AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Peuple Anglais
♕ Métier : Gérante de l'établissement de plaisir : Le Red Lantern ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : catholiques ♕ L'avatar a été fait par : fassylover ♕ Mon nombre de messages est : 200 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : Serindë ♕ Mes autres visages : James O. Wakefield

MessageSujet: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Sam 20 Aoû - 15:34


Mary-Ann & Evelyn
   Future can be so surprising

M
a bourse faisait un son de plus charmant lorsqu'elle frottait le haut de ma cuisse. J'adorais le cliquetis délicat des pièces qui s'entre-choquaient sous mes mouvements. L'un de me client régulier venait de s'en allé et Mary-Ann m'avais fait quérir. J'avais, cependant pris le temps de faire un brin de toilette avant d'enfiler une autre robe rouge, (presque toutes étaient rouges. J'en possédais juste une noire en cas de malheur et une bleu pour des occasions spéciale, sinon, j'avais une grande préférence pour les robes de couleur rouge. Contrairement aux autre filles, j'avais une penderie plutôt grande, après mon divorce j'avais tout bonnement refuser de les vendre, c'était les seule choses qui me rappelait qui j'avais été jadis et j'y tenais énormément. Donc, je descendais les escalier, ma bourse rebondissant sur ma hanche, preuve d'un travail parfaitement exécuté et rejoignis de bureau de la patronne du Red Lantern, certaines, filles lorsqu'elles y étaient convoquées avaient peur et souvent avec raison, mais pas moi, je considérais Mary-Ann comme une amie et même si elle avait des réprimandes à me faire, je ne craignais pas pour ma place de travail. Déjà parce que je satisfaisais tous mes clients et j'effectuais mes tâches qui m'avais été assignées au bordel quotidiennement.

Mary Ann était un femme gentille mais je sais que certaine filles du bordel la trouve très impressionnante et, bon peut être dire qu'elles ont peur est un grand mot, mais n'aime vraiment pas l'idée d'être convoquée dans son bureau. Un petit sourire se dessina sur mon visage à cette pensée lorsque j'arrivais devant la porte et frappais.

« C'est Margery »

Dis-je à travers le battant, attendant l'autorisation pour le pousser et entrer dans la pièce. Elle connaissait mon vrai prénom mais savais aussi que personne d'autre au Red Lantern me savait. Je détachai ma bourse de ma jupe, après avoir refermé la porte pour la donner à la maquerelle après tout c'était son argent.

« Le travail de l'après-midi »

Lançais-je joyeusement avant de prendre place en face d'elle de l'autre côté du bureau en chêne massif qui était vraiment magnifique. Un fois adossée à mon dossier, les bras posé sur les accoudoir de la chaise et les jambes croisée je repris

« En quoi puis-je t'aider ? »

Ce n'était certainement pas pour juste voir mes pommettes qu'elle m'avait fait venir ni pour l'argent car généralement je lui donne tous ce que j'ai gagné en une journée le matin suivant.





WILDBIRD


Tears aren't a woman only weapon, the best one is between your legs. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Dim 21 Aoû - 10:38
Début février 1556.
Mary-Ann avait été réellement confrontée à la maladie quand son mari était tombé gravement malade au début de l'année 1543. Ça avait été le début d'une longue transformation. Charles, avenant banquier, qui ne traînait jamais le matin dans son lit, toujours occupé par milles et une chose à faire dans sa journée, avait fini, petit à petit par ne plus rien savoir faire d'autre que de rester dans son lit. Il avait du cesser de travailler. Il avait besoin de l'aide de son épouse pour à peu près tout...Mary-Ann avait tout fait pour tenter de le sauver, mais à part prolonger un peu son temps de vie, et donc de souffrance, cela n'avait pas fonctionné. Au moins, Charles aura eu le temps de voir Arthur devenir un jeune homme, car Arthur n'avait que 12 ans quand son père était tombé malade, et 16, quand il était décédé, le même mois de la même année que le roi Henry. Ça avait été comme si le peuple anglais pleurait avec elle la mort de son mari, alors qu'il s'agissait de la mort du roi.

Mary-Ann rédigeait des comptes dans son bureau quand elle fut prise d'une nouvelle quinte de toux, très violente, cette fois, si bien qu'elle fut obligé de dé-serrer rapidement son corset pour avoir l'impression de pouvoir respirer à nouveau. Depuis bientôt dix ans, c'était la maison close et les filles qu'elle y avait engagée qui était devenue sa nouvelle famille, sa raison de vivre. Elle avait tout donné pour le RedLantern, et avait perdu Arthur et Edmond en chemin. Si l'un était revenu vers elle il y a bientôt trois ans, il ne lui parlait plus aujourd'hui. Quant à Edmond, elle ne le reverrait probablement jamais. Mais elle savait, d'Arthur, qu'il s'était marié et avait au moins un fils.

La patronne du RedLantern ne voulait pas mourir lentement devant ses filles, devant sa famille...Elle voulait que l'on garde une bonne image d'elle, l'image d'une femme pleine de vie.
Elle savait, via Eliott, qu'Arthur demandait toujours de ses nouvelles. Son fils était un homme bon et attentionné, elle le savait bien. Il avait été très blessé d'apprendre qu'elle avait une relation depuis si longtemps avec Jack, il le ressentait comme une trahison du deuil de son père, elle le comprenait...Mais il ne lui voulait aucun mal, et ça elle le savait aussi.

Cela lui brisait le cœur, car la maison close « Le Red Lantern » et les filles qui y travaillaient, était toute sa vie aujourd'hui. Mais elle avait réfléchi à la question. Elle ne savait pas si elle allait guérir, ou si cela allait s'empirer et la tuer lentement...Elle devait penser à l'avenir de son établissement dans les deux cas...

Mary-Ann fit appeler Margery, après avoir bien sûr remis son corset en place. Margery, de son vrai nom Evelyn, était une nouvelle au sein du Red Lantern. Suite au départ d'Avaline, qu'elle ressentait comme une véritable trahison, elle avait accepté de l'engager, la délivrant ainsi de l'univers répugnant des maison closes de bas étages de Londres.

Margery ne traîna pas. Elle se présenta rapidement à son bureau, et en premier lieu, donna à Mary Ann le chiffre d'affaire de son travail de l'après midi. Mary-Ann lui sourit et saisit la bourse de pièces d'or, qu'elle rangea dans un tiroir. Elle s'occuperait de compter plus tard.

« Très bien, mais je ne t'ai pas fait venir pour l'argent, Margery »
, dit Mary Ann.

« En quoi puis-je t'aider ? », lui demanda donc son employée, prenant place face à elle. Mary Ann prit deux verres de vin et une bouteille du précieux brevage dans un tiroir d'un meuble non loin. Elle revint s'asseoir et servit . Ce genre de conversation sérieuse se faisait un verre à la main.

« Tu es l'une des rares filles ici qui sait lire, compter, qui a eu à gérer une vie de femme et d'épouse à la fois et tu as plus de maturité que la plupart de mes petites princesses, tu le remarques bien toi même. Elle te considére souvent comme une sorte de grande sœur, et Eliott se sent autant en sécurité et en confiance avec toi qu'avec moi. » Le jeune homme considérait un peu Mary Ann comme sa mère, et cela la rendait si triste de le laisser, peut être pour un temps, peut être pour toujours...Mais au moins, il avait développé un lien semblable avec Evelyn entre temps, il était très proche d'Arthur, ( après tout, il était le protégé d'Arthur à la base, et non le sien ) et de Constance . De plus, Evelyn allait peut etre lui offrir une vie de famille si elle réussissait ses plans d'entremetteuse avec son adorable fille cadette. Tout cela était tout de même rassurant.

« J'ai réfléchi à toutes ses capacités dont tu disposes et, même si j'ai toujours géré seule la maison close, je suis en train de me dire que l'aide d'une sorte de « seconde »  pourrait m'être utile. Et après tout, le jour où je serais plus là, il faudra bien que quelqu'un sache faire fonctionner les lieux...  », déclara Mary Ann. Il fallait en effet qu'elle s'occupe de former rapidement Evelyn à la tâche, et de constater ainsi, si oui ou non, elle s'en sortait aussi bien qu'elle le croyait. Mais elle n'avait pas beaucoup de temps, car dès que Jack revenait à terre, ce qui ne tarderait pas, car son cœur revenait toujours vers Londres, elle lui demanderait de l'emmener avec elle...La seule chose qu'elle voulait absolument faire avant, était rencontrer l'enfant de son fils quand Constance aurait accouché et leur dire au revoir dignement, car elle ignorait si cet au revoir serait un adieu ou non...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Peuple Anglais
♕ Métier : Gérante de l'établissement de plaisir : Le Red Lantern ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : catholiques ♕ L'avatar a été fait par : fassylover ♕ Mon nombre de messages est : 200 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : Serindë ♕ Mes autres visages : James O. Wakefield

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Jeu 25 Aoû - 22:47


Mary-Ann & Evelyn
   Future can be so surprising

S
oyons franc, la vie de catin, jamais je n'y aurait songé, je veux dire que je viens tout de même d'une famille respectable, mon ex mari avait très bonne réputation... et pourtant j'était assise sur mon lit à rattacher mon corset alors que mon client de l'après-midi s'en allais après m'avoir fait un baiser sur la joue. Ma fois il y a pire comme situation. Il y a meux peut être mais au moins je ne suis pas entretenue par un mari qui me trompe avec des femmes plus jeunes. Je m'entretiens moi-même plus mes deux filles, enfin Mary-Ann se charge d'envoyer de l'argent à la comtesse de Lyon. J'y tenais absolument, je ne voulais pas qu'on me fasse la charité si j'étais capable de tout assumer et maintenant que je suis au Red Lantern c'est le cas. Je suis peut-être une catin, mais je me sens plus femme et plus libre que jamais. Les hommes qui viennent ici ne sont pas tous séduisant, mais ils ont au moins l'avantage d'être distingués car le bordel de Lady Paton n'ai pas pas une petite maison de bas étage, non c'est un endroit chic et respectable. Tout y est propre, un médecin vient chaque semaine pour verifier notre état de santé, nous avons un petit cuisinier divinement doué et puis ma chambre est spacieuse. Non je n'ai pas à me plaindre, je suis heureuse. Il y a quelques année je me suis tourné vers la prostitution par nécessité absolu pour nourrir Joan et Eleanor, maintenant je remarque que je m'épanouis dans ce que je fais, je découvre de nouveau plaisirs, pour moi le sexe n'ai plus un tabou. Je considère que ma religion et le sexe ne sont pas complètement incompatible. Même si cela ne se vois pas je suis très pieuse, je vais à l'église tous les dimanches et parfois même en semaine. J'ai d'ailleurs une manie, lorsque je fais monter mes clients dans ma chambre, je me signe toujours avant, c'est mon petit rituel avant chaque "entretien"

Passons, j'avais été appelée par Mary-Ann, j'avais tout de même pris le temps de remettre de l'ordre dans ma chevelure dorée et profitai de prendre ma bourse pleine. je savais qu'elle ne m'appelait pas pour cela mais ainsi s'était fait et puis on ne sait jamais. Je suis méfiante envers les autres filles ou même clients garder de l'argents dans ma chambre, je ne suis pas tranquille avec cette idée. Donc tous étaient mieux ainsi.

« Je le sais mais tu me connais je n'aime pas laissé mes effets sans surveillance » Répondis-je en souriant à la maquerelle alors que je m'installais en face d'elle.

Mon sourire s'élargit encore plus lorsque je la vis sortir deux verres et une bouteille de vin, la discussion était très importante pour qu'elle "sorte le grand jeu" Je pense par là que si c'était juste une question vite réglée elle ne se donnerait pas toute cette peine. Je pris mon verre et inclinai la tête pour la remercier avant de tendre l'oreille et d'écouter ce qu'elle avait à me dire. Je n'étais pas inquiète cela serait une bonne nouvelle ou en tout cas quelque chose de positif. Sinon, là encore, elle n'aurait pas sorti le vin.

J'hoche la tête à ses dires, il est vrai que j'étais plus âgée que les autres (ce qui était aussi un atout car pas tous les homme aime les jeune filles) J'ai même été surprise du nombre de gentlemans plus intéressés par moi que par mes collègues tellement plus jeunes. Il est vrai aussi qu'avec mon âge est mon experience de la vie, les autres filles voyait en moi une grande soeur pouvant répondre à leur diverses interrogations. Ah et Eliott, quel amour ce garçon, il a l'age mental de mon fils, je suppose, plus ou moins, lorsque je l'ai rencontré ça été plus fort que moi, il a fallu que je le prenne sous mon aile et puis en apprenant à le connaitre, je me suis dit qu'il ferais un mari tout a fait convenable pour Eleanor, si douce, si fragile. Il ne lui ferait jamais de mal et elle serait à l'abri du besoin. Joan est trop téméraire pour Eliott. Elle lui ferait peur je pense.

Je fronce légèrement les sourcils, surprise de la proposition qu'elle finit par me faire. Elle voulais que je devienne son bras droit , sa seconde, que je l'épaule dans la gestion de la maison close, pourquoi ? Alors qu'elle à toujours voulu agir seule. Mary- Ann était encore jeune pourquoi craignait de "ne plus être là"

« Je suis très honorée de la confiance que tu m'offres Mary-Ann, mais pourquoi maintenant, que se passe-t-il ? Evidemment, cela dit, j'accepte de t'aider et d'apprendre comment gérer cette institution mais es-tu sûr que tout vas bien ? »

J'avais tendue une main pour la poser sur son poignet dans un signe de soutient et de compassion. Mary-Ann était plus pour moi qu'une simple patronne. C'était une amie et je lui devais beaucoup. Si elle avait des problèmes elle pouvait se confier à moi, je serais là pour l'aider.


WILDBIRD


Tears aren't a woman only weapon, the best one is between your legs. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Sam 27 Aoû - 11:23
Mary Ann se rendait bien compte de l'étonnement de sa protégée suite à sa proposition pour le moins surprenante. Il est vrai qu'elle avait toujours travaillé seule à la gestion de la maison. Evelyn étant une femme intelligente, elle demanda de plus amples explications. Cela ne surprit pas la gérante, qui se dit qu'elle aurait dû s'en douter.

« Je suis très honorée de la confiance que tu m'offres Mary-Ann, mais pourquoi maintenant, que se passe-t-il ? Évidemment, cela dit, j'accepte de t'aider et d'apprendre comment gérer cette institution mais es-tu sûr que tout vas bien ? »

Evelyn avait tendu la main pour la poser sur celle de sa patronne, en signe de soutien. Mary Ann était en effet devenue l'amie, en plus de l'employeuse, de la jeune femme divorcée. Elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance, et se confier à elle sans craindre que ses secrets soient révélés à d'autres. Mais à vrai dire, elle n'avait encore parler de son état à personne. Et ce n'était pas par manque de confiance, mais uniquement car dire les choses, parfois, a le don de les rendre encore plus réelle. Au fond, la patronne du Red Lantern, même si sa décision était prise, n'assumait pas réellement la fatalité de cette nouvelle situation.

La quarantenaire soupira et finalement, retirant sa main de celle d'Evelyn, doucement. Ce n'était pas pour la froisser, mais elle n'avait pas envie de se laisser à s'apitoyer sur son sort. Elle se resservit du vin, le but, prenant le temps qu'il lui était nécessaire pour répondre à la question qui lui avait été posée, ce qui demandait du courage. Elle réfléchit un moment. Par où commencer, que dire en premier...Et puis, au fond, elle décida de ne pas tourner autour du pot. Car elle n'y arriverait tout simplement pas, pas avec Evelyn. Et de toute façon, si elle savait qu'elle devrait ménager Jack, elle savait aussi qu'Evelyn était une femme forte et qu'elle ne se laisserait pas aller à la pitié. Elle n'avait donc guère besoin d'y aller par quatres chemins.
« Je suis malade, Evelyn. », finit elle par lâcher.

Bien sûr, cela n'était pas suffisant comme explications. Devançant son employée, qui allait sûrement lui poser davantage de questions face à cette déclaration, elle ajouta :
« Je ne sais pas exactement combien de temps il me reste, mais j'ai vu mon mari mourir lentement de sa maladie, qui s'est étallée sur plus de quatres ans, et je dois dire que je n'ai pas envie de me retrouver dans un état comme le sien aux yeux de tous. Je ne sais pas si je peux guérir, et si par chance cela m'arrive, je reviendrais ici. Mais ne sachant pas comme les choses se passeront pour moi, j'ai décidé de partir. Je veux que les gens autour de moi garde une bonne image de ma personne, et non une image qui évoque la pitié. Je crois que tu es le genre de femme capable de comprendre cela. »

Elle avait une deuxième annonce à faire à son amie, et cela, c'était la première fois qu'elle le disait à une de ses employées puisque personne à Londres, à part sa belle fille, n'était au courant de ce secret.

« Et ce n'est pas que pour les filles, ici. Je vous ai toujours dit à toutes que j'avais eu des fils, mais qu'ils étaient morts. Et bien, ce n'est pas la vérité. L'un d'eux est vivant et il est à Londres, sous un faux nom. Il s'est marié il y a peu et il va être papa très prochainement. Je ne souhaite pas être une plaie pour lui et sa famille.  Je compte donc demander à Jack Mortimer, le capitaine du Black Lantern, de m'emmener avec lui. Tu ne l'as encore jamais rencontré, car il est en mer depuis un moment. C'est mon amant de longue date. Et depuis que mon fils a appris cela, d'ailleurs, il ne me parle plus. Il estime que je salis la mémoire de son père, ce que je peux comprendre. Je compte cependant me réconcilier avec lui avant de partir, et attendre la naissance de son enfant. Et puis, il faut encore que je vois si Jack accepte ma présence sur son navire. », expliqua t elle.

Evidemment, cela faisait beaucoup de déclarations en un entretien. Mais Mary Ann ne savait pas faire autrement que d'être franche et direct. Prendre des gants et tourner autour du pot, c'était un truc de nobles après tout. Cette bande d'hypocrites.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Peuple Anglais
♕ Métier : Gérante de l'établissement de plaisir : Le Red Lantern ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : catholiques ♕ L'avatar a été fait par : fassylover ♕ Mon nombre de messages est : 200 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : Serindë ♕ Mes autres visages : James O. Wakefield

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Dim 4 Sep - 21:38


Mary-Ann & Evelyn
   Future can be so surprising

M
ary-Anne est une femme extrêmement indépendante, depuis que je la connais, donc une année, elle a toujours tous géré toute seule, je ne l'ai jamais vue demander de l'aide à quiconque, c'est une femme d'une force incroyable. La plupart des femmes de notre milieu sont pourvues d'une très grande force mais tout de même Mary-Ann surpasse tout le monde selon moi. Ma surprise était donc légitme lorsqu'elle me demanda de l'aide. Jamais je n'aurais imaginer que cette femme puisse un jour avoir besoin d'aide et cela m'inquiéta immédiatement. Je n'était pas femme à être facilement bouleversée, loin de là j'était même plutôt douée pour masquer mes sentiments aux yeux du monde, cependant, la maquerelle se trouvait être une amie très chère à mon coeur et il n'y a que cinq personnes que j'aime de la sorte ; Mes filles, Joan et Eleanor, mon fils, Jack, Eliott, le cuisiner du Red Lantern et Mary-Ann. C'est pourquoi je me montrai plus familière en posant une main sur la sienne, cela semblait être grave, la patronne des lieus ne semblait pas savoir par où commencer.

Après quelques instants de réflexions intense, sans nul doute, Mary-Ann retira sa main et je me remis droite sur ma chaise, le temps n'était pas aux lamentations, puis la nouvelle tomba, elle était malade. Tout le monde savait ce que voulait dire malade à notre époque. Cela voulait dire mort et longue agonie. Une frisson parcouru mon échine. J'étais bien navrée pour elle. Personne ne souhaite finir malade. Je préfère de loin mourir en couche. Bien que l'idéal soit certainement de sombrer dans un profond sommeil et ne jamais se réveiller. Penser à la mort me mettait assez mal à l'aise, j'en avais très peur en fait. Même si tout être vivant est éphémère, je ne suis absolument pas prête à quitter ce monde, c'est pourquoi l'évocation de la mort me terrifiait.

« Je comprends bien entendu »

Dis-je faiblement en hochant la tête. Mary-Ann est comme je l'ai évoqué une femme forte et je comprendre totalement sont désir de s'éteindre loin des regards professionnels. Elle mérite dans ses derniers instants, de juste profiter et faire ce que bon lui semble. Mais je ne cache pas que j'avais du mal à feindre l'indifférence. J'étais triste et cela se voyait. Je n'allais cependant jamais la prendre ne pitié elle détesterait surement cela.

Je pensais que c'était tout, c'était déjà bien assez à avaler. Mais non, la maitresse des lieux semblait avoir encore un autre secret qu'elle souhaitait me confier. Seigneur tout puissant, deux fils, dont un qui vit pas très loin d'ici ?! Pour Jack ce n'était nullement un secret même si je ne l'avais jamais vu j'imaginais bien qu'un homme faisait battre le coeur de la maquerelle. Parfois je la voyais regarder de façon mélancolique en direction du port, cela ne trompait pas ! A la fin de son explication, je me signai, je le faisais très régulièrement c'était une façon pour moi de demander à Dieu de m'aider à encaisser.

« Un fils vivant non loin d'ici, un amant bien que cela ne me surprenne guère... Tu sembles avoir tout prévu comme toujours. Je n'ai aucune chance de te faire renoncer à tes projets et je crois pas que j'en ai envie car se sont de beaux projets. Mais puis-je faire preuve de franchise avec toi ? » Je laissai alors un instant s'écouler, reprenant ma respiration calmement. « Tu vas énormément me manqué... »

Je lui fit un demi sourire, un rictus que j'adorais utilisé car il montrait en même temps, une joie mesurée et une tristesse canalisée. J'allais donc devenir la nouvelle patronne des lieux, en tant que patronne je n'aurais plus forcément besoin de coucher et si je décide de continuer j'aurais le privilège de choisir mes clients. Ce n'étais pas plus mal après tout. Mais toutes ses responsabilités... c'était un peu effrayant je dois dire.


WILDBIRD


Tears aren't a woman only weapon, the best one is between your legs. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Lun 5 Sep - 8:49
Ce que Mary Ann appréciait avec Evelyn, c'était que, comme elle, c'était une femme avec une certaine fierté, malgré tout ce qui lui était arrivé. Et que par conséquent, elle comprenait que la pitié ne soit pas la bienvenu dans ce genre d'annonce. Les autres filles, plus jeunes, n'auraient pas su rester dignes à cette annonce.

« Un fils vivant non loin d'ici, un amant bien que cela ne me surprenne guère... Tu sembles avoir tout prévu comme toujours. Je n'ai aucune chance de te faire renoncer à tes projets et je crois pas que j'en ai envie car se sont de beaux projets. Mais puis-je faire preuve de franchise avec toi ? »Je laissai alors un instant s'écouler, reprenant ma respiration calmement. « Tu vas énormément me manquer.. »

« Tu me manqueras aussi Evelyn, mais je sais que si je ne guéris pas et que je ne revienne donc plus à Londres, ma maison sera entre de bonnes mains avec toi. Et même quand je ne serais plus de ce monde, je pense qu'on peut dire qu'il y aura toujours une part de moi ici, cette maison ayant représenté tant de choses pour moi. » expliqua Mary Ann. Plus de sept ans de sa vie et tout un investissement personnel, et très sentimental aussi. Pour les filles qu'elle avait recueilli ici, elle était devenue comme une mère. C'était la même chose pour Eliott, même s'il était là depuis moi longtemps et qu'il était avant tout le protégé d'Arthur. Quitter tout ce monde allait être difficile.  « Tout le monde va beaucoup me manquer ici, ce n'est pas un choix évident...Mais je sais que c'est le bon. », dit Mary Ann.

Et Arthur. Son petit ange adoré. C'était bien sûr la personne de qui il serait le plus difficile d'être loin. Mary Ann était inquiète pour son fils. Soldat brillant dans la garde royal, catholique convaincu bien connu, elle craignait que si Mary Tudor, qui n'avait toujours pas donné d'enfants, laisse sa place à Elizabeth, il se trouve dans une situation délicate. Arthur était peut être assez borné pour refuser de prêter serment à la nouvelle reine. Enfin...Peut être qu'aujourd'hui, ce n'était plus le cas. Lui faire rencontrer Constance était une chose très intelligente que Mary Ann avait fait pour protéger son fils. Depuis qu'il était marié, il ne pensait plus qu'à son travail et ses soit disant devoir. Il prenait ses distances par rapport à certaines choses dangereuses. Et par amour pour sa femme, et ses futurs enfants, il se pourrait qu'il puisse ployer le genoux devant une reine qu'il n'aimait pas, ce qui lui aurait été impensable autrefois. Cependant, Mary Ann avait espéré, et espéré toujours, être là près d'Arthur, si ce changement de souveraine survenait afin de veiller sur lui et de l'empêcher de mal agir. Elle priait Dieu de guérir uniquement pour avoir le temps de le protéger si cela arrivait. Si elle guérissait, elle reviendrait à Londres, et reprendrait la main sur la maison, tandis qu'Evelyn resterait sa seconde...Si cela n'arrivait pas...Elle espérait que Jack tiendrait sa promesse, et protégerait son fils.


« Concernant mon fils, c'est un secret. Il est dans la garde royal, ici même à Londres, personne ne doit donc savoir qu'il est mon fils, cela pourrait lui apporter des ennuis. En quelques années, il a réussit à passer second du chef de la garde, par ses seuls efforts...Tu es la seule ici à connaître son existence. Les autres filles l'ont déjà vu, mais ignore que c'est mon fils. Elle pense simplement que c'est un ami très proche. Tu ne dois le dire à personne, je te fais confiance. Et surtout pas à Blanche Dwight, elle est tombée amoureuse de lui et est très jalouse de son épouse. », expliqua Mary Ann. Blanche Dwight était une prostituée ici, une jeune collègue d'Evelyn, qui était tombée sous le charme de la douceur et du respect d'Arthur envers elle malgré sa condition. Elle s'était imaginée l'épouser, alors qu'Arthur était tombé amoureux de Constance et avait immédiatement cessé de fréquenter Blanche, étant très fidèle.  « Mon fils s'appelle Arthur, il se fait appeler Wayne comme nom de famille. Il est marié aujourd'hui, et il est sur le point d'être père. Je suis très fière de lui, et cela me déchire le cœur de le laisser. J’espère être guérie pour avoir une occasion de voir ses enfants grandir, mais rares sont les malades qui guérissent... », expliqua Mary Ann. « Je compte laisser une part des revenus à mon fils Arthur, afin qu'il puisse prendre soin de sa famille au maximum. Il a déjà un bon salaire, mais dans la garde, il suffirait qu'il soit blessé pour qu'il ne puisse plus travailler. Et puis c'est mon fils, et je veux lui garantir une sécurité financière pour sa famille, afin que ses enfants puissent étudier aussi, peut être. Arthur n'est pas un homme radin et matérialiste, au contraire. Il n'essaiera pas de grappiller plus que sa part, il te laissera la part que je te confie en mon absence pour prendre soin de la maison et de sa gestion, tu n'auras pas de soucis avec cela.», poursuivit elle. Une fois que Mary Ann aurait annoncé à Arthur la nouvelle, et qu'elle lui aurait dit au revoir, il allait falloir qu'elle lui présente Evelyn, se disait elle. Elle comptait aussi un peu sur son fils pour veiller de loin sur la maison qui lui avait tenu à cœur et elle savait qu'Evelyn, vu l'affection qu'elle lui portait, aurait un regard bienveillant sur la famille d'Arthur sachant qu'il était son fils.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Peuple Anglais
♕ Métier : Gérante de l'établissement de plaisir : Le Red Lantern ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : catholiques ♕ L'avatar a été fait par : fassylover ♕ Mon nombre de messages est : 200 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : Serindë ♕ Mes autres visages : James O. Wakefield

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Dim 11 Sep - 18:17


Mary-Ann & Evelyn
   Future can be so surprising

L
a maladie était ce que tous les gens de notre époque riche et moins riche craignaient le plus car lorsqu'on est malade, comme tout le monde le sait il est rare de retrouver la santé. Que dieu décide de nous rappeler à lui est son droit le plus stricte, nous lui appartenons après tout, cependant, il est vrai que la maladie est une forme de mort plutôt atroce je trouve je bénissais le ciel d'ailleurs de ne pas être malade avec le métier à risque que je fais, bien entendu je suis très prudente et veille à prendre toute sorte de mixtures censé me prémunir et puis le Red Lantern n'accueille pas n'importe quels manants. Cette maison close possède un seuil d'exigence plutôt élevé et c'est l'une des plus chère de Londres, après je ne dis pas non plus que les nobles sont moins malades que les pauvres mais ils sont peut-être un peu moins sales, je l'espère du moins.

J'hochai la tête à chacune des paroles de ma patronne. Evidemment, je prendrais soin de tout le monde et ne changerait rien quand à l'âme des lieus. J'étais honorée qu'elle me choisisse et puis cela me permettrais de cesser de vendre mon corps en tant que maquerelle, j'avais le choix ce qui était finalement plutôt agréable, j'aurais peut-être l'occasion de retrouver une vie plus seine et qui sait rencontrer quelqu'un. Je n'en avais bien entendu pas besoin, je me considère comme une femme forte mais l'idée d'avoir un amant avec qui je puisse partager plus que du sexe, comme par exemple une simple soupe au potiron, me donnait envie. Je n'avais finalement jamais été amoureuse. Mon ex-mari, je ne l'aimais pas nous nous somme mariés pour convenir à nos parents, voilà tout.

« Son secret sera bien garder je te le promets ! »

Lui assurais-je alors que Mary-Ann insistait particulièrement sur le fait qu'il ne fallait absolument pas qu'un rapprochement soit fait entre le garde royal Arthur Wayne et le fils de la maquerelle Mary-Ann Paton. Evidemment, je ne dirais rien, cela ne me "concerne" que très modérément mais heureusement que je le sais tout de même. Mais pour ce qui est des affaires c'est un point mineur. J'espérais simplement que ce garçon que je me devais de rencontrer ne me verra pas comme une ennemie. Car il serais bien entendu plus simple de l'avoir de mon côté même s'il ne s'occupe pas de mes affaires.

« Je suis touchée de toute la confiance que tu me donnes et je te promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette maison reste comme tu l'aura laissée que tu reviennes ou non et j'espère de tout coeur avoir l'occasion de le rencontré lui et son épouse et que nous puissions devenir si ce n'est ami, au moins des collaborateurs »

Je sais à quel point l'amitié est chère par les temps qui courent et je ne m'attends pas à ce que Arthur me donne sa confiance facilement je suis une étrangère qui va hériter d'une grosse partie de l'argent de sa mère, mais j'étais remplie de bonnes intention à son endroit. Bien maintenant que tout était dit, je suppose que l'apprentissage allait donc débuter, cela ne servais à rien de s'étendre davantage sur un sujet douloureux pour Mary-Ann. Je lui fis un sourire compatissant mais sans plus puis inspirai pour reprendre mon sérieux habituel.

« Par quoi allons nous commencer quels sont les points les plus importants que je dois connaitre ? »

Je suppose qu'il nous fallait procéder par étape. Je n'avais jamais été patronne de quelconque entreprise avant. J'ai été mère, j'ai tenu une maison j'ai été employée mais tenir un bordel, je ne pense pas que ce soit pareil que gérer la maison d'un riche marchant de parfum.


WILDBIRD


Tears aren't a woman only weapon, the best one is between your legs. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Mer 14 Sep - 9:01
Début février 1556.

« Je suis touchée de toute la confiance que tu me donnes et je te promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette maison reste comme tu l'aura laissée que tu reviennes ou non et j'espère de tout coeur avoir l'occasion de le rencontré lui et son épouse et que nous puissions devenir si ce n'est ami, au moins des collaborateurs », avait dit Evelyn.

Mary Ann savait que son fils, Arthur, même s’il avait du respect pour les femmes, qu’elles soient prostituées ou adultères, n’aimait pas être vu en compagnie de prostituée. Arthur avait quand même une certaine fierté, et tenait à sa réputation. Il ne voulait simplement pas, qu’en le voyant en compagnie de prostituées, les gens se mettent à douter de sa fidélité et Constance soit pointée du doigt comme femme bafouée. Mais si Arthur pouvait paraitre un peu…froid, au premier abord, c’était uniquement pour cela, et parce qu’il parlait peu. En réalité, c’était un homme de bien, et elle savait que, connaissant l’importance que sa mère accordait au bien être des filles du RedLantern, il garderait un œil bienveillant sur ses affaires.

« Arthur est un homme de bien, tu verras. Au premier abord il peut être difficile de s’en rendre compte, car il est d’un naturel sérieux et peu bavard. Mais par exemple, c’est Arthur qui a trouvé ce travail à Eliott. Il s’occupe beaucoup de lui, comme un grand frère. Eliott voulait devenir garde royal quand il a quitté son orphelinat. C’est mon fils qui était chargé d’entrainer les nouveaux venus, et il a défendu Eliott des moqueries de ses camarades pour finalement lui trouver ce travail de cuisinier ici. Eliott va souvent dîner chez lui, il s’entend bien avec l’épouse d’Arthur également, et avec leur pupille. Ah oui, car je ne t’ai pas dit, mais Arthur a une sorte de fille adoptive. Une orpheline que sa femme a recueillie avant qu’ils se rencontrent. Arthur a accepté d’en prendre soin également en épousant Constance. Elle s’appelle Jane Ann, et elle est très amie avec Eliott. », expliqua Mary Ann. Elle était fière de son fils, et de ses bonnes actions. Elle l’avait bien élevé, elle le savait car ce n’était pas tout les hommes qui accepteraient d’élever un enfant qui n’était pas le leur. Elle ne comprenait pas pourquoi contrairement à Charles, Thomas et Arthur, Edmond était si intolérant, si orgueilleux et hautain. Cela faisait des années qu’elle ne l’avait pas vu, mais elle ne croyait pas qu’Edmond avait changé pour autant. Où avait elle échoué avec lui ?...

« Par quoi allons nous commencer quels sont les points les plus importants que je dois connaitre ? », demanda Evelyn.

« Et bien… », commença Mary Ann en se redressant sur son fauteuil. « Il faut écrire à la reine une fois par mois pour lui donner les informations récupérer par les filles, s’il y en a. S’il y a des informations très urgentes, comme un complot imminent, on la prévient directement, au diable si c’est la deuxième fois du mois. C’est dans ces lettres que l’on peut réclamer des fonds si nécessaires. Il ne faut toutefois pas en abuser, la reine se montre déjà très généreuse. Elle désire également être prévenue si des hommes d’Eglise fréquente la maison. Les lettres sont transmises à un messager de la reine qui vient donc une fois par mois, souvent au milieu du mois. Si tu as une information plus urgente à transmettre, mais ça n’est jamais arrivé, il suffit d’aller donner la lettre à Arthur, qui la fera parvenir à la reine durant son service. Mais j'aimerais autant que tu l'impliques le moins possible dans nos affaires.»
Elle fit une pause puis ajouta : « D’ailleurs, si tu recrutes l’une ou l’autre nouvelle fille, il faut attendre d’être certaine qu’elle est digne de confiance avant de l’informer de sa mission d’espionnage. Si elle ne l’est pas, tu mets fin à sa période d’essai et tu la renvoies. On ne peut pas se permettre de se mettre en danger vis-à-vis de la reine. »

Mary Ann pensa à Lorena. Elle avait hésité avant d'engager la rousse, elle avait finalement accepté...Quelle erreur.
« Le plus catholique et intolérante elles sont le mieux c'est. Personnellement, je ne m'intéresse pas au protestantisme et je ne pense pas que toutes ces exécutions sont nécessaires, étant donné que Dieu jugera de toute évidence les fautifs. Mais, trahir la reine, c'est trahir la reine. C'est notre travail de le reporter. Etant donné le départ de celle que tu as remplacé, je pense qu'il faut être encore plus sévère sur la façon dont on recrute. Afin de ne plus assister à ce type de départ, car il faut bien faire comprendre aux candidates que c'est une chance de travailler ici, et qu'on ne sort pas de la maison une fois qu'on y travaille, je préfère qu'on ne prenne que des catholiques convaincues et des filles dont la loyauté nous seraient sans aucun doute acquise, c'est à dire, contrairement à Lorena, qui t'a précédé, des filles qui ont connus la misère ou les maisons de prostitution bien plus difficiles et qui auront connaissance de leur chance. Lorena était une bourgeoise de naissance, qui n'avait pas connu la prostitution avant de venir ici. Je pense que nous allons désormais éviter de recruter ce type de profil. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Peuple Anglais
♕ Métier : Gérante de l'établissement de plaisir : Le Red Lantern ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : catholiques ♕ L'avatar a été fait par : fassylover ♕ Mon nombre de messages est : 200 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : Serindë ♕ Mes autres visages : James O. Wakefield

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Dim 18 Sep - 19:41


Mary-Ann & Evelyn
   Future can be so surprising

J
'écoutais attentivement les informations que me donnait Mary-Ann sur son fils. Seigneur comme elle semblait fière et heureuse de l'avoir auprès d'elle, cela me touchait. Comme j'aimerais tant revoir Jack. ien entendu j'avais la joie d'avoir mes deux filles auprès de moi, enfin plus ou moins, disons plutôt que j'ai le loisir d'aller voir mes deux filles autant de fois qu'il me plait, contrairement à Jack que mon ex-mari m'a arraché. J'eus un sourire attendri lorsqu'elle pris le temps de me prévenir sur le fait que Arthur pouvait parfois être dur et froid mais que contrairement aux apparences c'était un homme en or.

« Ma fois ton Arthur semble être formidable. J'espère le rencontrer »

Répondis-je avec un pointe de nostalgie malgré tout car Jack ne quittait plus mes pensées maintenant. Pauvre petit, j'espère que son père veille bien sur lui et le protège. J'ai déjà pensé à aller le chercher sans le consentement de mon ex-mari, mais je crains que cela ne rajoute des conflit et soit dangereux non seulement pour moi mais également pour mon fils et pour l'affaire de Mary-Ann. Je devais être raisonnable, mon fils, avec moi n'aurait pas un avenir aussi radieux que celui que son père lui promettait en lui apprenant le métier de parfumeur. Mais je ne suis qu'une mère en manque de son unique fils. Aucune de mes filles ne pourra jamais le remplacer dans mon coeur. Cela semble cruel, mais je suis consciente d'avoir une préférence pour mon petit dernier, mon garçon.

« Une lettre une fois par mois contre protection et fond pour l'établissement, c'est honnête »

Je me signai en entendant Mary-Ann me parler de prêtre fréquentant l'établissement, Seigneur tout puissant. Bien que... enfin, j'ai connu un prêtre il y a peu de temps après que me soit confessée cela fut tellement divertissant que je ne lui ai rien demandé

« Je connais bien les prêtres je les reconnaitrai aisément » dis-je avec un petit sourire qui en disait long. « Mais dis-moi Mary-Ann soyons honnêtes, la Reine est âgée et n'a pas encore d'héritier, bien que je prie pour que cela arrive, cela semble compromis, le jour ou Mary Tudor s'éteindra, sa soeur montra sans doute sur le trône. Combien de gens savent que le RedLanterne travaille pour la Reine ? Car si je doit retourner ma veste il me faut savoir qui pourrait me trahir »

Oui, cela m'inquiétait. J'avais d'ailleurs baissé la voix en évoquant la mort de la Reine cela est passible de trahison d'évoquer la mort de son monarque. Mais il fallait malgré tout regarder la vérité en face, Mary était catholique, Elizabeth protestante tout changera si la jeune soeur de la Reine monte sur le trône et pour le bien être de tous ici, il me fallait peut être préparer cet éventualité.

« Oui bien entendu je me souviens avoir travaillé près de quatre mois avant que tu ne m'informe de mon "second travail" »

Dis-je avec un léger sourire, considérant cette époque avec une certaine nostalgie. Lorsque Mary-Ann évoqua Lorena mon sourire s'effaça, pourquoi ? Parce qu'il semblerait qu'elle soit au courant de tout et à l'extérieur de la maison ce qui fait d'elle une ennemie potentiel, il me faudra donc la surveiller de très près. La rouquine, je me chargerais de trouver des yeux pour l'observer, ce qui ne sera pas vraiment difficile.

« Catholique intransigeante et pas trop intelligente non plus je suppose. Oui, en effet des femmes qui ont connu la misère seront plus à même de comprendre la chance qu'elles ont de vivre ici »
Ajoutais-je en lissant mon corsage par habitude. « Je ferais surveiller Lorena à moins que tu la fasse déjà surveiller ? »




WILDBIRD


Tears aren't a woman only weapon, the best one is between your legs. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Jeu 22 Sep - 21:29

Evelyn et Mary-Ann se ressemblaient sur de nombreux points. Toutes deux très croyantes dans leur cœur et pourtant ne menant guère une vie très en accord avec leur religion si précieuse. Mary-Ann ne ratait jamais la messe du dimanche matin, et Evelyn se signait à l’énonciation de prêtre dans l’établissement alors qu’elle répondit pourtant qu’elle saurait les reconnaitre avec un regard et un sourire qui en disait long.
Evelyn évoqua ensuite une possibilité qui avait déjà traversé l’esprit de Mary-Ann, évidemment, mais qui n’était guère plaisante. Que se passerait-il si Mary Tudor mourrait sans héritier ? Etant donné que Mary-Ann avait connu la jeune Mary personnellement, sa fidélité à la fille de Katherine d’Aragon n’était pas seulement une question de religion. Mary Ann avait de l’affection pour la jeune Mary qu’elle avait connue et dont elle s’était occupée. Elle n’avait guère connu Elizabeth mais n’avait en revanche guère de sentiments positifs pour la mère de celle-ci,  Ann Boleyn, qui avait tout arraché à la douce Katherine.
« Mais dis-moi Mary-Ann soyons honnêtes, la Reine est âgée et n'a pas encore d'héritier, bien que je prie pour que cela arrive, cela semble compromis, le jour ou Mary Tudor s'éteindra, sa soeur montra sans doute sur le trône. Combien de gens savent que le RedLantern travaille pour la Reine ? Car si je doit retourner ma veste il me faut savoir qui pourrait me trahir »
Mary-Ann soupira à cette éventualité pourtant plus que probable. Ce n’était pas pour le RedLantern que cela serait dramatique, mais pour son propre fils ; Arthur. Maintenant qu’il avait une famille à lui, il serait plus enclin à ployer le genou. Il était moins déterminé et ambitieux qu’à son retour de Bristol.

« La Reine elle-même, évidemment. Le cardinal Stephen Gardiner. Peut être le cardinal Reginald Pole également. Mais nous n’avons pas à nous soucier d’être trahi par des écclesiastiques proche de la reine. Mon fils, Arthur mais pas son épouse. Les filles d’ici, et Lorena Martines. En cas de décès de notre bien aimée souveraine, j’imagine que ses conseillers politiques auront la bonne idée de brûler tout les documents et comptes nous liant à elle. C’est ce qui est prévu car la reine préfère que le RedLantern devienne alors indépendant plutôt qu’il ne serve la politique de quelqu’un d’autre, qui pourrait être contraire à la sienne. En revanche, nous n’aurions plus de subsides de la couronne à ce moment là. Si nous désirons maintenir le RedLantern à un niveau de luxe et de prestige le rendant accesible même à la couronne, il faudra user de stratagèmes pour que ce soient les clients qui paient les subsides. J’ai quelques idées pour cela, je les aies écrites sur un parchemin. Des soirées particulières, par exemple…Et j’ai eu l’occasion pendant toutes ces années, de mettre une certaine somme de côté pour financer les éventuels « débuts » du « RedLantern indépendant » si on peut le dire ainsi…Mon défunt mari était banquier. », expliqua Mary Ann avec un léger sourire. Et son fils Arthur aurait pu l’être. Un métier bien moins dangereux que celui qu’il exerçait…


« Catholique intransigeante et pas trop intelligente non plus je suppose. Oui, en effet des femmes qui ont connu la misère seront plus à même de comprendre la chance qu'elles ont de vivre ici. Je ferais surveiller Lorena à moins que tu la fasse déjà surveiller ? »
Mary-Ann avait pensé à faire surveiller Lorena. Arthur l’avait déjà un peu à l’œil.
« Lorena travaille pour les Cavendish, une famille de duc très puissante. Ce n’est pas chose aisée que de la surveiller. Sans compter que je méprise la duchesse de Devonshire, Antanasya Cavendish, qui a voulut faire fermer mon établissement il y a plusieurs années. Cependant il est vrai qu’en travaillant pour des personnes aussi haut placées, Lorena ferait mieux pour ses propres intérêts de ne pas parler de son précédent emploi. Je crains cependant concernant le secret de l’établissement. Les Cavendish étaient passés à la religion réformée sous le règne d’Edward. Arthur surveille Lorena du coup de l’œil, mais il ne peut pas faire beaucoup plus… Je dois dire que, malgré l’affection que j’ai eue pour elle comme pour le reste des filles ici, étant donné sa trahison et le danger qu’elle représente pour la maison et les autres filles, j’ai même évalué la possibilité de la faire assassiner, je dois dire… C’est que…Je ne voudrais pas voir toutes mes employées périr par sa faute. Cependant, à la réflexion, Lorena ne trahirait pas ce secret, je pense, car elle était attachée à bons nombres de ses collègues et cela reviendrait à les envoyer à la mort. Et elle risquerait la mort aussi, évidemment, car je doute qu’on pourrait lui pardonner d’avoir trahi des protestants si Elizabeth devenait reine. Et puis, elle est devenue mère…Une mère ne met pas ses enfants en danger de la sorte. Et je ne voudrais pas, je dois dire, que ses enfants deviennent orphelins…Mais ils n’auraient pas courus de tels risques si elle était restée ici et qu’elle les avaient envoyés dans un pensionnat, tu me diras. Tu peux en effet la faire surveiller davantage, cela peut être utile. Et dans le cas où tu estimerais qu’elle représente vraiment un danger en mon absence, tu prendras la décision la plus sûre, même si cela doit être une décision difficile. Je te fais confiance pour bien évaluer la situation. », conclut Mary Ann après toutes ces réflexions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Le Peuple Anglais
♕ Métier : Gérante de l'établissement de plaisir : Le Red Lantern ♕ Age : 30 ans ♕ Religion : catholiques ♕ L'avatar a été fait par : fassylover ♕ Mon nombre de messages est : 200 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 5 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 14/08/2016 ♕ Mon pseudo web est : Serindë ♕ Mes autres visages : James O. Wakefield

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Ven 28 Oct - 22:40


Mary-Ann & Evelyn
   Future can be so surprising

E
n effet je suis très croyante et je ne manquerais jamais la messe. Je me souviens j'avais accouché d'Eleanor un samedi soir le lendemain matin j'étais à l'église. Jamais je ne raterais l'office et pourtant je suis une prostituée, je vends mon corps pour de l'argent. Mais personnellement je vois la chose autrement. J'ai trouvé un travail pour survivre et nourrir mes enfants. Dieu ne peut me reprocher d'avoir été une mère dévouée de plus je me confesse très souvent bien que la dernière fois... Seigneur, jamais je n'aurait du et pourtant sa voix m'avait envoutée et une chose en entrainant une autre... Mon dieu dans une église sous le regard de Dieu. Cependant je ne me suis pas fait payée cette fois-là, c'était un désir partagé. Mais à chaque fois que j'y repense je touche ma croix que je garde toujours dans la petite bourse attachée à mon corset. Dans une église tout de même ! Je devrais avoir honte, ce d'autant que je ne suis plus un toute jeune fille à la recherche de sensations fortes. Cela aurait peut-être pu être une excuse et encore ! Ma fois ce qui est fait est fait je ne peux revenir en arrière et encore moins oublié car s'était fantastique. J'ignorais que des prêtre pouvaient s'y prendre si bien j'ai été très surprise.

Mais pour en revenir au choses importantes, oui je ressemblais à Mary-Ann sur le point ou nous étions toutes deux très pieuse mais que nous n'étions pas des modèles de vertu et de perfection. Cela ne nous empêche néanmoins pas d'être de bonnes chrétiennes.

J'étais rassurée de savoir que très peu de monde était au courant de ce petit arrangement avec la Reine. J'étais d'accord avec elle les hommes d'églises ne nous trahiraient pas cela pourrait les mettre dans une situation fort délicate. Par contre, il est vrai que je me méfiais grandement de cette Lorena que j'ai remplacée.

« Voilà qui a été prévoyant de ta part de faire cela. » Pour garder le Red Lantern à niveau j'avais plusieurs idées également pas forcément vertueuses mais cet établissement devait survivre à Mary-Ann et à la Reine et j'étais prête à tout pour cela. Je suis une femme extrêmement déterminée, je suppose que c'est aussi pour cela que la maquerelle m'a choisie « Mais bien entendu, prions pour la fertilité de la Reine ainsi notre avenir sera plus tranquille »

Dis-je en levant mon verre à la santé de la souveraine et à sa matrice. Cette femme devait absolument donner naissance à un héritier. Fille ou garçon, nous ne sommes plus à cela prêt mais pour l'avenir du Red Lantern il nous fallait un héritier.

« Tu marque un point une mère ne risquerait le malheur de ses enfants c'est la seule chose finalement qui nous protège d'après moi. Mais je comprends que tu te sois ravisée » Je ne l'aurais pas fait je pense que je l'aurais fait assassiner surtout si en plus elle est au service d'une grande famille, ceux-ci n'auraient pas laisser les bambins dans le besoin et auraient pris soin d'eux. « Donc je dois aussi me méfier de la famille Cavendish à ce que je comprends. »

Demandais-je en reposant mon verre sur le bureau et m'enfonçant dans mon fauteuil tout en jouant avec le lassage de mon corset, simplement dans le but de m'occuper les mains.

WILDBIRD


Tears aren't a woman only weapon, the best one is between your legs. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  Sam 29 Oct - 15:52
« Tu marque un point une mère ne risquerait le malheur de ses enfants c'est la seule chose finalement qui nous protège d'après moi. Mais je comprends que tu te sois ravisée »
Evelyn disait comprendre mais cela sonnait faux. Mary-Ann elle-même se demandait si elle ne devait pas regretter de ne pas avoir directement fait assasiner Lorena à son départ. Toutefois, la décision serait entre les mains d’Evelyn maintenant. Et elle ferait sans aucun doute le bon choix.

« Je me suis peut-être trompée. Lorena est une jeune fille influençable. Et je suis certaine que les Cavendish sont des hérétiques. En les côtoyant, elle aura évidemment de l’affection pour eux et regrettera d’avoir conduit certains hérétiques à la mort, après avoir partagé leur lit. On ne peut être sûre du choix qu’elle ferait, à vrai dire. Se taira t elle pour garder la vie et ne pas rendre ses enfants orphelins ? Ou ne pourra t elle plus vivre avec ce terrible secret ? Je dois dire que je ne la vois pas se sacrifier comme ça mais…Sait-on jamais. En tout cas, je te fais confiance pour prendre la bonne décision en mon absence, qu’elle soit courte ou éternelle. »

« Donc je dois aussi me méfier de la famille Cavendish à ce que je comprends. »
, en conclut Evelyn.

« Comme de la peste et de la suette. », répondit Mary-Ann. « Surtout de la duchesse. J’ai déjà tenté d’attirer le mari en ces lieux pour obtenir des révélations croustillantes mais en vain. La duchesse a réussi à rendre son homme très fidèle. C’est une femme dangereuse. », expliqua Mary-Ann. « Si tu n’as pas d’autres questions, nous allons en rester là pour aujourd’hui ; j’ai des comptes à terminer. Je t’apprendrais petit à petit ce qu’il faut savoir sur la gestion de la maison. Comme je te l’ai dit, même si je ne veux pas qu’Arthur soit trop mêlé à tout cela car je sais en plus que lui-même n’en a guère envie, si tu as un jour de vrais problèmes avec tes comptes, tu pourras lui demander conseil. Il a quand même appris certaine chose de la profession de son père. », dit Mary-Ann.

Elle se leva ensuite et raccompagna Evelyn jusqu’à la porte.

« N’en dis rien aux autres filles pour l’instant. Ni à Eliott.. », demanda-t-elle. « Nous nous verrons au dîner.. », Elle offrit une accolade amicale à son amie, et finit par refermer la porte de son bureau. Cette conversation rendait sa décision plus réelle que jamais. Ainsi, elle allait vraiment quitter l’Angleterre. Pour la première fois de sa vie…Quelle étrange sentiment cela faisait.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: Future can be so surprising { Mary-Ann Paton  
Revenir en haut Aller en bas
Future can be so surprising { Mary-Ann Paton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LE CHARME A L'ANGLAISE ♣ avec Mary-Ann Paton.
» Hail Mary Pass !
» kimitori, la future mangaka
» Scratch Built - Future Wars
» Haiti must decide Haiti's future

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Archives de la saison 1 :: ♣ Archive RP-
Sauter vers: