AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Cette MAJ est optimisée pour Mozilla.

Nous nous situons aux alentours de mai 1558.
Il fait de plus en plus chaud les gens prennent plaisir à sortir dans les jardins.

Si vous souhaitez jouer un étranger, privilégiez les Espagnols et les Ecossais.
N'hésitez pas à regarder les PV et scénarii en priorité.

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: De drôles de retrouvailles  Mer 30 Aoû - 14:00


De drôles de retrouvailles
Les retrouvailles sont des phénomènes si complexes qu'on ne devrait les effectuer qu'après un long apprentissage ou bien tout simplement les interdire.

Ayant quitté la Cour de bonnes heures, Mary de LaCroix - Duchesse de Lyon et, pour son grand plaisir, Baronne de Bridgestone-Prescott, se dirigeait vers le centre londonien.
Le coude appuyé contre la fenêtre de son carrosse, elle soupira. Elle détestait venir à Londres - car venir à la capitale signifiait toujours loger à la Cour et plus elle était loin de la Reine, mieux elle se portait - elle était fatiguée - vue l'heure fort matinale, ça pouvait se comprendre - et elle appréhendait le pourquoi véritable de sa visite.

Depuis quelques années, elle entretenait des relations avec le Red Lantern, la maison close la plus prisée de Londres. Non, elle n'y était pas cliente. Pas charnellement en tout cas... La première fois que Mary y avait mis les pieds, c'était à l'époque de la Maquerelle Mary-Ann Paton, aujourd'hui décédée. Mary avait créé son école pour jeunes filles défavorisées pour leur donner une éducation et leur permettre de trouver du travail,voire un mari en leur donnant une dot fabriquée avec ses propres économies. Pour augmenter leurs chances de devenir des épouses, elles devaient rester chastes. Mary s'était donc vue obligée, en quelque sorte, d'instaurer un règlement les empêchant de fréquenter les hommes de la propriété.
Si on apprenait que les filles se donnaient aux gardes, aux serviteurs et à leurs professeurs, la réputation de la Cross School allait être mise à mal. C'est pourquoi Mary faisait preuve de sévérité. Tant qu'elles ne sont pas mariées, interdiction de se connaître charnellement!

Mais, il y avait une contrepartie. Si la plupart des filles étaient sérieuses avec leur chasteté, elles n'y connaissaient rien du tout dans l'art de la séduction et de l'amour. Pas plus que Mary, bien que mariée. Ne pouvant donc les aider elle-même, la Duchesse avait pris contact avec Mary-Ann dans le but qu'elle lui confie une des filles prostituées de son commerce. Officiellement, cette fille serait une étudiante mais officieusement, elle était professeur de séduction et d'art de l'amour. L'ancienne maquerelle avait accepté... Il faut dire que voir une de ses filles éduquées au mieux et la coquette somme promise à la clé avaient été de bons arguments.
Plus tard, elle avait connu Evelyn Hawkins. Une divorcée - qu'est ce qu'elle l'enviait! - qui pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses deux filles avait du se résoudre à la prostitution. Etant déjà en contact avec elle, Mary-Ann avait demandé - au nom d'Evelyn - de recceuillir Joane et Eleanor, les filles de cette dernière, dans son école. S'étant promis d'aider toutes les femmes dans le besoin, Mary avait accepté. Elles étaient déjà bien éduquées mais une maison close n'étant pas un lieu pour des filles ne faisant aucunement commerce de leurs corps et la Cross School taisant les origines de ses pensionnaires, c'était le pensionnat le meilleur lieu pour elles! Enfin, cela dépendait du point de vue! Si Eleanor s'était plutôt plu là-bas, ce n'était pas le cas de Joane qui se languissait de la compagnie maternelle. Mary l'avait bien compris - elle avait été, elle-même, privée de sa mère - et les laissaient tranquilles tout en s'assurant de leurs bon comportements, ne voulant pas faire de favoritisme.

Bref! C'était donc au Red Lantern que Mary se dirigeait ce matin. Elle avait choisi cette heure matinale sachant que la plupart des prostituées dormait et que la clientèle était déjà repartie vaquer à ses occupations. Mary ne risquait donc pas de se faire surprendre! Si elle venait voire Evelyn - devenue maquerelle après la mort de Mary-Ann - ce n'était pas pour lui emprunter une de ses filles mais pour la voir. Elle ainsi que son aînée, Joane.
Elle soupira en repensant à ce qui l'avait conduite ici. Mary détestait ça mais cet homme lui avait tellement bourré la tête qu'elle s'était sentie obligée de dire "écoutez, je vais aller la voir, elle et sa mère, mais je ne vous promet mais pas qu'elles diront oui! Cela vous va?" juste pour qu'il la laisse en paix.

C'était un énorme problème! Enfin, tout dépendra de comment Evelyn et Joane Hawkins prendront la chose! Il y a quelques mois, Joane était encore pensionnaire à la Cross School où elle avait participé à une porte ouverte. Là-bas, elle avait - visiblement - tapé dans l'oeil d'un riche bourgeois qui voulait la prendre pour femme...Mais, timide maladif, il avait pris un tel temps pour venir voir Mary pour faire sa proposition qu'elle avait renvoyé Joane à sa mère depuis quelques temps sans savoir qu'elle était le coup de cœur de quelqu'un. Comment aurait-elle pu savoir? Elle n'était pas médium et jusqu'à quelques jours, elle n'avait plus eu de contact avec ce bourgeois d'opérette! Enfin...Au moins avait-elle réussi à lui faire promettre de ne pas harceler ni Joane ni sa mère - ni la petite dernière - si il recevait une réponse négative... Et il lui avait tellement pris la tête que Mary en venait presque à espérer qu'elles l'envoient promener!

Baronne Bridgestone-Prescott!... Entendit-elle. Rooo, elle détestait ce titre! Lady Mary! Votre grace!C'était mieux! Oui?
Nous sommes arrivés, milady! Mary regarda à l'extérieur et vit la façade extérieure du Red Lantern. Quand faut y allez! Remettant son châle autour de son visage et prenant sa sacoche,
elle sorti et se tourna vers son cocher. Garez vous un peu plus loin, on vous enverra quelqu'un pour vous dire de venir me chercher!Le cocher acquiesça et partit tandis qu'elle frappait à la porte.

Une jeune fille d'une quinzaine d'années en habits de servante vint lui ouvrir. Elle entra et lui demanda Pouvez-vous m'annoncer à votre patronne et à sa fille, Joane, s'il vous plait? Sans lui demander qui elle devait annoncer - et tant mieux! - la servante parti en direction du bureau de la dirigeante de la maison close.

Restant dans l'entrée, Mary observa autour d'elle en se disant qu'Evelyn avait bien redécoré cette maison de plaisir!
CODE BY MAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Hawkins
Pudding d'amour de Mary Tudor
♕ Métier : Bras droit de la gérante du Red Lantern ♕ Age : 16 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : avengedinchains ♕ Mon nombre de messages est : 41 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 52 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2017 ♕ Mon pseudo web est : Nim's

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  Jeu 31 Aoû - 17:23
DE DRÔLES DE RETROUVAILLES
Lady De LaCroix ft. Joan


Joan avait pour habitude de se lever à l’aube, elle appréciait toujours l’ambiance qui se trouvait dans Londres alors que l’obscurité n’était pas encore tout à fait partie. En ce mois de mai, Joan se plaisait à déambuler dans la ville avant de rejoindre à nouveau le Red Lantern. Pour l’heure, elle se perdait avec plaisir dans cette grande ville à peine éveillée, observant ceux qui, comme elles, profitaient de l’heure matinale pour sortir. Elle notait mentalement les visages, souriait poliment à certains, hochant la tête d’un air entendu pour d’autres. Joan ne connaissait pas encore parfaitement chaque rue, loin de là, mais elle comptait bien finir par apprendre par cœur chaque ruelle de Londres. Elle n’avait pas le choix, si elle désirait aider sa Mère à conquérir la ville, il lui fallait la connaître sur le bout des doigts. Nul ne pouvait dominer une ville entière sans la connaître, n’est-ce pas ? Et Joan ne serait d’aucune utilité à sa Mère si elle s’avouait perdu dans ces rues. Souvent elle regrettait qu’Evelyne ne l’ait pas autorisé à rester avec elle au lieu de l’envoyer à la Cross School. Pendant des années elle aurait aiguisée ses connaissances sur la ville et ses habitants, au lieu de ça elle venait de revenir et elle ne connaissait que trop peu de monde.

Joan empruntait le chemin qui la menait au Red Lantern, elle ne se cachait jamais lorsqu’elle en sortait : elle était la fille de la gérante et elle n’en éprouvait aucune honte. Le bruit de ses pas sur le sol accompagnait le bruissement de sa robe alors que la ville commençait à bourdonner. Il était grand temps pour elle de rejoindre sa mère. Souriant joyeusement, la jeune femme accéléra inconsciemment le pas pour rejoindre sa demeure. A cette heure-ci, la maison close ne jouissait pas d’une grande activité, les allées et venues des clients avaient cessés à peine quelques heures auparavant, il était temps pour les autres de se reposer. Sauf éventuellement pour Evelyn et sa fille. Celle-ci rejoignit ce qui lui servait de chambre, n’osant pas se rendre au bureau de sa mère, de crainte de la déranger. Elle n’était nullement effrayée par Evelyn, simplement elle préférait la laisser seule tant qu’elle ne réclamait pas sa présence.

Après quelques minutes, elle fut dérangée par une servante lui indiquant qu’on la réclamait dans le hall d’entrée. « Qui est-ce ?
-Je l’ignore. » Retenant un soupir exaspéré, la jeune femme se dirigea sans trop se presser vers l’entrée du Red Lantern. Elle fut surprise de trouver là la Duchesse de Lyon mais elle n’en laissa rien paraître. Curieuse, elle s’avança vers la directrice de la Cross School qu’elle n’avait pas revu depuis son départ.

« Lady De LaCroix. » elle inclina sa tête avec respect en direction de Mary et l’invita à rentrer d’un geste. Elle la dirigea ensuite vers un salon où elles seraient plus à l’aise pour discuter. On leur proposa à boire et Joan refusa d’un signe de la main. « Ma Mère est pour le moment occupée, je vous prie de bien vouloir excuser son absence, elle adressa un sourire désolé à son invitée avant de reprendre, Mais vous pouvez me confier sans crainte la raison de votre visite, je transmettrai le message à ma Mère. » Impatiente de savoir, Joan posa ses mains sur ses genoux en attendant la réponse de Lady De LaCroix.

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  Jeu 31 Aoû - 20:19


De drôles de retrouvailles
Les retrouvailles sont des phénomènes si complexes qu'on ne devrait les effectuer qu'après un long apprentissage ou bien tout simplement les interdire.

Mary n'eut pas à patienter longtemps. Déjà, elle vit s'avancer la silhouette familière de Joan Hawkins, son ancienne protégée. Bien que nerveuse, elle lui sourit quand la jeune femme la salua d'un.
« Lady De LaCroix. » Sans trop se faire prié, elle suivi Joan quand cette dernière l'invita à entrer. Elles entrèrent dans un petit salon privatif où une odeur d'alcool flottait encore dans l'air mais Mary ni prêta aucunes attentions et se priva d'une quelconque remarque pensant que c'était déjà délicat de venir ici avec la requête de son "client". « Ma Mère est pour le moment occupée, je vous prie de bien vouloir excuser son absence, s'installant, elle dit: Ce n'est pas grave, je suis venue sans prévenir. elle ajouta: tu es radieuse...Et comment va ta petite sœur?

Joan fini par lui dire: Mais vous pouvez me confier sans crainte la raison de votre visite, je transmettrai le message à ma Mère. » Oula! D'entrée! Pensa Mary soudain nerveuse mais n'en laissa rien paraitre. Ce n'était guère la première fois qu'elle jouait les entremetteuses mais c'était différent cette fois-ci. A chaque fois, Mary recevait les propositions quand les filles étaient encore pensionnaires chez elle, c'était bien la première fois qu'elle devait retrouver la jeune fille pour le lui annoncer. De plus, quand elle repensait aux possibles fiançailles d'Eleanor avec l'autre bourgeois que Evelyn avait refusé au profit d'Elliot Lamb, le cuisinier du Red Lantern... Ce n'était pas gagné. Ba! De toute façon, elle avait promis d'aller leur en parler pas de les faire accepter! Une fois fait, il n'aura pas intérêt à venir lui casser les pieds encore une fois! En fait, cela te concerne aussi! dit-elle d'une voix calme.

Elle rajouta: tu te rappelles de la dernière porte ouverte?
CODE BY MAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Hawkins
Pudding d'amour de Mary Tudor
♕ Métier : Bras droit de la gérante du Red Lantern ♕ Age : 16 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : avengedinchains ♕ Mon nombre de messages est : 41 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 52 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2017 ♕ Mon pseudo web est : Nim's

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  Sam 2 Sep - 22:38
DE DRÔLES DE RETROUVAILLES
Lady De LaCroix ft. Joan


Joan n’avait pas pour habitude de tourner autour du pot, non pas parce qu’elle manquait de réflexion ou de finesse mais simplement parce que cela ne lui semblait pas toujours pertinent d’hésiter avant d’aborder le sujet principal. Elle ne souhaitait aucunement perdre de temps avec des banalités ennuyeuses, et si elle devait bien s’y plier de temps en temps, elle le faisait toujours de mauvaise grâce. Joan promena son regard sur la pièce qu’elle connaissait pourtant par cœur. A cette heure-ci, on avait déjà commencé à nettoyer ici et là les déchets de la veille. Elle était consciente désormais, que si sa mère l’avait envoyée à la Cross School, ce n’était non pas pour qu’elle reçoive une bonne éducation, mais surtout pour l’éloigner d’un environnement pareil. A l’époque elle n’avait que 14 ans, et une maison close ne pouvait être un lieu de vie pour une enfant de cet âge-là. Du haut de ses 16 ans, elle restait jeune mais n’était pas effrayée par l’ambiance qui régnait au Red Lantern. Elle s’y sentait même à l’aise ; consciente que sa mère ne pouvait pas se contenter de gérer la maison close et qu’elle aller l’aider à s’étendre, elle avait l’impression que c’était ici même qu’elle allait enfin pouvoir s’épanouir et devenir la femme forte qu’elle rêvait d’être.

Joan reposa son attention sur Mary qui venait de s’installer.
« Ce n'est pas grave, je suis venue sans prévenir. Tu es radieuse...Et comment va ta petite sœur?, la jeune fille eut un sourire sincère alors qu’elle lui répondait.
- Merci. Eleanor se porte bien, Eliott Lamb a l’air très doux avec elle, c’est ce que je lui souhaite. »
Et c’était également ce qu’elle fuyait pour elle-même. L’idée de se retrouver coincée avec un mari qui l’exclurait sans doute de toute affaire la rendait malade. Mais ça n’était pas le sujet de leur conversation, n’est-ce pas ?

« En fait, cela te concerne aussi ! Tu te rappelles de la dernière porte ouverte? » Sa curiosité piquée au vif, Joan se redressa dans son siège. Bien sûr qu’elle s’en rappelait, la journée porte ouverte de la Cross School permettait aux élèves de rencontrer un riche bourgeois afin de se marier ou même de travailler. Autant vous dire que toutes les filles se faisaient belles pour l’occasion. Joan avait étrangement joué le jeu, affichant un sourire à peine sincère mais qui avait pour avantage de convaincre les quelques personnes venues à la Cross School. Elle ne souhaitait pas trouver un bon parti pour se marier, mais elle ne voulait pas non plus ternir la réputation de l’établissement, alors elle s’était pliée aux règles. Intriguée, elle plongea son regard dans celui de son interlocutrice.

« Oui, je m’en souviens, répondit-elle, curieuse d’entendre la suite. Pourquoi me demandez-vous ça ?»

Plus que de la curiosité ou de l’intrigue, c’était désormais une sorte de méfiance qui s’emparait d’elle et qu’elle dû cacher à son invité.

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  Dim 3 Sep - 16:48


De drôles de retrouvailles
Les retrouvailles sont des phénomènes si complexes qu'on ne devrait les effectuer qu'après un long apprentissage ou bien tout simplement les interdire.

Un instant, elle regretta d'avoir été aussi directe sur la raison de sa venue. Mais Mary se souvenait parfaitement que Joan détestait qu'on tourne autours du pot... Même quand elle n'était qu'une jeune jouvencelle de 14 ans! Sur ce point, Mary trouvait que Joan ressemblait fortement à Evelyn. Même beauté, même caractère.
Eleanor était aussi très belle...Mary ne savait pas trop comment décrire ça mais la fille cadette de la Maquerelle du Red Lantern avait une beauté presque antique avec sa peau blanche comme neige et ses cheveux clairs. Le seul bémol, c'était sa timidité. Même si elle n'en voulait pas à la mère de son ancienne pensionnaire, Mary trouvait qu'elle aurait pu trouver un mari plus avantageux et tout aussi doux pour sa fille cadette...Des fois, elle ne savait pas si c'était pour lui épargner une union malheureuse et violente ou pour s'assurer, comme Eliott est le cuisinier de la Maison Close, que sa cadette reste à ses côtés. Si Evelyn avait préféré un cuisinier à un bourgeois pour sa fille...Rien ne dit qu'elle accepterait que son aînée épouse quelqu'un d'étranger à leur monde.
Mais bon, elle se ressaisit en se disant qu'elle était ici à titre indicatif et pour jouer les messagères, de toute façon.

Toujours est-il qu'elle fut ravie d'apprendre qu'Eleanor était en bonne santé et que son époux était doux avec elle. Mary y répondu: De toi à moi, si tu me le permets, je n'imagine - de toute façon - pas Eliott être désagréable avec son épouse. La seule chose qu'il pourrait faire est de l'ennuyer à mourir! Mary ne l'avait pas beaucoup vu mais en savait assez pour savoir qu'il était limité intellectuellement, qu'il avait une mentalité d'enfant. D'ailleurs, au mariage, Mary avait entendu quelques messes basses témoignant de la surprise de voir Eliott Lamb se marier...Comme si il ne savait pas ce que cela signifiait. Je l'envie sur ce point! Pensa Mary.


Revenant au présent de leur conversation, Joan lui répondu à l'affirmative. Mary aussi se souvenait de cette porte ouverte. D'ailleurs, elle avait agréablement surprise de constater que son ancienne protégée avait très bien jouer le jeu...Même si elle la connaissait suffisamment pour savoir que le sourire que Joan abordait ce jour-là était plus de la politesse qu'autre chose, elle avait observé cette dernière avec plaisir. Joan avait même pris des initiatives, discuter avec beaucoup de monde et lui avait même soufflé quelques idées.
Doucement, elle sorti une lettre de sa sacoche. Déjà, je veux que tu saches que tu n'es obligée à rien. Ni toi, ni ta mère. D'accord? dit-elle. Elle ajouta: Je ne sais pas trop comment l'annoncer en prenant des pincettes...Alors je vais te le dire franchement. Lors de cette porte-ouverte à laquelle tu as participé, tu as - vraisemblablement -...Tapé dans l'oeil d'un de nos convives.

Elle prit une pause avant de rajouter: Il est venu me voir il y a un mois. Il m'avait envoyé une lettre en me disant qu'une des filles de l'école l'intéressait et qu'il serait ravi de venir m'en parler et d'établir un rendez-vous avec la demoiselle et, éventuellement, ses parents - si elle en avait encore. Elle soupira: je n'avais aucune raison de me méfier et je lui ai proposé de me rencontrer d'abord avant la demoiselle,
il a accepté et - quelques jours plus tard - il était à White Swan
Elle reprit une pause: Tu te doutes bien de ma surprise quand j'ai su que c'était de toi qu'il me parlait! Je lui ai dis que tu étais déjà partie, que tu avais un travail qui te plaisait mais... Il a été - comment dire ça avec tact? - borné!
Elle lui tendit la lettre: C'est de lui. J'espère que tu me pardonneras mais je n'ai pas réussi à m'en débarrasser même en disant que tu n'étais plus pensionnaire chez moi et il est revenu à la charge plusieurs fois pour me pousser à t'apporter un message vu que je lui refusais ton adresse. Calmement, elle dit: j'ai dis que j'acceptais de t'apporter cette lettre, de te faire part de sa demande elle préféra ne pas ajouter fiançailles ou mariage à condition que si tu disais "non", il s'en tenait là et que, si il désirait, il pourrait faire sa demande à une autre.

Une fois sa tirade terminée, elle se tût. Attendant la réponse de son ancienne pensionnaire.
CODE BY MAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Hawkins
Pudding d'amour de Mary Tudor
♕ Métier : Bras droit de la gérante du Red Lantern ♕ Age : 16 ans ♕ Religion : Catholique ♕ L'avatar a été fait par : avengedinchains ♕ Mon nombre de messages est : 41 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 52 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 19/08/2017 ♕ Mon pseudo web est : Nim's

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  Sam 9 Sep - 17:34
DE DRÔLES DE RETROUVAILLES
Lady De LaCroix ft. Joan


Joan songea au mariage de sa sœur tandis qu’elle l’évoquait avec Mary. Elle aurait détesté que sa mère décide de la marier ainsi, encore plus avec quelqu’un comme Eliott Lamb. Elle imaginait l’ennui mortel qui l’aurait encerclé sitôt leur union célébrée. Eleanor ne s’en n’était pas plaint, c’était sans doute là qu’on pouvait noter l’opposition des deux sœurs. L’ainée avait régulièrement songé à cette décision de marier Eleanor avec Eliott Lamb. N’était-ce pas là une sorte de sécurité pour Evelyn ? L’assurance qu’il ne pourrait lui faire aucun mal, qu’il ne la trahirait pas comme le père d’Eleanor et Joan l’avait trahi ? Ou alors était-ce un moyen de garder la cadette de la famille proche d’elle. Après tout, Evelyn avait réussi à conserver ses deux filles auprès d’elle, et c’était sans doute mieux ainsi. Pour l’instant, Joan ne s’imaginait pas vivre éloignée de sa mère, elle avait trop à faire à ses côtés et surtout, elle était bien trop heureuse d’avoir quitté la Cross School pour retourner à Londres. Cette nouvelle vie l’emplissait d’une énergie débordante et d’une irrépressible envie de rendre sa mère fière d’elle. C’est ce qu’elle comptait faire. Elle ne voulait pas la décevoir, même si elle ne pouvait s’empêcher parfois de faire des erreurs qui rendait Evelyn furieuse.

« De toi à moi, si tu me le permets, je n'imagine - de toute façon - pas Eliott être désagréable avec son épouse. Joan acquiesça d’un signe de tête.
-En effet, et je suppose que ma Mère lui a donné la main d’Eleanor pour cette raison. L’idée de la savoir avec un homme brutal m’aurait serré le cœur. »
Elle avait beau être l’opposée de sa sœur, Joan tenait à elle et surtout à son bonheur. Qu’elle soit en sécurité avec un homme simple la rassurait, même si elle ignorait si Eleanor pouvait s’épanouir dans un tel mariage.

Joan observa son interlocutrice sortir la lettre de sa poche, attentive, elle attendit que son invitée reprenne la parole, elle avait d’ores et déjà un mauvais pressentiment mais se gardait bien de le montrer.
« Déjà, je veux que tu saches que tu n'es obligée à rien. Ni toi, ni ta mère. D'accord? Je ne sais pas trop comment l'annoncer en prenant des pincettes...Alors je vais te le dire franchement. Lors de cette porte-ouverte à laquelle tu as participé, tu as - vraisemblablement -...Tapé dans l'oeil d'un de nos convives. »
Joan se raidit imperceptiblement alors qu’elle voyait parfaitement où Lady De LaCroix voulait en venir. Le regard soudainement fermé, elle écouta son interlocutrice sans dire un mot et tendit sans conviction sa main alors qu’elle lui donnait la lettre. Serrant le papier plus que nécessaire, elle se concentrait pour garder cette colère qu’elle sentait monter en elle. Bien entendu, la directrice de la Cross School n’y était pour rien, elle aurait même dû se sentir flattée de recevoir tant d’attention, simplement, elle détestait l’idée de se voir posséder par un riche bourgeois qui l’éloignerait du Red Lantern et de sa Mère. Joan était à l’image de sa génitrice : sanguine. De nature à s’emporter vivement, elle retenait rarement sa fureur. Pourtant, elle fit preuve de beaucoup de contrôle face à cette Dame qu’elle respectait bien trop pour laisser éclater sa colère en sa présence.

Tout en se concentrant sur sa respiration, elle parcouru rapidement la lettre dont la lecture en diagonale lui donnait la nausée. En vous voyant, mon cœur s’est emballé […]. Si Lady De LaCroix vous porte ce message, alors je vous prie de me répondre […] Ses yeux s’accrochèrent à la demande de mariage qu’il avait sobrement formulé et elle resta encore quelques secondes supplémentaires.
« Dieu merci Mère n’est pas là pour lire cette lettre. murmura-t-elle pour elle-même avant de relever son regard sur Mary. Merci de m’avoir apporté ce message, j’imagine que vous devinez ma réponse. Le regard de Joan s’était naturellement assombri alors qu’elle conservait le même ton. Qu’il se sente libre de faire sa demande à une autre, il n’aura pas ma main, je suis certaine que ma Mère pense comme moi. assura-t-elle avec aplomb. »
Sa génitrice avait déjà refusé qu’Eleanor se marie avec un Bourgois, ça n’était pas pour accepter que Joan le fasse, n’est-ce pas ? Au fond d’elle, un léger doute subsistait, comment pouvait-il en être autrement ? Se marier et dépendre d’un homme la répugnait, elle refusait catégoriquement cette idée, tout simplement.


code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dame de cœur
♕ Métier : Duchesse de Lyon, Baronne de Bridgestone-Prescott et fondatrice-directrice/gérante de la Cross School, pensionnat pour jeunes filles défavorisées ♕ Age : 27 ans ♕ Religion : catholique tolérante. La religion n'est pas ce qu'il y a de plus important. ♕ L'avatar a été fait par : avatar:proserpina/ Signature:Nymeria./ Bannière: Mari-Jane ♕ Mon nombre de messages est : 811 ♕ Mon nombre de Livres Sterling : 44 ♕ Je suis arrivé(e) sur TGA le : 12/03/2013 ♕ Mon pseudo web est : ReineSoleil, Naomi, Lucrezia ♕ Mes autres visages : la nourrice - gouvernante des Cavendish //en pause//

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  Mer 13 Sep - 14:22


De drôles de retrouvailles
Les retrouvailles sont des phénomènes si complexes qu'on ne devrait les effectuer qu'après un long apprentissage ou bien tout simplement les interdire.

-En effet, et je suppose que ma Mère lui a donné la main d’Eleanor pour cette raison. L’idée de la savoir avec un homme brutal m’aurait serré le cœur. » Mary sourit en voyant que, malgré leurs différences, Eleanor et Joan étaient aussi proches. Assez pour qu'elles tiennent au bonheur de l'autre. En effet... Et ne t'inquiète pas. Je n'en tiens pas rigueur à votre mère d'avoir refusé les noces de ta sœur avec ce bourgeois que je lui avais présenté. Après une pause, elle poursuivit: J'en fais une de mes règles de conduite. Si la fille souhaitée a encore ses parents - ou un tuteur - c'est à eux que revienne la décision! Pour tout avouer, c'est surtout à cet homme que j'en ai voulu... Il n'a pas supporté qu'Eleanor lui file entre les doigts et j'ai bien eu du mal à m'en débarrasser! Elle soupira à ce souvenir. Pour ce qui est de la cadette de la Maquerelle du Red Lantern, Mary ne savait pas trop comment elle avait pris la chose. Pour le cas où, elle l'avait présentée à son prétendant et le courant avait l'air de bien se passer...Mais la décision finale est venue à Evelyn et son ancienne protégée n'avait rien dit ni fait pour ce qui est du choix de son mari.


Puis, Mary décida d'entamer la raison sur le pourquoi de sa visite à une heure si matinale. Elle savait que Joan le prendrait certainement mal, c'est pourquoi la Duchesse préféra soigneusement choisir ses mots.
Elle précisa qu'elle ne l'obligeait à rien, qu'elle avait son mot et qu'elle s'était assurée que, en cas de refus,
il s'en tiendra là et qu'il n'essaierait rien de préjudiciable pour se venger. Elle confia la lettre qu'on lui avait confia à destination de Joan. Cette dernière murmura une phrase qu'elle n'entendu pas bien. Elle ne capta que trois mots Dieu - Mère - lettre. Se doutant que Joan se parlait à elle-même, Mary ne lui demanda pas de répéter. L'attention de son ancienne protégée se reporta sur elle. Merci de m’avoir apporté ce message, j’imagine que vous devinez ma réponse. Le visage de Joan s'était assombri. Oui, elle la connaissait. Je m'en doutais oui... dit-elle d'un léger sourire. Qu’il se sente libre de faire sa demande à une autre, il n’aura pas ma main, je suis certaine que ma Mère pense comme moi. Mary pouffa. Ne t'inquiète pas, comme j'ai dit: je m'en doutais! Et, en toute franchise, je suis ravie de ta réponse. Cet homme était d'un... Bref! N'en parlons plus! Elle rajouta: Je dois avouer que j'apprécie beaucoup ce côté de ta personnalité. Pour ça, j'aimerais que tu me fasses une promesse: ne laisse jamais un homme te dicter ta conduite. Et si tu te maries un jour, jure-moi d'en trouver un qui travaille avec toi...Pas pour toi! S'en vraiment le vouloir, elle ajouta: je suis contente d'avoir épousé Philippe pour ça

Elle prit une pause et dit: je lui passerais le message! Tu peux même lui écrire histoire qu'il ne fasse pas une scène comme quoi je lui aurai menti et... Tu es restée chez moi pas mal de temps, tu connais relativement bien tes anciennes camarades. Y'en a t'il une que tu verrais dans le rôle de l'épouse? Je suis presque sûre qu'il nous laissera tranquille si c'est toi qui lui recommande une fiancée.
CODE BY MAY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: De drôles de retrouvailles  
Revenir en haut Aller en bas
De drôles de retrouvailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age  ::  :: Tavernes, Auberges & Bordels :: ♣ Red Lantern-
Sauter vers: