parler délicatement) qu’il était au Red Lantern, aux côtés d’une prostituée rousse dont il ne se rappelait même plus le prénom, Jasper s’haïssait lui-même. Qu’était-il, sinon une ordure, pour toujours retomber, encore et toujours? Il devait se soulager, se débarrasser de cette pensée obsédée, quitte à tout briser autour de lui. Il se tourna donc lentement, cherchant de ses yeux dorés, qui rappelaient singulièrement ceux d’un chat, quelque chose à briser. Rien. Il n’y avait que le lit où il était assis, trônant au beau milieu de la chambre, triomphant, comme s’il voulait le narguer. Il avait beau être dessus, oui, c’était étrangement le lit qui semblait le dominer. Mais il y avait aussi elle.

    Sans elle, rien de tout cela ne serait arrivé.

    Jasper ne se rendit même pas compte qu’en un éclair de seconde, son cerveau s’était éteint, laissant place à la Bête. Cette Bête qu’il croyait réellement venir du démon, qui lui faisait croire qu’il était possédé, et qu’œuvrer au retour du catholicisme l’aiderait à s’en sortir. Mais on ne se débarrasse pas de ce qu’on appelle aujourd’hui sociopathie d’une telle manière… La Bête avait faim. Elle ne se nourrissait pas de chair et de sang, non. Elle se nourrissait de douleur. Voir que les autres souffraient tout autant qu’elle la réconfortait, en quelque sorte. De sa force déculpée, la Bête saisit la rouquine par le bras, et, comme s’il s’était agi d’une plume, elle la lança violemment en dehors du lit. Puis, stoïquement, elle regarda le réveil plutôt brutal de sa victime, ne ressentant ni remords, ni contentement, ni colère, ni joie.

    Rien.

    Pourquoi rien?

Revenir en haut Aller en bas
Lorena I. Martines
❝ Lorena I. Martines ❞
La séduction a un visage
♕ Métier : Ancienne fille de joie, espionne & danseuse du Red Lantern sous le nom d'Avaline Clives. Protégée d'Antanasya Cavendish. Nourrice & gouvernante des enfants Cavendish. ♕ Age : 26 ans ♕ Religion : apprentis protestants ♕ L'avatar a été fait par : yas_jazz & Nymeria. & Voltaire ♕ Mon nombre de messages est : 785 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 0 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2013 ♕ Mon pseudo web est : Mary/ Lucrezia/ ReineSoleil ♕ Mes autres visages : Mary De LaCroix On ne badine pas avec les femmes... Tumblr_nj9es4AulV1s4pr6ko9_r1_250

On ne badine pas avec les femmes... Empty
MessageSujet: Re: On ne badine pas avec les femmes...  On ne badine pas avec les femmes... Icon_minitimeLun 21 Avr - 16:51
Il ne faut jamais battre une femme, même avec une fleur
On ne badine pas avec les femmes...

Lorena avait passé la nuit avec un homme. Il avait été très doux avec elle…Qui aurait cru qu''il allait avoir un tel comportement le lendemain.

Sa soirée de travail avait commencé comme d'habitude. Elle avait commencé une danse sensuelle devant les clients du bordel qui la regardaient des "étoiles pleins les yeux" puis elle avait rencontré quelqu'un qui avait payé Mary-Ann pour qu'elle passe la nuit avec lui et ils se sont mis au lit directement après être entré dans la chambre de la rousse servant de touche d'exotisme à la maison close. Après un moment des plus torrides, ils s'étaient tout deux écroulés,épuisés et en sueurs, sur le lit. Lorena, pour sa part, avait dormi toute habillée car son client du soir n'avait même pas pris la peine de lui enlever sa robe. Tout ce qu'il avait fait, c'était relevé son jupon et délasser un peu son corset pour ne pas être gêné. Elle aurait du se dénuder entièrement après l'acte mais, complètement dans les vapes, elle n'avait pas pris la peine de le faire et s'était endormie. Un sommeil sans rêve et paisible…


Son réveil l'était nettement moins en revanche!

Elle n'a pas eu vraiment le temps de comprendre ce qui lui était arrivée. Elle dormait mais dans un semi réveil, elle avait entendu son client se relever sur le lit. Croyant qu'il allait rassembler ses affaires et partir, elle n'avait pas réagi surtout que les clients ayant passer toute une nuit avec une femme du bordel partait, en général, avant qu'elle ne se réveille. Tout se passait bien quand elle senti une main ferme se refermer sur son avant bras et la propulser au dessus de son client hors du lit. Elle eu le réflexe de pousser un cri de surprise mélangé à la peur avant de terminer sa course sur la table basse à côté de la couchette qu'elle heurta sans la moindre once de douceur. Elle s'écrasa à terre dans tout un fracas à cause des bouteilles de vin et verres vides qui éclatèrent en entrant en contact avec le sol. Sonnée et complètement perdue, elle se mit en position à genoux en portant des mains tremblantes sur son front ainsi que sa bouche et, en la retirant, elle remarqua que celles ci était couverte de sang. Elle s'était ouvert la tête et la lèvre inférieure en heurtant les débris de verre cassés au sol. Elle échangea un regard où régnait la confusion avec son client…Mais pourquoi Diable avait il donc fait ça?

Tout d'un coup, elle sursauta en entendant un éclat de voix derrière la porte et un tambourinement furieux.Elle voulu se lever mais pesta contre ses jambes paralysés par la peur. Elle réussi néanmoins, en s'aidant, à se relever pour tituber vers la porte mais, pas assez rapide et craignant que son client ne relève la main sur elle, elle dit, d'une voix faible et enrouée:
…A l'aide...

Revenir en haut Aller en bas
On ne badine pas avec les femmes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: